Navigation – Plan du site
Toucher

Ce qui touche les primates

Vinciane Despret
p. 89-106

Résumés

La forme la plus étudiée et sans doute la plus fréquente du toucher chez les primates non humains se présente sous celle du toilettage social, qu’on appelle parfois « épouillage », en référence à ce qui a dû être la raison première du comportement. Le toilettage, ou soin social, aurait évolué pour acquérir d’autres fonctions. Tous les auteurs s’accordent aujourd’hui à reconnaître que ce comportement manifeste et produit de l’intelligence sociale. On ne peut cependant manquer de remarquer que cette intelligence a été, selon l’époque, selon l’espèce étudiée et selon les chercheurs, très inégalement distribuée. Le « soin social » porte la marque des schèmes privilégiés, des théories, des méthodes, parfois des convictions quant à l’origine de l’Homme ; les diverses interprétations qui ont été formulées à son sujet rendent particulièrement lisible ce qui intéresse les scientifiques qui l’ont interrogé.

Haut de page

Texte intégral

Tristes ontogenèses

1« Nous avons passé ces quatre dernières années dans une profonde dépression – heureusement, la dépression des autres et non la nôtre – et nous considérons cette période de la recherche animale comme l’une des plus réussies et des plus prometteuses que nous ayons vécue. » C’est ainsi que le psychologue Harry Harlow présentait, il y a quelques années, le résultat de ses recherches (Harlow & Suomi 1974 : 274). Cependant, précisait-il, ce n’était pas tant la dépression, mais bien l’amour qui avait été au cœur de ses préoccupations : « De manière étonnante, nous avons commencé à produire la dépression chez le singe, non pas au travers de l’étude des lamentations, mais grâce à l’étude de l’amour. » Comment passe-t-on de la dépression à l’amour ou de l’amour à la dépression ? Les recherches de Harlow sont aujourd’hui célèbres : le psychologue ambitionnait de prouver et de mesurer l’importance vitale des liens en étudiant sur le développement de petits macaques les conséquences de leur absence.

2On peut certes raconter l’histoire en en faisant une histoire d’amour. On peut même, à la suite de sa biographe Deborah Blum (2003), faire de Harlow le héros révolutionnaire qui a obligé le monde de la psychologie à admettre l’affectivité comme objet légitime de recherche. Et l’on peut reconstruire son parcours, comme Blum le propose, en retrouvant les indices selon lesquels l’amour serait inscrit comme le motif de sa vie de chercheur dès le début de son travail. Ce sont des rats qui furent les premiers héros de cette étrange exploration.

3Pour sa thèse de doctorat en psychologie, Harlow prolongea les travaux de son directeur de thèse, Calvin Stone. Celui-ci avait consacré sa carrière scientifique aux préférences alimentaires des rats. Harlow entreprit d’étudier les choix de jeunes rats non encore sevrés : préfèrent-ils le lait de vache à d’autres liquides ? Sont-ils capables d’accepter du jus d’orange en l’absence de celui-ci ? De la quinine ? De l’eau salée ? Pour mener ce type de recherches, il fallait bien sûr séparer les bébés rats de leur mère. Et l’histoire pouvait commencer. Harlow remarqua que les petits rats cessaient de se nourrir lorsque l’air était trop froid ou trop chaud. Seule une température équivalente à celle du corps de la mère semblait permettre la prise de nourriture. La réponse alimentaire serait donc suscitée par le fait d’être tenu entre le corps maternel et le nid. De cette hypothèse à l’idée que les petits préféreraient être avec leur mère, il n’y avait qu’un pas.

4Un simple pas à franchir, certes. Mais un pas, pour un scientifique, ne se fait pas comme cela. Harlow construisit une cage dans laquelle un grillage séparait les mères de leurs petits. Ceux-ci, désespérés, tournaient en rond dans la partie de la cage où ils étaient isolés. Les mères, de l’autre côté, s’efforçaient de ronger la barrière. La force de cette pulsion devait être mise à l’épreuve. Celle-ci tourna à l’ordalie : si on affamait les mères et qu’on enlevait le grillage de séparation en leur offrant de la nourriture, qu’allaient-elles choisir ? Elles négligeaient celle-ci et se précipitaient vers leurs petits. Quelle était la cause de cet étrange comportement ? S’agissait-il d’un réflexe ? d’un instinct ? Harlow soumit les rattes à ces nouvelles hypothèses. Il retira aux mères leurs ovaires, les rendit aveugles, leur ôta le bulbe olfactif... Aveugles, privées d’hormones et même d’odorat, les mères continuaient cependant de se précipiter vers leurs bébés. Il s’agissait peut-être bien d’amour. En tout cas d’une pulsion dont la force sidère : le besoin de contact.

5C’est bien là que l’histoire a débuté, et qu’elle recommença quelque temps plus tard, au début des années 1950, dans le département de psychologie de l’université de Madison, dans le Wisconsin. Cette fois, ce n’étaient plus des rats, mais de petits macaques rhésus – ces grands héros de laboratoire qui ont donné leur nom à nos facteurs sanguins. Les singes ne sont pas des rats, on le sait. On le sait mieux encore lorsqu’il s’agit de constituer une colonie de recherche : il faut les faire venir d’Inde, ils sont chers et arrivent souvent en très piteux état. Les malades contaminent les autres, dans un cycle sans fin. Harlow décida de créer lui-même sa propre colonie et, pour éviter la contagion, isola les nouveau-nés dès leur naissance. Les petits macaques élevés de cette manière sont en excellente santé, si ce n’est qu’ils restent passivement assis, se balançant sans fin, le regard triste fixé au plafond, et suçant inlassablement leur pouce. Lorsqu’on les met en présence d’un congénère, ils lui tournent le dos, et poussent parfois des cris effrayés. Une seule chose semble attirer leur attention : les morceaux de drap dont le sol des cages est recouvert. Ils ne cessent de tenir ces morceaux de tissu contre eux, de s’en envelopper. Les petits macaques ont un besoin vital de toucher quelque chose de doux.

6C’est ce besoin vital qu’il s’agissait d’étudier, de disséquer, de mesurer. Harry Harlow se mit dès lors en devoir de construire des leurres de mère tout en chiffons. Parallèlement, il offrit à ses orphelins un mannequin de fils d’acier qui leur dispensait du lait. Les petits singes le négligeaient et ne passaient auprès de lui que le temps nécessaire pour s’alimenter, s’accrochant en revanche des heures durant contre le corps de tissu. Le besoin de toucher constituerait ainsi un besoin primaire, dissocié de la satisfaction de cet autre besoin que l’on pensait plus fondamental, celui de se nourrir.

7Le mannequin doux possédait non seulement un corps, mais une tête avec des yeux, un nez, une bouche : serait-ce l’amour qui venait enfin prendre corps avec ce visage ? Non, il s’agissait toujours, pour le scientifique, d’étudier le besoin de toucher. Le visage n’était pas là pour donner plus de réalité au leurre, il était là pour barrer la route à une autre explication. Car ce visage n’avait rien d’attirant, au contraire : les yeux étaient représentés par deux catadioptres rouges de bicyclette, la bouche par un morceau de plastique vert, le nez était peint en noir. Si le visage avait présenté un quelconque intérêt pour les petits macaques, on aurait toujours pu rétorquer que ce n’était pas le besoin de toucher qui les conduisait à se serrer contre le mannequin des heures durant, mais les stimuli attractifs du faciès.

8Le leurre, toutes les observations l’ont montré, a une fonction de réassurance : lorsqu’on le retirait aux petits singes, la panique les gagnait ; aussitôt rendu, ils semblaient retrouver leur calme. Toutefois, si toucher arrivait bel et bien à les rassurer, cela s’arrêtait là. Au fur et à mesure qu’ils grandissaient, la catastrophe se précisait : ils se balançaient en d’infinies stéréotypies, se jetaient contre les murs de leur cage et se mutilaient. Le contact avec des congénères s’avérait en outre impossible. Toucher ne suffisait pas. Il faut être touché pour construire un être social.

  • 1 Voir à ce sujet la belle critique de Peter Singer (1993 : 74).

9Le laboratoire avait fabriqué des monstres. Le psychiatre anglais John Bowlby, qui avait étudié l’effet des séparations sur les enfants placés en orphelinat au cours de la guerre, affirma, après une visite au laboratoire de Harlow, qu’il y avait là plus de singes psychopathes qu’on en avait jamais vu à la surface de la Terre. « Il n’y a, dit-il à la suite de ses observations, plus de place au doute quant au fait que la privation prolongée de l’attention maternelle présente des effets catastrophiques qui dureront toute la vie. » Ce qui ne dissuada pas Harlow et ses collègues, bien au contraire. Aux expériences de séparation, on ajouta encore et encore de nouvelles variables et de nouvelles victimes, en une prolifération possiblement infinie1.

10La question du besoin de toucher pouvait encore faire l’objet de quantité de mises à l’épreuve. Ce besoin se maintiendrait-il si les mannequins de chiffon, si attirants, se transformaient occasionnellement en « mères problématiques » ? Par exemple, si la mère de tissu « rejetait » le nourrisson par un procédé mécanique, comme une soufflerie cachée à l’intérieur ? Après avoir été expulsé, le petit corps revenait s’agripper à sa mère de substitution. On inventa alors une autre réaction, plus forte et plus violente – des pointes d’acier jaillissant brutalement du mannequin –, pour tester la possibilité que le nouveau-né se décourage. La pulsion scientifique était prise dans un engrenage que rien ne semblait devoir arrêter.

Sensibilités à géométrie variable

  • 2 Je me permets de renvoyer, pour une discussion sur ce point, à l’analyse que j’en ai proposée (Desp (...)
  • 3 Cette réponse est en effet très partielle. Elle néglige ce fait beaucoup plus important : notre sen (...)

11Comment ce type de recherches a-t-il pu se poursuivre aussi longtemps ? Le fait même de poser aujourd’hui cette question mériterait d’être interrogé – combien sommes-nous à avoir fait référence aux travaux de Harlow sans trop nous en émouvoir, les considérant comme des témoignages de l’importance de l’attachement dans la fabrication des petits humains ? Et pourquoi le témoignage de petits singes est-il apparu, à cet égard, si convaincant, alors que les travaux de Bowlby avaient déjà apporté tout ce que ces expériences voulaient démontrer2 ? Résoudre ces questions déborde largement le cadre d’un article. On peut toutefois apporter un début de réponse, très partielle, en se référant à la notion de « modèle »3.

12Commençons par un constat, celui de la perte de confiance que nous manifestons de nos jours à l’égard de cette notion. Quelques années de constructivisme critique nous séparent de ces recherches : nous avons appris entre-temps à quel point les « modèles animaux » peuvent être « ventriloques » et répondre aux intérêts qui président à la situation. Prenons un exemple proche de ces recherches, quoique moins dramatique. Des observations en captivité ont montré que les mères rhésus vivent en fusion constante avec leurs petits. Or, quand on garde une femelle rhésus dans une cage étroite, son comportement, déjà normalement très protecteur vis-à-vis de son petit, le devient extrêmement, jusqu’à empêcher celui-ci d’établir des contacts avec d’autres rhésus qu’elle. Ces observations furent rapidement utilisées pour prouver qu’il était « naturel » pour les femmes de rester en contact continu avec les enfants. Mais supposez que les données sur le comportement maternel des primates disponibles dans les années 1950 eussent été celles concernant les macaques à bonnet ou les langurs, espèces dont les mères partagent leurs enfants et les laissent à d’autres membres de la communauté aussitôt après la naissance.  Il n’aurait plus été possible de prouver une quelconque naturalité du « bon comportement maternel » (Rowell 2000b). Et si par hasard on avait choisi, pour ce type d’expérience, d’étudier les petits singes titis d’Amérique du Sud, le modèle cette fois aurait pu sérieusement remettre en question la répartition même des tâches entre les parents, puisque chez les titis, c’est le père qui se charge du bébé, la mère n’ayant de contact avec lui que pour l’allaiter. En d’autres termes, le modèle ne doit son apparente fiabilité qu’à la manière dont la recherche est construite : vous pouvez démontrer la naturalité de nombre de comportements à condition de vous adresser à la bonne espèce. Certes, les résultats de Harlow convergeaient avec ceux de Bowlby, mais tout le dispositif était construit en faveur de cette convergence. Rien ne nous dit que l’intention qui guidait le dispositif expérimental n’a pas été pour une bonne part responsable des résultats que celui-ci a produits.

13 On peut comprendre que les modèles animaux soient aujourd’hui suspects. Cela n’explique cependant pas qu’ils aient été dotés de cet étonnant pouvoir de conviction et surtout de cette singulière puissance de fascination qui a inhibé, chez nombre d’entre nous, le sentiment que « quelque chose ne tournait pas rond » dans ce type d’expérience. D’une part, le protocole expérimental apportait enfin une réponse « objective » à ce qui, jusque-là, s’épuisait dans d’intenses controverses et semblait ne relever que de la sphère des valeurs – « qu’est-ce qu’être une bonne mère ? ». Les « exigences de la preuve » sont au centre du problème. Il n’y a rien de surprenant à ce que Harlow ait pu parler d’amour dans un lieu où seuls les termes ascétiques des « comportements » étaient admis : l’amour s’y est traduit par une statistique du désespoir. En outre, les psychologues ont vu en Harlow un allié incontournable. Ses recherches présentaient la dimension du « vraiment scientifique » qui manquait à leurs observations, notamment dans les travaux empiriques, et donc non expérimentaux, menés dans les « homes » pour enfants abandonnés. D’autre part, cette réponse apparaissait d’autant plus objective qu’elle s’adressait à des êtres de « nature ». Le singe n’est-il pas un prototype de l’ancêtre des humains ? « Ancêtre » dans les recherches de terrain, ou animal modèle dans les laboratoires, le primate a longtemps été enrôlé pour témoigner de la Nature, voire de notre authentique nature avant la chute vers l’hominisation. C’est d’ailleurs là qu’apparaît le plus clairement le paradoxe qui fonde les recherches de Harlow : comme « modèle », le petit singe doit témoigner de ce qu’est l’être humain ; comme substitut, il permet de répondre à une question qu’on ne peut poser à l’humain de cette façon. Harlow avait beau miser sur une sensibilité commune aux hommes et aux singes, c’est à la sienne qu’il lui fallut renoncer pour poursuivre ses expériences.

  • 4 Cité par Joseph H. De Rivera (1992 : 383).

14Retour à la question de l’importance du toucher dans le développement des petits primates. On peut d’autant plus s’interroger sur l’intérêt de ces recherches que, parallèlement aux travaux de Bowlby, des observations de terrain avaient déjà montré l’effet désastreux de la séparation. Ainsi, en 1869, le naturaliste Alfred Wallace, décrivant son séjour en Malaisie, racontait les réactions d’un petit orang-outan orphelin qu’on lui avait offert : « Pendant les premiers jours, il accrochait désespérément avec ses quatre mains tout ce à quoi il pouvait s’accrocher, la fourrure de manière plus tenace encore que le reste. Quand il n’arrivait pas à dormir, il cherchait avec ses mains, les agitant en l’air dans l’espoir d’attraper quelque chose qu’il pût tenir, et lorsqu’il avait un morceau de bois dans trois de ses mains, il semblait presque heureux. Quand il avait besoin de quelque chose d’autre, il saisissait son propre pied, et après un certain temps, il croisait ses bras et attrapait avec chaque main les longs poils qui poussaient sur l’épaule opposée. » Wallace, ému, lui confectionna une mère en peau de buffle. « À première vue, cela eut l’air de convenir parfaitement, et il pouvait enrouler ses jambes autour et trouver de la fourrure, à laquelle il s’accrochait avec beaucoup de ténacité. J’espérais maintenant avoir pu rendre ce petit orphelin heureux, et il a semblé l’être pour un certain laps de temps4. » Les observations que Jane Goodall ramena de Gombe, dès le début des années 1960, à propos des chimpanzés, ont confirmé le fait que les orphelins présentent de graves troubles. S’ils survivent, il leur manquera toujours quelque chose, une compétence qui, visiblement, s’acquiert, se développe et ultérieurement se déploie dans l’expérience même du toucher : l’intelligence sociale.

Contrastes

15La forme la plus étudiée, et sans doute la plus fréquente, du toucher chez les primates non humains, se présente sous celle du toilettage social, qu’on appelle souvent « épouillage » en référence à ce qui a dû être sa raison première. Le toilettage aurait acquis d’autres fonctions au cours de l’évolution, en particulier celle de promouvoir et de renforcer les liens. Or, si on analyse l’histoire des recherches, on ne peut manquer d’observer cette étonnante similitude : de même que le toilettage a évolué sur le temps long de l’histoire des espèces, de même il a sensiblement changé dans les interprétations des chercheurs. D’une époque à l’autre, d’un observateur à l’autre, parfois même au sein de la même espèce, ce qu’on appelle le « soin social » n’a pas fait l’objet de la même attention ni reçu les mêmes interprétations. Et si tous les auteurs s’accordent aujourd’hui à reconnaître que le toilettage manifeste et produit de l’intelligence sociale, on ne peut manquer de remarquer que cette intelligence a été, selon l’époque, selon l’espèce étudiée et selon les chercheurs, très inégalement distribuée. En d’autres termes, retracer l’évolution du toilettage dans les recherches, c’est suivre une double histoire. D’une part l’histoire de ce qui a intéressé les scientifiques, une histoire qui raconte et traduit des intérêts. D’autre part, l’histoire qui a abouti à faire exister des animaux de plus en plus sophistiqués du point de vue de leur socialité, les fonctions du soin social se déclinant dans un répertoire toujours plus riche et compliqué de motifs, les interprétations des chercheurs s’avérant d’une fécondité croissante. Le toilettage a évolué en devenant un vecteur et un produit d’intelligence chez les animaux. Il semble avoir suivi un parcours parallèle chez les scientifiques qui l’ont étudié.

  • 5 Dans l’article reprenant leurs 1 200 heures d’observation commune, Washburn et DeVore décrivaient l (...)

16On peut aborder cette double histoire par le constat d’un contraste. Lorsque l’on compare les babouins étudiés par les anthropologues Sherwood Washburn et Irven DeVore au Kenya (Washburn & DeVore 1962), à partir de la fin des années 1950, avec ceux qu’observa la primatologue Thelma Rowell en Ouganda au cours des années 1960, une divergence apparaît : les premiers consacraient peu de temps aux relations de toilettage5, les seconds, en revanche, s’y adonnaient plus de deux heures par jour (Rowell 1966 ; 1972). Mais en réalité, qui consacrait plus ou moins de temps à ces relations : les babouins ou les chercheurs ? Une première réponse pourrait être donnée à la lumière d’une autre différence : les singes de Washburn et DeVore étaient toujours sous la menace du conflit, ceux de Rowell vivaient une vie paisible et amicale caractérisée par des relations égalitaires et coopératives – ils connaissaient bien quelques tensions : celles-ci étaient marquées par une diminution des propositions de toilettage et une multiplication des gestes de politesse entre les protagonistes. Ensuite, les babouins observés par Washburn et DeVore étaient organisés selon une hiérarchie rigide, ceux de la primatologue ne semblaient manifester aucun intérêt pour les questions de dominance. Différence de styles ? Certes, à condition de considérer à la fois le style des babouins et celui des chercheurs.

17Commençons par le style des babouins. De nombreuses recherches l’ont démontré, au sein d’une même espèce, les toilettages sociaux sont d’autant plus fréquents que les conditions de vie sont favorables. Certes, d’autres circonstances peuvent jouer, et venir modifier cette tendance : les chimpanzés observés par Frans De Waal (1992) au zoo d’Arnhem, par exemple, montraient une intensification de ces comportements lorsque les conditions climatiques les confinaient dans un local beaucoup moins spacieux. Mais plus généralement, le temps consacré normalement à la recherche d’aliments est, dans des conditions d’abondance, dévolu de manière privilégiée aux relations sociales. Or, les babouins observés par Thelma Rowell vivaient à la limite d’une forêt, celle d’Ishasha, qui leur offrait toutes les facilités : « Un ventre plein est à portée de main » (Rowell 1972). Les babouins des savanes connaissaient, quant à eux, des conditions de vie beaucoup plus difficiles. Cette différence de condition pouvait en outre expliquer la divergence entre les styles de vie, l’importance très inégale des conflits et même de la hiérarchie. Une interprétation pouvait donc sauver la fiabilité des observations. Les babouins d’Ishasha auraient acquis ces habitudes quelque peu excentriques parce qu’ils vivaient dans une sorte de paradis pour babouins.

  • 6 Cette question de méthode se révèle, quoique de manière indirecte, liée au genre, puisque les femme (...)

18Cette hypothèse évitait surtout aux chercheurs de tomber sous le coup de l’accusation formulée, dès 1963, par le pionnier de la primatologie, Solly Zuckerman : « Le tempérament et le sexe des chercheurs de terrain, avait-il déclaré lors d’un congrès, semblent constituer un filtre important dans le relevé du nombre des comportements agonistiques chez les primates » (Rowell 1967 : 222). Rowell, cependant, refusa les deux interprétations. La différence ne tient ni à un problème de genre ni à une différence de contexte écologique. À moins que ce que l’on entend par contexte écologique inclue la présence des chercheurs (Rowell 1974). Car si les babouins de Washburn et DeVore présentaient un style différent, ce style était en fait indissociable de celui des recherches menées à leur sujet. Non qu’il s’agisse d’une question de genre ou de tempérament. Il s’agit plutôt d’une question de méthode6. Washburn et DeVore, constatait la primatologue, effectuaient des terrains de courte durée, ils n’avaient pas le temps d’habituer leurs animaux. Aussi, pour les approcher, leur distribuaient-ils de la nourriture (Rowell 1972 ; 1974 ; 2000b). Or, celle-ci, en quantité insuffisante, déclenchait immédiatement des conflits. Les babouins les plus forts bousculaient les autres et se servaient les premiers. Au bout de quelques jours, les relations qui caractérisent la hiérarchie de dominance s’installaient : les babouins qui s’étaient vu chaque fois évincer lors de la dispute finissaient par adopter toutes les postures des dominés. La plupart des recherches dans lesquelles des relations rigides de dominance ont été observées, continuait la primatologue, présentent d’ailleurs cette même caractéristique méthodologique : ce sont les chercheurs qui créent la hiérarchie chez leurs animaux. Des relations paisibles de toilettage ont, dans ce contexte, peu de chances d’être observées.

19D’autres recherches vont cependant, dès le début des années 1970, compliquer ce tableau. L’intérêt scientifique pour le toilettage s’intensifia, en même temps que s’affirmait sa fonction affiliative. Certains primatologues le définirent comme un mode hédonique de régulation de l’agression (Jolly 1972). Une interprétation sembla récolter les faveurs : ce comportement est intimement lié à la hiérarchie, la plupart des soins sociaux étant orientée vers les animaux de haut rang (MacFarland 1981 : 834).

Théories de la dominance, dominance des théories

  • 7 À la lecture des travaux des éthologues, on ne peut que donner raison à la philosophe des sciences (...)

20Ces théories, comme nous l’avions annoncé, traduisent de manière particulièrement lisible ce qui à cette époque mobilisait l’intérêt des chercheurs. Ce qui retenait l’attention des les scientifiques, la question incontournable de toute recherche, c’est la dominance. Dans les théories aussi bien que dans les pratiques, le modèle de la hiérarchie fondé sur la dominance circulait avec une telle évidence que pour les sciences chargées d’en rendre compte, il avait fini par devenir équivalent de l’organisation du social7. La manière dont les animaux étaient hiérarchisés constituait d’ailleurs la première question qu’un chercheur se devait de poser en commençant son travail. Lorsque, par malchance, il échouait à en rendre compte, le concept de « hiérarchie latente » venait à son secours pour avancer que la hiérarchie était tellement bien installée et stabilisée qu’elle en était devenue invisible (Rowell 1974).

21Certes, certaines théories et surtout certaines observations sont venues, dès avant cette période, proposer des versions qui auraient pu compliquer cette histoire. L’accueil qui leur fut réservé les cantonna dans les marges de la discipline. Ainsi, lorsque le psychologue Clarence Ray Carpenter, au début des années 1930, rapporta de l’île de Barro Colorado, au Panama, que les singes hurleurs vivaient des relations égalitaires et coopératives et ne se menaçaient jamais, la réaction des primatologues fut simple : il valait mieux ne pas tenir compte des singes du Nouveau Monde (Jolly 1972 : 12). De même, quand les babouins Chacma observés par Ronald Hall, au début des années 1960 en Afrique du Sud, présentèrent cette fâcheuse tendance à se comporter comme les excentriques babouins forestiers de Rowell, on y trouva une première raison : ils devaient appartenir à une espèce différente et sans doute exceptionnelle. Une seconde raison s’imposa lorsque Hall se mit à écrire avec DeVore, puisque ses paisibles babouins cessèrent de revendiquer leur originalité pour se mettre au service des théories de la dominance (Rowell 1978).

22Le fait que la primatologie ait longtemps été hantée par la question de l’origine de l’homme et par l’idée, qui lui est corollaire, selon laquelle tous les primates pouvaient faire l’objet de quelques règles universelles (Strum & Fedigan 2000) a certainement une bonne part de responsabilité dans cette histoire. La compétition autour des ressources et une hiérarchie relativement rigide devaient permettre de décrire tous les groupes de primates.

23Cependant, les exceptions, à partir d’un certain moment, et plus particulièrement dans les années 1970, commencèrent à se multiplier. On constata, par exemple, que les relations de toilettage dans certaines troupes ne suivent pas la hiérarchie vers le haut, mais vers le bas : chez certains singes du Nouveau Monde, ce sont les subordonnés qui y ont droit. Dans d’autres espèces, elles s’établissent plutôt de proche en proche ; les dominants occupent le centre, les subordonnés la périphérie, ce sont donc les individus de même rang qui se toilettent mutuellement en fonction de la proximité spatiale (Hemelrijk 2004).

24Toutefois, aussi contradictoires que soient ces données, elles ne remettent pas vraiment en cause le lien avec la hiérarchie : on toilette pour apaiser les dominants, on toilette pour renforcer sa dominance ou pour apaiser les dominés, et quand on toilette un individu de rang égal, c’est… parce que la hiérarchie vous a installé à cet endroit. Associer le toilettage à la question de la hiérarchie n’est pas sans effet sur la manière dont on envisage les animaux. Les primates obéissent, dans ce contexte, à des règles relativement peu flexibles et peu sophistiquées ; ils ne peuvent, dès lors, être eux-mêmes que relativement peu flexibles et peu sophistiqués.

Le toucher comme expertise sociale

  • 8 C’est ce qu’Isabelle Stengers (1993) appellera, pour qualifier le travail de Strum, une « quête de (...)

25La pertinence du lien entre hiérarchie et soin social allait être plus sérieusement mise en question avec les observations effectuées par Shirley Strum sur la troupe de Pumphouse, au Kenya. Ainsi, contre toute attente, lorsqu’un babouin mâle a l’avantage dans un conflit, c’est le vaincu qui est le mieux traité : on le toilette beaucoup plus souvent. Le soin social n’a donc rien à voir avec la dominance. Et lorsque Ray, un babouin étranger, tente de s’intégrer dans la troupe qu’elle observe, c’est encore ce comportement qui est privilégié : Ray propose à Naomi, une femelle, de l’épouiller. Le toucher est l’outil du lien. L’agression, qui avait tant mobilisé l’attention des primatologues et qui était censée régir les rapports sociaux des babouins, ne mène pas loin, affirma Strum. « Seules la toilette sociale, la proximité physique, la bonne volonté sociale et la coopération permettent de pratiquer l’échange et d’influencer un autre babouin » (Strum 1990 : 200). Strum reprit la critique qu’avait adressée, quelques années plus tôt, Thelma Rowell à ses collègues : la hiérarchie est un mythe (Strum 1990 : 113). La dominance est une question qui a surtout intéressé les chercheurs… voire les chercheurs mâles en compétition pour des postes dans les universités. Elle n’est pas importante pour les babouins. Ils ont des stratégies sociales bien plus compliquées, la compétence et la réciprocité sociales l’emportent généralement sur l’agression. Si nous voulons comprendre l’organisation sociale des babouins, conclua Strum, les questions que nous leur adressons doivent se subordonner à l’exigence de savoir « ce qui compte pour eux »8.

26D’autres recherches, à la même époque, commençaient à proposer des interprétations plus contrastées de la fonction du soin social. Vers la fin des années 1970, la sociobiologie reprit à son compte la question du paradoxe de l’altruisme. Le toilettage social s’apparente à ces comportements paradoxaux, puisqu’il semble bénéficier plutôt à d’autres qu’à celui qui l’exécute – si l’on suit la conception de la sélection naturelle selon laquelle seules les conduites qui favorisent la survie ou la descendance sont maintenues. Quel intérêt un animal aurait-il à perdre son temps et son énergie à prendre soin d’un autre ? Seule la réciprocité peut résoudre cette « anomalie » de l’évolution. Sous l’influence de ces nouveaux modèles, le toilettage devint toilettage réciproque. C’est un échange de bons procédés. Il peut faire l’objet d’une transaction soit contre un don de même nature, soit contre un autre service. Frans De Waal (1992) remarqua par exemple qu’il pouvait servir de monnaie d’échange pour l’accès à la nourriture. On notera en passant que Strum (1990) a observé une utilisation très particulière de ce comportement. Une jeune femelle babouin, Peggy, a profité de l’état de béatitude somnolente de Docteur Bob, le mâle qu’elle toilettait, pour… lui voler le morceau de viande qu’il refusait de partager. Robert Seyfarth et Dorothy Cheney (1984), quant à eux, ont confirmé l’hypothèse selon laquelle le toilettage favoriserait la possibilité d’obtenir du soutien dans les coalitions. C’est ce qui explique que ce sont les dominants qui en sont les principaux bénéficiaires, puisque ce sont eux qui peuvent apporter le meilleur support en cas de conflit. De toutes ces recherches émergea progressivement l’image d’un primate expert en stratégies sociales : le toilettage s’apparentait désormais aux pragmatiques d’influence.

  • 9 Les féministes ne se sont pas privées de critiquer cette tendance toute machiste de la primatologie (...)
  • 10 Des recherches très récentes ont sérieusement remis en question ce modèle de l’animal acteur économ (...)

27Les sociobiologistes les plus radicaux inscrivirent le comportement dans leurs schèmes privilégiés. Les animaux « sociobiologisés » cherchent toujours à optimiser le rapport entre l’investissement que représente un comportement, en termes de risques ou d’énergie dépensée, et son bénéfice. L’animal, dans cette perspective, devient un acteur économique rationnel qui participe, selon les termes mêmes de certains auteurs, au « marché biologique d’échanges de services ». Le toilettage social se négocie en échange d’une possibilité de soutien ou des faveurs d’une femelle, il peut également viser à obtenir une tolérance autour des ressources, de la nourriture et des femelles9. On ne manquera pas de noter en passant la philosophie qui a imprégné ce type de théories : les animaux ne sont jamais que strictement guidés par leur intérêt. Tout comportement doit avoir une utilité, faute de quoi il aurait dû être éliminé par le couperet bien raisonnable de la sélection – ce qu’on pourrait appeler la « morale bourgeoise de l’évolution »10.

  • 11 Jane Goodall, en 1968, J.a.r.a.m. van Hoof en 1967, Donald Lindburg en 1973 et quelques autres prim (...)

28Ces conceptions qui font des animaux des acteurs plus économiques que sociaux allaient cependant, dans des études plus récentes, rendre au soin social une fonction qu’elles avaient eu tendance à négliger du fait de leur prédilection maniaque pour les calculs stratégiques. Le toilettage crée et préserve des relations, le soin social est un soin des liens. L’influence de la découverte de la réconciliation chez les chimpanzés par De Waal à la fin des années 1970 (De Waal 1992), peut rendre partiellement compte de cette réorientation. À partir de la proposition de Frans De Waal, quantité de chercheurs observèrent des comportements qui jusque-là étaient passés inaperçus – ou avaient reçu d’autres significations : les animaux, après un conflit, tentent souvent de le résoudre, notamment par des comportements amicaux. Tout comme le toilettage à l’issue d’une dispute, la présentation du siège, par exemple, avait jusque-là majoritairement fait l’objet d’une interprétation dans les termes caractérisant la hiérarchie : il s’agissait d’une manifestation de « soumission »11. Dans cette nouvelle perspective, ils devenaient autant de gestes par lesquels les animaux restaurent les liens mis en danger par l’agression. Dans certains contextes, la victime d’une agression peut toiletter son agresseur pour l’apaiser et empêcher que la bagarre ne perdure, dans d’autres on voit l’agresseur épouiller sa victime pour lui signifier que le conflit est terminé et que d’autres relations peuvent reprendre. Certaines observations conduisirent à penser que les animaux, dans certaines circonstances, peuvent se « pré réconcilier » (Rowell 2003). Lorsqu’un conflit est inévitable, l’animal qui va en agresser un autre lui signifierait, par des gestes « pré réconciliatoires », que la relation, malgré ce qui va suivre, reste privilégiée. L’accent se déplaçait. Certes, les comportements traduisaient toujours une utilité stratégique, mais sur celle-ci se greffaient de tout autres motivations : les liens importent, les animaux veillent à les préserver. La paix ne peut se résumer à l’absence de guerre (Aureli & De Waal 2000 : 8).

Perspectives nouvelles

29L’intérêt nouveau pour ces comportements, tout comme le caractère inédit de leur interprétation, marqua un changement de perspective assez radical. D’abord, les conduites agonistiques n’étaient plus considérées comme anti sociales, mais comme faisant partie des comportement sociaux. Cette nouvelle approche restructura le champ des narrations, elle invita à redéfinir également d’autres comportements et surtout à les reconsidérer en relation avec l’agression. On constata par exemple que plus les mécanismes de résolution des conflits sont développés, moins les individus hésitent à s’engager dans des relations agressives ouvertes. Le soin social et le contact corporel, dès lors, paradoxalement, créent autant d’espace pour l’agression. Celle-ci se redéfinit ainsi comme un instrument de négociation parmi d’autres (De Waal 1992).

30Ensuite, le schème privilégié de compréhension en terme de coûts-bénéfices invitait à prêter attention aux conflits d’intérêts, plutôt qu’à la possibilité d’intérêts partagés en terme de « bénéfices-bénéfices » (De Waal 2000 : 25). Ainsi, lorsque les sociobiologistes s’étonnaient de la rareté des agressions létales chez les animaux, ils n’envisageaient comme explication que les risques du combat. Selon leurs conceptions, la stratégie « colombe » devait rationnellement être choisie, puisque pour chacun des protagonistes elle est moins coûteuse que la stratégie « faucon » – la première ne faisant que menacer d’une manière conventionnelle, n’attaquant ni ne blessant jamais (Dawkins 1990 : 70). DeVore, quant à lui, se demanda pourquoi, chez les chimpanzés, le dominant n’arrive pas à tuer ses rivaux potentiels, et il aboutit à la conclusion qu’il ne le fait pas parce que les subordonnés risqueraient… de se défendre. Le seul bénéfice, conclua-t-il, serait d’avoir tué un seul parmi de nombreux compétiteurs (Popp & DeVore 1979). Cette vision hobbesienne qui a longtemps marqué les recherches offrait finalement peu d’options aux animaux : seules la victoire, la défaite et les blessures entraient dans une comptabilité de petits commerçants égoïstes aux ambitions guerrières. Elle ne pouvait que barrer la route à cette simple hypothèse de bon sens : les animaux accordent de la valeur à certaines de leurs relations.

  • 12 Inscrire cette transformation sous la seule influence de De Waal serait injuste vis-à-vis de primat (...)

31Enfin, les théories qui émergèrent à la suite de l’intérêt pour les conduites menant à la paix témoignèrent d’une similitude bien intéressante entre les perspectives des chercheurs et celles des animaux. La perspective temporelle s’élargit considérablement de part et d’autre. En effet, la plupart des interprétations, comme celles qui se focalisaient sur la dominance, se fondaient sur un lien de causalité entre la séquence précédant la conduite et celle-ci. Dans un contexte agressif, par exemple, un comportement était traduit comme une réaction à l’agression. Le contexte immédiat permettait d’inférer la motivation, elle-même se donnant comme cause du comportement (Rowell 2000a). Or, pour interpréter un geste comme témoignant de la volonté de réconciliation, il faut tenir compte des interactions futures, de la motivation de l’animal vis-à-vis de ces interactions futures et du fait que l’animal sait que sa conduite aura des conséquences à long terme sur ces interactions. On le voit, une fois que les chercheurs ouvrirent la perspective temporelle en ne la limitant pas à des séquences précises bornées entre le passé et le présent, les primates gagnèrent une compétence inédite : leurs actes furent orientés vers un avenir bien plus lointain que tout ce que l’on s’était imaginé. Ils ont, comme le dit joliment Rowell (2000a : 228), des agendas à long terme. Le profit immédiat n’était finalement pas l’option des animaux, une option qui était pourtant la seule que pensaient devoir offrir les chercheurs12.

32Les primates entrent dans la temporalité des humains d’une autre manière encore. L’intérêt pour les comportements culturels dans la nature imprima sa marque sur le toucher. Les observations se mirent à abonder et à dégager progressivement les animaux d’une « identité à l’espèce », pour les inscrire dans des identités multiples et locales, forgées non plus par le temps long de l’évolution sur les organismes, mais par le temps de l’histoire. William McGrew et Caroline Tutin (1978) observèrent que les chimpanzés du parc Mahale en Tanzanie exécutent le soin social sous une forme qu’on n’a pas rencontrée dans d’autres troupes. Ils se font face et, tendant un de leurs bras au-dessus de la tête, dans une posture en forme de A, se tiennent la main. De l’autre, ils se toilettent mutuellement. D’autres recherches le confirmèrent par la suite : le soin social devenait l’objet de véritables pratiques culturelles.

33Certes, avec ces nouvelles perspectives, les calculs n’ont pas disparu de la scène, mais ils entraient dans des stratégies beaucoup plus sophistiquées, mettant en équation des intérêts multiples. Le soin social se vit créditer d’une nouvelle fonction : il permet de construire et d’évaluer la fiabilité du lien (Van Shaik & Aureli 2000 : 310). Le processus par lequel s’établit la confiance dans une relation coopérative se ferait, selon ces auteurs, en augmentant progressivement l’investissement en terme de risques, et commencerait, dans cette perspective, par des échanges peu coûteux, comme le toilettage. Ce type d’échanges apporte en outre à chacun des partenaires quantité d’informations sur l’état de leur relation. Les relations sont très changeantes dans un groupe de chimpanzés, et l’allié de la veille peut avoir changé d’avis au cours d’autres transactions. La durée du soin social, sa fréquence, la manière dont il est proposé et l’attention qui y est apportée sont dès lors autant d’indices de la qualité du rapport entre deux individus. Ce comportement devient, dans cette perspective, non seulement une forme de communication sur la relation, mais également une forme performative de communication puisqu’il construit la confiance tout en l’évaluant.

Parler sans mots

34Cette hypothèse avait déjà été évoquée, mais à propos d’un autre geste, lié, lui aussi, au toucher. Toutefois, à l’inverse de ce qu’ont proposé Carel van Shaik et Fillipo Aureli, le comportement présente dans ce cas un risque certain. C’est d’ailleurs ce risque qui avait intrigué les primatologues Barbara Smuts et John Watanabe (Smuts & Watanabe 1990). Les babouins mâles Papio cynocephalus anubis ont en effet développé un rituel original : ils présentent leurs parties génitales à un partenaire afin que celui-ci les touche. Le risque n’est pas mince et, au vu de la vulnérabilité des organes impliqués, le babouin qui le propose place par là même – et littéralement – ses chances de reproduction future dans la main d’un rival potentiel. Le toucher, en outre, dénote avec la manière habituelle, assez rude, relativement tendue, dont ces babouins entrent en relation. Comment comprendre le choix de ces gestes singuliers, d’autres plus anodins faisant parfaitement l’affaire chez d’autres babouins de la même espèce ? Une première hypothèse s’inscrivit dans la lignée des interprétations traditionnelles. Les statuts étant très fluctuants chez les babouins au sein de la même classe d’âge, les rituels, avançaient les auteurs, ont probablement pour fonction d’affirmer les relations de dominance par des moyens moins dommageables que le conflit direct. Mais, entre un vieux et un jeune, les statuts sont clairs et n’ont pas besoin d’être explorés ou renforcés. Une autre interprétation s’avérait nécessaire. En observant que les babouins ayant tissé des relations de coopération amicales présentent les rituels les plus complets et les plus intimes du registre comportemental, Smuts et Watanabe proposèrent de les considérer comme le moyen par lequel les mâles évalueraient les possibilités de développer des interactions coopératives. Toute relation coopérative dépend toujours en dernier ressort de l’accord mutuel de chaque partenaire. Étant donné le risque toujours possible de défection, chaque individu réellement désireux de coopérer sera confronté au problème de savoir comment convaincre les autres de ses bonnes intentions. Le geste d’offrir une part de son corps au toucher, parce qu’il est risqué, aurait donc pour but d’accroître la confiance ; le refus d’y participer sera immanquablement évident pour chacun.

  • 13 C’est d’ailleurs le reproche que l’on peut adresser aux toutes récentes théories qui ont envisagé l (...)

35Cette forme particulière du toucher s’apparenterait, selon les auteurs, aux prestations de serment, puisque prêter serment revient à accepter de se soumettre à la punition en cas de manquement. En faveur de cette interprétation, Smuts et Watanabe en appelaient à l’étymologie commune des termes désignant les parties fragiles présentées, la mise à l’épreuve de la confiance et le serment. Les mots « testament », « tester » et « testicule » viendraient de « testis », « témoin », qui donnera « testari », « témoigner ». Que les auteurs aient convoqué, pour conforter cette proximité des usages, l’observation de rituels semblables chez les aborigènes d’Australie – qui manifestent leur promesse d’aider quelqu’un en lui présentant leur pénis – n’était sans doute pas l’aspect le plus intéressant ni le plus convaincant de leur proposition. Cette dernière inscrivait une fois encore le babouin dans la quête de nos origines et y associait avec une candeur obsolète ceux que l’anthropologie avait autrefois maladroitement recrutés comme témoins de notre passé13.

  • 14 Cette hypothèse s’inscrit dans la lignée de celles que proposait, pour expliquer la récurrence de g (...)

36Mais cette hypothèse, au-delà des difficultés qui la caractérisent, ouvrait la voie à une autre, qui nous ramène au toilettage. Van Shaik et Aureli (2000) proposaient d’envisager le soin social comme un « investissement peu risqué ». Il l’est en effet, du point de vue de celui qui l’exécute. Mais l’autre ? Souvenons-nous du stratagème manigancé par Peggy, la femelle babouin proposant un toilettage à un mâle pour lui voler un morceau de viande. Elle n’a pu mettre son projet à exécution que parce que son congénère était dans un état de béatitude somnolente, c’est-à-dire dans un état de grande vulnérabilité. On pourrait dès lors envisager qu’une des composantes du toilettage puisse être une mise à l’épreuve de la confiance14. La construction de la fiabilité des relations ne serait pas du seul ressort de celui qui propose le soin social, mais également de celui qui invite son partenaire à l’exécuter. Toucher et être touché, les petits rhésus morts au monde dans l’expérience de Harlow ne disaient pas autre chose : la confiance se construit dans les corps et sur le bout des doigts. Tout comme l’intelligence sociale – en tout cas chez les primates.

Conclusion

37« Alors que j’étudiais les babouins sauvages au Kenya, je tombais sur un petit babouin recroquevillé dans le fond d’une cage, dans le local de la station de recherche. Un de mes collègues l’avait recueilli après que sa mère eut été étranglée par un piège de braconnier. Quoiqu’il soit au sec et au chaud et reçoive du lait d’un goutte-à-goutte, en quelques heures ses yeux étaient devenus vitreux ; son corps était froid et il semblait à peine vivant. Nous en avons conclu qu’il était trop tard. Comme je ne voulais pas le laisser mourir seul, je pris son petit corps dans mon lit. Quelques heures plus tard, je fus réveillée par un petit babouin aux yeux brillants qui sautait sur mon estomac. Mon collègue décréta le miracle. «Non, Harry Harlow aurait dit qu’il avait juste besoin d’un peu de contact et de confort.» »

38Harry Harlow aurait certes pu dire à Barbara Smuts (2003), qui nous raconte cette histoire, qu’il ne s’agissait pas d’un miracle. Mais si Harlow avait été là, l’histoire, on s’en doute, aurait été tout autre. C’est certainement là le véritable miracle, qui, par-delà le temps, répond à Wallace construisant une mère en peau de buffle pour son petit orphelin : les humains aussi apprennent à être touchés par ce qui touche les animaux. Ce sont là des réussites. Le fil qui a progressivement tissé notre motif peut à présent être noué, du moins provisoirement. On a longtemps demandé aux primates de nous apprendre ce que nous sommes ou ce que nous étions ; le toucher n’a pas échappé à cette interrogation. Mais tant que cette question s’imposait, nous ne pouvions envisager ce geste qu’en référence à un passé mythique où nous devions être un peu moins que ce que nous sommes à présent, le toucher ne pouvait témoigner que de ces manques et de ces inachèvements. L’agressivité, la hiérarchie censée la résoudre, la dominance par la force, le calcul de l’intérêt à court terme, l’absence d’histoire comme de possibilité d’anticipation, toutes contraintes trop lourdes dans lesquelles devait s’inscrire la compréhension du toucher. Somme toute, réduire leurs solutions à nos problèmes laissait peu de chance à leur inventivité, comme elle en laissait peu à la nôtre.

39C’était oublier que, parce qu’ils n’ont que leur corps, leur intelligence et leur mémoire, les primates non humains ont développé, déployé, cultivé des gestes qui construisent, réparent, fortifient, négocient et parlent des relations. C’était oublier que leur intelligence en la matière est certainement supérieure à la nôtre. C’était oublier surtout que, pour comprendre le toucher chez les primates, il fallait en passer par ce qui, eux, les touche.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aureli F. & F. B. M. De Waal (dir.), 2000. Natural Conflict Resolution, Berkeley, University of California Press.

Blum D., 2003. Love at Goon Park. Harry Harlow and the Science of Affection, Chichester, John Wiley and Sons Ltd.

Chen K., Lakshminarayanan V. & L. Santos, 2006. « How basic are our behavioral biases ? Evidence from capuchin monkey trading behavior », Journal of Political Economy, vol. 114, n° 3, pp. 517-537.

Dawkins R., 1990. Le Gène égoïste, Paris, Armand Colin, coll. « Sciences ».

De Rivera J. H., 1992. « Biological necessity, emotional by transformation, and personal value », in Koch S. & D. E. Leary (dir.), A Century of Psychology as a Science, Washington, The American Psychological Association, pp. 364-389.

Despret V., 2002. Quand le loup habitera avec l’agneau, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond»

1996. Naissance d’une théorie éthologique. La danse du cratérope écaillé, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond ».

De Waal F. B. M., 2000. « The first kiss foundation of natural conflict resolution research in animals », in Aureli F. & F. B. M. De Waal (dir.), Natural Conflict Resolution, op. cit., pp. 15-33.

1992. De la réconciliation chez les primates, Paris, Flammarion.

Dunbar R., 1996. Grooming, Gossip and the Evolution of Language, Harvard, Faber & Faber / Harvard University Press.

Haraway D., 1992. Primate Visions. Gender, Race and Nature in the World of Modern Science, Londres / New York, Verso.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Harlow H. F. & S. J. Suomi, 1974. « Induced depression in monkeys », Behavioral Biology, n° 12, pp. 273-296.
DOI : 10.1016/S0091-6773(74)91475-8

Hemelrijk C., 2004. « The use of artificial-life models for the study of social organizations », in Thierry B., Singh M. & W. Kaumanns (dir.), Macaque Societies : A Model for the Study of Social Organization, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 295-313.

Jolly A., 1972. The Evolution of Primate Behavior, New York, Macmillan Publishing.

MacFarland D., 1981. The Oxford Companion to Animal Behaviour, Oxford, Oxford University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

McGrew W. & C. E. G. Tutin, 1978. « Evidence for a social custom in chimpanzees ? », Man, n° 13, pp. 234-251.
DOI : 10.2307/2800247

Popp J. A. & I. DeVore, 1979. « Aggressive competition and social dominance theory : synopsis », in Hamburg D. A. & E. R. McCown (dir.), The Great Apes, Menlo Park, Benjamin / Cummings, pp. 317-338.

Rowell T., 2003. Interview dans le cadre de la réalisation d’un vidéogramme pour l’exposition « Making Things Public. Atmospheres of democracy », organisée par Latour B. & P. Weibel, Karlsruhe, 2005 ; partiellement reprise dans Despret V., 2006. « Sheep do have opinions », in Latour B. & P. Weibel (dir.), Making Things Public. Atmospheres of Democracy, Cambridge / Karlsruhe, mit Press / zkm, pp. 360-370.
2000a. « The ethological approach precluded recognition and reconciliation », in Aureli F. & F. B. M. De Waal (dir.), Natural Conflict Resolution, op.cit., pp. 227-229.
2000b. « A few peculiar primates », in Strum S. & L. Fedigan (dir.), Primate Encounters: Models of Science, Gender and Society, Chicago, University of Chicago Press, pp. 57-71.
1978. « Forest baboons: a recantation », conférence inédite donnée au cours du séminaire « Baboon field research: myths and models » à la Wenner-Green Foundation.
1974. « The concept of social dominance », Behavioral Biology, n° 11, pp. 131-154.
1972. The Social Behaviour of Monkeys, Harmondsworth, Penguin Books.
1967. « Variability in the social organization of primates », in Morris D. (dir.), Primate Ethology, Londres, Weidenfield & Nicolson, pp. 219-235.
1966. « Forest living baboons in Uganda », Journal of Zoology, Londres, n° 149, pp. 344-364.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Seyfarth R. & D. Cheney, 1984. « Grooming, alliances and reciprocal altruism in vervet monkeys », Nature, n° 308, pp. 541-543.
DOI : 10.1038/308541a0

Singer P., 1993. La Libération animale, Paris, Grasset.

Smuts B., 2003. « «Love at Goon Park»: The science of love », New York Times, 2 février, compte rendu du livre de Blum D., 2003, Love at Goon Park. Harry Harlow and the Science of Affection, op. cit.

Smuts B. & J. Watanabe, 1990. « Social relationship and ritualized greetings in adult male baboons (Papio cynocephalus anubis) », International Journal of Primatology, vol. 11, n° 2, pp. 147-172.

Stengers I., 1993. L’Invention des sciences modernes, Paris, La Découverte, coll. « Armillaire ».

Strum S., 1990. Presque humain. Voyage chez les babouins, Paris, Eshel.

Strum S. & L. Fedigan, 2000. « Changing views of primate society: A situated North American view », in Strum S. & L. Fedigan (dir.), Primate Encounters: Models of Science, Gender and Society, Chicago, The University Press of Chicago, pp. 3-49.

Van Shaik C. & F. Aureli, 2000. « The natural history of valuable relationship », in Aureli F. & F. B. M. De Waal (dir.), Natural Conflict Resolution, op. cit., pp. 307-331.

Washburn S. & I. DeVore, 1962. « Social behavior of baboons and early man », in Wash-burn S. (dir.), The Social Life of Early Man, Londres, Methuen, coll. « Viking Fund Publications in Anthropology ».

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Zahavi A., 1976. « The testing of a bond », Animal Behaviour, n° 25, pp. 246-247.
DOI : 10.1016/0003-3472(77)90089-6

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet la belle critique de Peter Singer (1993 : 74).

2 Je me permets de renvoyer, pour une discussion sur ce point, à l’analyse que j’en ai proposée (Despret 2002).

3 Cette réponse est en effet très partielle. Elle néglige ce fait beaucoup plus important : notre sensibilité à l’égard des animaux, ou en tout cas de certains d’entre eux, s’est considérablement modifiée. Dans les limites assignées au présent travail cependant, il m’est impossible de rendre compte de cette histoire.

4 Cité par Joseph H. De Rivera (1992 : 383).

5 Dans l’article reprenant leurs 1 200 heures d’observation commune, Washburn et DeVore décrivaient la vie quotidienne des babouins : le toilettage n’était pas une seule fois mentionné.

6 Cette question de méthode se révèle, quoique de manière indirecte, liée au genre, puisque les femmes, ayant à cette époque peu de possibilités de carrière au sein des universités, se permettaient de rester beaucoup plus longtemps sur le terrain que leurs collègues masculins.

7 À la lecture des travaux des éthologues, on ne peut que donner raison à la philosophe des sciences Donna Haraway lorsqu’elle écrit : « La dominance a été aux primatologues ce que la parenté a été pour les anthropologues, à la fois le plus mythique, le plus technique et le plus fondateur de discipline de tous les outils conceptuels du terrain » (Haraway 1992 : 164).

8 C’est ce qu’Isabelle Stengers (1993) appellera, pour qualifier le travail de Strum, une « quête de la pertinence ». Bruno Latour, quant à lui, dans la postface qu’il offrit au livre de Strum (1990), baptisa les babouins étudiés par la primatologue de « sociologues à fourrure », afin de souligner le contraste avec les babouins mal dégrossis des chercheurs qui l’ont précédée. Le changement de perspective dans la pratique caractérisera de nombreuses recherches à partir de ce moment – quoique d’autres chercheurs antérieurs pourraient y être associés, dont Jane Goodall et Thelma Rowell. Elles témoignent toutes de ce que j’ai appelé, pour analyser les différences de pratiques, la « politesse du faire connaissance » (Despret 2002).

9 Les féministes ne se sont pas privées de critiquer cette tendance toute machiste de la primatologie qui consiste à considérer les femelles comme une ressource pour l’action des mâles. On remarquera que l’influence des théories féministes a conduit certain(e)s primatologues à envisager les mâles comme des ressources autour desquelles les femelles entrent en compétition.

10 Des recherches très récentes ont sérieusement remis en question ce modèle de l’animal acteur économique rationnel ne cherchant qu’à maximaliser son intérêt (Chen, Lakshminarayanan & Santos 2006) : des singes capucins à qui les scientifiques ont appris l’usage de l’argent montrent, dans leurs choix, des motivations très rationnelles lorsqu’on diminue les prix d’une denrée (ils optent pour la denrée la moins chère). Mais leurs choix deviennent très « irrationnels » lorsque l’expérimentateur leur propose des transactions dans lesquelles ils peuvent gagner ou perdre une part de l’achat : à bénéfice égal, ils privilégient les transactions qui donnent le sentiment de gagner.

11 Jane Goodall, en 1968, J.a.r.a.m. van Hoof en 1967, Donald Lindburg en 1973 et quelques autres primatologues avaient cependant déjà insisté sur le fait que les contacts corporels ont une fonction de réassurance : ces contacts réduisent la tension et l’anxiété, et ils contribuent à la stabilité sociale (De Waal 2000 : 19-20).

12 Inscrire cette transformation sous la seule influence de De Waal serait injuste vis-à-vis de primatologues comme Strum, qui avait déjà insisté sur la compétence des babouins à penser leur relation sur le long terme, ou encore comme Rowell, Robert Hinde et bien d’autres. Mais il ressort clairement de cette histoire que le concept de réconciliation a eu, sur les chercheurs, un pouvoir de conviction qui a très largement modifié les manières de penser (Rowell 2000a).

13 C’est d’ailleurs le reproche que l’on peut adresser aux toutes récentes théories qui ont envisagé le toilettage comme un précurseur du langage. Selon l’anthropologue Robin Dunbar (1996), le langage serait apparu comme substitut du soin social. Parce qu’il ne peut s’échanger que de proche en proche, le toilettage ne peut assurer la cohésion sociale que dans des groupes de taille réduite. Cette théorie se fonde sur la fonction pragmatique du langage plutôt que sur le contenu informationnel que celui-ci véhicule. Une bonne part de notre activité de parole consiste à « potiner », c’est-à-dire à parler pour ne rien dire. En d’autres termes, pour maintenir le lien. Outre les nombreuses critiques qu’on peut adresser à toute quête de l’origine, le raisonnement de Dunbar présente une faiblesse sérieuse. Pour « papoter », il faut déjà toute l’imagination langagière. On voit mal comment celle-ci serait à l’origine du langage lui-même. Je remercie Isabelle Stengers de m’avoir signalé cette manie très caractéristique des sociobiologistes : mettre la charrue avant les bœufs.

14 Cette hypothèse s’inscrit dans la lignée de celles que proposait, pour expliquer la récurrence de gestes « risqués » chez nombre d’animaux, l’éthologue Amotz Zahavi (1976).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Desprest V., 2007, « Ce qui touche les primates », Terrain, n° 49, pp. 89-106.

Référence électronique

Vinciane Despret, « Ce qui touche les primates », Terrain [En ligne], 49 | août 2007, mis en ligne le 03 janvier 2012, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://terrain.revues.org/6161 ; DOI : 10.4000/terrain.6161

Haut de page

Auteur

Vinciane Despret

Université de Liège, département de philosophie, Belgique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Les éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo Ministère de la Culture
  • Revues.org