Navigation – Plan du site
l'Amour

Du mariage arrangé au mariage d'amour

Nouvelles stratégies chez les Bengali d'East Londo
Kate Gavron
p. 15-26

Texte intégral

Traduit de l'anglais par Catherine Rouslin

1« Aujourd'hui les filles, les jeunes, elles aimeraient beaucoup pouvoir choisir elles-mêmes leur mari, je pense que ça leur tient vraiment à cœur. C'est peut-être le système qui les influence, ou autre chose, mais en tout cas c'est quelque chose qu'elles aimeraient vraiment pouvoir faire, et c'est le problème qu'elles ont chez elles. Mais je crois que ce sont les familles qui reconnaissent que leurs enfants, leurs jeunes, veulent choisir eux-mêmes leurs époux, que ce sont ces familles qui sont assez intelligentes pour parler à leurs enfants et qui leur disent : "Bon, on va aller au Bangladesh et vous pourrez choisir", ou qui les font participer au choix de quelqu'un, ce sont ces familles-là qui arrivent encore à garder leurs enfants. Mais celles qui ont tendance à ne pas communiquer avec eux, qui n'ont pas l'air de trouver des solutions, moi je pense que ce sont celles qui perdent leurs enfants » (jeune femme de 23 ans).

Historique

2Mes recherches ont été effectuées en Grande-Bretagne dans la communauté bengali de Tower Hamlets, un quartier de l'East End de Londres où les immigrants continuent de s'installer depuis des siècles. Les Bengali ont été décrits comme « le groupe ethnique le plus désavantagé de Grande-Bretagne » (HCHAC 1986). La première grande immigration vers ce quartier situé à la périphérie de la City de Londres, le centre financier de la capitale, fut celle des huguenots français qui fuyaient la persécution religieuse dans leur pays et s'installèrent à Londres comme orfèvres, tisseurs de soie et artisans.

3Quelques-unes des belles maisons qu'ils construisirent à la fin du xviie et au début du xviiie siècle bordent toujours les rues de part et d'autre de Brick Lane, qui est maintenant au centre de la communauté bengali. Ces maisons hébergent aujourd'hui un mélange de demeures bourgeoises élégantes, de petits ateliers de confection et de travail du cuir délabrés, de centres socio-éducatifs, de bureaux et de logements surpeuplés et de plus en plus dégradés que louent des particuliers. Les étages ont toujours les grandes fenêtres des ateliers de tissage dans lesquels les huguenots fabriquaient leurs soieries, tandis que les rez-de-chaussée sont devenus des boutiques et des magasins où la soie, aussi douce et chatoyante que celle tissée à l'époque par les huguenots, est maintenant importée d'Inde ou du Bangladesh. Autrefois de haute qualité et très chers, aujourd'hui produits en série et bon marché, des vêtements ont été fabriqués dans les mêmes bâtiments depuis plus de trois siècles.

4C'est Brick Lane qui est au cœur de cette communauté. Cette rue est bordée de restaurants « indiens », d'épiceries qui vendent de la viande halal et des fruits frais, des légumes et des poissons importés du Bangladesh. Des congélateurs regorgeant de poissons et de fruits de mer participent au réapprovisionnement continu de la population locale qui recrée les plats des villages d'origine dans les immeubles des grands ensembles d'East London. D'autres magasins se spécialisent dans la fabrication de sucreries outrageusement colorées et dans la restauration des grandes fêtes de mariage données dans les centres socio-éducatifs et les salles publiques du quartier. Des boutiques vendent aussi des objets religieux, des livres et des cassettes, des chaussures et des bijoux, tous importés d'Inde et du Bangladesh. A mi-chemin sur Brick Lane se trouve Jamme Masjid, la plus vieille mosquée de ce quartier de Londres. A l'origine une chapelle protestante dont la construction fut financée par les immigrants huguenots en 1743, ce bâtiment a peu changé. Il fut repris en 1793 par la London Society for Promoting Christianity among the Jews (qui avait alors commencé à s'établir dans ce quartier de Londres), mais, en 1809, on le transforma en chapelle méthodiste. En 1897, on en fit une synagogue pour les immigrants juifs d'Europe de l'Est dont le nombre ne cessait de croître rapidement, pour devenir enfin une des principales mosquées de Londres en 1975.

5Le recensement de 1991 indiquait que 36 955 personnes (23 %) vivant dans l'arrondissement de Londres appelé Tower Hamlets étaient originaires du Bangladesh. Exprimé en pourcentage, il s'agissait là du plus grand nombre d'individus d'un même pays parmi toutes les minorités ethniques immigrées, tous arrondissements londoniens confondus (OPCS 1992), et de la plus grande communauté de Bengali en Grande-Bretagne. Cette population est très jeune ; plus de 50 % des personnes scolarisées en 1994 dans ce même arrondissement étaient bengali (THESG 1994). Dans la section électorale de Spitalfields, qui comprend les vieilles rues bâties à l'époque par les huguenots, la proportion de résidents bengali s'élève à 61 %. Cela est dû, en partie, au fait qu'on y trouve encore un grand nombre de logements loués par des particuliers, mais surtout parce que les Bengali eux-mêmes préfèrent se loger dans ce quartier.

6Environ 90 % de ces Bengali britanniques viennent de la province de Sylhet, dans le nord-est du Bangladesh. C'est une région où le thé est très cultivé et où, pendant plus de deux cents ans, les hommes ont travaillé comme saisonniers, en particulier comme matelots et cuisiniers sur les bateaux de la British East India Company. Beaucoup de ces marins s'installèrent à Londres après la guerre de 39-45 et d'autres arrivèrent encore en grand nombre dans les années 50 et 60 pour travailler dans les usines de textile du nord de l'Angleterre, dans les ateliers de confection d'East London, et dans les restaurants indiens que l'on trouve partout en Grande-Bretagne, des établissements dont, pour la plupart, des natifs de Sylhet sont les gérants et les propriétaires. Ces hommes ont fait venir leurs femmes et leurs enfants en Grande-Bretagne plus tardivement que les autres immigrants ; à Tower Hamlets un grand nombre d'entre eux ne sont arrivés que dans les années 80. La plupart des femmes qui sont venues avec leurs enfants à cette époque-là en Grande-Bretagne parlent très mal l'anglais, et plus de la moitié de leurs enfants le parlent peu ou pas du tout quand ils vont à l'école pour la première fois. Toutefois, quand ils terminent leurs études, beaucoup d'entre eux ont de bons résultats et sont de plus en plus nombreux à s'inscrire à l'université. C'est principalement auprès de jeunes femmes de 15 à 30 ans éduquées en Grande-Bretagne que mes recherches ont été conduites1.

Objet de l'étude

7La grande majorité des Bengali britanniques sont musulmans et la plupart des familles s'efforcent d'observer assez strictement le purdah. Cela veut dire que la majorité des femmes ne sortent de chez elles qu'accompagnées, que les courses sont surtout faites par les hommes, et que les filles sont censées rentrer chez elles immédiatement après l'école. Les parents préfèrent envoyer leurs filles dans des écoles qui ne sont pas mixtes ; elles sont assez nombreuses à Tower Hamlets. Pour la plupart de mes informatrices, le contact avec les hommes se limite à leurs frères et aux autres proches qui leur rendent visite.

8Quelques jeunes femmes ont leur première relation amoureuse avec un étudiant rencontré dans un des établissements d'enseignement supérieur où certaines d'entre elles parviennent à s'inscrire. Mais elles sont nombreuses à ne pas avoir d'histoire d'« amour » avant de se marier avec un homme choisi par leurs parents. A Tower Hamlets, les mariages entre Bengali sont presque toujours organisés par les parents, mais de plus en plus de jeunes femmes réussissent, en insistant, à se voir accorder le droit de participer au choix de leur époux. L'éducation joue un rôle important dans l'organisation des mariages, mais aussi comme moyen utilisé pour retarder ou éviter un mariage arrangé.

9Il serait certainement difficile à d'autres jeunes gens élevés en Grande-Bretagne d'imaginer qu'à Tower Hamlets, pour beaucoup de jeunes Bengali anglais, le « mariage » est quelque chose qui se transforme en « amour » plutôt que l'inverse. Quand elles sont chez elles, la majorité de mes informatrices célibataires qui ont fait leurs études en Grande-Bretagne aiment regarder des mélos qui passent à la télévision en début de soirée et qui les abreuvent d'histoires d'amour tour à tour heureuses et catastrophiques. Ce régime de mélos, de films et de romans, qui est la nourriture intellectuelle des élèves des écoles britanniques, célèbre la liberté de choix après le flirt et la déclaration d'amour. Le grand succès de l'adaptation télévisée du livre de Jane Austen, Orgueil et préjugé, raconte l'idylle d'une héroïne courageuse courtisée par un beau et riche héros qui obtiendra sa main et l'épousera au dernier chapitre.

10Il est important de comprendre que les filles bengali qui vont à l'école à Tower Hamlets ne sont pas soumises à certaines influences culturelles britanniques, contrairement à ce qu'on pourrait attendre. D'abord, et cela est essentiel, un grand nombre d'entre elles fréquentent des établissements dans lesquels la population bengali représente plus de 90 % des élèves. Cela est dû en partie à la concentration des Bengali britanniques dans certains quartiers résidentiels, mais aussi au fait que les autres écoles alentour sont des établissements religieux appartenant à l'Eglise d'Angleterre et à l'Eglise catholique romaine, qui prennent en priorité des « chrétiens », en d'autres termes, des élèves blancs. Il en résulte que pour beaucoup de jeunes Bengali leur seul contact avec la population blanche est celui qu'elles ont avec leurs professeurs. De plus, la plupart d'entre elles n'ont aucune activité extrascolaire et rentrent chez elles immédiatement après la fin des cours. En conséquence, la majorité de ces filles n'ont pas de groupes d'amies blanches de leur âge qui pourraient leur parler de leurs petits amis, de leurs histoires d'amour ou de leurs expériences sexuelles. Les filles bengali ont leurs sujets de discussion préférés, mais mon expérience personnelle m'a appris qu'ils portent d'abord sur les projets que font leurs parents pour leur mariage, ensuite sur leur appréhension des difficultés de la vie quotidienne chez leurs beaux-parents.

11Bien entendu, comme je l'ai dit plus haut, beaucoup de filles bengali aiment regarder des mélos tous les jours à la télévision. Elles étudient la littérature anglaise au lycée, où elles lisent des poèmes d'amour, de la fiction romantique et des pièces de Shakespeare. Intellectuellement, elles savent donc la place qu'occupe l'amour dans le choix d'un mari pour les jeunes filles blanches de leur âge, et il arrive bien sûr qu'une jeune Bengali fasse scandale en s'enfuyant ou en tombant enceinte. Mais, généralement parlant, je souhaite montrer que lorsqu'il s'agit du choix de leur époux un des éléments sur lesquels l'« amour » se construit est le choix judicieux d'un mari, et que dans ce type de relations l'amour est moins le fait du hasard que ce que présente la tradition intellectuelle britannique. Par conséquent, même si les jeunes Bengali britanniques participent de plus en plus activement à la sélection de leur époux, nombre d'entre elles pensent que le meilleur moyen de faire naître l'amour dans un mariage est d'utiliser les critères traditionnels de choix d'un mari.

Mariage ou école : qui décide ?

12Depuis quelques dizaines d'années, les femmes se marient de plus en plus tard au Bangladesh ; le recensement de 1981 à Sylhet fait apparaître un âge moyen de 17,3 ans pour les femmes, et 25,4 ans pour les hommes (BBS 1981), et il semblerait que, depuis, cette moyenne ait augmenté.

13Les écoles du quartier de Tower Hamlets, et en particulier les établissements qui ne sont pas mixtes, sont de plus en plus fréquentées par des filles bengali qui continuent leurs études après l'âge de 16 ans. Elles sont plus nombreuses à suivre des cours de première et de terminale dans les lycées mixtes du quartier, mais certaines d'entre elles ne sont pas autorisées par leurs parents à étudier dans des écoles mixtes. Pour une raison évidente : les parents veulent éviter que la mauvaise fréquentation de jeunes gens nuise à la réputation de leur fille. De telles relations risqueraient de diminuer ses chances de faire un bon mariage avec le fils d'une famille respectable. Une fille de 17 ans qui est encore à l'école raconte que ses parents aimeraient la voir se marier rapidement : « Ça m'est un peu égal que ce soit un mariage d'amour ou un mariage arrangé, mais ma famille, elle ne me forcera pas, c'est ce qu'on m'a dit. Mais ils ne veulent pas que je sois trop vieille, c'est ce qu'ils ont dit. »

14Les parents mettent en balance les avantages qu'offre une fille mieux instruite avec le danger de porter atteinte à son honneur et à celui de sa famille (izzat). Certains d'entre eux prennent des dispositions pour qu'elle se marie jeune et sacrifient son éducation. L'histoire de Sheli2 est caractéristique de ce qui peut arriver à une fille issue d'une famille rigide. Son comportement avait toujours été étroitement surveillé, et quand elle était enfant elle n'avait jamais été autorisée à sortir sans être accompagnée par un parent ou un frère, même pour le court trajet aller-retour jusqu'à l'école. A l'âge de 16 ans, juste avant des examens importants, on l'envoya (à sa grande surprise) au Bangladesh pour une visite de huit semaines. A son retour, elle ne fut pas autorisée à retourner à l'école, et elle ne passa pas ses examens. Peu de temps après, on la maria à un jeune homme qui venait d'arriver du Bangladesh et rendait visite à sa sœur en Grande-Bretagne. Elle suppose que ses parents avaient arrangé son mariage pendant qu'elle était au Bangladesh, où sa future belle-famille avait pu l'examiner sans qu'elle s'en aperçût. Le mariage fut organisé à son insu, et les fiançailles elles-mêmes eurent lieu alors qu'elle avait la varicelle, si bien que c'est à peine si elle rencontra la famille de son futur époux. Bien qu'à présent elle insiste sur le fait qu'elle est heureuse, à l'époque, « pour être franche, je n'avais pas du tout envie de me marier ».

15Il est possible que d'autres parents qui souhaitent arranger le mariage de leurs filles de 16 ou 17 ans rencontrent une résistance de leur part. Mais cela est rarement le cas, la plupart de mes informatrices s'étant résignées à se marier jeunes et ne voulant pas décevoir leurs parents. Très peu de filles rejettent catégoriquement le principe du mariage arrangé malgré leur contact, à l'école et ailleurs, avec le système britannique du mariage d'« amour ». Mes informatrices étaient particulièrement éloquentes sur la question du taux de divorce des mariages d'« amour » britanniques.

16Nous allons le voir, certaines femmes qui choisissent leur futur mari peuvent le faire sur la base d'une rencontre ou d'un échange de lettres. Mais beaucoup de filles ne souhaitent pas se marier jeunes et veulent vivre quelques années de leur vie d'adulte avant d'accepter les responsabilités du mariage : « Pour [ma cousine de 18 ans], le mariage n'est pas la fin du monde, mais moi je ne suis pas de cet avis ; je détesterais l'idée du mariage. Je ne veux pas me marier trop jeune. Je n'ai rien contre, pour plus tard, mais me marier à 18 ans, pour moi c'est la fin du monde. Parce qu'une fois mariée, vous avez d'autres responsabilités » (fille de 17 ans).

17Les jeunes femmes ne sont pas toujours d'accord sur l'influence qu'elles peuvent exercer sur leur avenir ; celui-ci dépend en définitive des relations qu'elles entretiennent avec leurs parents, et en particulier avec leur père. Dans un cas reconnu comme exceptionnel par son école, les professeurs d'une jeune fille tentèrent de persuader son père de la laisser continuer ses études après 16 ans plutôt que de la marier. L'un d'entre eux raconte : « Il y a quelques années, il y avait une fille qui est maintenant en troisième année à l'université de Londres et qui était parmi les élèves les plus brillantes que la plupart d'entre nous aient jamais rencontrées dans cette école. Et je me souviens qu'à la fin de sa troisième année de lycée son père lui avait dit : "Pas question que tu continues, tu vas te marier." Il était très clair là-dessus. Il y a eu une sacrée bagarre... et je crois que même dans ce cas-là la fille avait accepté son sort. Elle était très vive, mais elle n'était pas [trop] sûre d'elle, elle n'avait pas assez de bon sens, si vous voulez, pour pouvoir défier ses parents, et tout ce qu'elle disait, c'était : "Je ne peux rien faire, Mademoiselle, c'est comme ça, c'est tout." »

18Cette jeune femme a terminé sa licence, travaille à plein temps depuis plus d'un an et peut maintenant envisager de se marier avec un diplômé du Bangladesh de son choix. Elle dit elle-même que ses parents ont, en quelque sorte, fait volte-face : « Mes parents sont vraiment bizarres, ils ne font pas forcément ce qu'ils disent. Pour le moment, ça ne les intéresse pas que je me marie, mais moi si, c'est ça qui est bizarre... Ils seraient très contents que j'attende encore quelques années avant de me marier. Du coup, c'est moi qui fais pression sur eux. »

19Elle dit clairement qu'une des raisons qui la poussent à vouloir se marier est qu'elle veut quitter la maison familiale et être indépendante de ses parents. Grâce à l'augmentation de leurs revenus, il est possible que les femmes auront à l'avenir plus d'influence sur la décision de se marier.

20L'exemple que je viens de citer est exceptionnel par les qualités personnelles de cette femme et par les efforts que son établissement était disposé à fournir pour qu'elle continue ses études. D'autres filles négocient avec leurs parents le droit de rester à l'école. La plupart d'entre elles savent bien que c'est une des raisons pour lesquelles les filles ont de meilleurs résultats scolaires que les garçons ; elles doivent travailler dur pour avoir le droit de continuer leurs études. « Les garçons, en général, je pense qu'ils sont... Je pense que ce qui nous fait travailler dur, c'est la peur d'avoir à se marier jeunes, et aussi, tu te dis, enfin, c'est généralement ce que les parents disent à leurs filles, ils disent : "Si tu n'as pas de bons résultats à tes examens, on te marie." Alors ça vous fait travailler ! Ça vous fait travailler ! » (une fille passant son baccalauréat).

21Certains parents placés devant le dilemme d'autoriser ou non leur fille à continuer ses études dans un environnement pouvant nuire à sa réputation choisissent de la marier alors qu'elle est toujours à l'école. Le droit d'étudier après le mariage peut même faire partie des négociations engagées entre parents. Mais les filles font elles-mêmes remarquer que tout accord passé avant le mariage peut très bien ne pas être respecté par la suite. Idéalement, la résidence des époux est virilocale ; la femme devient membre de la famille de son mari, et on lui demande alors de se charger des tâches domestiques chez ses beaux-parents. Quand elle se marie, la femme devient donc membre à part entière de sa belle-famille et est soumise à l'autorité des parents de son époux. « Ce qu'il y a, c'est que vous ne pouvez pas vraiment savoir, parce qu'ils peuvent jouer la comédie. Comme ce qu'a fait la belle-mère de ma sœur. Elle était adorable quand elle est venue chez nous... Maman lui avait demandé : "Vous permettrez à ma fille d'étudier ?" et elle avait dit oui. Et elle venait tout juste de se marier que c'était déjà : "Non, nous ne pouvons pas permettre à notre belle-fille de travailler, ni même d'étudier." Presque tout de suite, après quelques mois seulement. Alors vous ne pouvez pas trop leur faire confiance » (fille de 18 ans).

22J'ai parlé plus haut de filles qui ne veulent pas se marier trop tôt, et de certaines d'entre elles qui utilisent l'éducation pour retarder leur mariage. D'autres, bien entendu, pensent qu'elles ne pourront pas éviter de se marier jeunes, et, en conséquence, ne font pas d'efforts à l'école (« Pourquoi étudier, puisque je vais bientôt me marier », m'a dit l'une d'entre elles). Certains auteurs ont mis en avant qu'une des raisons pour lesquelles les jeunes femmes blanches ont des enfants (plutôt que d'avorter ou de prendre une contraception) est leur désir d'être reconnues comme adultes, en particulier dans des quartiers comme East London, où le chômage des jeunes est très élevé. De même, pour les jeunes femmes bengali dont les familles n'accepteront pas, de toute manière, qu'elles prennent un emploi rémunéré en dehors d'un choix réduit de petits boulots, c'est le rôle inévitable d'épouse et de mère qui les fait sortir de l'enfance et devenir femmes.

23De plus en plus de jeunes femmes ont beau terminer leurs études secondaires, faire des études universitaires et acquérir, dans quelques cas, des diplômes supplémentaires, la majorité des Bengali britanniques continuent pourtant de quitter l'école et de se marier jeunes. Une enquête conduite à Tower Hamlets auprès de 170 Bengali révèle que tous les hommes de plus de 25 ans, sauf un, sont mariés, et que toutes les femmes de plus de 20 ans le sont aussi, à l'exception de deux d'entre elles âgées de 21 et 25 ans3.

Choisir un époux : le choix des parents

24« Si vous vivez dans un village, vous n'avez pas votre mot à dire... Dans ce pays, les filles peuvent le faire. Moi, si je n'aimais pas quelqu'un, je dirais simplement : "Non, je ne veux pas me marier avec lui" » (fille de 17 ans).

25Ce sont généralement les parents qui trouvent et choisissent les époux de leurs enfants, qu'ils soient garçons ou filles. Habituellement, les futurs mariés ne sont autorisés à se rencontrer qu'une fois un accord passé entre leurs parents. Ils se verront parfois officiellement une ou deux fois, leurs frères et sœurs faisant alors office de chaperons, mais, dans tous les cas, ils n'auront eu que très peu d'occasions d'apprendre à se connaître avant la cérémonie du mariage.

26Quel que soit le discours tenu sur la possibilité de refuser de se marier, cela est difficile en réalité car les parties considèrent que la question du mariage est réglée avant même que le couple se soit rencontré. J'ai écrit plus haut que, dans la majorité des cas, les jeunes femmes s'attendent à ce que leurs parents fassent un bon choix dans leur intérêt. Une élève décrit comment fut arrangé le mariage de sa sœur avec un visiteur de passage en Grande-Bretagne : en principe, celle-ci aurait pu refuser ce mariage, et la description donnée ci-dessous montre qu'elle était vraiment angoissée par cette union et par le choix de son mari ; en pratique, elle fut soumise à des pressions tacites qui garantirent son accord. D'autres indices donnent à penser que des pressions supplémentaires s'exercèrent sur elle pour qu'elle accepte ce mariage, son futur mari étant dans une situation légale précaire ; il n'avait qu'un permis de séjour provisoire, et voulait cependant rester plus longtemps en Grande-Bretagne.

27« Bon, elle n'était pas obligée, mais d'une certaine manière, elle était forcée de dire oui. Vous savez comment c'est, avec le mariage ? si vos parents sont contents, s'ils aiment bien leur futur gendre, alors ils vous demandent, parce que ma sœur, elle avait le choix. En fait, c'est pas tout à fait vrai, ils lui ont dit : "Tu veux te marier avec lui ?" Ils lui ont montré sa photo et tout, et elle ne savait pas quoi faire, elle ne le connaît même pas. Elle était allée au collège, elle avait eu ses deux bacs, elle avait dans l'idée d'aller un peu plus loin. Et puis, parce que tous les autres étaient vraiment contents de ce mariage, enfin, mon père s'en fichait un peu, ça ne lui aurait rien fait si elle avait dit non, mais c'était ma mère et mes oncles, ils voulaient qu'elle se marie. Et elle se disait : "Si je dis non, ma mère va peut-être penser qu'il y a quelque chose, que j'ai un petit ami, ou un truc comme ça." Alors elle lui a dit oui. Et après ça, ils ont fait ce... il est venu, et on a fait ce... ça s'appelle un sinifan, c'est quand les futurs mariés se rencontrent avant les fiançailles, et qu'ils peuvent se parler. Alors elle ne lui a parlé que pendant une heure – qu'est-ce qu'on peut savoir en une heure ? C'était un mariage arrangé » (fille de 17 ans).

Fugues et refus : les rares mises en garde

28Les parents sont censés marier tôt leurs filles en partie pour éviter le danger de les voir s'enferrer dans des histoires d'amour ou même fuguer avec des hommes qui ne sont pas pour elles. Des exemples concrets sont pourtant rares. Cette infime minorité sert à mettre en garde la vaste majorité. On raconte beaucoup d'histoires de fugues, mais dans la pratique, ces cas sont tout à fait exceptionnels. Une femme qu'on apprécie dans son quartier, pour le soutien qu'elle apporte aux familles pauvres, est pourtant critiquée parce qu'elle a vécu seule et avec un petit ami sans être mariée. Elle a bravé sa famille, avec laquelle elle est maintenant brouillée, en refusant le mari qu'on lui avait choisi. Il est clair qu'elle regrette d'avoir causé de la peine à ses frères et à son père, mais elle pense que ce dernier s'intéressait surtout à sa propre réputation dans la communauté plutôt qu'à son bien-être : « Je suis la seule dans ma famille à m'être battue contre leurs pressions, personne n'a jamais eu le courage de le faire. Alors, quand je suis partie de chez moi, leur décision, leur rêve était brisé. Pendant des années, ils ont essayé de me faire revenir et de me marier. Ils voulaient éviter de perdre la face dans notre communauté. Ils ne s'occupaient pas de mes désirs ; en fin de compte, c'étaient leurs besoins, leur bien-être. Et je respecte ça, ça n'est pas quelque chose que je ne respecte pas, je suis désolée d'avoir dû faire ça à ma famille, mais c'était parce qu'on ne s'était pas compris. Si j'avais eu ce que je voulais, si on me l'avait donné, cette situation ne se serait pas présentée. Alors, si j'ai fait de la peine, et j'en ai fait, en fin de compte ça n'était pas ma faute » (femme de 28 ans).

29Une autre fille m'a parlé de sa cousine qui avait un petit ami dans son lycée mixte. Ses parents l'avaient appris ; comme elle n'avait que 15 ans, ils avaient planifié son mariage pour l'année suivante et annoncé qu'elle allait se fiancer avec l'homme qu'ils avaient choisi. A 16 ans, elle était partie faire un voyage en Ecosse avec son petit ami. Ils s'étaient mariés avant de retourner à Londres. Dans ces deux cas, les maris choisis étaient bengali ; il arrive qu'il y ait des mariages avec des Blancs, mais c'est encore très rare à Tower Hamlets.

Le parfait mariage : comment les parents font leur choix

30Avant de prendre en considération les qualités personnelles recherchées chez le futur époux, les parents doivent s'assurer qu'il vient d'un milieu qui leur convient. Qu'il vive ou non déjà en Grande-Bretagne, leur préférence va avant tout à quelqu'un de leur propre district dans la région de Sylhet. Ces districts sont eux-mêmes relativement petits, et l'on considère que le meilleur choix serait quelqu'un d'un de ces rares villages. Une des raisons données pour expliquer la préférence accordée aux femmes de leur propre district est que la façon de préparer les plats varie d'un endroit à un autre et qu'une nouvelle épouse qui s'occupera de la cuisine chez ses beaux-parents devra savoir comment faire les choses à leur manière : « Ils diraient, les gens d'autres districts, ils ne savent pas comment recevoir, il y a des choses qu'ils ne savent pas faire ; ils critiqueraient les autres... Leur manière de cuisiner serait différente, c'est déjà une chose... Oui, il y a des différences : comment ils coupent leur poisson, vous savez, on critiquerait ces choses-là : "Comment coupes-tu le poisson ? Il faut le faire comme ça." Je trouve ça vraiment ridicule ; "Pourquoi mets-tu tes oignons d'abord alors que tu dois les mettre après ?" Vous savez ? Oui, ces choses qu'une belle-mère ne se priverait pas de critiquer chez sa belle-fille, en disant : "Ton zat [caste] n'a donc jamais préparé de repas ? Tu ne sais pas faire la cuisine ?" » (célibataire de 24 ans, diplômée de l'université).

31Les parents cherchent aussi quelqu'un qui soit issu de leur propre classe sociale ou caste, selon le terme employé par les Bengali eux-mêmes. Parlant des castes chez les Pakistanais britanniques de Manchester, Pnina Werbner (1990 : 82) demande pourquoi le zat sert toujours à classifier les individus alors que ceux-ci ne se cantonnent plus aux métiers qui leur étaient réservés et, ce qui est plus important, que l'idéologie de l'islam met l'accent sur l'égalité, s'opposant ainsi à la nature hiérarchique de tout système de caste. Elle cite Dumont (1972) pour qui le contact entre hindous et musulmans a créé une société musulmane d'un type tout spécial, d'un type hybride que nous ne sommes guère en état de caractériser, sauf en disant qu'au-dessous des valeurs ultimes ou islamiques, d'autres valeurs, secondes ou implicites, sont supposées par le comportement de fait (1966 : 267, citation Werbner 1990 : 83). Cette description vaut très certainement pour la communauté bengali d'East London.

32Après la caste et la situation géographique du village d'origine, mes informateurs citent un troisième critère, celui du gusthi. Le conjoint doit venir du bon gusthi ou groupe « ayant en commun par les liens du sang un ancêtre masculin », comme le définit Rozario (1992 : 43).

33« La personne que mes parents voudraient que j'épouse, ses ancêtres étaient très croyants et enseignaient la religion, c'était ce qu'on appelle des pir. Ça veut dire quelqu'un de très pieux, et ils sont de ce gusthi, même s'ils ne sont pas de la même famille que mes parents, mais leur gusthi suit les mêmes traditions. Mon père vient d'un même type de gusthi, vous voyez ce que je veux dire ? Mais ils ne sont pas de la même famille. Et puis, leur zat est le même que le nôtre, mon futur mari est du même zat que nous. » (célibataire de 23 ans).

34A l'encontre des Pakistanais, les Bengali britanniques ne pratiquent pas le mariage préférentiel entre cousins. Ils sont pourtant nombreux à se marier avec des membres de leur famille paternelle et maternelle, surtout aujourd'hui, le mariage étant la seule manière de faire entrer sa famille en Grande-Bretagne4. Même dans l'importante communauté bengali de Tower Hamlets, où près de 40 000 individus se concentrent, les parents préfèrent souvent utiliser les services d'un marieur professionnel ou d'un intermédiaire pour aborder les familles dans lesquelles ils pensent pouvoir trouver la personne qui leur convient. Il est en effet plus facile de faire toutes les recherches nécessaires sur son gusthi et son zat avant que les deux familles se rencontrent.

35Mais la décision la plus importante que les parents doivent prendre pour leur fils ou leur fille est de choisir entre une personne élevée en Grande-Bretagne et quelqu'un n'ayant jamais quitté Sylhet. Cette décision, et le fait que tant de jeunes gens continuent à se marier au Bangladesh et demandent à ramener leur mari ou leur femme en Grande-Bretagne, aura de multiples conséquences sur la communauté bengali britannique pour de nombreuses années encore.

Trouver un conjoint à Sylhet : le pour et le contre

36A la question de savoir s'il est préférable de prendre quelqu'un élevé au Bangladesh, la réponse est assez variable selon les générations. Mais elle est unanime à certains égards. Quand il s'agit de faire le choix d'une femme pour un jeune homme élevé en Grande-Bretagne, parents comme enfants pensent qu'une femme ayant vécu au Bangladesh jusqu'à son mariage contribuera à sauvegarder les coutumes « traditionnelles » dans leurs familles communes, et s'entendra plus facilement avec ses beaux-parents, chez qui elle vivra probablement. Les jeunes femmes célibataires elles-mêmes pensent qu'elle élèvera plus volontiers ses enfants selon les normes de la culture bengali. C'est pourquoi ces jeunes Bengali britanniques expliquent qu'il serait peut-être préférable que leurs frères épousent des filles de Sylhet. Quand elles voient leurs propres camarades d'école et les imaginent mariées et vivant chez leurs beaux-parents, elles s'attendent à des ennuis.

37« Dans ce pays, les filles sont nettement plus affirmées, plus sûres d'elles et plus volontaires que les filles au Bangladesh. Elles ne veulent pas qu'on leur donne des ordres. C'est comme ça. On ne va pas se laisser marcher sur les pieds, et on veut être écoutées, nous aussi. On ne va pas s'effacer et accepter tout ce qu'on nous dit. Alors que si tu viens du Bangladesh, tu as été élevée autrement. En fait, c'est plus ce qu'ils veulent d'une femme, d'une fille, c'est plus ce qu'ils attendent d'elle. C'est pour ça qu'ils préfèrent prendre quelqu'un du Bangladesh » (fille de 18 ans).

38Ainsi, quelle que soit l'importance donnée à son éducation, quand il s'agit de trouver un mari à une fille, il y a de fortes chances pour que ses études dans les écoles britanniques ne l'aient pas préparée à devenir une belle-fille bengali soumise.

Choisir la femme d'Iqbal

39Une fille de 17 ans, Sultana, m'a raconté sur plusieurs mois comment progressait la recherche d'une femme pour son frère aîné Iqbal, qui est imam dans une grande mosquée de Londres. Quand elle m'en a parlé la première fois, elle a résumé ainsi son sentiment qu'il finirait par épouser une fille du Bangladesh : « En ce moment, on cherche une épouse [pour mon frère Iqbal]. Vous savez que c'est nous qui devons lui en trouver une et pas lui ? Lui, il répète que ça serait mieux si nous prenions une femme élevée ici, parce qu'elle se sentirait plus proche de lui. Mais mes parents pensent qu'elle serait probablement mieux si elle était du Bangladesh, parce qu'ils l'aimeraient peut-être encore plus et qu'elle partagerait leurs coutumes. Et elle s'intégrerait mieux dans la famille. C'est aussi ce que je pense. Parce que la plupart des filles, dans ce pays, elles sont plutôt occidentalisées, elles n'arriveraient pas à s'intégrer dans une famille, dans ma famille, parce qu'elle est très religieuse. Ils n'aimeraient pas que les filles aillent travailler. »

40Malgré les préférences d'Iqbal pour une femme éduquée en Grande-Bretagne, ses parents et Sultana elle-même pensaient qu'il était plus important que la nouvelle épouse s'entende bien avec toute sa belle-famille.

41Quand nous nous étions revues la fois suivante, Sultana m'avait raconté comment cette recherche progressait. Au début, ses parents avaient accepté de chercher à Londres l'épouse qu'il fallait à Iqbal. Ils avaient entendu parler d'une fille de bonne famille et lui avaient rendu visite, ainsi qu'à sa famille. Elle avait 17 ans comme Sultana, et les deux filles avaient discuté. Sultana et Iqbal voulaient savoir si cette femme éventuelle parlait l'anglais correctement. On avait dit aux parents de Sultana que c'était le cas ; elle découvrit en fait que son anglais était très pauvre. Mais il y avait un autre obstacle au mariage : « Elle n'était pas si jolie que ça. Ça m'ennuie vraiment de le dire, mais si vous mariez votre fils, vous n'allez pas choisir la plus laide ! Et c'était le cas. Je n'aimais pas non plus sa personnalité. »

42La femme suivante avait un caractère plus agréable, mais sa famille n'étant pas assez religieuse, on avait jugé que son éducation spirituelle laisserait forcément à désirer. D'autre part, on la trouvait trop petite ; l'idéal était que le mari fasse environ 3 centimètres de plus que sa femme. Quand nous avions reparlé de sa recherche d'une belle-sœur (« C'est drôle qu'on n'arrive pas à trouver la personne qui convient ! »), elle m'avait raconté que ses parents avaient rencontré et rejeté cinq filles. Il était clair qu'ils étaient très exigeants : « Ce qui se passe, et moi je ne veux pas être aussi difficile que ça, mais mes parents le sont, ils veulent en plus qu'elle soit belle, c'est ce qu'ils recherchent. [Les filles] ne sont pas aussi bien que ce qu'on voudrait. Leur comportement [est important], si elles doivent s'entendre avec votre famille. Il nous faut quelqu'un de religieux. On ne peut pas prendre quelqu'un qui ne le soit pas et qui n'aime pas ça. Ça la contrarierait vraiment beaucoup, et elle ne s'entendrait pas non plus, c'est pourquoi nous voulons quelqu'un de religieux avant tout. Il y a aussi la classe. Ensuite vient le physique. Je pense l'avoir rencontrée [la femme qui lui convient], mais ma mère n'est pas entièrement d'accord. Elle est vraiment grande et tout, mais ma mère pense qu'elle fait la même taille que mon frère, alors elle est un peu trop grande, elle la veut un peu plus – elle est tellement tatillonne ! Elle la veut un peu plus petite. Elle est bien ; sur tous les [autres] points, elle est bien. Elle est parfaite, mais elle est un peu trop grande. »

43Sultana avait à présent l'impression que ses parents critiqueraient toutes les femmes envisageables qui avaient fait leurs études en Grande-Bretagne. Son père avait finalement décidé d'aller au Bangladesh pour trouver à Iqbal une femme de son district d'origine. Iqbal s'y était résigné, mais il espérait toujours trouver quelqu'un d'acceptable qui parlerait anglais. Quand je lui avais demandé s'il n'y avait personne parmi ses cousines, Sultana avait répondu : « Non, pas de cousines. Certaines d'entre elles sont trop jeunes et d'autres sont simplement trop vieilles. Parce que mon frère a 23 ans, et qu'on veut quelqu'un d'environ 18, 19 ans. Et on pense que si elle a presque son âge, si elle a environ 21, 22 ans, alors elle est probablement un peu trop vieille. Ma mère pense que les gens, les filles, mûrissent plus vite. Et quand on regarde le couple, elle veut qu'ils soient aussi bien l'un que l'autre. Elle ne veut pas qu'il y en ait un qui ait l'air plus vieux que l'autre. C'est ce qu'elle veut. Et moi je pense aussi que c'est important. »

44Le père de Sultana avait fait un long séjour au Bangladesh et, un an plus tard, Iqbal n'était toujours pas marié.

45Ce récit nous renseigne sur les qualités recherchées chez les futures épouses. Jeunes et vieux s'accordent à penser qu'il y a plus de chances pour que des filles élevées au Bangladesh soient disposées à se conduire correctement, à se comporter avec humilité et respect envers leur belle-famille, et à accepter de se soumettre à l'autorité de leur belle-mère.

Choisir un mari

46Certains parents pensent qu'ils trouveront plus facilement un mari ou une femme pour leurs enfants à Sylhet plutôt qu'à Tower Hamlets. C'est aussi l'avis de certaines filles. Bien qu'il y ait eu une évolution dans les attitudes des Bengali de tous âges, je suggère ici que les mariages arrangés entre les femmes bengali britanniques et les hommes de Sylhet ont toujours leur utilité. En effet, certains de ces changements renforcent ces pratiques.

Un mari de Sylhet : ce que veulent les femmes

47Selon la plupart des jeunes femmes, se marier avec un homme du Bangladesh présente l'avantage, en supposant que le couple envisage de s'installer en Grande-Bretagne, de leur éviter d'avoir à vivre avec leur belle-mère : « Si tu prends quelqu'un du Bangladesh, il n'y aura pas trop de problèmes parce que tes beaux-parents seront au Bangladesh. » Les jeunes femmes y attachent beaucoup d'importance car la belle-mère n'est pas tant l'objet d'un fantasme qu'un véritable problème en chair et en os dans la vie de leurs soeurs. L'un des sujets de conversation les plus courants parmi les adolescentes est le rapport qu'elles entretiendront avec leur belle-mère. Une jeune femme qui avait pu participer au choix de son mari m'a expliqué que son statut d'orphelin était l'un de ses atouts principaux. Mais pour celles qui n'ont pas cette chance, il reste l'avantage de pouvoir laisser les parents du mari au Bangladesh quand le couple retourne en Grande-Bretagne après son mariage.

48Une raison supplémentaire évoquée par les jeunes femmes elles-mêmes en faveur du mariage avec des hommes du Bangladesh est qu'ils sont mieux instruits. A priori, cela peut sembler surprenant, étant donné que beaucoup de parents citent avant tout l'éducation lorsqu'on les interroge sur les avantages de la vie en Grande-Bretagne. Mais quand on les questionne, ils sont nombreux à penser que les garçons non seulement réussissent moins bien que les filles dans les écoles locales5, mais qu'ils ont une conduite qui laisse beaucoup à désirer. On les compare, à leur désavantage, aux filles du quartier, ou aux garçons élevés au Bangladesh. Si les parents d'une fille « londoni » peuvent, par le mariage, donner à un homme l'occasion de vivre et de travailler à Londres, ils peuvent aussi lui trouver un mari issu de l'élite cultivée de Sylhet. Ces jeunes hommes instruits ont actuellement des difficultés pour trouver à Londres des emplois autres que commis de cuisine dans les restaurants indiens, mais la communauté dans son ensemble souhaite qu'on tienne compte à l'avenir de leur éducation pour leur offrir de meilleurs emplois.

49Pour une femme cultivée et ambitieuse élevée en Grande-Bretagne, l'avantage indéniable d'avoir un mari qui ne peut trouver qu'un emploi mal rémunéré est qu'elle pourra travailler. Plus encore que leurs parents, les filles elles-mêmes insistent sur l'importance de l'éducation dans la recherche d'un meilleur emploi. Il est vrai qu'elles sont de plus en plus nombreuses à arriver sur le marché du travail, mais beaucoup d'entre elles admettent qu'il est peu probable qu'elles soient jamais autorisées à se mettre à la recherche d'un emploi ; d'autres disent que les seuls types de professions tolérés par leurs familles seraient des emplois féminins de maîtresse d'école ou de puéricultrice. Peut-être cela changera-t-il, de plus en plus de jeunes femmes sortant des écoles et des universités avec de bons diplômes et beaucoup d'opiniâtreté.

50Même si une femme se sent obligée de se marier pour faire plaisir à ses parents, aussi longtemps que son époux sera dépendant d'elle pour la gestion quotidienne de leur vie, comme c'est habituellement le cas quand des femmes épousent de nouveaux migrants du Bangladesh, elle sera en meilleure position pour décider qui des deux travaillera, et à quoi. Une jeune diplômée de l'université qui a pu choisir elle-même son mari l'exprime clairement. Avant son mariage, leurs contacts s'étaient limités à quelques conversations téléphoniques et à un échange de vidéos personnelles, mais elle avait négocié avec lui certaines conditions : « Par exemple, je lui ai dit qu'il devait m'aider à faire la cuisine, que ça devait être réciproque. Parce qu'à son arrivée ici il ne va pas gagner grand-chose, n'est-ce pas ? Alors je dois bien préciser qu'on doit travailler tous les deux. Après, s'il peut devenir soutien de famille, c'est bien. Mais je ne vois pas ça pour tout de suite. Alors il doit m'autoriser à l'être [soutien de famille] et il doit s'occuper des choses à ma place. Moi je dis que le mariage, ça va dans les deux sens et que les gens doivent faire des compromis quand il le faut. On ne peut pas dire : les femmes font ce type de travail, les hommes celui-là. Si les gens ont ce genre d'idées bien arrêtées, je crois qu'aucun mariage ne peut marcher. Quand les situations changent, vous devez aussi changer. » Il est très clair que cette jeune femme pense que son meilleur espoir de pouvoir participer personnellement aux décisions de son couple est de se marier avec un jeune homme du Bangladesh.

51A première vue, il semblerait que les jeunes femmes elles-mêmes aient de bonnes raisons de préférer se marier avec quelqu'un du Bangladesh. Elles ne sont cependant pas toutes de cet avis, et certaines d'entre elles font remarquer que les hommes qui parlent mal anglais ont des difficultés pour trouver du travail, ce qui les met en position de faiblesse dans une communauté où l'on attend d'eux qu'ils soient soutiens de famille et que leur épouse soit mère. Toutes les jeunes femmes bengali que j'ai rencontrées pensent que le mari devrait avoir ce rôle dans sa famille. La jeune diplômée dont j'ai parlé plus haut m'a déclaré : « C'est au long terme qu'il doit devenir soutien de famille. C'est très important. » Elles peuvent envisager les difficultés pratiques et psychologiques qu'elles devront affronter si elles se marient avec un homme incapable de lire l'anglais mais devant cependant devenir chef de famille. Elles font remarquer que leurs parents n'ont pas vécu cette contradiction : en tant que première génération d'immigrants en Grande-Bretagne, leurs pères sont presque tous venus en Angleterre vingt ans avant leurs épouses, parlent mieux l'anglais qu'elles, et ont l'habitude de s'occuper de leur intérieur.

52Les jeunes femmes se demandent parfois avec inquiétude dans quelle mesure un homme vivant au Bangladesh ne se marie pas seulement pour pouvoir aller vivre en Grande-Bretagne. Bien que le taux de divorce soit encore bas chez les Bengali britanniques, tout le monde connaît des histoires de mari ayant abandonné sa femme après avoir obtenu un visa d'entrée ou la citoyenneté britannique. A vrai dire, il existe de fortes sanctions contre ce type de comportement. Parce que l'immigration en Grande-Bretagne n'est autorisée qu'à condition que le migrant n'ait pas « recours aux fonds publics », celui-ci dépend presque toujours de l'aide apportée par ses parents et sa belle-famille, même pour sa recherche d'emploi.

53Certaines jeunes femmes préféreront donc prendre pour époux quelqu'un du Bangladesh, même si sa formation ne l'a pas préparé au type de travail qu'il trouvera en Grande-Bretagne. Les femmes examinent soigneusement les avantages et les inconvénients des hommes que leurs parents choisiront peut-être pour elles.

Les maris de Tower Hamlets

54Je l'ai écrit plus haut, les jeunes Bengali britanniques qui ne réussissent pas leurs études (mais ils sont évidemment nombreux à les mener à bien) ont mauvaise réputation parmi la génération de leurs parents à Tower Hamlets. Comme le taux de chômage est très élevé, on ne les considère pas comme une source sûre de revenus. Les petits délits et la violence (souvent provoqués par des incidents raciaux) atteignant des niveaux de plus en plus élevés, ces hommes sont perçus comme antisociaux et indisciplinés. Certains d'entre eux boivent et jouent, et la drogue est un problème de plus en plus répandu parmi les garçons des écoles du quartier.

55Certaines jeunes femmes pensent aussi que les Bengali britanniques ont des idées plus « traditionnelles » sur les comportements et la place des femmes ; elles sont d'avis que ces hommes sont plus stricts avec leurs sœurs et leur femme qu'ils ne le seraient s'ils vivaient au Bangladesh. Une fille de 17 ans explique que cette attitude est la conséquence d'une éducation perturbée et d'une identité confuse : « S'ils font des études et sont élevés là-bas [au Bangladesh], ils ont tendance à être plus tolérants et beaucoup moins machos que les gars qui sont dans ce pays et dans ce quartier, et qui sont très très sexistes ; ils ne peuvent tout simplement pas accepter les femmes. Ils sont probablement plus sexistes que leurs pères. Mon frère aîné est sûrement plus macho que mon père ne l'a jamais été. C'est incroyable. Je pense que c'est parce qu'ils n'ont jamais eu une bonne éducation, bengali ou britannique. Ils sont coincés entre les deux. Ils ont la moitié de l'une, et la moitié de l'autre, pas assez pour se construire des valeurs ou des idées sur les choses et se former comme individus. »

Conclusion

56Il semble qu'il y ait un mouvement général, provoqué par les jeunes eux-mêmes, hommes et femmes, vers une plus grande participation dans le choix de leur conjoint. Ils pensent que c'est inévitable. Il est cependant intéressant de noter que presque toutes les jeunes femmes rencontrées qui participaient activement au choix de leur mari étaient aussi pragmatiques et exigeantes que l'auraient été leurs parents pour elles. En conclusion, je voudrais suggérer que, pour la majorité des jeunes Bengali et leurs parents, la tête gouverne le cœur quand il faut faire un choix, et le cœur est conquis après le mariage quand les couples construisent leurs rapports.

Haut de page

Bibliographie

BBS (Bangladesh Bureau of Statistics), 1984. Sylhet District Census 1981, Dhaka, Bangladesh Bureau of Statistics.

Dumont L., 1966. Homo hierarchicus. Essai sur le système des castes, Paris, Gallimard.

HCHAC (House of Commons Home Affairs Committee), 1986. Bangladeshis in Britain, London, HMSO.

OPCS (Office of Population Censuses and Surveys), 1992. 1991 Census County Monitor. Inner London, London, Government Statistical Service.

Rozario S., 1992. Purity and Communal Boundaries. Women and Social Change in a Bangladeshi Village, Sydney, Allen & Unwin.

THESG (Tower Hamlets Education Strategy Group), 1994. Education Statistics, 1994, London, London Borough of Tower Hamlets.

THIU (Tower Hamlets Information Unit), 1993. 1991 Census Manual. Tower Hamlets Health Authority, London, Tower Hamlets Information Unit.

Werbner P., 1990. The Migration Process ? Capital, Gifts and Offerings among British Pakistanis, Oxford, Berg.

Haut de page

Notes

1Je remercie Jonathan Parry, de la LSE, ainsi que Geoff Dench, Gilly Corfield et Robert Gavron.
2Tous les noms figurant dans cet article ont été changés.
3Enquête effectuée par BJM Research pour l'Institute of Community Studies.
4On m'a raconté que si une fille refuse de se marier avec un cousin du Bangladesh, on peut lui jeter un sort, à elle ou à toute sa famille.
5Le Département régional d'éducation a lui-même confirmé ce fait dans un rapport.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gavron K., 1996, « Du mariage arrangé au mariage d’amour. Nouvelles stratégies chez les Bengali d’East London », Terrain, n° 27, pp. 15-26.

Référence électronique

Kate Gavron, « Du mariage arrangé au mariage d'amour », Terrain [En ligne], 27 | septembre 1996, mis en ligne le 22 juin 2007, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://terrain.revues.org/3395 ; DOI : 10.4000/terrain.3395

Haut de page

Auteur

Kate Gavron

London School of Economics and Political Science. Grande-Bretagne

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org