Navigation – Plan du site
l'Amour

Les caresses et les mots

Initiations amoureuses à Rio de Janeiro et à Paris
Michel Bozon et Maria Luiza Heiborn
p. 37-58

Texte intégral

1Dans une relation amoureuse, les premiers contacts sont toujours un moment délicat. Dans le contexte occidental, tout le processus de civilisation, selon la description qu'en a donnée Norbert Elias, a en effet tendu à tracer des frontières entre les corps, à élargir le domaine intime des individus et à censurer leur spontanéité (Elias 1973). Franchir les barrières dressées autour des individus n'est pas chose facile. Dans un travail récent sur les personnes âgées à Paris et à Rio de Janeiro, Clarice Peixoto, observant les façons d'engager une conversation dans les lieux publics, avait constaté cette attitude de réserve chez les habitants de Paris, et une attitude inverse chez ceux de Rio de Janeiro : « En France, on parle rarement avec des inconnus et l'on ne dévisage pas... On ne peut pas du tout entrer en contact avec le corps de l'interlocuteur, car il existe des règles très strictes concernant le toucher : les contacts physiques restent au niveau du privé... Ces normes ne vont pas de soi. Dans le mode de vie brésilien... tout est à l'inverse : on parle aux inconnus, on se dévisage et on se touche » (Peixoto 1995). Cet usage moins retenu des corps au Brésil, qui les rend perméables au contact, façonne un style extraverti de pratique amoureuse, plus direct et plus physique. Le processus de civilisation et de modernisation des mœurs suivrait-il hors d'Europe un cours durablement différent du processus, décrit par Elias, d'autocontrôle, d'intériorisation des contraintes et d'élargissement du moi ? Comment s'expriment les contraintes sociales sur les individus, lorsqu'elles sont moins intériorisées ?

2Ces questions sont examinées ici à partir de l'analyse du processus d'initiation amoureuse, observé à Rio de Janeiro et confronté à des observations menées à Paris. L'analyse est centrée sur le Brésil. Le style de vie français citadin nous sert de guide de lecture et de contrepoint. L'expression des sentiments, dans la mesure où elle est toujours apprise, résulte d'une construction sociale qui en délimite les contours. L'amour est ici moins envisagé sous l'angle de l'idéologie amoureuse1 que comme configuration de règles, de gestes, de comportements et de sentiments concrets (ainsi que le recommandait déjà Malinowski en 1929) : formes de rapprochement entre hommes et femmes, types de relations et de liens autorisés (flirt, relation occasionnelle sans engagement, couple formel ou informel...), activité des corps à travers la sexualité. L'attention qui continue à être portée à la virginité féminine, par exemple, fait tout autant partie de la configuration de l'amour au Brésil que la spontanéité apparente du contact des corps.

3La vertu d'une comparaison, à partir de données non quantitatives, est de faire apparaître des processus qui restent largement invisibles aux analystes travaillant sur leur propre société2, qui peuvent les considérer comme banals3. La place du toucher et des contacts corporels dans l'entrée en relation au Brésil est ainsi rarement analysée par les anthropologues de ce pays (Leal 1995). Inversement, l'importance extrême des paroles et des contacts verbaux dans l'établissement d'une relation amoureuse en France n'est perçue, par un observateur français, qu'en contraste avec les observations faites sur un autre pays. Nous avons conduit une enquête par entretiens, utilisant le même protocole à Rio de Janeiro et à Paris, dans laquelle des hommes et des femmes, âgés de 25 à 40 ans4, ont été interrogés sur le déroulement de leur vie amoureuse et sexuelle (voir annexe méthodologique).

4D'un côté (au Brésil), on a une société très hiérarchisée, où la famille et les relations personnelles restent une valeur et une institution structurantes, et où les places sociales et les rôles de genre sont strictement marqués (voir encadré 1) ; de l'autre (en France), une société différenciée socialement, mais individualiste, où les liens familiaux et amicaux agissent indirectement, sans faire peser de contraintes fortes sur les individus. Rio de Janeiro, au sein du Brésil, est considéré comme la métropole d'avant-garde pour la libération des mœurs : dans les trois dernières décennies, des évolutions très rapides y ont affecté le mode de vie des classes moyennes, renouvelant dans un sens plus égalitaire le cadre traditionnel des rapports de sexe5.

5Cet article comprend trois mouvements. Dans un premier temps sont examinées les représentations de la première expérience amoureuse. En deuxième lieu, on analyse le déroulement et la signification du premier rapport sexuel. Enfin, la troisième partie porte sur la représentation que les hommes et les femmes ont de leur premier partenaire et des personnes du sexe opposé au moment de leur entrée dans la vie amoureuse.

Qu'est-ce que la première expérience amoureuse ?

6Dans les premières expériences amoureuses, il y a une découverte de l'autre, de son corps mais aussi de manières d'être, de penser, de réagir, et cette découverte est un élément essentiel dans la construction de l'identité sociale et sexuelle de chacun. Des individus se choisissent, parce qu'ils s'apprécient positivement, en fonction de catégories de perception construites peu à peu pendant l'enfance et l'adolescence : les hommes valorisent chez les femmes des qualités liées à l'apparence, à la présentation de soi, au style de relations avec autrui, tandis que les femmes évaluent les hommes à partir de qualités renvoyant à leur statut social et professionnel supérieur, et de dispositions psychologiques associées (Bozon 1991a). Dans les débuts de la sexualité adulte, l'interaction amoureuse apparaît comme une confrontation, non seulement entre des individus et leurs propriétés, mais également entre des conceptions éventuellement divergentes de ce que la relation doit être ou devenir. Le poids relatif que, dans l'expérience amoureuse, chacun accorde à l'affectivité, à la sexualité, au lien officiel ou aux projets communs diffère traditionnellement d'un sexe à l'autre. Le moment de l'entrée dans la vie amoureuse et sexuelle est un moment clé pour observer cette divergence des attitudes et la manière dont elle influe sur l'interaction entre individus.

7L'entretien débutait par la question suivante : « Pouvez-vous nous parler de votre première expérience amoureuse ? » Volontairement ambiguë, la demande permettait aux enquêtés de réagir librement, à partir de leurs représentations propres. Les réponses sont révélatrices de la divergence des conceptions et réalités vécues de l'amour.

Sentimental ou sexuel ?

8A Rio ou à Paris, les femmes ne citent jamais en premier lieu une expérience qui n'aurait eu qu'un caractère sexuel. Elles demandent souvent à la personne qui les interroge en quel sens on entend « expérience amoureuse ». Cela ne signifie pas qu'elles hésitent personnellement sur ce point, mais qu'elles cherchent une confirmation de leur interprétation « sentimentale » de l'amour. Une enquêtée brésilienne reformule la question en demandant si c'est bien « la première fois où [elle a] vraiment aimé la personne » (Tania). Les réponses données indiquent que la première expérience amoureuse est bien plus qu'une « expérience » au sens strict. On parle de premier amour, de la rencontre de l'« homme de la vie », de relation très romantique ; les Brésiliennes de classe moyenne décrivent leur premier namoro (voir plus bas). La première expérience amoureuse est généralement une relation dans laquelle les femmes se sentent d'autant plus engagées qu'elle annonce déjà une prise de distance possible vis-à-vis de la famille d'origine. Ce retour rétrospectif qu'elles font sur elles-mêmes peut faire surgir un point de vue critique sur la manière dont elles envisageaient cette première relation à l'époque, considérée aujourd'hui comme naïve. Si l'expérience proprement sexuelle n'apparaît jamais au premier plan, c'est qu'elle n'est considérée que comme une conséquence de la consolidation d'un lien amoureux.

9L'attitude des hommes face à la question n'a pas un caractère unilatéral. Il est vrai que certains citent spontanément une expérience « purement sexuelle ». Mais ce n'est pas le cas le plus fréquent. Souvent les hommes s'interrogent sur le sens d'« expérience amoureuse », mais d'une manière bien différente des femmes : expérience sexuelle et expérience sentimentale sont considérées comme appartenant à des ordres de réalité bien distincts, et il faut choisir celle dont on va parler. « Ma première expérience amoureuse ? Sexuelle ou amoureuse ? Les deux sont très différentes, ça n'a pas été les mêmes » (Thomas). Les hommes n'ignorent ni les sentiments amoureux ni les déceptions qu'ils peuvent provoquer. Mais ils tiennent à bien séparer l'ordre des sentiments et l'ordre de la sexualité physique, qui correspondent à deux apprentissages distincts. Cette tendance à considérer sexualité et sentiment comme des réalités séparées, que l'on peut éventuellement avoir l'aspiration de réunir, est une attitude dominante chez les hommes, en France comme au Brésil.

10La plupart des recherches qualitatives et quantitatives font apparaître cette dichotomie des représentations masculine et féminine de la vie amoureuse, qui surgit dès l'entrée dans la sexualité adulte (Apostolidis 1993 ; Bozon 1993 ; Singly 1995). Cela n'empêche pas que, dans la plupart des pays d'Europe, hommes et femmes connaissent désormais leur premier rapport à peu près au même âge (Wellings et Bradshaw 1994 ; Traaen et al. 1992 ; Bozon et Kontula 1996). En revanche, dans les pays du sud de l'Europe, et au Brésil (Caraël 1995), l'initiation féminine reste toujours plus tardive que celle des hommes.

Le namoro brésilien et la fréquentation chaste

11Chez les femmes brésiliennes des classes moyennes, c'est le premier namoro sérieux qui est considéré comme la première expérience amoureuse. Le namoro adolescent, parfois traduit comme flirt, est une relation de fréquentation exclusive entre deux amoureux (namorados), qui peut rester assez longtemps chaste. Dans sa forme traditionnelle, le namoro débutait vers 12, 14 ans pour les filles, et un peu plus tard pour les garçons ; le couple qui se formait alors visait à préparer une relation durable ou un mariage (Azevedo 1981). La socialisation en dyade permettait d'évaluer la compatibilité entre partenaires. Au début des années 60, l'idéal pour les femmes était d'épouser le premier namorado, ce qui leur garantissait l'attribut moral de la pureté, dans la mesure où tout contact avec un homme autre que le mari avait été évité. Cette forme d'approche entre les sexes était autrefois fortement contrôlée par la famille de la jeune fille, qui mobilisait en particulier les frères pour exercer une intense surveillance de la conduite des femmes, l'honneur familial étant ici en jeu.

12Ainsi, les femmes âgées de plus de 30 ans mentionnent des namoros qui duraient plusieurs années, sans qu'il se produise de rapport sexuel. Plusieurs femmes ou hommes interrogés rapportent que l'autorisation des parents de la jeune fille était nécessaire pour commencer un namoro : le namorado était alors autorisé à lui rendre visite chez elle (namorar em casa). Le modèle traditionnel du namoro est celui d'une chorégraphie : l'homme établit la relation, puis sollicite des faveurs que la femme doit refuser d'accorder tant qu'elle ne connaît pas avec précision ses prétentions. Résistance de la femme et insistance de l'homme font partie de la division normale du travail entre les sexes. La femme doit savoir bien juger des moments où elle peut concéder une intimité corporelle plus grande. Contrepoint de l'honneur, la honte menace toujours (Duarte 1987 ; Fonseca 1992). Ainsi Denise (28 ans) déclare à propos d'une fréquentation à l'âge de 19 ans : « Le premier qui a posé la main sur mes seins... J'étais morte de honte, je n'arrivais pas à le regarder en face. Est-ce que j'avais été trop facile ? » Les contacts corporels deviennent avec le temps plus intimes et plus poussés, dans la mesure où il faut maintenir l'intérêt de l'homme à poursuivre la relation, mais c'est la (préservation de la) virginité, au sens d'un refus de la pénétration vaginale, qui est le point central de la négociation. Ainsi Natalia (35 ans), bien qu'elle ait toujours refusé d'avoir des rapports sexuels avec son premier namorado, est néanmoins allée très loin dans l'intimité avec lui : « Une fois, on s'est mis nus. C'était déjà à la fin de notre fréquentation. J'avais un peu pitié de lui. Il voulait tellement faire l'amour avec moi. »

13Si le namoro continue à exister dans les générations plus jeunes comme relation de fréquentation exclusive entre amoureux, la pression des hommes en vue d'atteindre le plus vite possible le stade des rapports sexuels (vaginaux) est ressentie par toutes les femmes. Tania (26 ans) déclare : « Il lui a fallu deux ans et demi pour me convaincre... Mais il a réussi. » Cette insistance masculine grandissante indique une crise de ce modèle de fréquentation : la « sexualisation » plus rapide du namoro fait perdre aux femmes une part du pouvoir traditionnel qu'elles tiraient de leur résistance. Plus récemment, dans le courant des années 80, est apparue une nouvelle forme de relation, intitulée ficar (que l'on peut transposer peut-être par « sortir »). Il s'agit d'une connaissance qui s'établit généralement dans un lieu public (fête, boîte ou soirée) : l'attirance des individus peut donner lieu à un contact corporel immédiat, par des baisers et des caresses (voire plus), sans que cela implique le moindre engagement entre les partenaires. Cette forme de relation contraste fortement avec le namoro.

14En France, un modèle similaire de fréquentation prématrimoniale chaste, prolongée et stable était de rigueur pour les femmes jusque dans les années 50, et encore largement dans les années 60. Depuis les années 70, il a pratiquement disparu. S'il continue à s'établir des relations que les femmes qualifient d'« amoureuses », mais sans sexualité, c'est plutôt dans la première adolescence, et elles tendent à être plus brèves. Mais dans la seconde moitié de l'adolescence (à partir de 17 ou 18 ans), pour les femmes, la sexualité est un horizon presque immédiatement présent dès qu'une relation se profile (Bozon 1991b) : du sentiment amoureux découle assez naturellement une sexualisation de la relation, qui contribue à consolider le lien sentimental. Ainsi une enquêtée de milieu ouvrier, Gisèle, tombée amoureuse à 17 ans d'un homme de 22 ans, dit apprécier beaucoup le sérieux de la relation qui s'était établie, qu'elle attribue au caractère progressif du passage à la sexualité : « Il ne m'a pas sauté dessus. » Les fréquentations avant les premiers rapports n'avaient pourtant duré que quelques mois ! Le bon déroulement des débuts sexuels de la relation importe beaucoup dans le jugement positif porté sur l'expérience amoureuse. C'est un modèle qui diffère du namoro brésilien, en ce qu'il correspond à une entrée plus précoce dans la sexualité. Celle-ci apparaît comme un moyen d'amorcer et d'approfondir une relation naissante, sans exiger ou attendre d'avoir la certitude d'une relation durable.

L'apprentissage amoureux

15A Rio comme à Paris, la question sur la première expérience amoureuse rend les hommes assez perplexes. Ils sentent qu'ils doivent trancher entre le sentimental et le sexuel, mais certains n'arrivent pas à le faire. Un jeune Français, dans le même mouvement, mentionne sa première expérience amoureuse avec une camarade de collège et sa première expérience sexuelle, à 15 ans, avec une femme plus âgée : « J'étais follement amoureux [de la camarade de collège], elle certainement moins, que dire d'autre ? Moi je suis parti en vacances et j'ai connu à ce moment-là ma première expérience sexuelle [avec une autre] » (Frédéric). Dans les récits masculins de première expérience amoureuse, la notion d'« échec apparaît souvent dès le début : incapacité à se faire reconnaître sentimentalement de la partenaire (« C'était unilatéral, c'est-à-dire que j'étais le seul à être amoureux et elle pas du tout de moi, évidemment » Patrice), incapacité à transformer une relation de fréquentation établie en une relation sexuelle (surtout au Brésil), incapacité « technique » à aller jusqu'au bout du premier rapport. En ce sens, les hommes font bien des récits d'« apprentissage », d'acquisition d'expérience, contant une initiation personnelle active, marquée d'erreurs, d'échecs et aussi de pas en avant. Le récit que donnent les femmes de leur première expérience amoureuse est en revanche plus simple et généralement plus positif : il s'agit du récit d'une « relation » qui se situe à la charnière du rêve adolescent (prince charmant) et d'une réalité adulte attendue (premier couple).

16Telle qu'elle est comprise par les individus, la notion de première expérience amoureuse révèle bien plus sur la différence de genre que sur les différences entre cultures. En portant l'attention sur une réalité plus limitée et identifiable, et moins « subjective », comme le premier rapport sexuel, on fait apparaître des enjeux nettement différenciés d'une société à l'autre.

La « première fois », un passage difficile

17Le premier rapport ne s'oublie pas (Bozon 1993). En analysant les comptes rendus qu'en donnent Parisiens et Cariocas, on montre que le déroulement et les fonctions de ce passage n'ont pas de caractère universel. La perte de la virginité reste objet d'attention pour les femmes au Brésil. Le premier rapport est attendu comme une initiation par les hommes, en France comme au Brésil. Les modes d'approches du premier partenaire diffèrent sensiblement dans les deux pays.

Devenir un homme

18Chez les hommes, en milieu populaire, l'initiation sexuelle est un seuil attendu mais redouté. En témoignent les deux récits de premier rapport, faits par un Français et par un Brésilien, que nous avons rapprochés : dans les deux cas il s'agit de jeunes de 17 ans, de milieu modeste, tous deux fortement liés à leur groupe de pairs, qui passent à l'acte pour la première fois à la suite d'une fête, sans investissement sentimental (voir encadré « Devenir un homme »). Dans l'exemple français, il s'agit d'une boum dans un foyer d'apprentis, et au Brésil, d'un bal funk à Rio. La danse facilite l'entrée en contact : elle permet d'abord un repérage à distance de la partenaire, puis un rapprochement qui se produit sans grand effort verbal. On note dans les deux cas une excitation particulière liée à la conquête, présentée comme une aventure. Le Brésilien part à la chasse d'une femme mystérieuse (« qui faisait penser un peu à un travesti ») et veut vérifier que cette femme en est bien une. Le Français doit déjouer la surveillance de l'institution et donner un mot de passe pour entrer chez la belle. Il y a une anxiété liée au déroulement technique du rapport. L'un a peur « de la honte », et l'autre a peur « de se planter ». L'un signale d'ailleurs que le rapport était vraiment très court et l'autre qu'il a dû s'y reprendre à plusieurs fois. Enfin le résultat de l'aventure est immédiatement communiqué aux pairs et donne droit à un statut nouveau : « J'ai tout fait avec la femme », dit l'un, et l'autre raconte à ses copains qu'il est « un homme maintenant ». L'événement est présenté et vécu dans les deux cas comme une épreuve initiatique.

19Un examen plus attentif révèle cependant des différences dans les récits et dans les réalités auxquelles ils renvoient. Dans le récit brésilien, les contacts corporels et les actes physiques de l'amour sont présentés spontanément et sans détour, et décrits concrètement. Dans le récit français, par ailleurs très détaillé par rapport aux autres entretiens dont nous disposons, l'activité des corps n'est évoquée que de façon très euphémisée et indirecte.

20Nous avions indiqué dans une précédente publication (Bozon 1995 : 41) que « dans la plupart des enquêtes par entretien (sur la sexualité), l'activité sexuelle n'est à peu près jamais mentionnée... Tout se passe comme si l'on rencontrait chez les sujets sollicités un refus farouche de l'objectivation des pratiques et de l'activité sexuelles, ou plus précisément un refus ou une impossibilité d'accepter un point de vue qui traite les pratiques sexuelles comme objet. Cela entraîne un refus d'en parler précisément [...] ». L'analyse en question s'appuyait essentiellement sur des recherches faites en France et ne semble pas s'appliquer aux récits brésiliens.

21L'entretien présenté ici fait apparaître une verbalisation assez aisée de l'activité physique entre deux partenaires. L'engagement des corps a, dans ce cas, une importance relative plus grande dans l'établissement de la relation : le jeune Carioca « dévisage » d'abord sa future partenaire, puis établit un contact corporel immédiat avec elle, en public, après avoir échangé seulement quelques mots. Sans autre forme de procès, le rapport sexuel proprement dit se déroulera un peu plus tard dans un lieu public-privé (la « gare des bateaux »), sans échange verbal autre que les mots utilisés pendant un rapport. Le jeune Français, à qui la jeune fille rencontrée a donné rendez-vous chez elle, plus tard, trouve que le moment le plus difficile est celui où il se trouve seul avec elle dans le silence d'une chambre et doit lui parler, sans savoir jusqu'où il peut aller : « Ça devient un peu crispant parce que tu te dis maintenant qu'est-ce qu'il faut faire. Alors tu essayes de discuter... » La médiation du langage a pour effet de ralentir la progression vers l'acte sexuel : la personne interrogée a en effet intériorisé l'idée selon laquelle il fallait « y aller doucement », ne pas « être brusque », sous peine de « catastrophe ».

22Dans ces deux exemples limites de relations sans lendemain, aux caractéristiques très comparables, les différences de modus operandi sont frappantes. Dans l'approche verbale, l'acteur agit en parlant et entend montrer ainsi qu'il sait se contrôler, en respectant une progression. Dans l'approche physique, il y a également une progression vers l'acte sexuel, mais elle est réglée, sans avoir à en parler, par une gradation bien synchronisée de contacts physiques toujours plus poussés, depuis l'échange des regards jusqu'au rapport proprement dit.

La prostituée, l'employée domestique, l'initiatrice

23Dans leur récit, certains hommes mentionnent une difficulté à passer à l'acte, malgré leur désir, avec des « amoureuses » proches par l'âge comme par la condition sociale. La dissociation entre initiation sentimentale et initiation sexuelle tend alors à s'accroître.

24Ainsi deux enquêtés, Thomas (27 ans) et Luis Fernando (25 ans), tous deux actuellement étudiants, ont-ils en commun certaines expériences et certaines attitudes : pas de relations avec des groupes de pairs, premiers rapports avec des prostituées et/ou des employées domestiques. Pour qualifier leur initiation sexuelle, tous deux emploient la catégorie de « besoin sexuel », que tous les hommes n'emploient pas. Après des tentatives infructueuses avec des jeunes filles de leur âge, vers 14 ans, l'un et l'autre passent délibérément à des partenaires d'un tout autre statut social. Thomas déclare : « J'ai connu Lucile et puis il ne s'est rien passé et j'ai fini par aller me dépuceler avec une prostituée à 15 ans. » Il précise qu'il était très souvent amoureux à l'époque : « Celles que j'aimais, je n'osais pas leur demander, et celles que j'aimais pas, je n'allais pas leur demander. » Comme ses ressources financières personnelles ne sont pas inépuisables, peu après son « dépucelage », il entreprend la séduction de la femme de ménage portugaise. L'entreprise est conduite de manière systématique : « J'avais entre 15 et 16 ans. On avait une femme de ménage, une petite Portugaise qui devait avoir 18 ans ou 19, enfin qui était très jeune, assez jolie et... puis voilà quoi ! Moi j'en avais envie, je lui proposais, elle a souvent dit non, puis un jour elle a dit oui. » Le Carioca Luis Fernando, de son côté, raconte la conquête de l'employée domestique des voisins, qui venait chez lui pour rendre visite à leur employée. Les contacts physiques directs sont tout de suite présents et beaucoup plus explicites que dans le cas français : « À l'occasion de ses visites, j'ai commencé à lui passer la main sur les cuisses. Elle était vraiment mignonne, très mignonne... J'avais 14 ans et elle, 22 ou 23... C'était très facile. Parce qu'elle était déjà assez attirée. Et elle me trouvait très mignon comme garçon. Et comme elle se laissait faire, moi aussi j'entrais dans le jeu, je la serrais, par ci par là. Un jour, comme ça, une occasion s'est présentée. »

25Luis Fernando va faire durer cette relation pendant près de huit ans, parallèlement à d'autres relations amoureuses généralement assez brèves ; quant à Thomas, il n'aura que quelques rapports sexuels avec la petite Portugaise, qui doit rentrer dans son pays. Conscients de la distance sociale qui les sépare de leurs partenaires et les disqualifie comme amoureuses ou compagnes éventuelles, les deux jeunes gens mettent l'accent sur leurs caractéristiques corporelles, plus que sur leur identité sociale. Luis Fernando déclare : « C'était seulement de la chair fraîche, seulement du sexe. » Tous les deux signalent leur beauté physique d'emblée. Mais Thomas ne cite jamais son prénom, alors que sa mémoire a enregistré précisément les prénoms de toutes les femmes et jeunes filles qu'il a connues. Et Luis Fernando ne la nomme que sur l'insistance de l'enquêteur.

26Dans ces relations structurées par une distance de classe, opère une logique sociale particulière, qui retient comme aspect positif des contacts avec l'« autre social » le souvenir des bons moments et du divertissement. Invité à comparer ses expériences avec la prostituée et avec la femme de ménage, Thomas signale que le rapport a été bien meilleur avec la seconde : « C'était bien mieux, elle y a mis du sentiment. Elle a fait ça par plaisir donc c'était différent... Pour moi, c'était pas la même démarche, j'avais pas besoin de la payer, puis je la désirais, elle me désirait, c'était beaucoup plus excitant. » Il indique également plus loin que ça le « faisait fantasmer d'aller faire ça avec [sa] femme de ménage ». L'un et l'autre soulignent avec insistance le désir de la partenaire, comme s'il n'était plus admissible pour un homme, même dans une position de domination sociale, d'obtenir des rapports sans désir de la femme. Les fantasmes et l'excitation liée à la situation, signalés également par Luis Fernando, indiquent bien l'appartenance de ce type de relations aux scénarios culturels, ou aux « scripts sexuels » d'une société (Gagnon et Simon 1973) : la situation de domination sociale, qui facilite la séduction, est sans doute ici une des composantes de l'excitation masculine.

27D'autres hommes, qui ne parviennent pas à avoir leur premier rapport avec des femmes plus jeunes ou de leur âge, connaissent leur initiation sexuelle avec des femmes plus âgées ou plus expérimentées, sur lesquelles il n'exercent pas de domination sociale. Le cas est statistiquement fréquent en France (Bozon 1993). Cette situation correspond-elle à une manière spécifique de vivre l'initiation sexuelle ? Deux Parisiens, Frédéric (36 ans) et Marc (27 ans), ont vécu cette expérience lors de séjours de vacances. L'apprentissage sexuel se fait ainsi dans le cadre d'une relation brève et sans lendemain. Le premier nommé rencontre, à 15 ans, au bord de la mer une étudiante qui garde les enfants de son oncle, âgée de dix ans de plus que lui. C'est elle qui prend l'initiative, un soir que les enfants ne sont pas là. Il indique : « C'était plus une expérience [qu'une rencontre amoureuse]. Et pour elle, parce que c'était certainement très marrant de trouver un jeune homme qui n'avait jamais été dépucelé. Et pour moi, de rencontrer quelqu'un de beaucoup plus âgé que moi, c'était vraiment très intéressant. » Il se déclare à la fois « impressionné » (« C'était vraiment une grande aventure ») et par ailleurs assez tranquille (« D'un autre côté, j'avais pas trop la trouille parce que je savais qu'elle, elle était parfaitement au courant de comment ça allait se passer »). Marc, qui a son premier rapport avec une amie âgée de deux ans de plus que lui, indique qu'elle n'était plus vierge « heureusement, parce que sinon je crois que je n'aurais pas du tout apprécié cette expérience. Elle m'a beaucoup aidé ». Si cette hiérarchie des rôles est facilement acceptée, c'est sans doute parce que chacun savait que la relation n'était pas appelée à durer. L'expérience de la femme libère l'homme de la responsabilité et de l'anxiété d'être l'initiateur.

28Sergio, un jeune Carioca, indique également une initiation sexuelle avec une femme plus expérimentée, bien que du même âge. La différence par rapport aux exemples français est qu'une relation durable de namoro est en train de s'établir entre lui et elle (elle va durer quelques années). Le fait qu'elle ne soit plus vierge altère visiblement, selon lui, le cours de la relation et n'est pas vécu de façon totalement positive, le conduisant à qualifier la relation de « sexuelle » plus que d'amoureuse : « Ma première expérience sexuelle a été très bonne, pas parce que c'était le premier rapport, mais parce que je l'ai fait avec quelqu'un dont j'étais très amoureux... Nous avons commencé à nous fréquenter un jour de semaine, et avant la fin de cette semaine, nous étions déjà au lit, c'était déjà allé jusque-là. – Question : Cette relation, c'était seulement sexuel ? [L'enquêté vient de parler longuement d'une première relation, seulement sentimentale.] – Réponse : Non, non, au début non, la relation a commencé bien comme il faut (lindo), mais pour diverses raisons, c'est devenu seulement sexuel. Cette fille n'était plus vierge et avait même déjà eu un avortement. J'étais totalement inexpérimenté et voilà que je me retrouvais dans une relation avec une femme qui a déjà avorté ! » Dans ce cas, la relation va au-delà d'un simple apprentissage sexuel. Ne pas avoir été l'initiateur prive implicitement l'homme du rôle masculin-actif-dominant dans la relation (voir encadré 1). Au Brésil, la prévervation/la perte de la virginité reste un signifiant central dans les systèmes de représentation du genre féminin.

Préserver sa virginité, se préserver

29Les entretiens menés à Rio de Janeiro, tant auprès des hommes que des femmes, suggèrent une évolution marquée des attitudes sur la virginité féminine ; celle-ci continue cependant à être un objet d'attention et de préoccupation sociales, alors que le premier rapport sexuel des femmes en France n'est plus qu'un événement privé, un moment de la trajectoire individuelle.

30Dans l'ensemble culturel méditerranéen, auquel on rattache ordinairement le Brésil, la préservation de l'honneur de la famille passe traditionnellement par la préservation de la virginité des filles avant le mariage. Le contrôle parental vise à prévenir un déshonneur possible. La virginité est ici valeur sociale plus que morale. Le récit de Maria (26 ans), sur la perte de sa virginité à 12 ans dans la favela, illustre bien l'attitude sociale traditionnelle. Son « déshonneur » se ramène à trois éléments : honte, sentiment d'échec, peur. La honte découle de la diffusion immédiate de l'information dans la communauté locale (par l'intermédiaire du jeune séducteur), qui a pour effet redoutable de la faire entrer dans la catégorie des « filles faciles ». C'est sans doute en partie ainsi qu'on peut interpréter l'expression qu'elle emploie : je me suis perdue (me perdi), pour indiquer qu'elle a perdu sa virginité. Le sentiment d'échec est lié au fait d'avoir été abandonnée immédiatement par son namorado, alors qu'elle pensait qu'il allait la « prendre avec lui ». Et sa peur n'est pas d'être enceinte, mais d'être battue et rejetée par son père et sa famille : elle s'enfuit donc de chez elle et ne revient qu'au bout de plusieurs mois.

31L'attitude traditionnelle à l'égard de la virginité peut se retrouver dans des milieux sociaux plus aisés, avec des conséquences différentes : en témoigne le récit de Denise (28 ans), jeune femme de classe moyenne qui n'aura ses premiers rapports qu'à 22 ans. Elle insiste sur l'attitude de son père nordestin, qui l'empêche longtemps de namorar, par conservatisme, mais en utilisant également des arguments « modernes » : la nécessité qu'elle fasse des études, par exemple. Elle signale sa crainte très forte d'un changement de comportement de sa famille à son égard si elle perdait sa virginité, étant persuadée que l'on s'en rendrait forcément compte. Elle rapporte par exemple avoir été marquée par les remarques que sa mère, ancienne papetière, faisait sur les jeunes femmes : « Elle regardait et disait : "Ah une telle s'assied de cette façon, c'est qu'elle n'est plus vierge !" Ou bien : "Regarde comment celle-là marche, regarde le genre qu'elle a, ce qu'elle est provocante. Elle n'est plus vierge. » Cet environnement familial provoque en elle un « blocage » sur la question de la virginité, que renforcent les expériences, observées autour d'elle, de ses amies obligées d'épouser leur premier namorado après être tombées enceintes.

32Le contrôle des parents sur leurs filles est redoublé par les attentes et le contrôle des hommes, namorados ou futurs namorados, qui veulent être les premiers. Ainsi Natalia (35 ans) déclare que son premier namorado, plus âgé qu'elle, était ravi de sa virginité et même, selon elle, de son refus de lui céder. La règle est de ne fréquenter (namorar) que les filles sérieuses : un des moyens pour les amoureux de contrôler ce « sérieux » et d'empêcher leurs namoradas d'avoir des fréquentations supplémentaires est de les rencontrer chez leurs parents, en réduisant la part des sorties communes. C'est un comportement qui est aujourd'hui considéré comme « conservateur ».

33L'affaiblissement du modèle traditionnel de la virginité n'aboutit pas à un bouleversement total. La décision de la préserver (ou non) est de plus en plus l'effet d'une stratégie féminine et d'un calcul découlant d'une règle de prudence plutôt que du respect d'une valeur sociale ou morale. Préserver sa virginité, c'est préserver son avenir. Cette prudence est liée à deux phénomènes.

34Les récits des enquêtées font apparaître d'abord les faibles connaissances de la plupart sur leur corps et sur la sexualité, auxquelles s'ajoutent un accès difficile aux moyens de contraception et peu d'informations. La difficulté à aborder ces thèmes avec les parents est extrême. Un indicateur de cette méconnaissance est la manière dont sont vécues les premières règles. Plusieurs femmes rapportent leur affolement, leur peur de s'être « coupées » ou blessées et indiquent n'avoir pas eu d'informations plus précises de leur mère à ce moment-là. Tout se passe comme si, pour les femmes les plus âgées, la préservation de la pureté féminine était liée à une absence de connaissances trop précises sur leur corps. Dans cette situation d'incertitude, certaines femmes appréhendent fortement les conséquences des rapports sexuels et ne cherchent pas à les anticiper.

35Un autre élément qui pousse les femmes à la prudence est le désir de ne pas se lier trop précocement à leur premier namorado. Refuser de « se donner » à son namorado, c'est garder la possibilité d'interrompre le namoro sans conséquences, et de passer à un autre fiancé. C'est se ménager une marge de négociation et garder un pouvoir sur l'homme. Inversement, la décision d'avoir un premier rapport avec un namorado, après un temps plus ou moins long de fréquentation, est difficile à prendre et a toujours une valeur d'engagement assez forte : la perte de la virginité ne s'est pas banalisée. Ainsi Tania (26 ans), après son premier rapport à 18 ans avec son namorado, déclare qu'elle s'est sentie « perdue », se demandant « ce qu'elle avait fait » : « On perd sa virginité, c'est quelque chose quand on n'est pas mariée ni rien ! Il y a huit ans, c'était encore plus fort. Aujourd'hui encore, pour n'importe quelle femme, c'est une chose très importante. »

36La réduction de la valeur sociale intrinsèque de la virginité féminine au Brésil ne fait donc pas disparaître l'importance que les femmes lui accordent, ni l'attention que les hommes lui portent. D'après une enquête quantitative récente, l'âge moyen des femmes au premier rapport sexuel n'a pas sensiblement bougé dans les deux dernières décennies à Rio de Janeiro et correspond dans sept cas sur dix au début de leur première union (Caraël 1995). Le fait que, dans certains segments des jeunes générations, une véritable inversion se soit produite par rapport au présupposé traditionnel, et que certaines enquêtées ressentent aujourd'hui une pression sociale en faveur de la non-virginité n'a eu pour le moment d'effet que dans des milieux limités.

37La fixation sociale traditionnelle sur la préservation de la virginité féminine n'a pas eu pour conséquence ou pour effet durable de dresser des barrières entre les corps, comme cela aurait été le cas dans un contexte plus puritain ou plus réservé. Dans les fréquentations préconjugales, des contacts corporels poussés se produisent et se sont toujours produits : seule la pénétration vaginale est interdite (ou aujourd'hui retardée), ce qui est une interprétation minimale de l'interdit sur la virginité ! Mais outre les caresses et la masturbation, des rapports oraux, des rapports entre les cuisses, voire des rapports anaux peuvent se produire. D'ailleurs, de nombreux termes, largement intraduisibles, se rencontrent en portugais du Brésil, et donc dans les entretiens recueillis, pour désigner toutes les nuances de caresses et de petting. L'interdit sur la virginité, loin de restreindre les contacts, stimule l'ardeur et l'imagination et entraîne le développement d'un code de rapprochement physique : le degré d'intimité dans les contacts signale la progression de la relation.

Une décision privée

38En France, la virginité des femmes au moment du mariage ou de l'entrée en union ne correspond plus à une attente sociale, contrôlée et valorisée par la communauté. Pourtant, il n'y a pas si longtemps encore il s'agissait d'une norme : en 1959, d'après l'enquête de l'INED sur le choix du conjoint (Girard 1964), 72 % des personnes interrogées estimaient important qu'« une femme se garde jusqu'à son mariage ». Trente ans plus tard, le calendrier plus tardif de la formation des couples, la baisse du nombre des mariages, la diffusion de la contraception dès les premiers rapports ont créé les conditions d'un abaissement de l'âge au premier rapport et contribué à faire disparaître la synchronisation des premiers rapports et de l'entrée en couple (Bozon 1993). Le terme de virginité n'est plus guère employé. Et il ne désigne plus un bien à préserver.

39Ainsi, le premier rapport sexuel d'une femme en France est vécu bien différemment qu'au Brésil. Il n'y a plus vraiment de problème d'accès à l'information sur la contraception, et le thème peut être abordé entre mère et fille. Ainsi Gisèle (32 ans), deux mois après avoir rencontré son premier petit ami sérieux, se fait-elle prescrire la pilule, sur le conseil de son médecin et après en avoir parlé avec sa mère. Elle se prépare pour un premier rapport qui aura lieu cinq mois plus tard, car elle sent que, lorsqu'ils se retrouvaient ensemble, « ça commençait à aller un peu trop loin ». Si elle décide de le faire c'est qu'elle « sentait bien que c'était autre chose qu'un flirt, que tôt ou tard ça progresserait ». Le premier rapport est bien vécu : « Moi j'avais 17 ans, mais lui avait une expérience. Ça s'est bien passé, on n'avait pas peur qu'on nous surprenne, on n'était pas dérangés. J'en ai un bon souvenir. » C'est la femme qui joue le rôle moteur, anticipant les développements futurs et la constitution du couple.

40Le premier rapport sert donc à tisser une relation. Une variante de cette représentation est celle de la virginité comme don offert à un homme dans un échange amoureux, et destiné à alimenter l'échange. Ainsi Justine (24 ans) a son premier rapport avec son premier amoureux sérieux, deux mois à peine après l'avoir rencontré. C'est un moment dont elle a rêvé auparavant. En s'offrant à lui, qui est plus expérimenté et qui a quatre ans de plus qu'elle, elle pense qu'« il y a quelque chose qui s'est créé » et qu'« à partir de là, il l'a beaucoup respectée ». Elle estime qu'au cours de leur relation, qui a duré un an, elle « a découvert l'amour ». Moins intéressée à former un couple proprement dit qu'à vivre une histoire romantique dont elle rêve, elle utilise ce don de soi comme amorce d'une histoire amoureuse. Une grande différence avec les enquêtées brésiliennes est la rapidité avec laquelle les premiers rapports surviennent dans la relation.

41Il existe une tout autre vision de la virginité, dans laquelle celle-ci est fortement dévalorisée, comme un fardeau dont il faudrait se débarrasser. Cette représentation commence également à apparaître au Brésil. L'exemple d'Eléonore (26 ans) illustre bien cette manière de vivre la virginité comme un handicap. Déçue après une histoire amoureuse platonique, elle veut « passer le pas », pour ne pas être considérée comme « attardée », afin d'entrer enfin dans la catégorie des femmes que l'on peut fréquenter. C'est une amie qui lui procure un initiateur, plus âgé : ils ont un rapport, mais elle n'éprouve ni désir ni plaisir. Elle déclare que cette expérience fait partie des choses qu'elle « oublie », qu'elle « n'a pas vécues », exprimant ainsi la honte d'avoir, pour se débarrasser de son inexpérience inavouable, « couché avec n'importe qui », et de n'avoir pas eu (pas été capable d'avoir) de véritable relation amoureuse. Il est toujours difficile pour une femme de prétendre vivre le premier rapport comme une simple opération technique, sans la moindre implication affective.

42Même si la perte de la virginité n'est plus un enjeu moral ou social en France, la manière dont les femmes vivent ce passage personnel continue à différer fortement de celle des hommes : alors que pour elles le premier rapport est souvent un moment décisif (et initial) dans la construction de la première relation qui compte, il s'agit plutôt pour eux d'un moment d'initiation personnelle, dans lequel la relation avec la partenaire compte peu.

43Les récits des femmes sur la virginité et le premier rapport révèlent un contraste entre le Brésil et la France dans la construction de la personne et les rapports de sexe. Dans un cas, on observe l'action d'une morale relationnelle, dans laquelle l'expérience individuelle est toujours soumise à l'évaluation du groupe et à la prééminence des considérations sociales. La femme existe comme personne à travers l'appréhension de sa conduite par les autres : la virginité continue à être un bien social. Dans le second cas, on est en présence d'une morale qui s'applique à des êtres singuliers, et qui conçoit les relations entre les sexes dans un cadre individualiste. Même si les femmes en France mettent beaucoup plus l'accent que les hommes sur la nécessité d'un lien affectif, cette vision plus relationnelle (par rapport aux hommes) ne signifie pas un retour à un mode de structuration traditionnel des relations entre les sexes, comme au Brésil ; c'est un trait différentiel du genre féminin, dans un contexte plus symétrique des relations entre les sexes (Heilborn 1993).

Qu'est-ce qu'une bonne ou une mauvaise première expérience ?

44A Rio comme à Paris, dans les récits qui sont faits des « premières fois », des appréciations sont souvent émises. Plus que des caractéristiques anecdotiques des rapports, ces jugements nous révèlent à la fois des attentes et des scénarios culturels préalables, et une évaluation de l'expérience sexuelle vécue, rapportée à ces attentes. Plusieurs éléments sont pris en compte par les individus : l'expérience de leur partenaire, l'histoire et le devenir de la relation, appréciés rétrospectivement, le cadre dans lequel le rapport a eu lieu, le déroulement du rapport, y compris sous l'angle technique, le contenu sentimental de la relation...

45Des premiers rapports techniquement ratés, par absence d'érection de l'homme (Marc) ou réticence de dernière minute de la femme à la pénétration (Denise), sont évalués par les individus comme des échecs, mais l'échec n'empêche pas les acteurs de considérer que cette expérience est bel et bien une première fois, dans la mesure où ils avaient « décidé » que ce serait une première fois. Le choix d'un cadre compte beaucoup. Denise et son namorado se sont déplacés au motel6, endroit socialement reconnu au Brésil comme étant le lieu où ceux qui ne peuvent avoir matériellement d'intimité, mais disposent d'une certaine autonomie financière, ont la possibilité d'avoir des rapports sexuels. Marc est en vacances sur la côte et reçoit une amie dans son studio. L'intention, matérialisée en partie par le choix du lieu, compte plus que la réalisation.

46En France, on observe que de nombreux premiers rapports ont lieu dans un cadre de vacances. D'après une récente enquête quantitative sur le comportement sexuel des jeunes (Lagrange et Lhomond 1996), 63 % des jeunes interrogés disent avoir eu leur premier rapport en vacances, et les entretiens français corroborent ce résultat. Les entretiens réalisés à Rio ne font apparaître en revanche aucun lien entre vacances et entrée dans la sexualité adulte. En France, on peut parler d'un véritable scénario culturel, inscrit dans le cadre d'une organisation saisonnière de la vie quotidienne (Besnard 1989). Les vacances représentent un pôle de liberté, de renouvellement du milieu de sociabilité et de relâchement des contraintes normatives, qui crée les conditions favorables à un premier passage à l'acte : temps et lieux de vacances sont devenus en France un élément du script de l'initiation sexuelle. Conformes aux attentes, les premiers rapports en vacances laissent plutôt de bons souvenirs.

47Dans les éléments qui contribuent à une évaluation positive de leur initiation sexuelle, l'« expérience » du partenaire est souvent mentionnée par les femmes, en France comme au Brésil. Un partenaire est dit expérimenté lorsqu'il est plus âgé et a déjà fait son apprentissage sexuel. De nombreuses valeurs positives sont associées à cet état de fait : de l'homme expérimenté, elles attendent qu'il les aide à franchir un passage délicat, en étant sûr de lui et doux, attentionné, patient. L'inexpérience des pairs est en revanche stigmatisée, et peu recherchée. Les femmes cherchent à éviter les situations « égalitaires » : c'est bien l'homme qui doit être l'initiateur en matière de sexualité, selon elles.

48En France et au Brésil, les hommes n'ont pas forcément la même appréciation à l'égard de l'« expérience » des femmes, au moment de leur premier rapport. Que leur première partenaire ne soit pas novice est une situation plutôt appréciée par les Français, un peu à la façon dont les femmes apprécient les hommes expérimentés. On a vu en revanche des Brésiliens considérer avec méfiance l'« expérience » de leur partenaire, par ce qu'elle révèle de son passé.

49L'histoire de la relation avec le premier partenaire est toujours un des éléments majeurs qui interviennent dans l'évaluation par les femmes de leur première expérience sexuelle : un bon premier rapport est la concrétisation d'une relation amoureuse qui s'est développée graduellement et qui aura une suite. A contrario, l'initiation limitée à un rapport sexuel, sans relation établie avec le partenaire, ni avant ni après, est une expérience considérée comme détestable, et que l'on préfère oublier. Les femmes cariocas rêvent du même type de cheminement, mais, pour elles, le premier rapport a normalement lieu dans le cadre d'une relation qui a déjà une reconnaissance sociale informelle (le namoro). Contrairement aux femmes, les hommes sont partagés. Certains s'accommodent fort bien de vivre leur initiation sexuelle dans une relation sans lendemain. Mais d'autres, au Brésil comme en France, rêvent de connaître, à travers la sexualité, une véritable initiation sentimentale.

Premier partenaire, première relation : distances, contacts, malentendus

50Les premières expériences amoureuses et sexuelles font entrer les individus dans leur vie amoureuse adulte. Alors que la majorité des femmes attendent l'homme de leur vie, les hommes ne sont pas préparés à vivre une relation.

L'homme rêvé... et après

51En France, la plupart des femmes vivent leur adolescence dans l'attente d'un homme qui les initiera à l'amour et sera leur conjoint, qu'elles appellent souvent « l'homme de leur vie ». A cette personne qu'elles attendent de rencontrer, elles prêtent souvent des traits physiques ou des caractéristiques sociales et morales précises. Qu'elles aient une représentation substantielle de l'homme attendu ou non, dans tous les cas les adolescentes vivent avec l'idée qu'elles vont bientôt rencontrer un homme qui leur est destiné. Cette attente peut être rattachée au mythe du prince charmant qu'évoque Karine, 28 ans, qui lisait beaucoup de romans dans son adolescence (« J'étais une véritable oie blanche, je ne savais rien. Je lisais des romans, c'était toujours très platonique... utopique, prince charmant arrivant sur son cheval, qui arrive, qui me fait des gros bisous et puis ça y est »), ou bien aux règles d'une éducation traditionnelle, prescrivant qu'une femme n'a à connaître qu'un seul homme. De quelque manière qu'elle soit produite, cette représentation est fortement intériorisée par les femmes. Ainsi Eléonore, 26 ans, déclare : « Je croyais à ça, mais à fond, à l'amour fou, engagé pour la vie. » Dans cette logique, l'initiation sexuelle ne peut avoir lieu sans un engagement sentimental, qui est l'antichambre de la formation du couple, comme l'indique Florence, 40 ans : « J'avais besoin pour avoir une relation sexuelle avec quelqu'un d'une relation affective profonde, de me sentir sûre, de me sentir sereine avec cette personne. » Au Brésil, cet homme de leur vie est censé être le (premier) namorado sérieux. Cette conception d'un homme de leur vie correspond chez les femmes à une représentation de la maturation personnelle et de la construction de l'identité adulte comme dépendantes de la médiation d'un (seul) homme.

52Dans la trajectoire amoureuse des femmes depuis quelques décennies, il se produit toujours, à un moment ou un autre, une rupture avec cette idée d'un homme de leur vie, et cette rupture intervient de plus en plus précocement. La remise en cause ne se limite pas à un désenchantement à l'égard du premier partenaire ou du premier amoureux (rupture avec un homme), elle englobe plus généralement un rejet de toute la représentation implicite du déroulement de la vie féminine (rupture avec l'idée de l'homme médiateur). Cette rupture peut se produire dans la première adolescence, avant tout rapport sexuel. La fin d'un flirt ardent peut ainsi conduire à une remise en ordre des rêves. Nathalie, 29 ans, indique qu'elle a dû, à 14 ans, cesser de voir un jeune homme de 18 ans, sur la pression de ses parents : « J'étais amoureuse. J'avais des rêves où je me disais que j'étais mariée avec lui avec des enfants. Et puis après, je crois que mes rêves ont été cassés par le fait que mes parents ont interrompu cette relation. » Eléonore, en voyant à 18 ans que le jeune homme dont elle était ardemment et platoniquement amoureuse depuis plusieurs années « ne l'a pas attendue », exprime une déception personnelle et sent ses certitudes vaciller : « Dans son bateau, il est arrivé avec une jeune femme, j'avais l'impression de tomber d'un immeuble... Moi j'avais construit ma propre histoire, et il ne m'avait jamais dit qu'il m'attendrait... Il n'avait pas du tout conçu cette relation comme moi je l'avais vue. Il avait vécu sa vie, moi j'étais encore très romantique, fleur dans les cheveux, habillée toute en rose. » Que l'homme choisi et aimé ne soit pas l'homme de sa vie ébranle chez une femme l'idée même qu'il y ait un homme de la vie a priori : l'initiation sexuelle est vécue par la suite de manière beaucoup moins « romantique ».

53La rupture avec l'idée d'un homme de sa vie peut se produire beaucoup plus tard. Karine, qui rêvait au prince charmant, est violée lors d'une soirée alors qu'elle a 18 ans : elle se met alors à dissocier radicalement sentiment et sexualité, et doit entreprendre une psychothérapie. D'autres femmes décrivent les difficultés particulières qu'elles ont éprouvées au moment de la rupture avec leur premier partenaire sexuel. Ainsi Justine, qui est restée un an avec son premier amoureux, a beaucoup de mal à accepter que la relation ne dure pas, même si c'est elle qui est à l'origine de la rupture. « J'arrêtais pas de dire que je l'aimais. Je me faisais un petit peu mon cinéma, comme dans les films, les filles, elles sont amoureuses, elles l'aiment... Je faisais un petit peu la romantique... Je suis restée amoureuse pendant peut-être deux, trois mois, et au bout d'un moment je me suis dit en moi-même : "Mais je crois que tu ne l'aimes plus." Mais ça me faisait tellement peur de penser ça parce que pour moi c'était l'homme de ma vie. Un point c'est tout. C'était l'homme de ma vie... Et puis un jour je le lui ai dit au soleil libre... » Gisèle, quant à elle, s'interroge encore, après plus de quinze ans, pour essayer de comprendre pourquoi son premier ami, avec qui elle pensait vivre un jour, avait décidé de rompre. « Il a eu peur de faire une famille peut-être... Je crois qu'il ne voulait pas s'attacher. Il s'est dit, ça y est, tu la connais trop, on va se marier, puis il allait dans ma famille, moi j'allais dans la sienne. Peut-être que pour lui c'était trop brusque tout ça. » Si la rupture est aussi difficile, c'est qu'il faut renoncer non seulement au partenaire, mais au déroulement de vie que l'on avait imaginé. Les femmes indiquent souvent avoir eu à ce moment-là des attitudes « pseudo-masculines » pour se venger des hommes et s'amuser : les « faire marcher », les « faire payer », avoir des rapports sans désir. La désidéalisation des débuts amoureux n'aboutit cependant jamais à un renoncement définitif à rechercher une relation durable, mais cette recherche devient plus « réaliste » et plus progressive.

54Au Brésil, la persistance de l'institution sociale du namoro, qui implique une fréquentation entre namorados largement reconnue et « encadrée » par l'entourage, peut rendre la rupture d'une femme avec son premier vrai namorado interminable, difficile à faire accepter, individuellement coûteuse, à la façon d'un divorce. Ainsi Denise indique que son namorado avait insisté pour qu'ils se fréquentent chez elle (c'est-à-dire chez ses parents), et qu'il était en somme entré dans la famille : « Quand j'ai arrêté avec lui, ma sœur est venue pour me dire : "C'est mon seul beau-frère. Tu peux fréquenter qui tu veux maintenant, mais il reste mon beau-frère." Alors, après, je suis sortie [ficar] avec des tas d'hommes, je ne voulais plus d'amoureux fixes. Il fréquentait toujours la maison quand j'ai rencontré mon [futur] mari. » La même difficulté est signalée par Tania à propos de son premier namorado et la pousse à changer de comportement dans ses fréquentations suivantes : « Ce qui m'a marquée, c'est mon premier namorado, que j'avais fréquenté deux ans et demi. J'avais fait la connaissance de sa famille, de tout le monde. Et puis, quand l'histoire s'est arrêtée avec lui, ils m'ont tous manqué, parents, frères, belles-sœurs et je ne sais qui. Alors je me suis dit : "Dorénavant, je ne veux plus entendre parler de la famille d'aucun namorado. Si je fréquente quelqu'un, ce sera seulement la personne, je n'irai plus dans la maison de sa famille. Si ça doit s'arrêter, c'est lui qui me manquera, et pas les gens de sa famille." » La rupture avec le premier namorado peut donc inciter les femmes à mener une vie amoureuse plus individualiste en évitant notamment de namorar em casa et d'être trop connues de la famille du partenaire. Cette première rupture indique donc bien, comme en France, le passage à une prise en main plus personnelle de leur vie amoureuse par les femmes.

55C'est en rompant avec le mythe de l'« homme de leur vie » que les femmes sortent du conte de fées ou de la tradition pour entrer dans une histoire amoureuse active, non écrite d'avance. Et c'est ainsi que rétrospectivement l'individu aimé est rebaptisé « premier amour », ou même « premier homme de la vie », ce qui indique qu'il y en a eu d'autres ; la relation vécue avec lui passe au rang d'« expérience ». Au Brésil, la décision de renoncer à l'« homme de sa vie » s'inscrit dans un cadre social qui n'implique pas seulement la femme et son partenaire, tandis qu'en France, depuis quelques décennies déjà, c'est une décision individuelle qui oblige les femmes à penser que la construction de leur vie ne dépend que d'elles-mêmes et peut être un processus long.

Premières partenaires et construction de soi chez les hommes

56Pour les hommes, dès l'adolescence, initiation sexuelle, vie sentimentale et formation d'un couple ou d'une relation sont considérées comme des phénomènes distincts, ne se déroulant pas selon le même calendrier. Contrairement à la plupart des femmes, les hommes ne rêvent jamais leur entrée dans la vie sexuelle comme un aboutissement. Vouloir former une relation durable et rencontrer une femme à cette fin sont des aspirations qui n'apparaissent qu'au terme d'une maturation sociale. Quand un homme parle de la « femme de sa vie », c'est que jeunesse est déjà passée et qu'il veut « se ranger » (Bozon 1990). Selon les anthropologues brésiliens, l'identité masculine n'est pas donnée d'emblée. La jeunesse est un moment où elle se prouve et se confirme, face à tout ce qui la menace (Parker 1991 ; Leal et Boff 1995).

57Le passage à la sexualité adulte, qui ne se limite pas au premier rapport, est un de ces passages menaçants que connaissent les hommes. Le premier rapport a un caractère d'épreuve, d'expérience aventureuse et risquée. Les récits masculins sont centrés sur l'individu, sa satisfaction ou ses doutes sur lui-même, et la partenaire apparaît peu : la relation avec elle n'est pas centre d'intérêt majeur. Les premiers rapports sont une expérience dont l'individu masculin doit sortir confirmé. Marc, qui appartient à un milieu aisé, après une première expérience en vacances où il n'a pas réussi à aller tout à fait jusqu'au bout du rapport, entame, de retour à Paris, une expérience avec une jeune femme, plus satisfaisante, qui va durer environ deux mois : « C'était très ritualisé. Quand je la voyais, je savais que c'était pour faire l'amour. Disons que j'avais acquis suffisamment de confiance en moi et que mon rapport au corps féminin était beaucoup plus sûr. J'aimais faire l'amour parce que je prouvais aussi ma force, mon potentiel. » Invité à préciser la nature de la relation qu'il entretenait avec son amie, Marc signale un fort décalage entre les attentes de l'un et de l'autre : « Elle était gentille avec moi, elle m'écoutait, elle me parlait. Elle était très tendre, elle posait sa tête sur moi comme ça. A un moment donné, ça m'a mis plutôt mal à l'aise... J'aurais voulu plutôt qu'elle soit mon égale... Je pense qu'elle était plus amoureuse que moi je ne l'étais. Avec les filles, moi ce qui m'intéressait, c'était d'être copain. L'idée de couple, moi, c'est quelque chose qui ne marchait pas trop. » L'homme interrogé est déconcerté par la demande de relation affective de son amie, ainsi que par sa demande d'une relation de fréquentation officielle, impliquant invitations et sorties en commun. La relation s'interrompt assez vite, en raison de cette différence de conception de la nature de la relation : l'un vit son initiation sexuelle quand l'autre aspire à une relation totale.

58Une autre manifestation du clivage interne de l'initiation amoureuse masculine, qui sépare strictement apprentissage sexuel, aspirations sentimentales et désir de former un couple, est la tendance des hommes, pas seulement dans les classes populaires, à transposer ce clivage à la population des femmes, en les classant selon les usages qu'ils peuvent en faire. Les catégories de classement sont mutuellement exclusives. Ainsi dans les favelas de Rio, Mario distingue les filles et les femmes faciles (meninas de farra) des femmes sérieuses, dites aussi de « bonne famille » (garotas direitas). Les premières sont des femmes qui ont perdu leur honneur et avec qui les hommes peuvent avoir des relations sexuelles sans engagement. Les secondes sont des femmes qu'ils peuvent et doivent fréquenter officiellement, et éventuellement épouser. On comprend l'enjeu important qu'il y a pour une femme à ne pas perdre sa réputation. Dans les classes populaires françaises, le même genre de classification est produit par les hommes (pour exemples récents, voir Calvez 1992 ; Coppel et al. 1993). Dans le récit de Sébastien, on rencontre une distinction très « instrumentale » entre deux types de femmes : celles avec qui il faut « faire le romantique », c'est-à-dire « discuter et faire des câlins », et celles avec qui il faut « y aller carrément » (« tirer directement »).

59Ces dichotomies dans les pratiques populaires ont leur équivalent dans les milieux sociaux plus élevés. Ainsi la Brésilienne Denise s'indigne de ce que son namorado, qui la fréquentait chastement depuis plusieurs années, ait eu des rapports sexuels avec une autre femme ; ce n'est pas le fait de transar (« avoir des rapports ») qui pose problème (elle sait que ce n'est pas la première fois), mais le fait qu'elle connaisse la femme. Pour lui, il y a deux catégories de femmes, celles que l'on ne peut que fréquenter (namorar) patiemment, et celles avec qui l'on peut avoir des rapports (transar). Ce double standard moral est réservé aux hommes. Parmi les enquêtés français de milieu plus aisé, on tend à distinguer des femmes ou des jeunes filles que l'on qualifie de « romantiques », et d'autres qui ne sont pas désignées par un terme unique, des femmes qui « ont pas mal vécu », qui « ont eu beaucoup d'expériences », ou, dans un groupe de lycéens, « la petite amie de tout le monde » (Patrice). Au Brésil, la distinction essentielle est entre les femmes que l'on peut épouser et celles avec qui l'on ne peut avoir que des rapports sexuels ; en France, c'est entre les femmes avec qui l'on doit avoir une relation sentimentale et celles avec qui l'on peut se limiter à la sexualité. La caractéristique essentielle de ces catégorisations masculines est qu'elles n'ont pas d'équivalent chez les femmes, qui classent fort peu les hommes selon leur comportement sexuel : cette dissymétrie provient de ce que les femmes n'ont pas d'usages aussi clivés des hommes en matière amoureuse, en raison de leur représentation plus globale de l'amour, et du fait qu'elles tendent à classer les hommes plutôt en termes de rôle social.

60Pourtant, le désir de faire coïncider expérience sentimentale et expérience sexuelle existe bel et bien chez les hommes aussi. Il peut s'agir d'un désir présent dès le début de la vie amoureuse. En France et au Brésil, une minorité d'hommes cherchent à avoir leur première expérience sexuelle dans le cadre d'une relation sentimentale ou d'une fréquentation établie (namoro). Le plus souvent, l'aspiration à rencontrer la « femme de sa vie » est plus tardive ; le désir de lier sexualité, sentiment et couple découle d'une volonté de stabilisation personnelle, qui se forge et se renforce progressivement pendant la jeunesse. C'est le cas par exemple du Brésilien David, 27 ans, qui après une relation de trois ans pendant son adolescence (« où il ne se livrait pas totalement »), et plusieurs relations brèves à l'université, devient professeur à 23 ans et commence à aspirer à une relation durable : il décide de fréquenter (namorar) une de ses élèves les plus âgées, mais demande aussitôt à faire la connaissance de ses parents afin de montrer le sérieux de ses intentions. Joaõ Manoel, 28 ans, a rencontré, vers l'âge de 20 ans, lors de bals ou de soirées, beaucoup de femmes faciles, avec lesquelles se produisaient des contacts corporels rapides. Mais il indique qu'il a toujours aspiré à des sentiments et à des relations plus profondes, et que ces aspirations s'exprimaient dans l'écriture : il écrivait des poèmes d'amour à des femmes imaginaires. Il a commencé à fréquenter sa namorada actuelle vers l'âge de 24 ans. Le désir de stabilisation amoureuse chez un homme s'exprime sous la forme d'une envie de rompre, à un moment donné, avec la vie et les expériences antérieures, ou avec le style du groupe de pairs. C'est une véritable conversion qui peut ainsi s'opérer pendant la jeunesse.

Les formes de contact entre hommes et femmes

61L'entrée en contact avec des partenaires de l'autre sexe au moment des premières expériences amoureuses fait ressortir les distances qui séparent les hommes des femmes. Au Brésil, ces distances restent souvent perçues comme l'opposition de deux univers. En France, il s'agit plus d'une difficulté de contact entre individus, redoublée par la différence de sexe.

62Un des enquêtés brésiliens, Joaõ Manoel, d'origine populaire, rappelle l'impression qu'il avait à l'adolescence que les femmes appartenaient à un « autre monde » : « J'avais des barrières très fortes, je n'arrivais pas à m'approcher. J'avais peur du contact, de parler, d'entrer en contact avec cet autre monde que je ne connaissais pas du tout, parce que, en pratique, mon monde c'était mes copains. Ils habitaient dans une rue à côté et on passait tout notre temps à jouer au foot. Les femmes ne faisaient pas partie de ce monde. Il y avait ces discussions d'hommes, de garçons. Et les femmes, on les méprisait, comme elles, elles nous méprisaient ! » Dans cette situation de clivage absolu entre les sexes, l'approche amoureuse, nécessaire pour devenir un homme, est conçue comme une attaque, une opération fulgurante qu'il s'agit de mener selon les règles. L'attaque s'apparente à une incursion en territoire ennemi, dans laquelle l'alcool permet de se donner de l'assurance. Les conseils des pairs sont simples mais ne satisfont pas tout à fait Joaõ Manoel : « Mes copains disaient : "Ecoute, tu n'as qu'à t'approcher de la femme, elle te fait un sourire, à ce moment tu lui dis quelques mots gentils et puis voilà !" Je n'arrivais pas à leur dire ces choses, d'abord parce que je ne ressentais rien pour elles. Je voulais quelque chose de plus puissant, un sentiment fort. » La culture de Joaõ Manoel est une culture de la rue, dont les femmes sont totalement absentes. Le contact verbal est le plus redouté.

63Les femmes des classes moyennes, qui connaissent leurs premières expériences amoureuses dans le cadre rassurant mais strict du namoro, éprouvent des sentiments d'étrangeté vis-à-vis de certaines conduites de leurs partenaires. Ainsi Tania se plaint-elle du machisme de son premier namorado, alors qu'ils n'ont pas encore de rapports sexuels : elle est heurtée par sa volonté permanente de contrôler ses déplacements, et de l'empêcher de voir ses amies. Il l'oblige à l'accompagner les fins de semaine aux matchs de football, ainsi qu'aux championnats de judo auxquels il participe. Une autre enquêtée, Denise, signale également un contrôle pesant de son namorado, qui, pourtant, dans le même temps, rencontre d'autres femmes. Dans le langage des femmes cariocas, les machistes sont ces hommes qui veulent contrôler les femmes, tout en échappant eux-mêmes à tout contrôle.

64Les hommes parisiens décrivent aussi parfois les femmes comme un gibier. Ces comportements n'ont cependant pas un caractère général : les hommes français n'ont pas le sentiment d'une extériorité du monde des femmes et, lorsqu'ils signalent une distance avec l'une d'entre elles, c'est en se référant plutôt à des caractéristiques individuelles (différence d'âge, éloignement géographique, différence culturelle). De leur côté, les femmes tendent également à psychologiser et à individualiser les difficultés rencontrées avec des partenaires plutôt qu'à les attribuer à la nature masculine.

65L'entrée en contact entre hommes et femmes, lorsqu'elle se produit, peut suivre divers chemins, en parcourant plusieurs étapes. Dans l'approche corporelle, les mots comptent peu : échange de regards, échange de sourires, puis rapprochement. Le récit du premier rapport de Joaõ Manoel à 17 ans en est un bon exemple (voir encadré « Devenir un homme »). Dans la suite de son entretien, il indique que lorsqu'il a commencé à fréquenter sa namorada, pendant un ou deux mois, ils avaient eu une activité sexuelle intense et variée, qu'il décrit précisément, déclarant ensuite : « C'était seulement sexuel, vraiment une question mécanique, physique, on se disait très peu de choses. C'était seulement "bon on y va", "maintenant"... Puis au bout d'un certain temps ça s'est un peu calmé. » C'est seulement après cette phase intense qu'il commence à parler plus avec elle et à se rapprocher d'elle au plan sentimental. Et c'est aussi à ce moment-là qu'il apprend, à son instigation, des gestes conjugaux comme lui tenir la main dans la rue ou lui passer le bras sur l'épaule. Le jeune homme interrogé suit en somme un véritable apprentissage sentimental au contact de sa namorada. Cependant, ce cas serait plutôt exceptionnel. L'avis général est que les hommes cariocas parlent peu, alors même qu'ils sont actifs sexuellement. Ainsi Natalia déclare à propos de son second namorado : « Il parlait peu et faisait beaucoup. C'était quelqu'un de renfermé. Parler de sexualité avec lui était une chose compliquée. » Elle n'ose donc pas lui faire part d'un certain nombre d'insatisfactions qu'elle éprouve lors de leurs rapports. Nelio indique que sa namorada, qui est enceinte de lui, lui reproche de « ne prêter aucune attention à elle », de « n'avoir aucun sentiment ». Ce leitmotiv des femmes brésiliennes n'a pas son équivalent en France, où le rapprochement entre partenaires se fait de manière plus verbale.

66Dans les entretiens parisiens, des conversations entre partenaires sont souvent mentionnées comme ayant joué un rôle dans la période initiale de la relation. Ainsi, Patrice rencontre sa première amie lors d'un long trajet à pied à Londres : « Ça s'est très bien passé et on s'est raconté notre vie. » Eléonore mentionne les longues conversations téléphoniques qu'elle avait avec son « amant platonique » ; plus tard, elle mentionne que l'homme avec qui elle a vécu quatre ans « avait réussi à [la] séduire par son discours, sa façon de parler. Il ne draguait pas, il parlait de lui, il était très sincère, très honnête, il ne jouait pas ». A l'approche verbale, on peut associer l'approche épistolaire, qui trouve sa raison d'être dans le fait que beaucoup de premières histoires amoureuses en France se nouent entre personnes éloignées géographiquement (les rencontres sur un lieu de vacances mettant parfois en présence des personnes dont les lieux de résidence sont éloignés). Ainsi, Frédéric, qui habite à Paris alors que son amie vit à Toulouse, indique : « C'est une histoire qui est devenue progressive par l'écriture... Au début, quand je suis reparti, on s'écrivait une fois par semaine, puis ça a été beaucoup plus régulier, deux ou trois fois par semaine, voire presque tous les jours. Il y avait une correspondance importante par rapport à nos idées politiques au départ, on échangeait nos points de vue sur les choses qui se passaient à ce moment-là. Donc on a correspondu comme ça pendant trois mois. Et cette correspondance est devenue de plus en plus insistante sur le côté amour, amour et tout ça quoi. On s'est dragué vraiment par l'écriture. Et quand elle est arrivée en vacances, on savait que ça allait se concrétiser par quelque chose. » L'approche verbale est plus fréquente que l'approche épistolaire, mais, comme elle, c'est une approche indirecte : chacun parle de soi, de ses idées, de ses goûts, avant de parler d'amour.

67La communication verbale garde toute son importance dans la suite de l'histoire du couple. De nombreuses discussions et conversations sont rapportées. Les Parisiennes se plaignent beaucoup moins que les Cariocas d'hommes qui ne parlent pas ou même avec qui il soit impossible de parler de sexualité ou de sentiments. Cependant, les hommes signalent, lorsqu'ils ont connu des ruptures dans les débuts de leur vie amoureuse, une certaine difficulté à en parler avec leur partenaire, comme si on ne parlait que lorsque tout va bien.

68L'approche corporelle, que l'on peut considérer comme une communication par le corps, se distingue par son immédiateté, mais aussi par son ambiguïté : il est toujours difficile de savoir si les gestes accomplis impliquent un engagement plus durable ou un sentiment. Cela explique le désir des femmes que le contact corporel soit associé à une communication verbale. Cette dernière forme d'échange s'inscrit dans un idéal de couple égalitaire (Heilborn 1993).

Conclusion

69Dans l'initiation amoureuse à Rio de Janeiro, deux traits caractéristiques, qui n'entrent pas en contradiction malgré les apparences, ont été observés : l'extraversion des corps dans les contacts, et le poids du regard du groupe (famille et pairs). La possibilité d'une approche physique directe, utilisant le regard et le toucher, plus que la médiation du langage, apparaît comme un élément distinctif : cette possibilité est poussée à l'extrême parmi les générations récentes, dans le développement des relations du type ficar, qui ont pour caractéristique de ne nécessiter aucun échange verbal. Lorsque les Cariocas évoquent leurs fréquentations « chastes » d'amoureux, la surprenante richesse des descriptions et des termes employés suggère une grande activité des corps dans cette phase de constitution du couple : les types de gestes et de contacts codifient précisément la progression dans l'intimité. Lorsqu'il y a activité sexuelle, les récits (ceux des hommes comme ceux des femmes) fournissent des détails tout à fait concrets, ce qui contraste fortement avec le caractère très indirect et métaphorique des évocations de la sexualité dans les récits français. Cette manière d'aborder la sexualité sans détour est directement liée à l'importance primordiale que les Cariocas lui reconnaissent dans le développement et le maintien de la relation amoureuse ; les Parisiens lui accordent comparativement une importance moins grande.

70L'expressivité des corps ne se déploie pas dans un univers sans contraintes : le regard et le contrôle des autres sont bien présents et évaluent les conduites à l'aune d'une morale relationnelle prégnante. Les fréquentations amoureuses connaissent une organisation structurée, le namoro, qui socialise et encadre les histoires amoureuses : ainsi le namorado (la namorada) doit normalement être présenté (e) au groupe familial et amical, et admis par lui. Les conduites des amoureux sont (plus ou moins directement) observées. Dans une société où les rôles de genre sont clairement délimités, la contrainte sociale pèse plus fortement sur les femmes : ainsi la perte de la virginité continue à être considérée comme un passage essentiel qui fait changer les femmes de statut social.

71Au début de cet article, nous nous interrogions, dans la ligne des travaux d'Elias, sur les formes particulières du processus de modernisation des mœurs hors d'Europe. Dans la tradition sociologique du Brésil, ce pays a été décrit comme une société « cordiale » (Freyre 1933 ; Buarque de Hollanda 1936). Le type idéal de la « cordialité », qui s'oppose à celui de la civilité d'Elias, désigne un modèle de société où les relations personnelles, la proximité et l'autorité familiale patriarcale fonctionnent comme les éléments structurants du champ social. Ces analyses portaient sur une société qui a largement disparu, en raison de l'urbanisation et des nouvelles différenciations sociales qu'elle a induites. Il demeure que le processus de modernisation des mœurs s'est construit au Brésil sur le fondement de comportements hérités de cette organisation relationnelle et hiérarchisée de la vie sociale, alors que dans une société comme la France l'instauration de la civilité accompagnait le développement de l'« individualisation » (Elias 1987) : nous formulons l'idée que les comportements observés à Rio de Janeiro en matière amoureuse correspondraient à un type moderne de cordialité, et non pas à une civilité européenne.

72A cette « cordialité moderne », on rattachera le rôle et l'expressivité du corps dans les relations interpersonnelles (dont font partie les relations amoureuses) : celui-ci fonctionne comme un opérateur de contact. Plus que l'échange des mots, l'expressivité des corps introduit un jeu et un mouvement dans un système social potentiellement rigide. Dans le domaine amoureux, où la force des rôles de genre ne facilite pas l'établissement des relations, les contacts corporels mais aussi les échanges de regards et de sourires fonctionnent comme un langage pratique et subtil, signalant l'état des relations et opérant des rapprochements : les acteurs maîtrisent le sens relationnel de leurs actes physiques ou corporels, sans avoir besoin de les traduire en mots. Le caractère très physique des premiers contacts n'accélère cependant pas forcément le passage à l'acte sexuel, les femmes contrôlant étroitement le rythme du rapprochement. Le cadre de fréquentation contraignant et l'autocontrôle des femmes font que l'expressivité des corps n'équivaut nullement à un débridement des pulsions.

73Les comportements amoureux à Paris servent ici de contrepoint. En France, parallèlement à l'activité sexuelle et aux contacts corporels, l'échange verbal entre conjoints et amoureux est fortement pratiqué et valorisé socialement, alors que les amoureux ou jeunes couples brésiliens évoquent rarement de longues conversations entre eux. L'accroissement de la composante verbale dans l'échange amoureux est l'un des résultats du processus de civilisation, et il signale un haut degré de contrôle des émotions et de réflexivité. Cependant, il n'a pas pour effet de ralentir le passage à l'acte sexuel, dont on a vu qu'il s'opérait assez rapidement dans le cours d'une relation en France (Bozon 1991b). Cette sexualisation rapide des relations amoureuses peut être interprétée comme un élément d'une seconde phase du processus de civilisation, marquée par l'assouplissement des contraintes extérieures (ici la prescription de la continence sexuelle), lorsque les individus ont suffisamment incorporé l'autocontrainte sociale (Kaufmann 1995).

74Dans les deux pays, le lien particulier entre le genre féminin et l'affectivité s'exprime dans des demandes faites au genre masculin. A Rio de Janeiro, les jeunes femmes ne rejettent pas la corporalité des contacts, mais demandent qu'elle soit complétée par des paroles et des gestes « conjugaux » en dehors de l'activité sexuelle. A Paris, les jeunes femmes sont également demandeuses de paroles et de gestes d'engagement sentimental. Par leur demande d'une expression des sentiments et d'une tendresse des gestes, auxquelles certains hommes sont sensibles, elles indiquent une nouvelle étape du processus de civilisation des mœurs amoureuses.

Haut de page

Bibliographie

Apostolidis T., 1993. « Pratiques "sexuelles" versus pratiques "amoureuses" : fragments sur la division socioculturelle du comportement sexuel », Sociétés, n° 39, « Sexualités et sida », pp. 39-43.

Avelino Filho G., 1990. « Cordialidade e civilidade em Raízes do Brasil », Revista brasileira de ciências sociais, n° 12, vol. 5, pp. 5-14.

Azevedo T., 1981. « Namoro á antiga : tradição e mudança », in Velho et Figueira (ss la dir. de), Familia, psicologia e sociedade, Rio de Janeiro, Campus, pp. 219-276.

Béjin A., 1990. Le nouveau tempérament sexuel, Paris, Kiné.

Besnard P., 1989. Mœurs et humeurs des Français au fil des saisons, Paris, Fayard.

Bourdieu P., 1990. « La domination masculine », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 84, pp. 2-31.

Bozon M., 1991a. « Apparence physique et choix du conjoint », in Roussel et Hibert (ss la dir. de), La nuptialité, Paris, PUF/INED, pp. 91-110.

1991b. « La nouvelle place de la sexualité dans la constitution du couple », Sciences sociales et santé, n° 4, pp. 69-88.

1993. « L'entrée dans la sexualité adulte. Le premier rapport et ses suites », Population, n° 5, pp. 1317-1352.

1995. « Observer l'inobservable : la description et l'analyse de l'activité sexuelle », in Bajos, Bozon, Giami, Doré et Souteyrand (ss la dir. de), Sexualité et sida. Recherches en sciences sociales, Paris, ANRS, pp. 39-56.

Bozon M. et F. Héran, 1987 et 1988. « La découverte du conjoint I et II », Population, n° 6, pp. 943-986, et Population, n° 1, pp. 121-150.

Bozon M. et O. Kontula, 1996. « Sexual initiation and gender in Europe. A cross-cultural analysis of secular trends », in Bajos, Hubert et Sandfort (ss la dir. de), Aids and Sexual Behaviour in Europe, London, Taylor and Francis.

Buarque de Hollanda S., 1936. Raízes do Brasil, Rio de Janeiro, José Olympio Editoria.

Calvez M., 1992. « La sélection culturelle des risques du sida », université de Bretagne, rapport ANRS.

Caraël M., 1995. « La mesure de l'activité sexuelle dans les pays en développement », in Bajos, Bozon, Giami, Doré et Souteyrand (ss la dir. de), Sexualité et sida. Recherches en sciences sociales, Paris, ANRS, pp. 57-80.

Coppel A., Boullenger N. et P. Bouhnik, 1993. « Les réseaux d'échanges sexuels et de circulation de l'information en matière de sexualité chez les jeunes de quartiers à risque », Paris, rapport ANRS.

Da Matta R., 1978. Carnavais, malandros e heróis. Para uma sociologia do dilema brasileiro, Rio de Janeiro, Zahar (traduction française : Carnavals, bandits et héros, Paris, Seuil, 1983).

1987. A casa e a rua : espaço, cidadania, mulher e morte no Brasil, São Paulo, Brasiliense.

Dayan-Herzbrun S., 1982. « Production du sentiment amoureux et travail des femmes », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 72, pp. 113-130.

Duarte L.F., 1987. « Pouca vergonha, muita vergonha : sexo e moralidade entre as classes trabalhadoras urbanas », in Leite Lopes (ss la dir de), Cultura e identidade operária, São Paulo, Marco Zero/Proed.

Elias N., 1973. La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy (1re éd. allemande, 1939).

1987. La société des individus, Paris, Fayard.

Flandrin J.-L., 1974. Les amours paysannes, Paris, Julliard.

1981. Le sexe et l'Occident, Paris, Seuil.

Fonseca C., 1992. « Honra, humor, e relacões de gênero : um estudo de caso », in Costa et Bruschini (ss la dir. de), Uma questão de gênero, Editora Rosa dos Tempos, pp. 310-333.

Foucault M., 1976. Histoire de la sexualité, t. I : La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

Freyre G., 1933. Casa grande e senzala, Rio de Janeiro, José Olympio Editoria (traduction française : Maîtres et esclaves, Paris, Gallimard, 1952).

Gagnon J. et W. Simon, 1973. Sexual Conduct. The Social Sources of Human Sexuality, Chicago, Aldine.

Girard A., 1964. Le choix du conjoint. Une enquête psychosociologique en France, Paris, PUF/INED.

Heilborn M.L., 1985. « Visaõ de mundo e ethos em camadas médias suburbanas no Rio de Janeiro », in Ciências sociais hoje 1984, São Paulo, Cortez.

1991. « Gênero e condição feminina : uma abordagem antropológica », in IBAM, Mulheres e políticas publicas, Rio de Janeiro, IBAM.

1993, « Gênero e hicrarquia : a costela de Adão revisitada », Estudos feministas, n° 1, Rio de Janeiro.

1995, « Homosexualité masculine, homosexualité féminine au Brésil », in Ephesia, La place des femmes. Les enjeux de l'identité et de l'égalité au regard des sciences sociales, Paris, La Découverte, pp. 290-295.

Kaufmann J.-C., 1995. Corps de femmes, regards d'hommes. Sociologie des seins nus, Paris, Nathan.

Lagrange H. et B. Lhomond, 1996. « Enquête sur le comportement sexuel des jeunes de 15 à 18 ans », ANRS-Information, n° 17, janvier, pp. 14-27.

Laumann E., Gagnon J., Michael R. et S. Michaels, 1994. The Social Organization of Sexuality. Sexual Practices in the United States, Chicago, University of Chicago Press (voir chapitre 9, « Formative sexual experiences », pp. 321-347).

Leal O. (ss la dir. de), 1995. Corpo e significado. Ensaios de antropologia social, Porto Alegre, Editora da Universidade.

Leal O. et A. Boff, 1995. « Insultos, queixas, seducão e sexualidade. Fragmentos de identidade masculina em uma perspectiva relacional », in Leal (ss la dir. de), Corpo, sexualidade e reproducão. relatório final, Nupacs, Porto Alegre, pp. 89-111.

Loyola M.A., 1992. « Sexualidade e reprodução », Physis. Revista de saude coletiva, n° 1, Rio de Janeiro, UERJ, pp. 93-105.

Malinowski B., 1970 (1929). La vie sexuelle des sauvages du nord-ouest de la Mélanésie, Paris, Payot.

Mendes-Leite R., 1995. « Le sida et la (re) construction de l'imaginaire social des sexualités. Approche qualitative auprès de la population masculine à pratiques homosexuelles : une recherche comparée France-Brésil », in Bajos, Bozon, Giami, Doré et Souteyrand (ss la dir. de), Sexualité et sida. Recherches en sciences sociales, Paris, ANRS, pp. 293-298.

Parker R., 1991. Corpos, prazeres e paixôes. A cultura sexual no Brasil contemporáneo, São Paulo, Best Seller.

Peixoto C., 1995. « Les modes d'appellation dans les lieux publics. Une comparaison entre la France et le Brésil », Ethnologie française, n° 4, pp. 559-568.

Peristiany J.G. (ss la dir. de), 1966. Honor and Shame. The value of mediterranean society, Chicago, The University of Chicago Press.

Resende C., 1995. « A amiga brasileira. Amizade e trabalho de campo em Londres », in Velho (ss la dir. de), antropologia social. n° 6, « Quatro viagens : antropólogos brasileiros no exterior », juin, pp. 11-41, Rio de Janeiro, Museu nacional.

Rougemont D., 1972 (1939). L'amour et l'Occident, Paris, Plon.

Salem T., 1981. « Mulheres faveladas : "com a venda nos olhos" », Perspectivas antropológicas da mulher, n° 1, pp. 49-99, Rio de Janeiro, Zahar.

1985, « Familia em camadas médias : uma revisaõ da literatura recente », Boletim do Museu nacional, n° 54, Rio de Janeiro.

Segalen M., 1981. Amours et mariages de l'ancienne France, Paris, Berger-Levrault.

Singly F. (de), 1995. « Le vizir et le sultan ou les deux amours », in Bajos, Bozon, Giami, Doré et Souteyrand (ss la dir. de), Sexualité et sida. Recherches en sciences sociales, Paris, ANRS, pp. 159-181.

Traeen B., Lewin B. et J. Sundet, 1992. « The real and the ideal. Gender differences in heterosexual behaviour among Norwegian adolescents », Journal of Community and Applied Social Psychology, n° 2, pp. 227-237.

Viveiros de Castro E. et R. Araujo, 1977. « Romeu e Julieta e a origem do Estado moderno », in Velho (ss la dir. de), Arte e sociedade, Rio de Janeiro, Zahar.

Wellings K. et S. Bradshaw, 1994. « First intercourse between men and women », in Johnson, Wadsworth, Wellings et Field, Sexual Attitudes and Lifestyles, Oxford, Blackwell, pp. 68-109.

Haut de page

Annexe

Annexe
Méthodologie
1. Réalisation d'entretiens sur la biographie amoureuse et sexuelle

Les entretiens que nous utilisons dans cet article ont été effectués, en France comme au Brésil, par des étudiants de 4e ou 5e année universitaire, qui faisaient des mémoires sous la direction des auteurs : en France, il s'agissait d'élèves de l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (ENSAE) de Paris, et au Brésil d'étudiants boursiers de recherche du département de sciences sociales de l'Université d'Etat de Rio de Janeiro (UERJ). Les personnes à interroger devaient avoir entre 25 et 40 ans. Les enquêtés français résidaient presque tous dans l'agglomération de Paris, et les Brésiliens tous dans celle de Rio de Janeiro. En France, aucune recommandation n'a été donnée initialement sur l'appartenance sociale des personnes à interroger : il en résulte que les enquêtés appartiennent dans leur grande majorité aux classes moyennes et supérieures. Au Brésil, deux échantillons assez distincts ont été interrogés : des membres des classes moyennes, et un petit échantillon d'habitants de favelas.

L'entretien avait pour objet la biographie amoureuse et sexuelle de la personne, avec un accent particulier sur les débuts. Un même guide d'entretien a été utilisé à Paris et à Rio, qui suivait en principe le déroulement des relations amoureuses de la personne, en ne négligeant pas les périodes sans partenaire stable. En France, 80 entretiens ont été réalisés entre 1993 et 1995 ; au Brésil, 45 entretiens en 1994 et 1995.

2. Sélection et analyse d'un corpus

Pour mener à bien l'analyse présentée ici, nous avons sélectionné 12 entretiens de chaque pays (6 femmes et 6 hommes), en tenant compte de leur qualité (guide d'entretien bien suivi, bonne qualité de la reconstitution biographique) et en choisissant des individus au moins partiellement comparables d'un pays à l'autre, soit par leurs caractéristiques sociales, soit par leur biographie amoureuse. La notion de « comparabilité » est évidemment à relativiser, ne serait-ce qu'en raison des différences de structure sociale entre les deux pays (les inégalités étant beaucoup plus accentuées au Brésil). Même en tenant compte de cet écart structurel, les échantillons masculins restent assez différents, les hommes sélectionnés en France appartenant à des milieux globalement plus aisés que les Brésiliens.

L'objectif de la comparaison n'est pas de « mesurer » des comportements (comme l'âge au premier rapport, par exemple) : il existe dans les deux pays des enquêtes quantitatives qui fournissent les données en question (Bozon 1993 ; Caraël 1995). On cherche à éclairer le passage à la vie amoureuse adulte, en rapprochant les comportements, les perceptions et les attitudes des acteurs en situation. Deux axes d'interprétation sont privilégiés : les différences et interactions entre hommes et femmes, les différences entre cultures. L'utilisation des entretiens est essentiellement thématique. Ainsi sur un thème donné (par exemple, la conception de l'expérience amoureuse), on peut faire apparaître l'éventail des attitudes, sans prétendre le quantifier. Ou bien, on peut constituer des paires d'individus (un[e] Français [e] et un[e] Brésilien[ne]) aussi proches que possible par leurs caractéristiques, et analyser leurs comportements terme à terme, afin de faire apparaître les similitudes et les différences éventuelles de logiques : l'appariement serait, pour l'analyse d'entretiens, une sorte d'équivalent de l'analyse « toutes choses égales par ailleurs » sur des données quantitatives.

3. Caractéristiques des personnes interrogées

Outre les caractéristiques socio-démographiques de la personne, on indique son âge au premier rapport sexuel et le lien qu'elle avait avec son(sa) premier(ère) partenaire. Pour les habitants de Rio de Janeiro, on indique en outre le quartier d'habitation, considéré comme un indicateur de position sociale.

Au Brésil

 – Nadia, 38 ans, professeur du second degré. Père : propriétaire d'une chaîne de magasins. Premier rapport : 24 ans, avec un ancien namorado. Résidence : Meier.

 – Natalia, 35 ans, professeur de lycée et de collège. Père : coiffeur. Premier rapport : 19 ans, avec son futur mari. Résidence : Engenho de Dentro.

 – Denise, 28 ans, orthophoniste. Père : administrateur d'entreprises. Premier rapport : 22 ans, avec son futur mari. Résidence : Grajaú.

 – Tania, 26 ans, vendeuse de boutique et étudiante. Père : dessinateur dans l'aéronautique. Premier rapport : 18 ans, avec son premier namorado sérieux. Résidence : Rocha Miranda.

Maria, 26 ans, femme de ménage dans une entreprise. Père : maçon. Premier rapport : 12 ans, avec un garçon qui l'a abandonnée aussitôt. Résidence : favela du Borel.

 – Suely, 36 ans, employée de maison. Père : ouvrier dans une usine textile. Premier rapport : 15 ans, violée par un oncle. Résidence : favela du Borel.

 – Joaõ Manoel, 28 ans, économiste (sans emploi). Père : chauffeur de camion. Premier rapport : 17 ans, avec une inconnue rencontrée au bal. Résidence : Niteroi.

 – Luis Fernando, 25 ans, employé de bureau et étudiant. Père : patron d'un bateau de pêche. Premier rapport : 14 ans, avec une employée de maison. Résidence : Tijuca.

 – David, 27 ans, professeur de lycée et de collège. Père : tailleur. Premier rapport : 17 ans, avec une namorada. Résidence : Centre.

 – Sergio, 26 ans, informaticien et étudiant. Père : représentant de commerce. Premier rapport : 18 ans, avec une namorada. Résidence : Copacabana.

 – Mario, 29 ans, aide-chauffeur dans une entreprise. Père : menuisier. Premier rapport : 14 ans, avec une « fille facile » (uma menina de farra). Résidence : favela du Borel.

 – Nelio, 24 ans, homme de service dans un immeuble d'habitation. Père adoptif : maçon. Premier rapport : 18 ans, avec une namorada. Résidence : favela du Borel.

En France

 – Florence, 40 ans, professeur de lycée. Père : artisan-commerçant. Premier rapport : 18 ans, avec un camarade de faculté dont elle n'était pas amoureuse.

 – Eléonore, 26 ans, styliste textile. Père : architecte. Premier rapport : 18 ans, avec un homme présenté par une amie, qu'elle n'a jamais revu.

 – Justine, 24 ans, vendeuse dans une boutique. Père : cadre (?). Premier rapport : 19 ans, avec son premier amoureux sérieux.

 – Gisèle, 32 ans, aide-soignante, actuellement au foyer. Père : contremaître en usine. Premier rapport : 17 ans, avec son premier amoureux sérieux.

 – Karine, 28 ans, secrétaire, en reprise d'études. Père : chercheur chimiste. Premier rapport : 18 ans, violée lors d'une soirée.

 – Nathalie, 29 ans, gérante d'un magasin d'habillement. Père : informaticien. Premier rapport : 17 ans, avec un ami du frère.

 – Thomas, 27 ans, étudiant en géographie. Père : chercheur en biologie. Premier rapport : 15 ans, avec une prostituée.

 – Pierre, 29 ans, statisticien. Père : professeur. Premier rapport : 17 ans, avec une « petite amie » (relation brève).

 – Frédéric, 36 ans, journaliste. Milieu aisé. Premier rapport : 15 ans, avec une femme qui gardait les enfants de son oncle.

 – Sébastien, 34 ans, garçon de café. Milieu ouvrier. Premier rapport : 16 ans, avec une jeune fille rencontrée dans un foyer d'apprentis.

 – Marc, 27 ans, étudiant en sociologie. Père adoptif : ingénieur. Premier rapport : 17 ans, avec une amie rencontrée en vacances.

  • Patrice, 25 ans, cadre financier. Milieu très aisé. Premier rapport : 17 ans, avec sa première amoureuse.

Haut de page

Notes

1On pourrait analyser la diffusion mondiale de l'idéologie de l'amour romantique occidental (Rougemont 1972). L'idéologie de la « romance » est un mythe puissant dont les effets sont toujours présents.
2Les auteurs ont jusque-là surtout travaillé sur leur propre société. Michel Bozon a mené des recherches sur la formation des couples et sur la sexualité en France, à partir de données quantitatives. Maria Luiza Heilborn a mené des études sur la conjugalité hétérosexuelle et homosexuelle au Brésil. Cet article se limite aux relations hétérosexuelles. D'autres auteurs (Mendes-Leite 1995) ont mené des recherches comparatives sur les relations homosexuelles.
3Jean-Claude Kaufmann a admirablement analysé la complexité du processus de « banalisation » des comportements, qui nous fait « voir sans voir » (Kaufmann 1995).
4Les individus âgés de 40 ans et ceux qui ont 25 ans n'appartiennent pas aux mêmes générations. Mais, d'après les enquêtes quantitatives sur les comportements sexuels (Bozon 1993 ; Caraël 1995), l'âge au premier rapport sexuel a peu changé d'une génération à l'autre ; en revanche, l'accès à la contraception est devenu plus facile, notamment au Brésil.
5Dans l'exercice de comparaison auquel nous nous sommes livrés, le risque est toujours grand de tirer des conclusions trop générales par rapport aux données dont on dispose, même si nous avons réalisé beaucoup plus d'entretiens que nous n'en avons explicitement analysé ici. Il importe de rappeler que les enquêtés proviennent de deux grandes métropoles dans chacun des pays et que, au Brésil en particulier, les tendances qui apparaissent dans l'analyse ne sauraient être extrapolées à l'ensemble du pays. Notre point de vue, à travers l'examen des contrastes, consiste à faire apparaître des processus de construction différents des émotions et des sentiments amoureux dans chacun des contextes. Il ne se substitue pas à des études approfondies dans chacun des pays, rendant pleinement compte de toutes les différences internes.
6Au Brésil, les motels sont très différents des hôtels. « Institutions » caractéristiques des villes, souvent installés dans leur périphérie, ce sont des lieux où les amoureux vivant chez leurs parents, les couples illégitimes ou occasionnels, mais également les couples légitimes voulant sortir du cadre familial, peuvent trouver un moment d'intimité en échappant temporairement aux contraintes sociales.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bozon M. & M. L. Heilborn, 1996, « Les caresses et les mots. Initiations amoureuses à Rio de Janeiro et à paris », Terrain, n° 27, pp. 37-58.

Référence électronique

Michel Bozon et Maria Luiza Heiborn, « Les caresses et les mots », Terrain [En ligne], 27 | septembre 1996, mis en ligne le 18 juin 2007, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://terrain.revues.org/3382 ; DOI : 10.4000/terrain.3382

Haut de page

Auteurs

Michel Bozon

Institut national d'études démographiques, Paris

Articles du même auteur

Maria Luiza Heiborn

Université d'État de Rio de Janeiro et CNPq

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org