Navigation – Plan du site
Repères

La Thiérache rurale et herbagère

Mise en place d'un itinéraire à caractère ethnologique
Michel Streith
p. 126-133

Texte intégral

1S'appuyant sur l'importante documentation accumulée depuis plusieurs années par la Société historique de Vervins, un programme de recherche intitulé « Connaissance de la Thiérache rurale et herbagère » a été mis en place en septembre 1987 et des dossiers ont été constitués sur les thèmes retenus (cf. encadré). Une deuxième étape consistera en la rédaction d'un livret-guide destiné à un public large, présentant l'ensemble des thèmes de recherche et lieux de référence choisis. Enfin la mise en place d'un itinéraire, en liaison avec le Comité départemental du tourisme, permettra de visualiser sur le terrain l'ensemble des travaux ethnologiques effectués. La liaison constante entre la recherche et sa valorisation exige la présence de partenaires très divers se plaçant à des niveaux d'intervention différents : l'ethnologue régional de Picardie, l'ethnologue directement attaché à l'itinéraire pour la recherche, la Société historique de Vervins en tant que maître d'œuvre de l'itinéraire, le Comité départemental du tourisme de l'Aisne assurant pour sa part la réalisation concrète du circuit. Un grand nombre de partenaires locaux sont associés à cette opération : le Syndicat mixte de Thiérache, l'atelier agriculture Avesnois-Thiérache, la Direction départementale de l'agriculture, le lycée agricole de Thiérache, l'écomusée de Fourmies, les Maisons paysannes de l'Aisne.

La Thiérache, un petit coin de Picardie ?

2« La Thiérache se range à part dans le cortège des paysages du nord de la France. Elle est le pays de l'herbe, des terres humides, des eaux courantes, après que l'on a traversé les grandes étendues des plaines à culture. D'un seul coup, derrière l'écran d'une première haie, elle s'offre comme l'image d'un autre monde... » (Fiette 1975). Cette citation d'un géographe indique bien la prédominance de l'herbe dans le paysage de Thiérache et la spécificité de cette région au sein d'ensembles plus vastes tels que la Picardie ou l'Ile-de-France. L'« autre monde » dont parle l'auteur précise la discontinuité spatiale particulière à la Thiérache en termes de paysage, d'activités économiques, d'habitat. L'accent mis sur la notion d'herbe amène à considérer la Thiérache comme une région agricole.

3On regroupe sous le nom de région agricole un ensemble de communes dans lesquelles se trouvent des exploitations « pratiquant sensiblement les mêmes systèmes de culture et les mêmes élevages » (statistique agricole 1949). La notion de région agricole peut ici être complétée par celle de « communauté technique », telle que la définit J.-P. Daré, c'est-à-dire la prise en compte d'un groupe humain qui sur le terrain se définit « par la similitude d'activités techniques s'étendant sur une aire géographique beaucoup plus vaste que celle de l'interaction dans la commune » (Daré 1985).

4Les deux approches envisagées, région agricole et communauté technique, plantent le décor rural de la Thiérache et orientent la recherche vers une meilleure compréhension des différents moyens, matériels et symboliques, mis en œuvre par les herbagers pour assurer la reproductibilité de leur système de production.

5Des chiffres récents montrent que 90 % des exploitations agricoles de la haute Thiérache de l'Aisne ont moins de 50 ha et sont de nature herbagère. L'herbe occupe donc une place centrale dans l'activité technique des agriculteurs. Cette vocation dominante entraîne un certain nombre de conséquences en termes de choix économiques, de savoir-faire, ou de pratiques. Ainsi la spécificité des techniques attachées aux différentes activités agricoles ou à la construction du paysage signale l'étroite imbrication du pays face à son activité dominante. Cette priorité se manifeste dans de multiples directions : productions laitières, fabrication du cidre et du maroilles, pliage de la haie, habitat en terre et en bois. Les pratiques de sociabilité dont on peut voir une expression dans les foires ou les comices témoignent d'une « identité de pays ».

6Enfin les pratiques rituelles ne sont envisagées que dans la mesure où elles participent au fonctionnement du système herbager. Ainsi parmi les fêtes votives sont retenues celles qui concernent les vénérations de saints liés à l'agriculture ou les cultes de bénédiction des outils de production.

7Le système herbager ne peut pas rendre compte à lui seul de la réalité de la Thiérache mais il met en relief la spécificité économique, sociale, paysagère de ce pays picard. La spécialisation herbagère fait de la Thiérache une région particulièrement isolée, une petite unité territoriale enserrée entre l'Ile-de-France et ses plaines céréalières, le Hainaut, la Flandre, et les Ardennes plus forestières.

Se replier sur la haie

8La « marginalité » de la Thiérache a des origines historiques. Les franges mitoyennes des régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie furent pendant des siècles divisées par des frontières politiques et convoitées par les grandes puissances européennes. Cette séparation fut « matérialisée » pendant des siècles par des massifs forestiers, des limites de provinces, des régions. Encore actuellement les départements du Nord, de l'Aisne, des Ardennes et le pays de Chimay en Belgique divisent la Thiérache en quatre régions administratives et deux pays européens. Dans sa thèse sur « l'étude géographique des marges mitoyennes des régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie », J.-P. Renard (1987) montre comment les divisions territoriales imposées autrefois par la politique européenne ont créé entre les bas pays de la mer du Nord et l'Ile-de-France une zone de marges défavorisées, dépendantes, continuant à fonctionner de nos jours en tant que pays charnières malgré leur rattachement à l'Etat français depuis le traité d'Utrecht en 1713. Les tentatives actuelles d'innovation en matière d'aménagement rural, la création de structures unifiantes telles que le Syndicat mixte de développement qui couvre quatorze cantons et deux départements appartenant à des régions différentes (Nord et Aisne), prouvent néanmoins la capacité de la Thiérache à surmonter cet héritage. Les discontinuités historiques ont impliqué l'existence de zones d'influences différenciées dans les domaines politiques, militaires, culturels et administratifs. Ainsi chaque partie administrative de la Thiérache actuelle possède des particularités significatives. La Thiérache du Nord, longtemps rattachée au Hainaut et sous tutelle espagnole, emprunte fréquemment ses modèles sociaux ou politiques aux régions du Nord de la France. Le pays de Chimay est toujours considéré par le royaume belge comme une enclave d'esprit très indépendantiste. La Thiérache des Ardennes, profonde, reculée et proche de l'imposant massif forestier ardennais, a subi l'attrait de sa capitale régionale, Reims. Enfin la Thiérache de l'Aisne fut toujours intégrée à une zone d'influence parisienne ; certains marqueurs historiques divers et pris à des époques différentes le prouvent : le flux d'hommes et de marchandises du sud vers le nord sur la voie romaine, les grandes possessions seigneuriales de l'abbaye de Saint-Denis au Moyen Age, les pratiques coutumières insérées au baillage du Vermandois, attestées à l'époque moderne, les spéculations foncières d'hommes d'affaires parisiens du xixe siècle. Dans certains domaines les spécificités se visualisent à l'œil nu. Ainsi par exemple entre les départements du Nord et de l'Aisne existent de profondes différences dans l'utilisation des matériaux de constructions et dans le style architectural ; les églises fortifiées et les granges en torchis de l'Aisne ne se rencontrent plus passée la limite avec le département du Nord. Ces différenciations, à l'intérieur de la grande Thiérache, se retrouvent d'une certaine façon dans le domaine rural même si l'inventaire des communes à système agricole proche dépasse les cadres départementaux et se modifie suivant les fluctuations économiques. Le rapport de statistique agricole de 1949 associe les communes herbagères de l'Aisne autour du triangle urbain Vervins-La Capelle-Hirson à l'ensemble des communes avesnoises du département du Nord. Cette alliance pose quelques problèmes. La notion de région agricole gomme ici des disparités historiques importantes entre la Thiérache et l'Avesnois dont les limites se calquent sur la « frontière » départementale Nord-Aisne. Les deux régions pratiquent une agriculture à vocation herbagère mais l'origine en est différente. L'Avesnois est résolument tourné vers l'engraissement et la production laitière dès le Moyen Age. La Thiérache opère une mise en herbage massive dans les années 1840-1850. Avant le xixe siècle, on pratique en Thiérache un élevage familial dans les bocages de fond de vallée, la culture céréalière s'étend sur les flancs et sommets des collines c'est-à-dire sur la majeure partie du territoire.

9A partir des années 1850, le paysage et la vie économique de la Thiérache se transforment. Jusqu'à cette date, les paysans pratiquent une agriculture mixte s'orientant vers une production laitière familiale et la vente de céréales sur les marchés locaux (La Capelle, la Vallée aux bleds). L'effondrement des prix du blé au cours du xixe siècle accélère la misère et incite à une reconversion. Profitant d'un sol et d'un climat favorables à l'herbe, s'appuyant sur un débouché important vers les grands centres miniers du Nord, les agriculteurs opèrent une mise en pâture conséquente. De 1860 à 1880 alors que le blé n'a augmenté que de 5 %, le bétail augmente de 30 à 35 % de sa valeur. A la fin du xixe siècle vient se greffer à cet état économique une forte hausse des investissements sur l'industrie laitière. Une terre trouvant difficilement preneur lorsqu'elle est en culture devient recherchée, malgré un loyer plus élevé, lorsqu'elle est mise en herbage. Ce contexte favorable permet l'enrichissement des herbagers. Ils améliorent la qualité de leurs pâtures et obtiennent un rendement à l'hectare parmi les plus élevés de France. Dès 1840 le canton du Nouvion renonce à cultiver des céréales, puis vient le tour du canton de La Capelle. En 1880, la pâture couvre déjà la moitié du canton d'Hirson. La mise en herbage progresse du nord vers le sud de la Thiérache.

10Dans le prolongement de cette approche historique, il est intéressant de noter le décalage entre l'importance des moyens mis en œuvre par les herbagers depuis cent cinquante ans en matière de savoir-faire architecturaux, paysagers ou agricoles et la « nomenclature » employée pour qualifier la Thiérache de l'Aisne : pays ancien, en déclin, vétuste, dépassé.

11La Thiérache apparaît aujourd'hui comme une région très « traditionnelle », repliée sur elle-même, à l'écart des centres de décisions départementaux ou régionaux. Les expressions couramment employées pour la qualifier vont dans ce sens : îlot froid et humide, pays en ruine. La réalité n'est pas très éloignée de ces clichés, la Thiérache est en proie, depuis une dizaine d'années, à de gros problèmes économiques liés à la crise agricole et à l'instauration des quotas laitiers. La population vieillit, les fils ou filles d'herbagers ne reprennent pas la ferme de leurs parents, de plus en plus de terres sont « gelées », l'habitat se dégrade. Mais la Thiérache est aussi un pays qui bouge ; outre le rôle prépondérant de structures comme le Syndicat mixte, nombre d'associations tentent de sauvegarder le patrimoine local. Dans des domaines très variés comme l'habitat, les productions agricoles (le cidre, le maroilles), l'entretien du paysage, les pratiques de solidarité, la vie religieuse, les Thiérachiens se mobilisent pour affirmer leur identité.

12Le projet « Connaissance de la Thiérache rurale et herbagère » s'inscrit dans cette perspective et apporte un surplus de savoir dans le domaine de la mise en valeur du patrimoine. Les thèmes et les lieux de l'itinéraire ont été choisis pour mettre en relief les spécificités de la Thiérache herbagère et pour tenter de transformer en atout ce qui est souvent considéré comme une faiblesse.

L'invitation aux herbages

13La mise en place de l'itinéraire est réalisée conjointement avec la rédaction d'un livret-guide. Il s'agit de proposer un circuit peu contraignant, modulable, où le visiteur découvre sur le terrain les lieux présentés dans l'ouvrage. La visite commence avec la découverte du paysage. La Thiérache est une région bocagère originale et spécifique sur plusieurs plans. Même si l'on note l'existence de traces de parcelles en fond de vallée ainsi qu'à proximité des forêts dès le Moyen Age, l'embocagement ne s'est massivement développé qu'au xixe siècle en corrélation avec la progression de l'élevage. A cette occasion les agriculteurs, principaux utilisateurs de la haie, ont mis en œuvre un ensemble de savoir-faire spécifiques en matière de défrichage, pliage de la haie et plantation d'arbres d'émondes. La zone bocagère a ainsi rapidement progressé du nord du département de l'Aisne vers le sud de Vervins pour aujourd'hui régresser en sens inverse, le paysage s'adaptant de cette manière à des fluctuations économiques. Les herbagers de Thiérache ont réellement « sculpté » le paysage pour assurer la possibilité et la reproductibilité de leur travail ; certains possèdent encore de nos jours ces techniques de pliage et d'entretien. L'habitat rend également compte de cette adaptation à l'économie herbagère. Les bâtiments sont certes vieux et vétustes mais demeurent vivants et fonctionnels, deux maisons sur trois ont été construites avant la Première Guerre mondiale et sont de fait des témoins privilégiés du siècle dernier. L'habitat traditionnel thiérachien exige en outre l'emploi de matériaux tout à fait originaux comme le torchis, la brique ou l'ardoise et repose sur des principes de construction particuliers comme l'assemblage en bois. Les volumes et surfaces des fermes sont adaptés à la pratique de l'herbage même si leur conception s'est élaborée à partir d'un usage différent ; c'est le cas notamment des granges dont la forme signale une utilisation autrefois axée sur la culture des céréales (grande porte d'entrée pour le passage des charrettes, aire de battage) et qui sont utilisées aujourd'hui pour le bétail. Cette élasticité d'emploi est favorisée par la technique de construction en assemblage qui permet le déplacement de la grange, une pratique d'ailleurs fréquente en Thiérache.

14Abordons maintenant plus directement les productions agricoles à travers l'étude de l'élevage et de la production du lait, du cidre et du maroilles. L'élevage en Thiérache possède des caractéristiques originales que l'on peut présenter de la façon suivante : il existe dans cette région une forte proportion de prairies naturelles, un bocage très construit, une charge à l'hectare supérieure à la moyenne nationale (une bête et demie à l'hectare), un encadrement professionnel et syndical important. Les exploitations ne sont pas de tailles uniformes et les moyens techniques diffèrent entre la ferme productiviste de cinquante bêtes et la petite exploitation traditionnelle de moins de dix têtes. Le lait demeure la principale production agricole locale et a accompagné la mise en herbe de la Thiérache depuis le début du xxe siècle. Cette production a fait l'objet d'un remarquable investissement financier et humain. Le phénomène surprend par sa rapidité et par l'importance des moyens mis en œuvre. Au début du xxe siècle on signale déjà trois formes diversifiées d'industries laitières : la laiterie domestique ou fermière traitant le lait sur place ou le transformant en beurre et fromage, la laiterie de village ou fruitière et la grande usine laitière. Ces trois formes ont toujours coexisté à des degrés plus ou moins forts.

15Autrefois considérés comme denrées « annexes », le cidre et le maroilles sont aujourd'hui des productions commerciales à part entière. Le cidre apporte jusque dans les années 50 le complément financier nécessaire au paiement du fermage et fournit la boisson quotidienne de l'herbager et de sa famille. La prairie complantée possédait donc une valeur supérieure à la prairie nue, le cadastre de 1950 hiérarchisait d'ailleurs les parcelles suivant la présence ou non de pommiers. Deux cidres différents étaient fabriqués à la ferme, le cidre au tonneau, âcre, tiré à la cruche pour les repas journaliers et le cidre bouché réservé aux jours de fête. La Thiérache produisait un surplus important de pommes que des collecteurs se chargeaient d'écouler vers une cidrerie locale, régionale, voire internationale (en R.F.A.). Le décret de 1953 sur les boissons alcoolisées et les primes à l'arrachage ont entraîné l'arrêt de la cidrerie locale et un abandon progressif de mise en valeur des pommiers. Il est intéressant de remarquer que la fabrication du cidre redémarre aujourd'hui dans une version « fermière » et bouché. Le maroilles a subi quelque peu la même évolution. Production familiale jusque dans les années 60, sa fabrication s'est ensuite industrialisée et morcelée entre différents acteurs : producteurs laitiers, affineurs, laiterie. Néanmoins le maroilles exige une herbe et une race bovine de qualité et le savoir-faire du fromager. Ces trois éléments, constants suivant les époques et les fluctuations économiques, sont à la base des principes de sa fabrication.

16Les comices, les foires et les fêtes paraissent plus éloignés de la réalité herbagère. Ils sont pourtant le promoteur, la vitrine ou le catalyseur de la Thiérache rurale. Le comice de l'arrondissement de Vervins couvre l'ensemble de la Thiérache et demeure actuellement l'un des plus puissants de France. Depuis sa création en 1842, il organise des rencontres, concours et prix par rotation dans chaque canton de Thiérache. Première cellule où les ruraux prirent conscience de leur groupe, il fut à l'origine des grands syndicats agricoles. Actuellement sa vocation de lieu de rencontre n'est pas usurpée puisqu'il regroupe chaque année des milliers de visiteurs. Tous les faits de la vie rurale de Thiérache sont précieusement notifiés depuis plus d'un siècle dans un journal des comices ; cela en fait un objet d'étude incomparable pour les historiens et les ethnologues. Les foires et marchés sont une incontestable vitrine de pays. Outre leurs implications avec l'économie locale, ces manifestations donnent à voir en filigrane un ensemble de phénomènes nécessaires à la compréhension de la région : la liaison entre le rural et l'urbain, la pénétration des nouveautés, la circulation des informations. Enfin les fêtes prennent une signification particulière dans une région religieusement très « marquée » par les antagonismes entre catholicisme et protestantisme ou par les pratiques spécifiques aux pays bocagers. La Saint-Eloi d'été, par exemple, exprime l'étroite relation entre le religieux et l'herbage : on procède en effet ce jour-là à des baptêmes de chevaux ou de tracteurs. Il est des rites moins « spectaculaires » mais tout aussi importants, comme les dévotions aux chapelles de campagne ; pratiques discrètes mais dont on perçoit l'existence à travers le dépôt d'objets de cultes ou la décoration du lieu.

17La visite libre avec le livret-guide sera insuffisante, ne donnant pas l'occasion d'un contact plus approfondi avec les acteurs locaux ; c'est pour combler ce vide qu'un second itinéraire est proposé en collaboration avec le Comité départemental du tourisme de l'Aisne. Il s'agit d'envisager une relation plus directe avec les thèmes de l'itinéraire en mettant en scène des lieux plus pointus et en faisant intervenir les informateurs locaux. Ainsi la notion d'herbage est appréhendée à travers la visite la plus complète possible d'une exploitation agricole. La formation spécifique de guides permet de compléter le sujet par des références historiques, symboliques ou juridiques. Il est alors possible pour le visiteur de saisir la logique interne de la ferme en l'appréhendant en tant que système. D'un point de vue concret, la découverte de l'exploitation ne se limite pas à la vision d'une étable ou d'une salle de traite mais aborde également les à-côtés tels l'organisation du parcellaire, les rapports de voisinage, les débouchés économiques, etc. Ces perspectives sont développées pour chaque étape du circuit. Une convention, établie entre les différents partenaires du projet, garantit la solidité de la démarche. Le Comité départemental du tourisme de l'Aisne intervient pour assurer la maîtrise d'ouvrage avec un délai de deux ou trois ans pour embellir la formule. Durant cette période probatoire l'ethnologue accompagne le Comité du tourisme et approfondit les recherches thématiques. Le but fixé consiste à provoquer autour de ce circuit un aller-retour permanent entre la recherche et l'itinéraire culturel, c'est-à-dire à moduler le parcours ou les thèmes en fonction des apports des travaux ethnologiques sur le terrain.

18Au regard des projets de développements économiques et culturels locaux, l'approche ethnologique et historique, élaborée dans les dossiers thématiques et concrétisée par la mise en place d'un itinéraire, montre comment l'adaptabilité des herbagers lors des bouleversements économiques qu'ils ont affrontés est un atout qui leur a permis de rendre caduque une vision pessimiste de la Thiérache.

Haut de page

Bibliographie

Statistique agricole, 1949. Les régions agricoles, ministère de l'Agriculture, Paris.

Braudel F., 1969. Ecrits sur l'histoire, Flammarion, Paris.

Daré J.-P., 1985. La parole et la technique, L'Harmattan, Paris.

Fiette A., 1975. Voyage à travers l'Aisne, SAEP, Colmar.

Houze M., 1978. Objets, lieux et coutumes dans l'Avesnois rural, SERG, Paris.

Renard J.-P., 1987. Etude géographique des marges mitoyennes des régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie, thèse de doctorat d'Etat de géographie, Lille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Streith M., 1988, « La Thiérarche rurale et herbagère. Mise en place d’un itinéraire à caractère ethnologique », Terrain, n° 11, pp. 126-133.

Référence électronique

Michel Streith, « La Thiérache rurale et herbagère », Terrain [En ligne], 11 | novembre 1988, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://terrain.revues.org/3323 ; DOI : 10.4000/terrain.3323

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org