Navigation – Plan du site
Repères

Du tablier aux vêtements fendus

Contribution provençale à une étude de l'apparence féminine
Danièle Dossetto
p. 127-138

Résumés

Constitutif de la plupart des costumes régionaux, le tablier est un symbole de vertu féminine : voilà l'arrière-plan sur lequel se détache le costume sans tablier de la contrée d'Arles (fin XIXe-début XXe siècle), qui concentre cependant sur sa partie haute plusieurs signes de qualités morales. La jupe elle-même porte un symbole sexuel avec une ouverture en "catonière" (chatière) dont l'étude appelle la confrontation avec d'autres ouvertures de vêtements féminins (jupes d'autres espaces vestimentaires, chemise). Mais la boucle est bouclée quand il apparaît que les connotations en jeu sont contrebalancées par un symbolique panneau de jupe nommé "tablier". Les faits examinés se réunissent autour de l'idée que les vêtements en question participent de la portion de corps couverte sans que la proximité vêtement-corps soit déterminante. L'étude d'ethnologie symbolique proposée s'appuie principalement sur des données d'ordre lexical et une analyse technologique.

Haut de page

Texte intégral

1La moitié occidentale des Bouches-du-Rhône, augmentée d'une frange gardoise, correspond assez bien à une aire vestimentaire, féminine et datée, englobant des villes comme Châteaurenard, Beaucaire, Tarascon-sur-Rhône, Salon-de-Provence, Istres-en-Provence et Arles-sur-Rhône, dont le territoire communal à l'étendue sans équivalent occupe une grande partie. Le costume qui la fonde se signale avant tout par le fait que le tablier n'en est pas constitutif.

2Des formes antérieures l'intégraient pourtant ; l'analyse d'une riche iconographie l'a montré de longue date, mais un dépouillement systématique d'actes notariés précise la disparition du tablier en permettant de suivre pendant plusieurs décennies le contenu des garde-robes. Fait éclairant sur le statut de la pièce au début du xixe siècle, tablier et jupe ont pu s'assortir ; j'en relève des exemples en 1807 et 1825 dans mon échantillon d'archives et je repère un autre appariement dans une entrée ancienne au Musée ethnographique d'Arles (Museon Arlaten). Un chroniqueur donne au reste à comprendre, pour la période prérévolutionnaire, que les femmes faisaient montre d'acharnement au travail en rapiéçant inutilement leur tablier de façon très visible (Truchet 1875 : 62). C'est au milieu du xixe siècle que le tablier constitutif du costume n'est plus représenté dans mon recensement1. Le vêtement local continuant à se transformer, les dernières femmes à faire usage du costume en dehors d'un cadre volontariste sont nées à la charnière du xixe et du xxe siècle, c'est-à-dire que l'absence de tablier se présente comme un fait bien établi pour deux ou trois générations.

3Cela étonne car, élément régulier de nombreux costumes populaires, le tablier en est partie prenante en toute circonstance au point d'affecter les pièces destinées à en être couvertes. Son statut détermine par exemple l'ouverture milieu devant des jupes et des robes inspirées par ailleurs de la mode générale, le report régulier du montage soigné ou du décor au dos des jupes, ou l'insertion devant, en vue d'économiser un tissu coûteux, d'une pièce de moindre prix masquée à l'usage par le tablier2. Encore dans la seconde moitié du xxe siècle le tablier n'est pas toujours réductible à un vêtement de protection : il n'est pas exceptionnel de le voir, dans les rues des villages de Provence et à coup sûr d'ailleurs, sur des personnes âgées. Des termes dialectaux désignent un peu partout le contenu du tablier de travail ou évoquent ses fonctions multiples. Et, jusqu'à la fin du xixe siècle où l'opposition est frappée de caducité, deux mots ont ordonné les pièces selon leur fonction, de protection ou de parure. En français ce sont « devantier » et « tablier » (Littré) ; en provençal existe, bien schématisée par Jean-Toussaint Avril, une opposition parallèle entre faoudiou et faoudaou ; de façon générale, des critères morphologiques (matière en premier) font qu'une pièce donnée s'inscrit de façon définitive dans l'une ou l'autre classe. C'est, on l'aura compris, le second type de tablier qui est surtout au cœur de ces pages.

4Un motif supplémentaire d'intérêt pour la situation locale résulte de la valeur symbolique de la pièce, décelée par Martine Segalen au cours de ses travaux sur les rapports de couple dans la société paysanne. Elle le voit mis en exergue dans des rituels de mariages anciens par des gestes d'appropriation de la part de l'époux, « affirmation symbolique sur [la mariée] qui ne devra quitter son tablier que pour lui » (Segalen 1980 : 31). Ce décryptage éclaire des faits relevant de plusieurs domaines : des pratiques vestimentaires ayant trait au tablier et pour lesquelles l'intention de communication a été démontrée (Delaporte 1980 : 115, Delroeux 1983 : 241 par exemple) ; des expressions relatives à la ceinture, assimilée au tablier dans les représentations : « détacher sa ceinture » (Littré), « enjamber la ceinture » (Groshens 1991 : 196) pour, selon que l'on est femme ou homme, se marier ou plus généralement convoler (voir Balzac 1974 : 315) ; ou encore le succès d'un thème comme l'appropriation extraconjugale du tablier par un homme, exploité par les chansons populaires avec des histoires de tablier lavé, levé, pris... par un galant au cours d'un scénario groupant les objets à connotation érotique.

5Martine Segalen repère en outre la mention régulière du tablier dans l'épais corpus de proverbes qu'elle dissèque à la recherche des traits qui y caractérisent les femmes (Segalen 1975a, 1975b, 1976). Les deux sources se rejoignant, il est clair que « la femme sans tablier est [...] paresseuse, mauvaise ménagère, coquette et donc putain, puisque les proverbes parlent sans nuances » (Segalen 1980 : 31). Les Provençaux alpins disent d'ailleurs : « Qu s'abilho sèns faudiéu s'habilho sèns discreciéu », « Qui s'habille sans tablier s'habille sans discrétion » (Mistral). Des chansons racontent les mésaventures galantes de femmes sans tablier3.

6Multiple est donc l'invitation à y regarder de plus près : si l'on se doute que les femmes de l'aire vestimentaire d'Arles ne se sont jamais affichées comme des séductrices provocantes, le cas, par sa marginalité, devrait contribuer à alimenter une réflexion générale sur l'apparence féminine traditionnelle. Sauf pour les faits de langage, que je saisirai à travers des sources plus variées, j'exploiterai pour cet examen une matière collectée au cours de trois séries d'enquêtes réparties sur une quinzaine d'années. Selon les lieux, les femmes qui m'occupent se disaient « Arlésiennes », « Arlèses » ou « Provençales ». Elles ont accédé au costume à l'adolescence et presque toutes pour l'endimanchement seul. La plupart de celles qui sont nées dans les années 1900 ont cessé de porter le vêtement local après quelques années, de sorte que si j'ai pu rencontrer d'anciennes usagères du costume, aucune observation directe ne m'a été possible.

D'apparence ambiguë

Une féminité prononcée

7En silhouette, une femme de l'aire vestimentaire d'Arles portant costume a des formes bien accusées et c'est d'autant plus vrai que la tenue se situe à un degré élevé de recherche. Qu'il s'agisse d'étoffer la femme, cela est déjà perceptible à l'étude des corsages les plus habillés, dont les emmanchures sont très froncées, ou encore à celle de nombreux fichus. Pour offrir en principe quatre angles à la présentation, ceux qui sont carrés, dès leur acquisition ou confection par le décor, plus tard par les stigmates dus à l'usage (marques des plis, déformation), rendent rarement envisageable l'utilisation alternée des quatre angles pour former la pointe du dos ; leur forme témoigne ainsi avant tout du souci d'épaissir le tissu ou le vêtement. Dans la même perspective on a souvent recours pour les fichus triangulaires, surtout s'ils sont habillés, à une doublure dont l'apprêt raffermit le vêtement. Sur fichu carré ou triangulaire, le décor peut encore ajouter à l'aplomb de la pièce (passementerie, lourde dentelle, perles...).

8De plus, la femme en situation d'endimanchement ne revêt pas le seul fichu nécessaire au costume. Elle lui adjoint un fichu de redoublement, nommé par son matériau, léger (tulle ou gaze) mais empesé à l'amidon ou à la gomme arabique. Fichu principal (« fichu ») et fichu de redoublement sont abondamment plissés ; certaines façonnent des « ailes » élargissant la carrure ou gonflant le fichu au-dessus de la taille, toutes écartent au dos le décolleté de leur(s) fichu(s). Il arrive que les jeunes filles désireuses d'accentuer leur silhouette mettent deux fichus de redoublement. A l'adolescence aussi, un mouchoir augmente parfois le corsage, car le canon est celui d'une femme bien en chair. Une pèlerine taillée en pointe (« pèlerine »), volumineuse de dentelle volantée, remplace parfois (rarement) le fichu principal ; plus souvent, de la dentelle tuyautée donne du relief à la poitrine (au plastron), et de certaines femmes on pourrait facilement dire qu'elles se rengorgent ou plastronnent. Une expression traduit cette opulence, sèmblo un davans de Sant Aloi, « elle ressemble à un devant de Saint-Eloi » (Mistral 1979), comparaison qui fait référence au volumineux et clinquant harnachement du cheval conducteur des défilés ou courses de Saint-Eloi4.

9Le fichu se déploie d'autant mieux, par contraste, que la taille est mince, d'où la fidélité de quelques-unes au corset quand celui-ci a disparu des habitudes générales. A la prolifération des plis des fichus fait écho la multiplication des jupes et des jupons (jusqu'à quatre vêtements) ; l'ampleur caractéristique des jupes « de cérémonie » (sic) est massée à l'arrière avec des plis superposés de part et d'autre de l'ouverture ; souvent, au dos, l'excédent de tissu n'est pas coupé, ce qui contribue aussi au volume ; les jupons (vêtements de dessous) sont coulissés à l'arrière, avec un effet de tournure : autant de traits qui traduisent un idéal plastique de femme sablier.

A demi rassurantes

10La féminité exacerbée n'en laisse pas moins place à une pudeur de bon aloi. La contrainte attachée au vêtement local peut-elle être signe de rigueur morale ? En tout cas, dans l'espace où le corsage local se dit de ce nom, les femmes sont unanimes : « Dans l'èse on n'est pas à l'aise. » Et la gêne des tiers s'énonce aussi lapidairement avec l'adaptation de la devise : « Qui s'y frotte s'y pique. »

11La formule rend compte de ce que plusieurs pièces du vêtement local sont fixées par des épingles et, à défaut d'avoir pu établir dans quel contexte elle apparaissait5, j'avancerai la proposition qu'elle fait référence aux jeunes filles. En effet, pour nécessiter des épingles, le vêtement local n'en réclame pas à profusion quand l'usagère du costume est habile à sa toilette : l'élégance s'apprécie même au juste nombre d'épingles. S'espingoula, « s'épingler », c'est s'ajuster avec (grand) soin (Avril, Mistral, cf. Littré), une femme bien mise étant ben espingoulado6. Se piquer à une femme en vêtement local c'est donc peut-être se piquer à une débutante ; la supposition vaut d'autant mieux que dans les derniers temps de port du costume local, l'adoption de celui-ci s'étant fixée à l'adolescence pour une utilisation massivement circonscrite à l'endimanchement, les jeunes filles ne sont pas toujours expertes à s'arranger à l'âge des premières rencontres sentimentales ; j'ai même relevé le cas de sœurs adolescentes dormant assises sur une chaise entre deux jours de festivités réclamant « costume », tant mettre au point une toilette encore peu habituelle leur coûtait. Se piquer est peut-être aussi le fait d'un jeune homme en début de carrière amoureuse. Plus tard, avec le mariage, il pourra apprendre le geste par lequel certains fixent la pointe du fichu au dos de leur femme, grâce à une épingle dont la pose constitue la dernière touche de la toilette. Quoi qu'il en soit, c'est bien une pudique distance qu'assure le dicton.

12Pour continuer avec les épingles évocatrices de mariage – au moins à titre d'hypothèse – je m'arrêterai sur l'« esclavage » du ruban (de coiffure), ancienne composition de deux épingles reliées par une chaîne dont j'ai relevé des traces d'attestation (sans nom) dans le nord de l'aire vestimentaire d'Arles (Châteaurenard, Noves, Eyguières...). La chaîne de l'« esclavage », qui pourrait représenter le lien conjugal, renvoie aussi à cette chaîne de cou scandant parfois une vie de femme en s'augmentant d'un rang à chaque événement majeur (Gasquet 1944 : 225). Le mot appelle le souvenir d'un vieux bijou féminin : le coulas (« esclavage » dans des régions voisines, Benoît 1975 : 129), collier de femme ou bracelet (Mistral), mais avant tout collier d'une bête de trait, de sorte que prene lou coulas a deux sens métaphoriques : c'est se marier au sens courant de « prendre le joug » ; au sens local, du point de vue féminin et peut-être seulement dans le cas du bracelet, ce serait aussi faire sien un bijou que « seule portait la femme mariée et qui, par son appellation, évoquait le collier conjugal » (Caillet 1942 : 23). Dans des régions éloignées comme le Poitou, la Bresse, la Normandie, est appelé « esclavage » un collier composé de médaillons et de chaînes, toujours associé au mariage (Joannis 1992 : 33). Au total, à l'échelle de la France, le même terme fait davantage référence au statut matrimonial partagé qu'à un bijou commun, si bien que l'« esclavage » de ruban aussi pourrait avoir renvoyé au mariage et même à une conception du mariage fait, pour la femme, de dévouement et d'abnégation.

13Quittons le domaine des hypothèses. Les épingles nombreuses fixent d'abord un plastron qui, en toute circonstance, a pour fonction, dans l'aire vestimentaire d'Arles comme ailleurs, de combler l'ouverture du fichu, « brèche dans la forteresse du costume », dirait Yvonne-Elisabeth Broutin (1987 : 181). Avec l'âge ou le deuil – l'hiver aussi –, le plastron se place haut ; un sobriquet qui flétrit le cas échéant celles qui l'épinglent trop bas instruit sur les limites de la décence7. S'il manque d'opacité, le plastron peut être redoublé (deux plastrons, mouchoir et plastron). Dès l'endimanchement simple il est complété d'une guimpe qui étrécit l'ouverture du fichu ; les deux s'associent si bien dans cette fonction qu'ils sont régulièrement, voire toujours, assortis.

14Le terme dominant pour le plastron est celui de « devant d'estomac », l'« estomac » désignant la poitrine dans d'autres contextes aussi8. On peut encore parler simplement de « devant » et, dans certaines localités, de « devant de cœur » ou de « modestie », les termes de « devant » et de « modestie » ayant appartenu au vocabulaire du vêtement général. « Modestie » s'applique éventuellement aussi à la guimpe, mais dans aucune série effectivement réalisée il n'y a ambiguïté et la polysémie ne se situe qu'à l'échelle globale. Ainsi ne sont jamais nommés les seins, sur lesquels la pièce prend appui. De même, le diction qu'on adresse volontiers aux jeunes filles à la coquetterie naissante désigne allusivement la poitrine : « Flour au mitan, cerco galant. Flour au cousta, galant trouba » (« Fleur au mitan, cherche galant. Fleur au côté, galant trouvé »).

15Ainsi euphémique, le vocabulaire du costume puise en outre dans les références religieuses. Dans plusieurs lieux de l'aire vestimentaire d'Arles, le mot qui désigne le décolleté dos du fichu ou du châle est celui de « bénitier » (Arles – littérature spécialisée –, Salon, Eyguières) ; il semblerait avoir eu cours aussi dans d'autres zones de Provence (Vaucluse : Caillet 1942 : 17, région marseillaise : Jullian-Mondet). Les « ailes » par lesquelles les femmes écartent volontiers le fichu du corps peuvent être qualifiées d'« ailes d'ange9 ». Partout, dans la population catholique, existe le mot « chapelle ». Est « chapelle » au sens restreint le couple plastron et guimpe assortis, voire le seul plastron, au sens large (premier) un ensemble fluctuant – « là où il y a les saints [seins] » –, c'est-à-dire le feuilletage du fichu10.

16La liste pouvant s'allonger, je retiendrai encore deux exemples. Les femmes se couvrent pour l'eucharistie d'un voile (« voile de communion ») dont la littérature spécialisée n'a pas retenu d'équivalent pour les vêtements traditionnels des zones circonvoisines. Elles auraient pu accorder une signification éthique aux motifs ornant leur ruban de coiffure11. Quant aux jupes et jupons, dont on sait qu'ils ont pu être mis en relation avec des traits de caractère positifs comme modestie ou innocence (Moll-Weiss 1917 : 51-52 par exemple), ils sont désignés dans l'aire vestimentaire d'Arles par leur rang dans la toilette ou leur fonction12 ; seul un érudit (Pélissanne) m'indique le nom de « jupon discret ». Les signes de qualités morales communs à toutes ne manquent donc pas, mais ils se concentrent sur la partie haute du vêtement et de ce fait ne contribuent pour ainsi dire qu'à moitié à faire de la femme de l'aire vestimentaire d'Arles une femme rassurante. Il convient donc de se porter avec une attention renforcée sur la partie basse du costume.

Des femmes ayant une « catonière »

17Née à la charnière du xixe et du xxe siècle, Mme B. avait une pratique du costume toujours complet mais réduite à l'endimanchement, mariage et deuil compris, et limitée à quelques années ; pour la confection de ses vêtements, elle faisait appel à la couturière du village, Raphèle (commune d'Arles), à quelques kilomètres d'Arles-ville, dans la Crau. Elle était paysanne et portait ordinairement un tablier muni de poches où elle rangeait argent ou mouchoir. Pour elle, pas plus de tablier que de sac dès qu'elle était en costume13 ; mais elle mettait en avant l'avantage que la « catonière » représentait dans cette circonstance.

18La « catonière » est une fente aménagée dans la couture latérale de la jupe, pour Mme B. aussi bien dans sa toilette tout venant qu'en costume. Cette ouverture lui permettait, lorsqu'elle était en vêtement local, d'atteindre avec facilité une poche montée sur ceinture indépendante qu'elle appelait « poche sous la jupe ». Ayant une ouverture de jupe située milieu dos, des usagères du costume parmi ses exactes contemporaines, utilisatrices de poches identiques, soulevaient leur jupe pour y accéder, d'un geste qu'il était admis d'avoir en public. D'autres faits nuancent encore la valeur du lien établi à première vue entre « catonière » et port d'une poche : l'attestation de l'ouverture latérale pour des jupons, le montage éventuel de deux poches sur la même ceinture, le port de poches mais l'ouverture milieu devant dans des lieux voisins de Provence, extérieurs à l'aire vestimentaire d'Arles. L'important toutefois n'est pas là.

19Tablier ou « catonière », l'alternative est troublante, car en premier lieu la « catonière » – en provençal catouniero de catoun, « chaton » – est la chatière. Et le provençal redouble peut-être cette acception de celle de trapouniero formée sur trapoun, « petite trappe », qui semble avoir eu le même double sens14.

« Chat » = « chas » = « œil »

20Je m'arrêterai d'abord sur le vocabulaire et la métaphore du chat, qui a été l'objet de travaux de linguistique. Exemples de l'équivalence ainsi étudiée entre « chat » et sexe féminin, on a en français « minou » (Guiraud 1978 : 116), en français régional « moune » du provençal mouno – « minou » ou « minet » (Bouvier), en anglais pussy (Collin et al.). La disparition de « connin » (lapin) au profit de « chat » au xviie siècle pourrait avoir reflété un changement de perception du « sexe de la femme, vu comme générateur d'enfants » puis comme « objet érotique sans référence à la procréation » (Dinguirard 1973 : 249). Pour l'époque qui nous occupe, un proverbe, en cas d'union dépareillée (Trinquier 1993 : 34), tire parti de l'équivoque en vigueur : « A viëlio câto, jhouino rato » (« A vieille chatte, jeune rat ») ; les charivaris à une veuve qui se remarie intègrent avec régularité l'utilisation de chats « pour stigmatiser [sa] sensualité goulue » (Delort 1984 : 337). Il existe de nombreuses versions populaires du conte de la chatte métamorphosée en femme et les connotations fondant la métaphore érotique sont multiples (Dinguirard 1973 : 248-249). C'est au reste par contamination de « cate », chatte, que « catin » a pris son sens de fille de mauvaises mœurs puis de prostituée (Guiraud 1967 : 109). En français régional, dans l'aire du sous-dialecte rhodanien (où s'inscrit à peu près l'aire vestimentaire d'Arles), l'image de la chatte renverrait d'autant mieux à la femme qu'une relative homophonie associe « chatte » et chato, jeune fille (Bouvier et Martel 1982 : 45).

21Il n'est pas certain que l'équivalence ainsi pointée se soit appuyée, dans le français de la fin du xvie ou du début du xviie siècle, sur un calembour à partir de chas (d'aiguille) ; Pierre Guiraud (1967 : 121-122) l'assure, Jean-Claude Dinguirard (1973) le conteste. Mais la certitude linguistique ne constitue pas un maillon indispensable du point de vue ethnologique. L'image du chat rencontre de toute façon celle du chas en raison de leur registre de connotations partagées ; en Provence, au demeurant, l'opposition phonétique entre les deux mots est neutralisée tandis que le dialecte connaît une forme commune (ca).

22La symbolique du chas d'aiguille oriente vers la recherche d'Yvonne Verdier, qui brosse le personnage de la couturière et situe la couture dans la formation des filles. Le propos prend sa pleine valeur dans la comparaison, car tous « les outils de la couturière parlent d'amour » (Verdier 1991 : 237). Le chas et le fil évoquent une féminité accomplie voire débridée, l'épingle est « l'instrument par excellence de la jeune fille, son attribut » (ibid. : 241). Au Museon Arlaten un dé à coudre évoque ce langage. Cadeau d'un jeune homme, il porte aussi bien un cupidon qu'une inscription volontaire : « A la fin je t'aurai. » La valeur symbolique du chas se précise au reste par le contexte d'apparition de l'image qui n'est pas toujours opportune. En Provence par exemple la naissance d'une fille se pronostique ainsi à l'examen de la silhouette maternelle : « Ventre pounchu, enfant fendu », « Ventre pointu, enfant fendu » (Benoît 1975 : 132).

23Les analyses des linguistes et celle d'Yvonne Verdier se renforcent encore de la synonymie « chas » et « œil » d'aiguille. En effet l'« œil » de l'aiguille a de nombreux homonymes que je repère en anglais comme en français. On a ainsi l'« œil » ou « œillard » de la meule par lequel celle-ci est fixée sur son axe, l'« œil » de l'outil, destiné à recevoir le manche, l'« œil » de la grue, de la perle, de la roue, de l'étau... par où passent les câbles, le fil, l'essieu, la vis, etc. (Littré) ; l'anglais eye associe quant à lui chas d'aiguille, œil d'outil, anneau pour tringle, boucle d'un cordage, etc. (Collin et al.). Lucie Desideri (1991 : 419) repère en outre dans plusieurs langues ou dialectes l'emploi du même mot pour la jeune fille et la pupille de l'œil, « fente percée au centre de l'iris ». Elle étudie en particulier, en Corse, un jeu de fillette, le « jeu de l'œil », qui fait une place accessoire au tablier (1991 : 415) ; et l'analyse développe des considérations sur la symbolique de l'œil qui débordent le cas présenté.

24Le vocabulaire provençal s'inscrit dans la même veine que les autres et l'éventail des synonymies confirme les métaphores du chas : caus peut signifier chas et douille d'outil (Mistral, Fourvières, Alibert), catau, chas et catin (Mistral). Tout cela instruit de façon décisive, par ricochet, sur la métaphore ici en question du chat.

25Celle-ci, dans l'image de la chatière, rejoint celle du passage, de la porte, de la trappe par exemple, que l'argot met à l'œuvre dans le vocabulaire érotique (cf. Guiraud 1978 : 116), de sorte qu'il existe une série d'équivalences entre féminité d'un côté et, indifféremment de l'autre, chas, chat, ouverture, chatière. De la généralité des équivalences en jeu suit la combinaison des mêmes images dans d'autres contextes. Elles jalonnent en particulier certaines versions du conte initiatique qu'est Le Petit Chaperon rouge. Le parcours s'y présente de façon régulière sous forme d'une alternative, commentée par Yvonne Verdier puis Christian Bromberger (1987 : 91-92), entre chemin des Aiguille(tte)s et chemin des Epingle(tte)s. L'héroïne prépubère connaîtra les déboires que l'on sait pour avoir choisi le premier ; elle y ramasse le cas échéant des aiguilles, et même des aiguilles « à gros trou » ; un chat tient éventuellement un rôle dans l'histoire ; le Petit Chaperon rouge peut enfin entrer chez sa grand-mère en empruntant une chatière – Haute-Loire (Delarue 1976 : 373-383)15.

D'autres mots, d'autres fentes

26Reste l'application du nom de « chatière » à l'ouverture de jupe. Il faut souligner qu'elle s'inscrit dans une série avec, en provençal, catouniero au sens de « trou qui reçoit le robinet » (Mistral, Fourvières) et, en français, le terme de marine « trou du chat » : « trou carré pratiqué au milieu d'une hune ; il sert de passage à la tête du mât, aux haubans, aux étais et aussi aux hommes qui montent dans la hune » (Littré) ; s'y ajoutera bientôt un autre exemple régional. Réunis par la notion d'ouverture, les objets en question semblent l'être, en amont de leur désignation comme « chatière », par un symbolisme parent. L'antériorité de celui-ci expliquerait que le provençal connaisse encore deux mots, signalés comme alpins, pour désigner l'ouverture de jupe : poutrouniero, formé sur poutrin, « nombril », et c(h)abessano, dérivé de cabesso, entre autres « charrue à versoir ». Les images en jeu sont susceptibles des mêmes connotations ; entre les deux mots le lien s'établit en effet par embourigo : « nombril » et « trou pratiqué au milieu du sep de la charrue, afin de fixer le soc » (Mistral). La sphère des correspondances est donc bien la même que pour le chas ou la chatière, que l'image soit celle du tout (charrue et sillon) ou du détail (soc et « nombril » de charrue).

27A ce stade, il devient essentiel de se demander si un vêtement fendu ou une fente aménagée sur un vêtement féminin peuvent être l'objet de connotations érotiques. Quelques observations que j'ai pu faire sur des Provençaux connaissant des pièces anciennes de vêtement féminin – la distance affichée favorisant la liberté d'évocation – se présentent comme des éléments d'information non négligeables. C'est premièrement la régularité des commentaires masculins sur les rares femmes connues qui portaient des pantalons à l'entrejambe ouvert : elles sont présentées dans des attitudes libres et pour ainsi dire masculines (miction), on en rit, on les mime même ; deuxièmement la verve, masculine aussi et sur laquelle je vais revenir, suscitée par les chemises fendues dans leur partie basse ; celles-ci, pour lesquelles je n'ai pas collecté de nom, sont d'habitude regroupées sous le terme général de « chemises conjugales » (Vaylet) ; troisièmement, les moindres commentaires sur des vêtements permutables : pantalons à l'entrejambe cousu, chemises ouvertes sur la poitrine et désignées comme « chemises d'allaitement » ou « de nourrice » ; quatrièmement les conditions d'élocution : les destinataires sont des femmes, l'épouse est absente, les propos confinent à la plaisanterie à tendance grivoise.

28Dans les exemples que j'ai recueillis, l'un s'écarte un peu de ce schéma. Un homme, responsable d'un petit musée d'amateur, avait – avec quel sérieux ? – proposé à sa femme même d'aménager une fente sur une chemise courante à fin de présentation ; celle-ci s'en était effarée, ce dont il s'amusait, en faisant il est vrai son récit à deux autres femmes auxquelles il présentait le musée.

29Une autre situation, déterminée aussi par une conversation sur une collection, présente une structure plus courante puisqu'elle met en scène un couple non marié. Il avait déjà été question en petit comité (quatre personnes) de pantalons ouverts et la conversation portait alors sur la diversité des chemises. Le seul homme du groupe commença par lancer qu'il n'en manquait qu'une. A partir de quoi, il se fixa sur une interlocutrice plus jeune mais d'âge moyen à qui il apprenait l'existence des chemises avec ouverture basse. Les deux se trouvaient assis le long d'une table, de l'autre côté de laquelle il y avait une enfant d'une dizaine d'années. Chacun connaissait le conjoint de son interlocuteur et les parents de la fillette. Aucune information ne fut fournie selon les modalités d'une conversation ordinaire. Ce fut un échange à mi-voix, redondant, avec étonnement d'un côté, confirmations de l'autre, exclamations, rires, etc. La gêne de l'enfant se faisait de plus en plus évidente.

30En dehors de la Provence, je note surtout deux noms pour l'ouverture basse de la chemise : trapèlo (« petite trappe ») dans la région de Moyrazès (Rouergue) et « chatière » à Lyon (Vaylet 1985 : 16 et 21). Pour en revenir par ces noms identiques à l'ouverture de la jupe dans l'aire vestimentaire d'Arles, il n'est au bout du compte pas interdit de supposer qu'elle a concentré un symbolisme voisin de celui qui s'attache à l'absence de tablier, c'est-à-dire propre à renforcer les affinités mises au jour par Martine Segalen entre femme sans tablier et femme offerte.

Couvrez ce giron que je ne saurais voir

31Regardons maintenant une « catonière » de jupe. Elle se situe toujours à gauche semble-t-il, côté couramment assimilé au féminin (Guiraud 1978 : 168). Sa position latérale est adaptée à un autre trait morphologique de la jupe. Celle-ci (le jupon aussi) comporte un panneau trapézoïdal milieu devant ; c'est le long du panneau qu'est aménagée la « catonière », c'est-à-dire pas tout à fait sur le côté. Pourtant panneau et ouverture latérale ne se déterminent pas réciproquement. Celle-ci est concurrencée puis supplantée par une ouverture milieu dos ; son attestation tardive chez certaines des dernières usagères du costume est sans doute favorisée par le monopole, dans certains villages, d'une couturière spécialisée (Rognonas, par exemple) mais j'en ai des cas dispersés (Raphèle, au centre de l'aire vestimentaire, Salon, à l'est, Rognonas au nord). Le panneau cependant ne disparaît pas.

32Il s'inscrit dans une histoire vestimentaire où il convient de ne pas exagérer les impératifs techniques. On le retrouve en effet sur des jupes réalisées dans des tissus en grande largeur aussi bien qu'à partir de laizes plus étroites et il s'accommode de montages variés. Le critère esthétique n'est guère suffisant non plus pour rendre compte d'une telle permanence. Certes, si le matériau employé est à raies, toujours présentées verticalement, la rencontre d'un faux biais et d'un droit-fil au niveau de la couture du panneau dessine des pointes montantes, c'est-à-dire dirigées dans la direction compatible avec la ligne sablier du costume. Mais il n'y a qu'une situation où la raie (un filet blanc sur fond noir) se porte à l'échelle globale, c'est le deuil ; et la fonction esthétique du vêtement s'efface en cette circonstance au profit d'un système complexe de signification. Inversement, les ensembles (toujours noirs) qui constituent le summum de l'élégance (assortiment du corsage au fichu et à la jupe, fronces importantes à l'emmanchure) sont réalisés sans que la règle soit d'exploiter pour la jupe le jeu esthétique offert par la rencontre de deux sens du tissu : la préférence va à la soie façonnée en semis.

33Le maintien du panneau semble plutôt fonction de sa forme et de ses proportions, évocatrices de tablier. Pour la jupe cloche au moins, celui-là a d'ailleurs un nom, tombant dans l'oubli mais dont les attestations sont réparties dans toute l'aire vestimentaire (Arles, Mas-Thibert, Istres, Rognonas). C'est un « tablier ». Deux petits plis dirigés vers l'arrière au niveau de ses coutures en soulignent parfois la présence (exemples à Rognonas ou Vallabrègues).

34Son importance est aussi indirectement assurée par le volontarisme culturel d'inspiration régionaliste qui a promu le panneau de façon tacite pour une jupe largement réinterprétée par ailleurs (traîne, étroitesse, assortiment au corsage en couleur). Représentatif de la maintenance (sic) culturelle dans le premier tiers du xxe siècle, un spécimen conservé au musée national des Arts et Traditions populaires comporte même ce panneau avec par ailleurs une importante erreur de coupe16. Mais la jupe s'ouvre devant le long du panneau et une note manuscrite dans le dossier de collection indique le mot de « tablier » pour celui-là.

35Il est clair pour finir que la symbolique cristallisée dans d'autres costumes régionaux sur le tablier s'est, dans l'aire vestimentaire d'Arles, étendue (par partage ou transfert) à la jupe ; et qu'elle recoupe secondairement celle de la chemise à ouverture basse17. Dans cet espace, le dialecte établit une chaîne d'identités entre giron, jupe, devantier et tablier avec faudo, faudo, faudiéu et faudau (et l'extension de faudeto pour « bavette ») ; en haute Provence, poutrouniero désigne le sein de femme et l'ouverture de jupe (Mistral). Des synonymies équivalentes existent ailleurs et il faut peut-être noter que le mot de tablier a des acceptions propres à la gynécologie ou à l'anatomie (Littré). Quant au double symbolique du tablier qu'est la ceinture, Lucienne Saada (1979 : 232 et 233) souligne la régularité avec laquelle, dans de nombreux pays, son vocabulaire évoque le corps de la femme (ou de l'homme). Des expressions vont dans le même sens. Les « raisons du tablier » sont les risques de grossesse quand une femme repousse selon les termes convenus les avances d'un homme ; « le tablier lève » en cas de grossesse ; « être grosse à pleine ceinture » rend compte d'une grossesse très avancée (Littré). Ainsi, le lexique ou les formules confirment en Provence et dans des espaces distants que les vêtements correspondants participent de la portion de corps couverte, sans qu'il y ait entre eux nécessité de contiguïté.

Haut de page

Bibliographie

ETUDES CLEFS

Desideri L., 1991. « Jeu de l'œil », Ethnologie française, n° 4, Apprentissages, pp. 415-422.

Dinguirard J.-C., 1973. « Faut-il appeler un chat un chas ? », Ethnologie française, n° 3-4, pp. 245-252.

Guiraud P., 1967. Structures étymologiques du lexique français, Paris, Larousse.

1978. Sémiologie de la sexualité. Essai de glosso-analyse, Paris, Payot.

Segalen M., 1975a. « Le mariage, l'amour et la femme dans les proverbes du Sud », Annales du Midi, t. 87, n° 123, pp. 265-288.

1975b et 1976. « Le mariage, l'amour et les femmes dans les proverbes populaires français », Ethnologie française, n° 1, pp. 119-162 et n° 4, pp. 33-88.

1980. Mari et femme dans la société paysanne, Paris, Flammarion.

Verdier Y., 1991 (1979). Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard.

DICTIONNAIRES DE LANGUE, RECUEILS D'EXPRESSIONS ET DE PROVERBES

Alibert L., 1966 Dictionnaire occitan-français d'après les parlers languedociens, Toulouse, Institut d'études occitanes.

Avril J.-T., 1991 (1889). Dictionnaire provençal-français suivi d'un vocabulaire français-provençal, Nîmes, Lacour (Rediviva).

Blanchet P., 1991. Dictionnaire du français régional de Provence, Paris, Bonneton.

Bouvier J.-C. et C. Martel, 1982. Anthologie des expressions en Provence. Le temps de tuer un âne à coups de figures..., Marseille, Rivages.

Bouvier R., 1985. Le parler marseillais. Dictionnaire argotique, Marseille, Laffitte.

Collin P. et al., 1882. Harrap's Shorter. French and English Dictionary, Londres et Paris, Harrap.

Fourvières X. (de), 1975 (1902). Lou pichot Tresor. Dictionnaire provençal-français et français-provençal, Avignon, Aubanel.

Honnorat S.-J., 1846-1847. Dictionnaire provençal-français ou Dictionnaire de la langue d'oc ancienne et moderne, 3 vol., suivi d'un Vocabulaire français-provençal, 1 vol., Digne, Repos.

Littré E., 1974-1978 (1972). Dictionnaire de la langue française. Edition nouvelle avec suppléments et additif mis en place par articles selon les références indiquées par l'auteur, Chicago, Encyclopaedia Britannica, 4 vol., supplément de 1983, 1 vol.

Mistral F., 1979 (1979-1886). Lou Tresor dou Felibrige ou Dictionnaire provençal-français embrassant les divers dialectes de la langue d'oc moderne avec un supplément établi d'après les notes de Jules Ronjat, Raphèle-les-Arles, Marcel Petit CPM, 2 vol.

Trinquier P., 1993. Proverbes et dictons de la langue d'oc d'après le Dictionnaire languedocien-français de l'abbé Boissier de Sauvages (1785), Les Presses du Languedoc.

ETHNOGRAPHIE PROVENÇALE

Benoît F., 1975 (1949). La Provence et le Comtat Venaissin. Arts et traditions populaires, Avignon, Aubanel.

Caillet R., 1942. Le costume comtadin. Essai, Avignon, Commission de propagande régionaliste de Vaucluse et Imprimerie Rullière frères.

Dossetto D., 1979. « Le costume en Provence. Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse. Tentative d'interprétation du costume comme signe social », Aix-en-Provence, université de Provence, mémoire de maîtrise spécialisée d'ethnologie.

Duret E., 1993. « Les charrettes festives en Provence rhodanienne. Variations d'un rite et de son espace de référence du xviie au xxe siècle », Le Monde alpin et rhodanien, n° 1-2, pp. 35-61.

Gasquet M., 1944. Une enfance provençale, Paris, Flammarion.

Jullian-Mondet J., 1980. « Le costume traditionnel de Marseille », c.e. Le costume traditionnel à Marseille, musée du Vieux-Marseille, janvier-février.

Truchet M. (de), 1875 (1833). « Les modes anciennes. xviiie siècle », Le Musée. Revue arlésienne, historique et littéraire, 2e série, n° 8, pp. 61-63.

RENVOIS DIVERS

Balzac H. (de), 1974. La peau de chagrin, Paris, Gallimard.

Bromberger C., 1987. « Variations des échelles et des objets. L'analyse dans l'histoire récente de l'ethnologie de la France », in Chiva I. et U. Jeggle, Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande, Paris, ministère de la Culture/Ed. de la Maison des sciences de l'homme, pp. 67-94.

Broutin Y.-E., 1987. « Protéger : corps et surnaturel », in Costume, coutume, c.e. Paris, Réunion des Musées nationaux, pp. 177-181.

Chèze J.-B. et al., 1906. Lemouzi, tome XIV.

Delaporte Y., 1980. « Le signe vestimentaire », L'Homme, juillet-septembre, t. XX, n° 3, pp. 109-142.

Delarue P., 1976 (1957). Le conte populaire français. Catalogue raisonné des versions de France et des pays de langue française d'outre-mer, t. I, Paris, Maisonneuve et Larose.

Delort R., 1984. « Le chat », in Les animaux ont une histoire, Paris, Seuil, pp. 321-352.

Delroeux M.-C., 1983. « Seebach et son costume », Revue des sciences sociales de la France de l'Est, n° 12-12 bis, pp. 235-250.

Doerflinger M., et al., 1973. Folklore et traditions en Alsace. Le costume, les danses, les légendes, les dictons, Colmar/Ingersheim, SAEP.

Groshens M.-C., 1991. « Le costume de "l'humaine condition", in Cuisenier J. et al., Mille ans de costume français. 950-1950, Thionville, Klopp, pp. 194-202.

Joannis C., 1992. Bijoux des régions de France, Paris, Flammarion.

Louis R. (éd.), 1972. Tristan et Iseult, Paris, Librairie générale française.

Moll-Weiss A., 1917. Le vêtement. Son histoire, sa confection, son entretien, Paris, Colin.

Saada L., 1979. « Contribution à une recherche pluridisciplinaire sur la ceinture masculine et féminine », in Fontanes M. de et Y. Delaporte (ss la dir. de), Vêtement et sociétés 1. Actes des journées de rencontre des 2 et 3 mars 1979, Laboratoire d'ethnologie du Muséum national d'histoire naturelle et Société des amis du musée de l'Homme, pp. 231-239.

Segalen M. et J. Chamarat, 1981. Amours et mariages dans l'ancienne France, Paris, Berger-Levrault.

Vaylet J., 1985 (1976). La chemise conjugale. Historique et anecdotes, Espalion, musée Joseph-Vaylet.

Violet E., 1949. « Evolution et extinction de la coiffe mâconnaise », Nouvelle Revue des traditions populaires (Le Folklore vivant), janvier-février, n° 1, pp. 58-62.

A signaler, postérieure à l'achèvement de cet article, la parution d'une étude qui ouvre des perspectives comparatives vers la Méditerranée du Sud et l'Europe méridionale :

Benfoughal T. et M. de Fontanes, 1996. « Symbolique de la ceinture et du tablier au Maghreb et en Europe », Cahiers de linguistique sociale. Bilans et perspectives, « Se vêtir pour dire », Rouen, pp. 175-209.

Haut de page

Notes

1La tranche sur laquelle il s'arrête (1866-1870) ne livre que des mentions difficilement exploitables (tabliers noirs et tabliers de mérinos noirs). Auparavant, l'utilisation du tablier dans les situations les plus diverses se déduit de la qualité des matériaux, à un moindre degré du nombre de pièces (extrême fin du xviiie siècle).
2Ce dernier fait est attesté par exemple pour l'Alsace (Doerflinger 1973 : 18) ou le Mâconnais (Violet 1949 : 60).
3Je remercie Georges Delarue pour ses investigations à ce sujet et notamment le superbe exemple d'une chanson du bas Limousin (Chèze et al. 1946 : 41) qui multiplie des images convergeantes sur le plan symbolique : absence de tablier, ruisseau, chasseurs/arme à feu.
4L'image sera mieux comprise à la lecture d'Evelyne Duret 1993. Le vocabulaire des « charretiers » a peut-être emprunté en retour au vocabulaire du vêtement avec l'acception manifestement récente de « chapelle » (pour ce qui est de l'acception vestimentaire du terme, voir plus bas) appliquée à un détail du harnachement, porteur de plumets multicolores et clochettes.
5Je signale pourtant qu'un des sens de « frotter » (en provençal freta) est « lutiner » (cf. Bouvier 1985 : 83 ou Blanchet 1991 : 55).
6Ou « tirée à quatre épingles », expression qui, dans la région marseillaise par exemple, aurait été à prendre au sens propre.
7Recueilli par un érudit local qui le traduit par « débraillées », le sobriquet de « desbardanées » faisait allusion à la profondeur que certaines donnaient à leur décolleté les jours de fête. Il m'a été présenté comme collectif et appliqué aux Châteaurenardaises.
8Pour le provençal voir Mistral, pour le français régional Bouvier et Martel (1982 : 90) ou Bouvier (1985 : 50).
9Note manuscrite d'une information collectée à Rognonas, dossier de collection 57.156 du musée national des Arts et Traditions populaires.
10La « chapelle » comporte bien souvent, suivant l'ordre de la toilette, un plastron, une guimpe, un fichu de redoublement et le fichu (principal), mais d'autres formules sont possibles.
11Benoît (1975 : 120), mais l'interprétation semble reposer sur un seul objet, sans documentation, et un raisonnement il est vrai séduisant (voir Benoît, cahier d'inventaire, Museon Arlaten, n° 4603).
12De l'intérieur vers l'extérieur, les femmes peuvent énumérer un « jupon de propreté », une « jupe » brodée, une « jupe de dessous », une jupe (Arles-ville), ou un « jupon sur la chemise », un « jupon », une « jupe de dessous », une jupe (Eyguières).
13Le changement de toilette aussitôt après la circonstance ayant déterminé le port du costume (au retour de la messe, par exemple) est un trait général qui explique l'absence très fréquente d'un tablier de protection.
14Andrée Danton, technicienne au département costume du MNATP, m'assure du caractère original de l'association ouverture de jupe-chatière.
15Il arrive aussi que le « loup » l'invite très vite à détruire son tablier (ibid. : 373-374).
16L'objet porte le numéro 57.156.9. Mon identification comme reconstitution repose sur des critères morphologiques généraux ; ne vient qu'ensuite, pour caractériser l'objet, une erreur dans le sens des morceaux formant côté et dos. Pour mieux interpréter le vêtement, il convient de savoir l'appartenance rognonaise de la donatrice et ses liens avec le premier groupe folklorique provençal.
17Ou de la chemise déchirée, comme celle métaphorique d'Iseult par laquelle sont évoquées ses amours prématrimoniales avec Tristan (Louis 1972 : 66).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dossetto D., 1997, « Du tablier aux vêtements fendus. Contribution provençale à une étude de l’apparence féminine », Terrain, n° 29, pp. 127-138.

Référence électronique

Danièle Dossetto, « Du tablier aux vêtements fendus », Terrain [En ligne], 29 | septembre 1997, mis en ligne le 21 mai 2007, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://terrain.revues.org/3255 ; DOI : 10.4000/terrain.3255

Haut de page

Auteur

Danièle Dossetto

Institut d'ethnologie méditerranéenne et comparative. Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org