Navigation – Plan du site
Repères

Les jardins de la nostalgie

La transformation du jardin anglais en patrimoine national
Sylvie Nail
p. 113-126

Résumés

L'Angleterre est souvent associée à ses jardins, en particulier ceux des grandes propriétés foncières qui émaillent la campagne. Ils sont évocateurs à la fois d'une esthétique spécifique et d'un mode de vie traditionnel. Pourtant, une analyse des processus par lesquels les jardins historiques ont peu à peu acquis leurs lettres de noblesse révèle que leur transformation en emblèmes nationaux ressort d'une stratégie récente, destinée à assurer la stabilité et la cohésion sociales à l'intérieur du pays tout en donnant à voir au monde une certaine image de l'identité nationale. L'évolution de la sauvegarde du patrimoine que constituent les jardins historiques permet de saisir les enjeux et de percevoir le politique derrière l'horticole.

Haut de page

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Grande-Bretagne

Keyword :

England, gardens, heritage
Haut de page

Texte intégral

1Au nombre des représentations culturelles de l'Angleterre dans le monde, on compte sa réputation d'être un pays de grands amoureux de la nature en général et des jardins en particulier. Il est vrai qu'elle s'est préoccupée du sort de ses jardins historiques bien avant la plupart des autres pays et offre encore un modèle (c'est d'Angleterre que l'on fait venir les spécialistes de l'archéologie des jardins pour former leurs homologues européens). La restauration et la conservation des jardins historiques mobilisent recherche et capitaux. En retracer la genèse et analyser les étapes qui ont permis que se cristallisent sur le jardin historique l'apologie du mode de vie rural et la nostalgie du passé permet de comprendre les moyens et les enjeux de ces actions.

2Précisons d'emblée que la référence à des styles du passé dans le jardin n'est pas un phénomène spécifique à l'histoire récente. A la Renaissance, avec le mouvement humaniste, le jardin italien faisait amplement référence aux jardins de l'Antiquité, avec l'utilisation de la statuaire en particulier, et les jardins anglais inspirés de l'Italie firent de même. La passion des victoriens pour les massifs de fleurs annuelles a également été perçue comme un retour nostalgique aux jardins antérieurs au parc paysager du xviiie siècle.

3Cependant, jusqu'à la fin du xixe siècle, dans les innombrables country houses qui émaillent la campagne anglaise, les changements de mode ou de propriétaire se traduisaient souvent par une démolition de la maison et sa reconstruction selon les nouveaux canons en vigueur, et les jardins étaient eux aussi transformés pour s'adapter au goût du jour. L'exemple du jardin de Owlpen Manor House (comté du Gloucestershire), considéré comme l'un des plus anciens exemples de jardin privé, est symptomatique. Établi lors de la construction d'un manoir Tudor dans la seconde moitié du xve siècle, il est entouré par un mur de pierre dans la tradition de l'hortus conclusus médiéval. Il subit au début du xviiie siècle des modifications destinées à le moderniser (cabinet d'ifs, parterres symétriques à la mode hollandaise). Pour s'adapter à la nouvelle esthétique paysagère, le propriétaire quitte peu après 1805 son manoir et le terrain sans perspective qui l'entoure pour installer sa nouvelle demeure à l'autre bout de son domaine, sur une colline plus propice à l'établissement d'un jardin pittoresque. L'ancien manoir est désormais habité par un gardien-jardinier qui continue à tailler les ifs et à cultiver le potager pour la table du maître. Au début du xxe siècle, la maison en ruine fait l'admiration des artistes jardinières Gertrude Jekyll et Vita Sackville-West, puis plus tard du célèbre paysagiste Geoffrey Jellicoe. Le jardin fait l'objet depuis 1980 d'une restauration complète basée sur des documents anciens.

Le jardin, emblème de l'identité nationale

4Après une période d'attirance de l'aristocratie terrienne pour la ville, celle-ci devient synonyme de décadence et est indissociablement liée à la révolution industrielle et à tous les maux dont on l'accuse. L'attrait de la nature, lieu de refuge et siège d'un mode de vie sain, se développe massivement au xixe siècle. La campagne se rêve d'autant plus fort que la proportion des citadins est en progression : en 1851, les chiffres de la population urbaine excèdent ceux de la population rurale. De plus, pour la première fois aux élections de 1885, la Chambre des communes compte plus de députés marchands ou industriels que de propriétaires terriens : le pouvoir politique bascule nettement vers les villes et c'est tout un mode de vie qui menace de disparaître avec l'exode rural et la dépression agricole de la fin du siècle. Aussi n'est-il pas surprenant que les premières traces de conservation du patrimoine apparaissent précisément à cette époque. Quant aux demeures des propriétaires terriens construites après 1880, moins nombreuses qu'auparavant, elles révèlent davantage un désir de patine que de flambant neuf.

5Le mouvement de préservation du patrimoine se tourne dès ses origines à la fois vers les sites naturels et les sites construits. De nombreuses associations voient le jour, dont le National Trust1, créé en 1895, et le Council for the Protection of Rural England, fondé en 1926, qui demeurent à ce jour les porte-drapeaux de la défense de l'environnement rural. Le mouvement Arts and Crafts de la fin du xixe siècle se situe pleinement dans ce courant, et William Morris se fait l'ardent défenseur de la protection du patrimoine en créant en 1877 la Society for the Protection of Ancient Buildings. Il s'agit de préserver les bâtiments en leur état authentique, ceux-ci appartenant selon lui à la fois à ceux qui les ont construits et à toutes les générations futures. Cette attitude face au patrimoine eût des répercussions très importantes dans la restauration.

6Dans ce contexte, ce qu'il faut bien appeler le mythe du jardin comme lieu d'harmonie sociale attire tout le monde sur l'échiquier politique, ce qui explique la force de l'attirance des Anglais pour le jardin et la campagne, et ce jusqu'à l'époque contemporaine. Selon les sensibilités politiques de chacun, ce que l'historien Martin Wiener appelle « les variantes du ruralisme » (1985 : 50) prend la forme tantôt de la glorification du propriétaire terrien dans sa grande demeure, tantôt celle du paysan simple dans son cottage au toit de chaume.

7En effet, ce qui frappe dans le patrimoine des jardins historiques en Angleterre est sa double origine sociale : aristocratique d'une part (le parc généralement associé à la country house), paysanne d'autre part (le cottage garden). Caractérisant la première de ces variantes, le désir des classes bourgeoises d'assimiler les valeurs aristocratiques en s'achetant des propriétés ou en épousant les héritières de patrimoines a conduit à une étrange situation sociale : à la fin du xixe siècle, une classe de propriétaires terriens nombreux et riches règne sur une campagne de plus en plus vidée de ses paysans et de sa valeur économique, créant une situation pour le moins artificielle. Une revue comme Country Life (créée en 1897) a joué, et continue à jouer, un rôle important dans la diffusion d'une image auréolée de prestige de la country house au jardin soigné et au hobereau débonnaire.

8L'autre facette du ruralisme consiste en l'apologie du paysan habitant dans un cottage entouré de fleurs, et vivant une vie rustique aux plaisirs sains. Le mouvement Arts and Crafts, prônant une économie qui n'exclut pas la beauté, contribue largement à relayer cette vision. De même, le tourisme, par le biais de guides, représentations picturales, etc., favorise la perception des jardins comme un refuge stable dans un monde en mouvement. La population, de plus en plus massivement urbaine, était d'autant plus prête à absorber les images édulcorées d'une campagne fantasmatique diffusées par les livres et les magazines qu'elle était coupée de ses racines rurales et ne vivait plus la campagne que par procuration. Tout en rêvant de retour à la nature, nombre de citadins ne la voyaient que sur leurs murs, sous forme de tableaux.

9La production picturale de l'époque se fait effectivement l'écho de cette mode. Le jardin de cottage avec son paysan aux joues rouges joue le rôle de repère, même s'il est évident que cette image est davantage de nature à séduire les classes moyennes que les classes laborieuses. Si les représentations picturales des jardins de ces ouvriers agricoles sont idylliques, elles sont également très moralisatrices : le peintre Helen Allingham reçut de nombreux éloges pour avoir représenté « un Surrey aux fleurs suaves et traditionnelles, aux enfants portant des tabliers propres, et aux paysans craignant le seigneur et honorant le pasteur » (Helmreich 1995 : 452).

10Il devenait de plus en plus urgent de défendre le patrimoine car, outre l'industrialisation, un nouveau contexte politique le menaçait. En effet, l'introduction, en plusieurs phases, de droits de succession très importants et de nouveaux impôts sur les grandes propriétés à partir de 1894 entraîne une vague de ventes de domaines et une érosion progressive de la puissance des propriétaires terriens. Dans le même temps, le personnel de service se fait plus rare et de nouvelles formes de loisirs (chasse en Écosse, golf, voyages à l'étranger) font leur apparition. Ces phénomènes combinés entraînent une vague de désaffection, puis de démolition, des grandes demeures dans des proportions inconnues jusqu'alors.

11Ainsi, après un début de siècle caractérisé par une valse des grandes propriétés sur le marché immobilier (on estime que 25 % de l'Angleterre change de mains dans cette période, phénomène unique depuis la conquête normande de 1066), la crise dans le monde des affaires arrête le mouvement et 458 country houses sont démolies entre 1921 et 1945. Après l'intense propagande menée au xixe siècle pour identifier l'Angleterre à un jardin, la disparition de ce patrimoine ne pouvait pas laisser les Anglais indifférents. De plus, ce qui était ressenti comme la disparition à jamais d'un monde à l'issue de la Première Guerre mondiale faisait apparaître la campagne comme un havre de paix dans le monde nouveau qui émergeait de la guerre. Ainsi, c'est une véritable fascination pour la campagne et les grandes propriétés aristocratiques qui saisit l'Angleterre à la fin du conflit, exacerbée par un sentiment de fragilité et d'instabilité. Entre les deux guerres, tout devient prétexte à conservation, des recettes de grand-mère aux traditions folkloriques, et alimente un marché de la nostalgie. La BBC diffuse en 1933-1934 une série d'émissions sur le « caractère national » visant à une affirmation des valeurs de la vieille Angleterre et à une invitation à les redécouvrir.

12Ce mouvement d'oscillation entre les deux visages de l'Angleterre, l'atelier du monde et le beau pays verdoyant, entre le désir d'aller de l'avant et l'attrait du passé avec les valeurs qui lui sont associées, marque le début d'une tension qui se prolonge encore aujourd'hui et constitue l'une des clés dans l'interprétation de la restauration et de la création de jardins.

L'urgence de la protection du patrimoine

13Les conditions ayant entraîné la vente massive de propriétés au début du xxe siècle, puis leur démolition entre les deux guerres, se prolongent à l'issue de la Seconde Guerre mondiale. Le coût de la réparation des dégâts occasionnés par la réaffectation des grandes demeures pendant la guerre (hôpitaux, écoles, etc.), auquel s'ajoute le coût de plus en plus important de la main-d'œuvre domestique, a raison de la volonté de bon nombre de propriétaires de conserver leur patrimoine familial : 595 nouvelles démolitions de country houses viennent s'ajouter entre 1945 et 1980 aux nombreuses autres notées précédemment.

14La pression immobilière, qui a considérablement augmenté au cours des cinquante dernières années, a encore amplifié l'attrait de la campagne. Depuis longtemps, la Grande-Bretagne est l'un des pays les plus urbanisés du monde et la croissance du tissu urbain est particulièrement importante depuis les années 50. Cette densification s'est faite au profit des grands centres urbains : les six grandes conurbations abritent en 1990 près des deux tiers de la population britannique.

15Le besoin criant en logements, satisfait à la hâte sous forme de lotissements, l'augmentation du prix du terrain et la diminution du nombre d'habitants par maison expliquent le paysage dominant de l'Angleterre à la fin du xxe siècle : davantage de logements, mais de moindre taille, sur des lopins moins grands. Cela donne une impression d'emprise au sol accrue, la ville et le réseau routier semblent être omniprésents, et la campagne de plus en plus difficile à trouver, ce qui explique le besoin de chacun de partir à la rencontre de la solitude et de la nature le week-end.

16S'ajoutant à ces modifications, la place de la Grande-Bretagne n'a cessé de décroître sur la scène mondiale. Pays européen le plus prospère en 1960, il n'occupait plus que la treizième place de l'OCDE en 1983. Dans cette atmosphère morose, il était nécessaire, comme en pareilles circonstances au cours des siècles précédents, de recréer une solidarité autour de valeurs communes, en l'occurrence par la mise en avant d'un patrimoine commun à tous. L'histoire, sous la forme de ses reliques, semblait pouvoir redonner à la Grande-Bretagne la grandeur perdue dans la désillusion de l'après-décolonisation et de l'après-boom économique et replaçait le présent dans un continuum historique.

17Cependant, dans la société en plein essor technologique des années 60, le mot d'ordre était plutôt le progrès que la conservation du passé et il a fallu attendre la crise pétrolière du début des années 70, qui a cristallisé le doute face à la croissance et la modernisation à tous crins. Le malaise qu'elle entraîna détermina un mouvement inégalé de prise de conscience de la disparition des valeurs de l'Angleterre traditionnelle. Désormais, on se mit à parler davantage de sécurité et de vie paisible que de progrès. Mrs. Thatcher fit du patrimoine et des valeurs son cheval de bataille de la campagne électorale de 1979. C'est cette même année que la reine mentionna pour la première fois dans un discours le mot « patrimoine » (heritage).

18Le jardin anglais était devenu à la fin du xixe siècle l'incarnation de la nation tout entière, à l'intérieur des frontières, mais aussi à l'extérieur. Les mini-serres qui rapportaient les plantes exotiques des colonies pour les acclimater en Angleterre voyageaient à l'aller chargées de plantes anglaises qui allaient agrémenter les jardins des serviteurs du Raj aux Indes, les cités-jardins en Australie, ou les propriétés de la « Côte d'Azur » sud-africaine. Et d'une certaine manière, la vie dans les colonies reproduisait un mode de vie bucolique qui était en train de disparaître dans la métropole. Le jardin constituait donc un moyen visuel de créer un sentiment d'appartenance à une même communauté, si éloignés de la terre natale que fussent ses membres.

19Qu'en est-il un siècle plus tard ? Martin Hoyles conclut son étude sur les livres de jardinage de 1560 à 1960 sur l'opinion que « même à la fin du xxe siècle l'Empire n'en finit pas de s'attarder » (1994 : 214). Cette affirmation semble bien justifiée par la persistance du modèle anglais (un aperçu des réalisations des paysagistes anglais en vogue permet de voir que la plupart d'entre eux ont dessiné dans les dernières décennies des jardins anglais à l'étranger) et les nombreux reportages dans les magazines britanniques sur le « style anglais » dans les jardins du monde.

20Tout se passe comme si, depuis les prémices de la fin de l'Empire, l'Angleterre se consolait de sa perte par la survivance dans le monde d'un certain nombre d'emblèmes de sa suprématie, dont le jardin, porteur des valeurs des siècles passés. En perpétuant les caractéristiques physiques du paysage, ce sont l'histoire, la culture et les valeurs qui leur sont associées que l'on préserve pour le futur. Le sentiment de l'urgence de sauvegarder bâtiments et jardins est lié à celui que, avec leur disparition, c'est la nation tout entière qui déchoit. Par la redécouverte quasi fétichiste d'un passé dont on a gommé les agitations pour n'en faire ressortir que les aspects unificateurs et généralement conservateurs, on transforme ce passé en une denrée à s'approprier, à redécouvrir et, surtout, à consommer sans modération.

21Le National Trust a beaucoup œuvré, consciemment ou non, par sa conception de la restauration et de la présentation au public du patrimoine, pour distiller dans les mentalités l'image d'une Angleterre du passé, bucolique, nostalgique et feutrée. Ainsi, dans les propriétés du Trust, on peut se replonger le temps d'un après-midi en famille dans un passé mal défini mais confortable. Il n'est que de voir la tenue évoquant des paysannes d'autrefois (l'époque étant impossible à identifier avec précision, d'ailleurs) des serveuses au salon de thé de Saint Michael's Mount en Cornouailles, par exemple, ou l'abondance de pots-pourris, porcelaines traditionnelles et objets d'autrefois dans toutes les boutiques du Trust (le panier de jardin à la Gertrude Jekyll est l'un des derniers exemples en date). L'insistance sur la présentation aseptisée des détails de la vie quotidienne comme une aimable invitation à la rêverie (qu'il s'agisse de la buanderie à Erdigg au Pays de Galles, où sèchent des jupons de dentelle immaculés, ou des moutons pâturant dans de vénérables parcs) et l'image d'ordre et d'harmonie véhiculée dans les maisons comme dans les jardins a tout pour réconforter le citadin en lui donnant à voir des traces positives de son passé. Il peut même en emporter chez lui le souvenir tangible : depuis 1992, le National Trust dispose de points de vente de plantes vivaces en pots, souvent des herbes condimentaires, dont les effluves prolongeront à domicile la visite dominicale.

22Il est difficile de ne pas percevoir un parallèle entre le doute face aux valeurs matérialistes du capitalisme depuis la fin des années 60 et le contexte qui avait mené, un siècle auparavant, à la création du National Trust ou du mouvement Arts and Crafts. Dans les deux cas, une période d'intense croissance économique, accompagnée d'une valorisation de la recherche scientifique, s'est terminée en désillusion et en la perte des repères traditionnels. Le passé resurgit comme une bouée de sauvetage pour une société à la dérive. A l'époque victorienne, cela s'est manifesté par le retour à l'architecture géorgienne et à ses jardins remplis de plates-bandes de fleurs annuelles. Plus encore qu'au xixe siècle, les Anglais de la fin du millénaire semblent avoir besoin de recourir aux jardins du patrimoine en réponse à la fois à un contexte politique moins valorisant pour la nation que celui du passé et à des conditions de vie qui rendent impossible la création de grands jardins.

La mobilisation

23Si les années 50 et 60 ont été peu favorables au patrimoine historique en Angleterre, l'annonce en 1974 d'un impôt sur la fortune a provoqué une levée de boucliers ; un véritable bras de fer s'engagea entre le gouvernement et les associations qui le contraignirent à retirer le projet. C'est à cette occasion qu'un tournant définitif est pris, avec l'exposition The Destruction of the Country House 1875-1975 au Victoria and Albert Museum à Londres, en 1974. Elle montre les photos de plus de 1 000 country houses démolies ou défigurées en un siècle, et provoque une prise de conscience très importante des risques qu'encourt le patrimoine.

24Pour le jardin lui-même, deux expositions importantes lui sont consacrées à Londres en 1979 et 1990. Il faut leur ajouter la création, en 1983, du Museum of Garden History, le premier musée de l'histoire du jardinage au monde, dans une église désaffectée de Londres.

25Entre les deux expositions sur le jardin, leur étude sous un angle académique avait pris son essor. Ce sont les historiens qui les premiers attirent l'attention sur l'historique du jardin anglais et sur sa valeur culturelle : il est vrai que les paysagistes sont le plus souvent réquisitionnés pour aménager les campus universitaires et les autoroutes construits à la hâte par les architectes après la guerre.

26Dans le même temps, le nombre de livres destinés au grand public sur les jardins du passé augmente considérablement. Si les livres consacrés à l'histoire des jardins permettent de déceler ce qu'il faudrait presque appeler du mépris pour les créations contemporaines, en revanche de très nombreuses publications permettent au lecteur de découvrir les sources du jardin anglais et lui livrent même un mode d'emploi pour créer à domicile un jardin « historique ».

27La création d'associations de préservation du patrimoine, amorcée entre les deux guerres mondiales, s'est poursuivie. Celles-ci s'intéressent de plus en plus à la conservation des ouvrages vernaculaires, considérés comme faisant partie intégrante des racines culturelles de la nation, au même titre que les grandes demeures de l'élite. Il en va de même dans les jardins, où la notion d'historicité est plus souple qu'autrefois : l'élargissement de la notion de patrimoine est en cela concomitante de la démocratisation du jardin privé.

28Le recours au passé et au naturel vise à retrouver, au-delà d'un type de paysage, un type de comportement compatible avec le besoin de repérage de l'humain, qu'il s'agisse de repérage physique ou de valeurs associées à ces endroits de la mémoire collective. C'est cet esprit qui a présidé à la création de l'association qui a été la plus déterminante dans la reconnaissance du rôle des jardins dans le paysage culturel de la Grande-Bretagne, la Garden History Society. Sans doute n'est-ce pas un hasard qu'elle ait vu le jour en 1965, année où furent démolies le plus grand nombre de country houses depuis la guerre, et à un moment où « le culte du modernisme fonctionnel » (Batey 1991 : 22) commençait à montrer des signes d'essoufflement. La raison d'être de l'association depuis sa création est la volonté de promouvoir la compréhension du paysage par l'étude de son histoire, et la défense de jardins historiquement significatifs, indépendamment des maisons.

29Admirablement servie par des érudits passionnés, la Garden History Society, outre ses objectifs de recherche, se double d'un groupe de pression et d'éducation. Elle organise des séminaires et des ateliers pour ses membres, et des voyages d'études. Elle se livre à des enquêtes sur des sites menacés, et un passage en revue de ses actions au cours des dernières années permet de voir que les grands dangers qui menacent les jardins sont toujours du même ordre : le tracé d'une nouvelle route qui prévoit de traverser un parc historique, la construction de nouveaux bâtiments (industriels ou d'habitation) susceptibles de gâcher la vue d'un parc ou encore la demande de permis de construire d'un terrain de golf. L'association remporte d'ailleurs de nombreuses victoires, dans lesquelles il faut voir une preuve de son acharnement et de son crédit.

30Autre versant de la sauvegarde des jardins, la protection des plantes, qui en forment la trame, s'est développée, avec la création d'une autre association, le National Council for the Protection of Plants and Gardens, en 1978, responsable des collections nationales2.

31Travaillant en association avec la Garden History Society et le National Council for the Protection of Plants and Gardens, les County Gardens Trusts travaillent à la préservation et à l'appréciation des jardins au niveau régional. Se décrivant comme un organisme caritatif à visée éducative, le premier d'entre eux, le Hampshire Gardens Trust, a été fondé en 1984 pour aider sur le terrain à la sauvegarde des jardins historiquement significatifs au plan local, régional ou national. On compte à présent 20 trusts régionaux en Grande-Bretagne.

32Enfin, outre la multiplication des associations et des publications sur les jardins, leur conservation s'est vu reconnaître une place officielle dans le monde académique, ce qui témoigne du chemin parcouru. L'université d'East Anglia a créé un centre destiné à développer des stratégies d'études systématiques des jardins historiques, utilisant toutes les sources documentaires possibles, mais aussi l'archéologie, la photo aérienne, l'analyse des arbres et la palynologie. Mais surtout en 1982 a été créé le Center for the Conservation of Historic Parks and Gardens à l'université d'York. Il a fourni le chaînon qui manquait pour créer une synergie entre tous les partenaires concernés, tout en introduisant officiellement l'étude des jardins historiques dans le monde universitaire britannique.

33Sous l'impulsion des différents groupes et organismes mentionnés, c'est toute une mentalité qui a changé et a permis la mise en place d'un cadre légal et d'interventions précises.

Une armature légale et fiscale

34Jusqu'à 1945, aucun bâtiment postérieur à 1714, et aucun jardin, ne pouvait prétendre au classement au titre de monument ancien ; cinquante ans plus tard, tout bâtiment ou jardin de plus de 30 ans peut bénéficier de la protection octroyée par le classement et de subventions pour aider à la conservation ou à la restauration : c'est assez dire que les avancées en matière législative ont suivi l'impulsion des associations. Avant 1974, le concept de conservation concernait exclusivement les constructions, et si les jardins se trouvaient bénéficier de la protection légale, ce n'était que parce qu'ils étaient conçus comme l'écrin de la maison, et non parce qu'on y voyait une valeur intrinsèque.

35La première référence dans la législation britannique à la valeur historique et culturelle des jardins, non associés à une construction, est apparue en 1974 dans une loi qui étendait le principe de la classification des monuments historiques aux jardins, qu'ils soient ou non attachés à une propriété. La loi reconnaissait en outre le bien-fondé de subventions visant à la conservation et à la restauration de jardins historiques. Cependant, rien de décisif ne se passa jusqu'au début des années 80, ce qui montre combien les préoccupations liées au patrimoine portent la marque des deux dernières décennies du xxe siècle.

36La loi sur le patrimoine national (1983) a constitué l'avancée législative la plus déterminante pour la reconnaissance et la protection du patrimoine. Loi à deux facettes, elle vise à préserver le patrimoine et à en faciliter l'accès au public. Grâce à un organisme gouvernemental, English Heritage, dont la vocation est de s'assurer de la conservation du patrimoine historique anglais et de le promouvoir auprès du public, l'État peut donner des conseils aux différents partenaires, décider de classer des sites, mais aussi faire l'acquisition de bâtiments, terres et jardins.

37L'une des missions de English Heritage à sa création a consisté à fournir un état des lieux en établissant très rapidement une liste des jardins sous forme du « Registre des parcs et jardins d'importance historique particulière ». Quatre ans et 46 volumes plus tard, le Registre comprenait 1 085 jardins et parcs, qui ne sont pas pour autant assurés d'une protection légale, mais bénéficient de la possibilité d'aides financières pour les conserver ou les restaurer.

38Dans la mesure où les fonds publics étaient engagés, les exigences d'études historiques et botaniques avant la délivrance de subventions destinées à la replantation sont devenues plus rigoureuses, peut-être trop, car les services administratifs constituent un véritable dédale dans lequel les propriétaires ont parfois bien du mal à se retrouver.

39Le mouvement de protection semble désormais intégré dans la politique des gouvernements et on peut penser qu'elle portera ses fruits dans les quelques années à venir. Pour l'heure, une simple comparaison du nombre des jardins bénéficiant du classement par le Registre avec le nombre de bâtiments bénéficiant de la même mesure montre le chemin qui reste à parcourir : contre 447 724 bâtiments classés (en 1990), on recensait 1 210 jardins classés (en 1995).

40En parallèle avec les mesures légales ont été mises en place des incitations à entretenir et préserver le patrimoine en jardins du pays.

41On a commencé par inciter les propriétaires de demeures historiques à conserver leur patrimoine avec l'exemption des droits de mutation en contrepartie d'un engagement à préserver et entretenir les caractéristiques historiques des jardins et à en ouvrir l'accès au public au moins trente jours par an. Puis, les droits de mutation ont été remplacés par un impôt, avec pour conséquence l'abolition des droits de succession sur les donations entre vifs à condition que le donateur survive au moins sept ans à l'acte de transmission.

42On ne saurait surestimer l'incidence des tempêtes catastrophiques de 1987 et 1990 dans le déblocage, d'abord provisoire puis définitif, de fonds. L'émotion suscitée par la destruction massive d'arbres dans le sud de l'Angleterre a indiscutablement accéléré la mise en place de subventions.

43Une des conséquences d'une attitude plus rigoureuse en matière de recherche documentaire a été l'incitation à établir des plans de gestion pour les parcs et jardins historiques. Les propriétaires acceptant d'établir des projets à long terme, basés sur une étude historique approfondie du passé de leur jardin, peuvent bénéficier de réductions d'impôt sur le capital. L'étude par un paysagiste spécialisé dans la restauration est également subventionnée.

44Ce qui sous-tend ces mesures favorables est d'une part une volonté de préserver le patrimoine pour la nation, mais aussi la prise de conscience des enjeux économiques du tourisme. Celui-ci représente en effet la quatrième source de revenus du pays et les recettes des propriétés historiques, les jardins en particulier, en constituent une part importante. Les visiteurs ne se déplacent en moyenne qu'une seule fois pour visiter un bâtiment ; en revanche ils reviennent plusieurs fois pour voir un jardin à différentes saisons : deux des trois propriétés les plus visitées du National Trust sont des jardins.

45Deux faits sont désormais établis et acceptés par tous les partenaires concernés. D'abord, les jardins font partie du patrimoine historique. Ensuite, il est devenu clair que les jardins ne peuvent continuer à être représentatifs du patrimoine que si l'on pourvoit à leur sauvegarde, et que cela requiert une volonté politique et des moyens financiers importants.

La restauration : une affaire de choix

46Jusqu'à récemment, l'histoire des jardins, c'était l'histoire des botanistes, horticulteurs ou paysagistes du passé. La valeur des jardins ne se jaugeait qu'à l'aune de leur apport esthétique au site dans lequel ils se trouvaient. Cela a eu des conséquences sur les choix qui ont été opérés en matière de restauration et de conservation, les jardins conservés n'étant pas nécessairement les plus significatifs, mais les plus susceptibles d'ajouter une touche « cosmétique » à de belles maisons.

47L'étude des restaurations de jardins historiques depuis la Seconde Guerre mondiale fait clairement apparaître des choix sous-jacents, variant selon les techniques disponibles, certes, mais aussi représentatifs des modèles de sociétés que l'on souhaite valoriser, au détriment des autres (Nail 1997). Par exemple, l'analyse des restaurations effectuées dans les années 60 montre une préoccupation toute particulière pour sauvegarder les jardins antérieurs à la Révolution industrielle, ce qui n'est pas un hasard à une période où le progrès semble trop rapide et entraîne la peur de la perte de valeurs. Les années 70 ont mis l'accent sur les parcs et jardins du xviiie siècle, remettant ainsi à l'honneur les valeurs humanistes et libérales de l'époque. La décennie suivante voit, elle, une revalorisation très nette des jardins victoriens, fort mal-aimés jusqu'alors et détruits pour laisser la place à leurs prédécesseurs dans les restaurations. Comment ne pas voir dans ce choix un mouvement de revalorisation des « valeurs victoriennes » chères à Mrs. Thatcher ? L'heure n'est plus au romantisme et à la rêverie, mais à l'autonomie, à l'initiative et aux signes extérieurs de richesse. On redécouvre les paysagistes du xixe siècle, comme Nesfield et ses dessins formels inspirés du xviie siècle français. Le nombre des jardins victoriens restaurés est d'ailleurs en augmentation depuis 1995 et provoque l'enthousiasme de la presse spécialisée, réaction difficile à imaginer il y a seulement quinze ans.

48La restitution en 1995, dans le jardin de Wimpole Hall (dans le comté du Hertfordshire), de massifs victoriens à leur état de 1850 en constitue un exemple, de même que celle du jardin de l'Avenue dans Regent's Park à Londres en 1996.

49En revanche, les jardins de l'entre-deux-guerres, pourtant précieux sur le plan du style (ce sont les seuls témoignages du Modern Movement, auquel la guerre mit fin), sont actuellement peu en faveur. Est-ce parce qu'ils sont encore trop récents ? Peut-être, mais sans doute aussi parce qu'ils représentent une époque associée aux logements municipaux que l'on rejette, comme les jardins victoriens ont été rejetés dans les années 60 lorsqu'on voulut se libérer des valeurs puritaines associées à cette époque. Au vu des tendances des décennies passées, on peut raisonnablement penser qu'ils seront les prochains bénéficiaires de la conservation.

La controverse : quel avenir pour le passé ?

50En dépit des avancées remarquables qui ont eu lieu au cours des trente dernières années, la gestion du patrimoine est loin de faire l'unanimité en Angleterre.

51Les critiques dénoncent l'ambiguïté de la démarche gouvernementale, qui consiste à fustiger la tendance nationale à vivre sur son passé, mais à encourager dans le même temps l'exploitation commerciale du patrimoine. Ce qui a commencé comme une réaction culturelle contre les valeurs matérialistes du capitalisme est devenu un instrument de ce même capitalisme par l'utilisation systématique de tous les moyens possibles de produire des revenus en cultivant le besoin de racines. Le risque d'excès est évident, et il y a tellement de bâtiments et sites classés à l'heure actuelle que la notion même de classement risque de perdre tout son sens.

52Pour ce qui est du patrimoine particulier que constituent les jardins, l'exemple de Painshill (dans le comté du Surrey), parc paysager remarquablement restauré depuis une dizaine d'années, donne à réfléchir sur le devenir des plantations. Une partie célèbre du jardin, l'amphithéâtre, a été replantée à l'identique de ce que son propriétaire, Hamilton, avait réalisé entre 1730 et 1750. L'effet d'amphithéâtre est créé par la forme en fer à cheval de cette partie du jardin, mais aussi par le fait que la pelouse centrale y est entourée d'une épaisse bordure d'arbustes de hauteur croissante vers l'arrière. Or, la taille des arbustes va se modifier au fil du temps. Comment maintenir un équilibre des formes et à quelle hauteur doit-on arrêter la croissance des végétaux ? La décision qui a été prise par les responsables est de conserver, par une taille régulière, les arbustes à la hauteur où Hamilton les a connus. Outre l'entretien très suivi que ce choix implique, on peut s'interroger sur la validité d'un choix consistant à figer ce qui est par nature en mouvement. Est-ce ce qu'aurait fait le créateur ? S'agit-il encore d'horticulture ou plutôt d'architecture ? La restauration du jardin se rapproche ici dangereusement de celle des bâtiments, dont elle a eu tant de mal à se libérer. On voit bien ce que cette démarche, poussée à son extrême, peut avoir de sclérosant à terme.

53A l'inverse, c'est parfois la tentation de conserver toutes les strates d'intervention qui transparaît dans quelques jardins historiques, qui peut elle aussi traduire une certaine confusion : l'ambiguïté dans l'appréciation de l'œuvre de « Capability » Brown en témoigne. On trouve actuellement à peu près autant d'écrits le reconnaissant comme le génial diffuseur de l'idée paysagère que d'auteurs le qualifiant d'assassin des jardins formels. Tout se passe comme si on était aujourd'hui parvenu en Angleterre à un stade de l'appréciation du patrimoine où l'on voudrait garder trace de tout. Or, la puissance visuelle des parcs de Brown repose sur cette redéfinition spectaculaire du paysage qui ne fut possible qu'en éliminant ce qui préexistait à son intervention.

54Souvent, ce sont des compromis qui sont adoptés : différentes parties du jardin sont restaurées en fonction de leur intérêt propre, quitte à perdre l'homogénéité historique, ou encore en accord avec les campagnes principales de construction de la demeure. Après diverses phases extrêmes, il semble que l'heure soit à la souplesse, soit par obligation (on n'a pas les moyens financiers de tout reconstruire), soit par conscience qu'il faut vivre dans ce paysage. Une partie doit être adaptée à des usages modernes et donner du plaisir à nos contemporains, tandis qu'une autre a un rôle patrimonial et éducatif à jouer, les deux étant complémentaires pour obtenir un équilibre de vie basé à la fois sur une reconnaissance des racines et une appréciation des nouveautés de l'époque moderne.

55L'idée qui reste le credo des spécialistes de la restauration, qu'il s'agisse de bâtiments ou de jardins, est de faire en sorte d'éviter d'avoir à restaurer, d'où l'importance d'un entretien régulier dans le cadre d'un plan de gestion des sites mis en place dès la phase d'étude. Le plus célèbre, celui de Stourhead (comté de Wiltshire), prévoit les aménagements à faire dans le parc dans les cent ans à venir. Cependant, puisque les choix qui sont opérés sont liés à une époque particulière, ne risque-t-on pas de contraindre les historiens et restaurateurs du futur à se conformer ainsi à nos propres critères d'évaluation de l'esthétique et des fonctions des jardins historiques (et à l'état actuel de nos connaissances) ? C'est un pari sur l'avenir qui paraîtra peut-être un jour empreint d'une certaine arrogance.

56De plus, s'il est à la rigueur acceptable d'opérer de tels choix sur des propriétés qui sont tombées, pour ainsi dire, dans le domaine public (celles du National Trust par exemple), est-il acceptable pour un particulier de se voir imposer un plan ou des types de plantes dans ce qui demeure son jardin privé, et qui devrait a priori porter sa marque ? La protection législative des propriétés dont l'intérêt historique est reconnu les enferme dans un carcan inconnu auparavant dans l'histoire. On comprend qu'un certain nombre de paysagistes s'inquiètent du choix souvent opéré (et des financements disponibles pour ce faire) de la conservation plutôt que de la création paysagère.

57A l'inverse, doit-on en arriver, au nom de la protection des sites historiques, à considérer comme de simples gardiens du patrimoine ceux qui en sont avant tout les propriétaires privés, et les subventionner pour qu'ils continuent à fournir le service de donner vie à un lieu qui aurait moins de sens sans eux ? Certains pensent que ce service mérite rétribution et que les propriétaires ne sont que les administrateurs de leur propriété. Cet argument est loin de convaincre tout le monde et un courant d'historiens a dénoncé ce qu'ils perçoivent comme une sclérose malsaine de la société et l'hypocrisie de faire financer sur fonds publics ce qui est et demeure propriété privée. Ils analysent comment l'élite anglaise s'est coupée progressivement de la source de sa richesse pour faire carrière dans la perpétuation du passé et la promotion de valeurs de stabilité. Ils dénoncent le culte de la country house et la mise en scène du passé.

58Il est évident que le patrimoine est devenu un élément d'équilibre dans la vie des Anglais, ainsi qu'en témoigne leur préoccupation de le voir conservé en priorité. Un sondage Gallup révélait en 1993 que 50 % des Anglais interrogés pensaient que davantage de fonds publics devraient être consacrés à la préservation des sites et bâtiments historiques, loin devant l'aide aux spectacles (18 %) ou au sport (15 %). Devant une telle demande populaire, on voit se dessiner la possibilité d'une autre dérive. Ne risque-t-on pas de « constituer » un patrimoine à but touristique et donc commercial ?

59En effet, la restauration des jardins historiques ne suffit plus à contenter la vague d'enthousiasme pour les jardins du passé, et une tendance récente est la création de jardins « historiques ». Si elle ne relève pas d'une démarche de restitution à proprement parler, la vogue des jardins médiévaux n'en demeure pas moins significative quant aux principes sous-jacents qui sont ainsi mis à l'honneur. Comme avec le mouvement Arts and Crafts il y a tout juste un siècle, on est attiré dans les années 90 par un mode de vie où le travail et l'art se combinent dans une meilleure prise en compte de l'individualité (du moins est-ce l'image que l'on choisit de retenir du Moyen Age).

60Encore faut-il que ces jardins correspondent à la vision contemporaine du Moyen Age : le Queen Eleanor's Garden à Winchester, restitution médiévale, s'est vu retirer en 1994 d'un guide des beaux jardins où il figurait depuis quatre ans, pour cause d'entretien insuffisant. La créatrice du jardin a eu beau expliquer que loin d'être des signes de négligence, la présence de mauvaises herbes et l'aspect « brut » du jardin étaient voulus, puisqu'ils faisaient partie intégrante de l'authenticité qui avait guidé sa démarche, rien n'y fit. Cela montre bien que la présentation au public peut être un moyen de filtrer le passé, et de n'en conserver que ce qui est compatible avec une certaine image, si erronée soit-elle. L'équilibre entre authenticité historique et représentation est fragile et les jardins du passé ne sont satisfaisants que s'ils sacrifient aux normes contemporaines d'acceptabilité.

61La mise en place progressive d'un cadre légal depuis les années 50 a permis la sauvegarde de témoignages du passé par la distribution de subventions et des aides pour le maintien des propriétaires privés en place. De plus, elle a facilité l'accès du public à ses racines. Néanmoins, l'attitude des restaurateurs et des organismes officiels est loin de faire l'unanimité et la réflexion dans les premières décennies du xxie siècle pourrait bien tourner autour de la détermination de critères plus rigoureux dans les choix de restauration.

62Des techniques sophistiquées typiques de notre siècle sont entrées dans le monde des jardins historiques, comme elles sont entrées dans le reste de la société : la professionnalisation et l'hyper-spécialisation dans les processus de conservation ne sont pas sans lien avec celles que l'on trouve dans les entreprises. Le jardin historique a de ce point de vue intégré un contexte intellectuel et scientifique qui s'est mis en place au cours des trente dernières années dans la société anglaise. Celui-ci a permis la véritable prise en compte de la valeur intrinsèque des jardins, basée sur l'authenticité des matériaux, des formes et des associations, même si le résultat ne plaît pas toujours à l'œil moderne.

63Paradoxalement, les outils d'analyse et d'intervention sophistiqués dont disposent actuellement les spécialistes de la restauration pourraient les mener à une paralysie intellectuelle. En effet, l'analyse des restaurations antérieures incite les partenaires concernés à la plus grande prudence pour ne pas mettre en péril les fragiles vestiges du passé enfoui (chaque fouille archéologique détruit en effet autant qu'elle révèle). La conscience de plus en plus nette au cours des dernières décennies que toute intervention porte en elle-même les germes d'annihilation des traces antérieures peut inciter à préférer ne rien entreprendre pour ne rien risquer.

64Enfin, il est possible de déceler dans la mise en valeur systématique des jardins anglais du passé la manifestation d'une crise dans l'Angleterre contemporaine. Les jardins écossais3 ou irlandais ont une identité propre, mais n'ont assurément pas la valeur d'emblème que possèdent les jardins anglais. Pérenniser les jardins anglais (non les jardins britanniques) relève d'une triple stratégie : c'est un moyen de valoriser l'Angleterre aux yeux de ses citoyens, de revendiquer sa place de plus en plus grande face aux autres partenaires du Royaume-Uni et d'affirmer la persistance d'une unité nationale aux yeux du monde entier. A l'heure où l'identité britannique titube, le jardin historique présente un code double et paradoxal : il sert à revendiquer l'identité anglaise à l'intérieur du Royaume-Uni tout en étant l'emblème de la nation tout entière à l'extérieur du pays.

Haut de page

Bibliographie

Batey M., 1991. « The progress of garden conservation », The Garden History Society Newsletter, n° 31.

Beard M., 1988. English Landed Society in the Twentieth Century, Londres, Routledge and Kegan Paul.

Bisgrove R., 1990. The National Trust Book of the English Garden, Londres, Viking.

Harvey J., 1988. Restoring Period Gardens, Princes Risborough, Shire.

Helmreich A., 1995. Contested Grounds : Garden Painting and the Invention of National Identity in England, UMI Dissertation Services.

Hewison R., 1987. The Heritage Industry. Britain in a Climate of Decline, Londres, Methuen.

Hoyles M., 1994. Bread and Roses. Gardening Books 1560-1960, Londres, Pluto Press.

1995. Gardeners' Delight : Gardening Books 1560-1960, Londres, Pluto Press.

Hunt J. D., 1992. Dumbarton Oaks Colloquium on the History of Landscape Architecture, XIII, Washington DC, Dumbarton Oaks Research Library and Collection.

Hunt J. D. et J. Wolschke-Buhlman, 1993. The Vernacular Garden. Dumbarton Oaks Colloquium on the History of Landscape Architecture, XIV, Washington DC, Dumbarton Oaks Research Library and Collection.

Kavanagh D. et D. Seldon, 1989. The Thatcher Effect. A Decade of Change, Oxford, Oxford University Press.

Lambert D., 1991. Researching a Garden History, York, University of York.

Nail S., 1996. « Voyages et jardin anglais », Revue française de civilisation britannique, t. 8, n° 4.

1997. « Regards sur la restauration des jardins historiques en Angleterre », European Gardens, n° 4.

Quest-Ritson C., 1992. The English Garden Abroad, Londres, Viking.

Scott-James A., 1981. The Cottage Garden, Londres, Allen Lane.

Wiener M., 1985. English Culture and the Decline of the Industrial Spirit, 1850-1980, Londres, Pelican Books.

Wright P., 1985. On Living in an Old Country. The National Past in Contemporary Britain, Londres, Verso.

Haut de page

Notes

1Le National Trust a pour objectif la préservation pour la nation d'espaces naturels ou construits menacés par la spéculation immobilière. Le Trust fait l'acquisition ou hérite de sites, dès lors protégés à perpétuité, qu'il gère tout en autorisant les anciens propriétaires à y vivre jusqu'à l'extinction de la famille. En contrepartie, celle-ci donne au Trust les moyens d'entretenir le domaine (terres agricoles ou forestières, etc.) et doit ouvrir son domaine au public. Le National Trust fait partie des plus gros propriétaires terriens du Royaume-Uni.
2Il est intéressant de noter que le NCPPG a désormais des équivalents à l'étranger qui protègent et conservent leur patrimoine en plantes : c'est le cas en Australie, en France (le Conservatoire des collections végétales spécialisées, créé en 1992), aux Etats-Unis, en Nouvelle-Zélande, en Pologne, en Belgique, etc.
3Le National Trust a du reste une branche indépendante consacrée à l'étude et à la sauvegarde des jardins écossais.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nail S., 1997, « Les jardins de la nostalgie. La transformation du jardin anglais en patrimoine national », Terrain, n° 29, pp. 113-126.

Référence électronique

Sylvie Nail, « Les jardins de la nostalgie », Terrain [En ligne], 29 | septembre 1997, mis en ligne le 21 mai 2007, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://terrain.revues.org/3252 ; DOI : 10.4000/terrain.3252

Haut de page

Auteur

Sylvie Nail

Laboratoire d'anthropologie urbaine, CNRS, Paris

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org