Navigation – Plan du site
Habiter la Maison (épuisé)

Habiter la maison paysanne

La fonction domestique et l'architecture en Languedoc méditerranéen
Jean Guibal
p. 72-81

Entrées d’index

Thème :

habitat

Lieu d'étude :

Languedoc-Roussillon
Haut de page

Texte intégral

1Les recherches conduites sur le domaine de l'architecture paysanne et de l'habitat rural se sont enrichies d'une multiplicité d'approches et ont fait l'objet d'une importante élaboration méthodologique au cours de la dernière décennie. Depuis la dernière guerre, depuis la vaste enquête désormais bien connue sous l'intitulé de « Chantier 1 425 », plusieurs disciplines — géographie, histoire, architecturologie, ethnologie — se sont rejointes autour de cet objet. La diversité des formes architecturales, comme la diversité des modes d'organisation de l'espace, définissent en effet un thème d'une grande richesse, au sein de cet ensemble de techniques qu'il est convenu de rassembler sous la notion de « culture matérielle » des sociétés rurales.

2Ce n'est pas dévaloriser les résultats acquis dans ce domaine que de reconnaître que quelques aspects de l'architecture ou de l'habitat en milieu rural restent pourtant mal connus. Il en est ainsi des voies de recherche qui, pour avoir été précocement ouvertes1, sont toujours considérées comme secondaires, comme des éléments accessoires autour du thème central des études que constitue la morphologie architecturale.

3C'est le cas notamment, pour l'ethnologie, de l'espace habité et de son organisation à l'échelle de la communauté paysanne et de son territoire. On a certes souvent rappelé l'importance que doit recouvrir, pour l'étude architecturale, l'examen du rapport qu'entretiennent l'espace intérieur et les abords de la maison, la façade et la rue (ou le chemin), le bâtiment et la parcelle sur laquelle il se trouve, cette dernière enfin et le groupement de maisons ou le paysage rural dans son entier. Pourtant, écarts, hameaux, villages, ont été appréhendés comme des données de fait, au même titre que ces conditions naturelles déterminantes que sont, pour l'architecture et la construction, la topographie des sites d'implantation ou les ressources locales en matériaux. Il est vrai que la connaissance et l'interprétation des modes de répartition de l'habitat dans l'espace rural constituent encore, pour l'ethnologie, une entreprise délicate. Les notions de groupement et de dispersion de l'habitat, telles qu'elles ont été utilisées par la géographie humaine — en donnant lieu à des calculs d'indices souvent sophistiqués — ne semblent avoir autorisé que des interprétations d'ordre historique, des conclusions relatives à l'origine et à la genèse du peuplement. Il apparaît pourtant, ainsi que l'ont montré quelques expériences2, que la discipline aurait pu tirer un grand profit de l'investissement de ce domaine, en dépassant le simple constat des différences de répartition et leur seule indexation « pour mémoire » dans les grilles de classement typologique des maisons paysannes.

L'usage domestique de la maison

4Tout aussi peu intégrées, semble-t-il, dans les analyses des ethnologues, sont les conditions sociales de l'usage de la maison et leur influence sur la conception de l'architecture. Sans doute a-t-on toujours réservé la meilleure place à l'examen de la structure sociale des communautés paysannes, dans la perspective de repérer, sur la façade des maisons, une traduction de cet ordre dans lequel la société locale a réparti les rôles, les pouvoirs ou la richesse. Mais à l'échelle du cadre domestique, de cet « intérieur » que délimitent les murs de la maison, il s'est révélé plus difficile de mesurer les incidences des modes de vie sur la structure de l'habitation, voire sur la morphologie des bâtiments. Il faut certes reconnaître que dans ce dernier demi-siècle durant lequel ont été effectuées les principales observations, on ne relevait déjà plus d'importantes variations dans la composition des groupes domestiques ou dans les modes d'occupation de l'espace intérieur. A peu près partout, en domaine français, et à quelques exceptions notables, groupes domestiques et groupes familiaux se confondent, les derniers étant souvent réduits de longue date à la dimension de la famille nucléaire. La persistance de la cohabitation des générations, ou la présence au foyer de collatéraux célibataires, maintes fois constatées, n'ont pu introduire que des variations de détail dans cette situation d'ensemble. En Languedoc méditerranéen notamment, les frérèches n'ont laissé dans la Cévenne que de rares traces écrites, quand les communautés de métayers de la partie occidentale de la Montagne Noire, pourtant vivantes encore au cours du xixe siècle, n'ont laissé aucun témoignage apparent dans la structure des bâtiments ruraux3.

5De même, les divisions intérieures de l'espace d'habitation et ses modes d'utilisation semblent avoir connu une évolution similaire et sensiblement homogène sur l'ensemble du domaine français. Sans trop généraliser, on peut estimer en effet que les variations repérées procèdent toutes de deux ou trois grands types évolutifs. On le sait, la séparation des fonctions primitives de la salle commune a donné lieu à la création de chambres à coucher, puis est apparue une pièce de réception et d'« apparât » consacrée salle à manger, enfin ont été introduits des espaces réservés aux seules fonctions de circulation et distribution intérieures (couloir, vestibule). Au moment où se développait, en outre, une certaine recherche de la symétrie dans la composition des plans et des façades — le plus souvent sur le modèle improprement désigné « maison bourgeoise » —, la séparation des fonctions ne laissait dès lors que peu de place pour les variations régionales. Celles-ci ne se retrouvent plus que dans la présence éventuelle et la position de pièces annexes (souillarde, réserve, etc.) et, bien évidemment, dans le rapport installé entre l'ensemble formé par les pièces d'habitation et les locaux réservés à la production.

Maison-outil et analyse fonctionnaliste

6Ces divers constats conduisent à s'interroger sur la démarche même des ethnologues de l'habitat et de l'architecture, appelés le plus souvent à analyser la réalité qu'ils observent en termes de « contraintes ». Une recension de telles contraintes, au sens de conditions déterminantes de la production architecturale, a pu en effet avoir d'importantes conséquences sur la teneur des analyses et des synthèses. Ainsi, en premier lieu, doit-on estimer qu'une confusion a pu s'installer entre les conditions qui entourent la production de l'architecture et les conditions dans lesquelles il est fait usage de la maison. On en conviendra, les contraintes ne sont assurément pas les mêmes dans les deux cas et leur approche réclame des méthodes différentes.

7En second lieu, cette recherche des contraintes a pu conduire à un certain fonctionnalisme, les conditions surdéterminantes étant en outre « naturellement » trouvées, en milieu paysan, dans les activités agraires. Ainsi a-t-on systématiquement rapproché les formes architecturales des activités productives et, selon le degré recherché dans la précision, des techniques de production. La notion de « maison-outil », chère à Demangeon4 pour caractériser l'architecture paysanne, pourrait de ce fait n'avoir disparu que du vocabulaire des ethnologues et occuper toujours une position fondamentale dans leurs analyses. On prendra la mesure de l'importance accordée à cette détermination particulière de l'architecture, en considérant la terminologie généralement utilisée pour distinguer les types de maisons, que l'on sait fondée sur la référence quasi exclusive à l'activité agraire dominante.

8Chacun reconnaît pourtant que c'est la double fonction — habitat de la famille, abri des activités de production et des produits — qui caractérise le plus fondamentalement la maison paysanne, qui la distingue sans doute le plus radicalement des autres formes d'habitat. Loin donc de reconnaître un « primat de l'habitat »5 face au primat de la maison-outil, il convient d'accorder la même attention à la première qu'à la seconde de ces fonctions, et surtout de mesurer leur importance relative dans l'usage qui est fait de la maison. Dans chaque domaine régional, une part importante des choix architecturaux opérés par les bâtisseurs, des formes de la maison ou même du statut qui lui est conféré, pourraient relever de cette relation qui a été installée entre les deux fonctions.

La maison de village en Languedoc méditerranéen

9Le cas du Languedoc méditerranéen, et plus précisément celui de la grande plaine qui borde le bassin, peut être instructif à cet égard. La maison paysanne adopte ici, il est vrai, une configuration particulière, ne serait-ce que parce qu'elle se trouve toujours située, à de rares et évidentes exceptions près, dans des villages denses, dont les caractères « urbains » ont été maintes fois relevés6. Elle est en outre l'objet d'une élaboration architecturale relativement simple : le premier niveau contient un local d'exploitation multifonctionnel, le second les pièces d'habitation, le troisième un grenier-débarras. Sa faible spécialisation économique, le rôle social particulier que lui confère son mode d'utilisation, distinguent en effet sous certains aspects cette maison de la plupart des autres maisons paysannes.

10Le premier trait qui pourrait dénoter une valorisation originale de la fonction d'habitation doit être relevé dans la terminologie vernaculaire. Pour les Languedociens de la plaine méditerranéenne, en effet, c'est la résidence d'une cellule familiale qui définit la maison (l'ostal), et non l'unité d'exploitation agricole. Le risque d'énoncer ainsi une évidence serait grand, sauf à insister sur le fait qu'il n'existe pas, dans le domaine de l'habitat groupé de la plaine tout au moins, d'équivalent dialectal pour le terme générique de « ferme » (boria, borda, en languedocien, qui répond au même usage mais signifie métairie) qui, dans le langage courant, permet de distinguer une exploitation agricole, une maison paysanne, d'une simple maison d'habitation. Les désignatifs mas, ou campanha (boria n'étant employé que dans la bordure montagneuse de la plaine) renvoient ici à des catégories précises et minoritaires d'exploitations, que leur situation isolée, leur importance économique et, de façon accessoire, leur spécialisation dans une production, différencient très nettement des autres maisons. Le terme ostal désigne donc, au village, tout bâtiment contenant une habitation, que celle-ci abrite la famille d'un notaire ou celle d'un paysan. Si les fonctions d'une exploitation sont dissociées et occupent des bâtiments séparés, chacun d'eux se voit désigné par son affectation principale (lo magasi, lo palhier, la jaça, etc.) et seule la construction qui est effectivement habitée porte le titre d'ostal. De même, dans les grands domaines isolés où peuvent être rassemblées plusieurs familles, l'unité d'exploitation n'est pas retenue pour caractériser un ostal : il y a dans ce cas l'ostal du propriétaire, l'ostal du régisseur, l'ostal du ramonet (maître-valet), etc., qui composent ensemble, avec les bâtiments d'exploitation, un mas, une campanha...

La fonction agraire

11Il faut cependant relever, pour rendre compte de cette apparente valorisation de la fonction domestique, que la maison paysanne du village languedocien est particulièrement remarquable par la faible spécialisation économique dont elle est l'objet. Un premier indice historique nous est fourni à cet égard par une notation de A. Young. Séjournant en Languedoc, le célèbre observateur des campagnes françaises au xviiie siècle remarque, en examinant le dépiquage du blé effectué immédiatement après la moisson, sur une aire située en bordure du village, tout l'intérêt de « cette méthode qui dispense entièrement d'avoir des granges7 ». Sans doute l'observation était-elle facile pour celui qui, venant du nord de la France, ne pouvait qu'être frappé par l'absence de ces grands volumes de grange qui, ailleurs, étaient nécessaires au stockage des céréales en gerbes et au battage au fléau. Cette remarque force néanmoins la constatation de l'un des caractères majeurs des techniques de production agricole et pastorale dans ce domaine régional, dont toutes les opérations semblent orientées de telle manière qu'elles déterminent une utilisation minimale des structures bâties.

12L'exemple de la céréaliculture est sans doute des plus significatifs. Mais l'élevage ovin, qui se fondait sur l'utilisation de bergeries isolées ou de parcs mobiles installés sur la garrigue, la culture des olives, les diverses autres petites productions, n'engageaient pas plus l'utilisation de la maison. De même, l'usage intensif de « maisons des champs », les masets, ou d'abris dans la garrigue, les cabanos, caselas et autres capitelas, renvoyait encore certaines activités à l'extérieur du bâtiment qui forme le siège de l'exploitation. Au demeurant, l'espace réservé dans la maison aux activités agraires était si peu spécialisé qu'il était — et reste encore — nommé lo magasi, le magasin. Ainsi désigné par référence à la seule fonction de stockage, il abritait les outils, les réserves alimentaires fraîches, même s'il pouvait recevoir le cas échéant le mulet et quelques ovins ou caprins. Du moins en était-il ainsi dans le cadre de l'ancienne économie rurale.

13Le développement de la culture de la vigne marque dans cette région, tout au long du xixe siècle, un phénomène d'une exceptionnelle ampleur8. On aurait pu légitimement en attendre des bouleversements profonds dans la structure des maisons, ou du moins dans celle des locaux affectés à la production vinicole. Tel n'a pas été le cas. Les magasis vont être à peine transformés, agrandis sans doute autant qu'il était possible, enfin transférés dans des bâtiments spécifiques, chez les moyens propriétaires du village. Dans ce dernier cas, ne seront remis en cause, ni leur plan extrêmement simple (auquel on a pu toutefois rajouter un étage), ni leur ancienne dénomination. C'est encore une particularité de la viticulture languedocienne que de n'avoir pas séparé, pour la production du vin, les activités de fermentation et de pressage (qui fondent le rôle de la cuverie, dans presque tous les autres vignobles), de celle de la conservation (la cave ou le cellier). On ne saurait mieux démontrer un refus de spécialiser les locaux, ou plutôt de concevoir une architecture respectant strictement les finalités de la production. D'autres éléments permettraient sans doute de montrer que, pour le vigneron languedocien, l'architecture des bâtiments vinicoles n'est pas un élément déterminant des techniques de vinification9.

14Mais le phénomène le plus curieux à cet égard est constitué par la naissance et le développement du mouvement coopératif. Il ne peut certes être question de réduire ce vaste mouvement social à de seules considérations architecturales, mais du moins doit-on noter que l'adhésion des vignerons fut d'autant plus facile que les locaux dont ils disposaient étaient assez peu adaptés à leurs fonctions, ou que les vignerons eux-mêmes pouvaient être pressés d'extraire de la maison une activité de production. Quoi qu'il en soit, on est incité à reprendre, aujourd'hui, la formule d'A. Young relative à la céréaliculture et aux granges, pour l'appliquer à ces techniques de vinification « qui dispensent entièrement d'avoir des celliers ou des caves ». Ainsi la maison paysanne du village, faiblement spécialisée dans le cadre de l'ancienne économie, n'aura été véritablement investie, et à peine transformée, pour une utilisation agraire, que durant quelques décennies. Elle n'abrite plus, aujourd'hui comme naguère, qu'un logement pour la famille ; l'unique local d'exploitation a retrouvé son rôle multi-fonctionnel de magasin, que complète désormais celui de garage pour le tracteur et le véhicule automobile.

La famille et le statut de la maison

15La question peut dès lors être posée de savoir si cette relative faiblesse de la fonction économique traduit bien une valorisation de la fonction domestique, et si le rapport qu'entretiennent les deux fonctions confère un statut particulier à la maison. Il est d'autant plus facile de l'imaginer que ce domaine régional est bordé de part et d'autre par la montagne pyrénéenne et les hautes terres du Massif Central, territoires pour lesquels ont été mises en évidence les relations originales qui lient la famille et la maison qu'elle occupe10. La comparaison se révèle difficile, et cependant riche d'enseignements.

16Sur ces terroirs montagneux, la maison-domus, ou maison-lignée, tient son caractère majeur d'un système successoral fondé sur la stricte application du régime préciputaire. Ce mode de reproduction de la famille — la famille-souche — a en effet conféré à la propriété, et à la propriété bâtie tout particulièrement, un rôle déterminant pour le maintien du lignage et la sauvegarde de l'intégrité du « bien » familial. Une codification très élaborée — qui a pu, en certains lieux, se maintenir bien après la promulgation du Code civil11 — permettait au père de conserver aussi longtemps qu'il le souhaitait une autorité pleine et entière sur la maisonnée, et de transférer le moment venu à l'héritier choisi (le plus souvent le fils aîné) à la fois la propriété et l'autorité nécessaire pour assurer sa conduite et sa perpétuation.

17Dans un tel contexte, le rôle dévolu à la maison est essentiel : la famille s'identifie à la maison, la maisonnée aux bâtiments. L'impossible division de l'ensemble que forment la famille et sa propriété forge une identité collective portée par la maison (que traduit bien la formule « être de la maison », « esser de l'ostal »), jusqu'à la confondre avec une personnalité morale, au sens juridique de l'expression, jusqu'à lui faire porter, en certains lieux, le nom de la lignée. On remarquera en outre que, dans tous ces pays de montagne, les bâtiments qui composent la maison forment un ensemble autonome et précisément défini, par ses limites matérielles, une masse de pierre peu susceptible d'être divisée, sauf au prix de remaniements importants.

18On estime généralement que le mode de succession de type préciputaire était appliqué sur l'ensemble du Languedoc, comme sur la large part du Midi de la France12 ; il semble avoir pourtant souffert de notables exceptions, dans les villages de la plaine méditerranéenne tout au moins.

La « flexibilité » de la maison de village

19S'il désigne ici prioritairement le cadre domestique, l'ostal n'est pas chargé pour autant de cette fonction identitaire pour l'ensemble du groupe domestique, ni de ces valeurs que confère la perpétuation de la lignée en un même lieu. L'examen des structures actuelles du bâti villageois permet déjà une première appréhension de cette différence. Il est en effet difficile de considérer la maison du village comme une unité d'espace bien définie, tant ses limites sont fluctuantes. Le caractère évolutif de l'architecture de la maison paysanne, bien souvent considéré comme un des éléments de la définition de l'architecture populaire, est ici exacerbé à l'extrême. Cette évolution a marqué à tel point toutes les composantes architecturales des bâtiments (murs, toits, cloisons, baies, etc.), qu'il conviendrait plutôt de les considérer comme des éléments « flexibles », susceptibles de se plier à toutes les reprises nécessaires pour répondre à de nouvelles exigences. L'aspect enchevêtré que dénote aujourd'hui le simple examen des toits ou des façades postérieures des édifices (les façades principales ayant été plus ou moins corrigées pour présenter un semblant d'unité et de continuité), témoigne de la présence de multiples strates de transformations : adaptations de formes anciennes pour des besoins nouveaux, reconstructions partielles, surélévations, divisions des espaces, etc.

20Peu propice à la définition d'unités spatiales évidentes, cette configuration de la maison de village résulte notamment d'une adaptation incessante des formes construites aux variations de la taille des groupes domestiques et, à l'évidence, d'un mode de succession assez différent de celui qui caractérise la famille-souche. La répartition complexe de la propriété dans les édifices, les servitudes qui subsistent encore aujourd'hui, les modifications repérables dans la structure interne des bâtiments (cloisonnements ou décloisonnements, percements ou fermetures de portes, double accès, etc.) donnent à penser que la maison a été maintes fois divisée, puis rassemblée pour former une nouvelle unité, puis divisée encore... On imagine mal quelle autre finalité que le partage après succession, ou le rassemblement après acquisition, aurait pu être poursuivie par de tels remaniements de l'espace intérieur.

21Parmi les rares études concernant cet aspect des sociétés rurales pour les périodes immédiatement antérieures à la promulgation du Code civil, celle de E. Jourdan sur les villages situés entre Nîmes et Montpellier au xviiie siècle13, livre des exemples significatifs de successions. A l'évidence, elles sont toutes réalisées par partage égalitaire et leurs conséquences sur le bâti peuvent être assez précisément évaluées. Dans les actes consultés par cet auteur, la répartition des pièces (ou des parties de pièces) par héritier est précisément consignée, comme le sont les nouvelles servitudes et les aménagements à réaliser pour que chacun puisse jouir pleinement de son bien.

22Des indices confortant cette conception de la maison pourraient être empruntés à la Provence voisine, cette autre région méditerranéenne dans laquelle les formes de l'habitat groupé sont comparables à celles de la plaine languedocienne. Dans les rares données disponibles sur l'histoire récente de l'habitat rural, le cas du village médiéval de Rougiers est exemplaire : les archéologues ont révélé en effet de profonds réaménagements de l'espace construit, permettant de réaliser, au début du xve siècle, trente unités d'habitation dans les mêmes bâtiments qui en contenaient dix-huit, au début du xiiie siècle14. De même à Saint-André, village de Haute-Provence, où A. Collomp a repéré dans ses moindres détails le comportement des villageois restructurant leurs maisons, parfois d'une génération à l'autre au cours des xviie et xviiie siècles, pour répondre à la variation de la taille du groupe familial ou pour résoudre encore des successions15.

23On peut donc raisonnablement estimer que la famille nucléaire est fixée de longue date dans les maisons des villages de la plaine. Composée du couple et de ses enfants non mariés, cette cellule ne semble devoir s'élargir que pour recueillir un des parents (de l'homme ou de la femme, indifféremment) resté veuf et déjà d'un âge avancé. Chaque enfant se mariant quitte le domicile de la famille pour fonder un nouveau foyer. Au moment de la succession, le partage égalitaire permet à chaque héritier soit de composer une petite propriété, soit de retrouver l'intégralité de la propriété du père en dédommageant ses cohéritiers. L'étroitesse de certaines parcelles en culture, comme l'exiguïté de certaines propriétés bâties, montre qu'un tel accord fut souvent difficile à trouver, dans ces terroirs où les richesses attendues de la vigne ont depuis longtemps incité les jeunes à rester au village et à revendiquer le statut de propriétaire, fût-ce de quelques arpents. Un dernier trait pourrait être appelé pour confirmer la prédominance de ce mode de succession : c'est la propension des couples à limiter le nombre des naissances. Ce malthusianisme, relevé par les historiens du Languedoc dès le xviiie siècle, intervient à un moment où l'économie de la région est en forte croissance et ne peut avoir d'autre objectif que de limiter au maximum la division des patrimoines, devenue excessive et dangereuse pour l'équilibre économique des petites et moyennes propriétés. Enfin, s'il favorise la division et le remaniement des maisons, ce mode de succession a aussi pour conséquence d'accentuer la mobilité des propriétés. De fait, dans le village, les maisons ou parties de maisons peuvent être mises en vente, ce qui n'est le cas que très exceptionnellement dans les pays de montagne voisins.

24La maison de village apparaît donc comme un bien « flexible », divisible, éventuellement aliénable. Sa possession par une famille ne lui confère aucun rôle particulier, ni pour la cohésion du groupe domestique, ni pour la perpétuation de la lignée. Ainsi est-on loin, semble-t-il, du statut reconnu à la maison dans les sociétés à famille-souche. On conviendra qu'un tel constat n'est pas sans remettre en cause une certaine conception de l'architecture paysanne, dont l'exercice pourrait n'avoir jamais consisté, en certains lieux, qu'en un simple réaménagement de structures déjà existantes.

La fonction et l'usage

25Ni maison-outil ni maison-famille au sens fort qui lui est donné dans les communautés pyrénéennes, la maison du village de la plaine s'avère être dotée d'un statut pour le moins ambigu. Aussi ne doit-on pas s'étonner du fait que les fonctions essentielles s'interpénètrent dans l'espace de la maison. Le magasi, ce local multifonctionnel du premier niveau, est aussi dans la plupart des cas un lieu de passage obligé pour atteindre l'étage d'habitation. Le seuil de l'intimité familiale est repoussé à l'intérieur, au sommet de l'escalier. Est ainsi défini un espace intermédiaire, certes privé, mais susceptible d'être visité sans pour autant engager une démarche sociale particulière. En fait, l'homme affairé dans ce local maintient le plus souvent ouverte la porte à deux vantaux et étend largement son activité sur l'espace public en bordure de la façade.

26Un tel mode d'accès à l'étage habité semble assez rare hors du village de la plaine. Il ne se retrouve que dans la montagne audoise (Corbières, Pays de Sault), où le local du premier niveau est désigné de façon explicite par sa fonction de passage (pasada), quand il abrite aussi les fonctions agraires. Partout ailleurs, dans les montagnes qui entourent la plaine, les fonctions sont nettement séparées et, lorsqu'elles sont superposées — ce qui est le cas le plus fréquent —, c'est un escalier extérieur, prolongé par un perron, qui dessert l'étage habité. Aussi doit-on considérer que ce mode d'accès à l'habitation constitue une variable architecturale majeure, qui permet de distinguer avec précision des types de maison. Il témoigne en tout cas à la fois d'un rapport différent entretenu entre la fonction domestique et la fonction productive, et d'un état tout aussi différent de la relation de l'espace domestique avec l'espace extérieur.

27Sans doute doit-on en effet, au terme de ce regard porté sur les fonctions de la maison paysanne de la plaine languedocienne, revenir sur la nécessité d'un examen conjoint de la maison et de l'espace habité dans son entier, de l'architecture et de l'organisation de l'espace. A l'évidence, le statut en apparence « fragile » de la maison ne peut se comprendre que par l'usage qui est fait de l'espace extérieur au sein du village, et de la nature des relations sociales qui s'y nouent. Ce vaste domaine, sans doute difficile à appréhender tant il fait intervenir des données de nature différente — qu'elles relèvent de ce qu'il faut bien nommer l'« urbanisme » du village, ou de l'organisation sociale et de la sociabilité propres aux communautés villageoises du Languedoc — reste pour la plus large part en friche.

Haut de page

Notes

1On retiendra entre autres les propositions émises par G. Calvet, « La maison témoin majeur mais ambigu des sociétés rurales », in D. Fabre et J. Lacroix, 1975, Communautés du sud, Paris, UGE, tome 1, pp. 120-150.
2Pour ne citer que les recherches conduites sur les domaines provençal et languedocien : H. Balfet et al., Pratiques et représentations de l'espace dans les communautés méditerranéennes, 1976, Paris, Ed. du CNRS, 155 p ; et H. Balfet, C. Bromberger, « Dimensions de l'espace et formes d'entraide : le quartier cévenol », in J. Poirier et F. Raveau (éd.), L'autre et l'ailleurs, hommage à Roger Bastide, 1976, Paris, Berger-Levrault, pp. 117-136.
3Sur les frérèches, voir E. Le Roy Ladurie, Les paysans du Languedoc, 1966, Paris, SEVPEN, p. 162 et sq. ; sur les communautés de la Montagne Noire, F. Pariset, Economie rurale, industrie, mœurs et usages de la Montagne Noire, 1882, Paris, Tremblay, (reprint Carcassonne, Garae, 1984, pp. 164-186).
4A. Demangeon, Géographie économique et humaine de la France, 1956, Paris, A. Colin, chap. « L'habitat rural » : ou A. D., « L'habitation rurale en France. Essai de classification des principaux types », in Annales de Géographie, XXIX, 1920, pp. 352-375.
5Expression avancée par G. Calvet, op. cit., p. 127.
6Pour un plus ample développement sur ce thème, voir J. Guibal, Habitat paysan, architecture et société en Languedoc méditerranéen (Aude, Hérault), 1985, Thèse de l'EHESS, Paris, p. 94 et sq. : et J. Guibal, H. Raulin, Le Languedoc méditerranéen et le Roussillon, Coll. L'architecture rurale française, à paraître.
7A. Young, Voyage en France, Paris, Buisson, 1794, p. 109.
8Dans l'abondante littérature consacrée au vignoble languedocien et à son histoire, retenons : G. Galtier, Le vignoble du Languedoc méditerranéen et du Roussillon ; étude comparative d'un vignoble de masse, 1960, Montpellier, Causse, Graille et Castelnau (3 volumes) ; R. Pech, Entreprise viticole et capitalisme en Languedoc-Roussillon, du phylloxéra aux crises de mévente, 1975, Pub. de l'Université de Toulouse-Le Mirail, 495 p. ; A. Berger et F. Maurel, La viticulture et l'économie du Languedoc du xviiie siècle à nos jours, Montpellier, Ed. du Faubourg, 1980, 211 p.
9Sur les rapports de la maison avec les techniques de vinification, voir R. Dion, « Grands traits d'une géographie viticole de la France », in Revue d'histoire de la philosophie et d'histoire générale de la civilisation, Paris, 1944, pp. 5-67 ; Ch. Parain, « La maison vigneronne en France », in Outils, ethnies et développement historique, 1979, Paris, Editions sociales, pp. 135-195 ; et J. Guibal, op. cit., pp. 201-215.
10Voir notamment : G. Augustins, « Maison et société dans les Baronnies au xixe siècle », in I. Chiva et J. Goy (éd.), Les Baronnies des Pyrénées, 1981, Paris, Ed. de l'EHESS, tome 1, pp. 21-122 ; L. Assier-Andrieu, « Nature, persistance et dépérissement de la coutume domestique ; la fonction successorale en Capcit et Cerdagne », in Etudes rurales, n° 84, 1981, pp. 7-29 ; E. Claverie et P. Lamaison, L'impossible mariage. Violence et parenté en Gévaudan, xviie, xviiie, xixe siècles, 1982, Paris, Hachette, 54, 59 et sq.
11L. Assier-Andrieu, op. cit., p. 12 et sq.
12M. Segalen, Sociologie de la famille, Paris, A. Colin, 1981, pp. 20-22 ; J.-L. Flandrin, Familles : parenté, maison, sexualité dans l'ancienne société, Paris, Hachette, 1976, pp. 54 et 59 ; Y. Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc, 1715-1780, 1974, Paris, Plon, pp. 208-211.
13E. Jourdan, La côte calcaire du Languedoc entre Nîmes et Vidourle, 1942, Montpellier, Publ. de la Société languedocienne de Géographie, pp. 83-85.
14G. Demians d'Archimbaud. Les fouilles de Rougiers, 1980, Paris, Ed. du CNRS, p. 243.
15A. Collomp, « Maison, manières d'habiter et famille en Haute-Provence, aux xviie et xviiie siècles », 1978, in Ethnologie française, n° 4, pp. 301-320.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guibal J., 1987, « Habiter la maison paysanne. La fonction domestique et l’architecture en Languedoc méditerranéen », Terrain, n° 9, pp. 72-81.

Référence électronique

Jean Guibal, « Habiter la maison paysanne », Terrain [En ligne], 9 | octobre 1987, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 25 juin 2017. URL : http://terrain.revues.org/3187 ; DOI : 10.4000/terrain.3187

Haut de page

Auteur

Jean Guibal

Musée dauphinois, Grenoble

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org