Navigation – Plan du site
Miroirs du colonialisme

Miroirs du colonialisme

Gérard Lenclud
p. 5-8

Entrées d’index

Thème :

colonialisme
Haut de page

Texte intégral

1C'est bien à la France, et plus généralement à l'Europe, occidentale du moins, qu'est consacré ce volume de Terrain dont les articles emmènent, pourtant, le lecteur fort loin de notre extrémité de continent, en Afrique saharienne et de l'Ouest, à Madagascar, en Mélanésie. On s'en expliquera aisément : chaque homme, d'ici ou de là, est fils de ses œuvres, fussent-elles celles de son père. Tous les citoyens d'Europe occidentale sont de ce fait, d'une manière ou d'une autre, les héritiers de l'œuvre coloniale qui s'exerça de l'autre côté des océans. Que nous l'ayons aujourd'hui le plus souvent répudiée, cette œuvre ne change rien à l'affaire. Elle fait partie de notre patrimoine.

2L'auteur d'un ouvrage quelque peu étrillé dans ce numéro, Octave Mannoni, le dit à sa façon : « Le fantôme de l'ancien colonisé hante, sans qu'ils s'en doutent, les rapports entre les Blancs qui n'ont jamais quitté l'Europe » (Mannoni 1969). Sans qu'ils s'en doutent, vraiment ? L'Europe colonisa autrui ; de cette entreprise au long cours elle porte encore les marques, fort manifestes dans ses réflexes de culture. Mentalité coloniale n'est pas une vaine expression ! Notre passé d'outre-mer colle à notre présent, à supposer encore qu'il soit vraiment du passé. Demandez aux Kanaks ! C'est, par conséquent, se questionner soi-même en tant qu'Européen qu'interroger le colonialisme.

3Ce volume de Terrain fait donc retour sur la colonisation : nous-mêmes, là-bas, chez les autres. Il n'est guère besoin de rappeler qu'existe sur le sujet une immense littérature. Quand elle n'épouse pas les contours du roman d'aventures ou de l'écriture édifiante, elle procède généralement d'une intention fort justifiée : celle de régler des comptes, les comptes de nos aînés en tout cas. Dans un article qui remonte à dix ans, l'un des contributeurs de ce numéro, Jean-Claude Muller, remarquait que ce règlement de comptes a ceci de particulier qu'il tend à s'opérer en famille. « Dans un discours général anticolonialiste, écrivait-il, on ne demande jamais aux victimes ce qu'elles en pensent ou ce qu'elles en ont pensé » (Muller 1986). Il s'agit là, une fois de plus, d'européocentrisme, sur fond, ce coup-ci, de mauvaise conscience. Nous, et nous seuls, serions les auteurs de l'histoire coloniale. Page après page, chapitre après chapitre, nous l'aurions accomplie. Aux colonisés, il serait arrivé cette histoire. Elle leur serait tombée dessus tout au long de son déroulement. Les colonisés se seraient contentés d'y figurer à leur place, en aucune façon des sujets, c'est-à-dire des acteurs de leur existence historique, fût-ce pour subir un choix fait par d'autres. Leur sort, ils l'auraient enduré, partout de la même manière, sans jamais l'infléchir ni peser sur leur destin, spectateurs de leur infortune, témoins de leur exploitation, jusqu'au jour de l'indépendance octroyée. C'est se donner derechef le beau rôle, quand bien même ce rôle est-il celui de méchant. L'Europe aurait occupé dans son entier l'avant-scène coloniale. Voilà pourquoi retracer l'histoire de la colonisation, du moins jusqu'à la veille de l'indépendance, revient d'habitude à se pencher sur l'histoire des colonisateurs. Celle des colonisés irait sans dire ; nous l'écrivons à leur place. Si cette histoire est différente selon les lieux, ce serait seulement à cause des colonisateurs, auteurs exclusifs de la rencontre coloniale. En somme, la rencontre parce qu'inégale aurait été à sens unique ; de cette rencontre, les colonisés ne pourraient rien nous apprendre que nous ne sachions déjà.

4Ce volume de Terrain associe deux projets : présenter un portrait de nous-mêmes au travers d'un épisode crucial du proche passé européen, abandonner (en partie) à d'autres que nous-mêmes le soin de confectionner ce portrait, en l'occurrence à ceux que nous avons colonisés ou à leurs descendants directs. Bref ce numéro cherche à éclaircir un peu ce qu'eux, les colonisés, pensaient de nous, les colonisateurs, grâce à quelques exemples tirés de la diversité des situations coloniales. Après tout, pour savoir qui l'on est, il est utile de solliciter le regard des autres ; c'est une façon de décoloniser le nôtre propre. Or sans qu'à l'époque l'immense majorité des Européens présents dans l'outre-mer aient l'idée de s'en aviser, comme incapables d'imaginer qu'on les examinait et qu'on portait des jugements sur eux, les colonisés leur tendaient un miroir dans lequel s'observer. Avec quelque retard sur l'occasion (manquée), scrutons les traits, forcément singularisés, qui se réfléchissent dans ce miroir. Ils ne sont pas tout à fait fidèles à l'image que nous nous en faisons. C'est l'occasion de dissiper quelques malentendus sur nous-mêmes, dans un sens ou dans un autre. Les colonisés nous ont-ils vus comme nous nous voyons nous-mêmes ? Et de quel œil, au juste ?

5Hélas, il est assez bien connu qu'on ne saurait jamais se mettre derrière les yeux d'un autre homme. Pour découvrir ce qu'il voit, il faut qu'il le dise ou bien l'écrive. Il convient donc de le lui demander et d'interpréter sa réponse, qui est elle-même une interprétation puisque les mots qui disent les choses vues sont d'une autre texture que les images visuelles. C'est pourquoi, s'agissant de savoir comment certains colonisés ont vu certains colonisateurs, l'œil des premiers s'exprime largement par la bouche et la plume des anthropologues. Ceux-ci, s'efforçant de reconstituer le produit du regard « indigène », ont fait les questions et interprété – ou traduit, c'est tout comme – les réponses. Or l'anthropologue ne vient pas de nulle part, sa discipline a une histoire et cette histoire entretient quelques rapports avec l'histoire coloniale.

6C'est la raison pour laquelle ce volume, intitulé « Miroirs du colonialisme », ne pouvait s'abstenir de placer également l'anthropologue devant la glace. Comment observait-il la situation coloniale ? Qu'en observait-il ? Comment lui-même était-il observé par certains de ceux qu'il avait pour vocation d'observer ? Et, pour faire bonne mesure, il convenait de lui associer un futur psychanalyste, témoin (engagé) de l'entreprise coloniale, qui s'aventura à brosser un portrait fort théorique de la situation coloniale méritant bien qu'un anthropologue s'y arrête et en fasse la critique.

Haut de page

Bibliographie

Mannoni O., 1969. « The decolonization of myself », Clefs pour l'imaginaire ou l'Autre Scène, Paris, Ed. du Seuil.

Muller J.-Cl., 1986. « Notre histoire et la leur... », Études rurales, n° 103-104, juillet-décembre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lenclud G., 1997, « Miroirs du colonialisme », Terrain, n° 28, pp. 5-8.

Référence électronique

Gérard Lenclud, « Miroirs du colonialisme », Terrain [En ligne], 28 | mars 1997, mis en ligne le 25 mai 2007, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://terrain.revues.org/3162 ; DOI : 10.4000/terrain.3162

Haut de page

Auteur

Gérard Lenclud

CNRS, Laboratoire d'anthropologie sociale, Paris

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org