Navigation – Plan du site
Un corps pur

Langage de la pureté et pureté du langage

Peter Burke
p. 103-112

Entrées d’index

Thème :

langage
Haut de page

Texte intégral

1Traduit de l'anglais par Claudie Voisenat

2La métaphore de la pureté extrêmement répandue. On parle de pureté de l'âme, de pureté du sang (limpieza de sangre), de pureté des femmes. On dit purgatoire, puritanisme, hygiène raciale, blanchir de l'argent, garder les mains propres (le mani limpe) ; on dit encore la raison pure, la science pure, la recherche pure, le purisme, la pureté du langage... Je souhaiterais, dans cet article, m'exprimer avec sincérité, clarté, lucidité et netteté : bien entendu, tous ces mots ont quelque chose à voir avec la pureté.

3Nous utilisons si fréquemment, de manière consciente ou non, et en tant d'époques et de lieux différents, cette métaphore de la pureté que les lecteurs sont en droit de se demander si les historiens ou les anthropologues, avec leur intérêt bien connu pour la spécificité des cultures, ont vraiment quelque chose de nouveau à dire sur ce sujet. Répondre positivement à cette question est un des buts de cet article.

De l'application des métaphores

4Extrêmement présente dans le langage, cette métaphore de la pureté est également très fréquemment mise en œuvre dans la vie courante. Ainsi, le système des castes est une représentation quotidienne de la distinction entre pureté et impureté. Il en est de même de rituels tels que le baptême, l'exorcisme ou la « purification » des femmes après l'accouchement. La cérémonie du bain royal à Madagascar (Bloch 1987) ou, plus proches de nous, celles de l'Ordre britannique du bain remplissent les mêmes fonctions. On disait, dans la Russie du xviie siècle, que le tsar Alexis se lavait après chaque rencontre avec des Occidentaux. Quant à l'habitude australienne d'arroser les avions qui viennent d'atterrir, si elle est officiellement justifiée par des raisons d'hygiène, elle n'en est pas moins un symbole parfaitement révélateur d'une anxiété vis-à-vis de la pureté de la « forteresse australienne ». Les « purges » médicales étaient une autre de forme de purification, imposées pour des raisons de santé. Quant aux purges politiques, elles utilisent la même métaphore et cela apparemment, au moins en Angleterre, depuis la Pride's Purge de la Chambre des communes au milieu du xviie siècle. Pour Aristote, le théâtre était une katharsis, c'est-à-dire une forme de purification psychologique. On expurge les livres, et, de nos jours, l'expression « purification ethnique » et ses applications dramatiques sont malheureusement trop bien connues. Pourtant, il ne s'agit là que de l'une des nombreuses campagnes pour la pureté, issues de mouvements religieux ou séculiers, qui se sont succédé dans ce siècle ou ceux qui l'ont précédé.

5Il est possible, en dépit d'évidents problèmes de traduction, que cette métaphore soit universelle, cependant, en tant qu'historien, je m'intéresse surtout aux variations et aux changements qui ont affecté son utilisation au cours du temps. On peut tout d'abord constater que, selon les sociétés ou les groupes qui les composent, on considère comme purs ou impurs des personnes, des pratiques ou des objets différents. D'autre part, il est très vraisemblable que l'importance accordée à la pureté et l'influence des « puristes », c'est-à-dire des chefs de file de ces mouvements, aient varié dans le temps. C'est de ces transformations qu'il sera ici question, tout particulièrement en ce qui concerne la pureté du langage.

La pureté du langage

6On a souvent jugé certaines formes de langage plus ou moins pures que d'autres. Cette pureté pouvait être relative au vocabulaire, à la syntaxe ou à la prononciation. La langue pure pouvait être celle des classes supérieures de la société ou encore celle des autochtones opposés aux immigrants de fraîche date. Une telle attitude remonte au moins à la période hellénistique, où Hérode le Grammairien parle des réformateurs comme de « puristes » (hoi kathareuontes). En Europe, elle intervient de façon récurrente du xve siècle à nos jours, les linguistes ayant plus particulièrement étudié ses développements aux xixe et xxe siècles (Jernudd et Shapiro 1989 ; Thomas 1991). Un certain nombre de questions restent cependant en suspens : pourquoi certaines périodes historiques sont-elles le cadre de préoccupations pour la pureté linguistique ? Ces préoccupations sont-elles liées, et jusqu'à quel point, à des facteurs extra-linguistiques ? Pour tenter d'y répondre, je voudrais d'abord proposer une série d'exemples plus ou moins détaillés.

Pureté et nationalisme

7L'Europe des xixe et xxe siècles a connu de nombreux mouvements de purification linguistique. Ainsi, en Italie, au xixe siècle, le grand romancier Alessandro Manzoni, originaire de Milan, décidait de venir à Florence pour débarrasser son style de toute trace de dialecte lombard ou, comme il le disait lui-même, pour « nettoyer ses vêtements dans l'Arno » (risciacquare i ponni in Arno). En France, en 1964, Etiemble dénonçait le franglais, tandis qu'en 1966 de Gaulle mettait en place un Comité de défense de la langue française. On trouve bien d'autres exemples de telles initiatives en Allemagne, en Angleterre ou en Grèce.

8Dans l'Allemagne du xixe siècle, juste après l'unification, on voit apparaître un mouvement visant à purifier la langue des mots étrangers, et tout particulièrement des termes français et anglais. Ce courant prône également le retour à l'écriture gothique, autre symbole de l'identité nationale. Il donnera naissance en 1885 à une société, l'Allgemein Deutsche Sprachverein, et à une revue, Muttersprache. Les années 30 voient l'apogée de cette société et de la Fremdwortjagd, la chasse aux mots étrangers, que l'on va systématiquement tenter de remplacer. Ainsi Universität devient Althochschule, Student se transforme en Hochschüler, tandis que Rationalismus se dit Vernunftum. On pourrait multiplier les exemples. Les nazis commencèrent par soutenir le mouvement avant de mettre officiellement fin à la chasse en 1940, les puristes ayant eu le mauvais goût de critiquer les discours de Hitler (Polenz 1967 ; Kirkness 1975).

9A la même époque, en Angleterre, dont on connaît bien la traditionnelle résistance aux académismes linguistiques, un mouvement similaire voit le jour. Il ne devait cependant rencontrer qu'un très faible succès. William Barnes (1801-1886), poète composant en dialecte du Dorset, plus connu pour être un ami de Thomas Hardy, était également un défenseur enthousiaste de la langue anglo-saxonne et de ses racines « teutonnes » qu'il voulait libérer de son abâtardissement progressif par le grec et le latin. Il se donnait donc pour règle de n'utiliser que des termes d'origine germanique. Il définissait son ouvrage de rhétorique, Outline of English Speechcraft (1878), comme une tentative (il avait évité le mot essay, d'origine française, pour privilégier trial) de soutien (là encore upholding est préféré à support) de « notre belle vieille langue anglo-saxonne ». Pour Barnes, l'anglais n'a nul besoin d'emprunter aux autres langues. Si son vocabulaire doit être enrichi, il est toujours possible de le faire en créant des mots composés à partir de termes autochtones. Il en donne d'ailleurs un exemple en employant le mot word-stock à la place de vocabulary. Je qualifierais volontiers William Barnes de « puriste » si le terme n'était pas d'origine latine. Il est donc peut-être plus approprié de le décrire comme le « nettoyeur » (cleanser) de la langue anglaise (Jacobs 1952).

10Un mouvement identique, nommé Katharevousa, s'est également développé en Grèce. Il s'agissait là encore de restaurer la pureté originelle de la langue, mais cette fois en chassant les mots d'origine turque et en réintroduisant des éléments du grec classique. Ainsi, le réformateur Adamantios Korais dénonçait « l'emprunt aux étrangers de mots et d'expressions tout à fait exprimables dans notre propre langue ». A la place des termes d'origine étrangère, les réformateurs proposent donc d'utiliser des mots savants, archaïques ou pseudo-archaïques, et la pomme de terre, traditionnellement appelée patata, devint donc par la vertu du grec ancien gêomêlon. Le nouvel Etat grec, fondé en 1830, adopta résolument le point de vue des puristes et ce n'est qu'à la fin du xixe siècle qu'une campagne que l'on pourrait qualifier d'antipuriste commença à défendre un retour à la langue populaire (Demotike). En 1917, le système scolaire qui appliquait jusqu'alors les règles des puristes passe aux mains du courant favorable au grec populaire. Depuis, le purisme fut réintroduit par les gouvernements de droite en 1921-1923, 1935-1936 et 1967-1974, tandis que la gauche se faisait le champion de la langue du peuple. Depuis 1976, le grec commun est devenu la langue officielle, ainsi que celle du système scolaire, mais la langue des puristes continue de se perpétuer dans certains secteurs comme l'armée et le droit (Rotolo 1965 ; Browning 1969 et 1982 ; Herzfeld 1982 ; Jeffreys 1983 ; Frangoudaki 1992).

Les puretés prénationalistes

11Au-delà de ces exemples empruntés aux xixe et xxe siècles, je voudrais surtout, dans cet article, souligner que des mouvements de purification linguistique ont vu le jour bien avant 1800. Il serait donc inadéquat de se contenter d'interpréter ou d'expliquer ces tendances en termes de « nationalisme » au sens moderne du terme. Déjà, les humanistes de la Renaissance, tels Pietro Bembo et Johannes Reuchlin, reprochaient au latin médiéval d'être non seulement « barbare » mais aussi « impur ». Ils opposaient cette « latinité polluée » (inquinita latinitas) à la classique « pureté de la langue romaine » (Romanae linguae candor). Pour certains d'entre eux, dont Bembo, le latin pur est celui de Cicéron, leur modèle dans l'art du discours comme de l'écriture. C'est à eux que s'attaquait Erasme dans son célèbre dialogue Ciceronianus (1528).

12Les humanistes introduisirent de nombreux mots latins dans les langues vernaculaires, surtout en italien, en français et en anglais. Ils tentaient ainsi de valoriser les langues modernes et de les mettre à parité avec le latin. Le résultat en fut souvent une perte d'intelligibilité. Dès le début du xvie siècle, une forte réaction contre cette entreprise de latinisation se donnait à voir et à entendre. L'imprimeur français Geoffroy Tory, par exemple, se plaignait de ceux qu'il appelait les « escumeurs de latin » qui transformaient « traversons la Seine » en « transfretons la Sequane ». Rabelais développa la remarque de Tory dans un passage célèbre de Pantagruel (chap. 6). On y voit le géant si irrité par un étudiant de l'« inclyte académie de Lutèce » usant à foison de termes dérivés du latin (« nous transfretons la Sequane au dilucule et au crépuscule... ») qu'il le prend à la gorge jusqu'à ce que le jeune homme finisse par implorer sa pitié en patois du Limousin. Pourquoi donc Rabelais s'attaque-t-il ainsi, par Pantagruel interposé, au jargon des étudiants ? En fait, la vraie cible est ailleurs, c'est le purisme.

Le purisme de la Renaissance

13Pietro Bembo fut incontestablement le chef de file des puristes, tant en ce qui concerne le latin que l'italien. Son activité culmina dans les années 1520. Il recommandait de toujours utiliser le style « le plus pur, le plus net, le plus clair » (« le più pure, le più monde, le più chiare sempre »). Il conseillait aussi aux auteurs d'éviter les sujets ordinaires « vulgaires » afin de ne pas « maculer » (macchiar) leurs textes. Pour ce Vénitien, ayant passé la plus grande partie de sa vie à Rome, à la cour papale, le toscan était indubitablement le parler italien le plus pur. Il ne prenait cependant pas pour modèle le toscan parlé et écrit à son époque, mais celui du xive siècle, tel que le pratiquaient trois grands auteurs de la région : Dante, Pétrarque et Boccace. L'archaïsme est une stratégie récurrente des puristes. Le mouvement de purification de Bembo donna finalement naissance à l'Académie florentine (Academia Fiorentina), fondée au milieu du xvie siècle avec le soutien du duc de Toscane Cosme de Médicis (Bertelli 1976).

14L'exemple italien fut suivi par les humanistes de nombreux pays européens. Ainsi, à Cambridge, dans les années 1550, un professeur de grec, John Cheke, plaidait pour un anglais « propre et pur » qui ne soit « ni mélangé, ni déformé » (« unmixed and unmangled ») par d'autres langues. En conséquence, il pensait que le terme anglais approprié pour désigner la posture du Christ en croix n'était pas crucified, mais crossed. Aux Pays-Bas, Jan Van de Werve s'en prenait lui aussi à la corruption de sa langue par les mots venus de l'étranger et tout particulièrement de France et d'Italie. Il dressa une liste des mots hollandais susceptibles de remplacer avantageusement les termes importuns. En Allemagne, la réaction contre l'usage des mots étrangers fut un peu plus tardive. Elle apparut au début du xviie siècle. Quoi qu'il en soit, comme dans le cas de l'Academia Fiorentina ou plus tard de la Sprachverein, des sociétés furent créées un peu partout pour défendre la pureté des langues (Schultz 1888).

La pureté en France

15Les Français aussi, au moins certains d'entre eux, se plaignaient de voir leur langue envahie par les mots étrangers. Ainsi en est-il d'Henry Estienne, grand dénonciateur des préjudices linguistiques de son temps. Son texte le plus important de ce point de vue est Deux Dialogues du nouveau langage françois, italianizé et autrement desguisé, principalement entre les courtisans de ce temps (1578). Ces dialogues, entre Celtophile et Philosaune, prennent pour cible les « nouveautez » ou « coutisianismes », tels que « spaceger », « strade », « ragionner », « mescoler » ou encore « leggiadres », entre autres exemples de mots italiens récemment adoptés par certains auteurs français. Estienne stigmatise de tels usages qu'il qualifie de « barbarismes », « barragouinage », « langage farragineux », « jergonnage » ou encore de « jergon si sauvage / appelé courtisan langage ».

16Cette critique doit, à l'évidence, être replacée dans son contexte culturel et historique.

17Que symbolisent donc ces mots nouveaux pour Estienne et ceux qui lui ressemblent. Il faut tout d'abord rappeler qu'Estienne était calviniste et que la haine des calvinistes pour la papauté prenait parfois la forme d'une italophobie générale. En d'autres termes, Estienne était un puritain français tout autant qu'un puriste. Il est aussi un parfait exemple de la tendance « anticour » caractéristique de cette époque. La cour est en effet celle de Catherine de Médicis, le plus souvent tenue pour responsable du massacre de la Saint-Barthélemy. Estienne et les protestants français ne se contentaient pas en effet de critiquer la papauté et Machiavel, ils s'en prenaient également à Castiglione. Ils considéraient son dialogue Le Courtisan (1528), rempli de conseils sur la façon dont doivent s'exprimer les courtisans, comme un guide d'hypocrisie, de simulation et de flatterie (Burke 1995). Par ailleurs, Estienne était imprimeur, donc personnellement impliqué dans les processus de fixation et de standardisation des formes linguistiques, que l'imprimerie a largement contribué à développer.

18Enfin, Malherbe vint. On passe alors, dans la France du xviie siècle, d'un purisme de réaction à un purisme de transformation, autrement dit, d'une réaction hostile à l'accroissement des mots étrangers à une théorie du langage pur, telle que Malherbe la formula. Ayant vécu à Aix, celui-ci voulait libérer le français de ses influences méridionales ou, comme il le disait lui-même, « dégasconner » le langage. Se qualifiant de « tyran des mots », il entreprit de s'opposer aux latinismes, aux archaïsmes, aux patois et aux termes techniques, se battant ainsi sur deux fronts : contre la langue savante et contre la langue populaire. Il aurait dit, sur son lit de mort, qu'il voulait « maintenir la pureté de la langue française ». En tout cas, le critique Jean Chapelain dira de lui et de ses successeurs qu'ils « recherchent la pureté de la langue française ».

19En 1629, l'évêque Jean-Pierre Camus parlait de l'« Académie des puristes ». Il ne savait pas alors que sa métaphore allait devenir réalité. L'Académie française fut créée, sur le modèle de l'Academia Fiorentina, pour « nettoyer la langue des ordures ». Les ordures désignaient les mots mal employés, la contamination du langage cultivé par les régionalismes, les mots étrangers, les termes techniques ou les jargons. Antoine Furetière eut beau dénoncer les puristes, ni lui ni les autres opposants à ce mouvement de purification ne furent capables de l'enrayer. Le reste de l'histoire – la publication du Dictionnaire de l'Académie par exemple – est trop connu pour être développé ici. Mieux vaut s'attacher à comprendre les origines et le succès de ces campagnes pour la pureté linguistique. Les activités de l'Académie française ou de l'Academia Fiorentina n'appellent généralement aucune explication, du fait même que leur histoire a été écrite par des linguistes, se plaçant du point de vue du français ou de l'italien moderne, que le purisme de transformation de ces académies a justement permis de mettre en place. Les psychologues, les sociologues et les anthropologues pourraient bien, quant à eux, considérer que ces activités méritent une véritable analyse.

La psychologie du purisme

20Au moins deux formes d'explications, l'une interne, l'autre externe, ont été avancées pour expliquer l'émergence de ce type de mouvement. Aucune des deux n'est totalement satisfaisante.

21Tout d'abord, et exactement comme on peut expliquer les révolutions par l'existence de révolutionnaires, on peut considérer que le purisme naît de l'action de puristes luttant pour imposer leurs idées. Soulignons au passage que le terme de « puriste » a été utilisé relativement tôt en italien, français et anglais modernes, tout particulièrement, quoique non exclusivement, dans le cadre des débats sur le langage. La langue n'a pourtant été que l'un des nombreux domaines d'activité des puristes : en Espagne, les « vieux chrétiens » étaient extrêmement préoccupés par les problèmes de pureté du sang ; dans un autre registre, la Réforme fut une tentative pour purifier l'ensemble de l'Église, ou, lorsque cela fut jugé impossible, pour fonder des communautés pures, « sans tâches ni souillures », comme les anabaptistes se décrivaient eux-mêmes. Les calvinistes français considéraient en effet les églises catholiques comme des « temples... pollués d'idolâtres » (Christin 1991 : 129), tandis que Bossuet, quant à lui, décrivait les calvinistes comme « les plus purs de tous les puristes ».

22Le purisme linguistique a parfois été comparé à une religion, en partie, sans doute, à cause de la force des sentiments qui s'y attachent (Mirabel 1964). La suggestion que Bembo, Malherbe et autres puristes pourraient bien en être restés au stade anal tel que Freud l'a défini (Thomas 1991) ou représenter de parfaits exemples de ce qu'Adorno a qualifié de « personnalités autoritaires » n'est pas à écarter d'emblée, quelque difficile qu'en soit la vérification. Il est cependant facile, beaucoup trop facile, de tomber dans le langage de la pathologie et de décrire les attitudes des puristes en termes d'« obsession », de « panique morale » ou d'« hystérie ». Les puristes ne sont peut-être que des individus hypersensibles à des menaces ressenties par l'ensemble de la société. Il nous faudrait alors admettre que le purisme produit des puristes (ou la révolution des révolutionnaires) plutôt – ou en même temps – que l'inverse et passer des explications psychologiques aux explications sociales.

Le purisme de réaction

23Parmi les explications centrées sur la société, la plus évidente est celle, interne, qui considère le purisme comme une réponse à l'« invasion » d'une langue par les mots étrangers. Il serait une réaction défensive, un effet de contrecoup. Nous pouvons définir ce modèle comme étant celui du « purisme de réaction ». Ainsi, c'est dans la période hellénistique, au moment même où les interactions linguistiques et les mélanges étaient à leur plus haut niveau, que fut formulé l'idéal d'une langue grecque pure ou « atticisme » (Swain 1996). Le purisme de la Renaissance, qu'il concerne le latin (cicéronianisme) ou les langues vernaculaires, semble également se conformer à ce modèle réactif, dans la mesure où cette période de l'histoire de l'Europe vit s'accroître les phénomènes d'« hétéroglossie », tout particulièrement dans le domaine de l'imprimerie (Bakhtin 1981). Les humanistes qui écrivaient en latin se sentaient menacés par la montée en puissance des langues vernaculaires, tandis que les auteurs utilisant les langues vernaculaires se plaignaient de l'hégémonie culturelle du latin.

24En ces débuts de l'Europe moderne, les décalages dans la chronologie de l'évolution linguistique des différents pays confirment l'hypothèse d'un purisme de réaction. Les mots italiens proliféraient dans le français de l'époque d'Estienne, tout comme les mots français dans l'allemand du xviie siècle au moment de la sprachgesellschaften, ou dans l'espagnol du xviiie, situation qui donna d'ailleurs lieu à une autre campagne de purification (Mulertt 1927).

25Cette approche de l'intérieur est cependant loin d'être satisfaisante. Ainsi, elle ne permet pas de rendre compte du fait que certains défenseurs de la pureté de la langue étaient également, comme Estienne, des puristes religieux, ni que l'intérêt pour la pureté linguistique en Allemagne ait été le plus intense au moment même des poussées d'antisémitisme. En fait, ni l'explication externe, ni l'explication interne ne semblent se suffire à elles-mêmes. Voyons donc s'il est possible de combiner ces deux points de vue ou de leur trouver des points communs.

26L'énoncé d'un auteur espagnol du xviiie siècle va nous donner quelques clés. Il nous révèle en effet quelques-uns des présupposés de cette période – ou de certains groupes sociaux de cette période – sur les relations qui unissent langage et société. Évoquant le degré d'acceptabilité d'un mot nouveau, l'auteur remarque : « S'il est chaste et expressif, un ou deux auteurs classiques suffisent à prouver sa noblesse » (« Si es castiza y expressiva, dos u tres autores clásicos son testigos fidedignos para probar sua nobleza », cité dans Mulertt 1927 : 587). Le terme castiza y suggère une association entre la pureté linguistique et la pureté sexuelle, tandis que l'expression probar sua nobleza évoque les pratiques sociales de reconnaissance de l'appartenance de classe sur la base de la pureté du sang.

27Il ne s'agit là que de l'un des nombreux textes de l'époque comparant le mouvement des mots à la mobilité des hommes. Il suggère l'existence d'un préjudice causé par la « mobilité sociale des mots », ressentie, au moins par les élites, comme une menace potentielle contre l'ordre linguistique, de même que les nouveaux riches ou les immigrants récents pouvaient être considérés comme une menace pour l'ordre social. Les mots nouveaux sont donc des immigrants, littéralement déplacés et n'ayant pas leur place à la place des autres. La souillure, comme nous l'a rappelé Mary Douglas (1966), est une matière déplacée. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que ces mots nouveaux soient considérés comme impurs. Les puristes ne faisaient que défendre le territoire linguistique de l'ensemble de la communauté. Après tout, le langage est l'une des plus importantes frontières symboliques permettant aux communautés de se construire (Cohen 1982). Du point de vue des membres d'une communauté donnée, ce qui est situé en son sein est pur, tandis que ce qui lui est extérieur constitue une source de contamination potentielle, une menace pour l'identité collective.

28Cette reconstruction « douglasienne » de l'attitude des puristes implique que l'on se sente plus concerné par la pureté de la langue, ou de la culture en général, dans les périodes où cette pureté est le plus menacée, que ce soit par le changement social dans son ensemble ou par des mouvements d'immigration spécifiques. Le purisme serait donc l'expression d'une anxiété envers l'intrusion ou l'invasion culturelle (plutôt que purement linguistique).

29Comme l'on peut s'y attendre, cette conclusion soulève de nouvelles questions : pourquoi l'anxiété vis-à-vis de l'invasion culturelle est-elle plus aiguë en certains endroits ou à certaines périodes ? Varie-t-elle selon l'importance de l'invasion ou ne fait-elle que refléter les problèmes psychologiques des puristes ? Pourquoi certaines cultures accordent-elles plus que d'autres de l'importance aux puristes ? Pourquoi Barnes, par exemple, a-t-il eu si peu d'émules tandis que la Sprachverein comptait autant de membres ? Pourquoi les Français ont-ils fondé une académie et pas les Britanniques ? Le purisme serait-il plus faible en Grande-Bretagne, ses habitants, en tant qu'insulaires, se sentant plus sûrs de leur identité ? Pour aller au-delà de ce genre de comparaisons hasardeuses, il faudrait étudier les biographies collectives des puristes, des membres de la Sprachverein par exemple, mais jusqu'à présent ni les linguistes ni les historiens ne se sont attelés à cette tâche.

30Après avoir constaté que le purisme linguistique a surtout été étudié pour les xixe et xxe siècles, période des nationalismes, j'ai montré qu'il s'agit en fait d'un phénomène plus ancien, lié à d'autres formes de purisme culturel, et généralement défensif. On peut d'ailleurs se demander dans quelle mesure il ne faut pas considérer le nationalisme lui-même comme une sorte de purisme, à la fois purisme de réaction et de transformation.

31Après tout, les nations, comme les autres groupes humains, se définissent en réaction ou en opposition à leurs voisins. Que ce soit le nationalisme qui ait créé les nations, ou les nations qui soient à l'origine du nationalisme – et il existe des arguments pour étayer ces deux hypothèses –, il est important de comprendre pour quelles raisons ces changements se sont déroulés à une époque précise, notamment l'importance du xixe siècle. Les anthropologues et les historiens se sont penchés sur cette question ces dernières années et plusieurs d'entre eux ont avancé des réponses intéressantes, que ce soit en termes d'industrialisation, de print capitalism (capitalisme de l'imprimerie), etc. (Anderson 1991 ; Gellner 1983 ; Hobsbawm 1990). Ils auraient pu, toutefois, accorder un peu plus d'attention à la notion de pureté, qu'elle soit perçue comme étant liée à la race, au langage ou, plus largement, à la culture (tel fut le cas, par exemple, de nombreux folkloristes du siècle dernier s'intéressant aux « authentiques » traditions nationales). De même que la mondialisation aujourd'hui, l'urbanisation et le développement des moyens de communication ont été vus comme des menaces pour l'identité des cultures nationales traditionnelles du xixe siècle. Comme à notre époque, ces menaces furent désignées en termes de contamination. Un rapprochement de plus entre « pureté » et « danger ».

Haut de page

Bibliographie

Anderson B.R.O., 1991 (1983). Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Londres, Verso.

Bakhtin M.M., 1981 (1975). The Dialogic Imagination, Austin, University of Texas Press.

Bertelli S., 1976. « L'egemonia linguistica come egemonia culturale e politica nella Firenze cosimiana », Bibliothèque d'humanisme et renaissance, n° 38, pp. 249-289.

Bloch M., 1987. « The ritual of the royal bath in Madagascar », in Cannadine D. & S. Price (eds), Rituals of Royalty, Cambridge, Cambridge University Press.

Browning R., 1969. Medieval and Modern Greek, Londres, pp. 103-118.

1982. « Greek diglossia yersterday and today », International Journal of the Sociology of Language, n° 35, pp. 49-68.

Burke P., 1995. The Fortunes of the Courtier. The European Reception of Castiglione's Cortegiano, Cambridge, Polity Press.

Christin O., 1991. Une révolution symbolique. L'iconoclasme huguenot et la reconstruction catholique, Paris, Ed. de Minuit.

Cohen A.P., 1985. The Symbolic Construction of Community, Chichester, Horwood.

Douglas M., 1966. Purity and Danger, Londres, Routledge.

Frangoudaki A., 1992. « Diglossia and the present language situation in Greece », Language in Society, n° 21, pp. 365-381.

Gellner E., 1983. Nations and Nationalism, Oxford, Blackwell.

Herzfeld M., 1982. Ours One More. Folklore, Ideology and the Making of Modern Greece, Austin, University of Texas Press.

Hobsbawm E.J., 1990. Nations and Nationalism since 1750, Cambridge, Cambridge University Press.

Jacobs W.D., 1952. William Barnes, Linguist, Albuquerque, New Mexico University Press.

Jeffreys M., 1983. « Adamantios Korais. Language and revolution », in Sussex R. & J.C. Eade (eds), Culture and Nationalism in Nineteenth-Century Eastern Europe, Columbus, Humanities Research Centre, pp. 42-55.

Jernudd B.H. & M.J. Shapiro (eds), 1989. The Politics of Language Purism, Berlin/New York, Mouton de Gruyter.

Kirkness A., 1975. Zur Sprachreinigung in Deutschen. Eine historische Dokumentation 1789-1871, Tübingen, Narr.

Mirabel A., 1964. « Les aspects psychologiques du purisme dans la Grèce moderne », Journal de psychologie, n° 61, pp. 405-436.

Mulertt W., 1927. « Aus der Geschichte der spanische Sprachreinigungsbestrebungen », Estudios Adolfo Bonilla, 2 vol., Madrid, Ratés, I, pp. 583-603.

Polenz P. (von), 1967. « Sprachpurismus und Nationalsozialismus », in Lämmert E. (ed.), Germanistik, Frankfurt, Suhrkampf, pp. 113-165.

Rotolo V., 1965. A. Korais e la questione della lingua in Grecia, Palermo.

Schultz H.M., 1888. Die Bestrebungen der Sprachgesellschaften des XVII Jahrhunderts für Reinigung der deutschen Sprache, Göttingen, Vandenhoeck and Ruprecht.

Swain S., 1996. Hellenism and Empire. Language, Classicism and Power in the Greek World, AD 50-250, Oxford, Clarendon Press, pp. 1-64.

Thomas G., 1991. Linguistic Purism, Londres, Routledge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Burke P., 1998, « Langage de la pureté et pureté du langage", Terrain, n° 31, pp. 103-112.

Référence électronique

Peter Burke, « Langage de la pureté et pureté du langage », Terrain [En ligne], 31 | septembre 1998, mis en ligne le 14 mai 2007, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://terrain.revues.org/3142 ; DOI : 10.4000/terrain.3142

Haut de page

Auteur

Peter Burke

Emmanuel College, Cambridge

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org