Navigation – Plan du site
Les usages de l'argent

L'argent de la moto

Créer une richesse ou accepter la pénurie
François Portet
p. 115-122

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Bourgogne
Haut de page

Texte intégral

1Cet article reprend des enquêtes menées il y a une quinzaine d'années auprès d'un club de jeunes motocyclistes dans une petite ville industrielle du centre de la France. Pendant trois ans, j'ai participé régulièrement à ses activités et je l'ai notamment accompagné dans ses déplacements en dehors de la ville. J'ai également réalisé une série d'entretiens approfondis avec une vingtaine de motards.

2A quelques années de distance, lorsque j'ai relu l'ensemble de ces enquêtes, j'ai retrouvé des attitudes, des représentations très homogènes. Mes interlocuteurs, originaires de milieux sociaux peu différenciés, vivaient dans une ville ouvrière dont l'activité était encore largement gouvernée par une puissante compagnie industrielle, et ils appartenaient pour la plupart à la tranche d'âge des dix-huit à vingt-cinq ans. Pourtant, les origines sociales, le milieu géographique, l'âge, tout cela ne suffit pas à expliquer une telle convergence des discours. En fait, ce sont aussi les expériences individuelles et collectives vécues au sein du club qui ont contribué à forger des valeurs communes. Dans les pages qui suivent, il a donc été nécessaire de revenir sur des expériences susceptibles d'éclairer les représentations vis-à-vis de l'argent.

3Fils des ouvriers et des employés de la grande entreprise, ces jeunes ont commencé à pratiquer la moto au moment même où ils sont entrés dans la vie active. Dès cette époque, et contrairement à leurs aînés qui avaient connu l'ère du plein emploi, un tiers seulement d'entre eux ont pu être embauchés à « l'Usine », les autres travaillant dans des petits ateliers industriels, le commerce ou l'artisanat. Issus des filières techniques de l'Education nationale, ils occupent encore, en début de carrière, des postes peu qualifiés. Les agences de travail intérimaire sont alors la solution pour ceux qui n'ont pas trouvé d'emploi fixe.

4A la fin de la semaine, les membres du club se retrouvent pour des sorties collectives à moto de quelques centaines de kilomètres. Ils participent ainsi, à l'invitation de tel ou tel club, à des rassemblements qui mobilisent d'autres groupes originaires de différentes régions. Pendant un peu plus d'une dizaine d'années, durant une période correspondant à la diffusion massive sur le marché européen des motos de grosse cylindrée (de 1973 à 1985 environ), ces regroupements attirent chaque semaine, à la belle saison, des centaines de motards. A partir du milieu des années 80, ces « concentrations » vont fortement décliner et se réduire à quelques rendez-vous annuels, comme le rassemblement autour du Bol d'or, importante compétition motocycliste organisée en Provence sur le circuit du Castellet.

5Le club que j'ai pu étudier a connu une évolution du même type : forte fréquentation jusqu'au milieu des années 80, puis activité de plus en plus ralentie. Dans la période la plus faste de son existence, le club organise, à l'occasion des compétitions motocyclistes importantes, des déplacements de près de cent personnes. Aujourd'hui, une ultime poignée de passionnés « descend » encore, en septembre, vers le circuit du Castellet.

6Au début de l'existence du club, la pratique de la moto reste largement masculine et attachée aux valeurs de la virilité (valorisation de la force physique dans la conduite, comportement de compétition). Les compagnes des motards sont admises comme passagères, ce qui implique leur participation aux frais de la sortie. Cependant, progressivement, certaines ont commencé à piloter des machines et ont acheté elles-mêmes des motos de grosse cylindrée. Moins concernées par les valeurs ostensiblement masculines du club, elles ont contribué à une certaine « pacification » des pratiques agonistiques.

7Le club de motards rassemble à l'origine des jeunes qui sont entrés dans la vie active parce qu'ils ont un emploi, au moins à temps partiel, mais qui n'ont pas encore, comme ils le disent eux-mêmes, « fait leur vie », c'est-à-dire qu'ils n'ont pas, pour la plupart d'entre eux, quitté le domicile parental. Les pratiques et les représentations observées au sein de ce club peuvent s'analyser à partir de l'état de relative indétermination de leur statut au sein de la société locale, indétermination marquée principalement par le désir de ces jeunes de continuer à vivre sous le toit familial, ou de retarder une installation définitive avec leur partenaire sexuel.

8C'est dans ce contexte particulier que j'examinerai les usages et les représentations dont l'argent fait l'objet. En parcourant l'ensemble des entretiens réalisés au cours de cette enquête, j'ai remarqué un terme qui revient avec une grande fréquence dans les discours : « payer ». Il recouvre à la fois l'argent gagné (la paye) et l'ensemble des dépenses régulières qui sont réglées à partir de ce revenu. Il est toujours associé à l'obligation et à la notion de régularité : on est payé ou on paye à échéance fixe. A l'opposé de ces frais obligatoires qui s'inscrivent dans la durée, il existe d'autres usages de l'argent liés à l'immédiateté : ce sont toutes les dépenses que l'on se permet lors d'une sortie, c'est aussi l'acte d'achat de la moto. Dépenser en une seule fois tout l'argent que l'on a sur soi, débourser une somme importante pour posséder une machine, autant d'actes qui peuvent, c'est l'hypothèse que nous suggérerons, redonner une valeur à l'argent, « démonétisé » par l'usage régulier.

L'argent gagné

9Le mot salaire n'est jamais utilisé dans le vocabulaire des motards, je ne l'ai entendu qu'une fois, employé par dérision : « Chez X, c'est le salaire de la peur... » On lui préfère la « paye ». Pour ces jeunes qui n'ont travaillé que quelques mois ou quelques années, les rémunérations ne sont pas très élevées : entre 2 000 et 3 000 francs (1980). Elles sont toujours évaluées en anciens francs comme toutes les dépenses régulières1 : « Bien sûr, c'est pas des bonnes payes, 300 sacs par mois... » Admis dans la grande entreprise ou dans des ateliers de taille plus modeste avec un niveau qui dépasse rarement le CAP ou le brevet professionnel, quelquefois sans diplôme, le jeune travailleur qui n'a pas encore eu le temps de faire ses preuves dans l'entreprise se représente l'exiguïté de son salaire en regard du temps passé au travail. La paye n'est pas bonne, l'argent perçu à la fin du mois est ainsi déjà dévalorisé. Au début des années 80 cependant, la crise industrielle commence à faire sentir ses premiers effets. De nombreux jeunes qui arrivent sur le marché du travail doivent chercher des emplois en dehors de l'industrie métallurgique, qui constituait jusque-là le principal débouché. Pour ceux qui ne trouvent pas d'embauche localement, il reste la solution du recours au travail intérimaire. En cumulant les frais de déplacement et en multipliant le nombre d'heures travaillées par semaine, les rémunérations représentent le double voire le triple d'un salaire moyen de sédentaire : « Tu vois, ça paye bien, disons que tu te fais 600 000 à 700 000 balles par mois, mais tu peux en mettre de côté. Une fois que tu en as pas mal de côté, tu dis : "Bien, je prends un mois de vacances" parce qu'il y a des chantiers où il faut bosser je ne sais pas dix heures, douze heures par jour, j'ai même été jusqu'à seize heures par jour. »

10Michel Pialoux (1979) note que le travail intérimaire est encore considéré comme dévalorisant aux yeux d'une grande partie de la classe ouvrière, notamment parce qu'il n'offre aucune sécurité de l'emploi. Les intérimaires que j'ai interrogés sont conscients de cette précarité, mais ils l'acceptent pour accumuler plus rapidement la somme nécessaire à l'achat de la moto : « Je tournais entre soixante-cinq et soixante-dix heures par semaine pour pouvoir payer ma moto. » L'intérimaire, qui dispose, au moins momentanément, de ressources bien supérieures à celles de ses camarades sédentaires, a rarement une qualification stable, il doit s'adapter à la demande. C'est au sein du club que son statut est le mieux reconnu, ses revenus y témoignent de sa valeur personnelle : son courage, sa résistance physique sont valorisés.

L'usure de l'argent et les dépenses ordinaires

11A peine la paye est-elle touchée que se profile le cortège des dépenses à régler : « Regarde-moi, je touche ma paye, il faut payer le loyer, il faut manger, il faut payer l'essence pour la voiture, pour aller travailler, il faut payer l'électricité, il faut payer le gaz. » L'éclatement du salaire en dépenses multiples et obligatoires retire sa substance à l'argent, qui est réparti avant même d'être échangé. On pourrait ainsi parler d'une « démonétisation » de l'argent qui n'existe plus que sous la forme de prélèvements et de relevés.

12Pour les jeunes abrités sous le toit familial jusque-là, ces dépenses sont la contrepartie de l'installation avec une compagne hors du domicile parental. « Je n'avais pas de traites, j'étais chez mes parents, pas de frais, je commençais à sortir avec P. [sa compagne], je pouvais l'emmener sans problème, maintenant on s'est mis en ménage, il y a le loyer, il faut manger... »

13Vis-à-vis de toutes les obligations attachées à l'installation en couple, il existe des stratégies qui permettent de retarder ou d'atténuer ce passage. La plus radicale consiste à tenter de rester le plus longtemps possible chez les parents : « Tant que je pouvais rester ici, c'était mieux, tu sais je rentre ici le soir, le midi les pieds sous la table, c'est fini, mon linge est lavé, pas de soucis à se faire, moi, tant que je peux rester chez mes vieux, on est mieux. » Demeurer au sein de la famille ne signifie pas nécessairement s'exonérer de toute contribution au budget familial, mais cela permet surtout d'échapper aux échéances régulières : « J'ai un avantage, parce que je suis chez moi, chez mes parents, je ne paye pas de pension, disons que de temps en temps je verse une grosse somme d'argent, comme ça, d'un seul coup. » L'obligation d'apporter une contribution au budget familial devient ainsi plus légère et il est possible également d'emprunter : « Je ne suis pas embêté question argent ; si je n'ai plus de sous à la fin du mois, il y a ma frangine, il y a ma mère, je leur emprunte, puis je leur rends. »

14Il serait cependant optimiste de considérer cette stratégie qui consiste à différer l'installation en couple comme une situation idéale. Quelquefois, elle aboutit à cumuler les obligations, « pension » à verser aux parents et dépenses pour obtenir un début d'autonomie : « A mes parents, je leur donne des sous, c'est normal, j'ai un appartement en plus, enfin l'appartement, c'est à nous deux [lui-même et son amie]... De toute façon, j'ai toujours tiré la ficelle. » La situation de la famille d'origine peut être un atout pour atténuer le poids des charges liées à l'installation d'un nouveau couple : « On n'a absolument pas de crédits de meubles [héritage inattendu d'un grand-père]. Il travaillait, ses parents, en pension, c'était vraiment minime ce qu'ils lui demandaient, il a une sœur et sa mère travaille, il a mis beaucoup d'argent de côté. »

15Toutes ces stratégies visent à s'affranchir le plus longtemps possible de tous les frais fixes qui viennent entamer le salaire et empêcheraient l'achat de la moto.

16Alors que les dépenses de la vie quotidienne s'éparpillent en services impalpables et apparaissent sans contrepartie, il existe des échéances qui peuvent permettre de rassembler une somme d'argent importante. Nous avons réuni ici toutes ces solutions. Il peut s'agir d'une forme d'épargne : l'argent est mis de côté régulièrement, l'acquisition se fera dans le futur. Dans le cas du crédit ou de la dette vis-à-vis d'un autre motard, la réalisation intervient instantanément et les échéances arrivent ensuite. Il existe une dernière forme de paiement dont on escompte la contrepartie plus tard : c'est l'assurance, car il n'est jamais exclu que les primes d'aujourd'hui puissent demain se transformer en remboursement providentiel. Dans tous ces cas, l'argent dépensé subit une transformation : la dépense régulière se mue en une somme importante, en valeur échangée contre la moto convoitée.

Le crédit

17Il est rare cependant de disposer de l'intégralité de la somme nécessaire à l'achat de la moto. Ceux-là même qui demeurent chez les parents s'engagent dans d'importants crédits sur dix-huit ou vingt-quatre mois, voire plus... « Déjà maintenant, c'est plus dur parce que j'ai acheté une moto neuve, des traites de presque 100 000 balles par mois [...], des traites j'en avais pour vingt-quatre mois, je vais reprendre un crédit de un million pour changer de moto. »

18Au moment même où ils s'engagent dans une telle opération, certains de mes interlocuteurs songent déjà à une étape suivante... « Il y a quatre mois que j'ai eu la moto et quatre mois que je travaille, je gagne 245 000 francs brut et je paye 75 000 francs de crédit. C. [revendeur] nous a arrangés pour avoir des crédits, sinon je ne sais pas où j'aurais pu le trouver. Maintenant, je me suis bien payé une Bol d'or, pourquoi je me paierais pas une Godier-Genoud, mon crédit sera fini dans trois ans. »

19Le crédit est plus perçu comme un investissement que comme une charge : « L'Etat nous permet d'avoir des trucs à crédit, autant en profiter. J'ai toujours mieux aimé donner de l'argent en crédit que donner de l'argent frais. »

20Il existe à l'intérieur du club une compétition entre différents modèles de motos qui valorise les modèles les plus puissants et les plus coûteux. Pour tenir son rang, il est nécessaire de changer périodiquement de moto. Il faut vendre, acheter, négocier de nouveaux crédits... « Pour la bleue j'avais un crédit ; quand je l'ai vendue, j'ai soldé mon crédit, je n'avais plus de crédit pour racheter la suivante. Puis j'ai repris un crédit pour racheter une autre, revendue, et j'ai fait un autre crédit, je ne sais même plus où j'en suis, je me demande comment je m'en suis sorti. »

21Pour accélérer le règlement du solde restant à couvrir et parfois emprunter de nouveau, les remboursements peuvent être regroupés. « Au début je donnais 70 000, puis après je payais deux traites, 140 000, c'est comme ça que je m'en suis sorti. »

22Le crédit est perçu comme une dépendance vis-à-vis d'une banque ou de l'Etat et, en dehors des arrangements négociés par tel ou tel concessionnaire, c'est une opération impersonnelle. Il en va tout autrement des transactions nouées directement.

La dette

23Lorsqu'une moto se vend « entre motards », le vendeur consent la plupart du temps des facilités de paiement. Celles-ci ne sont jamais portées par écrit. « Jusque-là, je payais L., je lui donnais 100 000 balles par mois, c'était un arrangement entre nous, il n'y avait pas de crédit, rien du tout, c'était parole-parole. C'est pareil quand j'ai vendu ma "trois et demi", je lui ai dit : "Bon, je te vends la bécane, je te la vends mais tu me donnes 150 000 balles." Pareil c'était la parole, c'était pas l'écrit ni rien... Bon les 150 000, je les ai eus au bout d'un an... Tandis que moi avec le L., je lui avais dit : "N'importe comment, je te rends 100 000 balles tous les mois." »

24Dans les faits, les engagements pris doivent souvent être renégociés, car ce sont les moins fortunés, ceux qui n'obtiendraient peut-être pas de prêt par un circuit bancaire qui font appel à cet arrangement.

25A la différence du crédit « officiel », ces prêts introduisent la personne, le respect de la parole donnée et la confiance dans des échanges que l'on peut alors qualifier de monétaires au sens que Mauss donne à cette notion. La dette crée indubitablement un lien social, même si elle est au sein du groupe source de conflits ; on peut également remarquer que les individus qui s'abstiennent de telles pratiques sont aussi ceux qui sont mal intégrés. La dette s'inscrit dans un contexte global de négociation entre vendeur et acheteur. La relation commence dès l'établissement du prix et des modalités de remboursement. La prise de parole à ce moment-là m'a été présentée comme un acte relativement dangereux : proposer un prix trop bas serait s'exposer au ridicule, un prix trop haut, c'est au contraire passer pour un ignare. Une expression résume la difficulté de cette prise de parole : « J'avais la honte », dit K. Une fois l'accord établi sur les modalités de remboursement, des renégociations restent possibles jusqu'à l'extinction de la dette. A un moment donné à l'intérieur du club, de nombreux individus sont ainsi pris dans un réseau, avec des situations de remises ou d'échanges de dettes, lorsque les motos circulent plus rapidement d'un membre à l'autre que la dette ne s'éteint.

26Dans la brève histoire du groupe de motards, les relations entre prêteurs et débiteurs ont pu créer une hiérarchie : certains individus plus doués pour la mécanique reconstituent des machines à partir de pièces détachées acquises sur le marché de l'occasion puis les vendent remontées. Ils se constituent ainsi une véritable clientèle de débiteurs qui leur est attachée. Les motards qui souhaitent changer fréquemment de machine, comportement qui est source de prestige dans le groupe, sont aussi au centre d'un réseau d'échange intense et pris eux-mêmes dans des réseaux complexes de dettes. Ces situations ont généré des chicanes et des conflits, mais elles ont aussi dessiné une opposition entre ceux qui se situent dans ce système d'échange et ceux dont les ressources leur permettent d'y échapper.

Le crédit et l'assurance

27Parallèlement aux remboursements des crédits, les primes d'assurance constituent des dépenses importantes (plusieurs milliers de francs par an) qui sont réglées en plusieurs échéances au cours de l'année. Il faut s'attarder cependant sur les représentations qui s'attachent à ces deux types de dépenses et à leur inscription dans le temps. Le crédit offre un moyen d'anticiper sur l'acte d'achat : la moto est achetée et se trouve entre les mains de son propriétaire lorsque le prêt est réalisé. Les remboursements qui peuvent intervenir ensuite éteignent une dette et ne sont pas strictement liés à l'acte d'achat, comme certains témoignages reproduits plus haut le suggèrent : on peut annuler la dette plus rapidement, ouvrir un nouveau prêt, et quelquefois on ne se souvient plus de l'achat qui est à l'origine de cette dette.

28Les représentations liées aux assurances offrent un effet de symétrie avec les emprunts : les motards répartissent au fil de l'année la dépense occasionnée par les primes, mais on ne peut nier le secret espoir d'une occasion qui permettrait de récupérer plus que la mise en une seule fois. « J'avais un peu d'argent de côté parce que j'avais eu un accident avec mon 50. J'avais fait pas mal d'hosto, je n'étais pas en tort, alors j'avais touché une indemnité. J'avais touché pas mal d'argent, c'est pour ça que j'avais acheté une 750. »

29La spéculation sur l'accident existe, puisque la chute ou l'accrochage font partie des risques acceptés : « Je ne vais pas te dire ce que j'ai pu toucher pour ma fracture du bras, rien que ce que je vois que j'ai touché... Sans parler de se tuer parce que tu ne peux pas en profiter, mais simplement le mec qui serait sur un fauteuil roulant, je vois ce que le mec peut toucher. »

30L'assurance représente aujourd'hui une charge régulière à acquitter mais peut demain constituer une ressource inattendue. Le recours au crédit permet en revanche de bénéficier aujourd'hui, instantanément, d'une ressource importante tout en s'engageant à régler sa dette régulièrement dans le futur.

Dépense immédiate et pénurie

31Il existe une catégorie de dépense qui ne ressort pas des obligations régulières : c'est l'argent dépensé « pour le plaisir » ou lors des sorties. Pour ces pratiques, on utilise fréquemment des métaphores alimentaires : « Il ne faut pas être trop gourmand, il ne faut pas tout bouffer le jour de la paye... » « J'avais l'argent, j'avais le fric, je lui avais dit : "Jean, tu la vends ta moto ?" Il me dit : "Non je ne la vends pas, même au bout d'un mois." Qu'est ce que j'ai fait, je suis parti en Algérie avec le fric, j'ai bouffé le fric là-bas, j'avais 400 000 balles, j'ai tout bouffé, tout bouffé les sous. » « Avant on allait au Castellet avec 50 000, 500 francs en poche, on mangeait tout. J'y ai été l'année dernière, j'ai tiré la ficelle, je n'ai presque pas bouffé. Quand arrivent les fins de mois [maintenant], je tire la ficelle, au lieu d'aller faire un grand tour, je vais à la pêche. »

32Les moments de dépense de l'argent sont suivis de périodes de pénurie, comme l'illustre la locution, également issue du registre alimentaire, « tirer la ficelle ». Mais l'expression n'est pas seulement imagée, et pour ceux qui ne sont plus en pension dans leur famille, choisir la sortie, ce peut être réellement risquer des privations : « On est obligés de réduire les sorties, ou alors réduire à manger pour faire les sorties ce n'est pas intéressant, autant manger normalement. »

33La métaphore alimentaire utilisée dans les discours pour illustrer l'abondance et la pénurie trouve aussi sa traduction dans une conduite ritualisée dont on m'a d'abord parlé, que j'ai pu observer ensuite. Au cours des premières sorties collectives du groupe qui a donné naissance au club de moto, après le casse-croûte ou le repas pris en commun, une bagarre simulée se déclenchait et l'un des convives se trouvait abondamment aspergé de bière et de nourritures diverses. Ces conduites associées aux excès alimentaires ont servi de base à la dénomination du club « les Gailles », terme local pour désigner la truie.

34Ce modèle du débordement temporaire, de la dépense instantanée auxquels succèdent économie et abstinence forcée a son équivalent dans les conduites observées lors des sorties. En effet, les bagarres simulées et les excès alimentaires qui ont été décrits prolongent sur le mode de la plaisanterie des affrontements qui ont eu lieu sur la route. Durant le parcours, à certains moments, et à l'image des pelotons cyclistes, l'un ou l'autre se porte en avant, « tire une bourre »2, bientôt suivi par un ou plusieurs poursuivants qui tentent de le rejoindre.

Le risque

35Au moment de l'achat, on échange son épargne, les échéances à venir ou le providentiel « argent de l'accident » contre la moto. « Je l'ai payée cash parce que j'avais le pognon de côté avec l'accident. Avec cet accident j'ai touché beaucoup de pognon. » « J'ai eu ma 750 Honda neuve quand j'ai eu des sous. » La somme ainsi mobilisée représente l'équivalent d'une année de salaire pour un débutant.

36Ce bien coûteux est aussi fragile : « Le type qui en chie – excusez le terme –, qui en chie pour se payer une moto, simplement s'il a un coup dans le nez ou simplement s'il est tenté de faire voir que sa moto tire plus que celle d'un autre, il va se planter la gueule... » « Quand tu vois que tu fous du pognon dans une moto et puis après que tu la brises... J'ai encore la chance de m'en rendre compte... »

37Et pourtant, rares sont ceux qui n'ont pas à un moment ou à un autre pris des risques. « Quand je sais que tu tournes la poignée et que tu as la puissance qui arrive, bon, c'est plus fort que toi, même le gars raisonnable, avec une bande de gars il va se laisser entraîner. [...] On risque de se casser la gueule, on risque de casser la moto. »

38Avec le risque nous retrouvons l'instantanéité. L'accident constitue une menace de destruction mais aussi, par le biais de l'assurance, l'opportunité de disposer d'une grosse somme d'argent pour renouveler le bien coûteux. On peut dire que c'est le risque et ses conséquences fastes ou néfastes qui confèrent une valeur éphémère au bien ainsi exposé.

39Dans un contexte de relative pénurie, l'argent est considéré comme un bien rare qui s'épuise dans les dépenses quotidiennes. Comment « créer des richesses » dans un tel contexte ? Nous avons observé que la circulation de l'argent, l'escompte et surtout les dettes envers autrui permettent d'acquérir et de faire circuler un bien : la moto, que l'on peut considérer comme une richesse. La valeur de ce bien qui représente une somme d'argent importante est cependant aléatoire, attachée au risque de destruction. Tout se passe comme si chacun de mes interlocuteurs considérait la possession d'une telle richesse comme un privilège momentané. Le haut prix attaché à ce bien tient notamment à cette précarité, qui reflète d'ailleurs le statut de son possesseur.

Haut de page

Bibliographie

Mauss M., 1974. « Les origines de la notion de monnaie », Œuvres, t. 2, Paris, Editions de Minuit.

Pialoux M., 1979. « Jeunesse sans avenir et travail intérimaire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 26-27, mars-avril, pp. 19-47.

Haut de page

Notes

1Certains de mes interlocuteurs interrogés quelques années plus tard (1985) commencent à évaluer leurs dépenses et achats en francs actuels...
2L'expression métaphorique « tirer une bourre », sous entendu « tirer une bourre du peloton », provient du sport cycliste.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Portet F., 1994, « L’argent de la moto. Créer une richesse ou accepter la pénurie », Terrain, n° 23, pp. 115-122.

Référence électronique

François Portet, « L'argent de la moto », Terrain [En ligne], 23 | octobre 1994, mis en ligne le 14 juin 2007, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://terrain.revues.org/3104 ; DOI : 10.4000/terrain.3104

Haut de page

Auteur

François Portet

Conseiller à l'ethnologie, Direction régionale des affaires culturelles de Bourgogne

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org