Navigation – Plan du site
Liens de pouvoir

De l'ingratitude des jeunes

Notes sur le clientélisme universitaire belge
Yves Winkin
p. 63-66

Entrées d’index

Thèmes :

clientélisme

Lieux d'étude :

Belgique
Haut de page

Texte intégral

1Plus personne ne parlait. Lorsque la séance la séance de faculté se déroule normalement, un murmure permanent enveloppe le monologue du doyen. Chacun lit son courrier, bavarde avec son voisin, va et vient à travers les rangées. Mais quelque chose de « spécial » était en train de se produire. Le doyen lisait une lettre de démission du président du département de communication, qui voulait ainsi protester contre l'inertie de l'Université : elle venait, selon lui, de laisser partir un enseignant très brillant, qui n'avait plus pu attendre une nomination toujours promise mais jamais décidée par le Conseil d'administration. Classique. Mais les oreilles s'étaient tendues à l'audition de la lettre parce que tous savaient que H. K. n'allait pas laisser passer un tel discours. Du spectacle en perspective.

2D'un côté, G. F., un « gamin » (37 ans à l'époque), jugé par beaucoup comme très doué mais le sachant un peu trop bien et le faisant trop savoir à ses collègues. Il est à la fois chercheur au Fonds national de la recherche scientifique (F.N.R.S.) et enseignant à mi-temps. Pas « professeur » (peu de chances de l'être avant longtemps) mais « chargé de cours » – le statut minimal, celui qui n'autorise pas à parler longtemps ou souvent en faculté, sauf lorsqu'on est président d'un département. Or, G. F. est président – par défaut, en quelque sorte : il y a si peu d'enseignants en communication qu'il est difficile de ne pas être rapidement à la tête du département. Mais cette « section », comme on l'appelle dans le vocabulaire administratif local, reste pour le doyen et ses collègues proches un nid à problèmes, récriminations et plaintes en tous genres : il n'y a pas une séance de faculté où les (rares) enseignants de communication n'introduisent une demande de modification des programmes et montrent par ailleurs qu'ils sont peu compétents pour les gérer (dossier introduits tardivement, mal libellés, etc.).

3De l'autre côté, un grand baron du régime, qui fut un brillant doyen, qui reste le plus actif conseiller du doyen actuel, qui faillit être recteur de l'université et qui reste la plus influente éminence grise de l'élu suprême de l'institution. Son père fut professeur dans la même université et sénateur (socialiste) de sa ville. Son frère est également professeur, ainsi que son neveu par alliance. H. K. est ou a été membre de toutes les commissions, de tous les conseils d'administration, à commencer par ceux de l'Université et du F.N.R.S.

4Tous les regards ont convergé vers lui. Il allait parler, c'était sûr. Effectivement, il prit le micro, sans hâte, et s'éclaircit la voix. Sans regarder G. F., il énonça la phrase rituelle : « Monsieur le Doyen, je m'étonne des propos de notre collègue... » H. K. démontra que l'université avait fait tout ce qu'elle avait pu, vu les contraintes du plan budgétaire, pour garder l'enseignant en question au sein de l'institution, que les critiques du « collègue » étaient injustifiées, surtout au moment où l'université faisait un effort considérable pour augmenter les moyens du département de communication, etc. Personne ne regardait le collègue en question ; beaucoup pensaient déjà qu'il venait bêtement de mettre un terme à sa carrière universitaire, qu'il ne serait jamais professeur : on ne s'attaque pas frontalement à H. K. –car c'était lui qui était directement visé dans les critiques de G. F. lues à haute voix par le doyen. Mais le pire était encore à venir.

5G. F. se lança, comme un joueur qui n'a plus rien à perdre, dans une critique acerbe de l'institution, qui ne s'était jamais interrogée, selon lui, sur les raisons qui avaient amené en trois ans trois enseignants du département de communication à quitter l'Université. Au sommet de la tension, G. F. utilisa un très dangereux argument ad hominem : « Je sais très bien, Monsieur K., que je vous dois ma nomination au F.N.R.S., mais ce n'est pas une raison pour... » – il fut coupé tout de suite par H. K. : « Si j'avais eu un droit de regard sur votre nomination, Monsieur F., vous ne l'auriez pas eue. » Le doyen, qui avait laissé l'« échange de vues », comme disent pudiquement les procès-verbaux de séances, se développer sans intervenir, reprit la parole pour calmer le jeu. Des choses venaient de se dire, qui n'auraient jamais dû être verbalisées devant toute la faculté.

6A. B. a tout pour réussir dans le monde scientifique – à une réserve près : elle ne parvient pas à « jouer le jeu ». Elle est intellectuellement brillante, elle est passionnée par sa recherche, elle écrit bien. Mais, dans l'université, personne ne la connaît et elle ne connaît personne. Bien sûr, elle a un réseau de « copains/copines » : des thésards de moins de trente ans qui n'ont pas encore une idée trop claire de leur avenir, mais les « significant others » lui sont inconnus. Elle ne parvient pas à « perdre son temps » dans les multiples réunions qui remplissent l'agenda de tout fonctionnaire du savoir : conseils des études, commissions de réformes des programmes, assemblées du personnel scientifique, etc. Si elle connaît le nom, elle ne l'associe pas à un visage (« Aah, c'est lui ! »), moins encore à un comportement. Si elle connaît le visage, elle en oublie le nom et n'ose dès lors pas saluer la personne. Elle commence, par contre, à circuler dans les milieux internationaux de la recherche par le relais de colloques et congrès, mais elle ne songe guère à cultiver les relations établies, en renvoyant ses textes aux personnes rencontrées et, surtout, en leur demandant les leurs. En bref, elle est trop « pure ».

7Mais il y a pire. Elle n'a pas compris – quelqu'un lui a-t-il jamais dit ? –qu'elle devait montrer à son patron qu'elle lui était éperdument reconnaissante de l'avoir fait entrer au F.N.R.S. En fait, elle y est entrée du premier coup – fait assez exceptionnel1. Certes, le patron a fait son « lobby » discret, comme il est de mise dans le milieu universitaire belge : un petit mot manuscrit aux membres de la commission scientifique qu'il tutoie (« Je sais que je ne dois pas t'en parler, mais... »), une visite plus formelle auprès du doyen (« Je suis débordé, je n'ai qu'un assistant à mi-temps », etc.) et une rencontre très officielle avec le recteur, qui prend la décision finale avec ses collègues lors d'une rencontre « au sommet » permettant de répartir les mandats de façon minutieusement équilibrée entre les différentes universités belges. Mais personne ne pourra jamais décomposer l'alchimie de la décision finale d'attribution des mandats : les interventions les plus appuyées ne peuvent faire passer un mauvais dossier, mais un bon dossier non relayé risque de se perdre... Ce n'est donc pas que le patron ait la naïveté de penser que c'est grâce à lui seul que A. B. est aujourd'hui au F.N.R.S. Le dossier scientifique était très solide – c'est sur cette base qu'il lui avait proposé de poser sa candidature. Mais n'empêche : A. B. lui paraît trop indépendante. Il n'ose pas trop se l'avouer – il ose encore moins le lui dire en face : ce serait prendre une position explicitement mandarinale que son âge, sa trajectoire, sa vision de la profession lui interdisent. A vrai dire, il n'a rien à lui reprocher : elle reçoit les étudiants, elle corrige les copies, elle dirige les T. D. Mais elle ne semble en faire qu'à sa tête. Elle n'est jamais au bureau quand il est là – et quand ils se rencontrent par hasard, c'est en présence de son chien, qu'elle emmène partout avec elle, et dans un halo de fumée de cigarette. Elle sait que les poils et les mégots l'exaspèrent : elle les ramasse devant lui (ostensiblement, se dit-il). Elle quittera sans doute l'Université comme elle y est entrée : sans vraiment se rendre compte de ce qui lui arrive.

8Faut-il encore le préciser : le patron de A. B., c'est G. F., bien sûr.

9Au fond, de quoi s’agit-il ? de clientélisme universitaire. Précisons : à la belge (d'expression française), pour ne pas généraliser sans connaître. Les hypothèses que je cherche à illustrer ici peuvent être formulées en sept points.

101. Le clientélisme universitaire est fondé, comme tout autre, sur une relation d'échanges ; un donné entraîne un rendu.

112. Le donné est la protection d'un « patron » envers un « jeune » : le jeune ne travaille pas nécessairement au service du professeur en question ; il est simplement dans le même département, la même faculté, sinon la même famille philosophique2. Le donné s'exprime soit sous la forme d'une attitude globalement bienveillante (par exemple, une assistance à un exposé fait par le jeune, suivie d'une question gentille), sois sous la forme d'une lettre de recommandation, d'un vote au sein d'une commission, d'une intervention directe pour une nomination ou un crédit de recherche auprès d'un collègue ou des autorités universitaires.

123. Le rendu est apparemment très simple : la gratitude envers le protecteur. Non sous la forme directe d'une attitude servile – il ne s'agit pas de porter la serviette du patron – mais par la gestion discrète d'une impression d'écoute et d'intérêt. Le jeune est disponible à tout moment. Que le patron lui téléphone, le salue dans un couloir ou l'engage dans une conversation « sérieuse », le jeune se montre courtois, souriant, intéressé. Il ne laisse jamais apparaître d'irritation devant l'inanité du propos ou la perte de temps qu'il encourt. Le patron est toujours plus occupé, plus cultivé, plus « fort » dans tous les sens du terme, que le jeune, qui est toujours un peu balbutiant, intellectuellement, socialement, psychologiquement. La reconnaissance de la dette symbolique du jeune envers le patron ne passe donc pas tant par l'exécution d'ordres « formels » (l'université n'a rien d'une armée, ni même d'une administration) mais plutôt par une confirmation interactionnelle permanente de la différence de statut.

134. La relation entre un « patron » et un « jeune » n'est pas exclusive. Un patron (tout particulièrement un doyen de faculté, un membre des commissions scientifiques du F.N.R.S., un membre du conseil d'administration de l'université) peut protéger plusieurs dizaines de jeunes. Inversement, un jeune peut, sinon doit, s'assurer la protection de plusieurs patrons, en veillant à s'assurer ainsi un certain nombre de soutiens internes (faculté, C.A.) et externes (F.N.R.S., fondations diverses, maisons d'éditions, revues scientifiques, etc.).

145. La relation clientélaire entre un « patron » et un « jeune » ne se termine pas avec l'accession de celui-ci au statut formel de celui-là, c'est-à-dire lors de la nomination dite « définitive » (poste permanent d'enseignant et/ou de chercheur). Protection et reconnaissance de dette se poursuivent jusqu'à la mise à la retraite du patron. Le jeune devenu un « cher collègue » reste, nécessairement, moins doté institutionnellement et socialement que son patron. Mais l'expression de sa « vassalité » se transformera. De passive, elle se fera plus active et plus formelle (par exemple, envoi de tirés à part, invitation à déjeuner, accueil chaleureux lors de « retrouvailles » à l'occasion d'un jury, etc.). Les ruptures brutales, qu'il s'agisse d'un « bannissement » de l'ex-jeune par l'ex-patron ou d'un « meurtre du père », ne sont pas inconnues, mais sans doute plus rares que la rumeur de l'institution ne le laisse croire. Si des cas de rupture se gravent dans la mémoire collective, c'est vraisemblablement en raison de leur rareté même. Lorsque le système se perpétue dans le calme, il se fait oublier.

156. Car système il y a : la relation entre le « patron » et ses « jeunes » est telle qu'un système de parenté ; au moins trois « générations » sont présentes, avec leurs alliances, prévues et gérées par les règles, et leurs mésalliances, qui s'accommodent des règles sans les rompre. Un patron est souvent le jeune d'un autre ; un jeune peut être le patron d'un autre (à tout le moins d'étudiants, qui constituent le « niveau zéro » du système). Une fois « dans le sérail », le jeune ne peut que (re)produire le discours et le comportement associé à sa position : ils le conduiront (presque) immanquablement à occuper un jour la position « d'en face », celle de patron.

167. L'efficacité de ce système clientélaire est encore renforcée par un in-breeding quasi total. Contrairement à l'Université française ou suisse, l'Université belge se reproduit en son propre sein. Non seulement elle ne fait pas appel à des candidats extérieurs à l'espace universitaire (francophone) belge, mais encore n'y a-t-il aucune circulation entre universités belges. Un diplômé de l'Université de Louvain ne pourra jamais faire carrière à l'Université de Liège (l'inverse devient moins vrai) : il n'est pas « de la Maison », comme disent les grands électeurs.

17Ainsi envisagé, le clientélisme universitaire apparaît comme une matrice de production de l'Homo academicus belge. Peut-être l'acception s'est-elle trop ouverte ; il ne faudrait pas qu'elle en vienne à ne plus être qu'une transposition du rapport féodal entre suzerain et vassal. Il est en effet tentant de filer la métaphore du « fief » ou de la « baronnie » (deux termes très utilisés en journalisme politique) pour étudier la dynamique universitaire. Mais cette « retraduction demi-savante », comme dit Pierre Bourdieu3, ne peut produire qu'une apparence d'analyse.

18En sens inverse, il faut saisir l'opportunité offerte par la notion de clientélisme, rarement utilisée ailleurs qu'en sociologie politique, pour tenter une première analyse des modes de fonctionnement d'une institution complexe comme l'université (belge en l'occurrence). Il ne s'agit encore que d'une ébauche, fondée sur une simple mise en forme de matériaux biographiques semi-bruts, et non d'une réflexion mûre, fondée sur un équilibre entre élaboration théorique et travail empirique rigoureux. Alors que les académiques ne cessent de faire – entre eux – leur propre sociologie, ils publient très peu sur la question. Pudeur, défense du corps, crainte des sanctions : autant d'explications possibles. Pierre Bourdieu en a magistralement parlé dans le premier chapitre (« Un livre à brûler ? ») de son Homo academicus, qui reste l'étude fondamentale dans ce domaine.

19Ces notes n'ont qu'une ambition : encourager d'autres Homines academici à sortir de leur réserve. Que celui qui n'a jamais rêvé d'en parler leur jette la première pierre.

Haut de page

Notes

1 Il s'agit d'un mandat temporaire de deux fois deux ans, permettant au chercheur d'écrire sa thèse sans trop de contraintes, à l'exception d'une obligation de travail administratif ou pédagogique (équivalent à une journée/semaine) au sein du service du « promoteur » de la thèse. Ce sont des postes très recherchés, vu leur rareté, leur prestige et la possibilité qu'ils offrent d'une carrière scientifique complète (avec nomination définitive au troisième stade). Le F.N.R.S. belge ressemble donc au C.N.R.S. français, insertion dans le système universitaire en plus – et monstruosité bureaucratique en moins.
2 Le système universitaire belge est fondé sur deux « corps » chacun divisé en deux sous-ensembles. Le « personnel scientifique » est composé d'« assistants », nommés pour six ans, et de « premiers assistants » et « chefs de travaux » nommés « définitivement ». Les uns et les autres sont attachés à un « chef de service », qui appartient au « corps académique ». En font partie les « chargés de cours », les « professeurs » et les « professeurs ordinaires ». Une nomination dans le personnel académique se fait le plus souvent au niveau de « chargé de cours ». Celui-ci devra attendre sept ans avant de pouvoir demander sa promotion au rang de « professeur » ou de « professeur ordinaire ». Ces distinctions tendent à disparaître (notamment à l'Université catholique de Louvain) mais les oppositions perdurent entre position temporaire et position définitive, quelle que soit leur appellation. Des caractéristiques nettes y sont associées, en termes d'âge, de sexe et de pouvoir institutionnel. Il est encore très rare qu'un « professeur ordinaire » soit une femme de moins de quarante ans ; il est encore rare qu'un « chargé de cours » dispose d'un service composé de plus d'un assistant à mi-temps.
3P. Bourdieu, Homo academicus, Paris, Ed. de minuit, 1984, p. 25.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Winkin Y., 1993, « De l’ingratitude des jeunes. Notes sur le clientélisme universitaire belge », Terrain, n° 21, pp. 63-66.

Référence électronique

Yves Winkin, « De l'ingratitude des jeunes », Terrain [En ligne], 21 | octobre 1993, mis en ligne le 22 avril 2005, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://terrain.revues.org/3072 ; DOI : 10.4000/terrain.3072

Haut de page

Auteur

Yves Winkin

Université de Liège, Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Les éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo Ministère de la Culture
  • Revues.org