Navigation – Plan du site
Le Feu

Les granges en flammes

Les incendies de ferme en Provence alpine entre 1900 et 1950
Valérie Feschet
p. 81-90

Entrées d’index

Thèmes :

habitat
Haut de page

Texte intégral

1« Ça toujours dans un village... Ça brûle dans une vallée... Mais quand même, si je compte ; la ferme Caire1, la ferme Barneau et une maison fermière... Ce jour-là, trois fermes ont brûlé en même temps. Il y a eu aussi la maison Brun... la maison André... Après il y a eu la ferme Morel qui était à dix mètres de celles qui avaient brûlé l'année précédente. Après vous avez la ferme Signoret toujours à Saint-Pons et Sicard... Sicard, je me souviens... On est venu nous prévenir dans la nuit. Mon père et mon frère sont vite partis avec des seaux. »

2Comme toutes les catastrophes, les incendies de ferme sont révélateurs des relations sociales. Événement anormal, destructeur, incontrôlable et la plupart du temps mystérieux, l'incendie ravive les comportements collectifs face aux malheurs individuels. Si l'on incrimine souvent l'escroquerie à l'assurance, considérée comme une source majeure d'incendie dans les représentations populaires, les habitants de la vallée de l'Ubaye témoignent néanmoins avec une grande lucidité sur les causes accidentelles des incendies de fermes2. Le feu est lié dans les esprits aux responsabilités humaines ainsi qu'au support architectural et au potentiel calorifique des maisons. Voûtes et charpentes, « sàfre »3, plâtre, galets, chaux et mélèze se partagent les responsabilités. La pierre et le bois sont en permanente opposition symbolique.

3Paradoxalement, dans cette région où l'habitat, de type méridional, se caractérise par une importante maçonnerie qui s'élève jusqu'au premier étage de la grange et dont seuls les pignons et la charpente constituent les parties boisées (Maurel 1987 : 51), les incendies représentent une réalité historique. Village à vocation essentiellement agricole tourné vers un élevage ovin nécessitant de longs mois de stabulation, Saint-Pons4 témoigne sur les incendies de ferme pour l'ensemble de la vallée de l'Ubaye. En l'espace de vingt-neuf ans, de 1915 à 1944, un cinquième des unités domestiques a été endommagé par l'action des flammes5. Comme les autres établissements de la moyenne vallée de l'Ubaye, Saint-Pons éparpille une quantité de fermes solitaires sur un adret régulier. La dispersion des maisons peut être considérée comme une protection efficace contre la propagation des incendies (Maurel 1987 : 49). Nombreux, pourtant, sont les villages et les écarts6 principaux de cette région construits sur le mode d'un habitat groupé. Des quartiers entiers de maisons ont été déjà détruits par les flammes au cours de l'histoire. Le hameau de l'Aupillon7 dans les années 20, Champanastais plus récemment, attestent des ravages du feu dans cette vallée alpine.

Destinée familiale

4Repère majeur des destinées familiales, l'incendie rythme les parcours résidentiels des unités domestiques. A côté des expropriations, des échéances de bail, il est cause de déplacements, de reconstructions, de nouvelles acquisitions immobilières. L'incendie de ferme s'inscrit à Saint-Pons dans l'ordre des « possibles », des « éventuels » à venir. Il s'impose comme un fait déjà vécu, comme une évidence de l'existence. « La mémoire familiale trouve son enracinement le plus durable, le plus consistant, dans les lieux qu'ont fréquentés les ancêtres. La plupart des récits, même les plus brefs, sur les origines d'une famille veulent en situer le berceau » (Klapisch-Zuber 1990 : 26). Retracer l'histoire généalogique et spatiale de ses ascendants consanguins et alliés nécessite, dès les premiers termes de l'entretien, de poser les événements essentiels qui ont motivé le mouvement des familles. Immigration, mariages et incendies, les couples se déplacent d'impératif en impératif. Comme nous l'indique madame Pons : « Papa était venu avec ses parents et son frère d'Italie en France. Au début, ils habitaient dans un appartement aux Tuiles. C'est là qu'il a connu maman. La maison d'en-bas, c'est papa qui l'a achetée en 1925 car ils avaient brûlé. Quand ils se sont mariés, ils se sont installés au Lauzeron et la maison a pris feu. Je ne m'en rappelle pas. J'étais toute petite. Ils ont dû y vivre bien dix ans quand même. Ça a tout brûlé. Les chambres, la toiture, tout ! Il restait les murs. Mais ils sont tellement vieux ces murs-là ! Cette maison par exemple [c'est la maison de ses beaux-parents], elle a plus de 200 ans ! Parce que les parents de mon pauvre mari, ils habitaient Servière avant... Ils habitaient là-bas et ils ont brûlé aussi ! La maison a pris feu et ils sont venus habiter ici. »

5Au fil des exigences administratives8, de l'insalubrité des maisons et du feu encore une fois, les parents de monsieur Brun parcourent pendant près de quarante-cinq ans les écarts de la commune avant de pouvoir se fixer définitivement : « Quand ils sont descendus de Servière, ils sont venus à Tato. Puis la maison "a tombé". Elle était en mauvais état. Mes parents sont venus s'installer ici et puis la maison a brûlé. Quand nous avons brûlé nous autres nous avons brûlé en 21 mon père a vendu les terres au voisin qui était au Mexique. Au bout de deux ou trois ans ce voisin écrit à mon père et il lui dit : "Voilà ! Je te revends tout !" Nous, on habitait de nouveau vers Tato à ce moment-là. Alors mon père a tout racheté. »

6Détail anecdotique et presque banalisé par les discours qui y font tous allusion, la destruction par le feu des bâtiments de résidence et d'exploitation agricole reste néanmoins un événement marquant qui laisse une empreinte indélébile dans les histoires de vie. Le feu grève les patrimoines. Il marque également les esprits : « Le jour où on a vendu la propriété et la maison de ma mère, on a bu du champagne dans un bistrot de Barcelonnette. J'en ai gardé un bon souvenir. Je n'en avais jamais bu. Eh bien ! Le jour où on a vendu la maison de ma mère, le village a entièrement brûlé parce que les maisons étaient bâties les unes sur les autres. Le village a été entièrement détruit. L'incendie a tout ravagé. Il était déjà en voie de disparition mais quand même. » Le champagne n'est à ce point mémorable qu'en regard d'une coïncidence bien plus troublante : l'incendie. Ce témoignage, comme les précédents, fait apparaître l'importance de la mémoire du feu dans la scansion du temps. L'incendie pose une époque, un âge. Il cristallise derrière son image le bouleversement du quotidien familial. Pas une fois, mais plusieurs fois au cours d'une vie, il s'impose aux individus. Le même informateur poursuit : « Le 15 mai 1915, c'est notre maison qui a brûlé. La maison de mon père. Ça m'a marqué. J'avais cinq ans. La seule chose dont je me souvienne, c'est de cette pompe. » Toutes les personnes rencontrées ont vécu ou vu de près, dans leur propre famille ou chez leurs proches voisins, une maison brûler, partir en fumée. L'incendie se décline en principe au nom de sa lignée, « lorsqu'on a brûlé nous autres », avant d'être le fait des branches collatérales et des familles du village. « N'en voir brûler qu'une » en étant né au début du siècle est une expérience minimale pour l'ensemble des informateurs consultés.

Pudeur des défaillances

7Les conversations à bâtons rompus signalent très spontanément les sinistres vécus par la famille du locuteur. On énonce naturellement leurs causes et leurs implications. L'acquisition des maisons est souvent présentée comme le fruit d'une succession d'infortunes et d'incendies dans le passé. Le fait de vivre dans une ferme aujourd'hui s'explique fréquemment par la nécessité accidentelle d'avoir eu à emménager ailleurs lors de l'incendie de l'habitation précédente. Mais parler de soi est une chose, parler du voisin en est une autre aux conséquences plus compromettantes. Les individus sont conscients que le feu est l'aboutissement, en général, d'une faute, qu'il est le plus souvent la sanction d'une défaillance humaine. Pas une seule fois l'incendie n'a été présenté comme émanant d'un destin dans lequel l'homme n'aurait pas eu sa part de responsabilité. Les causes d'incendie n'ont pas été masquées derrière le voile de la fatalité. Exposer à autrui les raisons d'un sinistre est une chose délicate car, énoncer les causes d'un incendie dévastateur équivaut dans les esprits à dénoncer les responsabilités familiales et individuelles. Les personnes sont très discrètes sur le contexte des drames du village. La pudeur collective respecte l'univers privé des familles concernées.

« Grands effets »

8Cette enquête réalisée dans la vallée de l'Ubaye au cours de l'été 1991 propose une typologie des causes d'incendie qui ne peut être considérée comme exhaustive. Toutefois, les témoignages recueillis, associés aux déclarations de sinistre consignées avec application dans le registre de la Caisse d'assurances locale contre l'incendie, précisent quelques-unes des raisons des multiples incendies de ferme qui se sont déclarés sur la commune. Les causes d'un incendie -les petites causes- sont multiples et résultent de la concomitance de paramètres psychologiques et techniques. L'emploi de l'énergie (du feu, des moteurs à explosion, de l'électricité) associé à « l'imprudence, la négligence, l'inattention, le désordre, l'indiscipline, l'ignorance, l'erreur, l'oubli, l'irréflexion, l'étourderie, la malveillance et la désinvolture »9 entraînera très probablement un début d'incendie. Mais quelles qu'en soient les causes d'origine, le feu doit être d'abord rapporté à son support architectural. Ce n'est pas le commencement d'un feu qui est dangereux mais essentiellement ses possibilités de propagation. « A petites causes, grands effets », dit un adage, selon le lieu où se déclare l'incendie, les conséquences seront en effet très variables10.

Cuisines et voûtes d'arête

9La maison type des adrets de la moyenne vallée de l'Ubaye est de forme quadrilatérale. Elle loge sous un même toit les gens, les réserves destinées à un hivernage de six mois et abrite dans l'étable/bergerie (dans « l'écurie », dit-on dans la vallée) le troupeau de brebis, une vache, un cheval, un cochon et parfois les lapinières et les poules si aucun appentis ne permet de les protéger des rigueurs de l'hiver. Au rez-de-chaussée, réparties de part et d'autre d'une entrée commune souvent pavée de galets, se trouvent la cuisine et l'écurie. Chacune de ces pièces abrite sous d'imposantes structures voûtées les hommes et les bêtes. Le foyer de la cuisine est alimenté en permanence au cours de la journée pour la cuisson des aliments et le chauffage de la pièce commune11. Au début du xxe siècle, les poêles ont en général déjà remplacé les cheminées. Mais certains agriculteurs n'ont pas encore obturé leur hotte en 1919 et les risques encourus pendant la nuit sont réels : « Je soussigné, Olivier Henri, assuré à la Caisse... déclare que dans la nuit du 22 au 23 mars 1919, un petit sinistre, causé probablement par des braises mal éteintes, a consumé un morceau de plancher, abîmé une porte de placard et divers petits objets mobiliers contenus dans une cuisine qui est entièrement close et, par là, a arrêté les progrès du feu qui aurait pu causer de très importants dégâts12. »

10La structure de voûte d'arête caractéristique du premier niveau de la plupart des fermes ubayennes garantit l'isolement de la cuisine. Les feux qui peuvent se déclarer auprès du foyer restent très circonscrits en raison de la masse des matériaux ininflammables qui composent les murs et le plafond de cette pièce. Les voûtes d'arête, construites en blocage de maçonnerie, se composent de moellons de calcaire, mêlés de schiste, hourdis au mortier de chaux13. Les murs extérieurs et de refend quant à eux, sont composés de pierres, de galets de rivières, liés par de l'argile grossière dénommée « sàfre ». Toutes les pièces du rez-de-chaussée sont généralement bâties sur ce modèle14. L'arrière-cuisine, les caves, la « court »15, l'écurie et l'atelier sont des surfaces également couvertes de maçonnerie. Les voûtes ont souvent été utilisées dans l'architecture provençale. Elles sont réputées pour leur résistance aux incendies. Quand les flammes ont tout détruit, du faîte de la charpente au plancher des pièces du premier étage, « il reste la voûte ». « Elles ne brûlaient pas ! Elles étaient peut-être détériorées par l'eau mais ça tenait quand même. Je vois celle de Marius là-haut, elle n'a pas été refaite du tout ! Celles de Jean-Baptiste, celle de Bellon... Les voûtes ont toutes tenu ! Vous pouvez y rester finalement... Vous ne risquez rien ! » Les voûtes résistent à tel point que les membres de la Caisse d'assurances mutuelles locale contre l'incendie de Saint-Pons réclameront à la Caisse régionale en 1927 que soient révisées « les polices des assurés dont le rez-de-chaussée de l'habitation est tout voûté » (Registre, op. cit.). Il y aura une réponse positive à cette requête. Les caves, les voûtes et les fondations des bâtiments de résidence et d'exploitation des membres de la Caisse locale seront par la suite systématiquement exclues des primes d'assurances.

Chambres et « voûtes plates »

11Un feu éclatant à l'extérieur de ce lourd périmètre de pierre aura plus de chance de se propager. La cuisine, par souci d'économie et sans aucun doute pour prévenir les incendies potentiels des deuxième et troisième niveaux de la maison, est la seule pièce chauffée. Il arrive toutefois qu'à l'occasion des naissances, on concède au nouveau-né et à sa mère une atmosphère plus clémente. Installer un fourneau à l'étage dans l'âtre de la cheminée régulièrement fermé par des portes en bois est une attention bien raisonnable qui peut ne paraître vouée à aucune conséquence fâcheuse : « Dans la soirée vers dix-huit heures (pourtant), un petit sinistre s'est déclaré causé par des étincelles tombées du tuyau d'un poêle installé dans une chambre à coucher à l'occasion de la naissance de mon petit-fils. Ces étincelles ayant trouvé des matières facilement inflammables dans la suie se trouvant sur les planches ferrées fermant le bas de la cheminée ont vite dégénéré en un commencement d'incendie se communiquant aux portes fermant le devant de la cheminée et brûlant à l'intérieur plusieurs paires de chaussures en bon état et usagées qui y étaient entreposées. Les voisins s'étant aperçus de la fumée épaisse sortant de la cheminée au-dessus du toit viennent à notre aide et nous pûmes rapidement nous rendre maîtres du feu » (Registre, op. cit.). La rapidité de l'intervention, la qualité du conduit ont permis d'éviter une catastrophe trop certaine. L'utilisation de la cheminée du deuxième niveau n'est pas le seul risque potentiel. Les personnes âgées, plus sensibles au froid et à l'humidité des chambres, utilisent fréquemment un chauffe-lit pour pallier les rigueurs de l'hiver. Glissant au cœur des draps une poche de braises ardentes, les moines16 n'ont cependant jamais entraîné d'incidents.

12Au premier étage des fermes, un feu n'est entravé par aucune maçonnerie totalement isolante. Le plafond des chambres, s'il n'est que très rarement un vulnérable plancher apparent sur solives17, possède une isolation de plâtre qui ne lui permet pas de résister totalement à l'agression des flammes. On appelle ces plafonds les « voûtes plates » par analogie aux matériaux et aux techniques de constructions des voûtes d'arête. La « voûte plate » est un plafond hourdi sur des solives prenant appui directement dans l'épaisseur des murs de façade et de refend. Coffré par-dessous, l'épaisseur des solives est comblée avec un plâtre grossier mêlé de pierres et de gravats. L'opération terminée, les solives sont apparentes. Des liteaux sont alors cloués sur leur face inférieure et plâtrés de nouveau afin d'obtenir un plafond régulier. Sur la face supérieure des solives, « on coulait parfois un mortier » ou encore « on mettait pardessus de la terre car la terre ça ne brûle pas », mais plus fréquemment, semble-t-il, « on clouait un plancher ».

13La résistance de ces voûtes plates est soulignée par la population. « Ça a sauvé les maisons. » Le bois des solives, totalement inclus dans une masse isolante, est relativement bien protégé de l'action du feu. Le risque d'incendie généralisé se trouve effectivement limité par ce type de plancher. En témoigne la déclaration de cet agriculteur dont les chambres ont pu être préservées alors que la charpente de sa maison était déjà totalement effondrée : « Dans la nuit du 10 mai vers 23 heures je fus réveillé par les aboiements un peu insolites de mon chien ; en paraissant à la fenêtre, je vis de grandes lueurs et quelle ne fut pas ma stupeur en sortant de voir ma grange toute en flammes. Ma femme et ma fille se vêtirent en hâte tandis que j'avais ma belle-mère à descendre de la chambre qu'elle habite au premier étage en appliquant une échelle à la fenêtre, la porte donnant dans la grange18 qui était déjà en feu. Ma femme alertant de suite les voisins, ceux-ci arrivent et on organise la chaîne afin de combattre de notre mieux le feu progressant, tandis que l'un d'eux part en moto avertir les pompiers et la gendarmerie. Le feu avait déjà consumé la charpente et le toit était effondré quand ils arrivèrent et on dut se contenter de préserver les chambres, en arrosant le foin, pour préserver les maisons voisines, au cas où le vent se lèverait » (Registre op. cit.).

Granges et charpentes

14Mais, de fait, si résistante que soit l'isolation du plafond des chambres, les maisons brûlent. Sous l'effet de la chaleur, les meilleures voûtes plates se dessèchent et s'écroulent. Pour trois feux sans conséquences ayant éclaté dans une chambre, un appentis et une cuisine, une dizaine de maisons ont été par contre totalement détruites. Le danger ne vient pas des chambres ni des cuisines. Les économies de bois et de pétrole, les interdictions imposées aux enfants « de monter dans les chambres » préviennent les risques de catastrophes. « On ne montait dans les chambres que pour se coucher. » Cette interdiction n'est pas formulée dans le seul objectif de prévenir un incendie. Il s'agit là d'une caractéristique culturelle, d'une façon de vivre l'univers domestique. Les lectures, les jeux, les devoirs de classe, les divers travaux de la maisonnée s'effectuaient auprès du fourneau de la cuisine pendant la veillée ou dans la tiédeur de l'écurie. Jamais, sauf en cas de maladie ou d'accouchement, on n'usait de cet espace durant la journée.

15C'est toujours par les granges que les incidents dégénèrent en grands fléaux. On s'aperçoit dans la nuit que son immeuble est en flamme et « malgré les prompts secours, le feu d'une rare violence, alimenté par les granges pleines de récoltes, on ne peut que se contenter de préserver les immeubles voisins en tentant de sauver le plus de meubles possible » (Registre op. cit.). L'incendie qui se déclare au niveau d'une grange ne laisse aucun répit au propriétaire. Le feu en contact avec la sphère supérieure des bâtiments prend très vite de grandes proportions en raison de la nature et de l'importance des produits entreposés. Les grains, la paille, le foin qui sont engrangés dans les combles présentent un danger permanent d'incendie. En 1930, la grange d'une ferme de taille moyenne renferme un minimum de 27 tonnes de foin en début d'hiver pour répondre aux exigences de la stabulation hivernale19 de quarante brebis et d'une vache et à la nourriture annuelle du cheval. On y trouve également cinq tonnes de paille ainsi que trois tonnes de blé, deux tonnes d'orge et une tonne et demie d'avoine. Il peut paraître étonnant d'engranger une telle quantité de paille. Elle était stockée après avoir été chaubée sur l'« esbarbouira »20 et foulée par un manège de chevaux et de mulets. Piétinée, hachée, la paille était mélangée au foin. Cette « méscla »21 fournissait un fourrage supplétif pour les brebis pendant la longue stabulation hivernale. Dans les régions méditerranéennes sensibles aux sécheresses, la paille était d'une importance capitale pour prévenir les pénuries de foin (Bromberger 1989 : 150).

16Le potentiel calorifique des granges est considérable. La violence des incendies qui peuvent s'y déclarer est amplifiée par la vulnérabilité des combles. La charpente se consume et s'écroule rapidement en raison des grandes surfaces exposées à l'action des flammes (300 mètres carrés de grange non compartimentés) et du peu d'épaisseur des pièces de bois qui la composent. La couverture des toits est en général en schiste ardoisier dans cette partie de la vallée de l'Ubaye. Des communes voisines usent cependant de planches de mélèze ce qui ne fait qu'amplifier le potentiel calorifique du troisième niveau des bâtiments. Les conséquences d'un feu de grange sont très importantes. L'écroulement de la charpente entraîne généralement la destruction de l'édifice. Les récoltes sont complètement anéanties. « Le foin est brûlé ou rendu inutilisable ainsi que les grains et les instruments aratoires » (Registre op. cit.).

« Petites causes »

17« Il y a donc lieu d'être assuré convenablement pour qu'un sinistre ne soit pas une cause de ruine pour le sociétaire. En 1943, à l'occasion du passage de l'inspecteur de la Caisse régionale venu dans la vallée pour réviser les polices d'assurance, une assemblée générale extraordinaire a lieu à la mairie de Saint-Pons. Bon nombre d'agriculteurs, assurés ou non, sont venus écouter et demander conseil. Depuis la fondation de la Caisse, de nouvelles polices sont enregistrées chaque année. La peur du feu y est pour quelque chose » (Registre op. cit.), souligne le secrétaire. L'assurance renvoie l'image d'une population inquiète. Elle protège, rassure, indemnise. Mais, à demi-mot, « il y a une chose qui est certaine, c'est que l'assurance c'est aussi une cause d'incendie ». On s'étonne de la fréquence des feux de maisons et de granges. Mais avant de se prononcer « il faut prouver... C'est toujours pareil... » Quoi qu'il en soit, les feux de ferme ne peuvent être imputés qu'à la seule malveillance.

18« Il me semble qu'ils avaient dit que c'était un feu de cheminée. Mais je ne peux pas vous le certifier. En principe, c'est un feu de cheminée. Parce qu'à ce moment-là, il n'était pas fréquent de faire ramoner les cheminées. C'est eux qui ramonaient un peu comme ça en passant du genévrier. Alors un tirait par-dessus et l'autre tirait par-dessous. La suie, petit à petit, ça s'accumule et ça met le feu22. » Si le ramonage permet d'enlever les matières combustibles ancrées sur le conduit et prévient les risques d'incendie de cheminée, leur régularité et leur qualité s'avèrent souvent insuffisantes. Une cheminée est construite en principe pour être isolante mais au fil du temps et à force d'être employé, le conduit se détériore. Des fissures apparaissent sous l'effet de la dessiccation des matériaux. Il est rare qu'un feu de cheminée mette le feu à une maison. « En général, la cheminée brûle et puis une fois qu'elle a brûlé elle s'éteint. » Mais si on ne prend pas garde à l'entretien extérieur du conduit, les poussières de la grange, la paille, le foin, les planchers, la charpente, peuvent s'enflammer sous l'effet de la chaleur. « La plupart des cheminées étaient faites de petites pierres mêlées à du plâtre de pays. Alors forcément, ces cheminées, elles se dégradaient. S'il y avait un trou et le foin contre... » Le conduit de la cheminée est le plus souvent maçonné contre un mur extérieur et parfois à l'intérieur même du mur afin de minimiser les risques d'inflammation. « On évitait autant que possible de mettre le conduit de la cheminée au milieu du foin. »

19Au début du siècle, c'est également l'époque où les machines à battre le blé commencent à fonctionner. Les batteuses, installées au cœur même des lieux de stockage, suscitent un grand nombre d'effrois. « Il est arrivé deux ou trois accidents sur l'adroit de Barcelonnette à cause des batteuses. On mettait le moteur sur la machine. Il se trouvait au milieu d'un tas de débris de paille et il mettait le feu. Quand les gens ont vu ça, ils ont mis une courroie un peu plus longue afin de mettre le moteur un peu plus loin. » Entre tradition et modernité, entre « esbarbouille » et moteur à explosion, l'adaptation aux nouvelles techniques est parfois cruelle. « La première fois que nous avons battu le blé à la machine, c'était vers 1924. Avant on tapait le blé à la main sur un esbarbouira pour faire descendre l'épi. On étendait le blé au soleil pour que les gerbes soient très chaudes. On rentrait ça. C'était battu tout de suite. » Un autre fléau est à l'origine des incendies modernes : l'électricité. « Il ne faut pas s'amuser à bricoler avec ça. » Les informateurs ont conscience des risques encourus. Les pratiques rurales témoignent pourtant que les installations électriques sont souvent faites sous la seule responsabilité des propriétaires. Défaut d'isolement, fusibles de trop fort diamètre, raccords lâches, les circuits électriques ne sont pas toujours réalisés selon les normes de sécurité.

20Et puis il y a le rôle des enfants qui revient lors de chaque entretien. Responsabilité passive des nouveau-nés pour lesquels on chauffe la chambre aux risques que l'on connaît afin que les « lardons ne se gèlent pas trop », responsabilité active mais irresponsable des « gamins » qui prennent un malin plaisir aux choses défendues, l'incendie s'associe à de jeunes complices. « On nous recommandait pourtant de ne pas jouer avec des allumettes. Mais c'est ce qu'on faisait. On le faisait parce qu'on était des gamins et qu'on nous défendait de le faire. Je me souviens avec mon frère un jour on s'était imaginé de faire du feu sur une caisse en bois qu'il y avait dans la grange. C'était l'automne. La grange était pleine de foin et à côté de la caisse, il y avait de la paille. Ça n'a pas pris feu. On a eu de la chance. » Tous n'ont pas eu cette chance. Les incendies causés par les enfants, par jeu, par défi, par « misère » semblent aussi fréquents que les sinistres engendrés pour d'autres raisons : « Je me souviens du côté de Rioclar. C'étaient des enfants qui s'amusaient avec des allumettes. Il y avait du foin dans la grange. Ils ont mis le feu. On venait de faire les foins. » L'encadrement de la jeunesse turbulente est amoindri par les travaux d'été. L'organisation déployée pour tenir les plus jeunes occupés, la garde des bêtes en montagne, l'école en hiver, les corvées d'eau et de bois, etc., ne fonctionnent que si la conjoncture nationale et domestique va bien, que si la « domus » est elle-même bien portante. Les guerres, notamment, déstabilisent les foyers. Lors de la Première Guerre mondiale, les enfants d'un écart de la commune sont à l'origine de l'incendie de deux maisons mitoyennes : « C'est les enfants qui ont mis le feu. Il y avait un tas de branches de pin à côté de la grange. Ils ont mis le feu. Ils n'étaient pas surveillés parce qu'il y avait une misère terrible dans cette famille. Le monsieur était à la guerre. Il a été fait prisonnier. Il n'est revenu qu'en 1919. Pendant ce temps sa femme est morte de la grippe espagnole. »

Le temps, l'argent et le savoir

21Il faudrait encore mentionner la foudre mais aucun cas n'a été signalé. La foudre est néanmoins à l'origine d'autres incendies dans la vallée. C'est une cause potentielle à ne pas négliger. Les incendies de forêt déclenchés de cette façon sont nombreux. Les maisons sont également très vulnérables à la violence des orages. Mais les causes naturelles, la foudre, l'inflammation des poussières de granges sous l'effet du soleil, la fermentation du foin humide ne font que peu partie des représentations et sans doute aussi des réalités car à ce niveau les précautions sont prises. Les phénomènes naturels laissent la place aux pratiques humaines. Le feu est avant tout une affaire de responsabilités familiales partagées par les enfants et les adultes.

22Les « petites causes » ne se doublent en aucun cas de jugements de valeur. La faute est bien entendu latente dans les esprits mais elle se décline en explications, en justifications, en manque général des choses essentielles. Par pudeur et par respect du malheur des autres, les « petites causes » sont d'abord une question d'impossibilité. Le temps, l'argent, le savoir ; trois valeurs que le monde paysan revendique au négatif. Avant d'être attribués à la négligence, les feux de cheminées le sont à la pauvreté et à l'usure. La liberté des enfants et leurs jeux incendiaires sont avant tout l'écho d'un manque de temps. Les conséquences malheureuses des batteuses et de l'électricité sont un manque de savoir. Par « manque », l'agriculteur/éleveur se trouve démuni face aux incendies. Il prend bien quelques précautions en évitant de fumer dans les granges, en ne travaillant jamais le fourrage de nuit ce qui nécessiterait l'usage de lampe à huile. Il surveille autant qu'il le peut ses enfants. Il entretient autant qu'il lui est permis de le faire sa bâtisse. Il se renseigne au mieux sur les nouvelles sources d'énergie.

Solidarité villageoise

23Mais les incendies éclatent malgré tout et une fois le fléau déclaré, il n'y a rien à faire : « Une fois que c'est parti, c'est parti. Ça fait peur. On se contente de regarder brûler, de sauver quelques meubles si on peut, tout ce qu'on peut sauver. On va vers l'incendie pour donner secours. On va du côté du feu pour prêter main-forte. » Le voisinage offre par métaphore la pluie diluvienne qui permettrait d'étouffer le brasier. « Quand la foule se met dans la maison, c'est le déluge. Tout le monde sort quelque chose. » Dans l'instant du drame, la solidarité est de l'ordre d'une éthique villageoise. Comme on présente ses condoléances lors du décès d'un voisin, on ne laisse pas seuls ceux qui sont en train de perdre leur maison, leur récolte, leurs outils. La première manifestation d'entraide et de soutien est d'être là avec les propriétaires et de tout faire, pour gêner avec un acharnement sans illusion la progression des flammes, pour sortir de la maison ce qu'il est encore possible de sauver.

24Il n'est pas question d'enrayer l'embrasement. « On va mouiller, on va mouiller... Le problème c'est que l'eau n'arrive pas à pénétrer. Il y a une telle chaleur, l'eau est vaporisée avant de mouiller le fond. » Des journées entières d'arrosage ne permettraient pas de stopper un feu de fourrage. Les collectivités, à cet égard, sont protégées par la loi des procès éventuels qui pourraient être intentés par les particuliers. « L'expérience a prouvé en effet que dans les sinistres survenus à certains bâtiments agricoles ou industriels où étaient entreposées des matières combustibles ou inflammables, si le feu n'était pas éteint dès les premiers instants de son apparition, l'immeuble se trouvait voué à une destruction complète quelle que soit la valeur du personnel et la qualité du matériel du service incendie23. »

25Chaînes de seaux d'eau, pompes à bras, malgré tous leurs efforts, les hommes restent impuissants face au fléau. Après le refroidissement des décombres, par contre, on observe un héroïsme de reconstruction. Le village, en tant qu'unité sociale, s'exprime dans la réfection des voûtes et des murs, dans l'édification des nouvelles charpentes : « La maison a brûlé le 15 mai et ils ont encore rentré la récolte après. C'est-à-dire que ça été fait en vitesse. C'est un pays où il y avait une solidarité énorme parce que les gens étaient pauvres. Les gens laissaient leur travail pour aller aider, pour traîner les pièces de bois aux scieurs de long. Ils sciaient eux-mêmes. Et qui était le chef-d'œuvre ? Le grand-père Léautaud ! Ça c'était un homme qui savait tout faire, la menuiserie, la maçonnerie, les charpentes... Il faisait même les roues de charrette, les fourches, les râteaux... C'était lui le grand chef qui a fait refaire les deux maisons. Un mois après tout était fini. Je me souviens d'un garçon qui était en permission. Eh bien ! Il a passé sa permission à travailler. Les gens laissaient leur travail pour aller remonter les maisons. » Soutien collectif, mais aussi ténacité individuelle, la reconstruction d'une maison est toujours l'occasion d'un énorme travail. Elle soumet les hommes à des épreuves effroyables de résignation. Après la stupéfaction et l'effroi de 1921 : « On s'est mis avec mon père. Tout l'hiver, tous les deux, on a remonté la maison, une maison qui n'était qu'un "clapier"24. On a scié la charpente sous la neige. Les scieurs de long ne voulaient plus travailler. On l'a sciée nous-mêmes. On a tout rebâti. »

L'assurance

26Extinction du feu, prise en charge des personnes à l'issue du sinistre, reconstruction des édifices, la solidarité villageoise est présente à tous les niveaux. Il est intéressant de noter néanmoins que la reconstruction des fermes détruites par le feu sous la forme d'une entraide villageoise où chacun apportait spontanément sa part de service n'a été décrite que pour un seul sinistre éclaté lors de la guerre de quatorze. La gestion villageoise des drames familiaux s'est en effet transformée au cours des décennies. Dès le début du xxe siècle, la généralisation des assurances rompt petit à petit cette tradition d'entraide communale. L'assurance, en administrant les dégâts causés par le feu ainsi que la réfection des immeubles biaise petit à petit les relations sociales traditionnelles. On accourt toujours bien entendu sur les lieux du sinistre. On se débat aux côtés des propriétaires avec le même acharnement. On compatit à la douleur des familles mais à chaque nouvelle police signée auprès de la Caisse locale d'assurance25, la solidarité villageoise à l'égard des ravages du feu cède la place à un individualisme plus marqué. Le réseau d'entraide se transforme insidieusement en un groupement associatif où « droits d'entrées », « primes », « expertises » et « remboursements » polarisent l'attention des agriculteurs. L'aspect monétaire du système suscite de plus des méfiances et des suspicions. La quête du gain dans les propos de certains informateurs semble avoir biaisé l'éthique communautaire traditionnelle. La rumeur laisse entendre que « lorsque les fermes brûlaient, elles étaient en général assurées ».

Haut de page

Bibliographie

Arnaud F. et Morin G., 1920. Le langage de la vallée de Barcelonnette, Paris/Marseille, Laffite Reprints, 1981.

Bromberger C., Lacroix J. et H. Raulin, 1980. L'architecture rurale française : Provence, Paris, musée des Arts et Traditions populaires/Berger-Levrault.

Bromberger C., 1989. Provence. Ethnographie, Paris, Christine Bonneton.

Martel P., 1983. Les blés de l'été, Mane, Les Alpes de Lumière.

Massot J.-L., 1975. Maisons rurales et vie paysanne en Provence, SERG.

Musset D. et J. Maurel, 1986. Les habitants de l'Ubaye. Récit de la transformation d'une vallée, Mane, Les Alpes de Lumière.

Parain C., 1936. La Méditerranée. Les hommes et leurs travaux, Paris, Gallimard.

Klapisch-Zuber C., 1990. La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l'Italie de la Renaissance, Paris, Editions de l'Ecole des hautes études en sciences sociales.

Règlement d'instruction et de manœuvre des sapeurs-pompiers communaux (n.d.). Paris, France-Sélection.

Manuscrits.

Louis Miguel. Monographie n° 15. Enquête sur l'architecture rurale traditionnelle du Centre d'études 1425, Basse-Provence, Vaucluse, Var, Bouches-du-Rhône, 1944-1945.

Registre des procès-verbaux de la Caisse d'assurances mutuelles agricole contre l'Incendie de Saint-Pons (1909-1949), canton de Barcelonnette, département des Alpes de Haute-Provence.

Haut de page

Notes

1Les noms et prénoms sont fictifs.
2Le discours sur les incendies de fermes est apparu spontanément à l'occasion d'une recherche sur les patrimoines familiaux. Quelques entretiens spécifiques ont été réalisés par la suite afin de compléter les premiers témoignages. Les habitants de la commune de Saint-Pons, nés dans les deux premières décennies du siècle, ont permis de dresser le tableau des incendies de fermes qui se sont déclarés dans le village. Leurs récits sont à la base de ce travail ainsi que les déclarations de sinistres contenues dans le registre des procès-verbaux de la Caisse locale d'assurances mutuelles agricoles contre l'incendie de Saint-Pons fondée en 1909 en vertu de la loi du 4 juillet 1900.
3Argile mêlée de pierre.
4Département des Alpes de Haute-Provence, canton de Barcelonnette.
5Le plan cadastral et l'état des sections des propriétés non bâties et bâties de 1835 ainsi que les témoignages oraux de la population nous autorisent à penser que la commune ne regroupe pas plus de 58 maisons d'habitation effectives vers 1930.
6Il s'agit des hameaux lointains d'une commune.
7Hameau de la commune d'Enchastraye.
8En raison des crues dévastatrices du riou Bourdoux, torrent principal de la commune et de la surexploitation des larges flancs ensoleillés du bassin versant de ce cours d'eau, le Service des eaux et forêts exproprie dans les années 1880 les habitants des hameaux de Servière afin d'entreprendre un chantier de reboisement. 1 100 hectares ont été boisés afin de lutter contre l'érosion (Maurel 1987).
9Règlement d'instruction et de manœuvre des sapeurs-pompiers communaux (non daté : 1197).
10Ibid.
11La nourriture des animaux d'élevage (poules, lapins, cochons, agneaux, vaches) réclame régulièrement la cuisson de quantités de carottes, de pommes de terre et de betteraves.
12Registre des procès-verbaux de la Caisse locale d'assurances mutuelles agricoles contre l'incendie de Saint-Pons.
13Enquête sur l'architecture rurale traditionnelle du Centre d'études 1425 sur la Basse-Provence, le Vaucluse, le Var et les Bouches-du-Rhône, Monographie n° 15. Commune Saint-Paul-sur-Ubaye, architecte Miguel Louis, 1944-1945.
14La voûte en berceau est surtout employée en Basse-Provence et convient parfaitement pour couvrir des plans très allongés comme les bergeries. Les voûtes d'arête avec nervures se retrouvent dans la vallée de l'Ubaye et sont utilisées sur des plans de forme carrée. La construction d'une voûte d'arête se fait à partir de la mise en place d'un cintre de charpente du galbe de la voûte sur lequel on applique une couche de mortier où seront posés à l'équerre des moellons de calcaire. Le sommier de la voûte est rempli ensuite avec divers débris. Le décoffrage a lieu une fois que le mortier a bien établi sa prise. (Massot 1975 : 345-348).
15Dans la première pièce de la maison dans laquelle pénètrent les hommes et les bêtes, s'ouvrent sur un bord une grande porte à deux vantaux faisant communiquer ce vestibule avec l'étable/bergerie, et sur l'autre la porte de la cuisine. L'escalier qui permet d'accéder au premier étage et à la grange prend position face à la porte d'entrée.
16Ustensile formant un bâti creux servant à chauffer un lit.
17Technique de construction remarquée dans la haute vallée de l'Ubaye par Miguel Louis. Enquête sur l'architecture rurale traditionnelle du Centre d'études 1425 sur la Basse-Provence, le Vaucluse, le Var et les Bouches-du-Rhône, Monographie n° 15, Commune Saint-Paul-sur-Ubaye, 1944-1945. Voir la coupe transversale ci-dessus.
18Il s'agit du fenil du deuxième niveau. Aucune chambre n'a jamais été remarquée au niveau de la grange principale.
19Six mois de stabulation s'étalant du 25 novembre au 25 mai.
20Grosse planche penchée sur laquelle les gerbes sont battues à la main.
21Mélange de foin et surtout de regain et de paille piétinée.
22Bien que peu fréquent dans certaines familles comme l'exprime cet informateur, le ramonage est une pratique effective dans les zones rurales de Haute-Provence. Nombreux sont les témoignages qui font état des « petits Italiens » qui passaient régulièrement dans les fermes pour offrir ce service.
23Conseil d'Etat du 21 janvier 1966.
24Amoncellement de pierre.
25Loi du 4 juillet 1900. Article unique. – Les Caisses d'assurances mutuelles agricoles sont gérées et administrées gratuitement et n'ont en vue la réalisation d'aucun bénéfice. Ces Caisses d'assurances mutuelles agricoles se constituent en se soumettant aux prescriptions de la loi du 21 mars 1884 sur les syndicats professionnels.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Feschet V., 1992, « Les granges en flammes. Les incendies de ferme en Provence alpine entre 1900 et 1950 », Terrain, n° 19, pp. 81-90.

Référence électronique

Valérie Feschet, « Les granges en flammes », Terrain [En ligne], 19 | octobre 1992, mis en ligne le 02 juillet 2007, consulté le 23 février 2017. URL : http://terrain.revues.org/3047 ; DOI : 10.4000/terrain.3047

Haut de page

Auteur

Valérie Feschet

Laboratoire d'ethnologie méditerranéenne et comparative Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org