Navigation – Plan du site
Repères

Le fait technique total

La raison pratique et les raisons de la pratique dans l'œuvre de Marcel Mauss
Nathan Schlanger
p. 114-130

Entrées d’index

Lieux d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1« Mauss », dit Leroi-Gourhan, « chacun le connaît pour soi. » J'ai d'abord lu Mauss dans un souci d'ordre « généalogique », en m'attendant à y trouver des formulations naissantes de ce qui allait devenir, avec Leroi-Gourhan, la chaîne opératoire. En fait, cette lecture m'a permis de découvrir que les conceptions technologiques de Mauss ne sont pas rudimentaires mais, au contraire, cohérentes et riches. D'autre part, ce n'est pas dans le simple prolongement des conceptions de Mauss, ni à la suite de ses préoccupations, que Leroi-Gourhan « réinvente » et utilise la chaîne opératoire. Il y a plutôt un différend de grande portée qui les sépare : si le débat entre Mauss et Leroi-Gourhan n'a pas eu lieu1, il n'en serait pas moins fascinant à retracer.

2Rien ne m'avait préparé à l'existence d'un Mauss « technologue » : contrairement à d'autres aspects majeurs de sa pensée, la technologie de Mauss est restée négligée et méconnue. Certes, on mentionne son acte traditionnel efficace, mais le plus souvent comme un simple motto, une entame vite dépassée. Tout naturellement, on place les « Techniques du corps » au premier plan d'une étude technologique. On n'en retient que le titre suggestif, et la notion de techniques non instrumentales (puisque corporelles). Or ce point, tout valide qu'il soit, n'est qu'un seul aspect d'une réflexion bien plus vaste et profonde.

3En m'aidant de citations qui préservent l'allure et la saveur de la rhétorique originale, je présenterai ici la technologie de Mauss telle que je la comprends. Ce n'est cependant pas par intérêt érudit ou hagiographique que je m'attacherai, pour reprendre l'expression de Durkheim, à l'étude scrupuleuse d'un grand maître. S'il est intéressant de savoir ce qu'on « doit » à Mauss, c'est bien parce que « ses rouages les plus secrets » sont encore maintenant féconds et importants.

4Je propose donc de suivre un thème central qui me semble traverser toute l'œuvre de Mauss : le thème de la pratique raisonnée, constitutive, en perpétuel devenir. On verra que, pour Mauss, la technique est fondamentalement sociale, puisqu'elle est une des manifestations du social, un des phénomènes qui le caractérisent. Mais, plus qu'un accompagnement, la technique est aussi un élément fondateur de la société, quelque chose qui la constitue et la conditionne, qui la répète et la façonne. Dans cette acception, la technique va devenir pour Mauss le nom métonymique de la société. Dans son devenir concret et matériel, le fait technique capte l'essence même de la « nature » sociale, et nous la fait comprendre.

5La technologie - ses objets de recherche et ses modes de pensée - devient alors cardinale. Avec elle, les termes et les concepts, les relations entre technique, technologie et sociologie, entrent aussi en « perpétuel devenir » (1939 : 162) ; ils se meuvent, se refondent et se régénèrent au fil de la pratique scientifique, tout au long de la formulation et de la constitution d'un savoir.

6Pour comprendre les raisons de la pratique technologique, suivons-la d'abord dans son cadre sociologique, puis dans ses démarches méthodologiques. Cela nous permettra de comprendre ensuite comment, et en quel sens, les « techniques du corps » sont « techniques ».

Divisions et proportions

7L'historiographie habituelle assigne à Mauss, dans la lignée de Comte et de Durkheim, la tâche programmatique de définir et de délimiter l'« espèce » sociale dans son cadre propre : la nouvelle science du social, sur le modèle des sciences exactes et des sciences naturelles, se devra d'être objective, mesurable et découvrable. Cette vue conventionnelle (alimentée sans doute par Mauss lui-même dans sa persona d'héritier et de chef d'école) suppose que le neveu n'a jamais consciemment dévié de l'enseignement de Durkheim.

8Pourtant, en pratique, les efforts scientifiques de Mauss prennent une allure fort différente. Chez lui, le caractère sui generis de la sociologie, soit dans son domaine propre, soit vis-à-vis d'autres disciplines, est beaucoup moins tranché. Les notions et les thèmes deviennent des « angles », des « points de vue », qui sont « relatifs », « provisoirement nécessaires » ; il s'agit de précédents, plus que de déterminants (e.g. 1924 : 290 ; 1927 : 219). L'observateur, dira Mauss dans le Manuel, « devra s'entraîner à rompre systématiquement toutes les divisions que nous exposons ici d'un point de vue didactique » (1947 : 190). Donc, ce qui fait l'intérêt de la méthode (durkheimienne) des « divisions et proportions des divisions », c'est qu'elle fait appel à une attitude méthodologique souple, à une posture réflexive qui permet « (...) de donner le sentiment de ces liens les plus divers de causes et d'effets, de fins, de directions idéales et de forces matérielles (...) qui, en s'entrecroisant, forment le tissu réel, vivant et idéal en même temps, d'une société » (1927 : 215)2.

9Pour connaître ce tissu « réel, vivant » et « idéal », il faut effectivement diviser, proportionner, discipliner. Mais pour le comprendre, tel qu'il est vraiment, il faut unir. On ne peut se méprendre, me semble-t-il, sur le statut et le rôle de la méthode ici, et sur la perspective interprétative qui commande cette stratégie3.

« La masse des individus, leurs actes, et leurs idées »

10Dès 1901, et surtout avec les reprises de L'Année sociologique, Mauss élabore une distinction, reprise de Durkheim, qu'il juge fondamentale : la distinction entre les phénomènes sociaux qui concernent la « morphologie » du groupe, et ceux qui concernent sa « physiologie ». Et c'est dans cette seconde catégorie qu'il place la « sociologie technologique » (1901 : 176). Mauss perçoit bien les dangers que ces emprunts terminologiques trop directs peuvent poser. La morphologie sociale, dit-il, ne doit pas être rapprochée directement de celle des biologistes ; la physiologie sociale ne devrait pas réveiller la métaphore de l'organisme social. Ces notions doivent, en fait, « être dégagées de tout souvenir des sciences de la vie » (1927 : 206-208). Une fois « purgées », elles peuvent éclairer l'ensemble du social : « En fait, il n'y a dans une société que deux choses : le groupe qui la forme (...) d'une part, les représentations et les mouvements de ce groupe, d'autre part. C'est-à-dire qu'il n'y a, d'un côté que des phénomènes matériels [les choses et les structures] ; et d'un autre côté [ces structures en mouvement, c'est-à-dire leurs fonctions et le fonctionnement de ces fonctions]. Parmi les idées et les actions communes en ces hommes, celles qui sont, en même temps, l'effet de leur vie en commun. Et il n'y a rien d'autre » (1927 : 205-206).

11La physiologie sociale elle-même peut d'ailleurs être divisée de cette manière (Figure 1). Elle comprend d'une part, les pratiques collectives, « dans le cas où les actes sont traditionnels et répétés en vertu de la tradition », et, d'autre part, les représentations collectives - « les idées et sentiments collectifs qui président ou correspondent à ces actes » (1927 : 208).

12Si ces catégories sont des notions relatives, explicitement distanciées de leurs sources métaphoriques, quel est l'intérêt propre de la distinction morphologie/physiologie ? C'est, me semble-t-il, qu'elle prend pour critère essentiel l'idée de rapports. Tout se passe comme si Mauss, ayant vu clairement au premier plan, du mouvement, du fonctionnement, ait entrepris en un second temps d'énoncer et de définir les choses qui sont en mouvement et qui fonctionnent. « (...) Séparant mieux les deux groupes de faits qui sont fonction l'un de l'autre : les représentations collectives et les pratiques collectives, cette division fait mieux apercevoir les rapports qui les unissent, en particulier, leurs relations indirectes et cependant intimes. Elle postule qu'il n'y a pas de représentation qui n'ait à quelque degré un retentissement sur l'action, et qu'il n'y a pas d'action pure » (1927 : 217).

La technologie - directions de recherche

13Mauss établit ainsi deux principes cardinaux. Il réinsère explicitement les phénomènes techniques au cœur de la physiologie sociale - au cœur de la « structure en mouvement » ; et il nous rend absolument clair que l'étude des techniques - la technologie - embrasse les multiples « retentissements » et « rapports » entre structure et mouvement, action et représentation.

14Les textes proprement « technologiques » de Mauss ne sont pas nombreux. Quelques pages dans « Les divisions et proportions » (1927), « Les techniques et la technologie » (1941), le chapitre IV du Manuel d'ethnographie (1947)4 ; et, ne serait-ce que pour le titre, « Les techniques du corps » (1936). Mon exposé va se dispenser de « définitions préalables » de la technique, et va plutôt refondre plusieurs des distinctions de Mauss (Figures 2 et 3), pour en dégager deux perspectives : la direction diachronique, qui aborde la tendance technique générale, et la direction synchronique, qui aborde le fait technique particulier.

Logique et histoire

15La technologie générale, ou diachronique, est instructive plutôt pour ses difficultés que pour son contenu proprement dit. Mauss perçoit au musée d'Oxford « comment l'homme s'est dégagé de ses entraves animales, et comment il a développé logiquement et historiquement ses techniques et ses beaux-arts » (1925 a : 509). C'est cette notion d'un développement logique et historique qui rend la technique problématique.

16La logique du développement technique est une logique intrinsèque à ce qui est l'attribut des « techniques proprement dites » - c'est-à-dire, à l'instrument. Influencé par la « mécanique » de Franz Reuleau, Mauss propose une triple division, fondée sur le nombre d'éléments ou d'objets mis en jeu : l'outil, l'instrument, et la machine (1947 : 26). Aussitôt, Mauss introduit une dimension progressive et, par extension, chronologique, dans cette répartition. « L'humanité, dès l'époque paléolithique, se divise aisément selon ces différents âges (...) [le paléolithique supérieur] est l'ère [du grand développement] de la machine » (1947 : 26, et cf. 1927 : 197).

17Si nous acceptons ce schéma, nous avons là un moyen « pur » et objectif d'organiser et de classer la vie technique des hommes, « depuis l'origine de l'humanité et jusqu'à nos jours » (1941 : 250). Il devient possible de reconstituer, avec prudence, l'histoire des sociétés réputées sans histoire (1941 : 253).

18Cependant, bien qu'elle soit « un compromis entre la nature et l'humanité [et] par ce fait, par cette position extraordinaire, extrasociale, la technique a aussi une « nature générale et humaine » (1927 : 197). Elle est « le signe certain de l'humanité » (1941 : 225). Si elle dépasse les limites des sociétés, ce n'est pas seulement par sa performance matérielle ou par « nature », mais tout autant parce que, partout, la technique est « la chose sociale expansive par excellence » (1927 : 197). En même temps, paradoxalement, ce qui caractérise la technique, c'est de « varier infiniment », d'être « particulière à une société », « spécifique à chacune ».

19La technique est donc simultanément logique (ce qui fait d'elle un contenant extrasocial, délimité et convergent) - et historique (ce qui la remplit d'un contenu socialisé, illimité et divergent). Mauss n'entend pas, dans sa technologie générale, arbitrer un conflit de suprématie entre logique et histoire ; mais plutôt voir comment, en se réalisant, le conflit se résout concrètement. Ce qui l'intéresse, c'est de dépasser la logique intrinsèque (la « tendance », dirait Leroi-Gourhan) aussitôt qu'elle est pratiquée. Ce qui lui importe, c'est d'établir (d'une manière assez lâche) des rapports « indirects et cependant intimes » entre techniques, humanité et société. Car, de son point de vue, « deux faits dominent l'histoire naturelle des sociétés. Dans toutes se trouvent des phénomènes de même sorte (...) [qui obéissent à des lois, à des rapports nécessaires, généraux et intelligibles]. Mais aussi ces phénomènes de diverses sortes [qui] se trouvent, dans chaque société, différemment dosés, différemment colorés. Tout au long du progrès humain, dans la généalogie des sociétés, la dimension de chacun a varié ; et c'est dans cet immense bariolage de leurs variations, successives et simultanées, c'est dans le kaléidoscope de leurs dispositions toujours changeantes que réside le secret de ce mélange qui est particulier à telle société, à tel moment, qui lui donne un aspect et, à chacune de ses époques, pour ainsi dire, un style, un aspect spécial. C'est le mystère de ces rapports et de ces mélanges qu'il faut chercher... » (1927 : 202).

Une ethnographie utopique

20C'est dans la technique vécue et pragmatique, faite à tous moments du jour, que le « mystère » de ce kaléidoscope se met en mouvement. Pour mieux comprendre la technologie du fait particulier - synchronique, cette fois - replaçons-la dans l'entreprise ethnographique. « Le jeune ethnographe qui part sur le terrain doit savoir ce qu'on sait déjà, afin d'amener à la surface ce qu'on ne sait pas encore. » « L'ethnographe doit avoir le souci d'être exact, complet ; il doit avoir le sens des faits et de leurs rapports entre eux, le sens des proportions et des articulations (...) [Il doit être] à la fois chartiste, historien, statisticien... et aussi romancier capable d'évoquer la vie d'une société tout entière. » « Ne négliger aucun détail (...). Il faut non seulement décrire tout, mais procéder à une analyse en profondeur, où se marquera la valeur de l'observateur, son génie sociologique » (1947 : 5,7 passim).

21Ce que Mauss conçoit et préconise, c'est une ethnographie utopique qui serait aussi - hyperactive et névrotique - une ethnographie impossible. Dans leur bariolage éclectique et épuisant, les instructions technologiques en sont un exemple symptomatique. En étudiant la poterie (1947 : 33-37), il faut « recueillir des échantillons de terre ; pour que l'argile reste humide, l'envelopper de chiffons humides et de taffetas gommé. Nom indigène, nom scientifique de la terre ; point d'extraction ; préparation, mélanges. Il y a des mines d'argile. Toute l'Amérique du Sud possède un mythe du kaolin » (1947 : 34).

22Potier accompli, le chercheur idéal sera un expert encyclopédique, compétent en géologie, minéralogie, économie, mythologie, linguistique et taxinomie indigènes, histoire de l'art, etc. Et la poterie, ne l'oublions pas, n'est qu'une des nombreuses choses qu'il faut savoir, pour amener à la surface ce qu'on ne sait pas encore (cf. figure 2).

23Comment comprendre l'idée d'une telle poursuite obsédante ? Cette ethnographie relève de deux principes. D'une part, c'est une réaction contre ce qui se fait à cette époque. Il s'agit de prendre le contre-pied des récits hâtifs et superficiels, récoltés au gré des voyages et des entreprises coloniales, et de les remplacer par des études poussées et exhaustives. Mauss se rattache par là à un certain idéal scientifique pour lequel il faut, en premier lieu, produire un fondement factuel et empirique, et établir un corpus sur lequel asseoir un savoir.

24D'autre part, « [s']il n'y a pas de fait, si mince soit-il, que [la sociologie] puisse négliger comme dénué d'intérêt scientifique » (1901 : 158), c'est bien parce que « rien ne se comprend si ce n'est par rapport au tout » (1924 : 214). Nous retrouvons ici la même conception sous-jacente des divisions sociologiques : « ce que je propose d'appeler des phénomènes de totalité, où prend part non seulement le groupe, mais encore, par lui, toutes les personnalités, tous les individus dans leur intégrité morale, sociale, mentale, et surtout corporelle ou matérielle » (1924 : 303 et 1925 : 274 ; 1927, 1936).

25La science, ses normes et ses buts, demande donc de tout voir, tout savoir, tout comprendre. Mais comment s'orienter à travers cet « immense bariolage » ? Comment accomplir le travail essentiel de l'ethnographe, travail qui consiste « à discerner dans chaque activité la part mutuelle du technique et du religieux ou du magique ; ceci partout, dans chaque esprit, à chaque moment » (1947 : 201) ? L'enjeu, ici, est la méthode.

Etre et devenir

26La démarche que propose Mauss est à la fois simple et originale. Si Durkheim déclarait que la première règle « est de considérer les faits sociaux comme des choses » (1895 = 1988 : 108), Mauss, lui, va reprendre cette règle en la retournant. Il nous invite, par la technologie, à considérer les choses, concrètes et matérielles, comme des faits sociaux : qu'elles soient, comme le don, « données, reçues et rendues » (1925), ou qu'elles soient, comme les charmes et les amulettes « la preuve du fait social » (1947 : 7). La technologie de Mauss reflète ainsi ses intérêts de fond, qu'elle prolonge directement.

27Pour pouvoir être vu comme un fait social, « tout objet doit être étudié : 1° en lui-même ; 2° par rapport aux gens qui s'en servent ; 3° par rapport à la totalité du système observé » (1947 : 26-27). L'objet pris en lui-même, peut être considéré sous deux points de vue complémentaires : en tant que ce qu'il est et en tant que ce qu'il devient.

28L'objet qui est existe « logiquement » et « technologiquement ». D'une part, on peut constituer des séries d'objets, identifier des types et des styles (1947 : 22), et étudier, à partir de là, des aires de répartition et de développement (e.g. 1941 : 253) rejoignant ainsi une technologie diachronique des civilisations. Et d'autre part, on peut aussi considérer l'objet comme actif. « Comment s'en sert-on ? A quoi sert-il ? », cette question rend l'objet compréhensible par son « fonctionnement ». Ici, « le point de vue technologique conduira par exemple à l'étude de la hache, mais non à l'étude de toutes les armes sans distinction » (1947 : 22) : la hache, tout en étant une arme, fonctionne autrement que l'épée ou la lance. De plus, les outils ne seront pas classés en fonction de leur matériau, ou de leur objectif spécifique, mais plutôt à partir de leur activité ou de leur manière d'agir : « outils de poids et de choc... outils de frottement... outils pour trouer » (1947 : 27)5.

29L'objet qui devient est aussi de l'ordre du fonctionnement, mais à un autre niveau. Dans son devenir, des rapports, des interactions, des motivations sont mis en jeu par l'acte technique - qui s'en trouve, plus que jamais, social. Mauss insiste à maintes reprises sur la nécessité d'une étude intensive et complète de ce devenir, étude qui comprendra « les différents moments de la fabrication, depuis le matériau grossier jusqu'à l'objet fini », et qui en retracera tout « l'enchaînement organique », avec ses « étapes » et ses « opérations » essentielles, les « passages d'une forme à l'autre », les « maniements », les « tours de main » et le « travail des doigts »... (1947 : 22, 27, 32, 35, passim).

De la technologie à la technique

30Nous pouvons mieux comprendre la technologie à présent, dans ses objectifs et ses démarches, ses contraintes et son savoir possible. La technologie, on l'a vu, comporte une double classification. D'une part, les techniques connaissent un développement logique, un déroulement chronologique qui restent caractéristiques et reconnaissables dans chacune de ses occurrences. D'autre part, les techniques ont des manifestations historiques particulières, propres à chaque société, « au point d'en être pour ainsi dire signe ».

31La technologie possède aussi une double nécessité scientifique. Par l'application de ses méthodes, elle nous aide à saisir l'objet dans son cadre d'action technique. Ainsi, « le métier à tisser est incompréhensible sans documents montrant son fonctionnement » (1947 : 12). La méthode technologique replace le fait étudié dans son cadre de recherche. Le fait technique est un fait social comme les autres, et doit être situé dans son contexte, au confluent des interactions qui lui confèrent son sens.

32Mais Mauss rejoint aussi la technologie à un niveau plus profond, qui répond à une constante originale dans sa réflexion. Soumis ainsi à différentes méthodes d'étude, le fait technique devient faire technique, puis encore faire social. La technique se révèle alors être une de ces pratiques « insidieuses », perpétuellement et profondément impliquées dans le devenir de la société, dans la constitution de sa forme et de sa raison. Mauss va partir de là pour juxtaposer le caractère empirique et concret du technique avec l'intuition fondamentale qui lui est propre. Il va ainsi poser la notion de « technique » comme un concept total, à la fois abstrait et réifié, concept dont il va faire un moyen puissant de compréhension et de savoir.

« Techniques du corps » - la conception

33On se rappelle que Mauss raconte, dans les premières pages des « Techniques du corps » (1936 : 365-372), comment il s'est vu obligé de reléguer à la rubrique embarrassante du « divers » toute une série de phénomènes : des impressions recueillies pendant la guerre, ses cours de gymnastique, sa façon de nager comme un bateau à vapeur, les jeunes filles qu'il observe au cinéma, en Amérique, ou encore marchant dans les rues de Paris. Il y ajoute un récit ethnographique, un mythe australien, et une définition trouvée dans l'Encyclopaedia Britannica.

34Tout cela présente pour lui une unité : il s'en approche, s'y débat, n'en est pas satisfait. Subitement, d'un coup, Mauss va enfin pouvoir ressusciter ces phénomènes, leur donner forme et corps, les organiser, les saisir dans leur unité. Et cela non pas à la suite d'expositions exhaustives ou de données nouvelles, mais d'un simple coup de plume, en les nommant : « Tous ces modes d'agir étaient des techniques, ce sont des techniques du corps » (1936 : 371, passim).

35Le terme « technique », somme toute assez banal, réussit, par sa seule mention, à exprimer et à expliquer son objet d'une façon succincte et complète. S'il en est ainsi, il nous faut montrer pourquoi et comment ce terme explique : les « techniques du corps », le phénomène désigné et défini, va nous servir d'exemple, d'occurrence diagnostique et donc explicative, de ce qu'est la « technique ». En effet, les techniques du corps peuvent être dites « techniques » de deux façons (non exclusives d'ailleurs) : par extension, en prolongeant un phénomène vers un autre jugé similaire ; et par abstraction, en investissant un concept de tout un sens métaphorique et heuristique. Dans les deux cas, c'est par rapport à l'acte corporel que la technique est définie comme acte traditionnel efficace (1936 : 370, 371) : un acte arbitraire, collectif, raisonné, d'une efficacité multiple.

Technique et corps sont naturellement arbitraires

36Il ne faut pas considérer, dit Mauss, qu'il y a technique uniquement quand il y a instrument. Le terme peut s'étendre jusqu'à (faire) comprendre le corps humain, « le premier et le plus naturel instrument de l'homme. Ou plus exactement, sans parler d'instrument, le premier et le plus naturel objet technique - et en même temps moyen technique - de l'homme, c'est son corps » (1936 : 372).

37Mauss va alors, on s'en souvient, considérer plusieurs principes de classification (sexe, âge, rendement, transmission) (1936 : 373-375), et opter pour une « énumération biographique des techniques du corps » ; ses modes d'agir aux différents moments de la vie (naissance, enfance, adolescence) et de la journée (sommeil, repos, activité) (1936 : 376-383). Si le corps, inévitablement présent, est aussi perpétuellement employé, on pourrait en conclure qu'il est lui-même le prototype technique. Le corps, qui se passe d'instruments, qui est son propre objet et son propre moyen technique, serait alors le précurseur, le modèle et la source des instruments.

38En fait, l'absence d'instruments n'est un critère ni de définition, ni d'exclusion : « Il y a des techniques du corps qui supposent un instrument » (1936 : 377). Les exemples de Mauss sont nombreux : les gens à berceaux et sans berceaux ; avec oreillers, sans couvertures ; les bêches françaises, et les anglaises, etc. D'autre part, le corps n'est ni l'inspirateur ni le précurseur matériel de la technique. C'est sur ce point que Mauss va apparemment s'aventurer au plus près de la pensée de Leroi-Gourhan, puisqu'ils abordent le même objet - l'organisme humain - avec un langage compatible : « premier », « naturel », « technique ».

39Pour Leroi-Gourhan, nous l'avons vu, la technicité humaine est une propriété somatique, l'aboutissement évolutif des couples nerf/muscle, face/membre, et ultimement cerveau/main (1957, 1964, 1983). La technique est virtuellement la continuation du corps, qui est le moyen premier et naturel ; elle est l'extension et l'« extériorisation » de l'organe. C'est alors l'organisme qui est la source métaphorique, l'origine des images projetées vers la technique pour l'éclairer.

40Pour Mauss aussi, le corps est « premier et naturel », mais d'une autre façon, et pour des raisons très différentes. Au sens large, naturel est souvent employé pour désigner ce qui est (pris pour) évident, habituel, non questionné. Ainsi : « La danse enlacée est un produit de la civilisation moderne d'Europe. Ce qui vous démontre que des choses tout à fait naturelles pour nous sont historiques » (1936 : 381). Mais quand Mauss dit qu'« il n'y a pas de "façon naturelle" chez l'adulte » (1936 : 370), il entend par là que la nature, ses lois et ses processus, ne peuvent pas (faire) comprendre le corps, ni en rendre entièrement compte. Et c'est justement à ces façons d'agir non naturelles que l'expression « techniques du corps » se rapporte. Cette appellation suppose (littéralement) que la technique ne découle pas « naturellement » d'un phénomène vivant qui la précède et la détermine ; et elle implique aussi (figurativement) que l'organisme est le destinataire, et non pas l'inspirateur, des métaphores explicatives.

41Si Mauss peut déclarer, par exemple, « rien n'est plus technique que les positions sexuelles » (1936 : 383), c'est bien parce que « technique » est un terme abstrait et investi de sens : la technique est « humaine par nature » (1941 : 253), c'est-à-dire « arbitraire » (1927 : 198).

42Tout phénomène social, explique Mauss, a ce même caractère essentiel : qu'il soit un symbole, un mot, la science la mieux faite, « (...) qu'il soit l'instrument le mieux adapté aux meilleures et aux plus nombreuses fins, qu'il soit le plus naturel possible, le plus humain, il est encore arbitraire. (...) Une poterie, un outil, tout a un type, un mode, et (...) un mode à soi d'utilisation. (...) Le domaine du social, c'est le domaine de la modalité. Les gestes mêmes, le nœud de cravate, le col et le port du cou qui s'ensuit (...), tout a une forme à la fois commune à de grands nombres d'hommes et choisie par eux parmi d'autres formes possibles » (1929 : 470).

L'instrument le premier et le plus naturel

43C'est par les techniques du corps que l'homme va atteindre la totalité de sa personne : il va accéder à ses recoins et ses réserves, à ses ressources les plus sauvages, pour consciemment les contenir et les domestiquer. Exercer l'enfant à nager, c'est l'habituer à dompter ses réflexes, à inhiber ses peurs, c'est créer et sélectionner en lui une certaine assurance (1936 : 366). Le principal gain que Mauss voit à son alpinisme d'autrefois, c'est de l'avoir éduqué au sang-froid. Ce sang-froid « sert avant tout un mécanisme de retardement, d'inhibition de mouvements désordonnés ; ce retardement permet une réponse ensuite coordonnée (...) dans la direction du but alors choisi. Cette résistance à l'émoi envahissant est quelque chose de fondamental dans la vie sociale et mentale » (1936 : 385). Car, enfin, c'est bien « grâce à la société qu'il y a une intervention de la conscience (...) qu'il y a sûreté des mouvements prêts, domination du conscient sur l'émotion et l'inconscience » (1936 : 386).

44Moyens de résistance et d'inhibition, les techniques du corps vont aussi remplir l'espace de possibilités qu'elles ont ainsi dégagé. Elles instaurent, elles remplissent, elles manifestent. L'homme fort, l'homme qui sait se comporter à la guerre, c'est « celui qui résiste à l'instinct, ou plus exactement celui qui le corrige grâce à d'autres instincts » (1924 : 296). Ces « autres instincts », fruits de l'éducation, feront passer l'homme d'être un corps à avoir un corps. L'attitude morale et physique que la société inspire à ses membres et dans ses membres, s'inscrira et s'incrustera en eux, jusqu'à faire partie de leur nature.

45Les techniques du corps sont donc arbitraires ; autrement dit, elles sont « particulières à chaque société, au point d'en être signe » : le Français, l'Anglais, la jeune fille américaine, la jeune fille élevée au couvent, tous ont des façons de marcher distinctives et reconnaissables. Ainsi, « vous pouvez deviner avec sûreté, si un enfant se tient à table les coudes au corps et, quand il ne mange pas, les mains aux genoux, que c'est un Anglais » (1936 : 368). Mais les techniques du corps ont beau relever d'une idiosyncrasie sociale, et constituer un datum sociologique, ce n'est pas là seulement que réside leur intérêt et leur efficacité.

46Le « gait », ce jeu des hanches des femmes maori (1936 : 370), est une gestuelle acquise, non naturelle, une question d'esthétique locale (disgracieux pour nous, admiré par eux), une affaire, enfin, de choix arbitraire. Mais, tout arbitraire qu'il est, ce « gait » n'en est pas moins contraignant et obligatoire. Montée « par et pour l'autorité sociale », cette façon de marcher doit être perpétuellement montrée et assumée de son propre corps, contraint et discipliné si besoin est. L'enfant prend certaines postures « qui lui sont infligées » (1936 : 377). A se tenir droit, « comme il faut », son corps lui sert d'affiche et d'aide-mémoire ; ses bonnes manières seront visibles et offertes à la critique des autres ; jusqu'au moment où, une fois endoctriné, elles deviendront invisibles pour lui-même. Par rapport au petit dîneur anglais, « une jeune Français ne sait plus se tenir ; il a les coudes en éventail : il les abat sur la table » (1936 : 368). Ce qui est visible en ce point, c'est l'attribution d'une valeur sociale à l'arbitraire, qui devient alors une conduite évaluable, sujette à approbation ou à réprobation.

47L'acte du corps, donc, n'est pas le produit de « je ne sais quels agencements et mécanismes purement individuels, presque entièrement psychiques ». L'acte s'imite et s'émule à partir de personnes en qui nous avons confiance et qui ont autorité sur nous ; personnes de prestige dont les actes sont « ordonnés, autorisés, prouvés ». L'acte s'impose du dehors, d'en haut ; il est monté non seulement par l'individu, « mais par toute son éducation, toute la société dont il fait partie, et la place qu'il y occupe » (1936 : 369, 372, passim).

48Et c'est ainsi que le corps se retrouve technique : il est, au sens propre, « le premier et le plus naturel instrument de l'homme » - instrument d'acculturation, de contrôle, qui domptera de son mieux les comportements indésirables de l'organisme animal. Instrument d'incorporation, qui positionne, construit et discipline l'être social. C'est « techniquement » que le corps s'intègre au « rythme naturel » de la société, à l'« unanimité voulue, arbitraire même, mais alors et toujours nécessaire » (1927 : 214), qui fait vivre les gens en commun et les fait penser et agir ensemble. Ce rythme naturel, ces attitudes qui varient avec les sociétés, les éducations, les convenances, les modes et les prestiges, Mauss va l'appeler habitus : « Il faut y voir des techniques et l'ouvrage de la raison pratique collective et individuelle, là où on ne voit d'ordinaire que l'âme et ses facultés de répétition » (1936 : 369).

Technique, société, savoir

49Et il se trouve, d'ores et déjà, que le corps agissant et la technique partagent la même définition : les actes techniques sont des actes « connus comme tels » (1947 : 22, 1974 : 252). Chacun est « senti par l'auteur (...) et poursuivi dans ce but » (1936 : 372). Les techniques du corps sont bien « les façons dont les hommes, société par société, d'une façon traditionnelle, savent se servir de leur corps » (1936 : 365). La technique, et le corps technique, sont donc une affaire de raison pratique, de savoir social. Pour mieux comprendre cette position, et ses implications sur la nature du savoir et de la société, situons les arguments de Mauss vis-à-vis de deux thèses qui leur sont contemporaines.

50Pour Bergson et son Homo faber, la technique ne peut être d'origine sociale, puisqu'elle est « une vertu créatrice (...) de la vie individuelle et profonde de l'esprit » (Mauss 1941 : 254, 1927 : 194). De sorte que, si l'exécution de l'acte technique est sociale, son inspiration n'en est pas moins individuelle. Mauss va renverser cet argument en partant d'une autre compréhension de la société. La société humaine est « par nature » une société animale (1924 : 286). Mais, si elle en garde les traits, elle s'en distingue (« jusqu'à nouvel ordre », ajoute Mauss non sans ambiguïté) : ce qui est social chez l'homme, ce ne sont pas les faits communs (manger, dormir), mais ceux qui sont l'effet de la vie en commun (1927 : 208). Pour paraphraser Bergson, c'est dans la société que se trouve la « vertu créatrice ». Exécuté individuellement, l'acte technique est adapté, transformé, dirigé par un effort commun, « alimenté à chaque instant et en chaque lieu par de nouveaux apports » (1941 : 254) - il est donc foncièrement social.

51Lévy-Bruhl, lui, utilise la nature propre du savoir technique pour l'exclure des représentations sociales. La technique est une affaire rationnelle, régie par des contraintes et des déterminations inaltérables. Son savoir doit donc être d'ordre « logique », et ne relève pas de la pensée « illogique » mystique, et collective. C'est une idée à laquelle Mauss va « franchement résister » (1923, 1929 a, 1939 a). « Pareille croyance [mystique] n'exclut d'ailleurs pas des connaissances exactes : l'homme du paléolithique choisissait soigneusement les pierres qu'il allait tailler en pointes de flèches ; les "primitifs" modernes possèdent des connaissances précises en ethnobotanique, en ethnozoologie. Dans tous leurs gestes, il y a une activité technique et scientifique à laquelle s'ajoute, là où nous n'en mettons pas, une activité religieuse » (1947 : 165).

52Pour Mauss, la représentation partagée est capable d'être consciente et efficace. Inversement, tout comme les techniques du corps, les représentations techniques et scientifiques ne sont pas individuelles (1929 a : 249), mais bien collectives. S'il en est ainsi, c'est parce que « la raison a la même origine volontaire et collective dans les sociétés les plus anciennes et dans les formes les plus accusées de la philosophie et de la science » (1923 : 131).

53Cela nous permet de comprendre la nature du savoir technique, qui est social : ce n'est qu'en un sens, ce n'est que « par un côté », qu'il est arbitraire et affaire de choix commun. Sous son aspect concret et tangible, il est nécessairement soumis, dans son existence matérielle, à des tests rigoureux, qui par définition ne sont pas arbitraires. Ce savoir, insiste Mauss, peut être connu de façon « traditionnelle » et « efficace » à la fois. Nécessaire à la réussite et à l'existence même de la technique, ce savoir s'investit et se reproduit dans chacune de ses effectuations particulières et de ses pratiques collectives. On peut le suivre dans le procédé et dans l'objet même. « L'emploi des pièges (...) suppose la connaissance d'une partie de la mécanique ; connaissance informulée, mais qui n'en existe pas moins. » « Un bon nombre de théorèmes de la géométrie (...) ont été résolus sans avoir besoin d'être formulés consciemment, par les vannières » (1947 : 28, 33).

54Ce qui caractérise le technicien, le trappeur, la vannière, c'est de savoir, d'une façon qui n'est pas nécessairement « logique », mais qui n'en est pas moins adéquate et apte à être partagée. Ils connaissent « la solution pratique du problème », et leurs actions relèvent d'une « pratique » consciente (1947 : 41) et non d'une logique théorique. Après tout, précise Mauss, la distinction entre pratique et logique théorique, ou encore entre technique et science, n'est qu'un artifice de l'Homo sorboniensis : « Quand on étudie concrètement les arts et les sciences, et leurs rapports historiques, la division en raison pure et en raison pratique semble scolastique, peu véridique, peu psychologique et encore moins sociologique. On sait, on voit, on sent les liens profonds qui les unissent dans leurs raisons d'être et dans leur histoire » (1927 : 198).

55Du coup, il n'y a pas à attribuer a priori un poids causal ou une valeur explicative différents au savoir-dire - la formule explicite - et au savoir-faire - la « connaissance informulée mais qui n'en existe pas moins ». Mauss précise que « toute pratique traditionnelle ayant une forme, se transmettant par cette forme, est à quelque degré symbolique. Lorsqu'une génération passe à une autre la science de ses gestes et de ses actes manuels, il y a tout autant autorité et tradition sociale que quand cette transmission se fait par le langage » (1934 : 332). Comme les techniques du corps, conscientes ou tacites, la technique - « proprement dite » - et son savoir sont affaire d'habitus et de raison pratique.

Raison pratique et raison de la pratique

56La technique est évidemment affaire d'efficacité concrète, et Mauss discute longuement cet aspect. La technique est dirigée vers une finalité qu'elle rend possible d'obtenir, assurant ainsi la continuation matérielle de l'individu et du groupe. Aussi la technique est-elle d'une efficacité sociale, au sens où, à travers des formes concrètes et nécessaires, elle peut modeler et reproduire l'« état social » et la division du travail.

57Considérée à ce niveau si profondément original de sa réflexion, la technique vue par Mauss prend une tout autre portée. La technique est plus qu'une pratique raisonnée parmi d'autres : avec la technique, on rejoint les « origines sociales de la raison » (1927 : 200).

58Les études de la « mentalité », de la « fabrication de l'esprit humain », de sa « construction » et de son « édification » sont maintenant de mode, dit Mauss (1927 : 184, 229). De ces études, Mauss pour sa part ne fera qu'esquisser le plan et le cadre général. « La raison et l'expérience intelligente sont aussi vieilles que les sociétés et peut-être plus durables que la pensée mystique » (1927 : 230). Si des notions comme celles de classe, de temps, d'âme, sont plutôt d'origine juridique, religieuse ou symbolique, cela ne signifie pas que toute notion générale ait eu le même fondement. « Il reste à étudier bien d'autres catégories, des vivantes et des mortes, et bien d'autres origines, en particulier les catégories de nature technique. Pour ne citer que les concepts mathématiques, du nombre et de l'espace, qui dira jamais assez et avec assez d'exactitude, la part que le tissage, la vannerie, la charpente, l'art nautique, la roue et le tour du potier ont eue dans les origines de la géométrie, de l'arithmétique et de la mécanique » (1927 : 185).

59C'est bien parce que les techniques sont concrètes, et pratiquées collectivement, tacitement et par habitude, que « c'est peut-être dans les techniques et par rapport à elles que s'est élaborée la véritable raison tout court » (1927 : 198).

60Par un aphorisme qui ne rejoint qu'en partie celui de Marx, Mauss (1927 : 197) pose ce qui pourrait être un point de départ vers une « archéologie de la raison » : « [L'homme] crée et en même temps il se crée lui-même, il crée à la fois ses moyens de vivre, des choses purement humaines, et sa pensée inscrite dans ces choses. Ici s'élabore la véritable raison pratique. »

61Nous retrouvons ici les raisons de la pratique technologique. « J'appelle technique un acte traditionnel efficace (et vous voyez qu'en ceci il n'est pas différent de l'acte magique, religieux, symbolique) » (1936 : 371). Effectivement, nous l'avons vu, il n'en diffère pas, au sens où il est, lui aussi, un fait social total. Il en diffère cependant, en ce qu'il est mieux connaissable, et connaissable autrement. Avec les divisions sociologiques on est « (forcés) à voir, à chercher les actes sous les représentations, et les représentations sous les actes et, sous les uns et les autres, les groupes » (1927 : 224). Les méthodes technologiques nous donnent des moyens concrets et puissants pour le faire.

62Nous avons vu que lorsqu'il s'agit de décrire la société, de la caractériser, de comprendre ce qui s'y passe, de saisir sa nature dans son jeu propre et à travers les individus qui la constituent, c'est vers la technique que Mauss se tourne. Il la détourne ainsi de son sens strict « proprement dit », il la dégage de son caractère ponctuel et particulier, en donnant à l'objet, au geste, au savoir, et à leur pratique, une tout autre valeur. Dire qu'« un outil n'est rien s'il n'est pas manié » (1927 : 214), ce n'est pas (dans ce contexte) un constat technologique, c'est plutôt une « abstraction réifiée » de la société. C'est la société qui n'est rien si elle n'est relation, mouvement, devenir, car elle est elle-même une chaîne opératoire, une série d'actes et de représentations montés et remontés collectivement, un savoir tacite qui devient nécessaire, une raison pratique habituelle, perpétuellement efficace puisqu'elle constitue de nouveaux rapports en se pratiquant.

Haut de page

Bibliographie

Durkheim E., 1895. Les Règles de la méthode sociologique, Champs, Flammarion (1988).

Leroi-Gourhan A., 1936. « L'homme et la nature » in Rivet P. (ed) Encyclopédie française (tome 7) : L'espèce humaine ; section A : Formes élémentaires de l'activité humaine, Editions de l'Encyclopédie, pp. 10.3-10.4.

1943. Evolution et techniques - L'homme et la matière, A. Michel.

1945. Evolution et techniques - Milieu et techniques, A. Michel.

1957. « Le comportement technique chez l'animal et chez l'homme », L'évolution humaine, Flammarion, pp. 55-79.

1964. Le geste et la parole I - Technique et langage, A. Michel.

1965. Le geste et la parole II - La mémoire et les rythmes, A. Michel.

1982. Les racines du monde, Belfond.

1983. Mécanique vivante, Fayard (1955).

Mauss M., 1901 (en collaboration avec P. Fauconnet). « Sociologie » in La grande encyclopédie, Paris [Œuvres III, pp. 139-177].

1923. Intervention à la suite d'une communication de L. Lévy-Bruhl : « La mentalité primitive ». Bulletin de la Société française de psychologie, 23 [Œuvres II, pp. 125-131].

1924. « Rapports réels et pratiques de la psychologie et de la sociologie », Journal de psychologie 21 [Sociologie et anthropologie, pp. 281-310].

1925. « Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques », Année sociologique n.s. 1 [Sociologie et anthropologie, pp. 143-279].

1925 a. « La théorie de la culture selon Wissler », Année sociologique, n.s 1 [Œuvres II, pp. 509-513].

1927. « Divisions et proportions des divisions de la sociologie », Année sociologique n.s. 2 [Œuvres III, pp. 178-245].

1929. « Les civilisations ; éléments et formes » in Civilisation. Le mot et l'idée (La renaissance du livre, 2e fascicule, 1930) [Œuvres II, pp. 456-479].

1929 a. Intervention à la suite d'une communication de L. Lévy-Bruhl, « L'âme primitive », Bulletin de la société française de philosophie 29 [Œuvres II, pp. 131-135].

1934. « Fragment d'un plan de sociologie générale descriptive. Classification et méthode d'observations des phénomènes généraux de la vie sociale dans les sociétés de type archaïque (phénomènes spécifiques de la vie à l'intérieur de la société) in Annales sociologiques série A, fascicule I [Œuvres III, pp. 302-354].

1936. « Les techniques du corps », Journal de psychologie 32 [Sociologie et anthropologie, pp. 363-386].

1939. « Conceptions qui ont précédé la notion de matière », Centre international de synthèse, Qu'est-ce que la matière ? P.U.F. [Œuvres II, pp. 161-168].

1939 a. « Lucien Lévy-Bruhl (1857-1939) », Annales de l'université de Paris 14 [Œuvres III, pp. 560-565].

1941. « Les techniques et la technologie », Journal de psychologie 41 (1948) [Œuvres III, pp. 250-256].

1947. Manuel d'ethnographie, Payot.

1950. Sociologie et anthropologie, P.U.F.

1968, 1969. Œuvres : I - Les fonctions sociales du sacré, II - Représentations collectives et diversité des civilisations, III - Cohésion sociale et divisions de la sociologie, présentation par Victor Karady, Minuit.

Haut de page

Notes

1A part dans le Manuel (cf. note 5), Mauss ne se réfère pas à son élève des années 30. Cette abstention est particulièrement frappante en 1941, lorsque Mauss dresse le bilan de la technologie française. Leroi-Gourhan, pour sa part, s'avoue «  détestable biographe », mais tient à ajouter : «  ... j'ai passé une partie de mon temps à redécouvrir l'Amérique » ; «  j'ai fait du marxisme comme Monsieur Jourdain, sans m'en rendre compte, et je continue » (1982 : 106, 191, 229). En 1936, par exemple (cf. note 5). Leroi-Gourhan s'appuie sur la classification «  qui ressort de l'enseignement de Marcel Mauss », tout en abordant les techniques d'une façon étrangère à la pensée de Mauss. Lorsqu'il dit : «  un maître, on ne sait jamais ce qu'on lui doit » (1982 : 35), c'est plus que l'hommage d'un disciple qui se veut reconnaissant - c'est aussi une constatation.
2A part le Manuel d'ethnographie (1947), les citations qui suivront, et leur pagination, viennent soit du recueil Sociologie et anthropologie (1950), soit des Œuvres en 3 volumes présentées par V. Karady (1968). Dans toutes les citations, ce qui est mis en valeur par l'auteur est en italiques, et c'est moi qui souligne. Quant aux photographies reproduites ici (avec l'aimable autorisation du Cambridge University Museum of Archaeology and Anthropology, C.U.M.A.A. que je remercie), elles présentent l'intérêt d'être doublement d'époque. Prises par des expéditions anglaises des années 20 et 30, elles représentent ce que Mauss a très bien pu voir. Elles sont aussi ce que Mauss, et les ethnologues de son temps, ont voulu voir. En ce sens, elles représentent aussi des conceptions et des expectatives occidentales datées.
3Par contraste, l'emploi de ce savoir - «  la sociologie appliquée ou politique » - est une affaire très positive (très comtienne). Le respect de Mauss devant les coutumes sociales traditionnelles s'évanouit devant le prestige du «  plan » : «  Pour la première fois dans l'histoire, non seulement le problème de la confection d'une race, mais le problème plus noble de la formation d'une nation, de sa constitution morale et physique, se posent là-bas d'une façon consciente et se traitent là-bas d'une façon qui veut être rationnelle » (1927 : 188). Là-bas, c'est l'Amérique des années 20, qui vient de voter des quotas d'immigration. Sombre épisode, dans lequel Mauss voit pourtant un «  hommage à la science ».
4Rédigée par une élève, cette «  photographie du texte parlé » est doublement complexe, puisqu'on y trouve, outre la «  confusion » intéressante de Mauss lui-même, la juxtaposition artificielle et forcée d'une structure didactique, voire dogmatique.
5Ces intérêts sont foncièrement proches de ceux que Leroi-Gourhan va élaborer et formaliser. Chez ce dernier, «  l'objet actif » peut se comprendre d'une manière organique, structurelle et fonctionnelle : comme l'être vivant, la technique est un tout solidaire. Dès 1936, Leroi-Gourhan établit la base de son programme en identifiant les «  formes élémentaires de l'activité humaine » et en les classant d'une façon «  logique », qui transcende les variabilités morphologiques et chronologiques. Il distingue, d'une part, les «  moyens d'action » (comme la percussion), d'autre part, les réactions de la matière (ainsi solide, stable ou fluide). De ces deux ordres de considération «  l'instrument se dégage spontanément » (1936 : 7.10-3), car ce sont eux qui conditionnent tout le reste (Leroi-Gourhan 1982 : 30, et cf. 1943, 1945).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Schlanger N., 1991, « Le fait technique total. La raison pratique et les raisons de la pratique dans l’œuvre de Marcel Mauss », Terrain, n° 16, pp. 114-130.

Référence électronique

Nathan Schlanger, « Le fait technique total », Terrain [En ligne], 16 | mars 1991, mis en ligne le 06 juillet 2007, consulté le 26 juillet 2016. URL : http://terrain.revues.org/3003 ; DOI : 10.4000/terrain.3003

Haut de page

Auteur

Nathan Schlanger

Département d'archéologie, université de Cambridge

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Les éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo Ministère de la Culture
  • Revues.org