Navigation – Plan du site
Savoir-faire

Cloches, grelots et sonnailles

Élaboration et représentation du sonore
Pierre Laurence
p. 27-41

Texte intégral

1A la sortie du village d’Herepian, dans les hauts cantons de l'Hérault, une pancarte, placée à l'entrée d'un chemin de terre indique brièvement : « Fonderie de cloches ». On distingue à 200 mètres de là des bâtiments de type industriel, communs dans cette région minière, inévitablement surmontés de leur haute cheminée. C'est dans ce lieu discret, une ancienne usine de dolomie, que s'est installée, depuis une vingtaine d'années, la Fonderie de cloches Granier. L'atelier était originellement implanté dans le hameau des Nières, accroché à flanc de montagne et distant d'une vingtaine de kilomètres. Au cours de ce siècle, il s'est progressivement déplacé à Castanet-Le-Bas, hameau voisin bénéficiant de ressources en eau plus abondantes, et enfin à Hérépian, plus accessible dans la vallée de l'Orb.

2La dénomination de fonderie de cloches, qui fait référence à la production la plus prestigieuse de l'entreprise, est un terme ici un peu réducteur puisque la maison Granier fabrique aussi bien des grosses cloches, « cloches d'église » pourrait-on dire si leurs usages ne s'étendaient aussi au domaine civil, que des clochettes et grelots en métal fondu et enfin des sonnailles de tôle brasée. L'établissement occupe ainsi une position originale concentrant en un seul lieu des productions habituellement séparées et qui, chacune prise individuellement, ne comptent plus que trois ou quatre fabricants en France, l'usine d'Hérépian restant même la seule à faire des grelots.

3Une histoire particulière, marquée par l'intégration successive de nouveaux procédés, a permis cette cohabitation de techniques, nettement différentes. Les objets produits, malgré leurs destinations et leurs techniques de fabrication très variées, sont néanmoins fortement apparentés, du fait qu'ils appartiennent à des modes de signalisation sonore analogues dans leur mise en œuvre. Cette caractéristique permet d'envisager ici une comparaison des différentes chaînes opératoires, notamment pour les étapes qui président plus spécifiquement à l'élaboration et au contrôle de la qualité sonore des produits. Cette mise en regard des techniques conduit ensuite à s'interroger sur les savoirs mis en œuvre, sur leur constitution ainsi que sur les représentations qui en sont proposées, en relation notamment avec les performances sonores particulières que l'on attend de ces objets1.

De la sonnaille à la cloche d'église

4Les trois types de production actuels de la fonderie correspondent historiquement à trois étapes d'extension des techniques et d'acquisition de nouveaux savoirs.

5Au début de ce siècle, il n'était pas encore question de fonderie de cloches mais exclusivement de fabrication de sonnailles. Au petit hameau de Nières, au milieu des châtaigniers, les Granier étaient ainsi esquilièrs (sonnaillers) depuis plusieurs générations. Dès le plus jeune âge, les hommes de la famille apprenaient à manier le marteau pour ne le quitter souvent que lorsque leurs forces n'étaient plus suffisantes. Joseph Granier et son fils François Granier sont entrés dans le métier de cette manière par un long apprentissage qui consistait en une intégration, une incorporation progressive des techniques : « Si on a le coup de marteau, c'est bon. » Pratiqué tout au long de la vie, le travail de martelage, son rythme, la connaissance des sonorités devenaient peu à peu constitutifs des êtres et d'une communauté de travail. « Mon plus cher souvenir, quand j'étais à la maison (aux Nières), on habitait au-dessus et l'atelier pour les sonnailles était en dessous. J'entendais mon père qui bordait2, et alors j'entends toujours le coup de marteau, la cadence et tout qu'il avait (...). Il avait une autre cadence que moi, mais il me semble l'entendre encore, rapide. »

6L'implantation de cet artisanat aux Nières s'explique, selon François Granier, par la présence dans le milieu environnant d'une bonne partie des matériaux nécessaires : le bois de châtaignier des bancs de travail, un filon de terre apte à la cuisson, jusqu'au charbon jadis tiré à flanc de colline sur la propriété familiale. Seules les tôles d'acier et les chutes de laiton s'achetaient dans des circuits commerciaux extérieurs. L'atelier produisait et produit encore aujourd'hui, tous les modèles de sonnailles demandés par les bergers depuis les Pyrénées jusqu'aux Alpes méridionales. Le réseau commercial s'étendait cependant bien au-delà du Midi de la France par des exportations vers l'Espagne et outre-Atlantique.

7Selon un ancien contremaître, c'est au tout début des années 20 que Joseph Granier se lança dans une nouvelle production, celle des clochettes et grelots en métal fondu et moulé, introduisant ainsi la technique de fonderie dans un atelier qui ne fabriquait jusqu'alors que des sonnailles en tôle martelée. Joseph Granier, qui avait toujours souhaité étendre ses activités tout en restant dans le domaine des cloches, connaissait probablement, grâce à ses réseaux de vente de sonnailles, les possibilités de marché dans le domaine des clochettes en métal fondu. Pour installer l'atelier de fonderie, il fit venir deux ouvriers spécialisés de La Charité-sur-Loire qui restèrent ensuite jusqu'à leur retraite. Cet épisode des débuts de la technique de fonderie proprement dite, a laissé peu de traces dans la mémoire de l'entreprise. Il a pourtant vu la construction de l'usine de Castanet-Le-Bas.

8L'introduction de la fabrication des grosses cloches, qui s'est effectuée dans le courant des années 30, a en revanche marqué plus fortement, par la dimension nouvelle et prestigieuse qu'il a donnée à la fonderie Granier. Le passage de la fonte de grelots ou de clochettes à celle de cloches d'église ne posait en effet pas seulement un problème de changement d'échelle. Si la production de clochettes en métal fondu relève de savoirs généraux de fonderie, aisément disponibles, celle de grosses cloches demande d'acquérir des savoirs spécifiques nécessaires à la réalisation de ces objets très codifiés. Il était en particulier indispensable de pouvoir entrer en possession des tracés nécessaires à la réalisation de cloches harmonieuses, documents jalousement conservés par les fondeurs existants.

9Le légendaire fondateur se mêle ici intimement à l'histoire. Au début des années 30, un ouvrier, cousin et confident de Joseph Granier lit, en enveloppant des paquets de sonnailles3 dans de vieux journaux, une annonce rapportant l'existence d'une école de fonderie en Allemagne. Des contacts sont pris et Joseph Granier achète pour 100 000 francs-or un brevet de fonte de cloches mis au point par des moines bénédictins. Le fait qu'un tel document, habituellement secret, ait pu être mis en vente, à un prix certes élevé pose ici un problème d'histoire non éclairci, sur les conditions réelles de son émergence publique et les motivations de ses vendeurs. Suite à cet achat, un ingénieur allemand vint à Castanet-Le-Bas faire la démonstration du procédé durant un mois et demi, le temps de réaliser une série de moules pour une coulée. Après des premiers essais réussis, la Fonderie de cloches Saint-Joseph, nouvelle dénomination de l'entreprise, reçoit la consécration en coulant en 1938 les quatre tonnes du bourdon de la cathédrale Saint-Nazaire à Béziers. Pour être exact, précisons qu'une association avec le fondeur toulousain Vinel, dont Joseph Granier rachètera par la suite le fonds et la clientèle, contribua au succès de l'apprentissage. La fonderie de cloches Granier connut alors sa période la plus faste qui dura jusqu'après la guerre de 39-45. En se lançant dans la fonte de grosses cloches, Joseph Granier souhaitait, outre des motifs qui tiennent à sa passion pour les cloches et à sa grande piété, diversifier les productions de son usine. Ce choix assura d'ailleurs la pérennité de la fonderie jusqu'à nos jours4.

10Aujourd'hui la destination des produits de la fonderie Granier a peu changé : la signalisation religieuse, ou plus rarement civile, pour les grosses cloches, la signalisation animale et les manifestations folkloriques pour les sonnailles, clochettes et grelots. L'importance relative des divers débouchés varie cependant dans le temps. Actuellement, certains marchés régressent lentement comme celui des grosses cloches ou des sonnailles, d'autres se maintiennent à un fort niveau, faute de concurrence, comme celui des grelots ou des sonnaillons pour chiens de chasse. La vente de clochettes comme objets-souvenirs touristiques ou commémoratifs représente le seul débouché véritablement nouveau et constitue désormais une source importante de revenus. Ce dernier type de vente concerne en revanche assez peu les sonnailles dont la production reste encore tournée surtout vers l'élevage.

Représentation des techniques

11L'existence d'une longue tradition de fabrication est un élément important de la représentation des techniques à la fonderie Granier. Sur un papier à en-tête daté de 1924 on pouvait lire : « Maison fondée en 1800. » Actuellement, les documents de présentation de la fonderie indiquent : « Fondée en 1600. » Ce recul dans le temps des origines fondatrices, argumenté il est vrai par l'établissement d'une généalogie familiale, est en soi significatif d'une volonté d'affirmer l'ancienneté des savoirs et des techniques. Celle-ci s'appuie d'une part sur les sonnailles, vecteur de la continuité historique et d'autre part sur les grosses cloches. Cependant l'introduction de la fonte de celles-ci a constitué, on l'a vu, un renouvellement profond de l'identité de l'entreprise, et s'impose donc à la fois comme un élément de rupture et de continuité de la tradition familiale. Comme pour les sonnailles, le milieu local se trouve approprié à la fourniture de matériaux de base pour la fabrication de cloches. Les terres par exemple, constituant essentiel du moule des cloches, proviennent, pour l'une de l'ancienne carrière des Nières déjà utilisée pour les sonnailles, pour l'autre d'un gisement difficile d'accès dans la montagne, au-dessus du Castanet. Ce dernier a été localisé après plusieurs essais lors du début de la fonte des grosses cloches dans les années 30. Ces matériaux autochtones sont toujours très valorisés dans les présentations que François Granier fait de ses techniques, au regard des matériaux achetés à l'extérieur. L'inscription dans la topographie locale permet ici en quelque sorte la « greffe », sur la tradition familiale des sonnailles, de la technique de fonte des grosses cloches, qui tient aussi une part de sa légitimité historique des tracés anciens achetés en Allemagne.

12Le caractère artisanal des procédés employés, constitue une deuxième dimension de la représentation des techniques. L'utilisation de matériaux bruts : tôle, paille, terres, poil de vache..., et la quasi-absence de mécanisation des chaînes opératoires suffisent à produire d'emblée l'image de techniques demeurées au stade pré-industriel. Cet aspect des techniques procure d'évidence un surcroît de valeur aux objets fabriqués à la fonderie, dont on attend aujourd'hui de plus en plus un rôle de représentation, commun à bien des objets de facture ancienne.

13Si cette image actuelle provient pour partie d'un certain vieillissement propre à l'entreprise et à son fonctionnement dans un passé récent, la stabilité des procédés sur le long terme est tout de même remarquable, tout au moins pour les grosses cloches et les sonnailles. La fabrication des clochettes et grelots a connu, on le verra, diverses modernisations. Pour les grosses cloches, les procédés actuels sont identiques à ceux décrits dans l'Encyclopédie et bien des éléments conduisent à penser qu'ils n'ont pas ou peu bougé depuis le xive siècle (Nicourt 1971). Pour les sonnailles, la mémoire familiale des Granier et la présence d'ateliers anciens, aux procédés identiques, à Carpentras (Vaucluse), Rivell (Aude) et Nay (Pyrénées-Atlantiques) permet d'évaluer au minimum à un siècle la permanence des techniques, laps de temps déjà important. Face à des objets comme les cloches et sonnailles dont la valeur de représentation a toujours été au moins aussi forte que leur stricte fonction utilitaire, on peut s'interroger sur ce qui, dans leur perception symbolique, peut motiver un tel conservatisme. Les unes et les autres sont très codifiées, tant au niveau de leur forme et de leur aspect visuel, que de leurs performances sonores. C'est ce qui explique sans doute que les tentatives de modernisation du procédé de brasage, actuellement très coûteux en main-d'œuvre, n'aient jamais abouti, ni à la fonderie Granier ni à l'atelier Simon de Carpentras car les résultats obtenus étaient trop éloignés des modèles antérieurs. De même l'examen de l'histoire de la fonderie Granier montre bien que les innovations, permanentes sur 70 ans, ont surtout concerné l'intégration de nouvelles productions ou la modernisation d'aspects, essentielles pour la vie de l'entreprise, mais ne touchant pas les chaînes opératoires proprement dites, ni pour les sonnailles ni pour les grosses cloches (construction de bâtiments, électrification, mise au point de sonneries de cloches automatiques, etc.).

14Les grosses cloches, comme les sonnailles, ont en commun une dimension importante de support de la mémoire : mémoire communautaire pour les cloches qui ont sonné tous les événements d'un village et gardent dans leurs inscriptions la date de leur coulée et les noms de leurs commanditaires, mémoire d'une communauté d'éleveurs pour les grandes sonnailles de transhumance que l'on se lègue de génération en génération et qui tintent d'année en année au cou des bêtes montant en estive. Cette fonction de support de la mémoire, liée à la production de signaux sonores très codifiés, a certainement pesé dans les deux cas dans le sens d'un maintien en état des techniques.

Marteler des sonnailles

15La fabrication des sonnailles s'effectue en trois étapes : la mise en forme de la sonnaille de tôle d'acier, le brasage au four et la mise à son finale. La fonderie Granier produit actuellement une dizaine de modèles de sonnailles qui se distinguent par leur profil, la forme de leur bouche et la présence éventuelle de bordure (Laurans 1972). Les différents modèles correspondent à des aires d'utilisation bien spécifiques. Chacun d'eux existe en plusieurs tailles : les numéros.

16Partant d'un gabarit qui constitue le développé de la sonnaille que l'on doit réaliser, on découpe dans une tôle à l'épaisseur adaptée à la taille de la sonnaille, une pièce de même dimension. Pour certains modèles, cette pièce est emboutie à la presse à bras pour obtenir le premier galbe. Le martelage commence ensuite. F. Granier travaille assis en travers sur un banc muni de cisailles à sa droite et de bigornes à sa gauche. La disposition des bancs dans l'espace, les postures de travail et outils sont identiques à ceux qui figurent sur une vue prise aux Nières sur la place au début du siècle.

17La pièce est d'abord pliée en deux. Les parties rapportées ainsi en vis-à-vis constituent les deux faces de la sonnaille. Elles sont agrafées au marteau moyennant des entailles faites au niveau des jointures. En même temps que cet agrafage, la sonnaille est travaillée afin de lui donner la forme voulue en fonction du modèle choisi. Elle est ensuite munie, toujours au marteau, d'une bride, de l'anneau de suspension du battant et d'une bordure si le modèle en comporte. La succession rapide et précise des gestes qui conduisent de la plaque de tôle à la sonnaille achevée se révèle assez fascinante pour le visiteur de passage. La sonnaille ainsi formée se présente comme un ensemble fortement solidaire par la seule pression des tôles repliées mais qui ne sonne pas encore véritablement.

18La couche de cuivre déposée au brasage donnera la résonance voulue en étanchéifiant les jointures et en imprégnant toute la surface de la tôle. On enferme pour cela les sonnailles, avec quelques morceaux de laiton, dans un paquet d'argile (terre gréseuse et très granuleuse des Nières) mélangée à de la paille hachée. Ce paquet est ensuite passé au four et porté à 1 200°C, température où le zinc s'évapore et où le cuivre liquide peut se déposer sur le fer. Une petite flamme bleue et la fumée blanche qui s'échappent du paquet servent d'indicateur thermique. Après refroidissement et trempe dans l'eau, le paquet est brisé et les sonnailles extraites de la gangue de terre.

19Dernière étape du procédé, F. Granier travaille à nouveau les sonnailles cuivrées, au marteau, toujours sur la bigorne, afin de les mettre en coup. En modifiant la forme de la sonnaille, de la bouche principalement, par martelage, F. Granier corrige la sonorité obtenue après le brasage afin qu'elle corresponde le mieux possible aux exigences des bergers et éleveurs. L'opération est assez longue. F. Granier vérifie l'évolution de son travail à l'oreille, en faisant tinter de temps en temps la sonnaille sur l'enclume ou avec le manche du marteau. Les sonnailles sont vendues généralement nues, les bergers les munissant habituellement eux-mêmes d'un battant de leur fabrication.

Mouler des clochettes et des grelots

20Les clochettes et grelots de bronze ou de laiton sont réalisés par moulage au sable, suivant une technique très commune en fonderie. La fonderie Granier fabrique quatre modèles de clochettes qui existent en plusieurs tailles et variétés (avec ou sans brides, brutes ou polies) et trois types de grelots.

21Pour les clochettes, on prépare dans un châssis, sorte de cadre de métal ou de bois sans fond rempli de sable de fonderie, les moules externes des clochettes en imprimant la forme de celles-ci dans le sable à partir d'un modèle. Selon la demande, il est également possible d'imprimer un lettrage ou une décoration spécifique. Les brides des clochettes sont incluses dans le fond des châssis. On place ensuite dans ces moules des noyaux en sable additionné d'un durcisseur, moulés aux dimensions internes de la clochette à partir de boîtes à noyaux et étuvés pendant une nuit. Ces noyaux portent la bélière (attache du battant) et deux encoches permettant l'arrivée du métal qui sera coulé dans l'espace laissé libre entre le noyau et le moule externe. On place ensuite sur le premier châssis muni des noyaux un deuxième châssis où sont imprimés dans le sable les canaux d'amenée et de répartition du métal en fusion.

22Le principe de moulage des grelots est assez voisin. Deux châssis où sont imprimées les formes externes des deux parties inférieure et supérieure des grelots sont disposés en vis-à-vis. Auparavant on a placé dans l'espace sphérique correspondant à chaque grelot, un noyau en sable contenant une bille d'acier, moulé lui aussi par deux modèles hémisphériques aux dimensions de l'intérieur du grelot. Cette petite sphère de sable repose sur le moule externe du châssis par de petits bossages qui délimiteront les ouvertures du futur grelot. Les arrivées de métal sont aménagées dans les châssis supérieurs et correspondent aux tiges des grelots.

23La série de châssis terminée, ce qui représente deux ou trois jours de travail, on procède à la coulée du métal. Une poche, portée par deux ouvriers, est remplie de métal en fusion versé depuis le creuset du four et amenée jusqu'aux châssis. La coulée a lieu régulièrement à trois heures de l'après-midi, dans un silence religieux et en présence de F. Granier qui n'intervient qu'à ce stade du processus. Après démoulage, les ouvriers procèdent aux diverses finitions : ébarbage, polissage au tonneau, décoration au tour, accrochage des battants..., travaux qui demandent encore plusieurs jours de travail.

24Les clochettes et grelots sont les seules productions de la fonderie qui ont vu leur procédé se moderniser voici une dizaine d'années, sous l'impulsion de F. Granier et d'un ouvrier de l'époque, lui-même ancien fondeur. Ainsi les châssis de clochettes ne sont plus réalisés par moulage à la main à l'unité, mais à partir de plaques modèles comportant la réplique de plusieurs moules externes5. La réalisation du châssis lui-même se fait sur une machine pneumatique. Le gain de temps est ainsi important. De même, les petites tailles de grelots destinés aux chiens de chasse et certaines petites clochettes folkloriques, articles demandés en grande quantité, sont moulées dans une presse à injection. L'une et l'autre de ces modernisations furent coûteuses notamment dans la réalisation des nouveaux modèles, travail spécialisé qui demande une grande précision. D'évidence, on sort ici de la fabrication de type artisanal pour entrer dans une production semi-industrielle.

Bâtir une cloche

25Personnalisée dans sa constitution physique (inscriptions, décorations) et sonore (sa « voix ») comme dans sa représentation d'une communauté, la cloche est aussi un objet unique tout au long de son élaboration. En effet, celle-ci s'effectue en bâtissant chaque fois un nouveau moule, sur la terre nue, à partir de matériaux bruts, sans qu'aucun élément élaboré ne resserve d'une coulée à l'autre.

26La fabrication commence par le dessin de la planche à trousser, gabarit qui, placé sur un axe et mis en rotation, servira à former le moule de la future cloche. En fonction de la note et du poids négocié avec les commanditaires, F. Granier trace, sur une planche de hêtre, deux profils qui correspondent aux dimensions internes et externes de la future cloche vue en coupe. La construction du moule s'effectue en trois étapes : le noyau aux dimensions internes de la cloche, la fausse cloche, réplique exacte de la future cloche et, enfin le manteau ou chape, partie externe du moule. La fabrication de moules de plusieurs cloches est conduite en parallèle de façon à pouvoir passer de l'un à l'autre en attendant que les diverses couches sèchent. Cette façon de faire permet aussi de procéder à une seule coulée pour l'ensemble des moules.

27Le noyau est réalisé à partir d'un bâti de briques, recouvert d'un mélange de terre gréseuse des Nières et de paille hachée, troussé par les passages successifs de la planche en rotation qui lui donnent sa forme. Le bâti de briques reçoit ainsi une première couche grossière, séchée par un feu allumé à l'intérieur creux du noyau. Puis plusieurs couches fines, faites avec un mélange de terres schisteuses et gréseuses, délayé et tamisé, permettent de mieux définir le profil, c'est-à-dire de lui donner un état de surface plus lisse. Sur le noyau F. Granier bâtit ensuite la fausse cloche qui est séparée de ce dernier par une couche de cendres empêchant l'adhésion des deux parties. Tout d'abord la planche est redécoupée selon le profil externe, donnant un nouveau gabarit qui sert à trousser la fausse cloche suivant le même mode que précédemment, avec couche grossière et couches fines. Ainsi redécoupées et usées par le travail de la terre, les planches à trousser ne peuvent resservir. Ce sont donc des gabarits portant deux profils, mais de fabrication unique pour chaque cloche. Le travail s'étale ainsi longuement, du noyau à la fausse cloche, dans l'attente du séchage d'un nombre indéfini de couches et dans la répétition des lentes rotations de la planche à trousser. Dernière étape de son élaboration, la fausse cloche reçoit une couche de suif sur laquelle sont disposées les inscriptions et décorations moulées dans de la cire d'abeille.

28Face à la réplique de la future cloche, le calendrier de travail, désormais affiché au mur, se structure pour la réalisation des différentes couches du manteau et de la coulée qui s'approche. Le manteau commence par quatre couches de potée, mélange pâteux de composition complexe : plusieurs terres, briques pilées, poils de vache, dont on enduit toute la fausse cloche. Ces couches doivent à la fois constituer un moule en négatif de la fausse cloche et des inscriptions, assurer un état de surface très lisse à la face interne du manteau, résister à la chaleur de la coulée et permettre l'évacuation des gaz de celle-ci. Enfin, trois dernières couches épaisses faites d'un mélange de terre et de paille alternant avec de la filasse de chanvre viennent achever la carapace du manteau. Ces dernières couches sont séchées par un feu de charbon de bois allumé à nouveau à l'intérieur du noyau. Cette ultime chauffe permet aussi de faire fondre le suif et la cire, absorbés par l'argile, qui laissent ainsi apparaître les inscriptions et décorations en négatif et en creux sur la face interne du manteau. Dans le même temps, le moule des anses est réalisé suivant la technique du moulage à la cire perdue.

29Le moule de la cloche désormais terminé, il ne reste qu'à le préparer et le disposer pour la coulée. Pour cela on commence par déboîter le manteau en le soulevant, puis on brise précautionneusement la fausse cloche qui laisse à son tour apparaître le noyau. L'intérieur de ce dernier est rempli de sable tassé dans lequel on place la bélière. Le manteau est ensuite redescendu sur le noyau, l'ensemble délimitant un espace laissé libre par la fausse cloche et qui constitue le moule proprement dit de la cloche. Puis, cet ensemble manteau et noyau, surmonté du moule des anses, est rendu fortement solidaire par des cerclages et tirants métalliques. Les moules, ainsi préparés, sont descendus dans une fosse. Celle-ci est creusée devant le four, de manière que le métal en fusion puisse s'écouler directement depuis l'ouverture du four jusqu'à la partie supérieure des moules placés debout. Ceux-ci sont ensuite soigneusement enterrés afin que la terre tassée et damée leur permette de résister à la pression considérable du métal en fusion, particulièrement en bas, au point délicat de jointure entre le noyau et le manteau.

30Le matin de la coulée, pendant que le four rempli de métal chauffe, F. Granier et ses ouvriers construisent, sur le sol qui recouvre les moules, les canaux d'amenée du métal, de la sortie du four à l'entrée des moules. L'après-midi, on procède à la coulée en présence d'un prêtre venu bénir le métal pour le rendre « apte à former des cloches ». Une petite foule, venue souvent du village commanditaire, se presse autour du four. L'instant est solennel et grave pour le fondeur qui se fait un honneur d'expliquer ses techniques aux visiteurs. Le four utilisé est de type « à réverbère » : un foyer, alimenté par du charbon, chauffe grâce au tirage de la cheminée la voûte d'une cuve indépendante où est placé le métal. Celle-ci possède à sa base une ouverture obstruée par un bouchon de terre. Le four est allumé le matin, afin que le métal atteigne la température idéale en milieu d'après-midi6. Le four est alors percé et le métal se dirige par les canaux vers l'ouverture des moules où l'on régule son entrée à l'aide d'une quenouille, tige métallique à l'extrémité renflée pouvant faire bouchon. En quelques minutes le métal remplit les moules concrétisant ainsi le travail de plus d'un mois. Les cloches ne seront déterrées que le lendemain ou le surlendemain, temps nécessaire au refroidissement, puis nettoyées et poncées pendant plusieurs jours avant d'être munies d'un battant, livrées et installées dans les clochers.

Techniques de fabrication et maîtrise du sonore

31Au-delà de différences importantes dans les chaînes opératoires, la fonction commune de signalisation sonore incite à se pencher de manière comparative sur ces trois procédés de fabrication et en particulier sur les différents traitements techniques mis en œuvre pour obtenir et contrôler certaines qualités sonores.

Les matériaux

32Pour les sonnailles, la tôle d'acier joue un rôle dans la sonorité surtout par son épaisseur7. Selon que la tôle est trop fine ou trop épaisse, la sonnaille rendra un son trop trop « aigu » ou trop « grave »8. Le sonnailler Serre, de Ganges (Hérault), s'était autrefois rendu célèbre pour son exigence sévère à propos de l'épaisseur des tôles qu'il commandait. La gamme actuellement plus réduite des épaisseurs disponibles a d'ailleurs posé dans un passé récent des problèmes d'adaptation technique à F. Granier que nous aborderons plus loin. Si les tôles ont une influence sur la sonorité, elles ne peuvent, aux épaisseurs où elles sont employées ici, donner une résonance suffisante aux sonnailles qui ne produisent après leur mise en forme qu'un son mat. L'encuivrage seul leur permet de résonner, la noblesse du métal doré, peu corruptible, se trouvant ainsi associée à celle du son élaboré.

33Dans le cas des grelots et clochettes, la qualité des matériaux utilisés est encore plus constitutive de la sonorité. Ainsi pour les grelots, le simple fait d'être en métal fondu distingue déjà la production Granier d'autres types de grelots, en tôle emboutie par exemple. La composition de l'alliage intervient ensuite : les bronzes sont ainsi meilleurs que les laitons. Le bronze est le matériau sonore par excellence, dont la qualité et le prix dépendent de la proportion d'étain qu'il contient. Celle-ci reste pour les clochettes et grelots à la discrétion du fondeur.

34En revanche, pour les grosses cloches, elle est fixée à 22 % d'étain pour 78 % de cuivre pur, point d'équilibre idéal entre la qualité du son et la solidité de l'alliage. La présence d'autres métaux n'est tolérée que dans des proportions très faibles. En particulier la présence de plomb, qui rend le son de la cloche terne, est tout à fait bannie. Dans ce domaine, le plomb étant bien meilleur marché que l'étain, les tricheries de certains fondeurs peu consciencieux ont défrayé la chronique jusqu'à une époque très récente. Les jours de coulée, moment fort de la représentation des techniques, les lingots d'étain, dont on n'oublie pas de vous rappeler le prix élevé, sont généralement stockés bien en vue du public, en attendant d'être enfournés peu avant la coulée. Autre expression de cette association entre la richesse du métal et la supériorité du son de la cloche, la légende maintes fois rapportée des cloches dont le métal contiendrait une proportion d'or ou d'argent, mêlée au métal en fusion dans le but de leur donner un timbre spécialement argentin. L'anecdote nous a également été rapportée une fois pour les sonnailles. Ainsi des sonnailles aux grosses cloches, se retrouve cette même noblesse du métal de prix, médiateur de la qualité sonore, fixant le timbre de la cloche lors de son passage au feu, fusion ou brasage.

35Pour les clochettes et surtout pour les grosses cloches, la température de coulée détermine également la qualité du métal, du point de vue de la sonorité et de la solidité. On constate ainsi que des cloches issues de la même coulée forment un ensemble de sonneries au timbre plus homogène et mieux accordé. Dans l'usine de Castanet-Le-Bas, il arrive que F. Granier fasse venir un ancien contremaître, octogénaire à l'œil exercé, pour qu'il détermine selon l'aspect du métal en fusion si la température atteinte est suffisante pour pouvoir procéder à la coulée.

Les formes

36Si les matériaux employés donnent aux cloches leur qualité d'objet sonore, les formes données à ces objets déterminent des variations très sensibles de la sonorité et laissent place à de multiples ajustements. La forme influe en effet sur la hauteur du son produit mais aussi sur le placement, l'ordre et l'intensité des partiels, autrement dit le timbre.

37Dans les trois procédés de fabrication on fait appel à un gabarit ou à un modèle, mais sa fonction dans la chaîne opératoire a une importance inégale d'un objet à l'autre au regard de l'élaboration de la sonorité.

38Pour les sonnailles, le gabarit de départ ne constitue qu'une garantie relativement grossière pour la forme finale et fonctionne plus comme un aide-mémoire. L'essentiel de la forme est donné par le sonnailler, lors du martelage, en fonction de sa connaissance de l'objet. Le résultat de cette mise en forme n'apparaît clairement qu'après le brasage de la sonnaille. Une deuxième modification de la forme, principalement au niveau de la bouche, intervient alors pour corriger la sonorité. Cette opération suppose de la part de F. Granier, qui seul en a la maîtrise, une mémorisation des sonorités demandées par les utilisateurs pour tous les différents modèles et les différentes tailles, et une connaissance des interactions complexes entre formes et sonorités produites. Cependant, quelle que soit la qualité du premier martelage, les sonorités d'un lot de sonnailles du même type seront à la sortie du brasage tout à fait hétérogènes et de plus ne permettront pas tous les types de corrections (sur certains modèles, comme les redons, aucune correction ou presque n'est d'ailleurs possible). Dès qu'il fait tinter une sonnaille après le brasage, F. Granier entend immédiatement selon le son rendu si des corrections sont possibles et dans quelles limites. Ainsi, après la mise à son et quel que soit le savoir du sonnailler, le lot de sonnailles traité, s'il est globalement plus conforme aux goûts des bergers et éleveurs, n'en demeure pas moins toujours hétérogène du point de vue de la sonorité. L'action du brasage, qui confère une sonorité supérieure à certaines sonnailles, comporte ici une part d'aléatoire qu'une action sur les formes ne parvient jamais à réduire complètement.

39Dans le cas des clochettes et grelots, les modèles et boîtes à noyau jouent un rôle déterminant pour la forme finale de l'objet. Outils de travail extrêmement précieux, ils constituent « l'âme d'une fonderie ». Cette détermination de la forme n'est toutefois pas absolue car le degré de tassement du sable, la température de coulée induisent des variations de l'épaisseur et du poids des clochettes aux conséquences sensibles sur la sonorité. On ne procède à aucune correction de celle-ci après la coulée, sauf pour les grelots qui reçoivent un accordage sommaire. Les finitions ne concernent ici que les aspects visuels des clochettes et grelots. En fait, pour le marché développé par la fonderie Granier, les exigences en matière de sonorité sont moins typées et moins fortes que pour les sonnailles. La qualité du produit tient ici plus à sa constitution (métal fondu) et à ses aspects visuels. Parfois, le tri peut s'effectuer a posteriori entre les modèles légers de clochettes destinés à l'Auvergne et les modèles lourds préférés par les Savoyards. Le prix des clochettes est d'ailleurs établi en fonction de leur poids. Il est à remarquer que certaines fonderies de clochettes qui ont des liens plus étroits avec des éleveurs, principalement bovins, et une production plus spécifiquement orientée vers ce marché, ont à faire face à des exigences très précises de la part de ceux-ci sur la sonorité, tout à fait comparables aux exigences des éleveurs ovins vis-à-vis des sonnailles fabriquées à la fonderie Granier.

40Avec les grosses cloches, nous abordons une autre conception du sonore qui obéit à une codification toujours très stricte mais exprimée de manière très différente de celle des sonnailles. Avec l'exigence d'une hauteur tonale pour les cloches, nous entrons dans un domaine du savoir acoustique qui relève du savoir musical général. Le rôle du gabarit est de garantir à la future cloche une note et un poids donnés. Les tracés contenus dans le brevet de fabrication allemand en possession de F. Granier donnent, pour chaque note, trois diamètres de cloche possibles correspondant à trois poids de cloches selon l'investissement financier souhaité. Ce sont les tracés dits légers, moyens et lourds. A titre d'exemple, pour un sol, on aura respectivement des diamètres et des poids de : 0,94 m pour 430 kg, 1,05 m pour 700 kg, 1,10 m pour 930 kg. Plus qu'un léger accroissement du diamètre, c'est toute l'épaisseur des parois de la cloche qui est augmentée. L'allure générale du profil est également nettement modifiée de même que le timbre. Le brevet indique également comment procéder au dessin des profils internes et externes de la cloche correspondant à chacun des trois poids. Le diamètre, dont les dimensions déterminent la hauteur de la note de la cloche, ou le bord, subdivision du diamètre correspondant à l'épaisseur de la cloche au point de frappe du battant, servent de base à l'élaboration des profils. Une série d'opérations géométriques, réalisées au compas, permettent de localiser les points à partir desquels sont dessinés par arcs de cercle conjoints les profils. L'existence de ces tracés garantit ici, non seulement la justesse de la note de la future cloche, mais aussi le positionnement des partiels de celle-ci : tierce mineure, quinte, octave..., élément capital pour installer des sonneries accordées et harmonieuses. Le dessin du profil demande une grande précision car une faible variation de l'épaisseur de celle-ci, de l'ordre du millimètre, peut engendrer un écart sensible dans la tonalité. Dans la fabrication des sonnailles comme dans celle des grosses cloches, l'étape clé du procédé qui permet le contrôle de la qualité sonore, respectivement la mise à son et l'établissement des tracés gardés secrets, demeurent dans un cas comme dans l'autre du seul ressort de F. Granier9.

Maîtrise du sonore et représentation des savoirs

41F. Granier évoquait un jour devant nous, en martelant des sonnailles, les différences entre les techniques qu'il utilisait en ces termes : « Une cloche d'église, il y a moins de savoir-faire, tout est consigné ; tandis que pour les sonnailles, c'est jamais pareil. » Un débat opposant une différence de nature entre les savoirs mis en œuvre pour les sonnailles (savoir-faire) et pour les grosses cloches (savoir formalisé) était ainsi ouvert par le fondeur lui-même.

42C'est surtout au niveau de la maîtrise du sonore que l'opposition entre les deux techniques est la plus patente. Pour les sonnailles, le contrôle de la sonorité intervient en partie au moins a posteriori et demande de la part du sonnailler une adaptation constante à un matériau hétérogène. Ainsi, on pourrait caractériser la sonnaille comme un objet dont la sonorité fixée à l'encuivrage, y compris dans sa marge de corrections possibles, comporte toujours une part irréductible d'imprévisibilité dans sa fabrication, et dont l'appréciation de la qualité ne s'effectue qu'en fonction de critères individuels. Pour la cloche, en revanche, l'existence d'un tracé garantit à l'avance des caractéristiques reproductibles. Celle-ci apparaît comme un objet prévisible, dont l'appréciation s'effectue en fonction de critères rendus objectifs : note, poids et diamètre. Les expertises modernes de cloches qui poussent leurs descriptions jusqu'à la détermination de la hauteur des différents partiels et leur durée de résonance accentuent encore cette tendance à l'objectivation10. Parallèlement à cette opposition entre les deux techniques, ce sont aussi les relations des utilisateurs à ces deux types d'objets qu'il convient de mettre en regard.

43L'achat d'une sonnaille par un berger ou un éleveur s'effectue toujours avec beaucoup de soin. Pour cette opération, il reste longtemps au stand du revendeur sur le champ de foire ou dans l'atelier du sonnailler. Placé devant un lot de sonnailles, il trie et retrie à l'oreille les exemplaires qui lui conviennent en les faisant tinter longuement les uns après les autres. La sonorité produite est indicatrice des qualités de la sonnaille : celle qui s'entendra de loin, celle qui vieillira bien, etc. Mais avant tout, le choix est une question de goût personnel. Les nouvelles sonnailles doivent s'intégrer à la sonorité générale du troupeau, y trouver leur place, s'y distinguer ou s'y confondre. Même s'il existe des spécialistes reconnus pour la finesse de leur oreille, il n'y a, en revanche, pas de standard idéal et chacun choisit selon son propre goût, selon la sonorité qu'il désire créer. La sonnaille délaissée par l'un sera retenue par l'autre. Ainsi l'hétérogénéité des sonorités apparaît comme constitutive de l'objet dont l'usage passe par une nécessaire adaptation au goût personnel. La position du sonnailler diffère assez peu de celles des bergers ou éleveurs : confronté à ce matériau variable, son rôle est de proposer des sonnailles dont la sonorité conviendra au goût de ses clients. Le savoir-faire tel que le définit F. Granier tient dans cette adaptabilité aux impondérables du matériau qui lui permet en définitive de fournir régulièrement des sonnailles dont il aura su créer ou révéler la qualité du timbre.

44Dans le cas des grosses cloches, le rapport à la qualité sonore s'exprime tout à fait différemment : entre la communauté commanditaire et le fondeur s'interposent toujours des médiateurs. Les autorités religieuses ont toujours tenu ici un rôle décisif, à côté du pouvoir civil, dans les questions relatives aux cloches qu'il s'agisse de nouvelles acquisitions ou de règlement des sonneries. Cette liaison intime au religieux, principalement catholique, fait des cloches un instrument de musique particulier, jusque dans la définition de ses qualités sonores, leurs voix étant considérées comme médiatrices entre les hommes et Dieu. « C'est donc un point historique qui se place de lui-même en dehors de tout débat, que le monde païen a réglé par le signal d'instruments d'airain une partie des choses profanes, et surtout des choses religieuses. (...) Il n'entrait pas dans les desseins de Dieu que le génie humain dotât en ce temps-là le culte du paganisme de ce glorieux signal qu'il réservait à l'Eglise chrétienne. (...) C'est en effet ce qui eut lieu quand, après la proclamation de la paix, Dieu permit que le génie chrétien parvînt enfin à inventer la vraie forme qui pouvait seule convenir à l'instrument de publicité que réclamait désormais le nouvel état de l'Eglise. (...) La cloche est aussi par sa forme une véritable merveille de l'art ; aussi remarquable par la pureté de ses lignes et la juste mesure de ses proportions, que par la décision du jeu de ses notes, c'est-à-dire par la justesse de ses accords. Depuis la clochette qu'agite la main de l'enfant sur les degrés de l'autel jusqu'au bourdon de Notre-Dame de Paris, quelle variété de dimensions ne peut-on admirer dans les cloches ? (...) Mais dans toutes, la forme demeure, invariablement la même, tant il est vrai que c'est en elle seule que consiste tout le merveilleux de cet instrument. » Ce texte de l'abbé Sauveterre (1983), définit, on ne peut plus précisément, l'inscription dans la symbolique catholique de la codification de forme et donc de timbre des grosses cloches. D'essence divine, elle dote supérieurement les cloches de la « double condition de l'harmonie et de la puissance ».

45L'acquisition d'une cloche représente, pour ses commanditaires, un investissement financier important pour un instrument qui aura la charge de représenter durablement la communauté, d'être « sa voix ». Dans l'impossibilité de choisir entre plusieurs exemplaires, la réputation du fondeur devient la seule garantie de bonne fin de l'investissement. L'existence de tracés à l'efficacité éprouvée par une longue tradition de fabrication constitue alors un élément objectif d'évaluation des capacités du fondeur et, comme le fait remarquer F. Granier, « le reste n'est que de la fonderie ». La personnalité du fondeur et la représentation qu'il sait proposer de ses savoirs revêtent ici une grande importance. Ainsi, la lente élaboration des grosses cloches se prête bien au discours et à la théorisation. Face aux visiteurs qui viennent régulièrement à la fonderie, devant l'assemblée réunie pour une coulée, ou pour la livraison d'une cloche, F. Granier se livre avec talent à l'exercice qui consiste à expliquer tout ou partie du processus de fabrication des grosses cloches. La longue description des séquences techniques lorsqu'elle a lieu à ces occasions, participe, comme les bénédictions ou « baptêmes » de cloches, du rituel d'adoption de l'objet par la communauté. La qualité du discours sur les techniques et sur l'objet tient également une place importante dans les délicates négociations qui entourent les commandes de grosses cloches. Pour emporter la décision : « Il faut savoir parler de certaines choses. » De ce point de vue, la capacité d'explication publique du fondeur fait intimement partie des savoirs de métier. Elle est tout à fait remarquable chez les quatre fondeurs français.

46L'existence de tracés ne suffit cependant pas à opposer la technique des sonnailles et celle des grosses cloches en terme de savoir-faire et de savoirs formalisés. A quel niveau se situe d'ailleurs la pertinence d'un tel débat ? En faisant un relevé de la chaîne opératoire des sonnailles, on constate rapidement que le premier martelage de mise en forme, s'il n'est consigné dans aucun ouvrage, n'en est pas moins structuré. L'enchaînement des gestes est parfaitement ordonné, prévisible, finalisé. Si la formalisation écrite du savoir n'existe pas, sa formulation orale précise peut être produite sans difficulté. Ainsi, la disparition de certaines épaisseurs de tôle du marché a obligé F. Granier à adapter sa technique. Pour certains modèles de sonnailles, il utilise désormais des tôles soit plus épaisses, soit plus fines que celles anciennement employées, et corrige la variation de sonorité induite en agissant sur la profondeur des entailles servant à l'agrafage. Les résultats de cette expérimentation figurent en tableaux tracés à la craie au dos de la porte d'entrée du local de travail, à portée de vue et de main des bancs de martelage. Cet épisode de l'évolution fine des techniques montre bien la connaissance qu'a F. Granier des interactions entre les divers éléments techniques influant sur la sonorité. Il est par là révélateur d'un certain degré de formalisation de son savoir préexistant au problème de la raréfaction des épaisseurs de tôle. La mise à son finale apparaît en fait comme l'étape la plus difficile à formaliser, faute probablement de descripteurs adaptés à la caractérisation du sonore. Pourtant F. Granier « sait » dès le premier tintement de quelle manière il va conduire son martelage. On peut procéder pour la chaîne opératoire des grosses cloches à une lecture inverse. Le rôle déterminant des profils tracés sur la planche à trousser, le découpage très structuré de la chaîne opératoire, la composition fixe de l'alliage n'oblitèrent pas complètement le savoir-faire du fondeur. Ainsi, le troussage du moule à la planche demande une pression suffisante pour permettre le travail de l'argile, mais ni trop forte ni déséquilibrée si l'on veut obtenir une reproduction fidèle au tracé. La connaissance des argiles et des mélanges de terre, l'équilibre entre leur compacité et leur maniabilité ne figurent de même dans aucun traité et ne dépendent que de l'appréciation au toucher du fondeur. La détermination de la température de coulée demande également un œil exercé.

47L'adaptabilité à des matériaux variables, le tour de main, tout comme un certain degré de formalisation écrite, graphique ou mentale des savoirs sont en fait constitutifs de la réalisation de l'une comme de l'autre des techniques. En définitive, la mise en exergue du « savoir-faire » ou de procédés « consignés » apparaît plus comme un élément de la représentation des objets fabriqués que comme une caractérisation effective des types de savoirs : savoir-faire pour les sonnailles dont la sonorité hétérogène fait partie des caractéristiques reconnues par les utilisateurs et savoir formalisé pour les grosses cloches dont on attend une performance sonore prévisible, évaluée selon des critères objectifs. Au-delà de cette représentation des savoirs du sonnailler et du fondeur de cloches, respectivement dans leur maîtrise propre du sonore, la véritable interrogation sur les techniques porte peut-être sur la part qui échappe au savoir. Quelles que soient en effet les capacités du fabricant à proposer des produits de qualité, c'est aussi de cet espace non maîtrisé de la technique que dépend l'existence d'un timbre unique, personnalisé pour chacune des cloches ou des sonnailles, dimension essentielle de ces objets, dans leurs fonctions de représentation d'un individu, d'une communauté et de leur mémoire.

Haut de page

Bibliographie

Feltin J.-M., 1990. Les cloches de la collégiale Saint-Martin de Colmar, Sausheim, Société Bollwerk Edition, 32 p.

Granier J., 1975. Les cloches, Saint-Gervais-sur-Mare, Causerie au Centre des Treilles, 8 p.

Laurans R., 1972. « Classification des sonnailles en tôle d'acier brasée », Ethnozootechnie, 8.

Nicourt J., 1971. « Fabrication de cloches fondues. Permanence des techniques », Ethnologie française, I, 3-4, pp. 55-82.

Sauveterre (Abbé), 1983. Essai sur le symbolisme de la cloche dans ses rapports harmoniques avec la religion, Paris, Librairie catholique internationale de l'œuvre de Saint-Paul, pp. 13-15.

Vialla J. et al., 1973. « Le dernier fondeur de cloches », Maisons et loisirs Méditerranée, 1, pp. 18-25.

Haut de page

Notes

1Cet article fait suite à un travail de recherche réalisé par l'Office départemental d'action culturelle de l'Hérault (D. Dalga, S. Groueff, P. Laurence) sous la responsabilité scientifique de D. Fabre. Il a été financé par la mission du Patrimoine ethnologique dans le cadre de l'appel d'offres 1989 sur les « Savoir-faire et techniques », et par la direction de la Musique et de la Danse. Nous tenons à remercier A. Bonnel, A.-S. et M.-H. Bruneau, M. et Mme Granier ainsi que les ouvriers de la fonderie pour leur accueil.
2Mettre un bord de tôle sur la bouche des sonnailles.
3Voir ci-dessous la technique d'encuivrage des sonnailles.
4Deux documents permettent de mieux appréhender la personnalité de J. Granier : Les cloches, de J. Granier lui-même (1975) et « Le dernier fondeur de cloches » de J. Vialla et alii (1973). La fonderie Granier a survécu également à des périodes difficiles en produisant diverses pièces en bronze ou laiton : objets décoratifs, pièces pour la mine, notamment après la guerre d'Algérie qui vit le rapatriement de nombreuses cloches en métropole.
5Technique décrite ici.
6Ce temps de chauffe dépend de la quantité de métal et surtout des conditions atmosphériques.
7La qualité du laminage, effectué à chaud ou à froid, pourrait aussi avoir une influence, mais sur ce point les avis divergent.
8Selon les termes de F. Granier.
9Plusieurs fonderies en Europe, et notamment en France la fonderie Paccard, procèdent à un accordage systématique de leurs cloches après la fonte, en enlevant du métal à l'intérieur de celles-ci au moyen d'un tour. Cette technique qui permet d'avoir des cloches très justes est associée à une technique de fabrication industrialisée, dont la chaîne opératoire diffère notablement de celle décrite ici. Cette évolution des techniques a été motivée notamment par les demandes importantes et spécifiques du marché des carillons.
10Voir par exemple la brochure récemment éditée de J.-M. Feltin : Les cloches de la collégiale Saint-Martin de Colmar.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence P., 1991, « Cloches, grelots et sonnailles. Elaboration et représentation du sonore », Terrain, n° 16, pp. 27-41.

Référence électronique

Pierre Laurence, « Cloches, grelots et sonnailles », Terrain [En ligne], 16 | mars 1991, mis en ligne le 24 juillet 2007, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://terrain.revues.org/2994 ; DOI : 10.4000/terrain.2994

Haut de page

Auteur

Pierre Laurence

ODAC - Hérault

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org