Navigation – Plan du site
Savoir-faire

Des savoirs efficaces

Denis Chevallier
p. 5-11

Entrées d’index

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

« Nous ne doutons pas sérieusement que la réussite d'un mets ne tienne à un élément du même ordre que les autres : mais la ténuité en est si subtile, et perceptible à des terminaisons sensorielles si déliées que son rôle dans l'impression d'ensemble paraît négligeable ; ce n'est pas un facteur mystique, c'est une question de milligramme. » (Jankélévitch 1980 : 51).

1Ce numéro de Terrain aborde ce qui dans la technique, cet « acte traditionnel efficace », ne se dit ni ne se montre ni donc bien souvent ne se transmet explicitement mais se sent, s'incorpore, se vit au jour le jour, s'exprime dans le milligramme du cuisinier, le « nez » du parfumeur, la dextérité du tronçonneur, ou l'oreille du fondeur de cloches et que l'on nommera parfois dans ces pages le « tour de main », le « vice » et, le plus souvent, le savoir-faire.

2Ce « presque rien », pour paraphraser Jankélévitch, qui aux dires des gens de métier ferait l'efficacité du geste technique, est au centre d'un ensemble de recherches originales dans le champ de l'ethnologie de la France (cf. encadré) :

3Originalité des terrains abordés. Alors que l'ethnologie des techniques1 s'était distinguée, en France tout au moins, par son intérêt pour des activités agricoles et artisanales sinon disparues du moins en voie de disparition, les travaux présentés ici, même s'ils évitent les industries lourdes et les hautes technologies, accordent une place non négligeable à des terrains industriels : verreries ou faïenceries, industrie du parfum ou du cuir, réparation navale...

4Originalité du fait de la nature des organismes et institutions à l'origine de ces recherches. En effet, de nombreux projets émanent de musées, écomusées, conservatoires de techniques mais aussi d'organismes professionnels ou d'associations à vocation de développement économique désireux de proposer des moyens de conserver des savoirs techniques, de transmettre un métier menacé de disparition, d'inventer de nouveaux produits à partir de traditions techniques...

5Originalité des objets enfin : Une des caractéristiques, et non des moindres, des articles présentés ci-après, réside dans la place accordée à un objet jusque-là peu mis en avant dans l'ethnologie des techniques : les savoir-faire et plus généralement l'ensemble des systèmes de savoirs, de représentations et de connaissances mobilisés dans l'acte technique.

Nouveaux enjeux, nouveaux objets

6Savoir, savoir-faire, objets et gestes techniques sont un patrimoine à protéger. Au xviie siècle, Leibniz annonçant les encyclopédistes perçoit toute la valeur de ces gestes.

7« Il n'y a point d'art mécanique si petit et si méprisable, qui ne puisse fournir quelques observations ou considérations remarquables et toutes les professions ou vocations ont certaines adresses ingénieuses dont il n'est pas aisé de s'aviser et qui néanmoins peuvent servir à des conséquences bien plus élevées » (Leibniz 1890 : 181).

8Les critiques de la parcellisation des tâches qui se développent au cours des années 60-70 avec les nouvelles formes d'organisation du travail (Herzberg 1971), la multiplication des travaux des ergonomes énumérant les situations où les agents contreviennent aux procédures prescrites, le plus souvent au bénéfice du déroulement correct du processus de travail, les analyses des formes de résistance à la taylorisation (Coriat 1979) constituent autant de repères dans l'attention nouvelle apportée aux savoirs ouvriers. Aussi n'est-il guère surprenant que ce soit des économistes qui s'expriment ainsi : « A l'heure où se restructurent les appareils productifs, où de nouvelles techniques se substituent massivement aux anciennes, la sauvegarde du patrimoine technique de chaque nation vient à l'ordre du jour. Il ne s'agit pas de conserver quelques exemplaires de techniques dépassées dans quelque musée voué tôt ou tard à l'oubli, mais plutôt de ne pas gaspiller un patrimoine technologique qu'on pourrait à tort croire obsolète » (Barcet et alii 1985 : 9) et nos auteurs d'ajouter : « Le patrimoine technique comprend donc les savoir-faire, c'est-à-dire l'ensemble des capacités de maîtrise pratique des techniques au sein de l'appareil de production, telles qu'elles s'expriment dans la participation au procès de travail. »

9La même idée est résumée par Antoine Ribout dans son rapport au premier ministre « Modernisation mode d'emploi » quand il affirme que « le changement technologique efficace n'est jamais une table rase des savoir-faire anciens » (Ribout 1987 : 90).

10Sociologues, économistes, ergonomes et cogniticiens ne se bornent pas pour autant à faire le constat du grand retour ou de l'impossible éradication des savoirs ouvriers sur les lieux de production. Ingénieurs et cogniticiens s'efforcent aussi d'« extraire » ces connaissances (Poitou et Chabot 1989) pour les décrire et construire des systèmes-experts, démarche « attentive aux savoir-faire mais soucieuse d'en rendre les modèles reproductibles et productifs » (Vogel 1988 : 9). Ils se trouvent alors confrontés aux mêmes difficultés que les ethnologues. Comment identifier, décrire pour le reproduire, un objet qui par sa nature même se dérobe à l'investigation comme à l'explicitation ?

Un objet introuvable :

11Le sens commun donne au savoir-faire deux sens différents. Une première acception, bien rendue par le mot anglais skills, fait coïncider le savoir-faire avec l'habileté nécessaire à la réalisation d'une tâche. C'est « le geste singulier d'une pratique » (Malglaive 1990 : 81).

12A l'opposé, savoir-faire désignera l'excellence : « posséder du savoir-faire ». Comme le notent Michel Valière et Valérie Kollmann (1987 : 130), « la notion de savoir-faire couramment associée aux termes de talent, d'adresse, d'art ou de doigté tend d'abord à s'assimiler à une gestuelle particulière que tout un chacun se plaît à reconnaître à l'artisanat ». Le savoir-faire se définit alors comme l'ensemble des compétences acquises, incorporées, transmises, qui se manifestent dans l'acte technique. Présent à tous les instants de l'activité technique, il est perceptible dans les aptitudes physiques de l'individu comme dans ses capacités à juger, prévoir et maîtriser un processus technique et les rapports sociaux qui lui sont associés.

13« Savoir-faire » serait donc disposer d'une capacité de juger et de choisir. Le parfumeur dont nous parle Paul Rasse est capable de jouer de plusieurs centaines de substances odorantes dont, par surcroît, les odeurs peuvent varier selon les provenances ou la date de récolte, pour composer des parfums qui doivent, d'année en année, demeurer identiques2. Le fondeur de cloches ou le sonnailler évoqué par Pierre Laurence doit posséder une « oreille » lui permettant de juger la sonorité du produit fini et donc d'adapter le processus technique.

14Savoir sentir, savoir entendre... le savoir-faire réside aussi dans un savoir-voir (Cornu 1991). Dans la halle où l'on souffle le verre c'est la couleur de la matière en fusion qui permet au « cueilleur » d'en estimer la température.

15Mais le plus souvent, le savoir-faire mobilise l'ensemble des sens. C'est par exemple le distillateur d'eau-de-vie qui doit recourir à « toute une palette de critères mettant en jeu les perceptions visuelles et auditives qui lui permettent de diagnostiquer un bon ou un mauvais déroulement de la distillation » (Voisenat 1989 : 70). C'est le typographe dont le savoir-faire réside dans toute une série de gestes difficilement décelables car situés au niveau de « l'épiderme et des nerfs sensitifs... doigts passés sur la ligne composée pour apprécier sa tension... appréciation à la main du poids du plomb qui permet d'identifier le corps d'un caractère » (Carré, Tiévant 1990 : 70-71). C'est le faïencier qui doit être en mesure de s'arranger avec son propre corps, savoir régler le jeu des postures et des mouvements, « régulation qui peu à peu devient une seconde nature indicible » (Barbe 1990 : 71).

16Ainsi, le corps, « le premier et le plus naturel instrument de l'homme » (Mauss 1936 : 372) est, comme vient le rappeler Nathan Schlanger dans une très stimulante lecture de l'œuvre de Marcel Mauss, un instrument d'acculturation, « d'incorporation qui positionne, construit et discipline l'être social ».

17Savoir faire serait donc pouvoir juger en mobilisant tous nos sens, sinon le corps tout entier. Savoir-faire inclut pourtant une autre dimension tout aussi fondamentale : la capacité d'anticiper, de prévoir. Pendant l'acheuléen déjà, il y a quelques centaines de milliers d'années, le savoir-faire des tailleurs de pierre consiste, comme le montre Jacques Pelegrin, en des opérations mentales et des estimations sur des anticipations. Le savoir-faire doit être rapproché ici de la métis des Grecs, cette intelligence rusée disséquée par Marcel Détienne et Jean-Pierre Vernant. Même si, comme le fait remarquer Roger Cornu, on ne peut la réduire « ni à un savoir-faire ni à une technicité » (Cornu 1988 : 204), la métis correspond à trois qualités mobilisées dans tout acte technique : la prévoyance, la prudence et la vigilance. Et la première de ces qualités est bien, semble-t-il, une caractéristique essentielle du savoir-faire.

18« Savoir faire » serait donc aussi anticiper le déroulement du processus : un « savoir prévoir » les réactions de la matière. Cette dernière n'est-elle pas en effet, telles ces pâtes travaillées par le faïencier qui lèvent ou qui fermentent entraînant nombre d'emprunts au vocabulaire de la boulangerie (Barbe 1990 : 86), presque toujours considérée comme vivante3 ? une capacité de conjecturer caractéristique de la métis qui permet de « voir en même temps devant et derrière, c'est-à-dire d'abord avoir l'expérience du passé pour deviner ce qui va se produire, mais aussi rapprocher le futur des événements passés » (Détienne et Vernant 1974 : 302) ; une ruse très souvent comme celle dont nous parle un peu plus loin Jean-Louis Tornatore qui seule permettra au mécanicien de vaincre la culasse récalcitrante du bateau.

19Juger, prévoir, conjecturer sont donc des dispositions à la maîtrise pratique des techniques au sein de l'appareil de production. Ces qualités donnent au savoir-faire non seulement un rôle adaptatif indispensable - c'est lui qui permet de réguler et optimiser le travail - mais aussi un rôle innovatif dans la mesure où il permet de perfectionner les conditions techniques du déroulement d'un processus technique (Barcet et alii 1985 : 130).

20Jean-François Gorre nous donne une illustration tout à fait éclairante de ce double caractère du savoir-faire en décrivant l'introduction de la machine à couper dans le monde des fourreurs parisiens. L'adoption de la technique se double en effet de l'invention par chacune des communautés en présence, les « grecs » et les « français », de savoir-faire qui deviendront autant de marques identitaires.

21C'est que les savoir-faire, et ce n'est pas un des moindres enseignements de cet ensemble de recherches, renvoient à des « savoir être », des « savoir vivre » qui constituent autant de manifestations de l'appartenance à un groupe.

22Localiser, définir le savoir-faire, ce n'est pas seulement en délimiter les fonctions dans le cours du processus de production mais le situer dans ses dimensions ontologiques et sociologiques. Indissociables d'autres formes de savoirs procéduraux, propositionnels, scientifiques, empiriques ou pratiques4 comme ces « savoir mesurer ou compter » dont Roger Cornu nous rappelle plus loin les liens étroits avec les savoir-faire, les savoir-faire renvoient inéluctablement à des découpages du technique et du social.

Savoir-faire, objet technique et distinction sociale

23L'analyse de l'objet technique5 fournit souvent aux ethnologues les clés de l'interprétation des différentes tactiques de différenciations sociales (Bromberger 1979).

24Les objets techniques se définissent à la fois par les fonctions qu'ils remplissent et par la place qu'ils occupent dans les systèmes de valeur et les représentations. Pierre Lemonnier (1989) montre par exemple que la forme d'un objet aussi contraignant d'un point de vue strictement « technologique » qu'un avion correspond à des « choix » culturels. Ainsi les objets techniques peuvent être analysés comme les médiateurs d'une relation au monde et à la société : sonnailles différenciant les lieux et coutumes de l'estive ou de la transhumance ; chapons incluant dans leur perfection formelle les marques de l'identité bressane (Frossard-Urbano infra) ; coutures visibles distinguant le fourreur d'origine grecque du fourreur français ; arbres émondés désignant à l'ethnologue un ensemble de modifications des pratiques et des représentations qu'il pourra interpréter comme un glissement d'une gestion paysanne à une gestion ouvrière.

25Plus qu'une simple manifestation du social, l'objet technique est le social. N'est-ce pas, comme le montre avec humour Bruno Latour, la ceinture de sécurité qui dicte au conducteur un code de conduite au sens moral du mot, un « savoir-vivre » ? (Latour 1989).

26Le projet d'une ethnologie des techniques résiderait alors tout entier dans la description d'objets techniques puisqu'ils « définissent dans leur configuration une certaine partition du monde physique et social, attribuent des rôles à certains types d'acteurs humains et non humains - en excluent d'autres, autorisent certains modes de relations entre différents acteurs, etc., de telle sorte qu'ils participent pleinement à la construction d'une culture, au sens anthropologique du terme, en même temps qu'ils deviennent des médiateurs obligés de toutes les relations que nous entretenons avec le réel » (Akrich 1987 : 49).

27L'observation des objets, processus et savoirs techniques révèle aux ethnologues les stratégies distinctives des groupes. Modes de désignation et pratiques concourent à attribuer rôles, fonctions et rangs. Les réparateurs de navires se définissant par rapport à une norme de métier qu'ils appellent le vice peuvent être comparés aux conducteurs de métro, dont l'image et la cohésion tiennent en grande partie à un ensemble cohérent de savoir-faire et surtout de représentations liés aux risques du métier (Foot 1990).

Savoir-faire et pouvoir transmettre

28D'un ensemble de compétences informelles à la marque de l'appartenance à un groupe producteur de normes professionnelles, le parcours auquel nous convie ce numéro de Terrain ne serait pas complet s'il ne permettait pas d'aborder en filigrane ce qui constitue en quelque sorte les tenants et aboutissants du savoir-faire : les formes et modalités de sa transmission.

29Indissociable de l'ensemble des systèmes de connaissances et de comportements auquel il est incorporé, le savoir-faire ne se transmet pas seul. L'apprentissage du savoir-faire est avant tout celui d'un « savoir-vivre » ; « il transmet tout à la fois : savoirs efficaces, sens et identité » (Sigaut : 24). La transmission, accession au savoir donc au statut, est largement codifiée. Yvon Lamy dans son étude des chantiers de Saint-Junien rappelle que jusqu'au début du siècle la protection du métier était poussée jusqu'au point d'interdire l'apprentissage à toute personne qui n'était fils ou frère de gantier (Lamy 1989 : 52). Des canuts aux verriers, des charrons aux taillandiers, l'histoire des métiers fourmille d'exemples de rétentions de savoirs qui dès lors devront être volés par l'apprenti. Elle est riche aussi de références aux autres liens sociaux qui interviennent dans cette transmission préférentielle : liens familiaux, de caste, de groupe ethnique, de solidarité corporative.

30Aujourd'hui, pourtant, les difficultés auxquelles semblent confrontés ingénieurs ou formateurs tiendraient bien moins aux corporatismes qu'à l'impossibilité de formaliser les savoir-faire et tours de main pour les incorporer dans les nouvelles technologies que sont les systèmes experts ou les dispositifs d'enseignement assistés par ordinateur. Elles résideraient aussi, dans les cas de techniques ou savoir-faire rares6, dans la difficulté à mobiliser les maîtres d'apprentissage. En effet, comme le rappelle Yves Deforges (1989 : 270) savoir faire ne veut pas dire pouvoir transmettre.

31Nombre de métiers ne se transmettent plus et les recherches encouragées par la direction du Patrimoine quand elles ne débouchent pas directement sur une mise en boîte, en film ou en musée du processus et de l'objet technique, amplifient les cris d'alarme des professionnels.

32Ainsi l'originalité de cet ensemble de recherches tiendrait non seulement aux domaines et objets qu'ils privilégient mais encore à des retombées qui dépassent le champ de la recherche ethnologique.

33Enfin nous voulons espérer que les contributions à ce numéro de Terrain pourront être lues comme autant d'appels : appels à des collaborations entre les disciplines : les méthodes de disciplines comme la psychologie, l'ergonomie, la sociologie du travail sont indispensables à l'analyse du savoir-faire dans ses multiples dimensions. Appels à l'ouverture de nouveaux chantiers de recherche. En démontrant que les savoir-faire ne peuvent être isolés de l'ensemble des savoirs mobilisés dans l'activité productive, les ethnologues proposent en effet quelques pistes nouvelles pour l'étude des techniques : confrontation de savoirs de nature et d'origines différentes comme ceux des forgerons et des chirurgiens demandeurs d'instruments adaptés à chaque innovation technique (Dumontet 1990) ; mobilisation des savoirs dans de nouveaux contextes comme ces savoirs professionnels transposés à la vie domestique ou aux loisirs dont nous parle plus loin François-Xavier Trivière ; situations de transferts de techniques, d'apprentissage ou, inversement, de ruptures dans la transmission, dont on sait qu'elles mettent en jeu non seulement les configurations de savoirs mais encore systèmes de valeurs et modes d'organisation sociale.

34Ainsi, en contribuant à une meilleure connaissance de ces « savoirs efficaces » que sont les savoir-faire, les ethnologues devraient non seulement contribuer à renouveler l'intérêt pour un domaine trop souvent délaissé, les techniques, mais encore faire la preuve de l'efficacité de leur savoir.

Haut de page

Bibliographie

Akrich M., 1987. « Comment décrire les objets techniques ? » Techniques et culture, n° 9, pp. 49-64.

Barbe N., 1990. La faïencerie de Salins, Techniques et savoirs, Besançon, Cêtre.

Barcet A., Le Bas A. et C. Mercier, 1985. Savoir-faire et changements techniques, essai d'économie du travail industriel, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Bromberger Ch., 1979. « Technologie et analyse sémantique des objets. Pour une sémio-technologie », L'Homme, XIX (1), pp. 105-140.

Calame F., 1988. « L'entretien du patrimoine bâti : pour un diagnostic des savoir-faire », Terrain n° 11, pp. 120-125.

Carré P. et S. Tiévant, 1990. Le neuf et l'ancien, Paris, ministère de la Culture et de la Communication.

Chevallier D., 1990. Savoir-faire et techniques, répertoire des opérations 1980-1990, Paris, ministère de la Culture et de la Communication, mission du Patrimoine ethnologique, ronéoté, 123 p.

Chevallier D. et I. Chiva, 1991. Des métiers qui disparaissent, Paris, Universalia (sous presse).

Coriat B., 1979. L'atelier et le chronomètre, Paris, Christian Bourgois.

Cornu R., 1988. « La métis professionnelle » in Baudelot, C. (dir), Formes de socialisation de jeunesse populaire et métis professionnelle, Nantes, L.E.R.S.C.O., pp. 201-211.

1990. « Voir et savoir », Communication aux rencontres de Royaumont : « Savoir-faire et pouvoir transmettre », 15-17 janvier 1990. A paraître.

Cru D., 1985. « La langue de métier », Lithiques n° 1, pp. 107-109.

Deforges Y., 1989. « Postface » in Simondon G., Du mode d'existence des objets techniques, Paris, Aubier, pp. 269-331.

Delbos G. et P. Jorion, 1984. La transmission des savoirs, Paris, Maison des sciences de l'homme/ministère de la Culture.

Détienne M. et J.-P. Vernant, 1974. Les ruses de l'intelligence, La métis chez les Grecs, Paris, Flammarion.

Digard J.-P., 1979. « La technologie en anthropologie : fin de parcours ou nouveau souffle ? », L'Homme, XIX (1), pp. 73-104.

Dumontet C., 1990. Du fer au titane dans le bassin nogentais, coll. Patrimoine et innovations, Langres, Dominique Guéniot.

Foot R., 1990. « Les conducteurs de métro et la régulation ». Communication aux rencontres de Royaumont : « Savoir-faire et pouvoir transmettre », 15-17 janvier 1990. A paraître.

Herzberg F., 1971. Le travail et la nature de l'homme, Paris, Entreprise moderne d'édition.

Jankélévitch V., 1980. Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien, t. I, Paris, éditions du Seuil.

Lamy Y., 1989. L'artiste et la gantière, gens de cuir à Saint-Junien à la fin des années 1980, rapport au conseil du Patrimoine ethnologique, ronéoté, 124 p.

Latour B., 1989. « La ceinture de sécurité » in Alliage n° 1, pp. 21-27.

Leibniz W., 1890. Discours touchant la méthode de la certitude et l'art d'inventer. « Pour finir les disputes et pour faire en peu de temps de grands progrès », in C. J. Gerhardt, Die philosophischen schriften von Gottfried Wilhelm Leibniz, Berlin, Wlidmannsche Buchhandlung, pp. 174-183.

Lemonnier P., 1980. Les salines de l'Ouest, logique technique, logique sociale, Paris-Lille, Maison des sciences de l'homme/P.U.L.

1989. « Barks capes, arrowheads and concord : on social representations of technology », in Symbolic Expression, London, Unwyn Hyman.

Malglaive G., 1990. Enseigner aux adultes, Paris, Presses universitaires de France.

Mauss M., 1936. « Les techniques du corps », édité en 1968 in Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, pp. 363-396.

Morel Al. (ss la dir. de), 1989. Cultures du Travail, séminaire de Royaumont, Paris. Ministère de la Culture et de la Communication/Maison des sciences de l'homme.

Pelegrin J., 1990. « Prehistoric Lithic Technology : Some aspects of research » in Archeological Review From Cambridge, vol. 9 : 1, p. 116.

Poitou J.-P. et C. Chabot, 1989. « De l'analyse des situations de travail au système expert » Communication au Colloque Travail et pratique langagières, 25-26 avril 1989, ronéoté, pp. 88-99.

Ribout A., 1987. Modernisation mode d'emploi, rapport au premier ministre, Paris - Union générale d'édition.

Roux V., 1990. Le tour du potier, Spécialisation artisanale et compétences techniques, Paris, Editions du C.N.R.S.

Sigaut F., 1988. Les recherches sur la culture technique, rapport au conseil du Patrimoine ethnologique, ronéoté.

Simondon G., 1958 (rééd. 1989), Du mode d'existence des objets techniques, Paris, Aubier.

Sitnikoff F., 1988. Les savoirs ouvriers, acquisition et transmission dans les métiers de l'imprimerie. Mémoire pour le D.E.A. de sociologie du travail, université de Paris VII, réonéoté.

Sommier G., 1987. Les métiers d'art en voie de disparition nécessaires à la maintenance du patrimoine. Rapport à la direction de l'artisanat, Paris.

Valière M. et V. Kollmann, 1987. A la découverte du patrimoine artisanal et industriel du Poitou-Charentes, Poitiers, Maison des sciences et techniques de la région Poitou-Charentes.

Vogel C., 1988. Génie cognitif, Paris, Masson.

Voisenat C., 1988. Portrait d'un savoir ordinaire, la fabrication des eaux de fruits à Fougerolles (Haute-Saône), rapport au conseil du Patrimoine ethnologique, ronéoté.

Haut de page

Notes

1Digard 1979 dresse un fort utile et complet bilan de la situation de la technologie dans la recherche ethnologique française. Ce bilan conserve malgré une certaine recrudescence de travaux dans le domaine de l'ethno-archéologie (Roux 1991 ; Pellegrin 1990...) et l'apport des travaux aidés par la Mission (Morel 1989 ; Chevallier 1990) toute son actualité.
2Cette capacité à reproduire des produits identiques à partir de composants toujours différents est une des caractéristiques du savoir-faire dans de nombreuses professions. Ce caractère est par exemple mis en avant par les maîtres brasseurs.
3La pierre elle-même est perçue comme vivante par le tailleur. La langue de métier utilise nombre de métaphores corporelles et d'expressions qui témoignent de la personnification du matériau travaillé (Cru 1985).
4Plusieurs publications récentes tentent des typologies des savoirs mobilisés dans l'activité technique, par exemple Delbos, Jorion 1985 ; Jorion 1990 ; Cornu 1988 ; Sitnikoff 1988 ; Malglaive 1990...
5Nous donnerons à l'objet technique la définition que lui donne Christian Bromberger (1979 : 105) : « L'objet technique est la réponse formelle et matérielle à un ensemble d'exigences spécifiques, explicitement reconnues par les membres d'une société. »
6C'est le cas des métiers d'art dont certains sont indispensables à la restauration de monuments ou œuvres d'art (doreurs, marqueteurs) (Sommier 1987, Chevallier, Chiva 1991...) ; c'est aussi le cas de métiers du bâtiment utiles au maintien d'une architecture tant « savante » que vernaculaire (Calame 1988).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chevallier D., 1991, « Des savoirs efficaces », Terrain, n° 16, pp. 5-11.

Référence électronique

Denis Chevallier, « Des savoirs efficaces », Terrain [En ligne], 16 | mars 1991, mis en ligne le 06 juillet 2007, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://terrain.revues.org/2992 ; DOI : 10.4000/terrain.2992

Haut de page

Auteur

Denis Chevallier

Mission du Patrimoine ethnologique

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org