Navigation – Plan du site
Repères

Histoire et situation actuelle de l'ethnologie de la Suisse

Paul Hugger
p. 125-134

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Suisse
Haut de page

Texte intégral

1Traduit de l’allemand par Dominique Lassaigne

2Dès l’origine, l’ethnologie européenne (Volkskunde) et l'ethnologie générale ont emprunté en Suisse des voies divergentes, à l'image du modèle allemand. Traditionnellement, l'ethnologie européenne traite des cultures de l'Europe, l'ethnologie générale des cultures des peuples non européens, ce qu'on appelait autrefois des cultures « sans écriture ». Institutionnellement, ces deux disciplines sont distinctes à l'université, avec chacune des chaires et des programmes spécifiques. L'ethnologie générale a pris son essor à la suite du colonialisme et de l'action des missionnaires. La Suisse n'ayant jamais possédé de colonies, les deux voies n'allèrent pas de pair et il n'y eut guère, comme ce fut le cas en France, de passage quasi obligé d'un domaine à l'autre. Les tentatives en vue d'un rapprochement des deux disciplines, comme celles qui eurent lieu dans les années 70, furent sans lendemain : les ethnologues suisses se sont surtout penchés sur la problématique du développement dans les pays du tiers monde. Ils ont également mené une réflexion autocritique sur leur propre relation à ces cultures, toutes questions qui ne préoccupent guère l'ethnologie européenne. Mais il existe une autre raison qui explique la différence historique initiale de ces deux disciplines : l'ethnologie générale correspondait plutôt au besoin des scientifiques de rencontrer l'exotisme, l'étranger, alors que l'ethnologie européenne (Volkskunde) répondait au désir de rechercher ses propres sources dans les manifestations premières de la culture d'origine.

Un enfant du romantisme

3Dans sa phase initiale et jusque dans les années 70, l'ethnologie suisse avait une orientation essentiellement historique et philologique. De manière générale, l'ethnologie de langue allemande subit l'envoûtement de la linguistique germaniste, dont Jacob et Wilhelm Grimm avaient jeté les bases au xixe siècle. Leur entreprise donna une impulsion décisive à la discipline. Ils avaient orienté leurs recherches sur les racines de la culture populaire, qu'ils entrevoyaient dans les fondements mythologiques d'un lointain passé germanique. Recueillir les témoignages de la culture populaire trouvait un sens et prenait une signification, si l'on considérait leur caractère de « vestiges » ; finalement, le sens du présent se définissait à partir d'une vision du monde archaïque, qui présupposait naïvement une continuité à travers les siècles. Cette germanophilie trouvait son pendant dans la « celtomanie » qui avait cours en France au xixe siècle. Selon l'idéal de ces chercheurs, les faits particuliers ne devaient prendre leur signification et interprétation qu'en fonction d'une vision globale d'une culture et d'une mythologie d'origine germanique (indogermanique). Il n'est donc pas étonnant que les fondateurs et les premiers représentants importants de la discipline en Suisse fussent presque tous des germanistes.

4Toutefois, l'ethnologie suisse ne s'est pas alignée sur les visées scientifiques de l'Allemagne dans une dépendance d'épigone. Ainsi le vrai fondateur de l'ethnologie suisse, le germaniste bâlois Eduard Hoffmann-Krayer (1864-1936) provoqua en 1902, lorsqu'il donna à Bâle sa leçon inaugurale - intitulée « Le folklore comme science » -, un débat de fond essentiel sur la conception de la discipline et sur ses buts. D'après Hoffmann-Krayer, son objet est le vulgus in populo, une formule brève, qui fit école. Auparavant, Hoffmann-Krayer avait fondé en 1896, avec des amis, la Société suisse des traditions populaires. Son organe, les « Archives suisses des traditions populaires » qui contiennent la majeure partie de notre savoir sur la culture populaire, en est actuellement à son quatre-vingt-cinquième volume. Nous arrivons ainsi à un second trait caractéristique de la discipline.

Travail de recherche dans un « système de bénévoles »

5Une partie considérable des travaux sur le folklore suisse a été rassemblée non pas par des chercheurs professionnels ou des professeurs d'université, mais par des gens qui soit avaient fait leurs études à l'université et exerçaient en tant que médecins, enseignants, prêtres ou pasteurs, soit s'intéressaient en tant que simples amateurs à ces questions. C'est une particularité de la Société suisse des traditions populaires - différente en cela de la Société allemande du même nom - que de réunir amateurs et spécialistes et de les accepter comme membres. Il est certain qu'un tel procédé a pour risque l'amateurisme, mais ce système permet d'éviter l'excentricité intellectuelle et le travail dans une tour d'ivoire. La Société suisse des traditions populaires n'a jamais perdu le contact avec le peuple au sens large du terme ; elle a perçu ses besoins et a reçu en retour un écho favorable et un appui matériel. A la différence de la France, la Suisse n'offre pas de postes fixes pour des chercheurs. Il existe cependant le Fonds national pour la recherche scientifique, qui accorde des bourses pour une durée maximale de trois ans.

6Dans l'entre-deux guerres, l'ethnologie suisse a connu quelques représentants importants, qui en tant que professeurs ont également abordé des thèmes d'ethnologie à l'université et qui l'ont fait pour la plupart en relation avec d'autres disciplines. Car l'ethnologie ne fut institutionnalisée dans les universités qu'après la Seconde Guerre mondiale. En premier lieu, il faut citer Karl Meuli (1891-1968), qui enseignait la philologie classique à l'université de Bâle. Il cherchait à apporter une lumière nouvelle dans l'histoire de la civilisation antique en l'éclairant par la connaissance des données de l'ethnologie, de l'histoire des religions et de la psychologie. Sa méthode était donc comparatiste et prenait en compte toutes les cultures, méthode qui, en Suisse, comme dans l'ensemble de l'aire germanophone a été négligée dans les deux dernières décennies. Les réflexions de Meuli se fondaient sur des analyses sémantiques et textuelles d'une extrême précision. Ses travaux sur les masques, sur l'origine du carnaval, les rites funéraires et le chamanisme l'ont rendu célèbre bien au-delà des frontières de sa discipline. Il est resté le seul ethnologue suisse dont les travaux ont trouvé un écho international, surtout dans le monde scandinave et anglo-saxon. Aujourd'hui, de nombreux concepts et des hypothèses développés par Meuli sont encore opératoires : ils sont repris et développés par des chercheurs contemporains.

7Hans-Georg Wackernagel (1895-1967), également enseignant à l'université de Bâle, combina en tant qu'historien l'analyse précise des archives avec une sensibilité pour des questions ethnologiques. On lui doit une nouvelle approche du phénomène des guerriers de la Suisse primitive, des recherches pionnières sur la noblesse suisse et les usages juridiques populaires. Paul Geiger (1887-1957), privatdocent de l'université de Bâle et directeur de l'Institut suisse des traditions populaires, se fit connaître par ses travaux sur les rites funéraires et comme collaborateur au volumineux Handwörterbuch des deutschen Aberglaubens (Dictionnaire allemand des superstitions). On lui doit des travaux importants sur la fête et les coutumes de Noël. Il effectua ses recherches parallèlement à un emploi à temps plein de professeur de lycée, une situation commune à de nombreux folkloristes suisses.

Prédominance de la Suisse allemande

8Les exemples précités montrent à quel point la recherche ethnologique dans les années 20 et les années 30 fut stimulée, entretenue et marquée de l'empreinte de la Suisse allemande. C'était la méthodologie, la discipline et la pensée allemande qui guidaient la manière de rassembler les faits, de les présenter et de les interpréter. Même si, dès le début, les Archives suisses des traditions populaires publiaient des contributions en français et en italien, et si des représentants d'autres groupes linguistiques siégeaient au comité directeur de la société scientifique, l'ethnologie suisse était imprégnée par la majorité germanophone, un état de fait qui n'a guère changé depuis. Les raisons en tiennent, d'une part, au fait que les intellectuels de la Suisse française ne se sont guère penchés sur la problématique ethnologique dans leur propre pays. Pour eux, les intérêts littéraires primaient. Les historiens négligeaient la vie des couches inférieures au profit de l'histoire événementielle et dynastique. Des nombreuses universités de la Suisse française (4 contre 3 en Suisse allemande) ne provint aucune initiative qui aurait donné une impulsion à de telles recherches.

9En outre, la Suisse française, à la différence de la Suisse allemande, ne fut guère entraînée dans une telle voie par la proximité d'une recherche active et intense effectuée dans un pays voisin de langue commune. En Suisse allemande, par contre, les représentants les plus importants de la discipline entretenaient des relations étroites avec leurs collègues allemands et autrichiens. L'enseignement de courte durée que donna Arnold Van Gennep à Neuchâtel (1912-1915) n'y changea rien. Il resta une simple parenthèse. Du reste, le destin de cet enseignant témoigne précisément du désintérêt que les universitaires français de l'époque avaient alors pour de telles questions.

Repli durant la période nazie

10En Allemagne, la prise du pouvoir par les nationaux-socialistes déboucha sur une mise en tutelle idéologique toujours plus forte des différentes disciplines scientifiques, ethnologie comprise. Cette position devait peser lourdement sur les relations entre l'ethnologie suisse et l'activité scientifique en Allemagne. La pensée raciste et nationaliste telle qu'elle devait être présentée dans les revues scientifiques rebuta la plupart des chercheurs suisses. Les contacts devinrent de plus en plus rares et finirent par s'interrompre. Avant tout, postuler l'unité de la race et de la culture ne pouvait éveiller dans une Suisse pluriethnique que méfiance et incompréhension. A cela s'ajoutaient, côté allemand, de plus en plus de revendications territoriales et d'hégémonie culturelle sur la partie allemande de la Suisse. La partie italienne, c'est-à-dire les régions situées au sud de la Suisse, où l'on parle l'italien, se trouvait confrontée aux mêmes visées de la part de l'Italie fasciste de Mussolini. L'ethnologie suisse commença à se concentrer plus fortement sur le problème de son identité propre, sa spécificité ; elle se mit alors au service de la « défense spirituelle du pays », une formule qui devint bientôt un leitmotiv pour les efforts d'un grand nombre d'artistes et de scientifiques.

11L'Atlas du folklore suisse fondé en 1937 par Paul Geiger et Richard Weiss, puis repris par Walter Escher, Elsbeth Liebl et Arnold Niederer, fut l'expression - mais non la seule - de ces tentatives. Il avait pour modèle l'Atlas du folklore allemand (dont on avait commencé à rassembler les matériaux en 1929) et surtout l'Atlas linguistique d'Italie et de Suisse méridionale de Karl Jaberg et Jakob Jud, deux romanistes suisses. La méthode employée, jugée la mieux adaptée à l'entreprise, était la même que celle utilisée pour les atlas linguistiques, c'est-à-dire travailler avec des explorateurs et non par correspondance. A l'origine, l'Atlas du folklore allemand devait inclure dans ses cartes la Suisse allemande et l'Autriche, un projet abandonné après 1933. Il s'avéra d'autant plus indispensable de montrer et de justifier, au moyen d'une propre entreprise cartographique, les multiples rapports et interférences culturels par-delà les frontières linguistiques. Il était urgent pour ce pays, situé au centre de trois grands espaces linguistiques, de montrer que les frontières culturelles n'étaient pas tout simplement plaquées sur les frontières linguistiques, mais qu'il fallait aussi tenir compte de toute une série d'autres facteurs : géo-écologiques, climatiques, historiques, confessionnels, économiques et de façon générale, démographiques. L'œuvre cartographique fut achevée en 1989. Elle comprend 292 cartes en une et deux couleurs complétées par des volumes de commentaires détaillés. Cet ouvrage important, qui a été réalisé avec des moyens financiers relativement modestes, reflète bien la situation des années 1937-1942 et permet au lecteur contemporain de mesurer le changement intervenu depuis. Conformément aux préoccupations dominantes de l'époque, la culture paysanne et rurale reste au premier plan. On y pose la question des « vestiges » présumés (comme le droit coutumier paysan, les pratiques superstitieuses, etc.). Pourtant, il faut reconnaître qu'on y a introduit aussi des points de vue novateurs pour cette époque notamment sur les associations, la tradition orale, etc.

Fascination pour la culture pastorale alpine

12La spécificité de la Suisse et le repli culturel devant une menace totalitaire extérieure firent que l'ethnologie suisse des années 30 et 40 concentra son intérêt surtout sur le mode de vie alpin, essentiellement sur les sociétés pastorales. Pour beaucoup d'observateurs de cette époque, on y trouvait l'essence de la spécificité suisse ; un mode de pensée, de travail et de vie présumé archaïque fascinait. Les différents types communautaires passaient pour les formes originelles d'une vie communautaire démocratique. Il s'ensuivit un transfert très net des thèmes élaborés du Plateau suisse au domaine alpin, bien que dans les premières décennies de la recherche ethnologique, on ait publié aussi des travaux sur les us et les coutumes des sociétés locales, en particulier dans les petites villes. Il est certain que les études suisses de folklore, en s'orientant vers la culture alpine, gagnèrent en couleurs, mais aussi en fascination pour les contemporains d'alors. Avec le contenu de ces recherches on pouvait facilement s'identifier comme suisse. C'est ainsi que la Volkskunde accéda à une audition nationale et put, en conséquence, prétendre à des subsides de la part de l'État.

13Après la guerre, on entreprit d'écrire la seconde « grande œuvre du siècle » - l'analyse et la présentation des types d'habitat rural - qui rentrait dans la logique de cette évolution. En 1945 fut fondée « l'Action pour la recherche sur l'habitat rural suisse » dirigée successivement par A. Baeschlin, Max Gschwend, Benno Furrer. L'inventaire du patrimoine architectural devait être entrepris par canton et présenté dans des publications correspondantes. Cette action est aujourd'hui une branche importante de la recherche de la Société suisse des traditions populaires. Treize volumes exhaustifs ont paru jusqu'en 1989, dont quatre sur des cantons de langue française. En se spécialisant sur les pratiques architecturales rurales, l'ethnologie suisse négligeait les modes de vie urbains et le monde industriel. Ainsi ce n'est que bien après qu'on se pencha enfin sur les modes d'habitat ouvrier, et ce par le biais de l'histoire de l'art, et du reste d'une façon beaucoup moins systématique que pour l'habitat rural.

Richard Weiss (1907-1962)

Figure symbolique d'une ethnologie allemande réhabilité

14Dans les premières années de l'après-guerre, l'ethnologie allemande était grevée d'une lourde hypothèque due à l'utilisation qu'en avait faite le national-socialisme. Seule la Suisse avait pu travailler sans subir de contraintes idéologiques. Depuis 1941 Richard Weiss enseignait la Volkskunde à Zurich, d'abord comme privatdocent, depuis 1946 en tant que professeur. Avec lui, l'ethnologie européenne était reconnue, pour la première fois, comme une discipline à part entière dans une université suisse. Richard Weiss, germaniste de formation, avait fait paraître en 1946 L'Ethnologie de la Suisse, travail de synthèse novateur pour l'époque qui le fit connaître rapidement dans toute l'aire de parler allemand et fit référence. Le livre fut une révélation pour un grand nombre de ses confrères allemands, surtout après les abus idéologiques du IIIe Reich. L'approche proposée de la Volkskunde d'un pays, conçue à partir d'un territoire neutre, répondant à des exigences de haut niveau, rétablit, aux yeux des collègues quelques peu désemparés, la respectabilité et la valeur opératoire de la discipline. L'orientation fonctionnaliste résolument appliquée impressionnait. Elle « confère aux différents objets - maisons, habits, nourriture, outils, chants, récits, opinions - leur sens commun, en démontrant leur signification pour les hommes et en soulignant leur interdépendance au sein de cet organisme vivant que constitue la culture populaire » (Weiss VIII). Ainsi pour Weiss, la culture populaire était quelque chose d'organique ; le devenir organique de l'être social s'oppose à un faire sans tradition. Dans les années 50, Weiss devint une figure de proue de l'ethnologie allemande ; sans aucun doute, il est resté la personnalité la plus marquante de l'ethnologie suisse d'après guerre. Sa mort accidentelle en 1962 priva la discipline en Suisse d'un penseur d'avant-garde. Sa vision organique de la culture, qui part dans une forte mesure d'un substrat paysan en tant qu'élément porteur de culture, est fortement empreinte de la dichotomie qualitative entre communauté et société de masse. Elle fut violemment critiquée à la fin des années 60 par de jeunes collègues allemands. Pourtant ses ouvrages constituent une source irremplaçable pour la connaissance de l'ethnologie de la Suisse.

Le calme avant la tempête

15Les années 50 et 60 furent une période de travail sans contestation. On collecta avec soin les faits, dans les archives, sur le terrain, on publia avec un soin encore plus grand des recherches et on utilisait avant tout les méthodes traditionnelles d'enquêtes et d'analyses des données : observation participante et interview, travail d'archives, interprétation textuelle. On n'utilisait que rarement les méthodes démographiques et quantitatives. A l'étranger aussi, l'ethnologie suisse suscitait le respect. C'est dans une telle perspective qu'il convient d'inscrire les travaux réalisés alors par la section cinématographique de la Société suisse des traditions populaires, fondée en 1942. Celle-ci produisit une série de films documentaires importants, avant tout sur l'artisanat en voie de disparition (sa direction a été assurée à partir de 1963 par Paul Hugger, et depuis 1980 par Hans-Ulrich Schlumpf). Dans les années 80, la production cinématographique se tourna davantage vers les mutations du monde moderne du travail.

Un séisme allemand et ses répercussions en Suisse

16Les événements de 1968 eurent aussi de fortes répercussions sur les universités allemandes. Les revendications portaient sur une réforme en profondeur des études et de l'activité scientifique. L'ethnologie européenne fut également touchée par le mouvement. En 1969, les divergences éclatèrent, avec passion et de manière provocatrice, au moment de la réunion de la Société allemande d'ethnologie européenne à Detmold. Elles devaient dominer la scène scientifique en Allemagne pour les années à venir. La poussée provenait d'enseignants et d'étudiants de l'université de Tubingen rassemblés autour d'Hermann Bausinger. Ils critiquaient la manière idyllique et conformiste de recueillir et de conserver, la « dévotion à l'insignifiant » et l'absence de théorie, dans un contexte où l'irresponsabilité politique allait de pair avec l'insignifiance. Il fallait pousser le travail scientifique des ethnologues hors ses retranchements. L'ethnologie devait utiliser les méthodes d'une science sociale critique, s'engager sur le plan politique et social, se tourner résolument vers les problèmes du présent et aider le peuple à sortir de son état de mineur, dont il n'était pas responsable, pour accéder à l'âge mûr. Les canons en vigueur de la discipline, comme les us et coutumes, devaient être abandonnés au profit d'autres thèmes et surtout d'enquêtes statistiques. Les vagues tumultueuses déclenchées par ces débats, qui devaient diviser pendant de longues années le paysage scientifique allemand en querelles de parties, ne parvinrent en Suisse qu'affaiblies et de manière différente. Tandis que Bâle, où Hans Trümpy enseignait depuis 1958, et Berne où Paul Zinsli professait (jusqu'en 1971) se fermaient dans une large mesure à de telles innovations et maintenaient l'orientation historique et germaniste de la discipline fondée sur une analyse fine des sources, le successeur de Richard Weiss à Zurich, Arnold Niederer (à partir de 1964), prit part activement aux débats entre collègues allemands. Par la suite, l'enseignement et la recherche se séparèrent dans les universités suisses : Zurich se tourna davantage vers une orientation contemporaine, avec généralement des thèmes à motifs sociaux. Bâle et Berne maintenaient leur orientation principale vers des sujets historiques et littéraires. La Suisse française resta largement à l'écart de ces débats.

17La Suisse italienne pour sa part allait son propre chemin. Elle ne compte jusqu'à ce jour aucune université, aucune académie. Les quelques tentatives dans ce sens ne furent guère couronnées de succès. Malgré tout, une recherche folklorique locale forte s'est constituée, influencée par les romanistes. La figure dominante en est Ottavio Lurati, qui enseigne à l'université de Bâle la linguistique italienne et a produit une série de publications importantes qui intéressent aussi l'ethnologie.

Entre le provincialisme et l'ouverture au monde

18Les deux concepts mentionnés dans le sous-titre donnent une bonne définition de la situation de l'ethnologie dans les années 70. D'une part, beaucoup de travaux, essentiellement d'« amateurs », restent encore dans la mouvance traditionnelle de la discipline ; d'autre part, la recherche, universitaire principalement, s'est tournée vers des thèmes nouveaux : le travail industriel, l'ethnologie des villes, les relations interethniques, l'analyse des rites, etc. Cependant de vraies écoles de pensée ne virent guère le jour : chercheurs et étudiants étaient trop peu nombreux ; par ailleurs, s'aligner strictement sur une personnalité et en suivre la conduite intellectuelle ne correspond guère au sentiment démocratique suisse.

19La situation de l'ethnologie reste caractérisée par un faible ancrage institutionnel au sein des universités. Seules Zurich et Bâle possèdent leurs propres chaires (occupées depuis 1982 par Paul Hugger, Bâle depuis 1988 par Christine Burckhardt-Seebass). Berne possède une chaire rattachée aux études germaniques (dirigée par Peter Glatthard depuis 1978), qui prend en charge également la dialectologie, l'onomatologie et les recherches toponymiques. En Suisse française, l'ethnologue Pierre Centlivres - à l'université de Neuchâtel depuis 1974 - introduit régulièrement dans son enseignement des thèmes de l'ethnologie européenne, son programme portant par ailleurs principalement sur les cultures extra-européennes. A Lausanne, Gérald Berthoud enseigne depuis 1979 l'anthropologie culturelle, entendant par là une approche de la discipline orientée essentiellement sur les théories et les modèles anglo-saxons. En outre, il existe à Zurich une chaire de littérature populaire européenne - c'est-à-dire une chaire de folklore au sens strict, dirigée par Max Lüthi, le spécialiste de la recherche sur les contes (1968-1979), et depuis 1979, par Rudolf Schenda, qui s'intéresse aux lectures dans les milieux populaires.

20Si dans les années 70, la recherche sur les cultures du monde alpin avait encore un grand prestige - du fait notamment de l'introduction d'une conception sociologique moderne (ainsi, furent développés des thèmes comme les effets de l'inégalité des revenus, de l'exode rural, du tourisme, de l'industrialisation partielle, la question de l'identité), l'ethnologie urbaine devint le pôle principal de la recherche et de l'enseignement dans les années 80, surtout à l'université de Zurich : vie des quartiers, mutations des structures dues à l'industrialisation et à la spéculation foncière, culture festive urbaine, etc.

21Il reste encore à présenter une entreprise originale issue de la Suisse française : l'Encyclopédie vaudoise, l'inventaire des traits naturels et socio-culturels d'un canton suisse. Le travail, réalisé au début par un groupe d'étudiants idéalistes sous la direction de Bertil Galland, débuta à la fin des années 60 et s'acheva en 1987 avec le tome 12 (Bibliographie vaudoise, index). Les tomes 10 et 11, qui ont pour titre La Vie quotidienne, présentent la culture populaire du canton. L'équipe dut rassembler d'abord la quasi-totalité des matériaux. Quatorze groupes de discussion régionaux auxquels prirent part 348 personnes, rassemblèrent les données. La rédaction finale fut confiée à Paul Hugger. L'expérience est à ce jour unique en Suisse.

22L'année 1985 marque le début d'un programme de recherche nationale intitulé : « Identité nationale et pluralité culturelle ». Il est le fruit de la préoccupation des autorités politiques provoquée par les forces centrifuges du régionalisme. La recherche ethnologique se vit attribuer alors un champ d'investigation vaste et important : recherche sur l'importance et la signification de la vache et des coopératives d'éleveurs pour l'image nationale, travaux sur les rites festifs nationaux, sur la musique populaire contemporaine, sur les échanges interethniques de jeunes dans l'institution appelée Welschlandjahr (année qu'un jeune passe en Suisse romande pour y apprendre le français).

23L'ethnologie suisse, comme l'ethnologie allemande, se propose actuellement de reconquérir certains domaines qu'elle a négligés en partie à cause de la contrainte idéologique des années 70. C'est le cas des approches psychologiques, principalement de la psychologie des profondeurs d'inspiration freudienne et jungienne, dénoncées au début des années 70 par des théoriciens de la discipline, d'orientation marxiste, comme instruments de domination bourgeoise. C'est aussi le cas d'une conception approfondie de la mythologie, domaine qui après l'expérience du IIIe Reich avait été perçu comme empreint de démagogie et de dangereuse irrationalité.

24La médecine populaire, l'ethnologie religieuse et le vaste domaine des croyances populaires viennent d'être également réintégrés dans le champ d'investigation de la discipline. Depuis 1984, les chercheurs suisses vécurent à Bad-Hombourg des journées de rencontres particulièrement stimulantes et fécondes avec leurs collègues français et allemands. Ces rencontres organisées par Isac Chiva (Paris) et Utz Jeggle (Tubingen) furent reconduites sur deux ans. Elles ont démontré combien les orientations nationales de la recherche ont forgé des modes de pensée et des traditions particulières à chaque pays, et combien il est difficile de trouver un langage scientifique commun. Ces rencontres ont donné de multiples impulsions aux recherches individuelles.

25Le bilan de l'ethnologie contemporaine de la Suisse montre la grande diversité des préoccupations thématiques, ce qui n'évite pas d'ailleurs une certaine tendance vers la recherche de détails insignifiants - un écueil inévitable dans un contexte libre de toute restriction et de toute tutelle idéologique. L'activité des amateurs de folklore surtout reste en Suisse l'expression d'un attachement patriotique local. L'ethnologie suisse sera toujours confrontée à la tendance au provincialisme ; pour cette raison, elle devra intégrer avec plus de soins encore les impulsions d'une recherche internationale. La Suisse avec sa diversité linguistique semble justement prédestinée pour figurer comme plaque tournante de la recherche. Du reste, la Volkskunde suisse peut aborder l'avenir sans hypothèques idéologiques majeures.

26Les trois tomes prévus pour 1992 du Manuel de la culture populaire suisse seront l'expression de l'orientation future de l'ethnologie de ce pays. Publié par un groupe d'éditeurs sous la responsabilité de la Société suisse des traditions populaires, cet ouvrage conçu par Paul Hugger privilégie une interdisciplinarité et montre la diversité des problématiques dans une ethnologie moderne. Des collègues d'autres disciplines y collaborent également : historiens, sociologues, historiens de l'art, germanistes. L'ethnologie devrait ainsi donner la preuve qu'elle est une science qui se prête à la recherche pluridisciplinaire.

Haut de page

Bibliographie

Archives suisses des traditions populaires, 1987ff. Zürich/Basel. Publiées par la Société suisse des traditions populaires.

Atlas der Schweizerischen Volkskunde, 1950-1988, Basel.

Bertil Galland, avec la collaboration principale de Paul Hugger, 1982/84. Encyclopédie illustrée du pays du Vaud. La vie quotidienne, I/II. Lausanne.

Braun R., 1970. Sozio-kulturelle Probleme der Eingliederung italienischer Arbeitskräfte in der Schweiz, Erlenbach/Zürich.

Chiva I. et U. Jeggle, 1987. Deutsche Volkskunde - französische Ethnologie. Zwei Standortbestimmungen, Frankfurt/New York/Paris.

Glauser D., 1989. Les maisons rurales du canton de Vaud. T. I : Le Jura vaudois et ses contreforts, Bâle.

Gyr U., 1989. Lektion fürs Leben. Welschlandaufenthalte als traditionelle Bildungs-, Erziehungs- und Übergangsmuter, Zürich.

Handwörterbuch des deutschen Aberglaubens, 1927/1942. Hg. unter besonderer Mitwirkung von E. Hoffmann-Krayer von Hanns Bächtold-Stäubli. 10 Bände, Berlin/Leipzig.

Hoffmann-Krayer E., 1946. Kleine Schriften zur Volkskunde, Hg. von Paul Geiger, Basel.

Hugger P., 1984. Kleinhüningen. Von der « Dorfidylle » zum Alltag eines Basler Industriequartier, Basel.

1975. Le Jura vaudois. La vie à l'alpage, Lausanne.

1976. Rebelles et hors-la-loi en Suisse. Genèse et rayonnement d'un phénomène social, Lausanne.

Les rites de passage aujourd'hui, 1986. Actes du colloque de Neuchâtel 1981. Sous la direction de Pierre Centlivres et Jacques Hainard, Lausanne.

Lurati O., 1976. Dialetto et italiano regionale nella svizzera italiana, Lugano.

1983. Pinana, Isidoro : Le parole di una valle. Dialetto, gergo et toponimia della Val Verzasca, Lugano.

Meuli K., 1975. Gesammelte Schriften. 2 Bände. Hg. von Thomas Gelzer, Basel/Stuttgart.

Niederer A., 1980. Economie et formes de vie traditionnelles dans les Alpes, in : Histoire et civilisation des Alpes. T. II. Toulouse/Lausanne, 1-136.

1956. Gemeinwerk im Wallis. Bäuerliche Gemeinschaftsarbeit in Vergangenheit und Gegenwart, Basel.

Schenda R., 1988. Volk ohne Buch, Frankfurt.

Wackernagel H.-G., 1956. Altes Volkstum der Schweiz. Gesammelte Schriften zur historischen Volkskunde, Basel.

Weiss R., 1946. Volkskunde der Schweiz, Erlenbach/Zürich.

Zehnder L., 1976. Volkskundliches in der älteren schweizerischen Chronistik, Basel.

Zinsli P., 1968. Walser Volkstum in der Schweiz, in Vorarlberg, Liechtenstein und Piemont, Frauenfeld.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugger P., 1990, « Histoire et situation actuelle de l’ethnologie de la Suisse », Terrain, n° 15, pp. 125-134.

Référence électronique

Paul Hugger, « Histoire et situation actuelle de l'ethnologie de la Suisse », Terrain [En ligne], 15 | octobre 1990, mis en ligne le 12 avril 2005, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://terrain.revues.org/2989 ; DOI : 10.4000/terrain.2989

Haut de page

Auteur

Paul Hugger

Université de Zurich

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Les éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo Ministère de la Culture
  • Revues.org