Navigation – Plan du site
Paraître en public

« Un homme une rose à la main »

Meetings en Languedoc de 1985 à 1989
Yves Pourcher
p. 77-90

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Languedoc-Roussillon
Haut de page

Texte intégral

1« Les meetings, t’en souvient-il ? », écrivait, il y a déjà quelques années, Bruno Frappat (1986) dans Le Monde les comparant à des urnes gigantesques où se forment les résultats futurs. Oui, des mois, des années après, j'ai encore en mémoire ces mouvements de foule, ces frémissements, ces cris de joie et ces hurlements de haine. J'entends encore le chœur du Nabucco de Verdi, les airs grecs de Mikis Theodorakis, L'Hymne à la joie et les échos du synthétiseur de J.-M. Jarre. Je vois des flashes, des rayons de laser, des éclairs de lumière.

2Du bruit, de la cohue, du rire et des larmes, le meeting offre et à profusion en plus. Il n'est pas chiche de couleurs, de lumière, de drapeaux et de fleurs. Les mains claquent, les bras se tendent, les sifflets et les ricanements fusent. Au cours de ce spectacle, de cette démonstration, l'individu, l'assistant se noie, se perd dans les mouvements de la foule. J'ai vu des leaders, des chefs portés par la masse, les lumières et les clameurs. Dans ces rassemblements, je les ai sentis étrangement solitaires, confrontés à l'épreuve, à la répétition de l'exercice. Des figures construites, manipulées, un peu à la manière de ces catcheurs que Barthes décrivait comme des dieux « parce qu'ils sont, pour quelques instants, la clef qui ouvre la Nature, le geste pur qui sépare le Bien du Mal et dévoile la figure d'une Justice enfin intelligible » (1957 : 24). De cela, de cette vérité, le meeting parle mais il révèle aussi bien autre chose : le présent en terme de revanche, l'avenir en signe de promesse, vision d'un édifice à construire plus beau et plus grand.

3Rien ne ressemble plus à un meeting qu'un autre, objectera-t-on. Erreur, trompeuse apparence, le meeting est unique. Il a son lieu, sa date, son maître et sa foule. De Lille à Bordeaux, de Nancy à Nice, les meetings changent. Ils n'ont pas les mêmes couleurs, les mêmes odeurs, les mêmes échos. Différence de propos, de mise en scène, d'appels et de thèmes évoqués, ce n'est pas que cela qui compte : il y a surtout cette foule assemblée, bruyante et fascinée, tour à tour colérique, violente ou au contraire radieuse, épanouie ; une foule composite aux accents, aux couleurs multiples.

4Qu'il s'inscrive dans le cadre d'une campagne électorale pour les législatives, pour les présidentielles, pour un référendum ou pour une autre consultation, le meeting n'a pas le même sens, le même objectif. Pour l'une ou pour l'autre de ces élections, il joue sur les genres : acte d'investiture, démonstration d'une délégation ou au contraire plébiscite des fidèles, autoproclamation. Dans tous les cas, il confronte un homme à la foule, celui-ci agissant soit comme le dirigeant d'une équipe qu'il vient présenter, soutenir, soit comme cet homme seul vers qui tous les regards se tournent et qui vient chercher ici une consécration.

5« Regarde, quelque chose a changé, l'air semble plus léger, c'est indéfinissable, un homme, une rose à la main, a ouvert le chemin vers le monde de demain », chante Barbara dans les meetings de François Mitterrand. Et quelques temps plus tard, l'homme entouré de lumière pénètre, fendant la foule qui scande son nom. « Regarde, on a envie de se parler, de s'aimer, de se toucher et de tout recommencer. Regarde au ciel de notre histoire, une rose à nos mémoires dessine le mot espoir. » Oui, c'est bien cela qu'associe, que mêle le meeting : l'histoire, la mémoire, le groupe, le toucher, la parole et puis pour finir l'espoir, toujours l'espoir. Dans un large mouvement, il recouvre la fête, la communion, l'héritage, les fidélités, le besoin de passion et parfois de violence, la moquerie, la haine. Les leaders se suivent, les mots se heurtent, les foules se côtoient et ainsi se prépare, se forme dans le tumulte, dans le spectacle offert, l'acte électoral.

6De 1985 à 1989, à l'occasion des campagnes pour les élections régionales, législatives, présidentielles, pour le référendum sur la Nouvelle-Calédonie, je me suis glissé dans ces rassemblements à Montpellier, Nîmes, Béziers et autres villes du Languedoc-Roussillon1. J'ai pénétré anonyme dans ces lieux où se pressait la foule. Bien souvent, je suis sorti étonné, parfois décontenancé et toujours ébloui de lumières et d'images, assourdi d'incantations, de slogans et de musique.

Images de meetings

Montpellier, vendredi 15 novembre 1985 : meeting avec Georges Marchais.

7Un immense chapiteau est planté au cœur de la ville, sur la place des Arceaux. Des cars venant du Gard, de la Lozère, de l'Aude et de l'Hérault se rangent et les gens se coulent vers ce lieu de réunion. Quelques-uns portent des banderoles indiquant le nom de leur ville, de leur usine ou de leur entreprise, tous lieux d'action politique. A l'entrée du chapiteau, on vend des autocollants, on sollicite une contribution aux frais de la campagne, on distribue des bulletins d'adhésion. Au fond, une tribune attend entourée de drapeaux tricolores, rouges, sang et or du pays occitan. Une télévision montée en circuit intérieur et reliée à un écran géant diffuse en direct des interviews : des vignerons, des cheminots, des lycéens, des femmes qui dénoncent la politique socialiste qui casse l'agriculture, les chemins de fer, l'école, Renault, etc.

8Sous ce chapiteau, la foule se rassemble par groupes ; on se retrouve, on s'interpelle, on s'embrasse. La sono diffuse par intermittence Le Chiffon rouge et des chansons de Jean Ferrat. Après chaque prise de parole, les applaudissements crépitent. Un animateur annonce régulièrement les arrivées, les délégations, le nombre de cars — quatre-vingt-dix au total. Soudain sur l'air du Chiffon rouge, un groupe de mineurs de Ladrecht, tous très jeunes, casques allumés sur la tête, drapeau à la main ou portant à bout de bras des blocs d'anthracite, fait son entrée dans l'enthousiasme général. On applaudit, on scande « charbon français » et tout au long de leur lente remontée jusqu'au fond du chapiteau, des gens s'approchent pour toucher religieusement les morceaux de charbon. Comme l'écrira le lendemain L'Humanité2 : « Les mains claquaient, les lampes des mineurs brillaient et ceux qui les portaient, par leur exigence du charbon français, couvraient l'écho de Jean Ferrat chantant lui aussi l'amour de sa France. » Autour du charbon, de la mine et de ses combats, toutes les personnes présentes communient. Le plus gros bloc d'anthracite est placé devant la tribune et les mineurs se rangent sur ses côtés.

9Un mouvement, un frémissement de la foule, la musique électronique de J.-M. Jarre, les gens se lèvent, montent sur les chaises, applaudissent. Georges Marchais vient de faire son entrée, remontant très lentement vers la tribune, suivi par les responsables régionaux du parti, les élus. Aussitôt Myriam Barbera, député du Gard, prend la parole, rappelle tous les conflits locaux et présente les candidats de chaque département de la région. « Georges Marchais est là pour nous aider à nous battre », déclare-t-elle. C'est ensuite le tour de l'un des plus illustres responsables de la viticulture méridionale, compagnon de route du parti communiste et député européen, Emmanuel Maffre Baugé : « Les communistes ont été aux côtés du peuple occitan pour défendre ses valeurs », déclare-t-il, rappelant ses sept années de combat aux côtés du parti. Après ce préliminaire, cette introduction régionale, Georges Marchais commence son long discours. Derrière lui plusieurs affiches de L'Humanité, La Marseillaise, une portant ce slogan « Le vote communiste pour s'en sortir », et un groupe de jeunes qui agitent des drapeaux rouges et tricolores accompagnant et guidant ainsi les applaudissements. D'ailleurs l'orateur les commande lui-même par les modulations de sa voix, par la force de ses critiques ou de ses propositions.

10Ici, à Montpellier, Georges Marchais insiste particulièrement sur son opposition à l'élargissement du Marché commun. On hue l'extrême droite, Chirac, Barre, Giscard mais aussi le parti socialiste. Georges Marchais apparaît sur l'écran géant et toutes les personnes présentes sous ce chapiteau peuvent ainsi l'apercevoir. A la fin du discours, le jeu des drapeaux et des applaudissements reprend plus intensément encore. Myriam Barbera vient alors annoncer une bonne nouvelle : au cours du meeting, trente nouvelles adhésions au parti ont été enregistrées dont celles de huit mineurs. Pour conclure, le chapiteau reprend en chœur La Marseillaise puis L'Internationale chantée poings tendus. Lentement, difficilement les gens sortent, certains emportant le pliant qu'ils avaient eu la précaution d'amener. La ronde des cars commence et il est vingt-trois heures3.

Fréjorgues près de Montpellier, le 3 mars 1988, au palais des expositions, meeting avec Jean-Marie Le Pen4.

11Peut-être à cause des manifestations d'opposition qui se sont déroulées pendant la journée, la police veille à l'entrée du meeting. Comme toujours des cars, des fourgonnettes de vente de sandwiches et de boissons, l'une d'entre elles affiche « Chez Soliman » avec musique orientale. L'entrée est payante : 30 F. Commencent alors la distribution des tracts, la vente de livres en tous genres et multiples tendances, des traditionalistes aux défenseurs de l'armée, les quêtes. Au bout de la salle, une immense tribune avec un fond bleu-blanc-rouge, un slogan « Le Pen président », des fauteuils disposés en arrière et sur le côté un écran géant. Le public se rassemble, l'impatience grandit dans l'attente, les mains commencent à claquer, des « Le Pen président » se font entendre.

12A vingt et une heures sous le chœur du Nabucco de Verdi, Jean-Marie Le Pen très applaudi fait son entrée, monte sur la tribune et, l'un après l'autre, serre la main des élus - écharpe tricolore croisée sur la poitrine - et des responsables du mouvement dans la région qui s'y trouvent déjà. Poings serrés, bras levés, visage épanoui, hilare, Le Pen fait face à la foule qui l'acclame debout, fascinée. Accompagné par les rayons du laser et par une très puissante sonorisation, il va et vient, faisant monter la tension, la passion. Une fillette lui remet un bouquet de fleurs, Le Pen l'embrasse et puis salue encore la foule.

13Le responsable régional du Front national, Alain Jamet, prend la parole, « Montpelliérains, Catalans, Pieds-Noirs », et s'adresse à Le Pen, « notre président ». Il remercie les militants, les délégations venues de tous les départements voisins et immédiatement fait huer la CGT, le parti communiste, SOS Racisme, le mouvement Pour une alternative non violente. Ensuite interviennent le responsable d'une association de rapatriés et le député de l'Hérault, Jean-Claude Martinez. A ce dernier la tâche de présenter les élus de la région : le capitaine Pierre Sergent, « Pierre tu es pierre et tu as sauvé l'honneur de l'armée », Charles de Chambrun « le descendant de La Fayette », etc. Il se lance alors dans une vaste chevauchée historique, de Cluny à Pondichéry en passant par l'Algérie française et l'AOF, le tout entouré de formules satiriques et souvent cruelles : « Le temps où il y avait des écoles, quand il n'y avait pas la FEN qui ne justifie pas les moyens » ; « Peut-on confier la France à quelqu'un qui brandit la culotte de Madonna ». Les gens applaudissent, conspuent, sifflent. Martinez reconstitue alors son « rêve », le journal de vingt heures le soir du deuxième tour, « Poivre d'Arvor est blanc, Anne Sinclair blême, Alain Duhamel appelle sa maman, les cloches de Paris se mettent à sonner », pour l'élection de Le Pen.

14Le public n'attend plus que lui. Au milieu des applaudissements et des cris, Le Pen avec un micro cravate commence son discours face au public. Il marche, déambule sur l'estrade affichant son incomparable maîtrise de l'art du tribun. Par ces mouvements du corps, par ces gestes, il force l'attention. Long propos sur l'Algérie, sur la colonisation, sur la guerre, sur les conditions de l'indépendance et sur la situation faite aux rapatriés ; longue évocation d'une histoire nationale en termes lyriques, et Le Pen attaque le cœur de son intervention, l'immigration. Il fait défiler les siècles, les pays, les images, multipliant les formules, les histoires, les slogans où la critique s'étale et touche à la calomnie, à la haine. Sur l'expulsion des cent un Maliens : « Cent un, ça sonnait un peu comme cent un dalmatiens. » Au sujet de la visite de Mitterrand dans une école du XXe arrondissement de Paris et de son propos sur le pittoresque de la présence de dix-sept nationalités : « Quand je te parle en arabe et que tu me réponds en guatémaltèque, comment s'étonner que le fils de Bitru ne sache plus parler français. » Et de poursuivre : « N'oublions pas que celui qui a arrêté les arrière-arrière-grands-parents de Boumediene à Poitiers, c'est le Martel. » Les gens s'esclaffent et hurlent simultanément à ses jeux de mots et ses clichés.

15Le Pen construit le tableau d'une France menacée par l'immigration, la délinquance, la drogue, le sida. Le micro ne marche pas, Le Pen parle aussitôt de sabotage, de complot, et quand on lui en apporte un qu'il doit tenir à la main, il déclare : « Je ressemble à un vulgaire Chirac. » Il veut être unique, seul contre tous et seul pour défendre ses idées. Il vitupère et fait conspuer successivement Harlem Désir, le Dr Olivenstein, le député RPR Hanoun, etc. Rires et cris alternent dans cette immense fresque de la rancœur. « J'aime mieux mes filles que mes nièces, mes nièces que mes cousines, mes cousines que mes voisines » et la foule se déchaîne. Pour conclure, il appelle à participer au grand rassemblement de Marseille « où nous serons 40 à 50 000 Français ». Une Marseillaise solennelle et L'Hymne à la joie marquent la fin. En sortant, des drapeaux sont tenus aux quatre coins pour récolter de l'argent. Il est 23 h 20.

Montpellier le 19 avril 1988 : meeting avec François Mitterrand.

16La soirée a été plus longue, plus riche en événements que prévu. Avant son meeting - le troisième de sa campagne et l'un des rares auquel il participera - François Mitterrand accompagné de Michel Rocard a tenté l'ascension du pic Saint-Loup. Brouillard et pluie forçant, ils se sont contentés d'une promenade de deux heures sur les sentiers en contrebas. Le lendemain, la presse relèvera le message de cette nouvelle alliance politique, de cette distinction appuyée. Dans tous les quotidiens régionaux et nationaux, on découvrira la photo de ces deux hommes en singulière tenue de randonneur : celle de Solutré pour Mitterrand, les chaussures montantes et l'imperméable pour Rocard.

17Il pleut à verse sur Montpellier. Le chapiteau géant installé dans l'espace Richter se remplit des vingt-cinq mille personnes qu'il peut contenir. Sous la pluie, c'est la cohue. Le décor, identique pour tous les meetings de cette campagne, est constitué en fond de scène par une superposition, un dégradé de drapeaux tricolores précédé d'une tribune. Des dizaines d'écrans, grands et petits, sont installés de part et d'autre de l'allée centrale et sur les piliers. Pour le moment, le meeting s'ouvre aux artistes : Barbara et son Homme à la rose, Charles Trénet pour Douce France, Gilbert Montagné, Nicolas Peyrac, Les Gipsy Kings et Jérôme Savary. Aux premiers rangs, ministres, députés et autres invités s'installent.

18Le chapiteau est inondé et tout le monde a les pieds dans l'eau. Difficile, presque impossible dans ces conditions, de trouver une place ; je me faufile lentement. Sur les écrans, le clip de la campagne fait défiler ses temps d'histoire : de la prise de la Bastille à la guerre de quatorze, de la Libération à Mai-68 jusqu'au TGV et à la rencontre de Mitterrand et Kohl, main dans la main, à Verdun, le message de « la France unie » se construit en 90 secondes.

19A vingt heures précises, au moment où débute le journal télévisé, François Mitterrand fait son entrée par le fond du chapiteau suivi par un groupe de jeunes. Parmi eux, Frédéric, dix-neuf ans, qui déclarera avoir été « choisi un peu sur le look et sur la carrure5 » pour « symboliser les 58 % de jeunes qui voteront Mitterrand dès le premier tour ». François Mitterrand s'avance lentement, très lentement jusqu'à la tribune. Quand il commence son discours, des cris, des clameurs s'élèvent pour protester contre la présence de caméramen et de photographes qui, juchés sur une plateforme, font écran. Du fond et même du cœur du chapiteau, on ne voit rien. François Mitterrand revient sur les grands moments du septennat passé puis aborde les questions de la formation, de la modernisation de l'outil industriel, de l'Europe, de l'immigration. Il n'épargne pas ses adversaires se situant délibérément au-dessus de la mêlée. Ainsi au sujet du débat qui lui a été proposé : « Le candidat que j'affronterai n'est pas encore sorti du magma des candidats de la vieille droite. Le candidat du RPR n'a pas reçu de prédestination céleste pour me faire des propositions pour un second tour auquel il n'a pas encore accès. » Dans le public, on applaudit, on hue. Mais beaucoup de personnes qui ne peuvent rien apercevoir attendent patiemment, échangeant quelques brefs propos entre voisins. Dans la deuxième partie du discours, sous le poids de l'eau, la toile d'une aile du chapiteau cède, suscitant cris et mouvements divers. Mitterrand, imperturbable, continue.

20A vingt-deux heures, l'hymne de la Septième Symphonie de Beethoven retentit. François Mitterrand suivi de son épouse s'en va par le même chemin étroitement balisé qu'il avait suivi à l'entrée. Dehors la pluie violente n'a pas cessé et un grand nombre de gens qui n'ont pu entrer ont attendu vainement, tous trempés6.

Des lieux, des hommes, des couleurs et des chants

21L'idée même de meeting sous-tend celle de foule, de cette réunion d'individus d'origines diverses. Sous ses formes générales, le meeting rassemble et fait côtoyer. Le nombre lui-même fait partie de la démonstration et constitue la mesure du succès. « Il vaut mieux une petite salle bien pleine qu'une grande vide », dit-on au cours d'un meeting de Chirac ; « Si avec tous ces gens on ne fait pas 20 %, je n'y comprends plus rien », lors du meeting d'André Lajoinie. Aux organisateurs revient cette tâche délicate de choisir le lieu adéquat, d'évaluer a priori le public.

22D'un meeting à l'autre, je me suis déplacé du centre-ville à la périphérie, je suis allé d'un chapiteau à un palais des congrès, d'un lieu de foire au Zénith. L'ambiance même s'en ressent : on n'éprouve pas les mêmes sentiments dans l'architecture futuriste d'un Zénith alliant modernisme et tuyauterie, et sous la toile d'un chapiteau. Mais dans l'un et l'autre lieu, l'espace est étroitement organisé, balisé. Il se partage d'abord entre les premiers rangs réservés aux invités et tout le restant de la salle. Cette stricte répartition pose parfois problème. Ainsi lors du meeting de Michel Rocard, la chanteuse Catherine Lara qui faisait l'ouverture, avait fait avancer le public : « Qui dit Rocard dit rock », s'était-elle écriée et un grand nombre de jeunes s'étaient installés sur les chaises officielles. La fête d'avant-meeting terminée, le service d'ordre avait dû faire évacuer tout le monde non sans susciter de nombreuses protestations. Dans les autres exemples, pour accéder à ces rangs privilégiés, il fallait présenter une invitation ou une carte de presse.

23L'entrée même du meeting est étroitement contrôlée. Payante pour les meetings du Front national, surveillée, guidée pour tous les autres, la foule du meeting, le rassemblement se forme dans ces lieux et pour ces occasions. Ils ne dureront que le temps de la réunion. On ne doit pas non plus négliger le moment qui sépare l'arrivée en voiture ou en car et l'entrée, puis l'installation. Orienté, canalisé, l'individu entre dans une phase intermédiaire d'agrégation, et les flots, les groupes se forment. Déjà l'écho de la musique se fait entendre, des boissons, des casse-croûte sont proposés. Puis, au milieu des odeurs de merguez, il y a la file d'attente, étape nécessaire pour pénétrer. Peu à peu, la foule se constitue, et l'individu disparaît pour se fondre dans l'ensemble. Enfin dans le lieu, soumis aux annonces, aux quêtes, aux bruits de la musique et aux distributions de tracts, les gens cherchent une place : une chaise et plus souvent l'endroit où debout, ils pensent profiter du meilleur spectacle. Dès ce moment, le jeu des applaudissements et des huées, ponctué de commentaires officiels, de prise de parole s'ouvre. Les banderoles s'étalent, reproduisant la géographie de la participation au meeting. Tous les participants saisis par l'ambiance, la chaleur et les couleurs du lieu attendent.

24Le meeting n'existe que par ce rassemblement, cette réunion. Forme-t-il foule au sens psychologique que lui a donné Gustave Le Bon (1988) : c'est-à-dire une agglomération d'hommes possédant « des caractères nouveaux, fort différents de ceux de chaque individu qui la compose » ? Relève-t-on cette âme collective où - toujours selon le même auteur - s'évanouit la personnalité consciente, où s'imposent et se développent la suggestibilité, la fascination, la crédulité, l'exagération, l'intolérance, l'autoritarisme. Peut-on reprendre le constat de Gabriel Tarde qui, parlant des foules ou des publics, note que « le lien des individus divers qui les composent consiste non pas à s'harmoniser par leurs diversités mêmes, par leurs spécialités utiles les unes aux autres, mais à s'entre-refléter, à se confondre par leurs similitudes innées ou acquises en un simple et puissant unisson [...] en une communion d'idées et de passions qui laisse d'ailleurs libre jeu à leurs différences individuelles (1989 : 49) » ? A suivre Tarde, la foule est là pour exécrer ou adorer ; elle balance entre l'horreur et l'enthousiasme, entre les cris vive et à mort.

25Que forme dans cette dimension collective le meeting ? Un public, une foule, une masse - « masse fermée » pour reprendre Elias Canetti (1966) - ou plus simplement une association de groupes déjà constitués (militants, amis, sympathisants)7 ? A regarder autour de moi, j'aperçois des couples, des familles, des délégations d'usines, d'entreprises, de villes et de villages, mais aussi des personnes venues seules. Il me semble pourtant que le déplacement, le fait de se rendre à un meeting est avant tout une démarche collective. On s'y rend en famille, en groupe d'amis, de jeunes, de collègues de travail mais rarement seul. Le meeting brasse-t-il, fédère-t-il, dilue-t-il pour former cette unité, l'« âme des foules » ? Si je considère la succession des meetings auxquels j'ai assisté, il me paraît qu'aucun public, qu'aucun groupe ne ressemble à un autre. Comment expliquer cela, comment démontrer ces différences ? La foule - si l'on retient ce terme - qui assiste à un meeting de Le Pen ne ressemble pas à celle qui se rend à celui de Chirac, de Mitterrand, etc. Même si par exemple dans les meetings de Le Pen on ne voit que de façon marginale les « crânes rasés » en treillis et rangers, punks ou autres individus typés à côté de tant d'autres communs, des différences existent entre toutes ces foules qui relèvent de l'ordre de l'apparence, du sensible, de l'illusion et peut-être de la partialité de celui qui observe. Elles vont de l'appartenance sociale au vêtement, à la façon de s'interpeller, de communiquer, de se tenir. A ce constat s'ajoute un élément plus général : d'un lieu à l'autre, d'une ville à l'autre, la foule se charge aussi de la diversité, de la richesse du local. Un meeting à Lille ressemble-t-il à un meeting à Marseille ou à celui d'une autre ville ? On peut en douter.

26Qu'en est-il alors de l'« âme des meetings » car partout claquent les applaudissements, retentissent les huées et les sifflets. Ainsi donc les différences d'aspect, de couleur et de tenue se fondraient dans une similitude de comportements, et toutes les foules des meetings agiraient de même. Le meeting se transformerait en un moule et tous s'y noieraient, tous se retrouveraient dans ce rôle d'acclamation ou de tollé. En fait, le seul risque pour l'orateur serait celui du débordement des pulsions. Parfois la surenchère jaillit du public, surtout lors des interventions introductives. A Béziers, quand un élu de l'Hérault aborde la question de la justice, un quidam s'écrie : « Demandez donc dans la salle ceux qui sont contre la peine de mort. » Et quand l'intervenant cite l'exemple d'un récidiviste, un cri éclate : « A Cayenne. » Au cours des meetings de Chirac, la foule en ovationnant Charles Pasqua manifeste ses préoccupations, ses souhaits. Dans les meetings du Front national, à la caricature, la critique violente des orateurs répond la sentence, l'arrêt du public : « A mort », ou autre plus sordide encore. On trouve bien là le schéma général esquissé par Tarde pour les foules de « leur intolérance prodigieuse, leur orgueil grotesque, leur susceptibilité née de l'illusion de leur toute-puissance et la perte totale du sentiment » (1989 : 54).

27Mais dans cette généralité, des écarts, des nuances apparaissent. A regarder ces foules dans ces meetings, on sent bien qu'on n'applaudit pas, qu'on ne hue pas de la même façon et pour les mêmes choses. Les cris ne sonnent pas, ne résonnent pas de la même manière. Chez certains, on sent la critique, la condamnation, chez d'autres l'opprobre, la haine. « Nous étions des braves gens qui s'aimaient [...] des braves gens qui s'aimaient de détester ensemble », écrit Anne Tristan (1987)8 tandis que Michel Vinock (1987) parle de « l'égoïsme tribal » des partisans de Le Pen. Applaudir ou huer certes, mais pour certains il n'est question que de huer, de conspuer. L'unité, l'équilibre du meeting se construit dans la peur, dans le rejet.

28Foule de meeting, ne devrait-on pas parler de foules car de l'une à l'autre les accents, les cris, les gestes sont bien différents. Elles passent toutes de l'amour à la répulsion, mais chez certaines les sentiments de solidarité, de générosité sont plus grands. Des foules de meeting donc, multiples et riches de leurs formes, de leurs éléments : il reste à étudier ce rapport ambigu, divers qui existe, qui se noue entre des chefs, des leaders et ces foules. Pour Le Pen, Mitterrand, Chirac ou Marchais, elles sont venues, elles se sont constituées. Pour elles le décor est planté, pour elles le spectacle va se dérouler.

29Lucien Sfez a écrit : « Nous marchons sur un sol miné par la mémoire (1978), et c'est vrai que par ses images et ses symboles, le meeting multiplie les témoignages, les signes d'allégeance à l'Histoire. C'est celle des groupes, des rassemblements, des partis, celle d'une nation, d'un pays. Dans le meeting, les emblèmes comme les discours portent l'Histoire. Il s'ouvre sur un appel, un signe de reconnaissance : ici « Citoyens, citoyennes » ou « Chers compagnons, chers amis de Béziers et de l'Hérault », ailleurs « Chers camarades ». Lors d'un meeting de Michel Rocard, le maire de Montpellier s'était adressé à toute l'Europe du Sud, l'Europe du combat et du socialisme : « Salut aux Héraultais, Gardois, Catalans, Lozériens, aux représentants du parti socialiste espagnol, No pasaran a Teruel, Felipe est à Madrid, aux Portugais, Soarès gagnera dimanche. » Georges Marchais s'était écrié : « Nous en avons mené des combats ensemble », et toute l'histoire du charbon français, de la mine et de ses luttes avait défilé. A l'hommage au général de Gaulle - « Gaullistes nous serons au rendez-vous de l'Histoire » - s'oppose la référence au parti de Jaurès et de Léon Blum.

30Comme des incantations, des formules magiques, ces noms, ces figures et ces rappels sont lancés au cœur des discours. Sur le brassage de l'Histoire, sur l'amalgame qui fait défiler les siècles, Le Pen construit, alimente son verbe : « Nous sommes des Gaulois, nous n'avons peur de rien sauf que le ciel nous tombe sur la tête », s'écrie-t-il en riant à Nîmes, et sans cesse il revient à cette évocation de la guerre d'Algérie et plus particulièrement au souvenir de l'Algérie française. De façon générale, on peut dire que le discours puise à l'Histoire, revient à la mémoire et reconstitue la culture même de chaque parti. Il exalte l'unité, l'identité, il enracine l'intervention. Dans ce Midi, pays de rugby, un orateur annonce : « La poussée se consacrera », « nous transformerons l'essai », « Jacques Chirac aurait fait un sacré rugbyman, car comme le XV de France aujourd'hui, il a l'engagement et la volonté ». A un autre moment, l'intervenant présente la foule : « Là tu as l'image de cette France méridionale qui te fera dimanche président de la République. » Mais si Rocard élargit son message en soulignant le rôle de la France dans le monde : « C'est assez fantastique d'être Français », Le Pen reprend le vieux thème du déclin pour lancer son appel au redressement : « Jeunes, n'écoutez pas ceux qui vous poussent vers la drogue, vers la pornographie. Levez les yeux vers le ciel, respectez la tradition ancestrale de votre patrie. Vive la France. »

31A chacun, à chaque parti, à chaque meeting, ses slogans, ses appels, ses références et son sens de l'Histoire : ici Jeanne d'Arc, l'Œuvre française, ailleurs la Résistance, de Gaulle, Jean Moulin, Mendès France, et ailleurs le combat des travailleurs, l'appel à l'internationalisme de la classe ouvrière. Ce thème de l'Histoire rejoint celui de l'identité, de l'appartenance : défilent les Occitans, les Catalans, les Pieds-Noirs, les harkis, les Français, mais aussi les travailleurs, les mineurs, les viticulteurs, etc.

32A la force des mots, à leur répétition, à leur incantation s'ajoute le pouvoir des symboles. Le meeting bruit de sons et brille de couleurs. Bleu-blanc-rouge, couleurs du FLNKS, celles de l'ANC d'Afrique du Sud, rouge, rouge et or d'Occitanie, les drapeaux sont plantés, agités. Au cours de la campagne pour le référendum sur la Nouvelle-Calédonie, sur l'écran apparaît un ciel nuageux où perce un soleil ; pour les élections européennes, les étoiles sur fond tricolore enveloppent la tribune. D'immenses croix de Lorraine, des bonnets phrygiens, des roses, des affiches, des slogans ; et puis les ventes de briquets, de bouteilles d'une cuvée Juquin, des colliers de fleurs en papier « 10 F pour le oui au référendum », des insignes. « Nous devons porter le badge du Front national comme les officiers leur uniforme et les curés, au moins avant, leur soutane », s'exclamera le capitaine Sergent au cours d'un meeting de Le Pen. Aux messages, aux couleurs, la musique vient apporter son indispensable force d'émotion, d'entraînement. Elle ouvre le meeting avec parfois la participation de vedettes, elle marque l'apparition du leader et emporte les applaudissements sur Verdi ou J.-M. Jarre ; sur La Marseillaise ou L'Internationale, elle clôt la réunion. Paradoxe de situation, opposition de symboles, l'appel lancé par Michel Rocard pour la paix en Nouvelle-Calédonie s'était terminé par « Aux armes citoyens » !

33Guidé par la musique, par les applaudissements, entouré par les rayons des lasers, un homme fend la foule, suivi, entouré, protégé. Dans une lente avancée, il se dirige vers la tribune serrant çà et là les mains des fidèles. Le meeting peut commencer. Pour marquer la rupture, la transition, peut-être aussi pour affirmer la maîtrise d'une foule et pour révéler son unité, certains ont recours à des procédés de manipulation. Ainsi en est-il de cette répétition de l'hommage à la mémoire d'un individu récemment disparu ou de groupes de personnes tuées : à la demande de Sergent, la foule se lève pour le colonel Trinquier, ancien de l'OAS, à celle du gendre de Le Pen, pour les enfants du Liban ; à celle d'un responsable communiste, lors du meeting de Lajoinie, pour la militante de l'ANC, Dulcie September. Après cette minute de silence respectée par des milliers de personnes, au milieu des couleurs et dans l'ordre du meeting, peut couler le flot des paroles.

Une superposition de scènes

34Au meeting, comme au théâtre, les actes se suivent, les scènes alternent. Pour la classe politique locale, pour la foule et pour les médias, il dénoue sa trame, il développe sa démonstration même si d'une élection à l'autre, le sens change, la portée diffère. En réalité, dans le système politique français, si l'on met à part le référendum, deux types de campagnes électorales et donc deux types de meetings s'opposent. Ce sont d'abord les élections qui mettent en avant des candidats locaux, législatives, régionales, européennes, etc., et les meetings concernent alors des responsables politiques nationaux, ministres et leaders de partis. C'est ensuite la plus importante, la plus attendue et la plus valorisée : l'élection présidentielle. Dans cet inventaire, il est aussi intéressant de noter que certaines élections, municipales, cantonales, sénatoriales, produisent peu de meetings laissant le ou les candidats seuls face à leurs électeurs.

35Lundi 20 janvier 1986, l'édition locale de Midi-Libre annonce le meeting de Jacques Chirac à Nîmes en soutien à Alain Boule, Francine Gomez, Jean-Paul Fournier et « en présence de l'ensemble des candidats des listes du rassemblement d'opposition autour du RPR ». Pour ces élections législatives et régionales, dans le département du Gard, l'opposition part désunie, le maire de Nîmes, Jean Bousquet, ayant choisi de lancer ses propres listes au nom de l'UDF. Malgré le différend, le jour du meeting, Jean Bousquet est présent avec deux de ses adjoints dans le palais des congrès et subit les huées, les cris « Bousquet dehors ». Au cours du meeting, Jacques Chirac avance à pas feutrés. « Je suis venu pour remettre les pendules à l'heure », avait-il confié. Après l'éloge de ses candidats, Alain Boule « un homme d'une qualité exceptionnelle » et Francine Gomez, PDG de Waterman « respectée pour sa réussite sur le plan industriel », Chirac alourdit sa critique : « Je ne rentrerai pas dans des querelles locales [...] ce ne sont pas des hommes qui gagnent, ce sont des équipes [...] quand on la chance d'avoir une équipe, on la soigne. » A la fin de son discours, en appelant à voter pour ses candidats, Chirac revient sur ces dissensions locales : « Il est important qu'il y ait des hommes de fermeté, de conviction. Il ne faut pas des hommes louvoyants qui pensent avant tout à eux. Il faut qu'il y ait des hommes qui pensent à servir. Je souhaite bon vent à la liste UDF. Je ne me trompe pas d'adversaire. » A entendre les applaudissements, les cris du public, le message était attendu.

36Quand Michel Rocard se rend à Montpellier le samedi 1er février 1986 pour participer à un meeting de soutien aux candidats locaux, il commence par visiter deux entreprises, les cafés Jacques Vabre et les laboratoires pharmaceutiques SANOFI ; il préside ensuite plusieurs réunions avec les militants socialistes, s'entretient avec le président du conseil régional et donne une conférence de presse. Quelques heures plus tard, il prend la parole après le président du conseil général de l'Hérault et le maire de Montpellier. Ce soir-là, les deux hommes forts du parti socialiste de ce département paraissent très en verve.

37Au cours de ces élections, dans ce cas législatives et régionales, le meeting sert avant tout à soutenir, à consacrer des candidats. Avant le leader, ils prennent la parole, ils évoquent la situation locale. Pendant la journée, ils l'ont suivi dans ses visites, ses réunions selon un calendrier préparé de concert. A ce niveau, le meeting, le déplacement d'un responsable politique national a valeur d'affirmation d'une délégation. Il légitime les candidatures, confirme les rangs et construit une hiérarchie politique locale. Ainsi l'un des aspects, qui n'est certes pas le moins important du meeting, est bien cette désignation, forme d'investiture au sens que lui donne Pierre Bourdieu « d'acte proprement magique d'institution par lequel le parti consacre officiellement le candidat officiel à une élection et qui marque la transmission d'un capital politique, comme l'investiture médiévale solennisait la "tradition" d'un fief ou d'un bien-fonds » (1981 : 19). A Nîmes, Jacques Chirac, et d'une façon moindre à Montpellier, Michel Rocard, confirment les candidatures marquant ainsi le soutien et par là l'unité du parti autour de ceux qui ont été désignés pour le représenter.

38La portée du meeting change lors des campagnes pour l'élection présidentielle. On ne reviendra pas sur la rupture introduite par la réforme constitutionnelle de 1962 et sur l'importance de l'élection du président de la République au suffrage universel direct. Quelque temps avant l'élection, porté par un parti, par un rassemblement, mais à côté de lui, un homme se lance dans la campagne. Dans ses meetings, dans son tour de France électoral, entouré de ses fidèles, il vient renforcer la mobilisation, établir une relation plus proche, plus intime avec une ville, avec une région. Dans cette épreuve, il s'engage sans réserve, avec toute la force de ses espérances. Ainsi pour le meeting de Montpellier, l'envoyé spécial de La Croix, qui titre « Le taureau de Camargue », écrit : « François Mitterrand a mis un taureau dans son moteur électoral. Il a envie d'y aller, entend-on dire en ce moment dans son entourage. Vous connaissez son tempérament9. » Et entre les deux tours, pour le meeting de Jacques Chirac à Montpellier, le journaliste de Midi-Libre remarque : « On savait Jacques Chirac formidable finisseur. Il l'a confirmé hier à Montpellier au cours d'un meeting où il a retrouvé la solitude du coureur de fond. [...] Trois étapes étaient au programme de cette journée qui lui a fait successivement visiter Bordeaux à l'heure du déjeuner, puis Toulouse, avant de pénétrer avec une demi-heure de retard dans le grand hall de la foire d'exposition de Fréjorgues10. »

39Vastes rassemblements, grandes manifestations, dans ces exemples comme dans d'autres, un candidat, un seul, vient chercher la marque d'une reconnaissance. Il ne s'agit pas ici de la construction d'une délégation politique, d'un ordre local, mais d'un triomphe, d'une apothéose. L'entourage n'est là que pour acclamer ; le rassemblement, le parti - suivant la définition de Max Weber - pour procurer à ce chef le pouvoir. Il y a un homme, un seul, et la foule. Une foule qui s'enivre dans le meeting, qui comme le souligne Georges Burdeau (1979) se donne l'illusion d'apprivoiser le pouvoir et d'accéder « au royaume enchanté ». A tous ces gens réunis à Montpellier, François Mitterrand dit : « J'ai besoin de vous, j'ai besoin de votre mobilisation, de votre enthousiasme, de votre volonté, il nous faut un immense mouvement à travers toute la France pour donner à la République la politique qu'il lui faut, les desseins qui lui sont nécessaires, la direction à prendre. » Et chacun dans le public peut alors croire maîtriser son destin, son avenir, peut nouer avec ce candidat une relation personnelle de confiance, d'abandon. « Aidez-moi, je vous aiderai de mon mieux », poursuit Mitterrand, et la foule l'acclame.

40Autre fonction, autre rôle, le meeting organise la transmission du message politique en direction des médias. Quand Jacques Chirac, François Mitterrand, Georges Marchais, Jean-Marie Le Pen et autres responsables politiques nationaux viennent en Languedoc, les journalistes de la presse régionale et nationale sont là. En général, la veille, le grand quotidien régional Midi-Libre a publié un entretien dans la page événement ; le lendemain, la presse dans son ensemble se fait l'écho du meeting. C'est d'abord la prestation, le dynamisme du candidat qui est jugé. Pour l'un, l'hésitation, la difficulté à s'engager, à trouver le tempo : « Il y a quelque chose de changé chez Jacques Chirac. Quoi donc au juste ? Le ton, le rythme... Ce je-ne-sais-quoi qui donnait à tous ses meetings leur allure inimitable de charge de cavalerie et qui faisait un peu défaut jeudi soir sous le grand hall du palais des congrès de Nîmes. Jacques Chirac aurait-il du mal à entrer en campagne11 ? » Pour l'autre, cette incomparable habileté politique, cet art du meeting : « C'est un Mitterrand "mitterrandissime" qu'on a retrouvé à Montpellier. Un Mitterrand superlatif dans toutes les phases de ce jeu politique qu'il maîtrise mieux que quiconque. Habile en diable. Rusé comme mille renards. Se délectant de décocher ses flèches et Dieu sait s'il en a tiré en direction de Jacques Chirac ! Mais toujours avec ce sourire aiguisé qui rend encore plus redoutables ses coups12. »

41Avec la presse écrite, et selon l'importance de l'événement, les différentes chaînes de télévision rendent compte du meeting. Bien sûr, elles privilégient les responsables des grandes formations politiques et quelques-uns parmi les candidats aux présidentielles. La présence de la presse et plus particulièrement des caméras de télévision influe sur l'organisation même du meeting, sur le comportement des orateurs. Ainsi François Mitterrand pénètre à vingt heures précises dans ses grands meetings pour que le journal télévisé puisse retransmettre en direct cette entrée. Le meeting sert aussi à renouveler les messages, les images politiques, et au cours de ces longues campagnes il s'enrichit des divers apports de l'actualité. A travers les meetings, les candidats s'affrontent, se répondent : c'est là que sont exposés les programmes, que sont faites les propositions ; c'est là aussi que sont dressés les bilans et lancées les critiques ; et chaque rebondissement, chaque dernière nouvelle apporte un peu plus d'eau au moulin du meeting. A François Mitterrand qui avait accusé son adversaire de faire marcher « les distributeurs automatiques », le « jackpot » des promesses électorales, à Montpellier au cours de son meeting, Jacques Chirac renvoie « le bruit des menottes » qui s'étaient refermées le matin même sur « les poignets du terroriste Bidart et de ses complices ». C'est dans son meeting de Strasbourg, quelques jours plus tard, que le même candidat annonce solennellement la libération des otages du Liban. Ainsi et pour un temps, la politique nationale, le débat, l'exposé des différentes mesures prises sont-ils transférés sur cette scène du meeting où s'épanouit la surenchère des effets d'annonce et des promesses. D'un lieu à l'autre dans ce vaste périple des meetings, les médias en rapportant, en reproduisant les principaux extraits, poussent à la concurrence, à l'affrontement verbal.

42Conçu désormais pour cet écho, cette retransmission nationale, le meeting tend à adopter le style des émissions politiques de la télévision, à se transformer en plateau. Après Le Pen, cheveux en arrière face à son public en télévangéliste américain, les meetings de Chirac, dans sa campagne pour le premier tour des élections présidentielles, sont organisés comme des débats télévisés. La salle se transforme en studio : « Avec ses praticables qui s'écartent sur fond de musique rock, sa tribune qui jaillit de la scène micros déjà tendus, ses écrans géants, ses projecteurs qui éclairent d'autant plus fort que le public applaudit fort et ses diapositives grand format du Premier ministre-candidat, la chose se présente comme un décor pour un jeu télévisé. C'est en fait le meeting de l'an 2000, celui qui renvoie la réunion électorale façon fin de banquet à l'âge de pierre de la politique. C'est le show Chirac tel que vont le voir toutes les grandes villes de France13. »

43Pour son meeting à Montpellier, Jacques Chirac assis face à un journaliste animateur, répond aux questions de grands invités : Laurent Spanghero, le patron régional, Honoré Gévaudan, l'ancien directeur adjoint de la police judiciaire, un médecin, le responsable d'une association de rapatriés, un syndicaliste agricole. Chirac sur fond Chirac - visage diffusé en arrière - un ton de télé, comme l'écriront les journalistes, le public semble décontenancé par cette formule. Il ne retrouve son enthousiasme que quand, en fin de meeting, le candidat se lève, fait face pour conclure. Dans tous les autres cas observés, l'influence de la télévision, sur la forme comme sur le contenu, semble grande.

44Ecrans géants, télés sur les piliers du chapiteau, clips, montages, diffusion d'interviews, d'extraits d'émissions politiques, l'image télé est omniprésente. A la fois le meeting la produit et la met en valeur.

45Entre l'ambiance créée, la chaleur du public et cet aspect professionnel, moderne de la mise en scène de ces vastes rassemblements, une synthèse s'établit. Pourtant cette invasion des formes télévisuelles semble avoir ses limites et peut-être ses échecs. Entre les deux tours des présidentielles, le candidat Chirac abandonne ce meeting en forme d'Heure de vérité pour revenir à la conception plus traditionnelle, plus mobilisante aussi du discours face à la foule.

Du rite ou de la production d'images ?

46Dans son chapitre consacré à « une ethnographie de la pensée moderne », Clifford Geertz met l'accent sur la difficulté de lecture, de compréhension dès qu'est franchie la porte du connu, de l'appartenance. « Ce qui semblait jadis être un problème de trouver si les sauvages pouvaient distinguer le fait de l'imaginaire semble maintenant être un problème de trouver comment les autres, de l'autre côté de la mer ou au bout du corridor organisent leur monde de signification », écrit-il (1986 : 188-189). Paradoxalement, de l'un à l'autre de ces meetings suivis et regardés, je me suis à la fois senti proche et différent des personnes assemblées, des groupes formés. Je ne parlerai pas - et pourtant il y aurait beaucoup à dire - des difficultés de l'observation proprement dite. Perdu au milieu de la foule, j'ai senti le poids des regards étonnés face à la distance et devant le comportement de celui qui ici présent n'applaudit pas, ne chante pas, ne crie pas et n'entre pas dans cette apparence collective de joie et d'enthousiasme. J'ai subi, désarmé, les questions « Pour quel journal ? Midi-Libre ? L'Indépendant ? », répondant oui ou non selon la situation et l'humeur du jour, incapable de me lancer dans de plus longues explications. Pourtant j'ai tout fait pour ne pas choquer, pour ne pas heurter. J'ai payé pour écouter Le Pen, je me suis levé à la mémoire de Trinquier ou d'un autre, je me suis relevé pour L'Internationale ou pour La Marseillaise, et malgré tout ma présence détonnait, intriguait. Proche et lointain, à la fois dedans et dehors, la difficulté de ma position, n'était-elle pas liée à l'ambiguïté de cette situation ?

47Dans sa généralité, le meeting n'existe que par le témoignage de l'unité, de la communion, et en n'y entrant pas, en ne reproduisant pas l'attitude et les gestes du participant, je m'excluais, je me marginalisais. Par ses formes, sa répétition, le meeting célèbre l'harmonie, rejette la différence, et c'est en ce sens qu'on peut parler de rituel. Il n'est pas question de reprendre les arguments développés par les auteurs, si nombreux, sur l'observation du rituel dans les sociétés de l'Ailleurs et dans les nôtres pour tenter de cerner, de classer les règles du meeting. Pour citer l'un d'entre eux et pour aborder l'une des principales questions, on pourrait dire avec Pierre Smith que les actes du rite « se distinguent des nombreux autres gestes symboliques qui les encadrent par le fait que, du point de vue des participants ou des croyants, il se passe réellement quelque chose à ce moment, une opération mystérieuse ou mystique qui ne se laisse pas réduire au symbolisme du geste » (1979 : 140).

48Rituel sans exégèse tel que l'ont décrit J. Pitt-Rivers (1987 : 50-74) ou C. Bromberger (1987 : 8-41) pour d'autres exemples14, le rituel de ces meetings se placerait en retrait sur l'échelle du rite qui nous conduirait à une forme parfaite. A trop vouloir enfermer les faits sociaux dans des définitions rigoureuses, à trop rechercher ce qui doit entrer dans des catégories préconstruites, on ne sait plus au juste à quoi on a affaire. En forme de provocation, j'aurai envie d'écrire qu'importe le rituel pourvu qu'il y ait le meeting et ce qu'il produit, c'est-à-dire du rire, des larmes, des gestes et d'immenses rassemblements. Pourtant, j'aime assez voir dans le meeting ce que Marc Augé (1987 : 71-72) définit, en tant que rites, comme des « moments de sacralité », « ceux où il y a croisement de parcours, ceux où notre trajectoire individuelle rencontre celle des autres ». Définition assez large qui donne toute sa place à l'individu, à la subjectivité, et qui substitue l'Histoire au sacré. En effet, en regardant non pas les foules, mais les personnes présentes dans les meetings, plusieurs questions viennent immédiatement à l'esprit : Y croient-ils ? Que viennent-ils chercher ? Pourquoi cette présence, cet enthousiasme réel ou joué ? Existe-t-il pour chacun d'entre eux une mémoire des meetings ? Il n'est pas facile de répondre à de telles interrogations, et qui, au risque de passer pour un fou ou un perturbateur, oserait s'aventurer dans ce genre de questionnement ?

49Le meeting ne nous donne-t-il pas aussi un excellent exemple de la manipulation du rite par la modernité, par les techniques de plus en plus sophistiquées de communication. Reconstituons en quelques mots et à grands traits son histoire. Au départ - avec une accentuation en 1848 liée à l'instauration du suffrage universel - il y avait une foule rassemblée et un homme qui venait s'adresser à elle. C'est ainsi que de la réunion publique au banquet se forme une sociabilité politique autre que celle du cercle15, du petit groupe ; une diffusion du message politique à l'échelle de la ville et de ses masses. L'histoire électorale des xixe et xxe siècles est marquée par cette volonté de s'adresser à ces grandes réunions d'hommes, à ces foules pour les mobiliser. Des décennies plus tard, il reste encore le souvenir des meetings de Jaurès, ceux de 36 ou de 46, et ainsi se forme, au fur et à mesure des consultations électorales, le rite du meeting. Il épouse la diversité de ces démonstrations de masse et des groupes politiques. Un homme, une foule, une histoire et un présent : la formule est trouvée, rodée, et avant chaque élection retentit l'écho des meetings. Là s'épanouit la théâtralisation, la dramatisation, là se fixe l'enjeu de l'affrontement et se trace le sens du combat. D'un lieu à l'autre, d'un meeting à l'autre, rejaillissent les condamnations, les applaudissements, les huées. Par ces cris, par ces mouvements de foule, le meeting adopte les formes qui précèdent l'affrontement, la guerre, un peu comme ces temps de préparation qu'a si bien décrits G. Duby avant la bataille de Bouvines : « A ces rites pénitentiels s'ajoutent des déclarations de principe, la harangue des chefs à leurs troupes, pour hausser encore les cœurs » (1985 : 197). Pour ces fidèles réunis, l'acte électoral prend la forme d'un combat. A eux de répandre, de propager à l'entourage cette formidable mobilisation que le meeting avait révélée, signe de succès, promesse de victoire électorale. Ainsi s'était forgé dans la répétition, dans cette passion suscitée par un homme et par tout ce qu'il représentait, le rite des meetings. Pour cette foule, il ordonnait l'apparition, la prise de parole d'un leader entouré de couleurs, de symboles et de musique.

50Le rite avait tout prévu, tout mis en place sauf l'apparition d'un nouveau partenaire qui allait le bouleverser et peut-être le soumettre. Celle d'un autre regard, un œil plus dense et plus totalitaire : celui de la caméra de télévision. L'ordre du rite en fut perturbé : tout, depuis l'entrée de l'homme politique, les effets de geste et de verbe jusqu'au contenu de son discours, est désormais conçu pour cette retransmission télévisée. Le meeting est pris en charge par des professionnels de la communication et le rite manipulé par eux. Des Séguéla, Moati et autres conseillers en production de slogans et images organisent la mise en scène, et à l'extrême, le meeting n'existe, ne subsiste que pour cette diffusion télévisée. Il est construit pour être vu non plus par les personnes présentes, mais sur l'écran de télévision. Pour le meeting, on peut faire le même constat que celui d'Umberto Ecco sur le mariage du prince héritier du Royaume-Uni : « Toute la construction symbolique se trouvait "en amont", dans la mise en scène préalable, tout l'événement, du prince au fumier de cheval, avait été préparé comme un discours de base, sur lequel l'œil des caméras, au parcours obligatoire, devait être braqué en réduisant au minimum les risques d'une interprétation télévisuelle. C'est-à-dire que l'interprétation, la manipulation, la préparation pour la télévision précédaient l'activité des caméras. L'événement naissait comme fondamentalement faux, prêt à être tourné » (1985 : 214).

51Pour le meeting, la foule devient public, l'homme politique acteur, le chapiteau ou la salle studio. Tout est en représentation, en position pour prendre place dans le spectacle télévisé. Mais le miracle de l'image, cette alchimie cathodique va plus loin encore : il se déroule dans le meeting même où pour le militant, le sympathisant, la vision de l'orateur se transforme en image télévisée diffusée sur des écrans géants et sur des postes de télévision accrochés aux quatre coins du lieu. La présence physique est absorbée, diluée pour devenir film, spectacle télévisuel. Pour autant, le rite est-il dompté, asservi à ces exigences de l'ordre médiatique ? Etrange retournement quand le public crie à perdre haleine contre la présence du plateau des caméras qui empêchent de voir ou quand le caractère trop poussé des meetings de Jacques Chirac, calqués sur le modèle d'une émission de télévision, suscite la déception, le peu d'enthousiasme des gens présents dont les journalistes n'omettent pas de rendre compte. Le meeting serait-il alors ce lieu privilégié de résistance du rite face à l'omniprésence des normes audiovisuelles ? Car malgré tous les perfectionnements de la technique, de la mise en scène médiatique16, la foule reste foule, le verbe verbe et les drapeaux n'en finissent pas de claquer, les chants d'être entonnés. Quand l'écart devient trop grand, quand l'individu ne se voit que comme un figurant et non comme un acteur, l'échec est consommé, l'effet se retourne. Et seul le rite peut permettre cette communion, donner ce sentiment de participation, d'adhésion. Comme l'écrit J. Pitt-Rivers, il « assure » et par là, il agit sur la foule présente.

52Parce que le meeting a changé de nature, parce qu'il a perdu les formes d'un simple rassemblement pour devenir message télévisé, les règles du rite et celles de la production d'images ne cessent pas de se mêler et parfois de s'opposer. Détournement, abus, que reste-t-il de nos meetings17 ? Doit-on annoncer leur fin ou plutôt leur radicale transformation ? Pourtant, à l'aube d'un nouveau printemps électoral, j'entends déjà ce bruit des cris et des chants mêlés, je vois des drapeaux superposés, des groupes aller et venir, des hommes apparaître et lancer critiques et promesses. Bouleversé, transformé et peut-être asservi, le meeting n'en demeure pas moins l'arme privilégiée du débat politique, de la campagne électorale.

Haut de page

Bibliographie

Abélès M., 1987. Inauguration en gare de Nevers. Pèlerinage à Solutré, in Les Temps modernes, n° 488.

1989. Jours tranquilles en 89, Paris, Odile Jacob.

Agulhon M., 1977. Le cercle dans la France bourgeoise (cahiers des Annales 36), Paris, A. Colin.

Augé M., 1987. D'un rite à l'autre, entretien avec D. Fabre, in Terrain, n° 8.

Balandier G., 1980. Le pouvoir sur scène, Paris, Fayard.

1985. Le détour, Paris, Fayard.

Barthes R., 1957. Le monde où l'on catche, in Mythologies, Paris, Seuil, pp. 13-24.

Bourdieu P., 1981. La représentation politique. Eléments pour une théorie du champ politique, in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 36-37.

Bromberger Chr., A. Hayot et J.-M. Mariottini, 1987. Allez l'O.M. ! Forza Juve ! La passion pour le football à Marseille et Turin, in Terrain, n° 8.

Burdeau G., 1979. La politique au pays des merveilles, Paris, PUF.

Canetti E., 1966. Masse et puissance, trad. de l'allemand par R. Rovini, Paris, Gallimard.

Depardon R., 1988. Vues, préface de B. Frank, supplément aux dossiers et documents du Monde.

Duby G., 1985. Le dimanche de Bouvines. 27 juillet 1214, Paris, Gallimard.

Ecco U., 1985. TV : la transparence perdue, in La guerre du faux, Paris, Grasset, pp. 196-220.

Frappat B., 1986. Les meetings, t'en souvient-il ? in Le Monde, dimanche 23 - lundi 24 mars.

Gertz C., 1986. Savoir local, savoir global, trad. de l'anglais par D. Paulme, Paris, PUF.

Le Bon G., 1988. Psychologie des foules, Paris, PUF, 3e éd. « Quadrige ».

Moscovici S., 1981. L'âge des foules, Paris, Fayard.

Pitt-Rivers J., 1987. La revanche du rituel dans l'Europe contemporaine, in Les Temps modernes n° 488.

Rivière Cl., 1988. Les liturgies politiques, Paris, PUF.

Sfez L., 1978. L'enfer et le paradis, Paris, PUF.

Smith P., 1979. Aspects de l'organisation des rites, in La fonction symbolique, essais d'anthropologie réunis par M. Izard et P. Smith, Paris, Gallimard.

Tarde G., 1989 (1901). L'opinion et la foule, introd. D. Reynié, Paris, PUF.

Tristan A., 1987. Au front, Paris, Gallimard.

Vinock M., 1987. La vieille histoire du « national populisme », in Le Monde, vendredi 12 juin.

Haut de page

Notes

1Liste et dates des meetings suivis : 15/11/1985 - Georges Marchais à Montpellier; 18/01/1986 - François Léotard et Jean-Claude Gaudin à Mende; 19/01/1986 - Jean-Marie Le Pen à Nîmes;22/01/1986 - Jacques Toubon à Béziers; 23/01/1986 - Jacques Chirac à Nîmes; 31/01/1986 - Michel Rocard à Montpellier; 20/02/1988 - Jacques Chirac à Montpellier; 03/03/1988 - Jean-Marie Le Pen à Montpellier; 16/03/1988 - Pierre Juquin à Montpellier; 01/04/1988 - André Lajoinie à Montpellier; 19/04/1988 - François Mitterrand à Montpellier; 02/05/1988 - Jacques Chirac à Montpellier; 02/11/1988 - Michel Rocard et André Mauroy à Montpellier; 23/05/1989 - Jean-Marie Le Pen à Palavas;14/06/1989 - Arlette Laguiller à Montpellier
2Maryse Lebarge : « Sept mille à Montpellier. L'avenir c'est la lutte », L'Humanité, samedi 16 novembre 1985.
3Sur l'évaluation du nombre des participants, on peut relever les différences. Ainsi ce meeting réunissait :

- pour L'Humanité 7 000 personnes,

- pour La Marseillaise « plus de 7 000 personnes »,

- pour Midi-Libre 4 000 personnes,

- pour Le Journal de Montpellier « plusieurs milliers de personnes ».

4Pour ce meeting, le nombre estimé de participants est de : « près de 6 000 personnes » pour Midi-Libre,

- « quelque 7 000 personnes » pour National Hebdo,

- dans L'Œuf, mensuel de l'Hérault, E. Jubineau - « Le Pen hisse et haut » - écrit que 6 700 personnes ont payé 30 F.

Cf. aussi le compte rendu de ce meeting par J.-P. Dubois, « Le miroir noir de Jean-Marie », Le Nouvel Observateur, 11-17 mars 1988.

5Midi-Libre, mercredi 20 avril 1988, « Coulisses d'un grand meeting ».
6Pour ce meeting, la capacité du chapiteau aidant, les chiffres des participants concordent :

- 25 000 personnes pour Midi-Libre et Le Figaro,

- « quelque 20 000 sympathisants » pour La Croix.

7Cf. aussi S. Moscovici (1981).
8En paraphrasant A. Cohen. De façon plus générale, on peut s'interroger sur la méthode d'observation choisie par A. Tristan.
9La Croix, jeudi 21 avril 1988.
10R. Loury, « Jacques Chirac : « Quoi qu'il arrive demain l'union », Midi-Libre mardi 3 mai 1988.
11Midi-Libre, samedi 25 janvier 1986.
12Midi-Libre, mercredi 20 avril 1988.
13Midi-Libre, dimanche 21 février 1988.
14Cf. aussi M. Abélès (1987 : 75-97 et 1989).
15Sur le concept de sociabilité politique et de façon plus précise sur l'histoire du cercle, cf. M. Agulhon (1977). Ces héritages sont notamment sensibles dans la diversité formelle des rassemblements. Ainsi, dans certains cas, on parle de réunion publique, de débat ou de banquet républicain. Lors de sa campagne pour les présidentielles de 1988, R. Barre préside un immense banquet à Palavas. Pour leurs campagnes, les leaders de l'extrême gauche, A. Laguiller et P. Juquin, optent pour le discours-débat, se soumettant après leur intervention au jeu des questions du public - bien que celui-ci soit étroitement contrôlé.
16Cf. aussi G. Balandier (1980 et 1985), ainsi que Cl. Rivière (1988).
17Pour la campagne des présidentielles, entre autres documents et films, il restera les très belles photos de R. Depardon (1988).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pourcher Y., 1990, « "Un homme, une rose à la main". Meetings en Languedoc de 1985 à 1989 », Terrain, n° 15, pp. 77-90.

Référence électronique

Yves Pourcher, « « Un homme une rose à la main » », Terrain [En ligne], 15 | octobre 1990, mis en ligne le 09 juillet 2007, consulté le 24 juin 2017. URL : http://terrain.revues.org/2985 ; DOI : 10.4000/terrain.2985

Haut de page

Auteur

Yves Pourcher

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org