Navigation – Plan du site
Repères

Villages de Roumanie

Identités en péril
Danièle Masson
p. 146-151

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Roumanie
Haut de page

Texte intégral

1L’équipe du Musée dauphinois de Grenoble s'est émue d'un événement qui a rencontré un certain écho dans les médias occidentaux : il s'agit de la destruction entamée par l'État roumain et au nom de la modernisation, d'un nombre important de villages sur l'ensemble du territoire. Il est prévu, d'ici l'an 2000, de réduire le nombre des villages à 6 000 ou 6 500 sur les 13 000 existant actuellement (Durandin et Tomescu 1988). A la place des villages détruits seront construits des logements collectifs, sans eau courante, dotés de cuisines et d'emplacements sanitaires communautaires. La « promiscuité » paysanne qui fait souvent cohabiter plusieurs personnes appartenant à plusieurs générations de la même famille sera ainsi remplacée par une autre « promiscuité » certainement plus difficile à gérer.

Briser le silence

2L'exposition présentée à Grenoble jusqu'en octobre 1989, souhaite briser le silence. En effet, la Roumanie, vue de l'Occident, apparaît comme un pays immobile : pas de révolte hongroise, pas de printemps de Prague ni de syndicalisme libre à la polonaise. C'est depuis les émeutes de Brasov que l'on commença à évoquer « l'hiver roumain », les files d'attente, la pénurie généralisée, l'extrême pauvreté du pays en même temps que la répression qui s'exerce sur la société civile, la fuite des membres de la communauté hongroise de Transylvanie. Certains se sont émus du nouveau visage de Bucarest, la capitale, en rupture avec son passé à travers la destruction de ses églises et monuments pour faire place à la « Cité du Socialisme » (Colas 1985).

3La destruction des villages roumains s'inscrit dans cette violence de l'État. Le beau texte de l'écrivain roumain Virgil Tanase, actuellement en exil en France est un signal d'alarme : « La menace de destruction qui pèse sur les villages de l'autre bout de l'Europe nous appauvrit tous1. » Le mérite du Musée dauphinois est de présenter quelques témoignages de cette société rurale actuellement menacée. Outre les photos de J.-M. Steinlein, divers objets, costumes, montrent qu'une culture paysanne qui a perduré jusqu'à nos jours est appelée à disparaître et, avec elle, son habitat, son mode de vie, ses rites et ses croyances.

4On peut regretter, peut-être, que l'ensemble des photos et des objets présentés ne soient représentatifs que d'une partie seulement de la ruralité roumaine, la plus traditionnelle. La violence de l'État s'exerce pourtant sur toute la campagne roumaine ; la destruction des maisons allant de pair avec l'anéantissement des organisations sociales paysannes et ceci dans les environs mêmes de Bucarest. Il ne s'agit pas pour nous de défendre un folklore archaïque mais de signaler la violence d'un État autoritaire et de son chef tout-puissant faite à la paysannerie et au pays tout entier.

5Si l'ultime avatar du totalitarisme roumain consiste à détruire les villages, la société rurale, quant à elle, a toujours reçu de plein fouet les effets d'une politique brutale, décidée sans elle, souvent contraire à son essence même.

Les paysans et l'État : une relation de violence

6En 1907, la paysannerie roumaine se soulève au cri de « Noi vrem pamînt ! » (nous voulons la terre). Les demeures des grands propriétaires sont incendiées, les intendants chargés de gérer les domaines souvent assassinés. L'immense majorité des paysans vit dans un état misérable, la répression est sanglante et cette révolte révèle la crise majeure de la société roumaine : l'agriculture roumaine, ses capacités à exporter reposent sur une exploitation maximale du travail des paysans (Rebreamu 1960 et Istrati 1928). La réforme agraire de 1921 ne put résoudre le problème de l'extrême parcellisation des propriétés paysannes, ni l'absence des moyens modernes d'exploitation des terres. Les paysans constituent pourtant la majorité de la population roumaine, façonnant durablement l'image d'un pays à vocation agricole tandis que l'industrie — notamment pétrolière et minière — ne représente que quelques « poches » disséminées dans le pays.

7En 1945, l'instauration du régime communiste provoque des bouleversements considérables, d'ordre économique, social et politique pour le pays. En 1948, les campagnes doivent affronter la collectivisation, directement inspirée du modèle soviétique. Enrôlés de force dans les coopératives, les paysans opposent une résistance sourde au travail en commun et préfèrent abattre leur bétail plutôt que de le remettre à la coopérative.

8La collectivisation des terres fait partie d'un projet plus large, à l'échelle du pays, celui de la modernisation par l'industrialisation, la planification, la nationalisation des biens. Les transformations économiques sont inséparables d'une transformation politique qui se caractérise par une mobilisation générale de la population et, enfin, un système éducatif destiné à forger « l'Homme Nouveau Socialiste ». Ainsi, l'État va-t-il s'efforcer d'intégrer les paysans au marché national et, par là même, briser l'ancien système d'autosubsistance familiale, l'un des fondements du système traditionnel.

9Les relations entre l'État et la paysannerie ne se limitent pas à cet aspect strictement économique. Les dirigeants roumains considèrent la paysannerie avec suspicion, car elle est entachée de ce péché originel : la propriété privée.

10On cherche donc également à séparer l'activité agricole de son contexte sociologique et culturel, à épurer la culture paysanne de « ses éléments réactionnaires et obscurantistes » car le modèle de développement en Roumanie a comme prémisse idéologique que la civilisation urbaine et industrielle est supérieure à la civilisation rurale. Ce qui change par rapport aux époques antérieures, c'est cette incessante mobilisation et ces interventions autoritaires et constantes de l'État2.

Une modernité pervertie

11Cette intense mobilisation idéologique continue d'être à l'ordre du jour en Roumanie et c'est certainement ce qui, aujourd'hui, constitue sa spécificité, assortie de l'absence de liens véritables entre les gouvernants et la société civile, autre constante du régime. La remodélisation de la société roumaine passe par « l'homogénisation sociale », processus qui tend à unifier la société en réduisant les particularismes régionaux, sociaux, culturels et linguistiques. Cette restructuration sociale qui, à terme, entraînerait une atténuation des différences entre villes et campagnes, s'accompagne d'une politique d'aménagement du territoire, connue sous le terme de « systématisation », mise en place au début des années 70. On envisageait alors le regroupement des petits villages en localités qui devaient devenir des centres économiques et socio-culturels et permettre d'élever le village au niveau de la ville.

12La « systématisation », et son corollaire actuel la destruction des villages, est justifiée par la possibilité de gagner des terrains agricoles supplémentaires. Mais, si le tracteur demeure l'image symbole de la modernisation des campagnes, cette modernisation doit se faire sans engrais et sans moyens techniques efficaces. Aujourd'hui, les villages ont perdu leurs forces vives enrôlées dans l'aventure d'une industrialisation aux résultats incertains. Ce sont, maintenant, l'Armée, les étudiants en « travail patriotique » qui sont réquisitionnés pour effectuer les travaux agricoles. Dégradation des structures traditionnelles, émigration vers les villes, abolition de la propriété privée sonnent le glas des organisations rurales, mais c'est souvent le lopin de terre conservé par le paysan, les terroirs montagnards non collectivisés qui produisent une bonne partie des récoltes. Il s'agit là des effets d'une modernité pervertie et nous ne pouvons que faire nôtre ce qu'écrit Virgil Tanase : « Le village roumain existe parce qu'aucune autre civilisation valable ne l'a remplacé. C'est probablement ce qu'on lui reproche. »

État et paysannerie : paradoxe

13La révolution socialiste fut, en Roumanie, importée par le vainqueur soviétique dans un pays vaincu. L'appel au sentiment national fut le seul moyen, pour le P.C., d'acquérir la légitimité qui lui faisait défaut. Il tenta donc de se présenter comme le continuateur et le meilleur défenseur des traditions nationales. La récriture de l'histoire dans une perspective plus nationale en fut l'un des moyens, l'appropriation de la culture paysanne et sa réinterprétation en fut un autre.

14Dès le xixe siècle, dans ce pays largement rural, les intellectuels roumains ont opposé à la culture « cosmopolite » des villes, l'authenticité de la culture paysanne, symbole de la permanence et du lien avec un passé glorieux (Durandin et Tomescu 1988).

15Pour l'État socialiste actuel, c'est toujours l'appropriation d'un héritage paysan mythifié qui peut forger son identité. La spécificité de l'identité roumaine, thème obsessionnel en Roumanie pour les dirigeants et les élites ne peut reposer sur un modèle socialiste internationaliste. Aussi, N. Ceausescu doit-il s'inscrire comme héritier et continuateur d'une histoire millénaire. Le village éternel qui survit malgré les vicissitudes, les faits de geste et les héros qui peuplent la littérature orale sont parmi les thèmes choisis pour sa glorification (Masson 1987).

16Mais l'expression paysanne ne peut répondre, telle quelle, à ce choix idéologique. En effet, les manifestations paysannes sont, avant tout, l'expression de communautés locales, pour lesquelles l'idée d'État centralisé est largement étrangère. Aussi un travail de tri et de remodelage a-t-il été nécessaire pour sélectionner puis transformer ces manifestations en un « folklore national », unifié à l'intérieur des frontières nationales, et affirmé comme radicalement différent de l'extérieur afin de témoigner d'un modèle national ethniquement homogène. Dans cette perspective, les modèles culturels des nationalités cohabitantes — Hongrois, Allemands, Serbes, également les Tsiganes — sont des éléments étrangers à une vision organique de la nation. C'est pourquoi une politique d'assimilation forcée tente de les intégrer à ce projet de nation ethniquement et socialement homogène.

17C'est aussi ce recours au mythe d'un espace national multi-séculaire où les individus partagent la même langue, le même héritage culturel qui sert à masquer les échecs économiques et sociaux du pays.

18C'est encore en ce nom que Ceausescu veut marquer son époque — « l'ère Ceausescu » — dans une suite de projets ambitieux ou mégalomanes, c'est selon.

19La politique de Ceausescu conduit à cet étonnant paradoxe : d'une part la transformation autoritaire des paysans pour les rendre conformes au modèle de la société socialiste. La modernisation a comme effet de détruire les formes matérielles et spirituelles de la culture paysanne. Mais, d'autre part, c'est dans l'image mythifiée d'une paysannerie éternelle, illustrée par un folklore vide de sens pour les paysans que l'État recherche les fondements de sa légitimité.

20Insister sur la destruction des villages, c'est rappeler aussi que la Roumanie fait partie de l'Europe : « La disparition, par décret, d'une des pierres de nos fondations rend bancal notre avenir ; le patrimoine d'une collectivité est toujours le bien d'une collectivité plus vaste3. »

Haut de page

Bibliographie

Andreesco I. et M. Bacou, 1986. Mourir à l'ombre des Carpathes, Paris, Payot.

Colas A., 1985. Roumanie : « Destruction d'une capitale », in L'Alternative.

Durandin C. et D. Tomescu, 1988. La Roumanie de Ceausescu, Paris, Guy Epaud Editions.

Istrati P., 1928. Les Chardons du Baragan, Paris, Grasset.

Karnoouh C., 1985. « De l'usage du folklore ou les avatars du folklorisme », in Paysans et Nations d'Europe centrale et balkanique, Paris, Maisonneuve et Larose.

Masson D., 1985. « Roumanie la "société socialiste multilatéralement développée" et sa paysannerie », in Paysans et Nations d'Europe centrale et balkanique, Paris, Maisonneuve et Larose.

1987. « La Roumanie et l'époque Ceausescu : Edification d'un culte », in International Journal of Rumanian Studies, vol. 5 n° 1, Amsterdam.

Mesnil M., 1980. Les Héros d'une Fête : le Beau, la Bête et le Tsigane, Bruxelles, Editions Labar.

Rebreanu L., 1960. La Révolte, roman traduit en français.

Rezvan M., 1985. « Les paysans, les Tsiganes et l'État-Nation : le destin littéraire et politique d'un récit populaire », in Paysans et Nations d'Europe centrale et balkanique, Paris, Maisonneuve et Larose.

Shapiro P., 1985. « Les partis politiques et la paysannerie dans la Roumanie de l'entre-deux-guerres », in Paysans et Nations d'Europe centrale et balkanique, Paris, Maisonneuve et Larose.

Problèmes politiques et sociaux, 1986. Roumanie : Pouvoir et Société, Paris, Documentation française.

Haut de page

Notes

1Tanase V. Collaborateur de l'exposition.
2Rappelons que l'Etat oblige, en 1948, les fidèles de l'Eglise gréco-catholique de Transylvanie à devenir orthodoxes. Cette décision entraîna violences, persécutions et emprisonnement du clergé gréco-catholique.
3Tanase V.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Masson D., 1989, « Villages de Roumanie. Identités en péril », Terrain, n° 13, pp. 146-152.

Référence électronique

Danièle Masson, « Villages de Roumanie », Terrain [En ligne], 13 | octobre 1989, mis en ligne le 11 avril 2005, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://terrain.revues.org/2966 ; DOI : 10.4000/terrain.2966

Haut de page

Auteur

Danièle Masson

Ethnologue, I.N.A.L.C.O.

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Les éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo Ministère de la Culture
  • Revues.org