Navigation – Plan du site
Repères

La nouvelle culture du vin

Jean-Pierre Albert
p. 117-124

Entrées d’index

Thème :

boisson

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1De la vigne  à la cave, de la cave à la table, le monde du vin offre un large registre de pratiques dont l'ethnologie a entrepris de longue date l'inventaire et l'interprétation. Parfois annexé au domaine des boissons fermentées, le vin semble en effet un « bon objet », support d'une mythologie et de conduites plus ou moins ritualisées diverses et riches de sens. Témoins de cet intérêt, deux colloques internationaux pour la seule année 1989, faisant suite à deux grandes expositions en 19881 qui, à vrai dire, étaient assez éloignées des préoccupations habituelles des ethnologues travaillant sur ces questions.

2Tel est bien le problème : dans un domaine que l'on aborde volontiers sous l'angle de la tradition — et qui fait de l'enracinement dans le passé une valeur cardinale — les choses sont en train de changer très vite et très profondément. Le costume emblématiquement archaïque de telle confrérie de « taste-vin » ne doit pas faire oublier que le chimiste est entré dans la cave et qu'il y règne en maître, jusque dans les vignobles les plus orgueilleux d'un immémorial savoir-faire. En même temps, les goûts, les modes de consommation évoluent et dessinent de nouvelles pratiques sociales. Ce « présent » de la culture du vin constitue un véritable défi pour l'ethnologue : ne risque-t-il pas de s'enfermer dans l'étude d'un passé de plus en plus inactuel et de traquer la « survivance » dans un domaine qui manifeste au contraire une extraordinaire créativité ?

3La récente exposition « La vigne et le vin » de la cité des Sciences et des Techniques me servira d'entrée en matière pour aborder ces questions. N'est-il pas symptomatique que cette importante manifestation ait trouvé place dans ce temple presque agressif de la « Modernité » et non dans les murs d'un musée des Arts et Traditions populaires qui, par son nom sinon par son architecture, aurait mieux convenu pour célébrer de façon rassurante les prestiges de la tradition ?

Le vin à La Villette

4L'affiche — une grappe de raisin peinte avec des effets de photo bougée — vous a prévenus : ça bouge dans le monde du vin. Vous passez dans le hall d'entrée devant une machine à vendanger et soudain, miracle ! devant vous, dans un immense bac, une vigne verdoyante bercée du chant (enregistré) des cigales. En plein hiver ! Ici, la vigne fleurit, plus loin, c'est la véraison, enfin le raisin à maturité. Vous voyez la nature, vous admirez la technique et, en effet, ce petit prodige a longuement mobilisé des chercheurs de l'i.n.r.a... Plus loin, une cave de vinification, un vrai laboratoire : cuves en acier inoxydable, machines complexes dans lesquelles vous hésitez à reconnaître un fouloir ou une presse, appareils de mesure. Ici, on fait du vin plusieurs fois par semaine, on soutire, on met en bouteilles... Vient ensuite le stand de dégustation : l'école, dirons-nous plutôt, car les comptoirs évoquent bien plus les paillasses d'une salle de chimie que le zinc du café du coin.

5La « tradition » n'est certes pas oubliée, avec le cuivre rutilant des alambics, les bouteilles en verre soufflé, les vieilles photos de vendanges, et c'est finalement la section « Vin et société » qui fait la part la plus belle au passé : décor Art Nouveau du mobilier et des affiches, vitrines de vaisselle et d'accessoires anciens... Mais le présent domine, que l'on retrouve dans la richesse et la précision de l'information scientifique, les films vidéo sur les phases de la culture, les cartes et les graphiques. Les conférences accompagnant l'exposition manifestaient la même tendance. Les plus techniques ont été les plus suivies et ont suscité des débats passionnés. Le catalogue enfin est pour l'essentiel centré sur l'actualité et satisfait les curiosités les plus diverses — des règlements européens concernant l'étiquetage aux problèmes de marketing en passant par la prévention des gelées de printemps, la fabrication des bouchons et les différents types de machines à vendanger. Incontestablement, cette orientation correspondait aux attentes du public : plus de 500 000 entrées en quatre mois, et l'exposition devait encore tourner en province. Le vin fait l'objet d'une demande d'information qui était fort bien satisfaite par cet aperçu encyclopédique. « Ne plus boire idiot » : tel est en effet le mot d'ordre des nouveaux amateurs. Pour y parvenir, ils sont prêts à s'instruire.

Les nouveaux amateurs

6Du vin, on serait presque tenté de dire que moins on en boit, plus on en parle. Le vin de table (capsule plastique sur bouteille consignée) recule depuis longtemps devant des « vins bouchés »2 qui, par-delà la magie un peu courte de l'emballage, demandent un discours, un public de « connaisseurs ». La perspicacité des papilles et la finesse de l'odorat se forment sans nul doute dans un dialogue assidu avec les bonnes bouteilles, mais il faut aussi apprendre le vin dans les livres. Détour problématique qui nous a d'ailleurs valu un « livre » fort étrange, mais bien adapté à combler cet écart : Le nez du vin de Jean Lenoir (1981), un coffret de 54 flacons accompagnés de fiches et contenant les principaux arômes ou odeurs parasites (SO2, bouchon, champignon) qui pourraient monter de votre verre...

7Le vin fait une entrée massive dans notre culture : il n'est plus d'honnête homme qui ne soit un peu œnologue. « Macération carbonique, fermentation malolactique », ces mots s'entendent dans les dîners en ville. Les clubs d'œnologie se multiplient. Bernard Pivot organise périodiquement à Apostrophes une séquence d'œnologie, spectacle très suivi qui culmine dans l'épreuve de dégustation (en aveugle, bien entendu). Il doit y avoir une colle et, avec le zeste de sadisme qui nourrit l'intérêt du spectacle de cirque, on attend la faute. Hic Rhodos, hic saltus : c'est au pied du verre qu'on voit l'œnologue. Les belles paroles pourraient achopper sur un singulier défaut de langue.

8Loin des hauteurs presque mythologiques des nouveaux saints Jean Bouche d'Or — les Peynaud, Dubourdieu, Puisais —, la dégustation devient un rituel assez commun. Il a même fallu créer un verre normalisé, légèrement resserré du haut pour concentrer les arômes, assez grand pour faire tourner le vin, le mirer, le prendre en main. A Albi, par exemple, le mois d'animation Du goût pour les odeurs organisé depuis deux ans par le centre culturel de l'Albigeois comporte pour l'essentiel des manifestations centrées sur les plaisirs de la table. Des conférences renseignent gratuitement sur les finesses du « nez du vin » ou les secrets de la cave, mais l'essentiel se joue au restaurant. Pour une somme de moins de 200 F, on peut participer à un repas savamment conçu, animé tout au long de jeux de dégustation, questionnaires, discours aimablement savants sur les mariages raffinés des mets et des boissons. Ces repas réunissent de 50 à 80 personnes presque tous les soirs pendant quatre semaines. Les participants les plus assidus, souvent habitués des restaurants gastronomiques, multiplient actuellement les clubs d'achat et de dégustation.

9Un pas de plus dans l'informel, et nous voici à la table festive des échanges amicaux. On n'aura pas l'indélicatesse de parler de vin pendant tout le repas, mais il serait malséant de rester insensible au subtil défilé de bouteilles qu'organise le maître de maison. Sur un bordeaux 1975, la glose est de rigueur. Vous n'êtes pas censé ignorer que c'est une grande année, l'année du siècle ou presque (aux dernières nouvelles, elle ne tiendrait pas toutes ses promesses. Il faudra affiner le commentaire). Et vous savez sans doute que le vignoble du château-X (non, vous n'avez pas découvert son existence en lisant l'étiquette !) jouxte celui du château-Y, que sa réputation dispense de tout éloge...

Stratégies de légitimation

10A défaut de voir tout cela en ethnologue, qui ne serait tenté de produire, dans le secret de son cœur, une petite analyse sauvage à la manière de Pierre Bourdieu ? Eh bien, oui : le vin est une passion très middle class, les nouveaux œnologues sont pris au jeu toujours risqué de la distinction. Ce n'est donc pas sans une pointe de masochisme (et en courant le risque de vexer ses amis) que le serviteur fidèle des sciences sociales doit prendre une distance par rapport à un « terrain » qui commence juste derrière la porte de son bureau.

11La hiérarchie des crus n'est pas nouvelle, non plus que ses implications financières3. L'amour du vin peut être une passion coûteuse si l'on s'en tient aux valeurs sûres, mais il se répand tellement que, de l'avis des professionnels eux-mêmes, les grands crus classiques ne pourraient aujourd'hui à eux seuls satisfaire la demande. Heureusement, l'évolution de la viticulture rejoint les attentes des connaisseurs médiocrement fortunés en multipliant des productions de bonne qualité auxquelles ne manque, au moins dans un premier temps, que la gloire d'un grand nom. Parallèlement, l'amateur maximalise ses bénéfices en affinant ses capacités gustatives. Devenu compétent (?), il peut légitimer son goût pour des « petits vins » choisis qui ont, de surcroît, le prestige de la rareté. On « découvre », on explore, on sait reconnaître la vraie qualité. Cela n'interdit pas de tâter aussi de quelques bouteilles prestigieuses : on les boira entre connaisseurs avec toute la dévotion requise. La culture œnologique impose même de telles tentatives, car il faut bien tester ses aptitudes et surtout se donner des sensations inoubliables. Du prestigieux château-d'yquem, le Guide Hachette des vins de France (1986) écrit ainsi : « Le vin qu'il faut boire au moins une fois, pour ne l'oublier jamais. »

12Par une étrange ruse de l'histoire, le sens du goût, dont le langage (et aussi la philosophie) avait fait le symbole d'un discernement esthétique incapable de définir ses principes, serait-il donc aujourd'hui doté de la plus grande objectivité ? L'esthète trouve dans le chimiste une caution et, inversement, la chimie se met au service du jugement esthétique. Il est possible de définir en termes quantitatifs les qualités et les défauts du vin et d'adapter la production au goût du public. Lequel des Beaux-Arts pourrait-il se vanter d'une maîtrise technique aussi poussée des relations entre paramètres objectifs et effets sur la subjectivité ? Faisant mentir l'adage, les goûts se discutent sitôt qu'on a appris à les identifier. L'objectivité et l'universalité de la science mettent leur potentiel démocratique au service des amateurs, tout en soutenant sur une large échelle les stratégies de distinction : version d'un « amour de l'Art » déjà éprouvée dans d'autres domaines...

13Encore faut-il que le vin soit de plein droit reçu dans l'espace éthéré des productions artistiques. Les choses sont en bonne voie, les formules de légitimation jouant sur plusieurs tableaux. L'essentiel réside dans des figures de transfert ou de prévarication typiques des domaines en cours de promotion. Le livre, en lui-même objet culturel valorisé, se fait volontiers livre d'art quand il parle du vin. De pieuses monographies richement illustrées placent quelques grands crus à des hauteurs proprement mythologiques. On tente des mariages entre le vin et les autres arts : Le vin à travers la peinture, De l'esprit des vins. Bordeaux (Montesquieu et le château de La Brède ont aussi une actualité viticole...). L'exposition « Châteaux Bordeaux » tissait les destins du vin et de l'architecture, tel obscur corbières arbore en guise d'étiquette une reproduction de l'affiche du film 37,2° le matin tandis que, depuis 1945, les étiquettes des prestigieux mouton-rothschild s'ornent chaque année d'une nouvelle frise effectuée spécialement par un peintre célèbre4. Le journal Le Monde a enfin prêté à cette noble cause ses vertus intrinsèquement légitimantes en organisant en 1987 son grand concours sur le vin. A des questions de gabelou sur la législation des a.o.c. et des v.d.q.s., les taux licites de chaptalisation, etc., s'ajoutaient des énigmes œnologico-littéraires mieux à même de titiller le public intellectuel...

14On objectera peut-être à ces remarques narquoises que la présence incontestable d'un jeu social autour du vin n'enlève rien aux capacités bien réelles de « vrais » connaisseurs qui sont les premiers à dénoncer le « snobisme » d'amateurs dont le savoir œnologique se limite au hit-parade des crus en vogue. Mais si l'on excepte (au moins dans un premier temps) la pratique très étroite de la « dégustation technique », faut-il vraiment penser dans les termes d'une inégale répartition des compétences la hiérarchie des aptitudes à « bien juger » le vin ? L'élite des grands dégustateurs, quand son savoir se répand en ouvrages de vulgarisation, ne contribue-t-elle pas, à son corps défendant, à créer l'illusion collective d'une heureuse rencontre de la science, de l'art et du plaisir ?

Le goût, le vrai, la norme

15« Il n'y a plus de dégustation hédoniste », me confiait un « vrai » connaisseur, pour ajouter aussitôt qu'à sa place n'existent que « le snobisme ou la dégustation technique ». On ne saurait mieux traduire l'imperceptible faille qui sépare le goût (au sens physiologique) du « bon goût ». Où placer l'amour légitime de l'art quand l'objectivité de la science oblige à décrire sans juger et que les pratiques sociales ordinaires révèlent les faiblesses d'un jugement esthétique soumis à tous les effets de la mode ? Il enchaînait sur le récit d'une cruelle expérience socio-œnologique : la permutation en carafe, dans une assemblée mondaine, d'un très grand rioja et d'un bordeaux archi-célèbre, « bon, mais pas d'une grande année ». Comme on peut s'y attendre, le supposé bordeaux avait reçu tous les suffrages, alors que l'authentique château-Z (inaccessible à l'ethnologue moyen) faisait les frais de l'habituel mépris pour l'Espagne et ses productions...

16Certes, la voie est étroite. « Tu passes pour un con si tu dis simplement d'un vin qu'il est bon », poursuivait mon interlocuteur. Malheureusement, quand il s'agit de parler du vin, il faut se rendre à l'évidence : « Les gens ont acquis le vocabulaire de base sans savoir à quoi il correspond. » Ce vocabulaire, dont on voudrait qu'il dise vraiment quelque chose, est pourtant au centre de la pédagogie de la dégustation. La présentation du livre d'E. Peynaud Le goût du vin le dit avec beaucoup d'innocence : « Cet ouvrage a été écrit en pensant à tous ceux qui s'intéressent au vin, au vin de qualité s'entend et qui, au-delà de la gorgée avalée, s'interrogent sur les mystères de son goût et sur la signification de l'acte de boire. Il voudrait apprendre à l'amateur à mieux connaître le vin, à mieux l'apprécier, à savoir en parler aussi. (...) Aux professionnels, ce livre (...) offrira les moyens de rendre la dégustation la plus objective possible et d'enrichir leur vocabulaire (c'est moi qui souligne). »

17Connaître le vin, l'apprécier, savoir en parler. Voilà donc les trois volets de la compétence. Comment concevoir leur hiérarchie ? Tout devrait reposer sur les pouvoirs du goût, la connaissance appelant la reconnaissance gustative, et celle-ci la parole. Il en va bien ainsi lorsqu'on repère dans un vin inconnu la touche caractéristique d'un plant ou dans un cru déjà identifié les traits marquants d'un millésime. Par-delà ces jeux un peu vains, il faut surtout que les œnologues évaluent correctement par la dégustation les caractères des vins qu'ils « élèvent », en tirent des indications sur les accidents de la vinification ou des pronostics sur les chances de vieillissement, etc. Le langage de la dégustation rejoint ici celui de l'analyse chimique. Mais, dans un énoncé comme celui qui suit, les choses me semblent bien différentes : « Un sol calcaire peut donner des nuances minérales, plutôt dures ; un sol argileux donne plus de rondeur et de gras ; un sol sablonneux donne, lui, de la finesse, de la légèreté, mais parfois trop et le vin risque d'être mince5. » Ne faut-il pas déjà connaître les terroirs pour sentir dans sa bouche une émanation aussi directe de leurs propriétés plastiques ? Bien plus, ne sommes-nous pas entrés dans un univers de « correspondances » quasi baudelairiennes ?

18De fait, il ne s'agit que d'une illustration d'une propriété générale du vocabulaire de la dégustation : soumis aux jeux du symbolisme, il mêle inextricablement évaluations objectives et valorisations. Chaque type de propriétés s'exprime ainsi en une gradation de termes plus ou moins imagés aptes à traduire l'excès et le défaut. Le goût sucré s'échelonne du fondu au pâteux, l'acidité du frais au vert, l'astringence du charpenté à l'âpre... Mais nous apprenons aussi que les vins sont virils ou féminins, charnus ou anguleux (quand ils ne sont pas franchement désossés !), tendres ou austères... Précis et relativement descriptif dans sa phase analytique, le vocabulaire du goût semble d'autant plus voué à la métaphore qu'il vise à des appréciations globales de type esthétique. Le maître mot de la synthèse est celui d'équilibre, précisé par les trois adjectifs de rond, fondu et charpenté. Mais une « imagerie gustative » doit prendre le relais de ces qualifications déjà passablement énigmatiques sitôt que s'impose le devoir de l'éloge. « Les adjectifs s'appliquant à la bonté du vin, à son agrément, ne surprennent personne », écrit Émile Peynaud ; « bon ou mauvais, agréable ou désagréable, succulent, "goûteux" (...) ou insipide ; ils sont à leur place et ne sauraient être contestés. Mais ceux qui ont rapport à la "beauté" du vin répondent déjà à une certaine transposition de langage. C'est une convention à accepter. Un beau vin a du cachet, de la tournure, du brio et même du chic. Suivant la verve du dégustateur et son enthousiasme, il sera qualifié : coquet, élégant, charmant, charmeur, brillant, distingué, gracieux, voire avec un peu d'exagération somptueux, affriolant, fastueux, séduisant ou séducteur (1983 : 167) ! » On a peine à limiter, en effet, ce vocabulaire social de la qualité : « On oppose les vins classés (donc qui ont de la classe), les vins racés, nobles, riches, aux vins banals, roturiers, rustres, rustauds, communs, vulgaires, plébéiens, pauvres, courants, ordinaires, standards, sans prétention (ibid.). »

19Je n'irai pas plus loin dans cet inventaire, dont une étude exhaustive (en variations sur le thème : la pensée sauvage au service de la distinction) constituerait un objet fort intéressant pour l'ethnologie. Certes, le recours à un vocabulaire flottant n'est pas un obstacle indépassable à la mise au point de techniques de dégustation efficaces. Je doute simplement que la notion de « beauté » d'un vin devienne jamais un concept scientifique... En marquant ainsi les limites d'une objectivation des catégories esthétiques, je ne veux ni réaffirmer les droits de la subjectivité, ni réduire le jeu des jugements à ses seuls enjeux sociaux. Au contraire, une expérience esthétique du vin me semble inséparable des discours et valorisations sociales qui en constituent le cadre : s'ils ont acquis la prétention à bien juger du vin, les nouveaux amateurs ont produit du même coup l'expérience esthétique de la dégustation. Celle-ci est en droit distincte de toute compétence réelle, elle n'existe que dans la valorisation culturelle d'une sensation. N'est-ce pas là le sort de tous les arts ?

20On comprend dans cette perspective quelques traits typiques d'une culture vulgarisée du vin qui ne semble avoir d'autre effet que d'engendrer, de toutes les façons possibles, du discours. La bibliothèque offerte à l'amateur est en effet très hétéroclite : à côté des livres « d'art » déjà cités auxquels on peut associer les études historiques, on trouve des ouvrages techniques (par exemple, des listes de tous les producteurs de tel ou tel a.o.c.) que l'on imaginerait plutôt réservés aux professionnels du négoce, et enfin des guides d'achat6. Les revues spécialisées reprennent en général dans chaque livraison ces trois rubriques. Par-delà les implications immédiatement commerciales de cette littérature et les effets explicites de célébration, il s'agit d'offrir à chacun, selon ses penchants, les moyens d'une érudition au service de l'amour du vin. Le vin n'est-il pas meilleur sitôt qu'on en sait quelque chose ?

21Tout cela revient à relativiser les effets d'une formation du goût qui, en bonne logique, devrait pourtant rester l'instrument privilégié d'une culture visant d'abord le plaisir des sens. La prolifération des guides d'achat suffit à jeter une ombre sur la compétence autonome des consommateurs : pourquoi convoquer autant d'autorités, établir de façon aussi maniaque des palmarès si chacun est apte à juger ? Pourquoi entretenir le mythe des verres de dégustation dits « Impitoyables » qui, adaptés à chaque grand type de vin, décupleraient vos capacités de discrimination ? Toujours déléguée, enfouie dans l'accumulation tatillonne d'innombrables rituels périphériques (la seule préparation des bouteilles occupe onze pages dans le livre d'E. Peynaud !), soumise aux impératifs sociaux de la célébration, la capacité de goûter est présupposée sans jamais être vraiment mise à l'épreuve : tout est fait pour que le vin soit bon...

22Je conclurai en notant que le flacon semble décidément l'emporter sur l'ivresse. N'est-elle pas la grande absente de ces discours d'esthètes ? L'amour du vin n'arrive pas sans handicaps sur le marché des valeurs légitimes : fils de facultés sensibles traditionnellement dévalorisées (le goût et l'odorat), il doit aussi se démarquer des séductions de l'ivresse, un peu comme l'érotisme doit s'inscrire en faux contre la pornographie et ses simples effets physiologiques. De l'abus de boisson, Kant écrivait déjà qu'une « semonce contre ce vice devrait être superflue dans les classes policées » (1979 : 50). E. Peynaud lui fait écho en notant en conclusion de son ouvrage déjà cité : « Le savoir-boire fait partie du savoir-vivre au même titre que le savoir-manger. (...) [Les bons vins] enseignent la tempérance à qui veut bien écouter leur message. C'est avec le vin et sa dégustation que l'homme peut apprendre la façon civilisée de boire (1983 : 234). » Privée de longue date de toute valeur sacrée dans l'ordre de la culture légitime, l'ivresse se voit ainsi reléguée hors du champ de la Civilisation ! Certes, « le savoir-boire fut long à acquérir, et l'on ne peut prétendre qu'il soit de nos jours tellement répandu (ibid.) ». Ne réalise-t-il pas en effet son essence proprement esthétique dans le « goûter-sans-boire » du dégustateur professionnel ? Si tel est l'aboutissement obligé de la nouvelle culture du vin, gageons qu'elle traînera longtemps encore comme une ombre coupable la vulgaire « rougeur de trogne » du joyeux buveur qui faisait naguère la fierté des Bourguignons...

Haut de page

Bibliographie

Châteaux Bordeaux, 1988. Coll. « Inventaire », Paris, Éditions du centre Georges-Pompidou.

Chayette H., 1984. Le vin à travers la peinture, préface de José Arthur, A.C.R. éd.

Jobé J. (ss la dir. de), 1969. Le grand livre du vin, Lausanne, Edita.

Kant E., 1979. Anthropologie au point de vue pragmatique, trad. M. Foucault, Paris, Vrin.

Lachiver M., 1988. Vins, vignes et vignerons, Paris, Fayard.

La vigne et le vin, 1988. Lyon, La Manufacture et la cité des Sciences et de l'Industrie.

Peynaud E., 1983. Le goût du vin, Paris, Dunod.

Renoy G., 1981. Les étiquettes de vin, préface de B. Clavel, Paris, Berger-Levrault, Rossel.

Royer C., 1980. Les vignerons, Paris, Berger-levrault.

Siber Y. de, 1986. Prestige du Bordeaux. La passion partagée, chez l'auteur.

Veilletet P. (ss la dir. de), 1988. De l'esprit des vins. Bordeaux, Paris, Adam Biro.

Haut de page

Notes

1Les IVe journées européennes d'ethnologie comparée (Strasbourg, juillet 1989) ont eu pour thème « L'Europe des boissons fermentées. Traditions et transformations ». L'Université de Palerme et l'E.H.E.S.S. organisent à Palerme en octobre un colloque intitulé « Il fermento divino » consacré essentiellement aux usages des boissons fermentées dans les cultures méditerranéennes. Outre l'exposition de la Villette (oct. 88, janv. 89), je fais allusion à l'exposition du Centre de création industrielle « Châteaux Bordeaux » (nov. 88, fév. 89 au centre Georges-Pompidou, mai-août 1989 au musée d'Aquitaine à Bordeaux). Je remercie par ailleurs mes amis R. Labry et A. Lhopitault d'avoir mis à ma disposition la plupart des documents utilisés dans cet article.
2De 1965 à 1985, la consommation moyenne par Français de vins A.O.C. est passée de 4 à environ 20 litres. Celle des vins de table baisse depuis plusieurs années de plus d'un million d'hl par an (La vigne et le vin, pp. 242 et 233). Pour d'autres informations sur l'évolution du marché et son interprétation par les professionnels, voir dans le catalogue cité pp. 232-245.
3Le premier classement des grands crus du Bordelais (1855) reposait lui-même sur l'examen des cours à la vente pendant les années précédentes. L'importance croissante de la demande mondiale de vins de prestige a, au cours de ces dernières années, fait augmenter considérablement les prix.
4Les étiquettes de mouton-rothschild ont, bien entendu, fait l'objet d'un livre. Cf. également G. Renoy, 1981. L'exposition « Châteaux Bordeaux » a sollicité des projets d'architectes, mais aussi des œuvres picturales à la gloire des grands châteaux. Citons enfin le peintre Yan de Siber, dont le livre (1986) propose pour plusieurs dizaines de propriétés une aquarelle originale, une reproduction de l'étiquette et du symbole marqué sur les caisses de vin, une liste de productions du lieu et de ses caractéristiques selon les millésimes.
5La vigne et le vin, op. cit., p. 253, « Voir, sentir et goûter le vin avec Philippe Faure-Brac », article et interview de Christian Flacelière. Il est en ce moment du dernier chic de valoriser à l'extrême les effets du terroir : on voit ainsi se développer des « vins de parcelle » supposés refléter toutes les singularités pédologiques et micro-climatiques d'un lieu béni du ciel...
6Entre autres ouvrages : M. Lachiver, 1988 ; C. Royer, 1980 ; J. Jobé, 1969. Il est surtout frappant de noter que ces titres (et ceux cités note 4) vont de l'ouvrage universitaire à une quasi « publicité rédactionnelle » et que l'on convoque (cf. les préfaciers) des « autorités » pour le moins éclectiques...
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Albert J.-P., 1989, « La nouvelle culture du vin », Terrain, n° 13, pp. 117-124.

Référence électronique

Jean-Pierre Albert, « La nouvelle culture du vin », Terrain [En ligne], 13 | octobre 1989, mis en ligne le 17 juillet 2007, consulté le 22 août 2017. URL : http://terrain.revues.org/2961 ; DOI : 10.4000/terrain.2961

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Albert

Centre d'anthropologie des sociétés rurales, Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org