Navigation – Plan du site
Des hommes et des bêtes

Les coqs combattants

Marie Cegarra
p. 51-62

Entrées d’index

Thèmes :

animal (monde)

Lieux d'étude :

Nord-Pas-de-Calais
Haut de page

Texte intégral

1« On bat les coqs, cet après-midi à Douai. » Café Le Chanteclerc, à part cette enseigne évocatrice — qu'un œil non avisé ne remarquerait pas —, rien ne distingue ce gallodrome d'un café ordinaire.

2Poussant la porte, je me faufile à travers des groupes d'hommes qui parlent avec animation en buvant de la bière. Blouses de travail, bleues ou grises, casquettes sur le crâne, gitanes maïs aux lèvres : ces hommes, je le suppose, sont des coqueleurs. Des interpellations fusent à travers la salle rappelant l'atmosphère des marchés campagnards. Mais nous sommes en ville, et cette atmosphère semble, ici, incongrue. Elle donne une impression d'attente, de nécessité. Posés ça et là, des paniers d'osier, d'où sortent des cocoricos perçants. Un couloir sombre conduit à une arrière-salle : le gallodrome. Au centre, surélevé, le petit ring : c'est un parc ovale, cercle d'une barrière grillagée, d'environ quatre mètres sur deux, vers lequel plongent des gradins circulaires. A chaque extrémité, une porte où le coqueleur va déposer l'animal. Au-dessus du ring, deux ardoises pendent dans le vide : elles portent déjà les noms des premiers combattants. Sur le côté, une lampe : elle ponctuera, en s'allumant, les étapes du combat. Une table et deux chaises attendent arbitres et chronométreurs qui vont contrôler la régularité du jeu.

3Le gallodrome se remplit peu à peu. Tout autour du ring, à hauteur du grillage, un cercle d'habitués se forme. Plus haut sur les gradins, des parieurs, des curieux. La plupart des arrivants sont des hommes âgés. Quelques femmes, dispersées dans la semi-pénombre, apportent des notes de couleur. Puis les paris fusent, le combat va commencer.

4« Quatre mille Comines, cinq mille Comines !1 » Alors que les coqueleurs apportent leurs paniers d'osier à l'entrée du parc, les parieurs cherchent des partenaires. Un clignement d'œil, un signe de la main, accompagnés de cris brefs, suffisent à sceller l'enjeu.

5Les coqs sont lâchés. Le silence se fait, tous les regards se tournent vers les animaux. Altiers, ils s'inspectent posément puis, ergots d'acier dressés, se ruent furieusement l'un contre l'autre. Chocs sourds, bruissement des ailes, respirations saccadées : la fureur est dans l'arène avec une intensité qui nous frappe jusqu'au vertige. Vient l'assaut : les deux coqs prennent leur élan et se frappent en plein vol. Encore un assaut, puis un troisième. Les spectateurs réagissent bruyamment ; à chaque coup, des cris, des soupirs, puis un mot terrible, crié à l'unisson : « mort ! »

6Le vaincu alors chancelle, il esquisse encore quelques pas puis retombe sur le flanc, pantelant. Un filet de sang coule de son bec entrouvert, son plumage se ternit. Le vainqueur, debout, se repose. Six minutes se sont écoulées. Le combat est terminé.

7Mais déjà dans la salle, l'argent circule, les paris reprennent. Sur l'ardoise, le combat suivant est annoncé. Trente paires environ lui succéderont, toutes aussi rapides et déconcertantes.

Relever l'inattendu

8Pouvait-on encore imaginer avant d'enquêter sur le terrain, que ces combats déplaçaient encore les foules ? Car ces combats que l'on croit interdits ou disparus, existent toujours au Nord de la France, à proximité de la Belgique2. A l'intérieur d'un rectangle géographique de cent quarante kilomètres sur quarante, cinq mille coqueleurs font « battre » entre soixante mille et cent mille coqs par an.

9Ces chiffres ne peuvent que laisser songeur : par eux, nous entrevoyons la multiplication de la scène brutale du Chanteclerc, son incontrôlable répétition.

10Le poids de ce presque rien, l'ampleur de ce que l'on croyait insignifiant ou inexistant nous conduit alors à aller voir les choses où elles ont lieu. Et puisque les combats de coqs, ainsi que l'image reflétée dans un miroir concave ou un miroir convexe, possèdent de prime abord une double figure contrastée, louée par les uns, décriée par les autres, tour à tour protégée et pourchassée3, il nous fallait aller au-delà de ces premières représentations manifestes.

Du poussin au coq

11Généralement, les non-initiés tendent à ne retenir que la phase spectaculaire du combat ; mais une approche plus précise montre que les combats de coqs sont subordonnés à la pratique de l'élevage sans lequel ils ne pourraient avoir d'existence. Les coqueleurs sont avant tout des éleveurs. Pour eux, en effet, l'intérêt premier est d'entretenir cette race, que l'on ne trouve évidemment pas dans les magasins. Et pour le jeu, les coqueleurs vont s'évertuer à conserver un élevage et à parfaire l'instinct agressif et les capacités combattantes de ces animaux. En effet, désireux d'approcher l'animal sauvage dans son comportement instinctif et de l'élaborer en conformité avec leur représentation du monde naturel, ils sélectionnent rigoureusement des reproducteurs qu'ils choisissent parmi les coqs plusieurs fois vainqueurs au combat ; les poules reproductrices seront, elles aussi, filles ou sœurs de « duellistes célèbres ». De ces croisements, ils obtiendront des œufs dont ils vont suivre l'évolution avec passion.

12L'effervescence provoquée par l'éclosion des œufs sera suivie de leur intégration dans la sphère familiale. Ces poussins de race, qui ne se différencient des poussins ordinaires que par un duvet clairsemé et un plumage plus lent à pousser, vont désormais prendre des forces, dans la maison, près du radiateur, voire même dans le salon. Plus tard, un peu plus robustes, ils pourront courir dans une pâture proche. Vers cinq mois, les poulettes sont triées, en vertu de leurs qualités physiques et, si certaines se retrouvent dans la marmite, d'autres, réservées à la ponte, disposeront d'un sursis. Parallèlement les jeunes coqs vont commencer à manifester leur instinct belliqueux. Leurs crêtes poussent, ils commencent à chanter et cherchent querelle à leurs congénères. Dès cet instant, ils deviennent dangereux ; c'est pourquoi les amateurs préfèrent les séparer sans attendre et les placent dans des volières spécialement conçues à leur intention, où ils vont se « terminer », se « finir ».

13Vers dix mois, alors que leurs ergots viennent à peine de percer l'épiderme écaillé, ils attendent, solitaires, le jour du combat ; cette solitude forcée semble nécessaire aux transformations finales. Le coqueleur surveille dès lors l'évolution de son coq, car déterminer si le coq est prêt au combat est affaire d'appréciation et d'observation, l'âge de l'animal importe peu.

14Approchons-nous des cages : si l'animal est terne, peureux et se réfugie au plus profond de sa cage, il ne répond pas aux critères de combativité requis. Par contre, lorsqu'à la vue de tout curieux, il s'agite nerveusement dans le poulailler, barbillons et crête rouge feu, qu'il « gratte à la porte », incitant à un recul prudent, nous avons toutes les chances de le retrouver très rapidement au gallodrome. Avec un plumage « bien en place », luisant et lustré, le coq de combat « qui commence à parler », impose par son allure, son ardeur et sa beauté.

15Mais il ne suffit pas de nourrir et de soigner les coqs de combat, il faut encore développer leur ardeur et leur adresse, qualités indispensables à la victoire au combat. Outre les soins quotidiens, le coqueleur leur assure un régime alimentaire particulier, plus proche de la diététique que de l'alimentation ordinaire donnée aux animaux. Ce régime sera déterminé en fonction de deux critères : d'une part, l'âge de l'animal, d'autre part la période, avant ou après le combat.

16Les coqueleurs élèvent les poussins de race comme des poussins ordinaires, avec du riz, du pain, des biscottes mais ont recours de plus en plus à des farines adaptées aux différents âges des animaux : farine de démarrage, farine du premier âge, etc., qu'ils mélangent avec du maïs concassé. Puis la nourriture se fait à base de graines : les plus petites comme l'avoine aplatie, disposant d'un caractère « échauffant », seront utilisées à l'approche du combat, pour permettre la « mise en forme », et « améliorer le feu ». Mais les recettes varient d'un éleveur à l'autre : « c'est par tâtonnements et suivant son goût que l'on doit déterminer sa nourriture » et chacun de posséder des secrets qu'il ne va pas divulguer à l'autre : parmi eux, on peut citer l'utilisation de lait battu qui est censé purger, le chou, le soufre qui « donnera de la plume », les œufs de fourmis, les écailles de moules concassées, etc.

17Toutes ces recettes ont pour unique but d'obtenir la bonne santé du coq dont l'indice demeure la plume luisante, car la nourriture « saine, variée, abondante » est la condition d'une énergie combative. Alors, graines de lin, avoine infusée dans de la bière et du vin, pimentée d'ingrédients mystérieux, etc., tout concourt dans cette diversité, qui repose sur l'expérience et la tradition, à assurer au coq les meilleures chances de victoire.

18L'usage de ces recettes utilisant des ingrédients naturels dont la combinaison paraît en elle-même mystérieuse, nous laisse entrevoir un lien avec la pharmacopée et la médecine populaire. En effet, l'empirisme étant la règle, on ne s'étonnera pas (comme pour les médecines populaires utilisées par l'homme) de rencontrer des avis très différents sur une même recette. Ce qui réussit ici, n'apporte rien là-bas ; autrement dit, la part du succès et celle de l'échec s'équilibrent suffisamment pour que personne ne remette en cause ces pratiques. Celui qui refuse cette recette parce qu'il la prétend inefficace, affirmera bien vite qu'elle peut être efficace pour quelqu'un d'autre, manière de ne pas condamner globalement ces recettes et le système qu'elles supposent.

19Ce système implique en outre des productions fortement individualisées, des inventions qui n'appartiennent qu'à un seul éleveur et qui paraissent ainsi signer la personnalité particulière de son travail d'éleveur. On imagine qu'en cas de succès de l'animal, le paradigme personnel des remèdes et des soins s'en trouvera nettement valorisé. Par contrecoup, le nom et la personne même du coqueleur acquerront un titre de gloire, une renommée, qui induira grandement la logique des paris des coqueleurs pour les combats ultérieurs.

Les essais

20Si la nourriture semble être une composante importante pour préparer le coq au combat, il faut cependant y associer la solitude complète imposée à l'animal : elle va décupler son agressivité. C'est ainsi qu'un coq arrive au terme de son « éducation », chargé « comme une batterie neuve ». A ce moment-là, alors que l'animal a été amputé de la crête et des caroncules qui offrent trop de prises au combat, le coqueleur va pratiquer une répétition simulée du jour fatidique par ce que l'on nomme les « essais ».

21Essayer un coq, c'est le mettre en présence d'un autre lui-même pour voir s'il engage le combat et de quelle manière. Toutefois, pour éviter qu'il ne se tue, on lui met des « bottes d'essai », sortes de petits gants de boxe qui couvrent les ergots. En observant comment le coq va « prendre », le coqueleur, ou l'armeur qui l'accompagne va obtenir toutes les indications pour poser les armes tranchantes et mortifères. Il pourra, en fonction des particularités de l'animal — poids, habitudes, techniques — calculer et apprécier la position la plus adaptée. D'autre part, il fera faire à l'animal des vols rudimentaires dont il déduira des auspices favorables ou défavorables : le poulet sera « bien équilibré », « bien griffé », « pas assez membré », il aura « trop de plomb au derrière », etc. ; toutes ces indications accumulées permettront au coqueleur de déterminer le style du coq au combat et la marge des possibilités de victoire.

L'intimité du coq et de l'homme

22Les soins attentifs de l'élevage nous l'ont appris : l'homme et l'animal entretiennent des relations privilégiées. Néanmoins, on aurait tort de les assimiler simplement à celles de l'éleveur envers la basse-cour. Le coq est présent à chaque instant dans l'existence du coqueleur : celui-ci « vit pour ces coqs », il « ne pense qu'à ça » : c'est bientôt les œufs ou le « barbage », « on va essayer le gris », c'est l'heure de leur donner à manger, c'est l'heure de leur rendre visite. C'est toujours l'heure du coq.

23On comprendra que ces animaux ne méritent pas de mourir sous l'ignominieux couteau de l'abatteur de volailles, car si le coqueleur éprouve une vraie passion pour les coqs de combat, celle-ci est inversement proportionnelle au mépris qu'il porte pour le coq campagnard et les poules domestiques. Il ne s'agit rigoureusement pas de la même chose. La confusion est impossible. Quel rapport peut-il y avoir, vous dira-t-on, entre cet animal intelligent, ce seigneur, et le coq vaniteux, pataud ou la poule bête et stupide ?

24On le comprend vite : toutes les qualités que l'on attribue au coq de combat l'éloignent non seulement du milieu de la basse-cour, mais aussi du monde animal. Et cela transparaît, avec évidence, dans l'éloquent lexique de la dénomination. Les coqs portent volontiers des noms empruntés à l'histoire ou à la mythologie (Hector, D'Artagnan, Zigomar, etc.) dont le prestige retombe ainsi sur l'animal auquel il attribue une figure guerrière : porter le nom d'un combattant valeureux permet de s'identifier à lui. Le coq est aussi désigné par des termes traduisant à la fois son apparence et le caractère unique de celle-ci : on parlera du « Gris », du « Rouge », d'un « Pattes jaunes », ou on utilisera une formule descriptive indiquant les caractères apparents propres à l'animal, notamment la couleur. Les systèmes d'appellation des coqs de combat ont été analysés par Cl. Lévi-Strauss (1962 : 221-222). « Les oiseaux reçoivent des prénoms humains selon l'espèce à laquelle ils appartiennent (...) Ils forment de ce fait une communauté indépendante de la nôtre, mais qui en apparence même, nous apparaît comme une société autre, et homologue de celle où nous vivons (...) Par conséquent, toutes les conditions sont objectivement réunies pour que nous concevions le monde des oiseaux comme une société humaine métaphorique. » Dans ce cadre, les coqs de combat, à la fois sujets et objets (objets d'un élevage et sujets lors des combats) feront partie de la société humaine ou, pour reprendre l'expression de Cl. Lévi-Strauss4, « sont plutôt la condition désocialisée de l'existence d'une société particulière », celle des coqueleurs. Ces coqs, extraits de la basse-cour, isolés par une méthode de sélection, constituent une société exclusivement mâle. En effet, si mâles et femelles participent au circuit de production des coqs de combat, les mâles seuls combattent. Dans ce sens, les coqs de combat ne représentent qu'une part exclusive de la société humaine, celle de l'élément viril.

25L'identification homme/animal apparaît clairement lorsque le coqueleur présente son coq au parc et suit le déroulement du combat. Concentré sur chaque passe, il effectue alors des mouvements de tout le corps correspondant étroitement aux joutes auxquelles le coq participe. Par des mouvements d'épaules, des avancées rapides ou de brusques reculs, des rictus d'acharnement ou de douleur, le coqueleur mime son combattant. Isolé du contexte extérieur, il se fond littéralement dans le coq qui combat. Il se produit une complète osmose : le coqueleur devient le coq et se bat en même temps que lui.

De l'agression et de la clôture

26Alors peut-on justifier la mise à mort de l'animal par le libre exercice des lois animales ? Qu'en est-il au fond de cette arène dressée par les hommes ? Par là même, que devient cet élevage rigoureux et attentionné auquel est soumis le coq qu'une minute à peine parvient parfois à détruire ? Enfin, qu'en est-il de la réalité du combat : un jeu doté de paris, certainement, mais aussi la figure symbolique d'une scène particulière ?

27Le coq, paré d'armes artificielles, prend le relais de l'homme qui va s'effacer de l'arène, et se battra à mort. Que ce combat ait lieu et qu'il soit mortel, indépendamment de toute relation au territoire et à la rivalité des autres mâles, va dépendre des coqueleurs. Car si en règle générale, l'homme dans ses rapports avec le monde animal s'est efforcé d'affiner les mécanismes de socialisation des animaux qui le servent ou vivent avec lui, l'élevage des coqs de combat — et c'est là sa principale spécificité — va à l'encontre de cette pratique puisqu'il s'applique, au contraire, à encourager le coq à tuer ses congénères. Imaginons un instant que les coqs de basse-cour soient élevés dans cet esprit, il ne resterait pas grand-chose des volailles. Les coqueleurs précisément intensifient les instincts agressifs de leurs bêtes et mettent en scène dans le gallodrome le monde naturel, sauvage. Il va de soi que cette reconstitution, cette exhibition du fait naturel, cette mise en scène des lois sauvages est entièrement le résultat de comportements ou de pratiques culturelles. Le gallodrome est le lieu où la culture se dérobe devant la nature.

28Ce que représente le combattant de plumes, c'est bien plus que quelques billets. La nature violente, ensanglantée, envahit l'arène dans une parade dont le sens paraît nous échapper parce qu'il se dérobe à notre raison. Dans l'exemplarité de cette mort, elle révèle le sacré.

Comment devient-on coqueleur ?

29En général, on devient coqueleur par filiation. La transmission est indissociable d'une initiation pratique fondée sur l'observation. Mis en contact avec les poussins, les enfants ont tout le loisir de les observer, de jouer en s'en occupant, de sélectionner même ceux qu'ils préfèrent. Vers huit ans, l'enfant pourra aider son père et le suivre dans toutes les fonctions de l'élevage, il l'aidera à nettoyer les volières, à leur donner à boire et à manger, à les traiter, etc. Il deviendra un partenaire indispensable pour effectuer certaines opérations où il est nécessaire d'être deux (le décrêtage, par exemple). Certes, il aura un rôle accessoire, tenir le coq par exemple, mais par là même enregistrera les gestes et le savoir-faire de son père. Enfin, il aura tout le loisir de participer aux préparatifs du combat : « J'allais chercher le coq dans son box, il fallait l'habituer à la lumière et le préparer. On le mettait à la cuisine où il avait droit à un régime de faveur, il était bichonné ; juste avant le combat, c'était le pincement au cœur. Une petite gousse d'ail pour qu'il respire mieux, quelquefois, un morceau de sucre, trempé dans du cognac. Et que le meilleur gagne... » Puis de l'emporter jusqu'au gallodrome : ... « En 1926, j'ai commencé à huit ans. Je portais dans des grands sacs les vaillants coqs de mon père. » Le monde extérieur peut aussi être un lieu d'initiation : ... « Avant la Première Guerre mondiale, chaque lundi après-midi, après l'école, je me précipitais dans une pâture où l'on battait les coqs (...) quatre planches à même le sol suffisaient à délimiter l'aire du combat : deux coqs s'affrontaient, mais parfois, cinq ou six pour un combat que les gens du cru appelaient du nom de massacre. » Mais la remise d'œufs, bien souvent déclenche la passion : ... « Il a suffi que les employés de la ferme familiale m'offrent quatre ou cinq œufs pour battre les coqs et au fil des ans, j'ai accumulé les récompenses. »

30Cependant, tous les enfants qui vivent à proximité des coqs et du monde des coqueleurs ne deviennent pas forcément coqueleurs à leur tour. Il est nécessaire qu'ils attrapent le « virus », « la contagion ».

31Comment donc cette « passion » peut-elle se greffer sur l'un et délaisser l'autre ? Outre le fait que seuls les garçons accéderont au monde des coqueleurs, il leur est nécessaire de franchir un cap d'entrée. Celui-ci se caractérise par l'acceptation d'une contradiction presque insurmontable pour l'enfant : reporter son affection sur un animal qu'il va voir mourir quelques instants plus tard au gallodrome. En réalité, on l'aura compris, ce cap décisif est celui du sang. C'est l'épreuve du sang qui réalise l'accession au monde des coqueleurs : l'enfant qui parvient à surmonter cette épreuve change d'état. Cette épreuve ne consiste pas seulement à supporter « la vue du sang ». Elle consiste à accepter que l'animal meure en perdant son sang, à pratiquer l'écoulement du sang par le décrêtage, à opérer la saignée de l'animal vaincu. En acceptant et en reproduisant ces gestes, l'enfant pénètre dans le monde des coqueleurs, utilisera cette langue nouvelle qui lui permettra de communiquer avec les initiés. Par contre, l'enfant trop sensible qui n'a pas pu passer ces épreuves avec succès restera confiné en dehors du cercle, du côté de la cuisine ou de la basse-cour traditionnelle.

Vrais et faux coqueleurs

32Aujourd'hui, le terme « coqueleur » ne s'applique pas seulement aux éleveurs de coqs, mais aussi à tous ceux qui fréquentent les gallodromes : amateurs, spectateurs, parieurs. Ce terme, issu du nom de l'animal a pour fonction d'unir une communauté élargie, qui n'admet pas de féminin, bien que certaines femmes participent d'une manière active aux combats (5 % environ sont propriétaires de coqs, suivent leurs maris dans cette passion et parient « comme des hommes »).

33Cette définition, très extensive, mérite cependant qu'on la nuance, car aujourd'hui on parle de « vrais coqueleurs », ce qui signifie qu'il en existe aussi de « faux ». Ce caractère de fausseté s'exprime (selon nos entretiens avec les coqueleurs) dans des comportements récusés par les « vrais » ; comportements qui s'éloignent peu ou prou des normes idéologiques en vigueur. Par exemple, ceux qui n'élèvent pas les coqs, qui les achètent directement et les utilisent uniquement comme source de profit à travers les paris, sont dénommés « faux coqueleurs ».

34On s'aperçoit ainsi de la fonction essentielle de l'élevage puisque finalement, à lui seul, il institue le « vrai » coqueleur et permet la différenciation entre « vrai » et « faux ». Si ne pas élever soi-même les coqs renvoie « dans le camp de la fausseté », c'est que l'élevage est constitutif de la communauté des coqueleurs. Il détermine à lui seul, par ses règles de fonctionnement, cette communauté. D'où l'intérêt que nous avons porté à l'analyse en tant que fons et origo de la communauté des coqueleurs. Par le travail artisanal d'élevage, le coqueleur se définit comme propriétaire : il est travailleur (éleveur), propriétaire (coqueleur). Nécessairement, le vrai coqueleur aura un statut supérieur au coqueleur qui achète le coq qu'il va faire combattre : le temps de travail consacré à l'élevage du coq autorise le coqueleur à se trouver au-dessus du simple acheteur, ce temps le socialise dans la communauté des coqueleurs.

35A côté de ces deux groupes, il en coexiste un troisième qui, bien que constitutif de la communauté des coqueleurs, fonctionne comme un ensemble distinct. Il rassemble le monde « des parieurs », au sens large, c'est-à-dire ceux qui effectivement parient (membres des deux autres groupes) et ceux qui assistent en spectateurs, ces derniers étant rattachés aux parieurs par divers liens (amicaux, familiaux, économiques).

La place des femmes

36La femme semble avant tout considérer le fait d'être coqueleur comme un excès, un « vice » qui nuit au bon fonctionnement de la cellule familiale : « il n'est jamais là », « il est toujours avec ses coqs ». Le reproche, sur le mode de l'humour, prend à l'occasion une connotation sexuelle : « Il tient plus souvent ses coqs que moi. » La communauté des coqueleurs demeure essentiellement masculine. A première vue et si nous jugeons par ce qui nous est dit, il ne faut pas y voir le résultat d'une interdiction particulière : si les femmes s'intègrent difficilement dans cette communauté, c'est parce qu'« elles n'aiment pas ça », « elles n'ont pas toujours le temps ». De fait, les femmes n'apprécient guère que leurs maris « aillent aux coqs » car « ils parient beaucoup d'argent » et grèvent ainsi le budget familial. Elles n'aiment pas non plus les coqs « méchants et sales » et, prenant le contre-pied des hommes, n'hésitent pas à dire que les combats de coqs sont « sanguinaires » et « barbares ». D'emblée, cette liberté de langage, ce regard critique, paraissent situer les femmes, les épouses surtout, à l'extérieur de la communauté, ou du moins à sa lisière.

37Mais en réalité, du monde des coqs, du croisement au combat, la femme n'est pas complètement absente : elle participe à certaines tâches déterminées, soit parce que ces tâches lui sont traditionnellement dévolues, soit parce qu'elle peut suppléer le coqueleur lorsqu'il a un empêchement (maladie par exemple).

38Tout d'abord, la femme, dont le statut est celui d'une auxiliaire, n'est concernée que par les soins aux poussins : « ils sont beaux, ils sentent bon » ; ces soins ne sont donnés que pendant la période où la division sexuelle n'est pas marquée. Aussitôt que les coqs grandissent et qu'ils quittent l'intérieur de la maison pour une pâture plus grande, elle s'en désintéresse, car c'est d'adultes qu'il s'agit alors et d'adultes masculins.

39Ces tâches occasionnelles, pratiquées « à l'intérieur », peuvent s'accompagner des soins habituels d'élevage, uniquement si le coqueleur se trouve dans l'impossibilité de les assumer. Dans ces cas-là, « certaines vont s'occuper de la préparation du coq » ; « ça n'a rien de particulier, ce n'est pas spécifique aux hommes », et, en effet, on peut rappeler, à cet égard, que les femmes avaient pour rôle traditionnel de s'occuper de la basse-cour.

40Mais il est des opérations dont les femmes sont nécessairement mises à l'écart. Par exemple, le décrêtage, où le coqueleur coupe la crête de l'animal et les caroncules, opération qui provoque une effusion de sang. Elles seront également tenues à l'écart de l'armage, lorsque le coqueleur place les armes, comme de la saignée, opération ultime que seul le coqueleur va pratiquer à la fin des combats. Ainsi, écartées de certaines pratiques, comment ne le seraient-elles pas du gallodrome, lieu, d'après leurs propres dires, de combats « sanguinaires » ou « barbares » ? Ces deux termes sont profondément significatifs, l'un évoque le plaisir à « répandre le sang », l'autre renvoie à « l'inhumain », au « sauvage » : ils dessinent les contours d'un monde qui ne paraît pas accepter la présence du féminin ou, pour le dire autrement, qui ne trouve son unité que dans l'exclusion du féminin. Le gallodrome est certes le lieu où le sang est répandu, il est aussi, nous l'avons vu, le théâtre de l'animalité, d'un monde sauvage. Il semble donc que l'effusion de sang graduée qui accompagne la mise à mort ainsi que la violence du combat où les bêtes se déchirent, se transpercent, soient à l'origine de l'exclusion des femmes. Pourtant, traditionnellement, les femmes peuvent aussi mettre à mort l'animal : tuer la volaille pour la consommation familiale fait partie intégrante des tâches de la basse-cour. Mais saigner une poule domestique et saigner un coq de combat sont deux opérations bien distinctes. Le coq de combat s'apparente à l'animal sauvage dont la mise à mort, nécessairement violente, est symbolique. Ici, l'exclusion des femmes ne tient pas à une simple division sexuelle du travail ou, du moins, cette division sexuelle provient elle-même d'une représentation symbolique plus complexe, qui fait des coqs des combattants armés et des combats de coqs, une affaire d'hommes5. »

Dons - contre-dons

41Les coqs rapprochent les hommes. En effet, l'observation décèle des éléments constitutifs d'une véritable parenté, dont les représentations manifestes se situent dans une logique économique de dons - contre-dons. Solidaire de ses partenaires à l'intérieur d'une même société, le coqueleur rend de multiples services. Il peut, par exemple, prendre à sa charge un élevage de coqs et les donner à ses amis au prix de la nourriture, c'est-à-dire sans en retirer de bénéfices et en offrant son travail. En cas de difficultés d'élevage, ou de maladie contagieuse qui peut décimer le cheptel d'un partenaire, il prêtera « sa lignée », en « la personne » d'un coq reproducteur et offrira son « sang ». Enfin, il partagera avec ses partenaires proches des recettes d'élevage, des astuces.

42Ces dons, comme ces prêts, sont toujours soumis à la réciproque et nul n'y faillit. Ils sont à la base de leur société et, sans ces rapports qui ne sont pas strictement monétaires, les combats de coqs ne pourraient pas se maintenir.

43La règle de la réciproque qui est un élément de ce système d'échanges peut avoir des retombées dans un domaine strictement économique. En effet, avoir rendu des services peut être un facteur qui conjure le hasard et favorise la chance aux paris. Nous savons que les paris engagés par les coqueleurs tiennent compte d'un certain nombre de facteurs, notamment la réputation et la renommée du coqueleur qui présente son coq au parc. Cependant, pour mettre toutes les chances de son côté le parieur demandera avant la mise au parc si le coq réunit effectivement toutes les conditions pour gagner. « Dis, Isidore, il est bon, ch'ti là ? », le propriétaire du coq donnera alors le renseignement nécessaire dans un échange de bons procédés.

44Ce phénomène prend toute son ampleur dans ce qu'on appelle « le rendage ». Le système de « rendage » s'exprime clairement à travers les discours. « Si vous voulez voir beaucoup de coqueleurs venir assister à des concours que vous organisez, il faut que vous, vous alliez assister à des concours qu'organisent d'autres coqueleurs ». En effet, le coqueleur peut organiser des concours dont il tirera un bénéfice financier proportionnel au nombre de personnes présentes dans le gallodrome. Pour cela, le coqueleur doit inciter les autres à participer au concours et, dans ce but, ne va pas hésiter à se rendre dans tous les gallodromes de la région. Il sait que les coqueleurs des autres localités « rendront les mises », c'est-à-dire qu'ils « rendront les politesses » et viendront à leur tour au concours qu'il organisera. Le système de « rendage », fondé sur le prix des entrées et les mises obligatoires apporte à première vue un profit6. Mais cette notion de profit est à nuancer. Le « rendage » et la réciproque monétaire qui en découle, sont essentiellement des règles de cohésion, de socialisation d'une communauté, en butte aux interdits et au phénomène de désagrégation7 et qui a besoin d'une norme unificatrice cohérente : le « rendage ». Le caractère unificateur de cette norme exige des relations de dons - contre-dons, éléments qui n'existent que par eux-mêmes, échappent à la récompense et sont respectés rigoureusement, car il en va de la survie de la communauté. Les paris et les gains qui en découlent constituent, à cet égard, le facteur de cohérence de cette norme unificatrice : autrement dit, il en justifie la rigueur et les exigences aux yeux de tous les membres de la communauté des coqueleurs, y compris, ceux, qui, éloignés de la sphère de l'élevage, n'en partagent que les retombées. Pour les parieurs, ce qui est investi rapporte, pour la communauté des coqueleurs, ce qui est investi est régénérateur. D'un côté, le pari entre dans le circuit des échanges monétaires, il est gain, et, en tant que tel, il heurte ou dénature le caractère du jeu ; d'un autre côté, le pari permet de perpétuer le jeu.

Un code moral

45A la structuration des échanges se superposent des modèles de conduite très précis : un « vrai » coqueleur a le sens de l'honneur et est charitable : il s'agit ici de représentations collectives structurantes qui vont bien au-delà des simples comportements individuels. En traduisant des comportements réels et projetés, autrement dit des lignes de conduite, il y aura effet de retour sur le fondement même de la communauté. Par exemple, l'honnêteté rigoureuse qui règne dans l'enceinte du gallodrome à propos de l'argent est à la fois un idéal et une nécessité, au sens où elle assure la pérennité du jeu. Ainsi, comme le fait remarquer Roger Caillois : « La situation constamment précaire du jeu des animaux, la réprobation diffuse dont il continue d'être l'objet de la part de ceux qui en sont passionnés, le fait surtout qu'il ne puisse être officiellement reconnu, aboutissent à une conséquence qui manque rarement de surprendre sa propre clientèle : la scrupuleuse honnêteté des preneurs de paris. (...) Pourtant la raison est claire, c'est que sans confiance, un semblable trafic ne pourrait absolument pas durer. Qu'elle soit entamée et tout s'écroule, là où ni contrôle ni réclamations ne sont concevables, la bonne foi n'est pas un luxe mais nécessité. » (Caillois 1958 : 296-297).

Secret et oralité

46Le secret est un second élément caractérisant la communauté des coqueleurs. Dire cela, c'est souligner que le langage tacite, le non-dit sont constitutifs d'un grand nombre de comportements des coqueleurs.

47Le secret, c'est ce qui permet à la fois de maintenir une cohésion, et de tenir à l'écart l'ensemble du corps social menaçant. Prenons quelques exemples : c'est bien souvent dans le gallodrome, lieu de rencontre privilégié, que vont se diffuser des recettes mystérieuses pour donner au coq un pouvoir invincible, des « trucs » pour gagner, etc. Ces secrets, tout le monde va finir par les connaître, ils vont être en fait, des « secrets de polichinelle », mais ce qui importe ce n'est pas tant leur contenu, que leur circulation et leur mise en jeu.

48Le secret en dit plus par son existence que par le dire qu'il prétend rapporter : il est étroitement lié à la symbolique de l'oralité. La tradition de la communauté des coqueleurs va y trouver une de ses assises, l'un de ses membres considère même que « c'était mieux du temps de l'interdiction ».

49L'interdit nourrit le secret, il en fait la langue même du groupe, langue qui ne se livre pas facilement à la traduction. L'opacité du secret, c'est aussi cette clôture qui maintient dehors le non-initié et sépare ce groupe de l'ensemble du corps social : ce qu'il ne voit pas et qui pourtant se déroule sous ses yeux, c'est précisément ce monde, invisible au profane, qu'entretient encore le souvenir d'une pratique clandestine et le fragile équilibre de la légalité actuelle.

Le geste et la parole

50Les combats de coqs sont présentés volontiers comme un élément du « folklore régional », comme une ancienne tradition locale.

51Dans l'ensemble des jeux avec animaux, les combats de coqs apparaissent comme une pratique aberrante : un éleveur de pur-sang pourrait-il se résoudre à voir l'un de ses animaux mourir à chaque course ? La mise à mort du coq anéantit, en quelques minutes, des mois de soins attentifs et de travail. Le coq, certes, peut vaincre, mais un bon « battant » ne sera guère victorieux plus de quelques fois : sa mort, à plus ou moins brève échéance, sera inéluctable. A ce titre, il entre dans ce jeu une part d'irrationalité tout à fait spécifique. Nous pensons pouvoir affirmer que cette irrationalité est le signe d'un symbolisme dont l'élément nodal est le sang. Toutes les oppositions relevées tendent à s'inscrire dans ce thème : l'opposition nature/culture, comme celles opposant l'homme à la femme, le père au fils, le coqueleur aux autres.

52La loi de 1964, rappelons-le, autorise la poursuite de ces combats de coqs, là où existait « une tradition locale ininterrompue ». La « tradition » est la caution juridique du maintien, et ce que la loi, de la sorte, paraît reconnaître comme préalable justificateur c'est, tout bonnement, l'existence des combats de coqs en tant que coutume des Flandres.

53Mais les coqueleurs, depuis des décennies, se sont attachés à légitimer leur pratique par l'institutionnalisation de leur communauté : rédaction de règlements rigides, organisation de la fédération, développement de l'organe de presse Le Coq gaulois. La communauté s'apparente de la sorte aux groupements sportifs. Le règlement semble donc transformer une pratique privée, plus ou moins clandestine, en une activité reconnue (sinon acceptée). Or, il semble que ce changement de statut soit l'objectif essentiel de ce règlement : « tous les coqueleurs ne connaissent pas le règlement », m'a-t-on dit. Cela n'empêche guère les combats de se poursuivre. La réglementation de ces combats relève avant tout de la coutume, la loi écrite n'étant invoquée qu'en cas de conflits. Autrement dit, le règlement est l'inscription dans l'ordre du réel, c'est-à-dire du social, d'une pratique réglée par l'ordre symbolique.

54Telle est également la fonction des paris : ils « modernisent » l'activité en la replaçant dans le cadre général (admis) des jeux avec argent. Et ce n'est pas par hasard que les plus anciens coqueleurs condamnent cette déformation des combats de coqs où règne de plus en plus l'esprit « parieur » et l'appât du gain. La coutume, en effet, est ici de plus en plus absorbée par son faire-valoir : « Ce n'est plus comme avant », disent les vieux coqueleurs confrontés à la nouvelle ambiance des gallodromes : trop d'argent circule.

55En réalité, ce qu'ils condamnent, dans les paris, c'est leur effet non monétaire : il élargit artificiellement le cercle des participants sur des bases qui ne relèvent pas de l'ordre symbolique : ce sont les fameux « faux coqueleurs ».

La frontière et l'identité

56Si nous reprenons l'expression de « tradition locale ininterrompue », il reste à présent un autre élément à interroger : l'aspect « local ». Les combats de coqs sont une pratique régionale, une coutume des Flandres, disions-nous encore. En réalité, pour être plus précis, il faut ajouter qu'ils sont une pratique frontalière. Ces combats se déroulent aux alentours de la frontière belge, à ses « lisières » : frontière constamment convoitée, déplacée, fixée à la fin du xviie siècle et à nouveau perturbée, modifiée, parfois effacée par les deux guerres mondiales de ce siècle. La région du Nord possède une histoire riche en invasions et en destructions, en industrialisation et désindustrialisation brutales.

57Cependant, le maintien de cette pratique sous de multiples formes semble attester une résistance humaine à la désagrégation. La perpétuation des combats de coqs est la marque d'une identité qui a été fortement entamée par les bouleversements régionaux. La mort du coq semble être dans ce cadre, un élément de la survie d'une communauté.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Affergan F., 1986. « Zooanthropologie du combat de coqs à la Martinique », Cahiers internationaux de sociologie n° LXXX.

Caillois R., 1958. Les Jeux et les Hommes, Paris, Gallimard, coll. Idées.

Geertz C., 1983. Bali, interprétation d'une culture, Paris, Gallimard.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hell B., 1987. « Du cru et du cuit ou du bon usage du sang dans la répartition des gestes de chasse », L'Homme, n° 102.
DOI : 10.3406/hom.1987.368818

Jamin J., 1979. La tenderie aux grives chez les Ardennais du plateau, Paris, Institut d'Ethnologie, musée de l'Homme.

Leach E., 1980. L'Unité de l'homme, Paris, Gallimard.

Lévi-Strauss C., 1962. La Pensée sauvage, Paris, Plon.

Mauss M., 1950. Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF, 9e éd. 1985.

Testart A., 1987. « La Femme et la Chasse », La Recherche mensuel, n° 181.

1987. « De la chasse en France, du sang et de bien d'autres choses encore », L'Homme n° 102.

Vialles N., 1987. Le sang et la chair, éd. de la Maison des Sciences de l'homme, ministère de la Culture, coll. Ethnologie de la France, Paris.

Haut de page

Notes

1Les coqueleurs comptent toujours en anciens francs, comprenons donc 40 francs, 50 francs.
2La communauté des coqueleurs en dépit de menaces de disparition sporadiques est toujours vivante. En 1963, l'intervention personnelle du député et de l'ancien président de l'Assemblée nationale (E.H. Van der Mersch), en faveur de la « société fraternelle » des coqueleurs et de la « tradition exemplaire » qu'ils maintiennent, va permettre l'adoption du décret autorisant les combats de coqs « dans les localités où une tradition ininterrompue peut être établie ».
3Les coqueleurs se sentent toujours menacés dans leur pratique. En effet les attaques de la Société protectrice des animaux demeurent vives et certains articles diffusés dans la presse régionale, peu élogieux, les rendent méfiants et toujours discrets vis-à-vis de l'extérieur.
4Les systèmes d'appellation décrits par Cl. Lévi-Strauss ont été récemment appliqués par F. Affergan aux combats de coqs à la Martinique (1986 : 111-126).
5Pour une extension de cette problématique, on se reportera à A. Testart (1986), B. Hell (1987) et N. Vialles (1987).
6Pour mieux comprendre le système, prenons l'exemple d'un concours 80/20. Le coqueleur, pour faire battre son coq, mettra une mise de 80 F, s'il gagne, il empochera 200 F (ce système n'a rien à voir avec les paris). Le second coqueleur, son rival, mettra lui aussi 80 F. 80 F + 80 F = 160 F. Pour que le coqueleur ait ses 200 F, l'organisateur du concours mettra 40 F supplémentaires qu'il prélèvera sur les entrées (chaque entrée coûte 10 F). Admettons que le concours comporte 20 paires (20 coqs contre 20 autres), l'organisateur devra verser, pour combler les différences, 20 F x 40 F = 800 F. Cependant, si le nombre des spectateurs s'élève à 200 personnes, cela donne 200 x 10 F = 2 000 F. Le bénéfice de l'organisateur sera d'environ 1 200 F sur lesquels seront prélevés les frais demandés par la fédération et sur lesquels il est possible de retirer les frais de déplacements effectués sur l'année.
7Rangeons dans cette catégorie la modification des comportements en ce qui concerne la relation de l'homme et de l'animal domestique, modification à fois psychologique et sociale.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cegarra M., 1988, « Les coqs combattants », Terrain, n° 10, pp. 51-62.

Référence électronique

Marie Cegarra, « Les coqs combattants », Terrain [En ligne], 10 | avril 1988, mis en ligne le 21 mars 2005, consulté le 19 août 2014. URL : http://terrain.revues.org/2929 ; DOI : 10.4000/terrain.2929

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Les éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo Ministère de la Culture
  • Revues.org