Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

Des ethnologues pour les Z.P.P.A.U. ! (Zones de protection du patrimoine architectural et urbain)

Denis Chevallier et Laurent Heulot
p. 81-84

Texte intégral

1Paris — le faubourg Saint-Antoine —, Rennes — le quartier de la gare —, Toulouse — le quartier Saint-Cyprien —, Fontevraud, Trans dans le Var, Auchy-la-Montagne dans l'Oise... autant de quartiers, de villages, de communes rurales où les sociologues et les ethnologues participent à une démarche qui inaugure une nouvelle conception de la « protection ».

2De récents débats, dont le colloque « Les Monuments Historiques demain » tenu à la Salpêtrière en novembre 1984, ont souligné la difficulté mais aussi la nécessité d'une articulation plus grande entre la connaissance préalable et la protection juridique du patrimoine.

3La revendication d'indépendance intellectuelle des « chercheurs » et la justification par l'urgence de l'action des « protecteurs », ont fait obstacle aux tentatives de planification de la protection du patrimoine à l'échelle nationale ou même régionale.

4Le contexte de la décentralisation auquel est liée la mise en œuvre des zones de protection du patrimoine architectural et urbain (z.p.p.a.u.) offre l'occasion d'expériences originales dans ce domaine, au niveau communal.

5Les études menées à l'initiative de la direction du Patrimoine du ministère de la Culture et de la Communication, et auxquelles ont été associés des ethnologues, doivent permettre d'esquisser ici ce que peut apporter l'ethnologie aux démarches de protection. Mais avant tout, il convient de préciser ce que recouvre cette procédure au sigle encore énigmatique pour le grand public : la z.p.p.a.u.

Qu'est-ce qu'une z.p.p.a.u. ?

Un nouvel instrument de protection juridique du patrimoine

6La loi du 7 janvier 1983, relative à la répartition des compétences entre l'État et les collectivités locales, a posé, en matière d'urbanisme, le principe de la décentralisation des décisions au bénéfice des communes. Confirmant implicitement la responsabilité principale de l'État dans le domaine de la protection du patrimoine, le législateur a créé une nouvelle procédure de protection des espaces, pour laquelle la commune et l'État définissent conjointement un document de référence opposable aux tiers : la z.p.p.a.u.

7Les zones de protection du patrimoine architectural et urbain élaborées à l'initiative du Conseil municipal (délibération) doivent être le fruit d'une analyse, d'un dialogue et d'un consensus entre les responsables de l'urbanisme que sont les élus et les services de l'État chargés de la protection : direction régionale des affaires culturelles, délégué régional à l'architecture et à l'environnement, service départemental d'architecture.

8Appelées à se substituer aux effets des servitudes d'abords de monuments historiques (loi de 1913 modifiée en 1943) et aux sites inscrits (loi du 2 mai 1930), les z.p.p.a.u. déterminent un corps de règles applicables à des zones délimitées en fonction de leur valeur esthétique et historique. Soumise à l'enquête publique par le commissaire de la République de département, après délibération du Conseil municipal, la z.p.p.a.u. — servitude d'utilité publique — s'imposera aux documents d'urbanisme (p.o.s., p.a.z.). Sa réglementation sera opposable aux tiers dès le moment de sa création par arrêté du commissaire de la République de région après avis du Collège régional du patrimoine et des sites et dernière délibération du Conseil municipal. L'application des règles propres à la z.p.p.a.u. s'opère dans le cadre de l'instruction des autorisations d'urbanisme, lorsqu'elles s'imposent, et après avis conforme de l'architecte des bâtiments de France, dont le pouvoir d'appréciation doit s'inspirer du contenu de la z.p.p.a.u. Pour souligner la complémentarité des rôles respectifs entre élus et services de l'État dans la mise en œuvre de cette politique, la loi prévoit qu'à l'initiative du maire, une possibilité de reconsidérer l'avis de l'a.b.f. soit donnée au commissaire de la République de région, qui aura préalablement saisi le Collège régional du patrimoine et des sites à titre consultatif. En effet, le Collège régional du patrimoine et des sites est habilité à exprimer, à l'occasion de l'examen de ces dossiers, une philosophie générale relative à la protection du patrimoine architectural et urbain dans la région. Pour leur part, le ministre chargé de l'urbanisme (à titre principal) et le ministre chargé des monuments historiques (qui peut solliciter de plein droit l'intervention de son collègue...) sont susceptibles de connaître et d'évoquer tout dossier litigieux ou suspect de ne pas respecter les intérêts fondamentaux de la protection du patrimoine.

Une définition large du patrimoine par les partenaires locaux

9Il ressort des décrets d'application de la loi et de la circulaire du 1er juillet 1985 que la z.p.p.a.u. suppose une définition large du patrimoine.

10Il ne s'agit plus d'appliquer localement des critères de distinction établis uniquement par les instances nationales ou régionales spécialisées : c.s.m.h., c.o.r.e.p.h.a.e., c.s.r.a., c.s.s., c.n.s.s., mais bien de faire émerger à l'échelle du territoire communal (ou intercommunal) la nature du patrimoine qui mérite une préoccupation commune de la part des États et des élus. La qualification du patrimoine devant déboucher logiquement sur l'énoncé des conditions de son évolution immédiate (et à moyen terme), elle ne peut ignorer les outils de sa réhabilitation et de sa mise en valeur (opération programmée d'amélioration de l'habitat, projet de quartier, chantier de restauration et de réutilisation de monuments historiques...).

11Une telle démarche suppose que le patrimoine reçoive une définition plus large que celle qui lui était traditionnellement attribuée (architecture, monuments). Celle-ci implique, en effet, de prendre en compte, outre l'objet lui-même, son histoire, son usage, son contexte environnemental, sa valeur économique et sociologique.

12Enfin, les éléments caractéristiques de l'urbanisme (alignements, espaces publics, jardins) ou de simples traces de l'occupation humaine au travers de l'histoire (patrimoine archéologique, parcellaire...) peuvent dorénavant justifier certaines obligations pour le propriétaire afin d'éviter des bouleversements dommageables.

Des rôles nouveaux pour les collectivités locales et pour les services de l'État

13L'élaboration d'une z.p.p.a.u. suppose une volonté constante du maire et de son conseil d'aboutir à un document où seront exprimées leurs préoccupations et ambitions patrimoniales et qui les engageront dans la conduite de leur politique d'aménagement et d'urbanisme.

14C'est pourquoi la participation financière de la collectivité est requise pour la conduite de toute recherche préalable, tout comme son engagement à diffuser et promouvoir cette connaissance auprès du public et des habitants. Le rôle particulier de l'État, outre la mise en œuvre de la protection juridique elle-même et la conservation du patrimoine assurées par l'a.b.f., est d'aider les élus par sa contribution scientifique, technique et financière dans cette démarche nouvelle. Parallèlement aux responsabilités principales du ministère chargé de l'urbanisme (direction de l'Architecture et de l'Urbanisme) pour la conduite de cette procédure, le rôle du ministre de la Culture et de la Communication est d'assurer auprès des élus locaux l'assistance coordonnée de ses propres services. Ainsi, la Conservation régionale des monuments historiques, par l'action opérationnelle qu'elle a quotidiennement sur les édifices protégés, l'Inventaire général des richesses artistiques de la France, par la masse documentaire réunie sur la région en cause, les directions des Antiquités historiques et préhistoriques, gestionnaires des richesses de l'archéologie dont la cartographie se développe, et la mission du Patrimoine ethnologique, en poursuivant la recherche ethnologique sur la région, sont-ils naturellement appelés autour du maire et de l'a.b.f. à contribuer à l'enrichissement des analyses morphologiques et typologiques de l'architecture et du paysage urbain que conduisent les architectes chargés de l'étude de la z.p.p.a.u.

15L'expérience des quelque 250 études financées par la direction du Patrimoine en liaison avec la direction de l'Architecture et de l'Urbanisme a permis d'expérimenter des applications de recherche traduisant une ambition méthodologique mieux adaptée à la matière urbaine.

De la connaissance à la mise en valeur du patrimoine : l'apport de l'ethnologie

16En associant dans sa démarche la connaissance du patrimoine et sa protection, la z.p.p.a.u. fait appel à des compétences scientifiques variées. Parmi les disciplines sollicitées, l'archéologie et l'histoire jouent un rôle essentiel. La première parce qu'elle met en évidence les formes les plus anciennes d'occupation de l'espace et qu'elle révèle un patrimoine à protéger pour des interprétations scientifiques ultérieures ; la seconde parce qu'elle met au jour les facteurs d'évolution morphologique et fonctionnelle du cadre bâti actuel.

17L'apport de l'ethnologie est de prime abord plus difficile à cerner. Elle peut en effet accompagner la définition de la z.p.p.a.u. à plusieurs de ses stades. A celui de la recherche préalable, l'ethnologue va contribuer à éclairer la démarche de protection en analysant les fonctions sociales et symboliques des objets patrimoniaux et en proposant une interprétation globale de l'espace, celui de l'ethnologue pouvant être conçu comme un système dont chaque élément entretient avec les autres des relations particulières dans des contextes historiques et sociaux donnés.

18Au stade de la protection, dont on a vu qu'elle consistait dans l'esprit des z.p.p.a.u. autant dans des actions de sensibilisation, de mise en valeur ou de transmission que dans des prescriptions, l'ethnologue peut apporter un savoir-faire spécifique acquis dans les conditions particulières du développement de l'ethnologie métropolitaine.

19En effet, en France, aujourd'hui, les ethnologues, même s'ils restent avant tout des chercheurs, sont amenés à participer avec les musées ou les écomusées, avec des associations, des parcs naturels, des collectivités locales... à des opérations de conservation, de sensibilisation, de mise en valeur du patrimoine culturel qu'ils ont contribué à étudier.

20C'est pourquoi, les ethnologues, dans le cadre de la mise en place des z.p.p.a.u. contribuent non seulement à mieux connaître le patrimoine local mais aussi, le cas échéant, à le faire connaître, à le mettre en valeur, à le transmettre.

Connaître

21La protection passe par une démarche de connaissance : celle de l'ensemble des éléments patrimoniaux du quartier ou de la commune, celle des rapports de ces éléments entre eux à travers les pratiques et les représentations des usagers. L'étude préalable va donc associer une analyse historique et architecturale menée chaque fois que cela sera possible par les services régionaux de l'Inventaire ou en relation avec eux, et des enquêtes sociologiques et ethnologiques qui porteront sur les utilisations et les représentations de l'espace et des éléments qui le constituent.

22On pourra, dans une première étape, élaborer des typologies qui, s'appuyant sur des variables d'ordre historique, morphologique, sociologique, vont servir à raisonner le choix d'éléments représentatifs dont on pourra proposer la protection. Mais l'étude devra surtout permettre une approche globale de l'espace, en situant chaque élément dans son contexte social, culturel, économique, en analysant les relations fonctionnelles ou symboliques qui s'établissent entre eux à travers les pratiques et les représentations sociales. On fera par exemple apparaître les relations inscrites dans l'espace entre la maison rurale et l'exploitation agricole, entre le site industriel ou artisanal et l'espace résidentiel, entre l'habitat du quartier ou du village et les lieux de sociabilité : halles, places, bistrots, etc. L'approche globale de l'espace pourra aussi mettre en évidence les fonctions économiques et symboliques d'éléments végétaux (alignements d'arbres d'essences particulières, haies, jardins...) et les modes spécifiques de gestion de ce patrimoine végétal. Avec des urbanistes et des architectes, les ethnologues et les sociologues vont contribuer à repérer les unités spatiales significatives dans le quartier ou dans le village. Ils pourront ainsi rechercher les lieux d'ancrage d'une mémoire collective, celle des groupes sociaux qui se sont parfois succédé sur un même territoire conférant aux lieux, aux éléments patrimoniaux, des significations variables selon les acteurs. Le territoire pourra aussi être perçu comme le lieu d'inscription de rapports sociaux déterminés par les activités professionnelles passées ou présentes : cheminots du quartier de la Gare, artisans du bois à Rennes ou du fer dans le faubourg Saint-Antoine.

23Ailleurs, l'étude s'attachera en priorité aux représentations attachées aux éléments du patrimoine. A Fontevraud, par exemple, les représentations de l'espace sont fortement marquées par la présence de l'abbaye. L'enquête ethnologique portera donc sur les conséquences du changement de fonction de l'abbaye, sur sa perception ; en effet, le monument est réaménagé en centre culturel, après avoir été longtemps une prison. Issue d'une démarche pluridisciplinaire, l'étude préalable devrait donc aboutir à une véritable analyse anthropologique de l'espace, « analyse des processus matériels, cognitifs, symboliques, "qui rendent le monde habitable", procédures d'aménagement, de découpage, d'ordonnancement conférant aux différentes portions d'espace, des fonctions, des statuts, des sens particuliers1 ». Une telle analyse permettra ainsi au protecteur de raisonner ses choix : choix des éléments à protéger ; choix des mesures de protection à appliquer. Présentée à ceux qui sont concernés, elle favorisera une prise de conscience et un débat collectif sur la protection.

Faire connaître

24Dans l'esprit qui préside à la création de z.p.p.a.u., la protection est avant tout l'affaire de la collectivité qui gère et utilise le patrimoine. C'est donc l'affaire de tous.

25A cette fin, la démarche de protection s'attachera à provoquer une série d'animations. Les études préalables à la définition d'une z.p.p.a.u. s'accompagnent donc dans la majorité des cas de débats publics appuyés par des expositions présentant le patrimoine et les mesures de protection proposées. A Fontevraud, l'étude prévoit, outre la diffusion de ses résultats sous la forme d'un document destiné au grand public, la réalisation d'un film. Etape indispensable d'une protection raisonnée et acceptée, la présentation de l'étude, sa discussion créent les conditions favorables d'une action qui protégera le patrimoine en favorisant sa mise en valeur.

Mettre en valeur

26L'étude doit aussi proposer les mesures de protection et de mise en valeur adaptées à la nature et à la fonction de chaque élément de la zone considérée. La protection du patrimoine architectural impose d'imaginer les mesures à prendre pour maintenir les utilisations originelles d'un édifice et, le cas échéant, pour provoquer des utilisations nouvelles.

27Dans le meilleur des cas, on s'efforce de coupler la protection de l'usine, de l'atelier, de la maison rurale avec la production de conditions favorables au maintien des activités industrielles, artisanales, agricoles qui sont attachées à ces édifices.

28Dans d'autres cas, on s'interroge sur la possibilité de réutilisation des éléments du patrimoine : insertion dans un circuit touristique, affectation des bâtiments à des fonctions nouvelles qui n'en dénaturent pas le caractère, aménagements muséographiques, etc. A Auchy-la-Montagne, village picard situé au nord du département de l'Oise, la création d'une z.p.p.a.u. accompagne la création d'une antenne de l'écomusée du Beauvaisis dans une ancienne forge transformée en conservatoire des techniques traditionnelles. La protection du patrimoine intègre ici la prise en compte des techniques qui ont contribué à sa création et à sa transmission.

Transmettre

29En recourant à une double démarche de présentation et de mise en valeur du patrimoine, les z.p.p.a.u. peuvent promouvoir une nouvelle conception de la protection où cette dernière n'apparaît plus seulement comme le moyen de conserver un édifice, ou tout autre élément de patrimoine dans son état à une époque donnée, mais comme une démarche favorisant une transmission dynamique du patrimoine. La protection peut alors être considérée comme le moyen de transmettre non seulement des biens patrimoniaux aux générations futures mais encore des façons de gérer et d'utiliser ces biens.

30La protection d'un type d'architecture devra, par exemple, être accompagnée de mesures en faveur de la transmission des techniques qui lui sont associées. On peut dès lors concevoir que la définition d'une z.p.p.a.u. fasse appel à un recensement au niveau local ou régional des artisans détenteurs de savoir-faire particuliers, à la mise en place de stages de formation aux techniques nécessaires à la restauration du bâti existant, voire à de nouvelles constructions issues des matériaux et des techniques traditionnelles. En promouvant une démarche de connaissance, de mise en valeur, parfois de transmission des savoirs, la z.p.p.a.u. propose une acception plus large du patrimoine. Il ne s'agit plus seulement, en effet, de protéger un ensemble d'éléments architecturaux ou paysagers mais aussi de prendre en compte dans le même mouvement la mémoire, les pratiques, les savoirs qui ont façonné le territoire et contribuent à son évolution. Les ethnologues peuvent ainsi, avec des architectes, des urbanistes, des historiens, des archéologues, jouer un rôle important : contribuer à faire prendre en compte les conditions sociales d'émergence et de fonctionnement du patrimoine et inciter par là la collectivité à proposer les mesures de protection et de mise en valeur adaptées à son environnement.

31Les premières expériences réalisées montrent à l'évidence que les compétences des ethnologues peuvent être utiles à la définition de politiques raisonnées et concertées de protection. Il convient maintenant de multiplier les interventions des ethnologues sur des terrains différents. Ce n'est qu'à cette condition que les modalités de collaboration entre les ethnologues et les autres acteurs concernés par la protection pourront s'affiner et que les expériences encouragées aujourd'hui par le ministère de la Culture et de la Communication pourront, par leur caractère exemplaire, assister les collectivités locales dans leurs politiques de conservation et de gestion de leur patrimoine culturel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chevallier D. & L. Heulot, 1986, « Des ethnologues pour les Z.P.P.A.U. ! », Terrain, n° 7, pp. 81-84.

Référence électronique

Denis Chevallier et Laurent Heulot, « Des ethnologues pour les Z.P.P.A.U. ! (Zones de protection du patrimoine architectural et urbain) », Terrain [En ligne], 7 | octobre 1986, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://terrain.revues.org/2921 ; DOI : 10.4000/terrain.2921

Haut de page

Auteurs

Denis Chevallier

Articles du même auteur

Laurent Heulot

Direction du Patrimoine

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org