Navigation – Plan du site
Nouvelles de...

George Henri Rivière : un demi-siècle d'ethnologie de la France

Isac Chiva
p. 76-83

Entrées d’index

Lieux d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

1Il est rare de pouvoir illustrer le déploiement d'un domaine de la connaissance à la fois scientifique et esthétique et de le voir s'inscrire dans les institutions et les sensibilités, à travers la vie d'un seul personnage : Georges Henri Rivière, né le 7 juin 1897 à Paris et qui vient de s'éteindre le 24 mars 1985, est de ceux-là. On lui doit, en grande partie, l'éveil du regard ethnographique contemporain sur la France et son expression avant tout muséographique. Le personnage comme l'œuvre sont considérables et difficiles à saisir, en raison de leur ampleur, de leurs innombrables facettes, souvent contradictoires et de la durée même de cette vie intense, active presque jusqu'à sa fin. L'homme qui a mis Joséphine Baker en vitrine, au musée de l'Homme et placé des gardiens de musée aux quatre coins d'un ring fut aussi l'animateur de certaines des plus vastes recherches ethnographiques collectives de notre temps. Le pianiste et improvisateur musical aura en même temps cherché à faire du musée un pôle actif de la vie sociale, et de sa fréquentation un loisir aussi populaire que le sport ou le cinéma. L'esthète des « formes pures » et de la beauté fonctionnelle fut aussi le bénédictin de la description ethnographique qui se veut aussi objective et dénuée d'intention esthétisante que possible. L'illustrateur de la civilisation traditionnelle, agraire et artisanale prônait la légitimité et la nécessité d'une ethnologie du monde contemporain, urbain, industriel, technique et scientifique. L'animateur sachant comme nul autre susciter et mobiliser les enthousiasmes bénévoles, les amitiés agissantes et les concours publics, fut combien souvent l'auteur de mots et de traits redoutables et le protagoniste d'antagonismes parfois regrettables. Comment alors parler brièvement, si tôt après sa disparition, presque en sa présence, de celui que beaucoup appelaient « GHR », sans le simplifier, le sublimer, le trahir ou le mésestimer ?

2Présent dès 1928, comme sous-directeur, aux côtés de Paul Rivet, à la tête du Musée d'ethnographie du Trocadéro, il prit une part décisive à sa réorganisation puis, et surtout, à la création de ce grand musée-centre de recherches, très moderne pour l'époque, que fut le musée de l'Homme. Il allait y former à la fois sa conception de la recherche — en participant à l'organisation de la mission scientifique Dakar-Djibouti (1931) — et de l'objet comme de l'exposition ethnographiques. Tout en y expérimentant la formule du musée-laboratoire — à la fois centre de recherche, conservation, documentation, et, par ses expositions et présentations, établissement éducatif à l'intention des publics les plus variés — G.H. Rivière étudiera dès cette époque les formes possibles d'une institution jumelle consacrée, non plus aux mondes exotiques mais à la France.

3Les liens étaient alors étroits, sur la scène parisienne, entre les protagonistes de la naissance de l'ethnologie française moderne, et les avant-gardes créatrices, critiques et subversives, parmi lesquelles le surréalisme occupait la première place. Le « populaire », au même titre que le « primitif », y était célébré et l'ethnographie faisait, comme maintenant, les frais d'utilisations et interprétations diverses. L'objet — celui des ethnographes et des collectionneurs, celui qui inspirait les peintres — se voyait conférer vertus et fonctions multiples, détourné et réinventé, à la fois signe et émotion cristallisée. C'est l'influence conjointe du positivisme biométrique d'un Paul Rivet, de l'enseignement d'un Marcel Mauss, comme du bouillonnement surréaliste qui allait marquer simultanément et à jamais G.H. Rivière.

La création du Musée des Arts et Traditions populaires

4La conception de ce qu'en 1935 Rivière proposera d'appeler « Musée français » et qui deviendra l'actuel « Musée national des Arts et Traditions populaires », a procédé de plusieurs convictions et évidences. La formule des grands musées nationaux de plein air, mise au point surtout en Europe du Nord, à partir de la fin du xixe siècle, lui apparaissait inadéquate pour la France, en raison notamment de la diversité culturelle, géographique, historique du pays, diversité dont le meilleur exemple lui paraissait fourni par l'architecture rurale. Il mit ainsi en avant, avec cet argument contre la création d'un musée national de plein air, un des thèmes les plus constants de ses préoccupations ultérieures, comme nous le verrons par la suite.

5A la différence de la plupart des autres pays européens, le folklore qui existait en France comme tradition intellectuelle certaine, quoique discontinue, n'y possédait aucun enracinement universitaire et presque pas d'existence institutionnelle publique. Il était donc normal — et le Musée de l'Homme avait valeur d'exemple — d'inscrire cette future institution dans le prolongement du folklore certes, mais autant dans celui de l'ethnographie exotique. La géographie humaine avait de son côté beaucoup étudié les faits culturels, alors que l'école des « Annales » d'histoire économique, sociale et des mentalités venait d'entreprendre l'étude des cultures populaires et de la civilisation agraire traditionnelle. Autant d'acquis qu'on ne pouvait négliger, dès la création de cette institution centrale, nécessairement parisienne, « musée de synthèse » qui devait, dans l'esprit de son inventeur, se doubler d'un important centre de documentation et s'accompagner de la mise en place ou du développement de musées régionaux et locaux, notamment de plein air.

6Décidée en 1936, la création de ce « musée central métropolitain » interviendra effectivement en 1937 ; c'est le 1er mai de cette année, date symbolique pour un régime de Front Populaire, que G.H. Rivière fut nommé à la tête de ce qui sera d'abord un département des Musées nationaux, avant de devenir un musée national de plein droit, rattaché aux Beaux-Arts, ce Musée national des Arts et Traditions populaires, appellation qu'il n'aima pas et dont il nous disait sa « haine » encore en 1982.

7La politique culturelle du gouvernement de Front Populaire, s'exprimait, certes, dans la mise en place de cette institution vouée explicitement à la connaissance exclusive de la culture populaire de la France métropolitaine. L'Exposition internationale des arts et techniques, qui se tiendra à Paris en cette même année 1937, allait permettre à la jeune institution et surtout à son responsable, de se faire connaître : auprès du grand public, par des expositions et par l'organisation de fêtes folkloriques, auprès des spécialistes européens, à l'occasion de l'important Congrès international de folklore, réuni au même moment en France.

8C'est qu'en 1937 la conjoncture était complexe pour qui œuvrait dans ce domaine. Aux préoccupations des pouvoirs publics en matière d'éducation et loisirs populaires, faisait contrepoint le pressentiment d'une transformation inévitable, proche et brutale du monde rural français, issu alors d'une très longue et lente évolution. Géographes, historiens, ethnographes et folkloristes de l'époque pensaient qu'il convenait d'étudier de toute urgence cette civilisation archaïque vouée à une décomposition rapide. D'autres, surtout parmi les politiques, les écrivains mais aussi les folkloristes, se laissaient tenter par l'idéalisation de cette société, en même temps que se produisait un renouveau des mouvements régionalistes et des groupes folkloriques : déjà les prémisses du « retour à la terre » et les promesses de rénovation sociale contenues dans le folklore paysan, qui s'amplifieront avec le Régime de Vichy !

9L'institution que modèlera G.H. Rivière, entouré au début de collaborateurs dont plusieurs, tels André Varagnac et Marcel Maget, s'éloigneront petit à petit, sera donc d'emblée, à l'image du musée de l'Homme, à la fois un service public scientifique — notion alors rare dans le domaine de la recherche — et un musée-laboratoire. La collecte et la conservation s'y accompagnaient d'emblée d'enquêtes par questionnaires et de recherches sur le terrain. La matière intellectuelle consistait en séries d'objets, d'informations écrites, d'images et de sons. Les démarches pour l'acquérir procédaient de la conjonction, autour de l'ethnographie et du folklore, des hommes et méthodes de l'histoire, de la géographie, de l'architecture, de la musicologie et du droit. Un modèle d'organisation muséographique fut mis au point : l'exigence de l'inaliénabilité des collections publiques se traduisait en des inventaires systématiques ; celle de la connaissance ethnographique, en la reconstitution la plus riche possible du contexte de chaque objet. La croissance de cet organisme, qui débuta par la reprise des collections françaises de l'ancien musée d'ethnographie du Trocadéro, fut rapide.

10Toute l'action de G.H. Rivière le montre alors, comme par la suite, conscient de l'impossibilité d'affranchir le développement de l'ethnologie nationale des tentations idéologiques, comme des volontés et conjonctures politiques. Paradoxe qui n'est qu'apparent : issu d'une impulsion du Front Populaire, le Musée allait, sous la conduite énergique, habile, à la fois risquée et avisée de son homme-guide, déployer, avec un dynamisme considérable, ses activités pendant la Seconde Guerre mondiale. C'est que s'il sut mettre à profit l'intérêt du Régime de Vichy pour les valeurs de la paysannerie et de civilisation traditionnelles, G.H. Rivière n'en profita pas moins pour faire du Musée une machine à protéger réfractaires, résistants, intellectuels suspects ou opposés aux pouvoirs d'alors, que de grandes enquêtes permirent de mettre à l'abri.

11En effet, le musée des Arts et Traditions populaires abritera certains des « chantiers intellectuels » qui, conçus par le poète, administrateur et résistant Edmond Humeau, avaient pour but avoué de favoriser l'emploi et combattre le chômage et pour but effectif de protéger au maximum les personnes, intellectuels suspects ou guettés par le S.T.O. Ces chantiers du Commissariat à la lutte contre le chômage placé d'abord sous l'autorité de la Délégation générale à l'Équipement national, puis, dès la fin de la guerre, sous celle du secrétariat d'Etat au Travail, ont existé de 1941 à 1946. Ceux qu'abrita le Musée se vouèrent à des enquêtes sur le mobilier traditionnel, sur l'artisanat, sur l'architecture rurale notamment : la volonté de décrire la civilisation matérielle s'accompagnait du souci de préparer des solutions nouvelles, adaptées à chaque région, à chaque genre de vie, pour la période de reconstruction et de modernisation qui allait suivre la fin de la guerre. Double jeu difficile, dangereux mais aussi excitant pour ce joueur-acteur né, que de tenir sa partie dans les efforts gouvernementaux de restauration d'un êthos national par le « retour à la terre » et l'ancrage dans l'authenticité du folklore paysan ; et en même temps de détourner l'institution et ses moyens pour protéger des hommes et conduire des travaux à ce jour recevables et précieux.

12Le développement du Musée, selon les lignes directrices du début, sera ininterrompu dans l'après-guerre ; non dénué de crises internes, il sera couronné par l'installation dans un bâtiment adéquat, conçu sur mesure, et qui, jusque dans ses agencements, reflète le modèle longuement élaboré par Georges Henri Rivière de musée-laboratoire à vocation nationale. Les chercheurs avaient en même temps des activités muséales, alors que les conservateurs conduisaient également des travaux scientifiques. Les services de recherche allaient se voir consacrer une existence formelle en 1966, sous le titre de « Centre d'ethnologie française », laboratoire associé au CNRS, lequel avait déjà, dès l'avant-guerre, fourni au Musée une aide substantielle en personnel et moyens d'enquête.

13Ce sens des liaisons nécessaires, cette volonté parfois impérialiste de fédérer concours et compétences, allaient conduire G.H. Rivière à faire du Musée, en 1947, mais ce n'était pas là une pratique récente, le siège de la nouvelle Société d'Ethnographie française et de sa revue : il anima l'une et l'autre pendant de longues années. Les contacts avec les centres universitaires se multiplièrent également, qui allaient conduire le Musée et son conservateur en chef à devenir, à partir des années 60, maîtres d'œuvre de grandes enquêtes collectives multidisciplinaires, dont il sera question plus loin.

14G.H. Rivière restera jusqu'en 1967, deux ans avant l'installation dans les nouveaux locaux, à la tête de ce musée qu'il aura conçu, organisé, aimé, animé, considérablement enrichi. Dans ces fonctions il aura proposé une pratique et formulé une réflexion muséologiques dont on est loin de mesurer l'impact, le plus souvent positif, parfois négatif, dans le reste de la France comme à l'étranger.

L'homme d'innombrables institutions

15Car d'emblée, en même temps qu'il cherchait à faire de ses Arts et Traditions populaires un centre d'animation culturelle et scientifique, qu'il y abritait au fil des ans d'innombrables initiatives et groupements parents, G.H. Rivière sortait de sa maison pour prêter main-forte, avant tout aux musées. Innombrables furent ceux à la conception et à la réalisation desquels il a participé, dans notre pays comme à travers le monde. En France, le musée du Vin à Beaune, le musée d'Auvergne à Riom, le musée Cevenol au Vigan pour n'en citer que quelques-uns, portent sa marque. A certains d'entre eux, il était particulièrement attaché pour des raisons précises : au musée de Bretagne, car il offrait une « expression de l'ethnologie du temps présent en langage audiovisuel » ; au musée Camarguais, où l'ethnologie de sauvetage était pratiquée grâce à un réseau scolaire volontaire et qui était surtout le « musée d'une libération du culte de l'objet » grâce à la présentation des objets en situation ! Tout un programme, venant du metteur en scène d'objets placés comme en apesanteur, dans des espaces nus, et qui en dit long sur sa capacité à se remettre en question ! A l'étranger, citons au hasard presque, le musée de la Fondation Gulbenkian à Lisbonne, le musée international de la Croix-Rouge et celui de l'Horlogerie en Suisse, d'autres au Canada, en Afrique du Nord, au Moyen-Orient.

16Dans d'autres registres, de la Société des Amis du musée d'Ethnographie du Trocadéro en 1928 à la Cinémathèque française près d'un demi-siècle plus tard, en passant par le Comité national de folklore en 1939, la liste des institutions muséographiques, scientifiques, culturelles auxquelles son nom a été associé est trop longue pour pouvoir toutes les citer. Il y a joué, par conviction, toujours un rôle actif, affirmé, parfois comme moteur, souvent comme inspirateur ou comme emblème : il exprimait ainsi une conviction profonde, celle selon laquelle un lien indissoluble unit toute production intellectuelle à une action collective.

17De cette longue liste, il nous faut détacher néanmoins une institution où sa présence, liée à son métier et à sa passion du musée, a été décisive : premier directeur du Conseil international des musées (ICOM) auprès de l'UNESCO, il a occupé ces fonctions de 1948 à 1965. Il en a conçu l'organisation, le centre de documentation, les publications, y a organisé les innombrables conférences internationales et colloques de spécialistes, lancé les comités nationaux. Et il a sillonné le monde... Il ne quittera la direction de l'ICOM, en 1965, que parce qu'il lui fallait consacrer en entier son énergie à la toute prochaine installation de son musée dans le nouveau siège. Puis, à partir de 1968, il reviendra à l'ICOM à titre de conseiller permanent.

18Enfin — et comment ne pas le souligner ici ? — lorsqu'à partir de 1979 se préparera une politique publique du patrimoine ethnologique français, sollicité tout naturellement, le vieil homme prodiguera ses conseils avec générosité ; il appartiendra au Conseil du Patrimoine ethnologique, dès sa création en 1980, jusqu'en 1984, terme du mandat, et participera avec son assiduité et sa fougue habituelles à tous les travaux et débats jusqu'à son hospitalisation en 1983.

Le muséographe

19C'est sans aucun doute dans ce domaine que G.H. Rivière aura connu les plus beaux succès et fait son œuvre la plus originale. De l'exposition la plus temporaire à la conception même d'une institution muséale indissolublement liée à la recherche, de l'enseignement muséographique à la sociologie du public des musées, il n'est pas un seul aspect qu'il n'ait abordé, pratiqué, réinventé, analysé, marqué de sa griffe. Sa leçon est capitale en ce moment surtout, où la recherche ethnologique tend de plus en plus à s'incorporer à la sphère universitaire, en divorçant des musées qui l'ont cependant vue naître, au risque de se couper du grand public.

20Mariant la « recherche du temps perdu » et celle du « temps présent » dans sa volonté de faire du musée ethnographique la traduction fidèle, sensible, belle et signifiante en même temps des sociétés, de leur passé, de leur inscription dans la nature, ce « moderne » s'est néanmoins attaché pendant longtemps à illustrer la civilisation rurale française à son apogée, qu'il situait à juste titre à la charnière du xviiie et du xixe siècle. Ses expositions se voulaient des événements, à même de saisir le visiteur par un effet de réalité nouvelle, de lui rendre sensible l'expérience reconstruite de styles de vie, de modes de pensée, de périodes révolues, qu'il s'agisse de mondes exotiques ou familiers. Son traitement de l'objet ne contribuait pas pour peu à bousculer les automatismes de perception du visiteur. Car, pour lui, l'explication intellectuelle offerte au visiteur du musée et qu'il souhaitait construite sur « de grandes notions simples prélevées dans la vie même et, par là-même, familières au grand public », n'était pas séparable de l'émotion que celui-ci éprouvera à la vue des objets, des images qu'on lui proposait.

21G.H. Rivière aura ainsi créé et imposé un style muséographique qui marquera de façon indélébile bon nombre des conservateurs actuels. A la recherche de ce qu'il appelait « une sorte de fonctionnalisme muséographique », il s'efforçait de « purifier » l'objet, de se libérer des « routines » telle celle de la symétrie axiale, d'imposer aux présentations des « rythmes dynamiques », en ménageant des vides et des pauses. La construction muséographique devait cependant rester aussi proche que possible du programme scientifique. Toute présentation devait être conçue pour permettre des modifications élément par élément et, par là, rester évolutive. Il préconisait, enfin, l'emploi systématique, massif, des techniques audiovisuelles. A l'École du Louvre d'abord, dans deux universités parisiennes à partir de 1971, et jusqu'à ces toutes dernières années, il n'aura cessé de diffuser ses idées surtout à travers l'enseignement de la muséologie, le seul vers lequel les ethnologues pouvaient alors se tourner.

22Mais cette pratique comme cette réflexion sur l'institution muséale seront sans cesse remises en question, pour aboutir, à partir de 1966, à un nouveau concept : l'écomusée. Si Hugues de Varine a forgé le nom, son contenu et le mouvement qui s'ensuivit doivent leur originalité et leur substance à G.H. Rivière. « L'écomusée n'est pas musée » disait-il ! Le point de départ de sa réflexion, coïncidant avec la création des premiers parcs naturels régionaux, fut une fois de plus fourni par l'architecture rurale et les choix qu'elle impose en matière de conservation. L'aboutissement : une institution créée à la suite d'initiatives locales, dotée d'un territoire variable, parfois morcelé, porteur de biens naturels, reflet d'une histoire, habité par une population censée s'y reconnaître. A la conservation et aux recherches en tous genres sur l'homme, son passé, son milieu, ses possibilités de subsister, s'ajoute la volonté de faire de l'écomusée une école, un lieu d'activités culturelles et d'expérimentation sociale, un miroir tendu à la population locale avant tout.

23A concept muséal nouveau, malléable, évolutif par définition, mode d'organisation original : pouvoirs locaux et organismes d'État sont associés, mais surtout est recherchée la participation active, organisée, de la population concernée à la gestion de l'écomusée. Plus même : on voudrait que d'objet d'investigation, cette population se transformât en sujet de sa propre connaissance. Musées de plein air, du temps, de l'espace, les écomusées se veulent insérés le plus possible, par leur organisation et leur gestion, dans le voisinage social et intellectuel. Ils se multiplieront à partir de 1971, et se diversifieront créant par là même les conditions d'une crise de l'institution : rançon inévitable de la novation !

24Quelles qu'en puissent être les ambiguïtés, retenons que, à propos de ce non-musée, G.H. Rivière a posé, plus généralement, de façon plus fondamentale, le problème des rapports à la population étudiée en même temps qu'au public. Ce qui n'est ni surprenant ni inattendu de la part d'un homme qui depuis longtemps « souhaitait que la fréquentation des musées devienne un loisir populaire » et souffrait de ce que l'art « soit quelque chose de sacralisé et que la fréquentation du musée soit la pratique des élites » pour reprendre le témoignage de J. Dumazedier.

De l'architecture rurale aux systèmes régionaux : musée et recherche ethnologique

25L'expérience acquise lors de la conception de la mission Dakar-Djibouti en 1931-32 n'a certainement pas été étrangère au rôle dévolu par G.H. Rivière à l'organisation, déjà évoquée, de vastes enquêtes collectives, multidisciplinaires dans le cadre du nouveau musée des Arts et Traditions populaires. Elles se succéderont dès 1938 : les unes prolongent celles, de caractère folklorique, animées à partir de 1935 par L. Febvre et A. Varagnac notamment, au Centre de Recherches Collectives, appendice du Centre International de Synthèse. Par le moyen de questionnaires, grâce à des informateurs privilégiés répandus à travers tout le pays, toute une série de faits culturels seront repérés et décrits : alimentation populaire, droit coutumier, usages festifs, artisanats, etc. Un projet d'Atlas folklorique de la France a même été mis en route en 1942.

26D'autres recherches, plus monographiques, sont conduites sur le terrain, également dès 1938, par les collaborateurs du Musée : ce furent les « missions d'ethnographie folklorique » en Bretagne, Berry, Normandie, Sologne notamment. Cette dernière mission reçut même à l'époque la brève visite de B. Malinowski, comme pour symboliser la continuité avec l'ethnologie exotique qui caractérise le développement de l'ethnologie de la France.

27De cette même étude des faits culturels relèveront deux grandes enquêtes nationales réalisées par le moyen des « chantiers intellectuels » déjà évoqués : l'une portera sur le mobilier traditionnel, l'autre, de loin la plus intéressante et riche d'implications et de prolongements, sur l'architecture rurale. Conçue sur une idée de l'architecte Urbain Cassan et organisée par une équipe animée par G.H. Rivière, entouré notamment de P.-L. Duchartre et G. Pison, cette recherche, qui dura de 1941 à 1948, a été confiée surtout à des architectes formés à cette tâche ; elle livrera un énorme matériel encore aujourd'hui en grande partie inédit (bien que partiellement repris dans le Corpus d'architecture rurale conçu par J. Cuisenier).

28L'architecture rurale fournira à la réflexion et à l'action de G.H. Rivière ce thème durable déjà évoqué, sur lequel il reviendra périodiquement tout au long de sa vie et à propos duquel il formulera, souvent avec bonheur, toute la gamme de ses préoccupations d'ethnographe et muséologue. Pour la recherche, il préconisera un croisement des démarches du géographe et de l'architecte. Le choix des spécimens étudiés fut, certes, empirique : mais on tenait compte avec raison des normes et des images populaires — nous dirions : indigènes — relatives aux habitats les plus représentatifs.

29Si aucune référence à quelque style régional n'apparaît dans le projet, sa cible est la « maison folklorique », construite par des artisans, enracinée dans un paysage et dans une histoire, produit d'un genre de vie, « faisant corps avec la nature tout en exprimant l'homme ». L'EAR 1425 — sigle qui désignait cette « enquête d'architecture rurale » — devait d'abord faire connaître cet objet culturel qui révèle le mieux la genèse, les particularités, le fonctionnement de la mosaïque des micro-sociétés rurales. Dans son étude, G.H. Rivière — exprimant en cela la pensée de toute l'équipe — récuse toute intention esthétisante qui aurait risqué de nourrir par la suite pastiche ». En même temps il refuse l'analyse formelle, qui procèderait du « classement exclusif par formes », comme de celui par « éléments architecturaux ». L'accent est en revanche mis sur les rapports entre formes et fonctions.

30C'est par là, pourrait-on dire, que la maison paysanne devient l'objet le plus constant, le plus provocant aussi dans la réflexion de G.H. Rivière sur l'art populaire et ses propriétés esthétiques. Renouvelée, non dénuée de reprises, de retouches, de contradictions, empruntant parfois à l'esprit du temps, cette réflexion sur l'esthétique du populaire porte d'ailleurs à la fois sur la maison, le costume, le mobilier, le décor et les objets usuels. Elle est sous-tendue par une prise en compte des traits d'ensemble de la société rurale, de sa dynamique, de ses décalages. Poursuivie à propos de l'architecture, à travers de nombreux textes, elle se veut aussi objective que possible, relevant décorations, proportions, ordonnances architectoniques, rapports harmoniques ou désordre du dessin, rapports avec les formes de l'architecture savante : la volonté scientifique réussit presque à l'emporter sur la sensibilité profonde de cet authentique amateur d'art. C'est cette démarche qui lui a permis de combattre la confusion naïve entre art populaire et pittoresque, comme le mépris longtemps voué par les historiens de l'art à l'encontre de cet « art populaire », en une période où la production esthétique vernaculaire s'évanouissait, alors que les contrefaçons réputées populaires se multipliaient.

31Mais observer l'architecture traditionnelle ne suffisait pas. Il fallait que les résultats de la recherche facilitent la rénovation et la transformation du bâti, instrument essentiel de la vie rurale, en conciliant besoin de restauration et « souci de garder au paysage français sa valeur culturelle unique ». Il fallait aussi en faire le fondement d'une action de conservation. G.H. Rivière y reviendra sans cesse, en proposant des formules successives variées, en tournant autour de l'imposante, difficile solution du « musée de plein air », en arguant du péril de la disparition de ce patrimoine pour plaider sa préservation in situ dans toute la mesure du possible. Pour une bonne part, la formule de l'écomusée, on l'a vu, tentera d'apporter une réponse à ce souci.

32A ces grandes enquêtes collectives, normalisées grâce à des instructions détaillées et à des questionnaires, passe-partout, succéda une autre forme de recherche à l'animation de laquelle G.H. Rivière s'est consacré à partir des années soixante. Il s'agira alors de saisir, par un effort concerté de chercheurs aux formations les plus diverses, une région ethnologique, historique, géographique en tant qu'entité sociale, culturelle et territoriale. L'identification de celle-ci se combinait avec l'éclairage convergent fourni par les multiples sciences de la société et de la nature, pour tenir lieu de projet théorique ou de corps d'hypothèses.

33D'abord l'Aubrac, région montagneuse, archaïque du sud du Massif Central : sociologues, économistes et agronomes, géographes, historiens, dialectologues et surtout ethnologues s'y succédèrent entre 1963 et 1966. La moisson d'objets, enregistrements, photos, films sonores fut aussi abondante que les écrits dont la publication s'achève à peine.

34Une étude ethno-historique y éclairait les causes du déclin économique et les mouvements migratoires originaux, comme elle informait utilement les propositions d'une recherche appliquée. Ensuite, entre 1966 et le départ de G.H. Rivière à la retraite, la recherche sur le Châtillonnais, partie septentrionale de la Bourgogne, choisie sur une suggestion de C. Lévi-Strauss. Ensemble contrasté par rapport à l'Aubrac sur de nombreux points, cette région qui connut une industrie précoce, et de nombreuses mutations démographiques et économiques, fit l'objet du même type d'investigation multidisciplinaire que l'Aubrac, au fil conducteur peut-être plus ferme. Mais les équipes se sont dissociées et les publications ont été faites en ordre dispersé, à l'image des inspirations : l'ethnologie de la France entrait dans un nouvel âge. La communication voulue et activement prônée entre participants par G.H. Rivière, comme le choix des analyses spécialisées, conduites tantôt à grande, tantôt à petite échelle, ont-ils abouti, dans l'expression finale de ces vastes entreprises, à autre chose qu'à des chapitres parallèles ? A transformer en réalité épistémologique le principe de l'interdisciplinarité ? A mettre en évidence ce que A. Leroi-Gourhan appelle les « lignes de construction de la société considérée » ? On peut se le demander, et les réponses varieront selon la rigueur et le recul de l'interrogation. Il n'en reste pas moins que dans l'une et l'autre recherche, comme dans ses entreprises antérieures, G.H. Rivière sut rendre la quête du passé et l'étude du particulier inséparables des bouleversements récents comme de la préparation des inévitables et indispensables modernisations que devaient connaître les campagnes françaises.

35Surtout, en remplaçant l'observation des objets et traits culturels isolés, par la saisie de ces faits sociaux totaux que sont les groupes et territoires régionaux, cet animateur hors pair aura marqué, dans la connaissance de la société française, le passage du folklore à l'ethnologie. L'homme et son institution auront ainsi réellement joué un rôle décisif dans le processus de formation de l'ethnologie moderne de la France : un processus dans lequel, comme à mi-chemin entre la fusion et la juxtaposition, aux apports et compétences des anthropologues proprement dits vinrent s'ajouter ceux des folkloristes et des historiens, des géographes et des sociologues.

36Il y a un demi-siècle, le folklore se développait surtout en province, affaire d'érudits et d'amateurs éclairés de bonne volonté, extérieurs au milieu universitaire. Mais la jeune science ethnographique des années trente, tout comme la sociologie auparavant, était avant tout parisienne et proche des pouvoirs. G.H. Rivière a su utiliser cette situation. Mêlé aux modes et aux événements du jour, sachant les créer aussi, il tirera parti de toutes les ressources possibles en moyens comme en idées, pour construire son institution et son image : en somme l'essentiel de son œuvre. C'est à Paris qu'il liera des amitiés, des compagnonnages, dont certains durèrent toute une vie, alors que d'autres se brisèrent en brouilles ou malentendus. Parmi les premiers, parce qu'ils marqueront, par la fréquentation, et par une osmose intellectuelle, des temps forts dans la démarche, rappelons-en trois : l'amitié avec Michel Leiris ; le lien, avec Claude Lévi-Strauss, dont bien des idées vinrent inspirer le programme muséographique de la galerie culturelle du Musée des Arts et Traditions populaires ; André Leroi-Gourhan, associé de près à l'ample moisson de l'Aubrac.

37Pour vraiment rendre compte de cette œuvre en représentation que forment la vie et la carrière de G.H. Rivière, il faudrait, au préalable, reconstituer l'histoire intellectuelle et artistique, mondaine et politique du Paris des deux après-guerres et des années 1940-45. Il faudrait aussi rassembler la mosaïque éparse de ses innombrables écrits — articles et lettres, notes de travail, programmes d'expositions et préfaces de catalogues, instructions techniques et synthèses provisoires, circulaires et notices d'exposition — dont émergent les deux monumentaux volumes des « Arts populaires des pays de France » qu'il signa avec A. Desvallées et D. Glück. Il faudrait enfin mieux saisir et raconter un caractère, un tempérament faits de mille traits singuliers, contradictoires, et d'une énergie inépuisable qui n'a cessé de démentir son apparente fragilité physique et de consommer toutes les heures de cette vie si rarement privée. Alors seulement pourra-t-on prendre une vue claire des lignes de force comme des sinuosités d'une pensée qui traitait les théories et les concepts comme des objets muséaux, et ces derniers comme des idées sensibles. Alors aussi décèlera-t-on clairement les inspirations absorbées comme les marques imprimées par ce personnage à tous égards hors du commun.

38Inventeur incessant, partisan résolu d'une ethnologie de notre temps, G.H. Rivière n'en aura pas moins — et il semble bien qu'en fin de compte ce fut là son choix décisif — donné une prééminence certaine à l'étude ethnologique de la civilisation traditionnelle, en son essence et en ses produits. A témoin voici ce que, appelé à imaginer le musée des Arts et des Traditions populaires de la fin de ce siècle, il écrivait en 1967 : « Dans toute la galerie culturelle et dans les vitrines de la galerie scientifique, conserver à tout prix là prédominance des objets traditionnels, trésor incomparable, message d'un monde disparu, qui feront un Louvre de notre musée. »

39Ne confirmait-il pas ainsi la vocation et la mission de sauvetage, « au crépuscule d'une très vielle civilisation », qu'il assignait à l'ethnographe en 1943 ? « Tâche analogue — écrivait-il alors, dans un texte co-signé avec M. Maget — à celle menée jadis, au profit de la haute culture, par les moines attachés à sauver de la ruine les vestiges éclatants de civilisations et de pensées parfois éloignées de leur propre conception du monde ». En faisant ce choix, G.H. Rivière a su cependant concevoir un monde dans lequel le passé éloigné de sa sensibilité vient éclairer notre présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chiva I., 1985, « Georges-Henri Rivière un demi-siècle d’ethnologie de la France », Terrain, n° 5, pp. 76-83.

Référence électronique

Isac Chiva, « George Henri Rivière : un demi-siècle d'ethnologie de la France », Terrain [En ligne], 5 | octobre 1985, mis en ligne le 14 mars 2005, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://terrain.revues.org/2887 ; DOI : 10.4000/terrain.2887

Haut de page

Auteur

Isac Chiva

Directeur d'études à l'EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Les éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo Ministère de la Culture
  • Revues.org