Navigation – Plan du site
Identité culturelle et appartenance régionale

Identité culturelle et appartenance régionale

Quelques orientations de recherche
Denis Chevallier et Alain Morel
p. 3-5

Entrées d’index

Thèmes :

identité
Haut de page

Texte intégral

1Pourquoi les ethnologues se réfèrent-ils si fréquemment à une notion aussi complexe, aussi difficile à définir que l'identité ? La notion d'identité est, avec celle d'altérité, perçue par beaucoup comme centrale, voire fédératrice, pour l'ethnologie comme pour d'autres disciplines des sciences sociales, pourtant, à qui veut l'appréhender, elle se dérobe constamment. Elle désigne aussi bien ce qui perdure que ce qui distingue et ce qui rassemble. Elle s'applique à l'individu comme à des groupes. Elle ne se conçoit que comme la combinaison d'éléments très hétérogènes. Elle s'éprouve et se manifeste en des figures sélectionnées en fonction des contextes. Elle se modifie avec l'évolution des rapports sociaux et des appartenances. Ambiguë enfin, elle peut être tour à tour tue et affirmée. En aucun cas donc l'identité ne se laisse convertir en formules ou réduire à des combinaisons d'attributs et l'on peut s'interroger sur les avantages que l'on trouve à se référer à une telle notion, tant les phénomènes qu'elle désigne sont diversifiés dans leurs manifestations, leurs significations et leurs déterminations.

2Alors finalement le pouvoir de séduction exercé par cette notion ne tient-il pas aux caractères mêmes qui la font constamment se dérober à l'investigation ethnologique ? La valeur heuristique de l'identité semble tenir en effet aux relations qu'elle permet d'établir entre les phénomènes très variés — façons de dire façons de faire, systèmes de représentations – auxquels elle participe et dont la cohérence n'est pas donnée a priori. Ces relations peuvent être établies parce que les identités collectives procèdent d'un processus de totalisation tant par l'accumulation de traits différenciateurs liés à l'appartenance à des classes sociales et des groupes localisés que par leur capacité à construire des représentations collectives.

3Dès lors on comprend comment, dotée de cette capacité de totalisation, l'identité devient un objet privilégié pour une discipline vouée à reconstruire à partir de fragments, les différentes formes d'expression culturelle, le fonctionnement de ces ensembles que sont les cultures des groupes observés.

4Si l'identité focalise sur elle tant de regards, c'est aussi parce qu'elle serait au cœur de phénomènes sociaux dont la compréhension, voire la maîtrise, sont des enjeux importants dans une société où les revendications pour la reconnaissance des cultures régionales, locales, ethniques se font plus fortes.

5Aujourd'hui l'identité en crise, l'identité perdue, l'identité à reconquérir font l'objet d'interprétations de la part d'une multitude d'acteurs sociaux : hommes politiques, responsables syndicaux, autonomistes, gestionnaires de collectivités locales...

6C'est donc pour tenter d'éclaircir le débat et d'apporter des éléments de réponse à des questions d'actualité que la mission du Patrimoine ethnologique lançait en 1982, un appel d'offres de recherche intitulé « appartenance régionale et identité culturelle ». Près de trente projets d'études sur les modes d'expression et les conditions de production des identités régionales ou locales, furent retenus. Les informations sur ces travaux ainsi que certains des premiers résultats sont présentés dans ce numéro de Terrain. Les articles et comptes rendus présentés ici reflètent la diversité des pistes suivies par les différentes équipes.

7Quelle que soit l'approche, la délimitation des unités d'appartenance, qu'il s'agisse d'appartenances territorialisées ou sociales (à des groupes religieux, ethniques, professionnels...), apparaît comme un préalable à une réflexion sur la production de l'identité. Dans les travaux qui portent par exemple sur la notion de pays — en Limousin, dans le Var, le Valois, le pays d'Arles... — la démarche consiste à définir des unités d'appartenance territoriales et sociales en sélectionnant un certain nombre de traits culturels — indicateurs, marqueurs, référents identitaires — qui renvoient à des appartenances objectives ou subjectives. L'examen de la répartition de ces traits culturels (pratiques linguistiques, pratiques festives, comportements alimentaires, blasons populaires...), l'analyse de leur combinaison permettent de délimiter des aires d'appartenance, entités aux contours géographiques et sociaux variés qui servent de supports à la définition des identités. Ainsi défini le local semble renvoyer à un microcosme, à un univers singulier plutôt qu'à un territoire bien délimité. En effet, la plupart des recherches sur l'identité locale montrent que se définir par rapport à un lieu c'est surtout faire référence à une manière d'être au monde et aux autres, à un patrimoine culturel produit d'une histoire et d'expériences de la vie quotidienne.

8Dans certains cas, la forte concordance des activités, des réseaux de relation et des références culturelles semblerait donner sens à l'idée d'une identité collective. Une telle hypothèse peut être appliquée aux identités professionnelles lorsqu'on les aborde comme l'expression de l'appartenance à une culture ouvrière ou de métier. Il semble le plus souvent qu'identité locale et identité professionnelle tendent à se recouper1.

9Se cantonner à un tel type d'approche n'irait pas sans inconvénient. En dégageant les traits saillants des particularismes culturels, en analysant leur seul fonctionnement interne, on risquerait en effet de laisser de côté la dynamique propre à la production des identités. Par exemple, certains travaux sur l'expression des identités dans des contextes de crise — en Lorraine, au Creusot — montrent qu'avec l'évolution de l'organisation de la vie matérielle et des relations sociales certaines pratiques perdent de leur signification et, à moins de se renouveler, ne peuvent plus servir de support d'identification.

10Pour étudier les processus de production des identités, des équipes vont aussi être amenées à observer les façons dont les individus ou les groupes manifestent leurs différences. On s'attachera dans ce cas à repérer les traits culturels qui servent à marquer des différences entre des groupes situés dans un même espace, à observer leurs variations. Des recherches sur les transformations de l'identité locale, comme celle sur le Valois, analysent les phénomènes de composition et de recomposition des identités à partir des manifestations des différences : styles de vie, pratiques de sociabilité, systèmes de références culturelles... Ici, en combinant l'examen d'indicateurs objectifs comme les statuts sociaux avec celui des représentations des positions sociales dont témoignent les pratiques et les discours, il devient possible de mettre au jour les stratégies identitaires des différents groupes étudiés, chaque groupe se définissant l'un par rapport à l'autre (ancien/nouveau, gens du pays/Parisiens...) dans un jeu complexe d'identification et de différenciation.

11La description des stratégies mises en œuvre par les acteurs sociaux pour intervenir dans la définition ou la redéfinition des identités permet d'en aborder les enjeux. Il faut s'attacher ici à déterminer les agents — groupes sociaux, institutions, individus — qui produisent des discours sur le local cherchent à en imposer leurs définitions. On abordera par exemple la formation de la notion de pays comme l'œuvre d'un groupe dominant : notables, érudits locaux... On pourra étudier le rôle des mouvements régionalistes dans la création et la diffusion de figures emblématiques qui s'imposent comme référents identitaires et servent ainsi à la construction de stéréotypes. La recherche menée sur le pays d'Arles fournit une bonne illustration d'un processus de consécration de l'image d'un pays par l'expression ritualisée de traits référentiels fondamentaux : la langue provençale, le taureau, le costume d'Arles. Dans ce cas, c'est la maîtrise des rites qui devient, pour les groupes sociaux engagés dans la production des représentations identitaires, un enjeu. Certaines recherches prennent pour objet les productions collectives spectaculaires : fêtes populaires, processions, pratiques sportives (les joutes par exemple) à partir desquelles l'identité se dit, est mise en scène. Ces activités, en faisant l'objet d'un discours de la part des acteurs eux-mêmes, contribuent à redéfinir des schémas d'appartenance.

12Parmi les moyens multiples d'expression dont disposent les groupes pour manifester leurs appartenances, il en est qui avouent leurs objectifs de la façon la plus explicite. Il en est ainsi de manifestations collectives, les Ostensions de Saint-Junien par exemple, au cours desquelles une communauté mime sa propre histoire devant des milliers de spectateurs comme pour donner à voir son identité. L'identité aussi peut être mise en scène dans des temps plus longs comme pour se donner à voir de façon permanente. Parmi ces dispositifs symboliques on pourrait placer les musées : musées d'identité, écomusées dont les programmes renvoient à des projets culturels plus vastes et s'appuient sur une volonté de réappropriation collective du patrimoine culturel.

13L'analyse des processus de production et d'expression de l'identité à travers la mise en œuvre de programmes de ce type mériterait d'être développée.

14Ces dispositifs spectaculaires ne sont qu'un des modes d'expression possibles des identités, les acteurs sociaux disposent de nombreux autres moyens pour donner à voir, dire et ce faisant, parfois, construire leurs identités. La recherche présentée ici sur les almanachs en langue d'oc analyse le rôle de l'écrit en tant que support de l'expression des identités. Les almanachs sont à la fois des moyens de diffusion de représentations de la culture locale, ici fortement marquées par le mouvement felibréen, et des éléments déterminants, à travers des pratiques de lecture et d'écriture particulières pour la constitution de nouvelles identités locales.

15Au regard des premiers résultats de l'appel d'offres, l'identité ne peut, semble-t-il, être abordée que de façon détournée ; parfois même, l'objet se perd. Alors finalement l'intérêt de l'identité ne résiderait-il pas dans sa capacité à jouer dans un grand nombre de recherches le rôle d'un objet prétexte ?

  • Prétexte à approfondir une réflexion sur les délimitations des aires culturelles lorsque la recherche prend la forme d'un inventaire de traits culturels agrégatifs ou distinctifs et d'une analyse de leur répartition sur un territoire.

  • Prétexte à poursuivre une analyse de rapports sociaux en milieu rural ou urbain lorsque la recherche prend la forme d'une étude des phénomènes de composition et de recomposition sociales en fonction des stratégies identitaires de différents groupes sociaux.

  • Quel que soit l'objectif visé, les chercheurs se rejoignent pour faire de l'identité le principe unificateur d'un ensemble de phénomènes sociaux sans rapport immédiat mais qui prennent un sens lorsqu'ils sont rapportés à ce dénominateur commun. Ce numéro ne prétend pas dresser un bilan des nombreuses recherches qui se réfèrent à l'identité, ni même de cet appel d'offres. Nombre de recherches sont encore en cours. Souhaitons que la diffusion de ces premiers résultats favorise l'établissement de passerelles entre les diverses orientations de travail et permette ainsi de faire progresser une réflexion collective sur cette question difficile.

Haut de page

Notes

1Sur cette question voir les actes du colloque de Montpellier (7, 8 et 9 novembre 1984). Identités locales, identités professionnelles in Sociologie du Sud-Est, sept. 1985.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chevallier D. & A. Morel, 1985, « Identité culturelle et appartenance régionale : quelques orientations de recherche », Terrain, n° 5, pp. 3-5.

Référence électronique

Denis Chevallier et Alain Morel, « Identité culturelle et appartenance régionale », Terrain [En ligne], 5 | octobre 1985, mis en ligne le 14 mars 2005, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://terrain.revues.org/2878 ; DOI : 10.4000/terrain.2878

Haut de page

Auteurs

Denis Chevallier

Articles du même auteur

Alain Morel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Les éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo Ministère de la Culture
  • Revues.org