Navigation – Plan du site
Famille et parenté

La transmission d'un bien symbolique : le prénom

Bas-Quercy 1750-1872
Jean-Claude Sangoï
p. 70-76

Entrées d’index

Lieux d'étude :

Midi-Pyrénées
Haut de page

Texte intégral

1La plupart des recherches historiques et anthropologiques sur les familles rurales en domaine occitan ont fait ressortir l'importance d'un type particulier de morphologie familiale : la « famille-souche », fondée sur la liberté du père, chef de maison, de choisir dans sa descendance un héritier appelé à lui succéder après une période de cohabitation dépendante, les autres enfants étant dotés et exclus de la succession. En place dans les montagnes pyrénéennes depuis le Moyen Âge, elle semble se généraliser en Gascogne, Provence et dans la plus grande partie de la zone occitane au xvie siècle1. Ce type de famille paraît encore dominant au xixe siècle dans l'Ouest occitan, en Gévaudan, en Rouergue et en Bas-Quercy, région sur laquelle portent mes propres recherches.

2Un certain type de morphologie familiale entraîne-t-il ou non un système particulier de transmissions sociales ? Telle est la problématique du groupe de recherche auquel j'appartiens2. Comment s'opèrent les transmissions symboliques au sein des lignées, question difficile que pour ma part j'ai abordée en historien démographe, en analysant la transmission d'un bien symbolique par excellence, celle des prénoms. Je disposais pour mener cette recherche d'un important corpus, après l'étude démographique de trois communes de l'actuel département du Tarn-et-Garonne (Labarthe, Molière, Vazerac) sur une période de cent vingt ans (1751-1872)3. Les 16 880 naissances ou baptêmes reclassés dans leurs familles m'ont permis de rechercher les règles de prénomination des enfants. Deux publications récentes sur la question avaient d'ailleurs ouvert des voies méthodologiques très intéressantes4.

3Chaque individu hérite à la naissance d'un patronyme, quelquefois d'un surnom de maison. Mais il hérite aussi d'un prénom qui le distingue dans sa fratrie tout en le reliant à d'autres membres de sa parenté. Ce prénom selon le catéchisme du concile de Trente « doit être le nom de quelqu'un qui ait mérité par l'excellence de sa piété et de sa fidélité pour Dieu, d'être mis au nombre des saints ». Or, malgré la multitude des saints honorés, on voit qu'un nombre très restreint d'entre eux sont utilisés comme noms de baptême. La faiblesse des stocks de prénoms dans les populations anciennes a été observée dans toutes les études. Dans mes villages du Bas-Quercy, de 1750 à 1870, cinq prénoms seulement forment les trois quarts du corpus masculin (Jean, Antoine, Pierre et à un moindre degré François et Guillaume), cela pendant la quasi-totalité de la période considérée ; près du tiers des hommes s'appelaient Jean. Est-ce en raison d'une dévotion particulière envers ces saints, ou bien plutôt parce que la dation des noms répond à des règles particulières ?

Parrains, marraines et transmission des prénoms

4En effet, on sait par les attestations des ethnographes, ainsi que par les études statistiques menées par les historiens démographes, que le filleul recevait le jour de son baptême le prénom de son parrain, la filleule celui de sa marraine ; cela dans la quasi-totalité des pays de la chrétienté dès le xvie siècle (et peut-être même avant).

5Le jour du baptême, le parrain et la marraine se substituaient aux parents ; ils présentaient l'enfant à Dieu et à la communauté des chrétiens. Au nom du baptisé, ils promettaient fidélité. Et ils lui donnaient un prénom. Une parenté spirituelle s'instaurait donc entre parrains et enfants. Quelques obligations pratiques en découlaient, parfois difficiles à assumer (du moins pour les pauvres). Ainsi Marie Gaillard, une célibataire journalière-fileuse de lin habitant Fronton, qui se retrouve enceinte (1826). Discutant avec une voisine, elle dit : « Je dois être marraine. Si ma belle-sœur fait un garçon, il me faudra lui faire un serre-tête de l'une de mes coiffes et si c'est une fille il me faudra lui acheter une coiffe. » La voisine traduit ainsi les propos de Marie : « ... l'entretien des garçons coûte bien moins que l'entretien des filles et elle ajouta que si c'était une fille elle la noyerait, et que si c'était un garçon elle le garderait (...) »5. La marraine prenait soin de son filleul, s'inquiétait de sa santé, faisait office de seconde mère. Voici les paroles de la jeune Marguerite Caminade rapportées par un juge d'instruction dans une affaire de meurtre : « ... Elle tint sur les fonts baptismaux l'enfant... que comme marraine elle allait le voir tous les jours... (trouvant l'enfant malade) le témoin lui observa (à la mère) que peut-être son lait n'était pas bon qu'elle devrait le faire allaiter par quelqu'autre... »6.

6Le choix des parrains par les parents revêtait donc une extrême importance. Le problème ne se posait pas pour les filles-mères. Quelquefois, la matronne qui avait procédé à l'accouchement ou l'officier de santé portait l'enfant sur les fonts baptismaux. Le 5 août 1764, le jeune enfant de Marie Lamothe reçut le baptême à l'église de Vazerac, entouré par Jean Laporte, chirurgien juré, et Marguerite Dumas, son épouse. Souvent, des voisins acceptaient le parrainage. La meunière Anne Lespinasse faisait bien remarquer à Marguerite Senergoux, une future mère célibataire, qu'elle ne pourrait compter sur sa famille et qu'elle serait bien contente de trouver une voisine : « Je lui demandai si elle n'était pas grosse... je lui soutins qu'elle ne disait pas la vérité et lui demandai en badinant si elle me ferait marraine... »

7La coutume de donner le prénom du parrain ou de la marraine au filleul ou à la filleule est si générale qu'elle concerne 90 % des naissances dans nos villages quercinois. Proportion énorme qu'on a observée dans d'autres aires géographiques y compris dans le Nord de la France. La parenté spirituelle ne présenterait pas un caractère spécifique dans le Sud, malgré la morphologie bien particulière des structures familiales.

8Puisque la parenté spirituelle explique le système de transmission des prénoms, on comprend qu'il faille connaître les critères qui présidaient au choix des parrains et marraines par les couples mariés.

Choix des parrains et marraines

9Ce choix était extrêmement codifié, tout au moins dans les familles rurales. Aussi loin historiquement que l'existence des registres paroissiaux nous permet de le vérifier (dans l'Europe rurale), les parents choisissent les parrains de leurs enfants dans la parenté proche, en commençant par les grands-parents, puis par les oncles et tantes. Mais ce choix doit, pour chaque enfant, respecter la symétrie des branches, paternelle et maternelle. Si le parrain est choisi du côté paternel, la marraine l'est du côté maternel, ou vice versa.

10Les enquêtes contemporaines auprès des personnes âgées de villages ruraux montrent l'importance du respect de la symétrie. « Il fallait en prendre un de chaque côté, ça c'était sacré ! » Cette règle de l'équilibre des branches est une manière « d'affirmer symboliquement l'égalité entre les deux lignées, celle de l'homme et celle de la femme au sein de l'alliance. Alors que le nom de famille se transmet de manière patrilinéaire (le patronyme), la transmission des prénoms par le biais des parrains et marraines consacre la bilatéralité du système de filiation »8.

11Cette affirmation se fait à tour de rôle pour chacun des enfants qui naît lorsqu'on ne donne qu'un prénom à l'enfant. C'est en fonction de son sexe qu'une des deux branches transmettra le prénom.

12Mais cela peut se réaliser en la personne du même enfant par l'utilisation des prénoms composés. En 1782, un couple de bourgeois, Antoine Rolland (avocat à Molières) et Marthe Gaches, eurent un onzième (et dernier) enfant : une fille. Le parrain fut un parent maternel, le noble Alphonse Durieu de Rives ; la marraine, une cousine paternelle habitant Cahors, Marie Anne Besse de la Roumiguière. Suivant la règle, la marraine donna son prénom à la filleule (Marie Anne) mais un troisième prénom fut ajouté : Alphonsine. L'alliance entre les deux familles se trouvait ainsi renforcée et les tensions évitées. Cela présentait aussi l'avantage d'enrichir le patrimoine des prénoms en y intégrant ceux de la lignée utérine.

13On comprend dès lors tout l'intérêt de l'attribution de plusieurs prénoms. Elle permet d'étendre les significations et de multiplier les intentions. Elle pouvait satisfaire des dévotions personnelles et permettait de « jouer » avec les possibilités. Or, la coutume d'utiliser des prénoms composés est l'apanage des couches sociales les plus élevées.

Le prénom composé, classificateur social

14On constate, en Bas-Quercy, la présence à l'intérieur de la paysannerie, de groupes sociaux différenciés. Bien que liés étroitement à la terre, ces groupes présentaient des niveaux de fortune et de vie distincts. Celui des possédants (nobles, bourgeois, laboureurs du xviiie siècle, propriétaires cultivateurs du xixe siècle) vivait des ressources tirées des biens fonciers possédés. Les cultivateurs pauvres n'avaient pas assez de terre, ils recouraient au mercenariat (domestiques journaliers) ou complétaient leurs maigres ressources par un travail artisanal. Les métayers (appelés bordiers) ont été intégrés dans cet ensemble. Les artisans forment le troisième groupe. De 1770 à 1830, 15 à 20 % des possédants donnent à leurs enfants des prénoms composés, tandis que 10 % seulement des artisans et 6 % des cultivateurs pauvres le font. Est-ce à dire que le petit enfant qui reçoit plusieurs prénoms à la naissance est héritier non seulement de biens matériels de ses parents, mais aussi d'un bien immatériel plus étendu puisqu'il rappelle à la fois ses liens avec son parrain et sa marraine ? Cette pratique passe du groupe social le plus élevé aux autres groupes par imitation. Les artisans adoptent en plus grand nombre cette marque de distinction (16 % en 1830-1839, 32 % en 1840-1849), tandis que les cultivateurs pauvres restent beaucoup plus longtemps à l'écart de ce mouvement. Le modèle noble tel qu'on peut l'observer au xviiie siècle s'étend peu à peu aux autres groupes sociaux permettant à chaque naissance à la fois d'affirmer l'équilibre des lignées et de jouer subtilement avec les règles. Le souci d'équilibre est patent en 1791 chez les d'Escayrac-Testas de Folmont qui venaient d'avoir une fille. Antoine Montagut de Favols, oncle maternel, et Jeanne Gabrielle Sophie Boissy, apparentée au père, la portèrent à l'église. L'enfant se prénomma Jeanne Gabrielle Antoinette. Equilibre nuancé dans le cas suivant. Le 27 mars 1787, un cinquième accouchement se produisit chez les nobles moliérains Durieu de Reilhac : une quatrième fille arriva. Le parrain en fut Charles Claude Barthélemy de Reilhac, lieutenant des vaisseaux du roi et oncle maternel ; la marraine Marguerite de Villefranche, épouse de Jean-Baptiste de Gros, Seigneur de Perroudil, tante paternelle. Leur filleule s'appela Charlotte Claudine Marguerite. L'équilibre des lignées était préservé mais le parrain fut privilégié. Pour quelles raisons ? Les parents ont-ils voulu compenser un déséquilibre précédent ?

15Donner plusieurs prénoms permettait également d'accroître le réseau d'alliances. A Vazerac, le 27 août 1777, Raymond Dessaux, cordonnier, et Marguerite Lautard eurent une fille comme sixième et dernier enfant. La marraine fut Elizabeth Cougoulou, épouse de Bertrand Rey, un autre cordonnier du village ; le parrain, Guillaume, le fils des précédents. La fille se nomma Elizabeth Bertrande. Ainsi se trouvait particulièrement honoré un confrère et affirmés des liens d'amitié au sein de cette profession.

16Le 22 juillet 1759, le notaire Simon Boussac et Marie Granger choisirent pour parrainer leur garçon Bertrand Dezes, professeur en droit à Toulouse, et Jeanne Marie Labat, épouse de Jean Pierre Brian, également professeur à l'université de Toulouse. Le prénom du bébé fut Bertrand Pierre. Grâce à ce procédé, la famille Boussac renforçait sa puissance au sein de la communauté villageoise. Ses relations privilégiées avec la brillante société de la grande ville lointaine lui donnaient du prestige. Dans les milieux sociaux privilégiés, on voit quels jeux subtils permet l'utilisation du nom composé.

17L'observation de la régularité de certaines pratiques éclaire celles qui sont atypiques. Dans certains cas, l'équilibre des lignées n'est pas respecté : les parrains et marraines étant pris systématiquement du même côté. C'est généralement le signe d'une inégalité sociale entre les deux branches. On choisit pour ses enfants la protection de la lignée la plus prestigieuse. Ou encore, on sort de son groupe social et de sa parenté, en sollicitant le parrainage de personnes riches et influentes. Ainsi, le 2 janvier 1758, naquit un garçon chez Pierre Sabatié, notaire à Nevèges. Le parrain fut un oncle paternel, Antoine ; la marraine, une noble voisine, Françoise Célestine d'Escayrac. L'enfant ne reçut pas le prénom de son oncle, mais le second prénom masculinisé de sa prestigieuse marraine : Célestin. Le souci d'honorer une amie avait paru plus important que la gestion des prénoms du patrimoine familial.

18Voici de même une famille modeste de « sergers » (fabricants de serges) carillonneurs, les Bernard Périé - Anne Arnal. En 1773, une deuxième fille vit le jour. Les parents sollicitèrent des nobles moliérains : Jordi Lefranc (un parent de Lefranc de Pompignan) et sa sœur Françoise. Ces personnes haut placées n'allaient-elles pas assurer la protection de l'enfant ? Les Lefranc acceptèrent mais ne vinrent pas à l'église, déléguant leurs pouvoirs à deux de leurs domestiques. La fille se prénomma Guillalme (prénom de la servante-marraine remplaçante), Jordiette (prénom féminisé du parrain absent). Les Périé étaient-ils les employés plus ou moins directs des Lefranc ? N'y avait-il pas des liens économiques ?

Parrains et parents

19Si le parrain ne peut refuser le parrainage sollicité par les parents et doit s'incliner devant la volonté de « ceux qui le font parrain », les parents doivent en revanche se plier aux exigences des parrains quant au choix du prénom. Je n'ai pu encore mener d'enquêtes de terrain sur ce point, mais cela apparaît nettement dans le vocabulaire même des personnes âgées interrogées par A. Fine en Pays-de-Sault7. Si le parrain ne transmet pas son propre prénom il peut « exiger » (sic) un prénom de son choix. « Ça, c'est sa marraine qui l'a voulu » est-il souvent indiqué lorsqu'un prénom n'appartient pas au stock familial. L'exigence du parrain peut porter sur le nombre des prénoms à donner. « Lorsqu'on m'a fait parrain, j'ai exigé que l'enfant porte exclusivement mon nom, je n'en ai pas voulu d'autres », exigence si véhémente que le petit-neveu du parrain la rapporte aujourd'hui intacte dans son souvenir ! Pourtant, au Pays-de-Sault, une règle officieuse est plus forte que la volonté des parrains et marraines d'imposer leur prénom ou un autre de leur choix : celle de donner à un enfant le nom d'un disparu de la famille si tel est le souhait des parents. Souhait que les parrains et marraines ne remettent d'ailleurs jamais en question. Christiane Klapisch-Zuber8 observe cette pratique à Florence où l'on dit ainsi « refaire » la personne décédée. Cela est courant aussi dans la Grèce où l'on pense « faire anastassi », c'est-à-dire ressusciter les ancêtres (l'âme passant dans l'enfant qui porte le prénom du disparu)9. « Pour Henriette (à Bessède - Pays-de-Sault), dit son père, c'est moi qui ai choisi. Et ni le parrain ni la marraine ne s'y sont opposés, puisque j'avais un frère aîné qui est mort à trois ans qui s'appelait Henri et le frère du père de ma femme qui a été tué en 1914 qui s'appelait Henri aussi. Alors j'ai dit : elle portera le prénom des deux familles en souvenir des disparus. » De nombreuses années s'étaient écoulées entre les morts évoqués et la naissance d'Henriette. Mais l'argumentation du père invoquant les disparus, et qui plus est, les disparus des deux côtés, a pu convaincre parrains et marraines8. Je trouve aussi assez souvent dans mon corpus du Bas-Quercy, qu'un enfant décédé est ainsi remplacé par l'enfant suivant. Le 15 août 1791 mourut Bernard Daynès, âgé d'un an, fils d'un charpentier. Le 30 novembre naquit un garçon qui prit le prénom de son frère récemment défunt.

Prénom de l'aîné : héritier ou successeur ?

20Dans nos régions à système préciputaire, la structure familiale particulière (famille-souche) induit-elle une transmission particulière des prénoms ? C'est ainsi qu'en Pays-de-Sault, A. Fine observe qu'un autre système de transmission de prénom se combine avec celui du parrainage. Le grand-père vivant, s'il est à coup sûr le parrain du premier de ses petits-fils, ne lui donne pas nécessairement son prénom. En effet, le premier-né de ses petits-fils n'est pas forcément celui avec lequel il cohabite. C'est à ce dernier seulement qu'il transmettra son prénom, le « cap d'ostal » (chef de maison) désignant par là même son futur successeur. Il existe ainsi des prénoms emblématiques de lignées, qui sautent une génération, passant de grand-père en petit-fils. La transmission des prénoms des grands-pères aux petits-fils de la maison n'a-t-elle pas eu pour fonction essentielle de « légitimer aux yeux de tous et spécialement aux yeux des cadets, les droits exclusifs des aînés sur l'héritage » ?

21J'ai entrepris des recherches en ce sens sur mon corpus, mais elles ne sont pas achevées. Je repère cependant jusqu'à nos jours des prénoms emblématiques de lignées. Chez les Vidal ou les Cavagné, les aînés portent toujours le même prénom, Pierre pour les premiers, Sylvestre pour les seconds. Le parrain donne les autres noms de baptême. L'habitude est si bien ancrée qu'une branche cadette des Vidal appelle ses aînés Pierre. Au xixe siècle, ces familles ne possédaient pas de terres et vivaient du métayage. C'est d'autant plus intéressant que la possession du bien foncier n'existant pas, on peut se demander si cette coutume ne désigne pas plutôt qu'un héritier, d'abord un successeur dans l'exercice de l'autorité ? Succession dans la fonction d'autorité à l'intérieur de la maison, mais aussi dans la communauté villageoise, les Calvet se succèdent de grand-père en petit-fils à la tête de la commune de Labarthe de la fin de la monarchie de Juillet à nos jours !

Les prénoms des derniers enfants

22A mesure que les naissances au sein d'une même fratrie épuisent les possibilités de parrainage dans les branches collatérales de la parenté, les règles de transmission du prénom sont moins contraignantes. Les derniers enfants ont souvent pour parrain ou marraine un frère ou une sœur aînée qui, alors, ne transmettait pas toujours son prénom. Deux exemples illustrent cette pratique. Le 21 août 1778, les laboureurs Guillaume Mourgues et Anne Brousse ont un dixième enfant, un garçon. Son frère Jean et sa sœur Jeanne le portent sur les fonts baptismaux. Le nouveau-né est prénommé Christophe, nom du saint du jour. Louis Mourgues et Jeanne Desplats, des travailleurs de terre, ont un onzième et dernier enfant le 11 août 1766. Cette fille reçoit pour marraine sa sœur Jeanne âgée de treize ans mais s'appela Claire. Le 11 août, l'église fête les Claire. Ces deux cas mettent en valeur l'action double de l'Église. D'une part, elle renforce la fonction de désignation du prénom. Ce dernier s'individualise ; les risques de confusion s'amenuisent. D'autre part, comme le souligne A. Burguière, il existait une sorte de pédagogie du prénom10. L'Église espérait que le porteur du prénom imiterait le saint patron devenu figure exemplaire. Poussant l'analyse à l'extrême, A. Burguière y voit la substitution d'une relation purement individuelle (enfant saint) aux solidarités traditionnelles11.

La dévotion

23A Florence, C. Klapisch-Zuber remarque que les trois quarts des deuxièmes prénoms font référence à la religion9.

24On voit des exemples où le prénom est celui du saint du jour du baptême de l'enfant. Le 10 août 1842 naquit Jean Laurent Verdié. Le 10 août 1772 fut baptisé Jean Laurent Landrevie, neuvième enfant d'un laboureur ; son parrain était Jean, un frère aîné. Un Patrice fut baptisé le 16 mars 1767, jour de la Saint-Patrice. Il semble que soit retenu le nom du saint fêté le jour de baptême. Ce jour marque l'entrée dans la communauté chrétienne et prend le pas sur la date de naissance.

25La remarque vaut pour Antoinette Appolonie Gleye, baptisée le 9 février 1768 (fête de Sainte-Appoline). Sa mère, Antoinette Bonnemort accouchait les Moliéraines après avoir été l'élève de la célèbre sage-femme du xviiie siècle, Le Boursier du Coudray. Par ce double prénom, ne s'agissait-il pas d'individualiser la fille tout en rappelant le nom de sa mère ? Cette femme dévote ne devait-elle pas compter avec l'Église et les saints qui la protégeaient dans son délicat travail ?

26Le prénom faisait parfois référence à une fête religieuse. Pâques connaissait un incontestable succès. Quatre fois le nom de Pascale fut donné à une fille (un seul Pascal).

27Le 21 décembre 1848, dans une famille de propriétaires exploitants aisés, les Esclavissat, Noël Antoine vint au monde. La fête proche éclipsa le saint du jour. La difficulté de l'accouchement (la mère Marie Anne Buzenac mourut quelques années plus tard lors d'autres couches) explique l'appel au Christ, d'autant plus que Noël Antoine était le premier enfant et l'héritier d'un ostal important. Dixième fortune labarthaise d'après la liste des plus imposés de 1857, les Esclavissat possédaient plus de 23 hectares de terres.

28Un exemple résume les sens multiples des prénoms : référence à la religion et volonté d'équilibrer les deux lignées. Il est pris chez les nobles Jean Antoine de Bodosquier et Ursule de Lafaverie Martignac. Le 29 juillet 1777 leur naquit une fille. Le parrain en fut un oncle paternel, Alphonse Durieu, la marraine une tante maternelle, Marie Henriette de Lafaverie Martignac. L'enfant fut enregistré sous le nom de Marie Henriette (prénoms de la marraine) Marthe (sainte du jour) Alphonsine (prénom féminisé du parrain) !

29L'histoire du système d'appellation se confond avec celle de la communauté. L'irrésistible montée des prénoms multiples et extraordinaires d'abord chez les artisans en 1830-1840, puis chez les cultivateurs pauvres dans les années 1860, coïncide avec l'ouverture de la commune au monde extérieur : l'émigration modifie les formes traditionnelles de la transmission des biens, tandis que les jeunes enfants prennent le chemin de l'école. Cette mutation a lieu au moment où l'intensification de la limitation des naissances et la baisse de la mortalité infantile donnent à l'enfant une place nouvelle dans la famille et dans les désirs de ses parents. A la volonté d'affirmer par le prénom d'abord les solidarités familiales et communautaires, se substitue peu à peu le désir pour les parents de mieux individualiser l'enfant lui-même. Au point même qu'à partir des années 1930, certains parents abandonnent les « noms de famille » et se permettent d'affirmer leurs goûts personnels en donnant à leurs enfants des prénoms de héros ou d'héroïnes fictifs de roman ou de cinéma qu'ils ont aimés...

Haut de page

Notes

1Cette question sera l'objet de la contribution de J. Poumarède à la publication commune du groupe de recherche « Hérédité sociale des familles occitanes ». (Mars 1985.)
2Cette équipe toulousaine « Hérédité sociale des familles occitanes : statuts, symboles, et idéologies dans la reproduction des lignées » travaille avec le concours du Patrimoine ethnologique et du Conseil régional de Midi-Pyrénées.
3J.-C. Sangoï : « Histoire démographique de trois communes rurales du Bas-Quercy de 1751 à 1872, démographie et groupes sociaux dans la paysannerie », Toulouse, 1982 (à paraître — Publications du CNRS, 1985).
4L'Homme, octobre-décembre 1980, tome xx, n° 4. Le Prénom, mode et histoire. Les entretiens de Malher, 1980. Ecole des hautes études en sciences sociales, 1984.
5Instruction du procès de Marie Gaillard, accusée d'infanticide. Jugement en appel rendu par la cour d'assises de Tarn-et-Garonne le 15 décembre 1826 (AD 1 U 133).
6Instruction du procès d'Arnaud Lacassagne, laboureur à Caumont (Tarn-et-Garonne) accusé de meurtre. Jugement du 13 février 1824 (AD 1 U 129).
7A. Fine : Transmission des prénoms et parenté en Pays-de-Sault, in : le Prénom, mode et histoire, op. cit., note 4, pp. 109-125.
8C. Klapisch-Zuber : « Le nom refait ». La transmission des prénoms à Florence (xive-xvie siècle) in revue L'Homme, octobre-décembre 1980, tome XX, n° 4, p. 86.
9B. Vernier : « La circulation des biens, de la main-d'œuvre et des prénoms à Karpathos : du bon usage des parents et de la parenté », in Actes de la recherche en sciences sociales, janvier 1980, n° 31, pp. 63-92.
10A Burguière : « Un nom pour soi. Le choix du nom de baptême en France sous l'Ancien Régime (xvie-xviiie siècle) » in revue L'Homme, octobre-décembre 1980, tome XX, n° 4, p. 39.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sangoï J.-C., 1985, « Transmission d’un bien symbolique : le prénom », Terrain, n° 4, pp. 70-76.

Référence électronique

Jean-Claude Sangoï, « La transmission d'un bien symbolique : le prénom », Terrain [En ligne], 4 | mars 1985, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 27 mai 2016. URL : http://terrain.revues.org/2873 ; DOI : 10.4000/terrain.2873

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Les éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo Ministère de la Culture
  • Revues.org