Navigation – Plan du site
Ethnologie urbaine

« Boutiques de Paris » : le projet et les hypothèses

Nathalie Heinich
p. 38-42

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Paris et Ile-de-France
Haut de page

Texte intégral

« Si le XIXe siècle fut celui de la valeur historique, le XXe semble devoir être celui de la valeur d'ancienneté. Mais actuellement nous nous trouvons encore dans une période de transition, qui est naturellement, et nécessairement, aussi une période de lutte. »

(Aloïs Riegl, Le Culte moderne des monuments.)

1Face à un thème aussi ouvert que l'est « Décor et commerce dans les boutiques de Paris » (étude demandée par la direction du Patrimoine après les récentes mesures de protection de décors anciens), toutes sortes d'approches sont envisageables. J'avais proposé, au stade du projet de recherche, une triple direction : d'une part, l'opération patrimoniale elle-même (étapes de l'inventaire et du classement, critères de sélection, problèmes de mise en œuvre) ; d'autre part, la perception de ces mesures par les premiers intéressés, à savoir les commerçants (phénomènes de résistance ou, au contraire, accueil favorable) ; enfin, la prise en compte du décor par les usagers-clients des boutiques, et notamment son rôle dans le choix des points de vente au niveau d'un quartier commerçant offrant un large éventail de possibilités — en l'occurrence la portion de la rue Rambuteau à cheval sur le quartier des Halles et le Marais (rue Saint-Martin - rue des Archives).

2Un début d'investigation des sources, tant iconographiques que bibliographiques, en vue d'un répertoire qui formera le premier volet du travail, me permet dès à présent de préciser et, dans une certaine mesure, de systématiser mes hypothèses de travail. Il apparaît notamment que se limiter dès le départ au thème des décors anciens, ce serait pour ainsi dire considérer la question comme résolue d'avance, dans la mesure où une problématique proprement socio ou ethnologique amène forcément à s'interroger sur la production de la notion même de décor ancien, c'est-à-dire sur l'ensemble des opérations sociales et mentales qui autorisent sa perception et, corrélativement, son existence juridique et sa survivance matérielle. Il n'est donc pas question de s'en tenir à une étude de type documentaire et muséologique (fort bien menée, au demeurant, par les différents spécialistes qui ont travaillé sur ce sujet1), mais bien plutôt d'élucider les conditions sociales de possibilité d'une protection des décors.

3Il convient, pour cela, de prendre en compte non seulement la conservation des décors, sous sa forme la plus caractérisée qu'est l'intervention du ministère de la Culture par l'intermédiaire du classement ou de l'inscription à l'inventaire, mais aussi son opposé, à savoir les opérations de rénovation ou, selon le point de vue considéré, de destruction, entreprises à l'initiative des propriétaires. Ce sont là les deux moments extrêmes d'un axe où, pour résumer schématiquement, l'on trouverait tout d'abord les cas de destruction, totale ou partielle, d'un décor de boutique à l'initiative du propriétaire (décision de rénovation sous sa forme la plus « pure »), puis la même opération mise en œuvre à l'occasion d'un changement de propriétaire, qui implique des motivations sans doute un peu différentes ; mais l'on reste là au stade de la valorisation du « neuf », à partir duquel l'on peut postuler qu'il existe une sorte de seuil à franchir, une solution de continuité, pour passer dans l'univers de la « conservation », c'est-à-dire de la valorisation de l'ancien : soit sous une forme partielle et « décontextualisée » (rachat d'éléments de décor par des antiquaires...), soit sous une forme déplacée (par exemple, maintien d'un décor de boulangerie dans une boutique de vêtements) ; enfin, l'étape ultime de la conservation en l'état, sans transformation de l'activité commerciale, peut ressortir soit de l'initiative personnelle et « spontanée » du propriétaire, soit de l'intervention « autoritaire » des pouvoirs publics.

4Ainsi le décor — cet élément omniprésent de la vie urbaine — peut-il devenir l'objet et le moyen d'un travail d'explicitation des conditions de passage d'un stade perceptif à un autre, de la valorisation du neuf (avec ses différentes propriétés, telle par exemple la « fonctionnalité ») à la valorisation de l'ancien — à quoi l'on pourrait ajouter également un troisième stade, interne à la perception esthétique, qui serait la valorisation de la « novation » artistique, de la modernité, dont la forme typique est l'avant-garde (élément qui pourrait se laisser indirectement appréhender à travers le choix des époques auxquelles appartiennent les décors protégés ou proposés à la protection). On se trouve donc confronté à une série de choix, qui cristallisent chacun un moment de cette dimension fondamentale de la perception esthétique qu'est le rapport au temps : quelles sont les conditions historiques2 et sociales (par exemple l'âge, le sexe, le type de commerce, l'ancienneté dans la carrière commerciale, l'ancienneté dans le quartier, etc.) qui favorisent la perception du temps tel qu'il se trouve objectivé dans les choses (avec, par exemple, le temps du « vieux », du « vieillot », du « démodé », du « sale »), et sa valorisation, voire sa capitalisation (le temps de l'« ancien », de l'« authentique », de ce que l'on peut dater et, parfois, coter).

5Autre dimension étroitement liée aux conditions d'apparition ou, au contraire, aux obstacles relatifs à la perception esthétique : le thème du fonctionnel, dont on peut se demander (et on essaiera de l'élucider dans la limite des possibilités) dans quelle mesure il constitue une motivation première de l'opération de destruction/rénovation, ou bien une simple justification, recouvrant des motifs plus enfouis, qu'ils soient d'ordre économique (fiscalité) ou symbolique (affirmation d'une réussite, image de marque etc.).

6Enfin, dans la mesure où l'axe conservation/destruction peut coïncider, on l'a vu, avec un axe opposant l'intervention de l'État à l'initiative individuelle, en passant par l'intégration au marché de l'art, l'on peut faire l'hypothèse que l'opération de protection, de « patrimonialisation », peut être d'autant plus mal perçue par le commerçant que celui-ci, comme les travailleurs indépendants en général, est particulièrement vulnérable à la « phobie de l'État », incarnée en l'occurrence sous la forme d'une interdiction de transformer son fonds de commerce sans autorisation. A quoi s'ajoute, comme facteur aggravant, le fait que la finalité proprement « culturelle » de l'opération a toutes chances de ne pas lui apparaître de façon immédiate, étant donné le capital culturel relativement faible dont dispose dans l'ensemble la catégorie des commerçants3 (que l'on pense à la représentation stéréotypée de l'« épicier » comme incarnation du béotien). On aurait donc là un cas typique où se joue l'opposition entre la propriété privée individuelle, et la notion de bien public, de patrimoine collectif — notion dont rien ne nous dit qu'elle soit plus immédiate que celle de valeur artistique, et sans laquelle les opérations de protection du patrimoine, qu'il soit « historique », « artistique » ou « naturel », n'ont guère de chances d'être comprises et assumées.

7Reste, bien sûr, à établir les modalités pratiques de mise en œuvre de l'étude. Pour l'étape « patrimoine », on peut envisager un travail essentiellement documentaire, organisé autour d'un historique de la prise en compte des décors de boutiques, de ses formes et de ses effets (inventaire, exposition, arrivée sur le marché de l'art, problèmes techniques et juridiques de mise en œuvre, etc.). Pour le reste, l'on sélectionnera une série de cas illustrant chacune des étapes décrites dans cet axe allant de la préservation à la destruction, puis l'on procédera à des interviews des principaux acteurs concernés : différents propriétaires de commerces au décor protégé, selon le type de commerce, le quartier, la réaction plus ou moins positive ou négative ; propriétaires de décors anciens non protégés mais maintenus en l'état ; propriétaires ayant conservé un décor ancien dans un type de commerce différent ; antiquaires, et éventuellement collectionneurs d'éléments de décors ; installateurs de magasins ; propriétaires de décors anciens récemment « cassés », etc. Dans chaque cas, on retracera l'histoire du décor et du fonds de commerce, l'itinéraire personnel du commerçant, auquel on tentera de faire expliciter ses choix ; on essaiera également, dans la mesure du possible, de mesurer les effets des transformations — chiffre d'affaires, réactions des usagers du quartier, des autres commerçants...

8Le dernier axe de l'étude concerne les destinataires potentiels de ces décors, à savoir la clientèle. Dans quelle mesure les clients perçoivent-ils un décor ? S'en souviennent-ils ? Dans quelle mesure ont-ils le sentiment de s'approprier un espace en l'utilisant, et comment réagissent-ils aux opérations de rénovation : curiosité, approbation ou, au contraire, sentiment de dépossession, de spoliation, de destruction des repères usuels ? Dans quelle mesure enfin la qualité du décor intervient-elle dans le choix, conscient ou inconscient, des points de vente ? Ce sont toutes ces questions qu'il s'agira, sinon de résoudre, du moins de développer, à travers l'étude des pratiques commerciales de la rue Rambuteau : description de l'espace des commerces, suivi de trajets, observation, interviews d'usagers...

9Cette étude in vivo, purement qualitative et sans aucune visée statistique, pourrait éventuellement être complétée — si les conditions institutionnelles le permettent — par une sorte de recherche-action menée à l'occasion d'une exposition sur les boutiques protégées, et où l'on ferait passer aux visiteurs un questionnaire portant notamment sur leurs préférences en matière de décors, et sur les autres boutiques qui leur paraîtraient mériter protection. Il y aurait là un matériau précieux pour une étude à plus grande échelle de la perception esthétique appliquée au domaine — a priori peu constitué comme « artistique » — du commerce. Peut-être parviendra-t-on ainsi à conférer aux innombrables anecdotes (typiquement « citadines »...) de paysans vendant à bas prix un bahut ancien pour acheter une table en formica, le statut d'un phénomène social digne d'une véritable réflexion, que leur familiarité même contribue sans doute à entraver (d'où, d'ailleurs, l'intérêt d'aborder cette problématique par le biais des décors de boutiques, relativement moins familiers ou, en tout cas, plus récents au titre d'objets de patrimoine).

10« Qu'il faille remplacer le coin abîmé d'un meuble ou faire tomber un crépi noirci pour en appliquer un neuf demeure une évidence pour le plus grand nombre de nos contemporains » : cette réflexion d'Aloïs Riegl (op. cit. p. 97) ne doit pas nous empêcher d'observer que la disqualification, sur un mode ironique ou indigné, d'un tel comportement, est elle aussi une évidence pour toute personne « cultivée », une sorte de seuil marquant l'accès à une certaine culture et dont la fonction sociale, à l'abri de cette « évidence » en forme d'ethnocentrisme de classe, empêche peut-être d'analyser pleinement le sens de ses comportements.

Haut de page

Notes

1Cf. G. Bailly, Inventaire des boutiques anciennes de Paris (Secrétariat d'Etat à la Culture, 1977) ; P. Bracco, A. Pougetoux, « Commerces parisiens » (Monuments historiques, n° 131, février-mars 1984) ; J. Chamarat, C. Reinharez, Paris, boutiques d'hier (catalogue de l'exposition du musée des Arts et Traditions populaires, mai-octobre 1977), et Boutiques du temps passé (Paris, Presses de la Connaissance, 1977).
2Sur l'histoire de la perception des monuments comme monuments — intentionnels, historiques, artistiques — cf. Aloïs Riegl, Le Culte moderne des monuments — son essence et sa genèse (Der moderne Denkmalkultus, 1903 — traduit par Daniel Wieczorek, Paris, Seuil, 1984).
3Cf. INSEE, « Données sociales », 1984.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heinich N., 1984, « Boutiques de Paris : le projet et les hypothèses », Terrain, n° 3, pp. 38-42.

Référence électronique

Nathalie Heinich, « « Boutiques de Paris » : le projet et les hypothèses », Terrain [En ligne], 3 | octobre 1984, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://terrain.revues.org/2812 ; DOI : 10.4000/terrain.2812

Haut de page

Auteur

Nathalie Heinich

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org