Navigation – Plan du site
Les savoirs naturalistes populaires

L'ethnobotanique au péril du gazon

Pierre Lieutaghi
p. 4-10

Entrées d’index

Lieu d'étude :

France
Haut de page

Texte intégral

«  Les rapports de l'homme avec la nature sont infiniment plus importants que la forme de son crâne ou la couleur de sa peau pour expliquer son comportement et l'histoire sociale qu'elle traduit.  »

A.-G. Haudricourt, 1962.

1Ça pourrait commencer par une histoire de pelouse, dans le parc d'une petite ville bretonne. On y court à la poursuite d'une balle, vers quatre ou cinq ans, et ça vous vaut la révélation –ponctuée de taloches– de l'ordre et de l'interdit extrafamiliaux.

2Le simplisme psychanalytique irait bien jusqu'à prétendre que ce traumatisme mineur va amorcer, au tréfonds de la psyché, une carrière d'ethnobotaniste. On a lu pire. Mais on aurait aussi bien pu choisir, pour témoins végétaux liminaires, le muflier rouge ou la linaigrette. La pelouse, ici, est simplement un bon prétexte. Pour rappeler que, dans nos pays, le jardin à la française et ses boulingrins illustrent de façon grandiose une distance à l'égard du végétal bien antérieure à l'avènement de Lenôtre (fig. 1). Devenus éléments malléables d'un décor, privés des seules libertés auxquelles puissent prétendre les plantes –élaborer une forme propre et en peupler l'espace–, herbes et arbres cessent d'être des interlocuteurs possibles pour les sociétés : les esclaves n'ont pas de parole. De Versailles au pavillon de banlieue, les êtres vivants les plus présents dans notre regard sont tenus au même mutisme. Le gazon qui n'a pas le droit de grandir, définitivement interdit de printemps, prolonge au-dehors l'espace moquette du séjour. Seul en diffère l'entretien (combiné aspirateur-tondeuse à étudier). Côté living, pourtant, on élève volontiers un philodendron familier qui a le mérite de faire bon ménage avec le teckel et de ne pas lever, lui, la patte sur la carpette. Et, derrière la maison, voire à une seule largeur de dahlia du tapis d'herbe, la laitue et le poireau n'ont jamais été aussi prospères, témoignant de l'enracinement tenace des velléités potagères chez l'urbanisé tout autant que de l'efficacité des produits d'entretien dispensés par les garden-centers ; (où l'on doit rendre grâce à la récession). Domestique, le végétal ne se prêterait-il plus qu'au décorum ou à l'utilitaire ?

3A.-G. Haudricourt à qui l'ethnobotanique française doit tant, a laissé entendre qu'un clivage essentiel dans le rapport entre l'homme et les plantes s'illustrerait de nos jours encore par la différence entre le jardinage tropical, presque inchangé depuis de nombreux millénaires, et la culture de masse des céréales.

4L'horticulture forestière traditionnelle s'adresse à l'individu végétal (légume-racine, igname, taro) comme à un être digne d'égards et même de respect quasi religieux. Elle en connaît l'origine, les attaches mythiques et sociales (les clans peuvent détenir l'exclusivité de certains cultivars, dont l'échange a valeur d'alliance)1. La « grande culture » , dont le produit va faciliter le passage de la mauvaise saison, froide ou sèche, brise la relation. Dans la foule des épis, le végétal perd son identité. La déesse des moissons se substitue à l'être-plante. C'est elle qu'on invoque, et qu'on remercie.

5Pour voir la forêt, suffirait-il alors de soulever un coin du gazon ? Une fois accompli ce sacrilège, la pelouse cloutée d'ifs et gansée de buis nain s'avère simple dérive esthétique du jeune blé et de la prairie dérobée à la faux et au ruminant. Le radis banlieusard parle des puissances de la graine, dont la terre seule a l'intelligence. Quant au philodendron, n'a-t-il pas avoué récemment un penchant certain pour Mozart ?La relation au végétal reste plus subtile qu'il n'y paraît.

Ordre et savoir du monde

6Aux antipodes de la pelouse interdite, il y avait la prairie, le talus fabuleux, infini labyrinthe forestier aux portes illicites, l'initiation griffue du prunellier, la jacinthe trouble, les chênes tétards receleurs de nids et de couleuvres. Le bocage alors intact, l'espace végétal entièrement réinventé est cependant fait de tant de petites libertés ailées et feuillues qu'on était sûr, passé en douce la barrière du pré, d'entrer dans la vraie sauvagerie (fig. 2). On ne se demandait pas pourquoi on était si bien dans la complicité des ronces et des arums aux épis rutilants. On restait des heures le dos appuyé à ces vieux talus, à tailler des flèches de noisetier et à tresser des joncs, en regardant passer les nuages écumeux qui venaient de la mer. L'ordre des platanes tristes de l'école et des gazons engrillagés aiguillonnait la subversion broussailleuse. Les talus et les prairies échevelées de juin tenaient université libre et permanente d'anarchie et d'affinement des sens. On faisait corps avec la terre des herbes et des arbres. On se découvrait d'une race ténue et noueuse, au sang d'elfe et de callune. Impossible de parler d'une ethnobotanique amputée de ces racines. Sans le savoir, pourtant, on ordonne. Et c'est bien la première des libertés d'accès au monde que de classer ce qui s'éprouve dans la rencontre sensible sensuelle, avec l'infinité des signes : qui ne connaît plus la prairie doit inventer le gazon, lequel réduit en vert tout ce qui faisait la Saint-Jean. Le nom qu'on nous enseigne et qu'on met à l'épreuve de la dent, du nez, de la main, limite et amplifie. Il jalonne l'inconnaissable. La fleur-de-beurre donne la clef du talus, l'iris jaune et la menthe ouvrent à la connaissance du ruisseau, la rue sauvage (est-il important que ce soit, en fait, l'euphorbe des bois ?), parle d'ombre, et de pouvoirs mauvais. On ignore qu'on reçoit le dernier écho d'une initiation millénaire qui nous accorde à un territoire où l'aubépine peut guérir la peur.

7La sauvagerie, serait-ce là où les noms sont encore presque tout entiers dans leurs racines ?

8Un jour il y a la rencontre avec les livres, les flores. La fleur-de-beurre est devenue dérisoire. Il y a mieux à savoir, tout à apprendre. Tentation des systématiques capables de ne rien exclure. On se prend au jeu. Entre temps la campagne est devenue nature. La jacinthe n'a plus cours : on dit Endymion non-scriptum, puis Hyacinthoïdes non-scripla parce qu'on se croit malin d'obéir aux diktats des synonymiards (qualificatif du sage Gaussen à l'encontre des frénétiques de la taxonomie exhaustive). On a encore dans la bouche la saveur de noisette un peu âcre des tubercules de cocolorics qu'on déterrait au pied des talus et on est quand même un peu gêné de les déclarer Conopodium majus, en précisant qu'il s'agit d'une ombellifère subatlantique. Bientôt, on ne marche plus que dans les binômes d'une nature linnéenne. Les prairies sont des pelouses méso-, voire méso-hygrophiles. Les talus dérivent manifestement des Prunetalia ou du Quercion robori-pretraeae. Les taillis dépendent du Fraxtho-Carpinion ou du Quercion pubescenti-petraeae. L'espace est un patchwork d'associations qui font de leur mieux pour s'insérer dans l'ordre phyto-social imposé par les néo-botanistes. Dommage qu'on n'ait pas les yeux à facettes des mouches, puisque la nature est discontinue, puisque le petit bout de la lorgnette suffit. On n'a plus l'usage, seulement le savoir du monde et, curieusement, ce savoir-là atrophie quelque chose qui pourrait bien s'apparenter au cœur.

Du mouvement et de l'immobilité du regard

9Sans doute, pour faire un bon taxonomiste froid, régressant vers une raison à deux dimensions à force d'arpenter la platitude des herbiers, faut-il n'avoir jamais éprouvé la ronce comme une blessure que guérira la feuille de plantain, l'arum et l'euphorbe comme des menaces de brûlure et de mort, mangé la fade poire-à-bon-Dieu d'aubépine au terme d'une quête de bisons désespérément infructueuse, coupé la branche de coudrier avant de traverser la bruyère, parce que c'est la seule qui tue le serpent. Mais on était bien trop du côté de ceux qui, paraît-il, ne savaient rien, qui se contentaient d'appartenir de toutes leurs fibres au monde des landes et des talus, qui ne sortaient pas dans les chemins creux après la fin du jour, qui consultaient l'oracle du jonc et du buis, qui confiaient au tremble la cure des fièvres, au frêne celle du sort dont on ne parle pas.

10Alors, un jour, on a envie de rendre justice aux simples, qu'ils soient vêtus de feuilles ou de vieux velours. Tout simplement, on n'en peut plus de collaborer à l'extension d'un savoir fini dans sa prétention de totalité. Les visages qui n'avaient pas cessé de parler et qui, au mieux, se croyaient assignés du rôle de témoins d'un passé touchant mais caduc, on essaie de leur prêter une parole. Et comme on ne sait pas encore qu'une certaine naïveté a résisté à la tondeuse, la naïveté passe. On raconte des histoires d'herbes au béton et il arrive que des fissures s'ouvrent où viendra peut-être un pâturin, On transmet les savoirs vagabonds qui traînent au long des chemins et des lisières. Pour finir, on se rend compte qu'on témoigne d'une relation, toujours la même, celle dont on avait vécu des bribes et qui, pendant des années, a poussé des stolons sous la croûte dure de ce qu'il est convenu d'appeler science.

11Échange à double sens entre la plante et l'homme, bourgeonnement de l'espace entre la main et la branche, entre le regard et la feuille. La leçon des talus n'était pas vaine : on a gardé la tête bocagère, malgré les beauces de la raison. On ne parlera plus au passé : on fera l'inventaire d'un partage, d'une connaissance qui restent vivants, qui importent au devenir du regard au moins tout autant qu'Ariane-la-plongeuse ou l'ordinateur domestique.

12Alors, à côté des livres où l'on essaie, avant tout, d'élaborer le petit lexique de cette rencontre homme-plante qui fait aussi bien les paysages de nos pays que certaines friches du rêve, on incite à passer la frontière, à écarter soi-même les branches, à saisir les taillis et le pâturage comme des réunions d'êtres porteurs de sens et donneurs de signes jamais étriqués.

13Pendant six ans, stages de printemps ou d'été. Inventaire des légumes sauvages méditerranéens avec des paysannes qui en savent long sur les badasses et leurs constellations de rosettes à décourager le botaniste. Initiation à la flore et à ses emplois, où se retrouvent citadins et ruraux. Préparation des nombreux remèdes à la portée des techniques domestiques. Diffusion des recettes les plus éprouvées de la pharmacopée populaire, en regard de l'expérimentation pharmaceutique et clinique actuelle. Recours à la nature immédiate, aux cinquante plantes communes au voisinage des lieux habités, qui soignent 80% des affections courantes. Apprentissage du paysage comme l'empreinte, douce et brutale, de la main humaine sur la joue des herbes. Les médicinales, les plantes alimentaires spontanées sont au centre de cette restitution de longue haleine. Nécessité d'affronter la tutelle chimico-pharmaceutique, d'inciter à la recherche d'autonomie thérapeutique parce qu'il y va aussi de la santé de la liberté. Les simples sont, actuellement, les seuls remèdes saisissables. Plus encore, peut-être, ils représentent un accès tangible à la réalité végétale, à quoi il est urgent de réalimenter des regards.

14On ne travaille pas sur la flore française ni sur les « savoirs naturalistes populaires » (appellation si controversée lors d'un colloque récent, où la chèvre épistémologique répugnait manifestement à quitter son champ de papier pour entrer dans l'herbe) : on essaie, avec d'autres, de vivre avec, dans la rumeur des millénaires de connivence, de perpétuer les pratiques adaptables, d'en découvrir de nouvelles, surtout. C'est l'usage qui noue l'attention humaine aux éléments du milieu, à la source, à la pierre, à l'arbre, à la primevère. L'usage qui retient l'aura des représentations comme le noyau son nuage d'électrons. Impossible, ici, de souscrire à la consommation de « valeurs » arbitrairement détachées de la dynamique sociale qui les a suscitées. Ce qui vaut pour l'art, porteur de son propre renouvellement dès lors qu'il s'est chargé de la pesanteur de toute une culture, n'a pas cours dans la représentation ténue à quoi le végétal peut prêter sa fibre, fût-ce jusqu'à la vannerie complexe du symbole. La curiosité déprécie ce qui n'en est plus que l'objet. Ainsi la mode de la plante médicinale s'achève-t-elle, pour le bien des laboratoires, en reconnaissance de sa valeur –thérapeutique, marchande– par l'aréopage des pharmacologistes, reconnaissance assortie d'une déclaration de propriété désormais privée. Aux ethnobotanistes de se convertir en rabatteurs de molécules avec la bénédiction des multinationales.

15Vingt-trois ans de terrain dans l'Amazonie négligée des Solognes, des landes bretonnes, des Alpes et des Causses. Avec, au début, dans le dos, l'espèce de bidon idiot des herborisants du XIXème siècle, où l'on plie les plantes à la taille standard de l'herbier (les paysans demandaient en rigolant : pourquoi tu trimbales un masque à gaz ?). La découverte, un jour, de l'autre connaissance, des interprétations analogiques qui sont peut-être une archéologie du savoir mais alors pourquoi ça guérit, aussi, les « vertus cachées sous le voile du silence de la nature »2 ?L'espèce de vertige devant l'autre classification, devant l'intelligence intuitive des rapports.

16Merci, Madame P., Madame M., pour tout ce que vous avez écrit en marge de Flora Europaea, pour votre ordonnance des herbes qui fait éclater les espèces et les genres, qui pose comme jalons d'accès au monde des plantes comestibles les catégories « salades d'iode », « cul blanc », « oursin », celle-ci réunissant les rosettes qui, dès la cueillette se roulent sur elles-mêmes à la façon de la rose de Jéricho (fig. 3). Merci Madame S. qui avez, pour la première fois, tiré devant moi des chaumes la chicorée à la bûche, dite aussi Saut'oulama parce que sa tige raide fait sauter des mains la lame des faucilles (fig. 4). Merci, Madame G., pour l'évidence de la distinction entre la rosette de laitue vivace et celle de laitue des vignes, distinction impossible à l'aide des flores, Merci, Monsieur B., pour le jardin où vous tenez officine, près de cette ville minière de l'Hérault, au-dessus des galeries où vous avez passé le plus sombre de votre existence, et qui savez tout du légume-remède et de la prétendue mauvaise-herbe qui lui tient compagnie, comme si, très profond, vous en aviez rencontré les forces originelles.

17Enquêter, c'est dialoguer, c'est échanger des connaissances. Qui a jamais parlé de neutralité, de virginité du terrain ?Est-ce que le Père Mességué ne l'a pas sérieusement troussé, le terrain, en racontant ses herbes du bonheur, et les autres, sur la radio nationale, pendant des semaines, en prélude à son marketing du naturel ?Avec le magnétophone, qui est d'abord une machine à entériner la distance, on se fabrique trop facilement une objectivité à 4,75 cm/seconde.

18Objectivité qu'il est bon ton de conforter par un décryptage fidèle à la syntaxe approximative de l'informateur : on ne l'a pas chassé aux sources du Nil mais il est néanmoins glorieux d'en exhiber le trophée sur fond de brousse linguistique.

19Enquêter en France, c'est d'abord, sans interférer en rien, prêter attention aux discours de l'autre, notre égal, mais aussi en connaître assez soi-même sur l'objet du discours pour pouvoir, si la demande s'exprime, fournir à l'informateur les précisions qu'il est en droit de requérir pour le bien de son propre savoir. Que faisaient les colporteurs, les ouvriers itinérants de l'ancienne société, sinon assurer ce troc de connaissances ?Notre pseudo-objectivité s'alimente aux vestiges des siècles de partage.

20Alors, soigner une dernière fois le moribond sous prétexte de connaître l'arrière-couleur de son regard –regard élevé à titre sub-posthume au rang patrimonial– ou croire à des greffes, qui ne répéteront pas le passé, qui produiront peut-être des fruits dont on ne sait rien sinon qu'ils perpétueront au moins la complexité fertile de notre rapport au monde ?

Une « enquête-animation-restitution »

21La rencontre avec le milieu associatif a un peu fonction de pépinière. Plus qu'ailleurs l'échange des savoirs peut y échapper aux enjeux hiérarchiques. En 1979, à la. demande de la Fédération nationale des foyers ruraux –qui soutient depuis des années des actions d'animation-recherches d'autant plus riches d'impacts qu'elles sont conduites « du dedans »– une enquête-sondage sur l'état actuel de la médecine populaire par les plantes est lancée au niveau national. C'est l'acte de naissance de l'Association E.P.I. (Mane, 04300 Forcalquier), qui se dote d'un département spécialisé, le C.I.R.E.V. (Centre d'information et de réflexions sur l'environnement végétal).

22Entreprise évidemment impossible à conduire sérieusement au-delà du prologue, mais ce dernier suffit à démontrer la richesse d'un savoir trop vite prétendu laminé. Richesse de la pharmacopée (près de 160 espèces végétales prêtant à usage thérapeutique sont recensées en un an sur 21 départements ; c'est le double de ce que commercialise couramment l'herboristerie), mais aussi pertinence des cures– que des dictons à destination posologique limitent rigoureusement dès qu'il y a risque–, subtilité de la perception du simple et de son habitat, et jusqu'à l'écho bouleversant d'une lecture du monde où l'analogie est connaissance immédiate, intelligence des possibles, piste de guérison3.

23La stratégie même de l'enquête, conduite en partie par des non-spécialistes dans une perspective initiale de restitution, impliquait des limites, que les faits ont parfois même rétrécies. Il en résulte évidemment plus d'interrogations que d'éclaircissements, interrogations qui suffisent à fonder des années de recherche : problèmes de la distribution géographique des savoirs (universalité de l'emploi de la ronce dans les maux de gorge ; « endémisme » thérapeutique du « badasson » en Haute-Provence [fig. 5] alimentaire de la pousse de la bryone en Roussillon, etc.) ; modes actuels de transmission, de perfectionnement ou d'altération de ces savoirs ; perception des rapports entre le remède végétal (et la plante alimentaire sauvage) et le milieu ; survivances et validité de la notion de « signature » ; interprétation des concepts thérapeutiques actuels dans les pratiques de médecine populaire par les plantes (diagnostic savant et « champ thérapeutique » dans l'acception traditionnelle) ; le savoir animal comme source de certains traitements chez l'homme (fig. 6), etc.

24Quelque peu approfondie dans les Alpes du Sud, en 1982, l'enquête conduite initialement par l'association E.P.I. s'étend cette année à plusieurs massifs méditerranéens (Pyrénées-Orientales, Haut-Languedoc, Cévennes, Haute-Provence). Ceci dans le cadre d'une recherche menée en collaboration étroite avec l'association « La Pensée Sauvage » (Lassalle, Gard) : « Etude comparative des savoirs naturalistes en montagnes méditerranéennes : connaissance et emploi de la flore ».

25C'est dans le cadre de l'enquête E.P.I. que s'est située, en 1981-82, la réalisation de l'exposition « Les simples entre nature et société ». Ce travail collectif de cinq membres de l'association, qui répond à la volonté de restitution évoquée plus haut, fait le point sur les principaux aspects de la plante médicinale : écologie, botanique, problèmes d'identification et de dénomination, place dans la société traditionnelle, magie et symbolique, rôle dans les thérapeutiques traditionnelles et actuelles, pharmacologie, enjeux sociologiques et économiques d'aujourd'hui. Un herbier de plus de cent espèces, ordonnées par milieux, illustre la flore médicinale de base et en résume les propriétés.

26A la fois restitution et base d'animation, cette exposition inaugurée à Forcalquier (Haute-Provence) en avril 1982, circule désormais dans toute la France, dans le secteur associatif (fig. 7), mais aussi dans les institutions publiques (Parcs nationaux et régionaux, offices culturels municipaux, musées, etc.). Elle a été financée aux 2/3 par la Mission du Patrimoine ethnologique, la FNFR assumant le reste. Un livre-catalogue reprend l'intégralité des textes de l'exposition et la majeure partie des illustrations4.

27L'enquête, l'exposition, introduisent à une réflexion sur le rapport actuel aux plantes, sur les possibles du végétal en un temps où, d'être vivant initiateur de culture, il régresse au stade d'objet d'environnement et/ou de consommation. Comme il est dit en substance plus haut, il ne s'agit pas de viser à un quelconque « retour à (un regard sur, un usage de) la nature » mais d'inventer un regard, un usage cohérents sans être pour autant dépendants des modes majeurs de pensée et de gestion du monde.

28Ainsi, notre approfondissement de l'étude des pharmacopées et de la médecine populaire va-t-il de pair avec la critique de l'appareil médico-pharmaceutique dominant, avec la recherche de l'autonomie de santé (recherche qui ne tient pas à substituer le fanatisme du naturel au fanatisme de la drogue industrielle). L'attention à la perception du rapport de la plante au terroir et au corps valide la notion de qualité défendue par des groupes de producteurs (que « La Pensée Sauvage » et l'E.P.I. soutiennent par des rencontres et des formations).

29Mais c'est surtout, et simplement, l'enrichissement de notre écoute des propositions spontanées du monde qui est en cause dans la démarche entreprise. «  Aux siècles passés, écrit J. Belin-Milleron, l'homme n'était jamais seul dans le monde ; il était avec les choses et les êtres  ». Au premier rang de ceux-ci, la plante qui « est ce par quoi les rapports entre les hommes et le monde deviennent possibles, sinon explicables »5.

30A ce niveau, l'ethnobotanique apparaît comme une discipline au moins aussi importante que l'écologie. En déchiffrant les relations société/végétal, relations édificatrices d'imaginaire, de savoirs, de pratiques et de techniques, elle est parfaitement complémentaire de la science des rapports physico-chimiques ou organiques entre les êtres et entre ceux-ci et le milieu. Elle est écologie de la perception et de l'usage du végétal.

Alibi culturel et culture initiatrice

31L'ethnobotanique est bien plus que l'histoire de l'homme lue entre les feuilles. C'est aussi une collecte de graines pour des jardins possibles. Gestionnaires désordonnés du monde, simplement préoccupés par la survie de ce qui finit quand même par nous apparaître comme biologiquement ou économiquement nécessaire (l'eau, la forêt / oxygène / bois d'œuvre / pâte à papier, le pétrole), nous n'avons pas encore assimilé l'importance de ce qui fait l'enracinement terrien des cultures, où la plante reste l'intercesseur fondamental.

32420 espèces en voie de disparition ou de régression accentuée sur les 4 200 plantes supérieures de la flore française. Est-ce seulement affaire de conservatoires botaniques ?Dans une société narcissique où la quasi-totalité des signes quotidiens des choses proviennent de ses propres créations, il importe d'affirmer que la perte ou la dégradation de tout élément premier édificateur de regard aggrave une amnésie que les mémoires électroniques les plus sophistiquées ne compenseront jamais.

33« L'homme de l'espace dont c'est le jour natal sera un milliard de fois moins lumineux et révélera un milliard de fois moins de choses cachées que l'homme granité, reclus et recouché de Lascaux, au dur membre débourbé de la mort. » René Char, « Aux riverains de la Sorgue », 1959.

34Le bison de Lascaux est mort. Les peintures sont retournées à la nuit et au silence. Reste l'enseignement de la fougère que chaque printemps renouvelle.

35La culture, au sens fort, n'a pas de prix quand elle est vécue, et l'économique s'y accorde forcément, tandis que les placages économiques sur des cultures en déséquilibre ne font qu'en accélérer l'effondrement.

36Ces évidences, malheureusement illustrées chaque jour jusqu'au tragique dans les « pays en voie de développement », sont loin d'être perçues par tous les décideurs, dans nos frontières. Nos recherches de subventions pour l'exposition en ont fourni des preuves flagrantes : « essayez de mettre en évidence les implications économiques de votre projet », nous disait-on. Avec, en prime, le sourire poli quand on prononçait le mot de populaire.

37Faudrait-il créer un atelier de lutherie et lancer un disque au MIDEM à chaque recueil de chansons populaires, monter une coopérative de producteurs de plantes et ouvrir un laboratoire de pharmacologie dès qu'on enquête sur les médicinales ?Quand la culture se fait alibi, faut-il encore témoigner pour l'avenir ?

38D'autant plus réconfortant, alors, de découvrir un jour que ça existe pourtant quelque part, la simple attention à la culture en ses racines, l'incitation à la collecte, à l'engrangement, à l'étude et au partage de ce qui fait le substrat de nos pratiques sociales et de nos rapports avec les espaces de vie.

39« Si nous savions déjà que la recherche, parce qu'elle crée de nouveaux objets d'étude, dynamise la notion de patrimoine ethnologique et fonde une conservation éclairée, nous sommes tout juste en train de découvrir la part de créativité dont est porteur ce patrimoine. »

40[Elizabeth Lévy, ouverture du Forum de L'Isle-d'Abeau, avril 1982].

41Le moins qu'on puisse ajouter, c'est que la créativité a été soutenue : s'il y a réapprentissage d'un regard où l'être végétal se retrouve porteur d'une dynamique culturelle, l'action de la Mission du Patrimoine ethnologique en direction des associations y aura sérieusement aidé.

42Et puis, dans un itinéraire –fût-il un peu cahotique– entre la plante et l'homme, il a inévitablement un jour aussi le Laboratoire d'ethnobotanique du Muséum national d'histoire naturelle, l'accueil chaleureux et les leçons de Jacques Barrau, l'échange fructueux avec les chercheurs de la Société d'ethnobotanique et d'ethnozoologie6 dont plusieurs travaillent dans le domaine français, les séminaires mensuels d'ethnobotanique et d'ethnomédecine. Impossible, pour quiconque s'intéresse aux relations plantes/sociétés, d'ignorer ce lieu de rencontres et de perfectionnement.

43Peut-être qu'on ne fait pas sérieusement de l'ethnologie. Il y a sûrement pas mal de naïveté à la clef. Quand il s'agit de végétal, toutefois, un douanier Rousseau vaut mieux qu'un Mondrian. Car il y a des risques de glissement général vers le modèle du champ de maïs : alignement des idées, désherbage des têtes. Peut-être qu'on frôle la confusion à force d'essayer de traduire la prairie et le buisson en paroles intelligibles là où il n'y a ni foin, ni feuilles. Mais, on l'a vu, la sauvagerie prête à des ordres vivants, vivables : mieux vaut s'en faire complice que d'être du camp fini des gazons et des acacias-boules.

44Puissance du renouvellement : les premiers bipèdes attentifs au monde ont appris du végétal quelque chose de fort et d'obscur qui finira par s'épurer en espérance. Signifier que la rencontre avec la plante s'insère toujours dans cet élan de vie suffit largement à faire une ethnobotanique.

45Pour de plus amples détails, faire halte un matin de juillet, en montagne, près de la feuille d'alchémille dont le simple bonheur emperlé prélude à tous les ors de l'esprit.

Haut de page

Notes

1Haudricourt, A.-G., 1964. Nature et culture dans la civilisation de l'igname : l'origine des clones et des clans. L'Homme, 4 (1)  : 94-95.
2Crollius, Oswald, La Royale Chimie… traduite en françois par Marcel de Boulène, Lyon 1624 (outre son importance pour l'histoire de la « Médecine des signatures », ce livre renferme des pages admirables qui constituent une introduction fondamentale à la pensée analogique).
3La première mise en forme des informations recueillies par l'enquête E.P.I./FNFR 1979-80 a fait l'objet d'une publication : Lieutaghi, P., et Coll., Enquête Médecine populaire par les plantes, réalités et renouveau, 145 p., fig., tabl., Mane 1981 (peut être obtenue au prix de la photocopie auprès de l'E.P.I.).
4Lieutaghi, P., Les simples entre nature et société. 24 x 20,5 cm, 160 p., environ 260 fig. dont 36 coul., biblio. commentée, index. Inclut un texte de Gil Garcin, Des plantes, des lieux, des gens, des gestes, témoignage et réflexions d'un récolteur de Haute-Provence. Cet ouvrage peut être obtenu auprès de l'E.P.I.
5Belin-Milleron, J., 1952. L'analyse ethnobotanique de l'histoire de l'homme. La feuille du nat., Bull des nat. parisiens, VII (5-6) : 33-37.
657 rue Cuvier, 75231 Paris cedex 05. Publie un précieux Bulletin bibliographique.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lieutaghi P., 1983, « L’ethnobotanique au péril du gazon », Terrain, n° 1, pp. 4-10.

Référence électronique

Pierre Lieutaghi, « L'ethnobotanique au péril du gazon », Terrain [En ligne], 1 | octobre 1983, mis en ligne le 23 juillet 2007, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://terrain.revues.org/2779

Haut de page

Auteur

Pierre Lieutaghi

Association Études populaires et Initiatives, Mane, 04300 Forcalquier. Laboratoire d'Ethnobotanique et d'Ethnozoologie, Muséum national d'Histoire naturelle, 57, rue Cuvier, 75231 Paris cedex 05.

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org