Navigation – Plan du site
Authentique ?

Faux et authenticité en préhistoire

Claudine Cohen
p. 31-40

Résumés

La réflexion sur la question de l’authenticité des preuves en paléontologie humaine et en préhistoire peut être éclairée par l’étude de la question de la fraude, particulièrement présente, dès leur origine – au milieu du xixe siècle –, et aujourd’hui encore, dans ces disciplines. De la « mâchoire de Moulin-Quignon », déterrée en 1863, à la supercherie de Piltdown, qui à partir de 1912 trompa, plus de quarante ans durant, une partie de la communauté scientifique, l’étude de l’acceptation de ces faux, des débats et des procès auxquels ils ont donné lieu, et de leur dénonciation comme tels, éclaire la question des conditions historiques de l’administration de la preuve dans ces disciplines. Mais la fabrication des faux peut être aussi – en tant que pratique heuristique visant à retrouver les gestes et les procédures cognitives qui président à leur fabrication – une voie d’accès à la connaissance du passé préhistorique de l’homme et de ses cultures.

Haut de page

Entrées d’index

Thèmes :

archéologie

Lieux d'étude :

Europe
Haut de page

Texte intégral

1C’est au milieu du XIXe siècle les sciences de la que préhistoire de l’homme – paléontologie et archéologie préhistorique – se fondent comme disciplines visant à reconstituer, à partir de vestiges anatomiques et culturels, l’histoire très ancienne de l’humanité. En France, il appartient à Jacques Boucher de Perthes, directeur des douanes d’Abbeville et amateur éclairé, d’avoir le premier démontré l’existence de l’homme fossile en faisant la preuve, dans des sites de plein air de la basse vallée de la Somme dont la stratigraphie était déjà bien connue depuis la première moitié du siècle, de la contemporanéité d’outils taillés de main d’homme avec des restes osseux d’animaux dits « antédiluviens » : mammouth, rhinocéros laineux, ours des cavernes… Si la communauté scientifique française est réticente (en partie à cause de la fidélité de l’establishment français aux idées de Cuvier hostile à la notion de l’homme fossile), c’est auprès des naturalistes anglais, tels Falconer, Prestwich ou Lyell, que la thèse de Boucher de Perthes finit par rencontrer, en 1859, une approbation : de ce moment, on peut précisément dater la naissance de la notion d’homme fossile et la fondation de la préhistoire scientifique.

2La question de la fraude est centrale dans l’œuvre de Boucher de Perthes et dans la fondation de l’archéologie préhistorique comme science, d’abord parce qu’il est nécessaire – mais souvent malaisé –, en ce moment premier de l’histoire de cette discipline, de distinguer, parmi les objets de pierre taillée, ceux qui résultent de cassures volontaires faites par la main de l’homme, et les objets portant des cassures naturelles. C’est dans ce mince écart entre cassure naturelle et cassure volontaire d’une part, d’autre part entre objets manufacturés primitifs et « outils » récents, que peut se glisser la fraude. Si les Antiquités celtiques et antédiluviennes de Boucher de Perthes n’ont guère emporté l’adhésion au moment de leur première publication (le premier volume est publié en 1849), c’est en partie parce que les figures représentant ces objets, peu précises, laissaient souvent des doutes quant à leur authenticité. Si Boucher de Perthes dut se battre des décennies durant pour la reconnaissance de la valeur de ses preuves archéologiques, il est remarquable qu’une des preuves les mieux acceptées de l’ancienneté de l’homme ait été la découverte d’une mâchoire humaine supposée préhistorique, qui fut pourtant par la suite identifiée comme un faux. La « mâchoire de Moulin-Quignon » apparaît ainsi comme un des mythes fondateurs de la préhistoire de l’homme.

La fraude de Moulin-Quignon

3La mâchoire de Moulin-Quignon fut découverte entre le 23 et le 28 mars 1863 dans des terrains sableux du « diluvium inférieur » (paléolithique inférieur) de Moulin-Quignon, qui prolongent les couches du « banc de l’Hôpital » où Boucher de Perthes avait recueilli des ossements et des haches taillées indubitables : cette mâchoire entière, associée avec plusieurs dents humaines isolées et des outils de silex taillés de main d’homme, apparaît selon un des témoins « différente des mâchoires humaines ordinaires ». Cette affirmation, énoncée par un médecin, notable abbevillois que l’on avait fait venir pour l’occasion, suffit alors à convaincre. Mais elle est aujourd’hui peu recevable, lorsqu’on constate – à la lumière des comparaisons anatomiques avec les fossiles humains connus actuellement – que cette mandibule, avec son menton bien développé, a une allure parfaitement moderne.

4La supercherie fut probablement l’œuvre des ouvriers carriers chargés par Boucher de Perthes de recueillir les restes enfouis. Le procédé consista sans doute dans le seul fait d’insérer intentionnellement une mâchoire humaine récente dans des couches connues pour anciennes. Dans ce cas, la constitution du faux paraît liée à trois facteurs : d’une part, la fraude tient aux modalités de la division du travail scientifique, entre celui qui pense et qui paie (« l’entrepreneur » de la fouille) et celui qui creuse (l’ouvrier). Pour encourager les ouvriers qui travaillaient pour lui, Boucher de Perthes avait fini par offrir la somme – considérable – de 200 francs pour le premier vestige humain découvert : cette promesse allait hâter les trouvailles… La fraude tient aussi à la prééminence des idées théoriques sur les preuves empiriques : le désir qu’avait Boucher de Perthes de voir confirmer ses thèses sur l’existence de l’homme fossile (« antédiluvien », dans le vocabulaire, déjà archaïque en son temps, de Boucher de Perthes) en découvrant non seulement ses « œuvres » de pierre taillée, mais aussi les restes de l’artisan lui-même, « en chair et en os », l’avait effectivement conduit à accepter sans critique cette découverte. Enfin, la fraude scientifique consiste à emprunter les voies mêmes de la preuve. S’il était relativement aisé de tailler de faux outils de silex sur le modèle de ceux qui étaient connus, rien ne permettait de savoir encore à quoi pouvait ressembler l’homme fossile lui-même : en effet en 1863, aucun des restes d’hommes fossiles aujourd’hui reconnus n’avait pu être identifié comme tel sauf la calotte de Néandertal, qui restait encore discutée. La découverte des restes osseux de Moulin-Quignon ne pouvait donc pas être authentifiée par des critères anatomiques, mais seulement par des critères géologiques : d’une part, par la situation topographique et stratigraphique des objets découverts (qui témoigne de leur ancienneté), d’autre part par l’association, dans les mêmes couches, des objets manufacturés par l’homme avec des ossements d’animaux « antédiluviens ».

5Dans la constitution du savoir paléontologique, les pratiques de la fouille jouent en effet un rôle essentiel. Si, en ce xixe siècle, il arrive encore que l’on procède, à la manière des « curieux » de jadis, en ramassant des objets – à l’occasion du percement de canaux, de travaux de voirie ou encore dans une grotte –, la stratigraphie paléontologique – fondée depuis le début du siècle en Angleterre par William Smith, en France par Cuvier et Brongniart, puis d’Orbigny – avait déjà permis de repérer le lieu précis de la découverte d’un fragment et d’étudier la succession des dépôts pour le situer dans une histoire dont il est preuve. La stratigraphie, échelle verticale au sein de laquelle les vestiges des êtres éteints peuvent être classés, permet de recueillir les objets en relation avec le contexte où ils ont été trouvés. En l’absence de moyens d’effectuer des datations absolues (les premières techniques de datation absolue ne seront mises au point qu’autour de 1950), la position stratigraphique de l’objet est une preuve essentielle de son ancienneté : les circonstances de la découverte constituent un élément indispensable pour authentifier l’objet découvert. Cette stratigraphie verticale pratiquée depuis le début de xixe siècle par les géologues et les paléontologues, et fondée sur la mise en évidence de la succession des couches de terrain par des coupes est reprise au milieu du siècle en archéologie préhistorique.

6Les débats suscités par la découverte de Moulin-Quignon aboutissent à la décision de réunir une commission de savants, entre le 9 et le 13 mai 1863 à Paris puis Abbeville. Ce « procès de la mâchoire » n’est pas seulement anecdotique, c’est un événement doublement important : pour la première fois se constitue dans le domaine des sciences de la préhistoire de l’homme une assemblée de savants habilitée à juger de l’authenticité des preuves et des conditions de recevabilité des faits scientifiques, distincte des autorités juridiques légales, des institutions académiques officielles et des sociétés d’antiquaires spécialisées en archéologie historique. Ainsi se crée une nouvelle autorité intellectuelle, qui entérine l’existence d’un champ nouveau de savoir. Les minutes des débats, qui ont été recueillies avec soin et publiées dans les Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris en 1863, constituent d’autre part un document précieux pour ce qui concerne la mise au point des critères de la preuve et des marques de l’authenticité en paléontologie humaine et en préhistoire.

7La commission, composée de savants archéologues, géologues, paléontologues, anglais et français, sous la direction de Milne Edwards, se réunit durant plusieurs jours, et se déplace à Abbeville, afin d’inspecter le site de Moulin-Quignon, et de tenter de mettre au jour des haches taillées sur le site et dans les couches mêmes où a été découverte la fameuse mâchoire. La preuve empirique, celle qui consiste à voir de ses yeux et à toucher de ses mains l’objet dégagé de la couche, apparaît ici comme la seule véritablement fondée. Ainsi que nous l’avons vu, le critère stratigraphique, dans l’examen des outils, et dans celui des restes osseux, l’emporte sur le critère anatomique et morphologique. C’est parce qu’ils ont été découverts « au plus bas de la couche de sable noir et à quelques centimètres de la craie » que la mâchoire et les outils associés sont présumés authentiques.

8L’ensemble des savants conclut à l’authenticité de la découverte, sauf le paléontologue anglais Falconer qui réserve son opinion : parmi cet aréopage de savants, il est le seul à dénoncer le faux comme tel, sans doute parce qu’il est le seul à s’être attaché à d’autres critères d’authenticité : critères internes, anatomiques (et non pas seulement « externes », stratigraphiques).

« Je pense, écrit-il, que la découverte de la mâchoire humaine de Moulin-Quignon est authentique, mais que les caractères que cette mâchoire présente, rapprochés des conditions où on l’a trouvée, ne s’accordent pas avec l’idée qu’elle soit d’une très grande antiquité. »

9La découverte de Moulin-Quignon apparaît bien comme l’acte fondateur de la préhistoire à son origine, et marque le moment à partir duquel, en France à tout le moins, l’existence de l’homme fossile fut largement admise dans la communauté scientifique comme dans le public. Il y a, dans ce cas, un véritable effet fondateur du faux, en tant qu’il matérialise une idée, qu’il s’insère, comme preuve empirique, à une place encore vacante au sein d’un système théorique déjà construit.

La supercherie de Piltdown

10Si l’épisode de Moulin-Quignon eut sans doute un effet scientifiquement positif, tel n’est pas le cas de l’affaire de Piltdown qui, quarante ans durant, a perturbé, retardé même la recherche scientifique en paléontologie humaine.

11En mai 1908, un archéologue amateur, Charles Dawson, ramasse des fragments de crâne humain dans une couche de graviers à Piltdown dans le Sussex. Avec la collaboration d’Arthur Smith Woodward, géologue au British Museum, il recueille dans la même couche plusieurs autres fragments de crâne et une mandibule pourvue de dents. Les restes crâniens semblent indiquer un front élevé, dépourvu de superstructures, comme chez l’homme actuel. La mâchoire ressemble beaucoup à celle d’un grand singe, mais les dents sont usées selon un schéma typique de l’homme. A ces restes sont trouvés associés, dispersés dans la même couche, des outils de pierre d’allure primitive, un fragment d’os taillé en pointe et des restes osseux d’animaux datés du pléistocène ancien.

12Une reconstitution du crâne réalisée par Smith Woodward lui attribue une capacité cérébrale de 1 070 centimètres cubes, soit une mesure intermédiaire entre le singe et l’homme actuel. Ce « chaînon manquant » supposé, baptisé Eoanthropus Dawsoni, est présenté publiquement lors d’une séance solennelle et triomphale de la Geological Society de Londres, le 18 décembre 1812.

13Eoanthropus est donné pour le véritable ancêtre de l’humanité moderne. La preuve de l’ancienneté de ce fossile repose uniquement sur des critères stratigraphiques. La supercherie de Piltdown a eu, au moment de son élaboration, pour effet de « prouver » que l’accroissement du cerveau est le facteur premier de l’évolution humaine et que les formes primitives d’hominidés connues jusque-là (pithécanthropes, néandertaliens) n’étaient que des formes simiesques, exclues de la lignée qui mène réellement à l’homme moderne. Il fallait donc doubler les fossiles du paléolithique ancien et moyen connus alors d’un ancêtre dont la boîte crânienne aurait été plus digne d’avoir abrité une pensée humaine. Avec son crâne moderne et sa mandibule d’orang-outan, l’homme de Piltdown matérialisait cette théorie des « présapiens européens » et pouvait passer pour le premier homme moderne, véritable « chaînon manquant » entre l’homme et le singe, digne de figurer dans la galerie des ancêtres de l’homme actuel. A ces raisons philosophico-scientifiques s’en mêlent d’autres, plus politiques : en ces premières décennies du siècle, les naturalistes anglais acceptent l’Eoanthropus avec d’autant plus d’enthousiasme qu’ils trouvent dans cet ancêtre bien « britannique » – plus que dans les candidats asiatiques, français ou allemands, à l’origine humaine –, de bonnes raisons de conforter leur orgueil nationaliste…

14Après avoir défrayé la chronique en Angleterre comme dans toute l’Europe et aux Etats-Unis, et avoir suscité notamment des polémiques entre « monistes » (partisans de l’unité du crâne et de la mâchoire) et « dualistes » (qui, comme Marcellin Boule, admettaient l’authenticité du crâne, mais pas celle de la mâchoire) les restes de Piltdown, s’ils continuent à être pris en compte par de nombreux paléontologues (en France, par M. Boule et par G. Montandon, en Angleterre par A. Keith), sombrent à partir de 1920 à l’arrière-plan des préoccupations scientifiques. Ils apparaissent anatomiquement trop peu cohérents et trop sujets à controverse pour permettre un usage au sein d’une démonstration scientifique sur l’évolution humaine ; enfin, leurs caractères s’accordent mal avec ceux des autres hominidés fossiles (authentiques) découverts entre les deux guerres, comme les sinanthropes asiatiques et les australopithèques mis au jour en Afrique du Sud puis en Afrique de l’Est à partir de 1925.

15C’est beaucoup plus tard, dans les années qui suivent immédiatement la Seconde Guerre mondiale, que se précipitent les événements qui mettent fin à ce que les journaux appelleront « la plus grande supercherie scientifique du siècle ». En 1947, Kenneth P. Oakley, géologue et paléontologue au British Museum, met au point une technique d’estimation de l’âge des fossiles par la quantité de fluor qu’ils contiennent. Cette nouvelle technique révèle que les restes de Piltdown sont beaucoup plus récents que ceux des animaux fossiles découverts en association avec eux. De nouveaux examens du fossile montrent qu’il s’agit bien d’une supercherie : le crâne est vieux à l’échelle historique, mais non à l’échelle géologique, et la mâchoire est récente, c’est celle d’un jeune orang-outan. Les dents ont été artificiellement limées pour obtenir un type d’usure humain. Les os ont été colorés artificiellement pour prendre la couleur des fossiles animaux des couches caillouteuses de Piltdown. L’assemblage a été délibérément inséré dans le site.

16Le rapport, dressé par De Beer, Wiener et Le Gros Clark, est un véritable acte d’accusation et rend nécessaire que le taxon Eoanthropus soit écarté de la nomenclature officielle. En 1959, le crâne et la mandibule de Piltdown, soumis à l’analyse au radiocarbone, révèlent que la mandibule est d’âge récent (500 +/– 100 ans), et que le crâne est vieux de seulement 620 +/– 100 ans. De cet ensemble d’études qui contribuèrent à démasquer l’homme de Piltdown comme un faux, il apparaît que c’est essentiellement grâce à de nouvelles techniques (datations absolues au fluor ou au radiocarbone, usage du microscope électronique et de rayons X) que la vérité a pu éclater.

17Pourtant, la technique n’est pas ici seule en cause : l’impact du faux et la durée de son acceptation sont en étroit rapport avec le cadre théorique qu’ils confortent. Dans le cas de Piltdown, la prise au sérieux de ce fossile fut étroitement liée, quarante ans durant, à la thèse aujourd’hui périmée des « présapiens européens ». Sans cette volonté de croire a priori, qu’il fallait nourrir de preuves, certains caractères qui dénonçaient l’inauthenticité du fossile étaient depuis longtemps identifiables (patines et coloration des outils de pierre, taille de l’objet en os, anatomie de la mandibule). Les morceaux maquillés de la « chimère » de Piltdown qui, pour tout paléontologue non prévenu, auraient déjà à cette époque dû apparaître comme l’association incongrue d’un crâne d’homme et d’une mâchoire de singe, ont néanmoins pu être acceptés par la communauté scientifique comme représentant un ancêtre plausible de l’homme moderne.

18La supercherie de Piltdown, falsification méthodique, systématique, d’un site entier, est certainement (au moins partiellement) le fait d’un homme de science. Quoi qu’il en soit de son identité, le faussaire de Piltdown connaît et conforte la méthodologie de la preuve dans la science paléoanthropologique de son temps – position stratigraphique du fossile, associations de restes d’animaux contemporains et d’industries, usure des dents, coloration de l’os, destruction systématique des parties en connexion anatomique – et sait aussi exploiter ses faiblesses, notamment en ce qui concerne l’impossibilité d’une reconstitution et d’une datation des restes fossiles. On ne peut nier, dans ce cas, la très grande proximité de la falsification et du travail scientifique.

19Dans les sciences de la préhistoire humaine, les supercheries ne sont pas rares : faux outils de pierre taillée, faux crânes et faux ossements humains fossiles, faux objets d’art préhistoriques (galets aziliens, gravures, peintures rupestres), faux mégalithes… Cette abondance met en évidence, outre l’ouverture très large de ces disciplines (dont la professionnalisation fut lente à conquérir) à l’amateurisme, certaines fragilités méthodologiques qui leur sont propres. Les conditions de la collecte des données au cours de la fouille, la nature même des matériaux, traces morcelées et éparses, laissent un certain jeu dans la reconstitution et rendent nécessaire l’intervention de l’imagination, de la fiction. Du fait de la rareté du matériel en paléontologie humaine, un seul spécimen peut conduire à une refonte totale du système d’interprétation. En outre, les sciences de l’évolution humaine, fondées sur l’étude des restes fossiles, sont avant tout des disciplines historiques, dont chaque document est singulier et dont les preuves ne sont pas reproductibles. Enfin, le poids des représentations collectives et des préjugés a, en tout ce qui touche à l’origine de l’homme, une incidence plus grande qu’ailleurs sur les positions des savants.

De « Flint Jack » à la préhistoire expérimentale

20La fabrication des faux a parfois jeté – comme dans le cas de l’affaire de Piltdown, assurément « la plus grande supercherie du siècle » – un certain discrédit sur la science et les savants. Mais elle peut aussi réaliser une intention de connaissance, une visée heuristique, ainsi que l’illustrent aujourd’hui, dans un tout autre contexte, les pratiques de la préhistoire expérimentale.

21Le xixe siècle avait vu prospérer de véritables faussaires professionnels. Et, rapidement, on avait assisté à une prolifération de fausses « haches taillées » : ainsi, le célèbre « Flint Jack » qui, possédant de bonnes connaissances sur les silex taillés de la préhistoire, fit de son art une industrie, organisant des démonstrations publiques de sa manière de tailler les outils et fournissant de ses œuvres le British Museum – se vantant d’en avoir vendu à bon nombre d’autres institutions vénérables… Voici le récit d’une de ses démonstrations :

22« Le Dr Tennant suggéra à Edward de faire une démonstration de la fabrication d’outils de pierre et de silex, pour laquelle il serait payé. Le 6 janvier 1862, une nombreuse assemblée de géologues importants et de leurs amis se réunit dans une salle de Cavendish Square sous la présidence du Dr Tennant… L’assemblée était déjà nombreuse quand soudain un individu se fraya un chemin dans la foule et, sous les ricanements, avança jusqu’aux sièges réservés du premier rang et s’assit froidement. C’était un vagabond d’environ 45 ans, vêtu d’habits sales en haillons et de lourdes bottes de marin. Il portait un manteau de drap sombre qui pendait en loques sur ses épaules, étroitement boutonné sur une chemise qui avait dû être blanche, et autour du cou un morceau de mouchoir de coton bleu. Il avait la peau brune d’un bohémien, les cheveux pendant en longues mèches noires sur un visage qui n’était pas très avenant, sauf l’expression rusée de ses yeux étranges. Il tenait dans une main un vieux chapeau et dans l’autre un petit baluchon noué dans un mouchoir de coton rouge crasseux.

23L’auditoire fut étonné, puis amusé de l’assurance confiante avec laquelle il étudiait les spécimens et les schémas disposés sur l’estrade. Enfin, les officiels entrèrent dans la pièce, et la soirée commença : quoique bien des regards fussent dirigés vers le curieux gentleman assis au premier rang, aucun ne sembla étonné ni gêné de sa présence.

24Il écouta attentivement la conférence du président et la discussion qui suivit, mais marqua un intérêt plus soutenu encore lorsque la seconde communication fut lue. Puis enfin le mystère fut dévoilé, car le vice-président expliqua, dans son discours sur l’intelligence technique dans les temps modernes, que, grâce au Dr Tennant, il se trouvait dans l’assistance une personne qui, à l’aide d’un petit morceau de fer en crochet, produirait toutes les formes d’armes de silex que l’on voudrait.

25Alors Flint Jack monta sur l’estrade et s’assit de manière à être vu de tous. Il défit le nœud de son baluchon qui était plein de morceaux de silex et, en sélectionnant un dans le tas, il se mit au travail.

26Il tenait parfois le silex sur les genoux, lui donnant quelques coups négligents avec ce qui ressemblait à un clou crochu, et en quelques minutes il eut produit une petite pointe de flèche, qu’il tendit au gentleman assis à côté de lui, et continua à en fabriquer une autre avec une rapidité qui était le fruit d’une longue pratique. Une foule se forma autour de lui et ses pointes de flèche furent achetées pour 6 pence aussi vite qu’il les fabriquait. Ce fut la première apparition devant le public londonien du célèbre Flint Jack” » (Richardson & Stamp 1985 : 10, ma traduction).

27En lisant aujourd’hui le récit de la performance de « Flint Jack » taillant des outils de silex « préhistoriques » devant une assemblée de géologues étonnés, nous ne pouvons nous empêcher de penser que la taille des outils est devenue de nos jours une des activités des préhistoriens professionnels. Dans ce dernier cas, l’opération qui consiste à fabriquer le faux en s’efforçant de retrouver les gestes et les procédures mentales des paléolithiques est peut-être la seule qui permette de connaître, comme de l’intérieur, en l’absence de tout discours et de toute observation directe de leur activité, les pratiques et la pensée des hommes du passé. Dans la mesure où la préhistoire vise à reconstituer l’espace culturel, les opérations cognitives à travers la gestuelle des hommes d’autrefois, une telle opération se révèle éclairante, heuristique. Contre un certain fétichisme de l’objet, ce qui est visé alors, c’est moins sa valeur intrinsèque que les opérations mentales qui ont présidé à son existence.

28Le but de la recherche en préhistoire, ainsi que l’a préconisé Leroi-Gourhan, n’est-ce pas avant tout de reconstituer l’organisation mentale, culturelle des hommes de ces temps révolus ? En tant qu’il retrouve, à travers la culture matérielle et à travers la fabrication de l’objet, les gestes et les attitudes du préhistorique, le faussaire est peut-être celui qui peut le plus authentiquement retrouver dans la situation de ceux qui ont fabriqué ces objets. Flint Jack, à son époque faussaire professionnel, peut être aussi considéré comme l’inventeur malgré lui de la préhistoire expérimentale que pratiqueront au xxe siècle François Bordes et Jacques Tixier, fondateurs en France de l’école de taille expérimentale… Le préhistorien expérimentaliste reconstitue les gestes et les techniques des néandertaliens ou des Homo sapiens à partir de l’étude empirique de la fabrication des outils, il évalue l’utilité de tel percuteur doux ou tendre pour telle retouche, s’efforce de reconstituer la « chaîne opératoire » qui préside à la fabrication de l’objet, puis à son utilisation. Le savoir qui se manifeste ici ne pourrait être mis au jour par aucun autre type d’étude. L’expérimentation, et la production de faux ou d’objets semblables aux outils paléolithiques, est véritablement créatrice de savoir.

29Le savoir anthropologique se constitue ainsi, non dans la distance prise par rapport à l’objet culturel, mais au contraire par un rapport mimétique. Tel est le point d’aboutissement en quelque sorte ultime, idéal, parfait, du faux : lorsque l’activité du faussaire s’identifie à celle du créateur d’origine, peu importe au fond l’objet. Car dans ce cas, c’est moins l’objet qui est visé que l’opération même de sa production.

30Ainsi la préhistoire expérimentale parvient, par la taille et l’utilisation d’outils, en reproduisant les gestes du sculpteur ou du peintre, à retrouver les pensées et les démarches opératoires des hommes de ce lointain passé. Cette approche expérimentale et cognitive vise à livrer une vision plus vivante, plus vraie, plus humaine du passé lointain de notre espèce.

31Cette réflexion peut éclairer à certains égards la signification de la fabrication de la copie de la grotte de Lascaux. Cette copie fut réalisée en 1982 pour se substituer à la grotte authentique et ainsi la protéger, car ses peintures étaient attaquées par la maladie de l’algue verte : Lascaux II est aujourd’hui visité quotidiennement par de nombreux touristes, sa réalisation mit en œuvre des techniques de pointe, avec tout le soin et toute la minutie souhaitables. Pourtant, l’odeur de résine, le revêtement plastique du sol le désignent dès l’entrée comme un faux. Beaucoup d’entre ceux qui ont vu la fausse grotte de Lascaux rêvent de descendre dans la vraie, plus magique, plus profondément mystérieuse. Ce que reproduisent les dessins de Lascaux II, ce sont les formes et les images, non l’acte magique qui a présidé à leur production.

32Cependant, les techniciens et les artistes auteurs de Lascaux II nous révèlent que la fabrication du « faux » n’est pas seulement mécanique. Elle exige une communion profonde, par le geste même, avec les hommes de la préhistoire. L’étude détaillée, analytique (et non pas synthétique comme est le regard qui admire ou la photographie), des techniques, des tracés, des couleurs, des formes, de l’utilisation du support, fait pénétrer dans la pensée même du peintre, en tant qu’il est à la fois artiste et porteur d’un savoir technique et d’une sensibilité particulière. Le pastiche, disait Proust, est peut-être la forme idéale de la critique, car il est une tentative de comprendre et de retrouver la vision qui a donné naissance à l’œuvre. La re-création d’une œuvre à travers le pastiche ou le « faux » met en lumière les procédures mêmes de sa constitution, la « vision » des hommes du passé révolu et les processus cognitifs qui y président.

33Ainsi, le faux en préhistoire, dès lors qu’il se déclare et s’avoue comme tel, n’a pas toujours une valeur négative : dans certains cas il peut être le moyen de la connaissance et la voie même de l’authenticité.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bessy Chr., Chateauraynaud Fr. & P. Lagrange, 1993. « Une collection inqualifiable. La controverse sur l’authenticité de Glozel », Ethnologie française, septembre, t. 23, pp. 399-428.

Broad W. & N. Wade, 1987. La souris truquée. Enquête sur la fraude scientifique, trad. de Betrayers of Truth (1982, New York), Paris, Ed. du Seuil.

Carosso M., 1991. « Technique et esthétique : la feinte », Revue de la BN, n° 42, pp. 10-15.

Cohen Cl., 1991. « Le faux en préhistoire », Actes du colloque « Pour la science », Paris, Fondation EDF, pp. 91-102.

Fake ? The Art of Deception, 1990. Catalogue édité par M. Jones, Londres, British Museum Publications.

Grafton A., 1990. Forgers and Critics, Creativity and Duplicity in Western Scholarship, trad. française Faussaires et critiques (1993, Paris, Les Belles Lettres), Princeton, Princeton University Press.

Jahn M. & D. Woolf, 1963. The Lying Stones of Dr J. Bartholomew Adam Beringer, Berkeley, University of California Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Koyré A., 1966. « Le De motu gravium de Galilée. De l’expérience imaginaire et de son abus », in Koyré A. (ss la dir. de), Etudes d’histoire de la pensée scientifique, Paris, Gallimard, pp. 224-271.
DOI : 10.3406/rhs.1960.3854

La Folette M.C., 1992. Stealing into Print, Fraud, Plagiarism and Misconduct in Scientific Publishing, Berkeley, University of California Press.

Richardson M. & T. Stamp, 1985. Flint Jack, Whitby, Caedmon of Whitby Publishers.

Sapp J., 1990. Where the Truth Lies. Franz Moewus and the Origins of Molecular Biology, Cambridge, Cambridge University Press.

Spencer Fr., 1990a. The Piltdown Papers, Oxford, Oxford University Press.

1990b. Piltdown, a Scientific Forgery, Oxford, Oxford University Press.

Taguieff P.-A., 1992. Les protocoles des Sages de Sion, Paris, Berg international.

Valla L., 1993. La donation de Constantin, préface de C. Ginzburg, Paris, Les Belles Lettres.

Vayson de Pradennes A., 1992 (1932). Les fraudes en archéologie préhistorique, Paris, J. Millon.

Vidal-Naquet P., 1987. Les assassins de la mémoire, Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cohen C., 1999, « Faux et authenticité en préhistoire », Terrain, n° 33, pp. 31-40.

Référence électronique

Claudine Cohen, « Faux et authenticité en préhistoire », Terrain [En ligne], 33 | septembre 1999, mis en ligne le 09 mars 2007, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://terrain.revues.org/2685 ; DOI : 10.4000/terrain.2685

Haut de page

Auteur

Claudine Cohen

Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Les éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo Ministère de la Culture
  • Revues.org