Navigation – Plan du site
Repères

Des friches : le désordre social de la nature

Lucie Dupré
p. 125-136

Résumés

En France, la déprise agricole des années 1960 a entraîné l’apparition de friches dans un territoire rural aujourd’hui en pleine recomposition. Dans les Vosges du Nord, cette déprise agricole est accentuée par le déclin de l’industrie locale employant un grand nombre d’ouvriers-paysans, contraints de quitter la vallée. L’implantation de nouvelles catégories de résidents, l’aménagement touristique de la vallée et la valorisation et la gestion écologique des friches constituent aujourd’hui les nouvelles donnes avec lesquelles élus et villageois doivent désormais composer dans leur manière d’envisager et de traiter les espaces abandonnés. Cet article analyse la réception locale des friches dans la vallée de la Zinsel du Nord (Moselle et Bas-Rhin), et montre comment celles-ci, et de façon plus générale les espaces faiblement investis ou maîtrisés par l’homme, alimentent la crainte du retour d’une nature sauvage apparentée à une forme d’anachronisme favorisant des pratiques socialement ou juridiquement réprouvées. En effet, il apparaît clairement que ce désordre naturel renvoie à l’hétérogénéité sociale et culturelle de la communauté villageoise dont la cohésion s’est largement effritée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir la réflexion de Pierre Dérioz, et particulièrement son analyse détaillée des discours alarmist (...)
  • 2 Il n’est qu’à lancer une recherche sur internet pour s’en convaincre.
  • 3 Il ne faut pas confondre le parc naturel régional des Vosges du Nord avec celui des Ballons des Vos (...)
  • 4 C’est-à-dire, selon A. Berque, « processus qui, dans le temps historique et l’espace géographique, (...)
  • 5 Je me réfère clairement à un article d’Yves Luginbühl (1989), sans toutefois reprendre à mon compte (...)

1Baerenthal : paisible village mosellan de quatre cents feux posé dans la petite vallée verdoyante de la Zinsel du Nord qui glisse vers l’Alsace ; à une vingtaine de kilomètres de Bitche, un ours pour blason, son label « station de cure d’air », sa base nautique, ses terrains de tennis, son restaurant trois étoiles au Michelin, sa station d’épuration écologique, sa mairie toute neuve et ses rues pavées de frais, son centre de jeunesse franco-allemand et puis ses friches… Des friches qui partout suscitent une « grande frousse » et n’ont bonne presse nulle part sauf à écouter les convictions naissantes de naturalistes audacieux 1. Les ethnologues ne s’y sont guère intéressés contrairement aux géographes et aux agronomes et plus généralement aux disciplines à fondement biologique, sans doute en raison du caractère dynamique et de l’instabilité des friches qui constituent « l’épine dorsale de la réflexion des naturalistes et des biogéographes » (Dérioz 1994). Associées à l’abandon du territoire, les friches appellent systématiquement des opérations de reconquête, à tout le moins de gestion, et on souligne avec satisfaction que leur surface nationale est chaque année en net recul 2. De fait, les friches préoccupent : elles rassemblent ou divisent mais ne laissent jamais indifférent. C’est le premier constat que l’on peut faire au terme d’une enquête menée dans la vallée de la Zinsel du Nord, dans le parc naturel régional (PNR) des Vosges du Nord 3. Précisons tout de suite que j’ai saisi l’objet « friche » principalement dans sa dynamique ; il renvoie ici avant tout à des lieux et à différents objets de nature mais qui ont en commun d’être concernés par la problématique de l’abandon. Les voix des élus et des habitants de cette vallée et celles des naturalistes et des écologues de la région – c’est-à-dire principalement du PNR – se rejoignent pour dénoncer le « mitage » du paysage occasionné par les résidences secondaires tout en divergeant parfois quant au traitement à réserver aux friches. Les uns, au nom du maintien de la qualité du cadre de vie et de l’aménagement du territoire, s’emportent contre ce qui fait la naturalité de cette nature qui a repris ses droits alors que les autres sont, au contraire, précisément intéressés par cette dynamique qu’ils souhaiteraient favoriser. Ce sont bien les excès de la nature qui agressent et inquiètent les villageois : la vallée est trop verte, trop humide ; le cours d’eau trop ensablé, la végétation trop touffue, les arbres poussent trop vite. L’instabilité naturelle et le développement anarchique de la végétation renforcent la sensation de désordre et témoignent d’une avancée incontrôlée du sauvage. Celle-ci renvoie à l’inversion du rapport (de force) entre les hommes et leur environnement qui s’établit aujourd’hui au bénéfice d’une nature estimée en tout point excessive, potentiellement hostile car anachronique.
Un détour par l’histoire socio-économique de la vallée s’avère fécond dans l’approche de la réception sociale des friches au sens d’espaces et d’objets de nature sur lesquels d’homme n’a plus d’emprise. L’aménagement de ce territoire s’est fondé sur un rapport d’exploitation et de maîtrise des ressources naturelles que les hommes (grandes familles d’industriels et générations de petits ouvriers paysans) ont érigé en norme. Cette emprise industrielle s’est accompagnée du développement d’une agriculture familiale d’autoconsommation qui a largement contribué à tenir le territoire jusqu’aux années 1950-1960. S’ouvre alors une période de déprise agricole venant confirmer la déprise industrielle et qui témoigne de l’évolution de l’économie en général. La reprise touristique de la vallée repose sur une nature exploitée et aménagée, dominée et canalisée, mais sur la base cette fois-ci d’une politique avant tout communale et non plus industrielle. On peut en effet voir une certaine filiation entre ces deux moments forts de l’histoire de la vallée, du moins dans le rapport à l’environnement qu’ils sous-tendent respectivement. Ce détour historique m’a permis de cerner la « trajection 4 » de la communauté villageoise, autrement dit et pour simplifier, l’histoire de son rapport à son environnement, entendu comme l’ensemble des objets de nature de proximité qui constitue un lieu de vie aussi bien que des ressources économiques potentiellement exploitables. Il en résulte un savoir et une sensibilité partagés sur lesquels le collectif local prend appui pour dénoncer, au-delà des transformations de l’environnement immédiat, celles plus générales de la communauté villageoise. Car le désordre naturel des friches apparaît clairement comme le reflet d’une situation sociale estimée préoccupante et pareillement désordonnée 5. La critique de l’hétérogénéité sociale et de la montée en puissance de l’isolement et de l’individualisme (associés par exemple à la présence absente des résidents secondaires) se double d’une crainte de désordre social qui viendrait se loger précisément dans les espaces d’où l’homme s’est retiré et sur lesquels il a renoncé à exercer toute forme de souveraineté. J’y reviendrai dans le second temps de cet article. Enfin, le dernier point conduira à analyser l’amorce d’une autre forme de reprise localement très discutée du territoire : la reprise écologique. Après des siècles d’intervention et de maîtrise des ressources naturelles, les naturalistes proposent de restaurer la « naturalité de la nature » en suspendant tout type d’intervention dans certaines zones protégées, en plaçant ainsi les communautés villageoises dans une position de renoncement face à ce déploiement végétal.

La conquête industrielle de la vallée : défricher, exploiter, assainir

  • 6 De Dietrich est de nos jours principalement connu pour ses produits électroménagers dont l’ancêtre (...)
  • 7 Dans le cadre de cette section, je m’appuie ici sur un article paru dans les Dernières Nouvelles d’ (...)

2La coprésence de grès très ferrugineux, d’un réseau hydraulique dense et de ressources forestières conséquentes a constitué un attrait majeur pour les industriels métallurgistes qui sont venus s’installer dans la vallée de la Zinsel du Nord dès la première moitié du xviie siècle. En 1633, l’invasion suédoise brise l’élan industriel et transforme le pays de Bitche en un « vaste désert où l’on rencontre plus de bêtes fauves que d’hommes » (marquis de Rombelle, cité par l’abbé Walbock 1907 : 348). L’exploitation de la vallée – et par là son peuplement – sont alors largement compromis : les bâtiments sont détruits et la main-d’œuvre privée de travail est chassée de la vallée. Afin de redonner des forces vives à ce territoire exsangue, Louis XIV prend des mesures incitatives pour repeupler le pays de Bitche et faciliter l’installation humaine nécessaire à la maîtrise du milieu comme à l’industrie renaissante. Ces dispositions ont porté leurs fruits puisque quelques années plus tard, le comté de Bitche est décrit comme l’un des « plus peuplés et des plus abondants de l’Europe » (ibid : 349). L’activité industrielle renaissante s’est accompagnée d’une maîtrise forte du milieu : forêt largement exploitée, cours d’eau aménagés et fortement sollicités. L’industrie prospère mais ne serait rien sans les ouvriers qui s’y emploient : on dénombre 130 habitations d’ouvriers et huit fermes. Terres et prairies sont naturellement taxées au profit des industriels. A Mouterhouse, c’est la famille De Dietrich 6 qui règne en maître sur les forges et fait construire les tout premiers « logements sociaux » destinés à ses ouvriers. En 1873, le village de Mouterhouse comptait également deux hauts fourneaux, cinq feux d’affinerie, une fonderie, une fabrique de tôle et une scierie. A quelques kilomètres de là, à Baerenthal, c’est un autre grand nom de l’histoire locale qui s’est imposé : celui de Jean-Guillaume Goldenberg à qui l’on doit l’extension des forges inaugurées en 1745 7. L’industriel a marqué d’une autre manière la vallée comme on le verra d’ici peu. De 1826 à 1858, il dirige la forge avant que celle-ci ne soit reconvertie en usine de chaises au début du xxe siècle, puis en usine de couverts après la Seconde Guerre mondiale. La Zinsel est alors très aménagée : lavoirs, écluses, ponts, passerelles et étangs, scieries et autres moulins qui ont fleuri dans la vallée contribuent à assujettir l’eau à des fins essentiellement économiques. Les ouvriers-paysans, quant à eux, exploitent les prairies humides grâce à un réseau de canaux d’irrigation et de drainage soigneusement entretenu. Ils y récoltent deux voire trois fois par an le fourrage nécessaire à l’entretien du cheptel domestique : quelques lapins, une ou deux vaches, voire une chèvre, cette « vache du pauvre ». La rivière demeure scrupuleusement entretenue tant qu’elle constitue une ressource stratégique autour de laquelle s’est organisée la vie sociale et économique de la vallée : « Il fallait que l’eau aille jusqu’au bout car la rivière était propriétaire du village », résume aujourd’hui dans un lapsus très fort un habitant de Baerenthal. On le verra, la construction du réseau d’adduction d’eau et l’aménagement d’une base nautique ont contribué à banaliser et à privatiser l’eau, ce qui s’est traduit par un désinvestissement collectif de la Zinsel.

Lutter contre les miasmes

  • 8 Ces programmes d’assainissement ne faisaient que s’inscrire dans une préoccupation majeure au xviii(...)
  • 9 Il est intéressant de noter qu’aujourd’hui, certains villageois imputent aux très nombreux étangs c (...)
  • 10 En 1833, on comptait à Baerenthal cent quatre-vingt-dix cas de maladie dont vingt-neuf mortels.
  • 11 A une vingtaine de kilomètres de là, la ville thermale alsacienne Niederbronn-les-Bains draine déjà (...)

3L’expansion sidérurgique s’est accompagnée d’un souci constant au xixe siècle pour les problèmes de salubrité publique 8. A Baerenthal, l’industriel Jean-Guillaume Goldenberg est resté non seulement célèbre mais aussi célébré : la salle du conseil municipal porte son nom et une plaque précise : « La France lui doit l’importation d’une industrie et Baerenthal l’assainissement de la contrée » ; sa pierre tombale fait l’objet d’un projet de restauration et un sentier de randonnée lui a été dédié. En quoi cet « assainissement de la contrée » a-t-il consisté ? L’important couvert forestier bloquait la circulation de l’air et générait la formation de brouillards jugés insalubres 9, décuplant les problèmes sanitaires des villageois par ailleurs touchés par la « fièvre des marais 10 » due aux eaux stagnantes et infestées de moustiques. Goldenberg s’est donc employé à « organiser une lutte efficace contre le mal » : assèchement des marécages et des étangs au pied du Ramstein et réalisation d’éclaircies dans le massif forestier voisin. Au terme de ces aménagements, Baerenthal reçoit le label de « station de cure d’air » (Luftkurstation) à la fin du xixe siècle ; label toujours fièrement mis en avant dans la promotion touristique du village. On peut y voir les prémisses d’un « tourisme de santé 11 » qui a dans un premier temps concerné les mineurs du proche bassin sidérurgique lorrain, venus se refaire les poumons dans la vallée. L’industrie locale est d’ailleurs fortement concurrencée par ce pôle industriel émergent : le bois de combustible, qui constituait l’une des ressources stratégiques de la vallée, ne peut rivaliser avec le charbon. Le déclin est déjà annoncé et si l’industrie se maintient encore, c’est de façon plus modeste alors que le secteur économique commence à se diversifier dès le début du xxe siècle. Les bâtiments industriels détruits pendant la guerre ne seront pas reconstruits. A Mouterhouse, les De Dietrich dispersent leurs domaines et vendent leurs terrains ainsi que les maisons et les dépendances de la forge à partir de 1970. Pour la vallée s’ouvre alors une période de reconversion largement axée sur le tourisme qui passe par le déploiement d’une politique soutenue d’équipement de la nature. Cette reprise touristique a constitué un tournant important dans la carrière de la vallée sans toutefois correspondre à une rupture majeure : on peut établir une filiation entre les différentes manières de traiter les objets de nature respectivement associées à l’emprise industrielle et à la reprise touristique – d’autant que cette dernière coïncide avec une vaste opération de reconstruction et de modernisation des infrastructures communales.

La consommation récréative d’une nature viabilisée

4Lorsque la guerre s’éloigne, une période de transformations majeures débute pour la vallée. Il s’agit d’abord de rétablir, moderniser ou compléter les équipements et les infrastructures communaux : école et mairie sont reconstruites, les champs saccagés par les obus sont remis en état, le réseau d’adduction d’eau est aménagé, les chemins et routes redeviennent praticables et certains d’entre eux sont même goudronnés. A la suite de ces grands chantiers de viabilisation, l’aménagement touristique est placé au cœur des préoccupations municipales, notamment à Baerenthal.

Le temps des grands travaux

  • 12 C’est en 1975 que le dernier terrain industriel est vendu sur la commune de Mouterhouse, marquant a (...)
  • 13 On pourrait d’ailleurs sans trop forcer le trait trouver ici des similitudes avec l’entreprise hygi (...)

5Les facilités d’approvisionnement en biens agro-alimentaires font perdre aux prairies humides leur rôle stratégique dans l’économie familiale d’autoconsommation. De moins en moins exploitées, les pièces du puzzle agricole commencent à se relâcher alors que le cheptel domestique disparaît peu à peu. Dépourvues de valeur immobilière en raison de leur forte humidité, ces terres sont les premières cédées lorsque l’occasion se présente. Les terrains plus secs sont vendus à des urbains qui font rapidement construire – on y reviendra d’ici peu. Les étangs, les terres et les bâtiments aux mains des industriels sont eux aussi progressivement dispersés et vendus 12, notamment aux municipalités qui y engagent d’importants travaux dans le cadre d’une politique touristique de grande ampleur. Cela a été tout particulièrement le cas à Baerenthal où, dès les années 1960, le maire – qui est resté à la tête de la commune jusqu’en 1995 – a lancé un ambitieux programme. Un camping est inauguré en 1975, flanqué par la suite d’un parking, d’un court de tennis et surtout d’une base nautique. Cette dernière entreprise a nécessité de gros moyens comme s’en souvient l’élu local 13 :

On a fait appel aux militaires de Bitche qui sont venus avec de gros engins pour élargir le canal, le creuser et aménager la plage. C’était marécageux. Les militaires s’enfonçaient là-dedans. Il fallait des engins tout à fait spécialisés avec des chenilles très larges. On a aussi remblayé la vallée du Ramstein, c’est comme ça qu’on a eu un grand parking. Pendant deux semaines, une dizaine de camions faisaient la navette toute la journée pour amener des déchets de carrière.

  • 14 Les pêcheurs de la vallée se répartissent en deux catégories : il y a ceux qui pêchent en étang (la (...)
  • 15 Il existe également de nombreux étangs privés construits sans autorisation et en dérivation sur la (...)
  • 16 La queue de cet étang constitue une roselière classée en réserve naturelle volontaire où toute acti (...)

6Une « plage » a donc été créée qui retient l’eau courante et fraîche de la Zinsel ; son rivage est devenu plus facilement accessible que les berges sablonneuses du cours d’eau gainé d’une végétation touffue. L’eau récréative (pédalos) et domestiquée (chaude et immobile) de la plage devient une ressource économique pour la commune qui en fait payer « l’entrée ». Le cours d’eau délaissé n’est fréquenté que par quelques « pêcheurs de rivière 14 » tandis que les étangs municipaux 15 de la vallée drainent un public important. Couplé à la base nautique, l’étang de Baerenthal 16 est tout particulièrement apprécié pour l’ombrage de ses rives, la présence du garde-pêche qui accueille et conseille les visiteurs et la possibilité d’y passer la journée grâce à des abords bien aménagés (parking, tables de pique-nique, poubelles, toilettes, etc.) : il assure lui aussi une ressource économique conséquente : « On y met chaque année cinquante mille francs de poisson ; il en rapporte deux cent mille », estime-t-on. Les terrains constructibles ont, quant à eux, été vendus sans peine à des résidents secondaires en quête de nature reconstituée.

Epicéas vs nains de jardin

  • 17 Signe de cette évolution, le pépiniériste de Baerenthal produisait autrefois des plantes potagères (...)
  • 18 C’est là une des raisons de leur abandon.
  • 19 Le rudbeckia est aussi appelé « solidage du Canada ».
  • 20 Il semblerait toutefois que la présence de ces rudbeckias soit beaucoup plus récente et liée à une (...)

7De petits îlots de propriété privée, en aval de Baerenthal et de Mouterhouse, forment des quartiers résidentiels de style hétérogène. Aux vieilles maisons familiales, dont les potagers ont été remplacés par des jardins ornementaux 17, s’ajoutent de nombreuses résidences secondaires qui ont fleuri dans les années 1960 et qui sont aujourd’hui, pour la plupart, occupées de façon très occasionnelle. Certaines, sortes de petits cubes de béton, semblent avoir été posées là presque par hasard et ne sont signalées que par un simple panneau ou une chaîne en interdisant l’accès. D’autres s’imposent davantage, notamment à travers la haie d’épicéas qui les entoure et qui souvent masque un petit étang construit en dérivation sur la Zinsel. En effet, le premier souci de cette nouvelle catégorie de résidents – qui « cherchaient l’eau et les sapins à leur porte » comme le résume un agent forestier – a été de marquer les limites de leur nouvelle propriété en plantant des haies d’épicéas (pour lesquels ils ont bénéficié d’aides importantes du Fonds forestier). Ensuite, ils ont souvent creusé des étangs en dérivation sur le cours d’eau principal, sans aucune autorisation. Ces deux pratiques sont propres à faire converger les protestations des naturalistes et des villageois. Les rideaux d’épicéas sont particulièrement stigmatisés : l’essence n’est pas adaptée au sol qu’elle acidifie considérablement ; ils « défigurent » la vallée en la « noircissant », en « mitant » le paysage. Plus encore, les épicéas renvoient à l’individualisme de ces résidents occasionnels qui, voulant se soustraire à la vue de tous, se sont délibérément mis à l’écart de la communauté villageoise. Selon certains, ils se seraient ainsi privés d’une solidarité qui aurait probablement empêché les vols dont les chalets sont régulièrement l’objet 18. De plus, ces résidences sont très peu occupées : le travail d’entretien conséquent du jardin décourage leurs propriétaires qui consacrent leur bref séjour à endiguer la végétation. Pour les villageois, les épicéas s’imposent avec violence comme les éléments d’une nature et donc d’une culture en tout point étrangère à la vallée et qui, ayant été désertée, fait friche à son tour. Quant aux étangs, ils réchauffent la Zinsel (cours d’eau classée en première catégorie) et font varier son niveau au risque de perturber l’écosystème. Autre source de déséquilibre écologique : les espèces piscicoles étrangères qui y sont introduites et sont susceptibles de gagner la rivière ou d’y être involontairement déposées à un stade larvaire, par exemple par l’intermédiaire d’un héron. Autrefois accusés de contribuer aux maladies et autres infections, ces étangs sont aujourd’hui parfois mis en cause quant à leur influence sur le climat local : « Ici, on ne peut pas rester dans le jardin le soir. C’est trop humide. Ça vient d’un seul coup. C’est surprenant. Ça doit venir des étangs. Il y en a trop dans la vallée. Et puis les brouillards… je n’ai jamais vu une vallée où il y a autant de brouillard. » Manque de clarté, atmosphère chargée d’humidité, voire inconfort des soirées d’été, on retrouve à des degrés certes édulcorés les maux associés aux antiques miasmes.
Alors que l’épicéa mite et assombrit le paysage, cache et isole, les jardins des habitations permanentes rivalisent de couleurs et se donnent à voir en conjurant un environnement résolument « trop vert ». La dominante verte du paysage exacerbe ce « sentiment de nature » qui est un atout essentiel pour la valorisation touristique de Baerenthal. Mais ce même vert peut toutefois paraître monotone, voire agressif et appeler des antidotes culturels. Ainsi, lors de son installation sur la commune de Mouterhouse, un artiste peintre à la retraite, très estimé dans la vallée, s’est-il empressé de planter des « arbres de couleur » pour « colorier le paysage, briser ce vert très monochrome ». Les plantes dites invasives, hautes en couleur, celles-là mêmes dont la prolifération désespère les naturalistes, enthousiasment les villageois et les élus. C’est le cas de la balsamine de l’Himalaya qui tapisse les berges de la Zinsel et du rudbeckia, sorte de grosse marguerite orange vif – dont certains ont essayé de faire du miel (sans succès : « Elles puent trop ! »). A Mouterhouse, elles forment une prairie connue sous le nom de « prairie dorée » dont l’origine a fait l’objet d’une légende : pendant la guerre, un soldat canadien se serait adossé à un gros arbre en bordure de route près de la prairie pour y lire une lettre de sa fiancée. L’enveloppe contenait des graines de la plante 19 qu’un coup de vent aurait dispersées vers cette prairie, depuis lors dite « dorée » 20. Si ces hôtes indésirables rehaussent naturellement le vert ambiant, les résidents permanents contribuent eux aussi à « colorier » le paysage. Loin de se protéger du regard, ils exposent une société de nains de jardin et autres figurines animales, végétales ou anthropomorphes qui côtoient petites brouettes en bois de couleur vive, moulins ou roues en miniature installés sur les bras de la Zinsel. Loin du désordre des friches si proches, ce « kitsch pavillonnaire » brise le vert, pour certains désolant. Il procède par ailleurs « d’une mise en scène comme propriétaire » (Jouannais 1999 : 26) et rend caduques les pancartes du type « propriété privée » ou « maison piégée » que les résidents secondaires ne manquent pas d’afficher (mais qui ne découragent nullement les vols).

La reprise écologique du territoire

La gestion des friches par la médiation animale

  • 21 Ce succès a même dépassé toutes les espérances puisqu’une filière Highland approvisionne désormais (...)
  • 22 Les chasses de Baerenthal et de Mouterhouse sont très giboyeuses ; elles sont louées par adjudicati (...)
  • 23 Dans le même esprit, de nombreux particuliers font pâturer leurs terrains par des moutons ou des ch (...)

8Confrontée à un développement rapide des friches sur des terrains privés laissés à l’abandon, la mairie de Baerenthal a fait appel au parc naturel régional des Vosges du Nord qui a mis en place un plan de Gestion écologique des friches (GEF) en 1990. Deux parcs à Highlands (race rustique écossaise) encadrent désormais le village d’amont en aval sur plusieurs hectares de prairies humides qui longent le cours d’eau. Une fois encore, ces parcelles résultent du rachat et de la location par la mairie de petits lopins difficilement exploitables et sur lesquels on a coupé les nombreux arbustes qui avaient eu le temps de se développer. Les bovins Highland sont adaptés à ce type de milieu dans lequel ils vivent toute l’année. Ils bénéficient aux périodes de soudure d’un apport de foin et sont suivis par un vétérinaire. Cette opération a remporté un succès incontesté 21 : l’impact sur les friches est net, bien que les parcelles restent « sales » selon l’appréciation locale et ne pourront prétendre se substituer aux anciennes prairies humides parfaitement entretenues manuellement. Ces bœufs, appelés « highlandais » ou encore « poilus-cornus », socialisent un paysage disputé au sauvage et figurent en bonne place sur les cartes postales locales et autres prospectus. Certains pêcheurs ayant regretté que l’accès à la Zinsel du Nord soit empêché ; des chicanes permettent désormais de pénétrer dans les parcs et d’accéder aux rives. Les mêmes ont également déploré la dégradation des berges sous le piétinement des bœufs ; on leur a répondu que les dégâts étaient très circonscrits et semblables à ceux du cheptel sauvage. Enfin, des chasseurs ont dénoncé l’électrification des clôtures dissuasives pour les cerfs tentés de quitter la vallée 22. Là encore, une solution a été trouvée qui a consisté à poser des clôtures en bois aux endroits de passage du gibier. Les animaux archaïques apparaissent localement comme une sorte de rempart contre la sauvagerie végétale (le développement de la végétation) qu’ils contribuent à maîtriser de façon plus ou moins homogène. Mais paradoxalement, les parcs à Highland sont devenus aussi des refuges inespérés pour les animaux sauvages, accentuant cette confusion entre espèces et espaces sauvages et espaces domestiques dont ils organisent la rencontre. En effet, des compagnies de sangliers s’y sont installées, bien à l’abri des fusils. Or le cochon – dont on hésite à dire qu’il est encore sauvage – outrepasse déjà largement son territoire : il saccage régulièrement les prés de fauche que les deux seuls agriculteurs de la vallée exploitent encore, retourne les terrains de football soigneusement entretenus par la municipalité et s’aventure sans crainte aux abords des habitations. Le cerf, quant à lui, descend « plus bas », « brâme plus tôt » dans la saison et vient piétiner et manger les prairies dont il rend la fauche impossible. Malgré cet effet pervers, les Highland Cattle apparaissent dans les discours locaux comme un compromis socialement acceptable entre d’un côté la déprise agricole et le désordre végétal qui s’est ensuivi, et de l’autre, l’entretien autrefois régulier et laborieux des ouvriers-paysans 23. Dans ce type d’opération « écologique », l’intervention est déléguée à l’animal ; elle est donc indirecte mais effective. Ce qui explique sans doute l’acceptation de l’opération. Il n’en est pas du tout de même dans le cadre des entreprises de reprise écologique de certaines portions de territoire en déshérence comme l’aulnaie marécageuse de Zinswiller classée en réserve biologique intégrale.

L’aulnaie marécageuse : « Si l’écologie, c’est de ne rien faire ! »

  • 24 Ce point-là fait encore polémique.
  • 25 C’est là que les villageois avaient pris l’habitude de jeter leurs ordures ; une haie d’épicéas ava (...)

9En bout de vallée à l’entrée du village alsacien de Zinswiller, l’Office national des forêts (ONF) possède une aulnaie marécageuse classée réserve biologique intégrale depuis 1998. Ce site résulte de l’abandon des prés de service que les agents de l’Office exploitaient jusque dans les années 1950 ; ils permettaient d’entretenir un petit cheptel domestique et surtout les chevaux chargés du débardage. L’abandon de telles pratiques sylvicoles et l’évolution générale de la société de consommation ont fait cesser l’exploitation de ces prairies humides qui forment aujourd’hui un milieu naturel 24 auquel les naturalistes s’intéressent de près. Localement considérée comme l’envers du village 25 (« là-derrière »), l’aulnaie contraste fortement avec le paysage ouvert ponctué de prés-vergers qui caractérise Zinswiller, premier village du piémont alsacien. Elle apparaît de fait comme un espace sauvage où la nature a repris ses droits. Elle cristallise avec d’autant plus de virulence les critiques « hygiénistes » qu’il s’agit d’une zone volontairement protégée, investie et valorisée par les écologues de la région et dont les usagers ordinaires se sont sentis écartés puisque la pêche y a été interdite. Ses détracteurs mettent en avant une théorie de craintes qui renvoient toutes à d’anciennes menaces : sensation d’étouffement, manque de clarté, mauvaise circulation de l’air, peur des eaux mortes et malsaines, cycle végétal ininterrompu accentuant le caractère inhospitalier du milieu pour les hommes et pour les bêtes qui ne viendraient même plus s’y aventurer… « Le naturel voudrait que l’eau puisse couler jusqu’au bout… », « Si l’écologie, c’est ne rien faire ! » est-il objecté en réponse à la volonté des naturalistes de préserver la « naturalité » des lieux. Le maire de Zinswiller s’indigne :

10Une vallée, il faut qu’elle respire. Elle a besoin de soleil ; ici, c’est tout inondé. La Zinsel est ensablée, ça fait remonter le cours d’eau et puis c’est pas vif en poissons ! […] Moi, j’ai vu les prés de service entretenus [c’est un ancien de l’ONF…]. Y avait des sauterelles, des poissons, de la fra. On voyait jour dans cet endroit ! […] Il faudrait faire comme à Baerenthal : tout ouvrir avec des Higland pour dégager la vallée.

  • 26 Je n’évoque pas ici les visiteurs charmés qui parlent volontiers d’une « forêt de Merlin l’Enchante (...)

La singularité de l’aulnaie marécageuse est d’être un espace naturel doté d’un statut juridique clair bien qu’il soit parfois 26 mal accepté. Il n’en est pas de même d’une autre portion de territoire qui apparaît clairement en marge de la société.

L’appropriation sociale des espaces marginaux

  • 27 La queue de l’étang de Baerenthal est une roselière classée réserve naturelle volontaire ; elle con (...)

11Au-delà de l’aulnaie, objet de toutes les attentions naturalistes et réglementaires 27, s’étend une zone interstitielle d’autant plus intéressante qu’elle marque la limite administrative entre la Lorraine et l’Alsace. Il s’agit d’un « désert » végétal – c’est à dessein que j’emploie ce terme – constitué de petites propriétés privées qui viennent mourir sur la frange du territoire forestier domanial marqué par la rivière. De la sortie de Baerenthal jusqu’à Zinswiller, la Zinsel traverse sur cinq kilomètres une zone aucunement anthropisée. Les derniers chalets mosellans bien cachés derrière leurs grilles et leurs haies ne dépassent pas l’ancienne borne frontière. Cette zone interstitielle affiche tous les dangers associés à ce retour du sauvage dont elle cumule, en les exacerbant, les principaux attributs. En limite de régions, entre prairie et forêt, elle constitue un lieu marginal qui attire des populations marginales : des « gens aux idées pas très claires » et des « bohémiens ». Le jour, le sous-bois, dit-on, est fréquenté par des familles de « bohémiens » qui viennent y prendre le frais en famille. Les « bohémiens » désignent ici des gens du voyage parfaitement sédentarisés. Mais comment ne pas penser à ces « bohémiens » de Baerenthal, que Viville a minutieusement décrits et qui auraient peuplé les forêts environnantes (Viville 1817 : 44-45) ? La description que l’auteur en fait condense les caractéristiques socio-économiques généralement associées à ce type de population : vivant « toujours dans les lieux les plus solitaires et les plus sauvages de ces immenses forêts », ils étaient « braconniers, se livraient à la mendicité, jouaient de divers instruments dans les auberges, dans les noces et les fêtes de village, ils dansaient d’une manière fort bizarre et les femmes disaient la bonne aventure » (ibid. : 44). Avec la figure du bohémien s’amorce l’idée du retour du sauvage, de la nature inquiétante, de la marginalisation sociale dont cette zone interstitielle est l’expression. La municipalité s’est efforcée de maîtriser ce sauvage en l’esthétisant, en se choisissant l’ours comme emblème qui côtoie désormais les Higland sur les dépliants et les cartes postales assurant la promotion touristique du village. Ces deux animaux ont partie liée dans leur rapport avec le sauvage et l’archaïque dans la mesure où l’un comme l’autre évoque cet « ailleurs géographique et historique » (Lizet 1997) aujourd’hui maîtrisé, revendiqué, esthétisé, en un mot pacifié et dont l’homme s’est emparé avec d’autant plus d’empressement qu’il s’employait par ailleurs à paver de neuf les rues du bourg.
Mais les « bohémiens » ne sont pas les seuls « autres » associés à cette zone interstitielle. Deux types supplémentaires de visiteurs peuplent cette solitude verte. Premièrement, et de façon encore relativement mystérieuse, « des bandes de jeunes avec des idées pas très claires » éliraient domicile autour de ce parking tranquille. Des feux et des dépôts d’ordures réguliers en témoignent. Que se passe-t-il réellement ici ? Les insinuations sont presque chuchotées :

De la drogue, je sais pas. Peut-être. Mais des choses bizarres, vous voyez. Des voitures volées par exemple. La nuit, c’est fou ce que ça circule sur cette route. Ce coin-là, il est trop loin de Haguenau [en Alsace], et trop loin de Bitche [en Lorraine]. Ça incite. On sait qu’on est tranquille. Le temps de se faire repérer, d’envoyer la police… D’ailleurs y a une police privée qui s’est mise en place pour noter les numéros des voitures la nuit…

  • 28 Sur ce sujet, on pourra consulter l’ouvrage de Robert Harrison (1992 : 84).

12La singularité naturelle (le couvert forestier) et géographique (l’isolement) du lieu attire des catégories socialement marginales (les bohémiens) et favorise des pratiques juridiquement déviantes (la drogue, le vol, le braconnage, etc.). On est ici clairement dans une zone de non-droit dont le couvert forestier, théâtre de ces manifestations, rappelle le caractère incivil (hors de la cité), et par là même dangereux, voire perturbateur et menaçant pour l’ordre social établi 28. Là où la vallée s’élargit et laisse la place à deux prairies coupées par la route toujours à proximité de la borne frontière, un enclos vide attire l’attention. Lorsque j’ai tenté de savoir à quoi il servait, le garde-pêche de Baerenthal m’a répondu :

C’est un gars qui a acheté le terrain, il a fait un enclos. La journée il est vide, mais le soir, des fois, on voit des pitbulls. Je ne sais pas ce qu’il fait exactement, mais ça n’a pas l’air très clair…

13De là à penser que l’homme en question se livre, la nuit tombée, à des combats de chiens – la référence au pitbull, race connue pour son agressivité, n’étonne pas –, il n’y a qu’un pas que certains franchissent discrètement. Pour autant que cette activité paraisse ponctuelle, elle me semble particulièrement révélatrice de la menace de régression pointée par les villageois. On pourrait la schématiser en avançant que le rapport sauvage-domestique s’est inversé non seulement du point de vue des territoires qu’ils occupent respectivement mais aussi de leurs lieux de production. J’ai évoqué plus haut le caractère anachronique de cette nature qui échappe à la maîtrise des hommes et renvoie fortement aux premières heures de l’aménagement du territoire. Voilà qu’aujourd’hui cette régénérescence sans limite de la nature fait l’objet de protection, que le sauvage déborde sur le domestique et que le domestique produit du sauvage.
La carrière de cette vallée et les grands projets qui aujourd’hui sous-tendent sa reconversion et son aménagement renvoient chronologiquement à deux des manières d’envisager la nature telles que François Ost les a définies : d’un côté, « la nature objet » pour ce qui est de l’emprise industrielle et de la reprise touristique du territoire, et, de l’autre, la « nature sujet » qui renvoie à la reprise écologique de la vallée (Ost 1995). La première réfère à une nature-ressource, matière première exploitable et maîtrisable dont l’homme dispose sans autre contrainte que celle de son exploitation technique ; la seconde au contraire renvoie à une nature dotée de droits, représentée et protégée des abus de l’homme. La question de la friche (comme dynamique) et des espaces en friche (comme produit et support de cette dynamique) est traversée et investie par ces deux types de rapports à la nature qui entrent potentiellement en conflit. Pour la communauté locale, la friche apparaît clairement comme un manque d’autorité vis-à-vis du milieu naturel ; elle est considérée comme une dégradation du cadre de vie qui favorise et abrite des activités suspectes, voire réprouvées, et constitue une menace. L’homme, perdant sa place de gouverneur de la nature, mesure alors la rapidité avec laquelle un nouvel ordre s’organise qui s’apparente à ses yeux à un désordre problématique en tant qu’il remet en cause les repères familiers qui séparent le monde sauvage du monde domestique, mais aussi le présent du passé. A ce titre, l’arbre n’est ici pas célébré : il est redouté en tant qu’antimémoire de la société locale dont il ruine la continuité dans l’espace et dans le temps. D’un côté, il isole les quartiers du village et leurs habitants en faisant obstacle aux bruits familiers qui scandent la vie quotidienne et en constituent des repères partagés (« Les arbres ont tellement poussé que maintenant, on n’entend plus les enfants de l’école ») ; de l’autre, il bloque la vue et contraint à une perspective très restreinte sur la vallée, ce qui participe au sentiment général de morcellement territorial et d’effritement de la cohésion sociale. On touche ici sans doute à une des caractéristiques fondamentales de la friche : il s’agit bien d’une « dévoreuse de passé » (Friette, in Dérioz 1994) mais qui dans le même temps porte la menace d’un retour aux premières heures du territoire et s’apparente donc à une régression culturelle. C’est en ce sens qu’elle apparaît comme un antipaysage : quelque chose que l’on ne reconnaît pas et où l’on ne se reconnaît plus ni individuellement ni collectivement (Lenclud 1995) : un lieu où l’on ne peut plus se situer ni dans le temps ni dans l’espace, où les repères familiers cèdent le pas à une étrangeté dérangeante. La friche n’a ni la stabilité, ni l’aspect rassurant, ni les contours bien définis du paysage (Lowenthal 1996) : elle surgit et s’immisce dans les espaces laissés vacants par l’homme. Contrairement aux pays méditerranéens où elle est communément associée au risque d’incendie, ici la friche est avant tout une question d’eau : à la fois anormalement présente (étangs, brouillards) et trop immobile lorsqu’elle est sauvage (aulnaie marécageuse), cette eau-là, au lieu de purifier et de nettoyer, porte les dangers de la putréfaction, de la corruption et de la suffocation. Le moustique, associé à la fièvre des marais et autrefois éradiqué par les industriels hygiénistes, aurait d’ailleurs fait son retour… : « Des mouches, oui, on en a eu… quand il y avait des bêtes [des vaches, des chevaux], forcément… Mais des moustiques et des gros qui piquent fort, on ne connaissait pas dans la vallée. »

Haut de page

Bibliographie

Berque A., 1995. Les Raisons du paysage. De la Chine antique aux environnements de synthèse, Paris, Hazan.

Corbin A., 1982. Le Miasme et la jonquille : l’odorat et l’imaginaire aux xviiie et xixe siècles, Paris, Aubier-Montaigne

Delort R. & F. Walter, 2001. Histoire de l’environnement européen, Paris, PUF.

Dérioz P., 1994. Friches et terres marginales en basse et moyenne montagne. Revers sud-oriental du Massif central, thèse de doctorat de géographie, université d’Avignon, 1993.

Fabiani J.-L., 1999. « L’écologie de la restauration considérée comme mise en spectacle du patrimoine naturel », Les Carnets du paysage, automne-hiver, n° 4, pp. 80-95.

Harrison R., 1992. Forêts. Essai sur l’imaginaire occidental, Paris, Flammarion.

Jouannais J.-Y., 1999. Des nains, des jardins. Essai sur le kitsch pavillonnaire, Paris, Hazan.

Larrère C. & R. Larrère, 1997. Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l’environnement, Paris, Alto Aubier.

Lenclud G., 1995. « Ethnologie et paysage », Paysage au pluriel. Pour une approche ethnologique des paysage, Paris, Maison des sciences de l’homme/ Mission à l’ethnologie.

Lizet B., 1997. « Les brouteurs archaïques du génie écologique. Un nouveau rapport à l’animal, à la nature et au territoire », in Larrère C. & R. Larrère (dir.), La Crise environnementale, Paris, INRA, pp. 161-178.

Lowenthal D., 1996. « Paysages et identités nationales », in Jollivet M. & N. Eizner (dir.), L’Europe et ses campagnes, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, pp. 245-269.

Luginbühl Y., 1989. « Sauvage/cultivé : l’ordre social et l’harmonie des paysages », in Mathieu N. & M. Jollivet (dir.), Du rural à l’environnement, la question de nature aujourd’hui, Paris, ARF Editions/L’Harmattan, pp. 42- 49.

Ost F., 1995. La Nature hors la loi. L’écologie à l’épreuve du droit, Paris, La Découverte.

Viville, 1990 [1817]. Dictionnaire du département de la Moselle, Perronnas, Les Éditions de la Tour-Gile.

Walbock L.-G., 1907. Monographie d’une usine lorraine. Mouterhouse depuis 1614 jusqu’à 1900, Jahrbuch d. ges. F. lothr Geschichte u. Altertumks, pp. 347-390.

Haut de page

Notes

1 Voir la réflexion de Pierre Dérioz, et particulièrement son analyse détaillée des discours alarmistes sur la friche dans la presse mais aussi chez de grands auteurs classiquement associés aux questions agricoles (1994 : 58).

2 Il n’est qu’à lancer une recherche sur internet pour s’en convaincre.

3 Il ne faut pas confondre le parc naturel régional des Vosges du Nord avec celui des Ballons des Vosges qui est situé dans le département des Vosges. Le premier, qui nous concerne, s’adosse quant à lui à l’Allemagne ; il s’étend sur deux régions entre la ville fortifiée de Bitche (Lorraine) et Strasbourg (Alsace). Les trois villages de la Zinsel du Nord où se sont déroulées les enquêtes sont, d’amont en aval : Mouterhouse et Baerenthal en Moselle et Zinswiller en bout de vallée mais cette fois-ci dans le Bas-Rhin.

4 C’est-à-dire, selon A. Berque, « processus qui, dans le temps historique et l’espace géographique, accomplit et développe […] l’interaction entre une société et son environnement » (Berque 1995 : 37).

5 Je me réfère clairement à un article d’Yves Luginbühl (1989), sans toutefois reprendre à mon compte l’entrée paysagère sur laquelle il s’appuie. Les enquêtes m’ont incitée à quitter cette perspective ; j’envisage en effet la friche non pas comme un « dysfonctionnement du paysage » à l’instar de Y. Luginbühl (ibid : 43) mais comme une dynamique qui précisément ne « fait pas paysage ».

6 De Dietrich est de nos jours principalement connu pour ses produits électroménagers dont l’ancêtre a été le mythique poêle en faïence. L’entreprise a toutefois été également fortement impliquée dans le secteur du transport par rails. L’histoire de cette famille mériterait un travail plus poussé tant les De Dietrich ont rayonné sur le territoire des Vosges du Nord à la fois socialement et économiquement. Le groupe a aujourd’hui fait fusion avec Alsthom mais reste l’un des gros employeurs de la région, y compris pour les habitants de cette vallée.

7 Dans le cadre de cette section, je m’appuie ici sur un article paru dans les Dernières Nouvelles d’Alsace les 24 et 25 décembre 1983 dont l’auteur n’est pas précisé.

8 Ces programmes d’assainissement ne faisaient que s’inscrire dans une préoccupation majeure au xviiie siècle et qui a donné naissance à un fort mouvement hygiéniste fondé sur une conception « aériste » de l’environnement, devenu la grande préoccupation de ce siècle (Corbin 1982). Selon cette dernière, « l’atmosphère est chargée de toutes sortes de substances inquiétantes exhalées par la terre, les combustions, les eaux croupissantes, les corps malades et les matières en décomposition » (Delort & Walter 2001 : 283).

9 Il est intéressant de noter qu’aujourd’hui, certains villageois imputent aux très nombreux étangs construits en dérivation sur le cours d’eau la création de brouillards.

10 En 1833, on comptait à Baerenthal cent quatre-vingt-dix cas de maladie dont vingt-neuf mortels.

11 A une vingtaine de kilomètres de là, la ville thermale alsacienne Niederbronn-les-Bains draine déjà un public fidèle depuis de nombreuses années. Une série de guides touristiques destinés aux curistes vantent d’ailleurs les charmes naturels et culturels des vallées alentour.

12 C’est en 1975 que le dernier terrain industriel est vendu sur la commune de Mouterhouse, marquant ainsi la fin de la présence de la famille De Dietrich.

13 On pourrait d’ailleurs sans trop forcer le trait trouver ici des similitudes avec l’entreprise hygiéniste conduite en son temps par l’illustre Goldenberg. Si la construction du camping ne relève pas d’un enjeu de salubrité publique, il s’agit toutefois bien de maîtriser, de stabiliser, en un mot de vaincre l’ingratitude de terrains abandonnés et, en les « viabilisant », d’établir sur le site reconquis un atout majeur pour la commune.

14 Les pêcheurs de la vallée se répartissent en deux catégories : il y a ceux qui pêchent en étang (la vallée compte deux étangs municipaux et de nombreux étangs de particuliers ou gérés par des associations de pêche), et les autres qui pêchent en rivière. Les premiers sont aussi immobiles que l’eau dans laquelle ils pêchent et les seconds ne cessent de se déplacer à l’image de l’eau courante dont ils parcourent les berges.

15 Il existe également de nombreux étangs privés construits sans autorisation et en dérivation sur la Zinsel, j’y reviendrai.

16 La queue de cet étang constitue une roselière classée en réserve naturelle volontaire où toute activité est par conséquent interdite, voir note 27.

17 Signe de cette évolution, le pépiniériste de Baerenthal produisait autrefois des plantes potagères auxquelles son fils, reprenant son affaire dans les années 1990, a substitué des thuyas et autres essences décoratives.

18 C’est là une des raisons de leur abandon.

19 Le rudbeckia est aussi appelé « solidage du Canada ».

20 Il semblerait toutefois que la présence de ces rudbeckias soit beaucoup plus récente et liée à une culture domestique proche.

21 Ce succès a même dépassé toutes les espérances puisqu’une filière Highland approvisionne désormais les restaurateurs de la vallée dans le cadre d’une opération intitulée « les paysages ont du goût ». Des particuliers ont même acquis des bovins Highland pour entretenir à moindre coût leur terrain et certains agriculteurs seraient prêts à en élever au même titre que des vaches ou des moutons.

22 Les chasses de Baerenthal et de Mouterhouse sont très giboyeuses ; elles sont louées par adjudication à haut prix par l’ONF en raison d’une importante population de cervidés.

23 Dans le même esprit, de nombreux particuliers font pâturer leurs terrains par des moutons ou des chevaux principalement.

24 Ce point-là fait encore polémique.

25 C’est là que les villageois avaient pris l’habitude de jeter leurs ordures ; une haie d’épicéas avait d’ailleurs été plantée pour masquer l’amoncellement.

26 Je n’évoque pas ici les visiteurs charmés qui parlent volontiers d’une « forêt de Merlin l’Enchanteur » où le « doux clapotis de l’eau » et les « restes d’écluses » accentuent le mystère et la magie de l’aulnaie.

27 La queue de l’étang de Baerenthal est une roselière classée réserve naturelle volontaire ; elle constitue le second pôle écologique de la vallée qui génère les mêmes réactions critiques allant jusqu’à l’abattage de certains oiseaux qu’elle abrite. Outre la dénonciation de cette nature moribonde, cet espace supporte un discours d’un autre ordre puisqu’il est bordé par des prairies que l’un des deux agriculteurs de la vallée exploite… à perte : « Quel gâchis ! Toute cette eau qui déborde sur le terrain… le foin ici, on peut rien en faire. Il pourrit. C’est juste bon à faire du fumier… »

28 Sur ce sujet, on pourra consulter l’ouvrage de Robert Harrison (1992 : 84).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dupré L., 2005, « Des friches : le désordre social de la nature », Terrain, n° 44, pp. 125-136.

Référence électronique

Lucie Dupré, « Des friches : le désordre social de la nature », Terrain [En ligne], 44 | mars 2005, mis en ligne le 15 mars 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://terrain.revues.org/2488 ; DOI : 10.4000/terrain.2488

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org