Navigation – Plan du site
Imitation et Anthropologie

Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971)

Daniel J. Sherman
p. 39-56

Résumés

Les projets de développement du tourisme de masse en Polynésie-Française au début des années 1960 exploitèrent pleinement les qualités légendaires de Tahiti, la plus célèbre et peuplée des îles du territoire. Les autorités coloniales et l’élite métisse promirent aux touristes une expérience collant à l’image floue mais attrayante d’un paradis terrestre, et comprenant l’accès à un artisanat et à des spectacles locaux censément « traditionnels ». Après plus d’un siècle de contact européen et d’administration française, une telle offre exigeait des habitants du cru qu’ils s’engagent dans une sorte d’auto-imitation en transformant leurs traditions en show touristique. En même temps, toutefois, la Polynésie comme foyer d’un vigoureux mouvement autonomiste était le théâtre d’un autre genre d’imitation, celle-ci politique, qui plaçait les Français face aux contradictions d’un régime de « modernisation » incluant non seulement le tourisme mais, sous la forme d’essais nucléaires, un changement technologique rapide. Le choc de ces deux formes d’imitation illustre de manière éclairante les contradictions et ambiguïtés non seulement du tourisme culturel mais également du colonialisme finissant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Enquête : Polynésie heureuse », Tamarii Tahiti, 19 mars, 2 et 9 avril, 21 mai 1963.
  • 2 CAOM, FM/SG/Océanie1 36, Delavignette, « Note sur la situation politique de l’Océanie française », (...)
  • 3 CAOM, FM/ONTOM 22, G. Trémel, « Situation du tourisme en Polynésie-Française, » juillet 1958.
  • 4 CAOM, ONTOM 23, Poulet, secrétaire général du territoire à Duvelle, directeur, Office national du t (...)
  • 5 Tahiti, où se trouve la capitale territoriale Papeete, est la plus grande des îles de la Société, l (...)
  • 6 Au nombre des études importantes sur le tourisme, voir notamment MacCannell 1989 et 1992, Urry 1990 (...)
  • 7 A titre d’exemple, la Polynésie-Française n’est que brièvement mentionnée dans Meyer, Tarrade, Rey- (...)
  • 8 Voir Barkan & Bush 1995 pour des définitions utiles, Clifford 1988 : 189-214, Price 1989, Torgovnic (...)
  • 9 Sur le terme « primitif », voir mes remarques dans Sherman (2004).

1Au printemps de 1963, un hebdomadaire en langue française de Papeete, capitale de la Polynésie-Française, fit paraître une enquête sur un sujet auquel la première phase de développement touristique dans le territoire, quelques années auparavant, avait donné une acuité particulière. Les gens interrogés, exclusivement des Européens ayant séjourné un certain temps sur l’île, eurent à répondre à trois questions : « Pensez-vous que Tahiti soit un paradis ? » ; « Qu’est-ce qui fait le charme de Tahiti ? » ; et : « Que proposez-vous pour assurer aux populations tahitiennes un avenir adapté au caractère de l’île et aux exigences de la vie moderne ? » Si la première question suscita des réponses quelque peu prévisibles – « Il n’y a pas de paradis sur terre » –, beaucoup, de façon révélatrice, l’appréhendèrent dans le contexte racial spécifique au peuplement colonial de l’île. Le journaliste et cinéaste Jacques Chegaray, en observant ainsi que les Européens (blancs) étaient accueillis bien plus chaleureusement par les Maoris que par les populations indigènes d’Afrique, s’exclama : « Un pays d’une prodigieuse beauté et où chaque être est un ami… n’est-ce pas un peu le paradis ? » Plus subtilement, l’écrivain Maurice Bitter déclara que Tahiti était paradisiaque « pour les Tahitiens assurément, merveilleusement adaptés à leur milieu », mais que les popaa (Blancs) devaient faire un effort particulier pour se créer leur propre paradis. Il ne se trouva qu’une seule personne interrogée, le réalisateur Claude Pinoteau, pour recommander instamment que ces questions soient plutôt posées aux Tahitiens eux-mêmes 1.
La formulation même de la dernière question de l’enquête, demandant aux étrangers blancs d’envisager l’avenir de la population autochtone, fait ressortir à l’évidence ses présupposés colonialistes. Les stéréotypes répandus parmi l’élite francophone du territoire dépeignent les Polynésiens comme assurément aimables et hospitaliers, mais également puérils et irresponsables. En 1951, le célèbre administrateur colonial Robert Delavignette s’y référait comme à « une population assez évoluée intellectuellement […] mais de caractère léger et inconstant ». Quelques années plus tard, un autre haut fonctionnaire rapportait les propos d’un ecclésiastique local sur le « caractère versatile de ses habitants qui suivent l’impulsion du moment et dont l’âge mental moyen ne dépasse guère 12 ans 2 ». La Polynésie devait donc dépendre des autorités françaises pour la protéger de « ceux qui voulaient l’exploiter et l’asservir ». Bien que, dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale et en reconnaissance de son implication de la première heure dans la défense de la France libre, le territoire ait eu son propre corps législatif, l’Assemblée territoriale, les fonctionnaires français le tenaient pour indocile, foncièrement rétif à leur autorité et constituant un obstacle au développement du tourisme. Un rapport de 1958 déclara que les hommes politiques autochtones du territoire « ne dépassent pas (et encore !) le stade de l’enseignement primaire », les estimant dénués des compétences nécessaires pour gouverner 3.
Du point de vue des autorités françaises et de l’élite francophone, le tourisme, contrairement aux autres industries, était porteur d’une promesse de modernisation du territoire allant de pair avec une préservation de ses beautés naturelles et de la culture indigène. Mais il faisait courir un risque : celui d’un style de développement à l’américaine qui rendrait des îlots encore vierges semblables aux plages aménagées d’Hawaii. La préservation de la culture polynésienne autochtone devint ainsi l’objectif clé du développement touristique soigneusement modulé qui avait été envisagé pour le territoire. Si peu de fonctionnaires français exprimèrent ouvertement l’avis attribué à un gouverneur français selon lequel la modernisation des îles impliquait pour les habitants du cru de « se cantonner dans des activités folkloriques 4 », il était admis que Tahiti ne deviendrait une « marque » touristique à succès qu’en restant fidèle à ses traditions. Le contraire, pourtant, paraissait aussi aller de soi : seul, le tourisme pouvait fournir ses moyens et son impulsion à la préservation culturelle.
Pour comprendre les débuts du tourisme de masse à Tahiti 5 dans la première décennie de la ve République, il convient d’avoir une certaine connaissance des trois contextes distincts, quoique liés, qu’il peut aussi éclairer : la sociologie du tourisme, l’histoire du colonialisme français et l’étude critique du primitivisme culturel. L’étude du tourisme a fleuri ces récentes années à la croisée du développement économique, des codes signifiants, des pratiques du commerce et de la consommation, et du changement politique. Mais l’approche du tourisme a principalement gravité autour de deux pôles disjoints, le méta-théorique et le micro-historique, alors qu’une approche plus féconde aurait consisté à les penser tous les deux ensemble 6. Pour sa part, l’histoire du colonialisme français a eu relativement peu de choses à dire sur le plus septentrional des deux territoires de la France dans le Pacifique, largement autonome de Paris depuis 1984 7. La France a vu essentiellement dans le développement du tourisme une source de profit pour les Polynésiens. Mais la politique française a aussi reflété et cristallisé un certain nombre de pressions concurrentes, de rivalités et d’inquiétudes telles que celles suscitées notamment par l’existence d’un mouvement indépendantiste, une présence américaine incontournable dans la région et le lancement des essais nucléaires de 1966 dans le Pacifique.
Le primitivisme, cette quête d’authenticité dans des cultures supposées plus frustres, a acquis aujourd’hui une place reconnue dans l’histoire de l’art moderne et dans celle de l’ethnographie. Mais ses implications culturelles plus larges comme forme d’interaction entre l’Occident et le reste du monde commencent tout juste à faire l’objet d’analyses 8. En contexte colonial, le primitivisme distille et nivelle un vaste ensemble de connaissances sur l’Autre, surtout mais pas exclusivement pour ce qui est du domaine de l’imitation. Dans un travail inspiré pour une part de l’essai de Walter Benjamin, Sur le pouvoir d’imitation, Michael Taussig (1993) fait ressortir le lien persistant entre le mimétisme et l’Autre en notant par exemple que les observateurs, depuis Christophe Colomb jusqu’à Darwin, croyaient que les gens qu’ils tenaient pour « primitifs » avaient une aptitude particulière à l’imitation 9. Or, les autorités coloniales de Tahiti demandaient aux membres de la population « indigène » de reproduire leurs propres traditions culturelles, en fait : de s’imiter eux-mêmes. Il peut être utile, en se plaçant bien entendu sous l’angle des rapports coloniaux, d’appréhender ce projet dans les termes de la distinction établie par Homi Bhabha entre le mimétisme en tant que tel (mimesis en anglais) et l’imitation (mimicry en anglais). Selon Bhabha (1997 : 155), l’imitation coloniale « répète plutôt que re-présente » et, comme telle, offre le spectre menaçant d’une vision double : « L’imitation est […] une stratégie complexe visant la réforme, le contrôle et la discipline, qui “approprie” l’Autre en rendant visible le pouvoir. L’imitation est toutefois aussi le signe de l’inconvenant, une différence ou une rétivité mobilisant la fonction stratégique majeure du pouvoir colonial, intensifiant la surveillance, et constituant une menace immanente aussi bien aux discours “normalisés” qu’aux instances disciplinaires » (153). S’il est vrai qu’une telle « rétivité » travaillait les hommes politiques indociles et la politique fissionnelle en Polynésie-Française vers la fin des années 1950 et au cours des années 1960, il n’en reste pas moins que tout cela ressemblait à s’y méprendre au régime des partis de la ive République française. En contrepoids à la menace d’imitation coloniale qu’incarnait l’Assemblée territoriale, les autorités françaises embrassèrent la vision alléchante d’un mimétisme colonial paisible et anodin. Censée remplacer l’imitation par le mimétisme, l’image fabriquée de Tahiti comme « paradis » touristique révèle au contraire toutes les complexités et les contradictions de sa propre fabrication.

La Polynésie-Française : histoire et mythe

  • 10 Le Club le revendiqua plus précisément à propos de Moorea, une île plus petite à l’ouest de Tahiti, (...)
  • 11 CAC, 950175/28, Manifestations politiques 1941-72/Mai 1958, texte imprimé du discours du gouverneur (...)
  • 12 Au sujet du film Si Tahiti m’était conté, montré au Palais de Chaillot et plus tard en province, vo (...)
  • 13 « Tahiti à l’écran », Tamarii Tahiti, avril 1955.
  • 14 Jacques Chegaray, « Les cinéastes découvrent Tahiti », Tamarii Tahiti, septembre 1958 ; « Une grand (...)
  • 15 Le Nouveau Trident, n° 12, février 1965.

2L’image paradisiaque de Tahiti et la présence française ont des histoires liées mais non identiques. Les marins français découvrirent les îles en 1768 lors de la fameuse expédition de Bougainville, mais ce sont les missionnaires protestants anglais venus à la suite des voyages de Cook qui dominèrent les premières décennies du contact. Appuyée par un ultimatum, la revendication française de 1842 en faveur des missionnaires catholiques arrivés bien plus tard bénéficia opportunément de l’absence provisoire, dans les îles, du consul britannique, personnalité européenne la plus puissante et influente (Newbury 1980 : 92-98 ; Baré 1987 : 254-256 ; Aldrich 1992 : 15-22). L’occupation française de Tahiti et des îles Marquises – car c’est ainsi que les habitants le vécurent – déclencha une résistance armée vigoureuse et parfois sanglante, pendant les trois ans que dura le conflit (1844-1847). Avec l’assentiment des Anglais, auxquels on promit le maintien de la mission protestante, les îles de la Société devinrent le premier protectorat français d’outre-mer, forme bicéphale de gouvernement qui laissait intacte la cour de la reine Pomaré mais la soumettait à l’autorité ultime du gouverneur français. L’arrangement perdura jusqu’en 1880, quelques années après le décès de Pomaré, quand son fils céda Tahiti à la France contre le paiement de dettes familiales et le maintien de certains privilèges (Newbury 1980 : 99-128, 178-202 ; Baré 1987 : 268-316). De faible importance stratégique et avec peu de produits d’exportation – perles, coprah et phosphates – même après l’annexion, les Établissements français de l’Océanie (EFO) restèrent un avant-poste marginal de l’empire français. Ce n’est qu’après la Première Guerre mondiale que les autorités coloniales démantelèrent la compagnie allemande contrôlant la majorité du petit commerce dans les EFO, lequel demeurait principalement aux mains des Chinois, et qu’elles établirent des liaisons maritimes régulières vers les autres territoires français (Newbury 1980 : 235-301).
Le mythe français de Tahiti date vraisemblablement du récit qu’en fait Bougainville comme d’une Nouvelle Cythère, mais ses principaux interprètes à l’époque où s’édifiait l’autorité française furent le romancier Pierre Loti, le peintre Paul Gauguin, ainsi que l’essayiste et ethnographe Victor Segalen (Moorehead 2000 : 43-46, 207-208 ; Aldrich 1992 : 1-8). Les ingrédients du mythe comprenaient non seulement la beauté des paysages tahitiens et leur climat tempéré, mais aussi la douceur des habitants, la libre sexualité – en particulier féminine – et l’harmonie de la vie en société ou des rapports avec la nature. Les Européens virent quasiment dans les Polynésiens le prototype du bon sauvage, par opposition aux Mélanésiens à peau foncée – comme les Kanaks de Nouvelle-Calédonie – qu’ils tenaient pour des sauvages dépourvus de toute noblesse (Bullard 2000 : 50-53). Le mythe de Tahiti constitue ainsi une variante ou sous-catégorie du primitivisme occidental selon lequel certains peuples ont et entretiennent un style de vie « authentique », non contaminé par la « civilisation » (Thomas 1994 : 174) – comme le revendiquait encore le Club Méditerranée en 1962 10.
Ce mythe est évidemment trompeur pour plusieurs raisons. La Polynésie d’avant le contact présentait trois traits témoignant, pour les anthropologues, d’un relatif avancement social : le commerce, la mobilité et la guerre organisée. Contrairement, par exemple, aux centaines de groupes isolés de Papouasie-Nouvelle-Guinée dont peu se comprenaient mutuellement à l’époque des premiers contacts avec les Européens, les diverses régions et microcultures de Polynésie entretenaient entre elles des relations de longue date (Newbury 1980 : 1-33 ; Baré 1987 : 51-64). En outre, la forme particulière de colonialisme qui se développa en Polynésie, le protectorat, facilita la survie et l’adaptation d’une bonne part des pratiques coutumières, en particulier de la tenure foncière (la terre constituant traditionnellement un bien commun) non assujettie à la loi française jusqu’à l’annexion. Même après celle-ci, les tentatives des Français pour enregistrer les titres fonciers individuels ne furent que restreintes et sporadiques. Les intermariages répandus entre Polynésiens et Européens qui accompagnèrent les débuts de la christianisation firent aussi mentir l’image de l’isolement primitif. Ils donnèrent naissance, à la fin du xixe siècle, à une élite métisse, les demis. Anglo-tahitienne à l’origine, cette élite revêtit progressivement une composante plus gauloise, bien que les noms de famille prépondérants conservèrent pour beaucoup des consonances anglaises et germaniques jusqu’au cœur du xxe siècle : Bambridge, Salmon, Coppenrath, par exemple, pour s’en tenir à quelques-uns (Newbury 1980 : 203-234 ; Aldrich 1992 : 169-198).
S’adapter fut évidemment aussi important que survivre parce que les Polynésiens et les demis jouèrent un rôle actif dans la manière de façonner leur monde. La population indigène était certes sur le déclin au début du xxe siècle, mais cette tendance démographique servit dans une certaine mesure ses intérêts : le manque d’une force de travail conséquente pénalisait le développement intensif de plantations. Les Européens ne tentèrent d’en créer que quelques-unes en recourant le plus souvent à une main-d’œuvre d’immigrés asiatiques. La population polynésienne se remit à croître dans l’entre-deux-guerres, phénomène que les natalistes français interprétèrent non seulement comme un signe du progrès réalisé sous leur tutelle (Newbury 1980 : 271-278) mais comme une forme de consentement à celle-ci. Dans son discours de 1958 à l’Assemblée territoriale, le gouverneur fit ainsi référence à « cette race polynésienne qu’au siècle dernier l’on a pu craindre condamnée à disparaître et qui démontre à présent, par sa magnifique expansion démographique, sa volonté de vivre et son désir de progrès 11 ».
En France métropolitaine, l’image traditionnelle restait cependant vivace dans bon nombre de médias ; elle était alors disponible en tant que base de promotion pour l’industrie touristique émergente. Des films documentaires sur Tahiti connurent une grande popularité dans les années 1950, depuis le Palais de Chaillot à Paris jusqu’aux projections en province du travail de deux réalisateurs indépendants qui assurèrent de façon itinérante leur propre diffusion à partir d’une camionnette 12. Quelques films lancèrent carrément l’image stéréotypée de Tahitiennes disponibles. A Papeete, un quotidien de langue française réprouva en ces termes la Symphonie tahitienne de René Gall : « Il n’était pas utile non plus de présenter tant de Tahitiennes dévêtues, ce qui peut être d’un intérêt commercial palpable, mais dénature le vrai visage de Tahiti 13. » Le premier long métrage en couleurs sur Tahiti, Tahiti, joie de vivre de Georges de Caunes, une histoire à l’eau de rose sur un jeune journaliste qui se rend à Tahiti pour prouver que le paradis existe, ne remporta pas un gros succès au box-office mais démontra la possibilité d’un cinéma commercial en Polynésie, genre auquel les instances touristiques offraient leur soutien logistique. Le roman tiré du film incluait des photographies du lieu de tournage (de Caunes & Borderie 1957) 14.
Un effort similaire pour rendre accessible l’exotisme de l’endroit, dans une sorte d’esprit « terre des hommes » répandu à l’époque, s’exprime à travers les livres pour enfants. Centrées en général sur un petit Tahitien, garçon ou fille, leurs histoires insistent sur l’instinct et l’habileté naturels d’enfants même en bas âge, dépeints en train de chercher des gousses de vanille dans la forêt, d’imiter le cri des oiseaux, d’allumer des feux, et bien entendu de nager (voir Mazière 1956 et 1959 ; Chegaray 1972). La publicité offrit une troisième source d’images traditionnelles, surtout pour le Club Méditerranée qui se proclama « polynésien » d’esprit, entendant signifier la spontanéité, le libre usage du corps, le plaisir physique du sport et de la danse et l’émancipation des contraintes de la « civilisation » (Furlough 1993 ; Bertho Lavenir 1999 : 400-402). Fondé en 1950, le Club Med, comme l’indique son nom, mit en place ses premiers villages de vacances autour de la Méditerranée, mais il avait inauguré vers 1955 un village à Tahiti en se prétendant inspiré dès le début par l’esprit des mers du Sud : « Le Club est né de Tahiti, assurait son bulletin de 1965. Il fut polynésien avant d’exister 15. »

Tourisme et autonomisme

  • 16 CAOM, FM/ONTOM 22, E. J. E. Lefort, « Le Tourisme à Tahiti : ses perspectives », manuscrit dactylog (...)
  • 17 « Le tourisme facteur clef de notre développement économique », Le Semeur, novembre 1959. Le Semeur (...)
  • 18 Voir CAOM, FM/ONTOM 22, gouverneur Anziani au Bureau du tourisme, direction des Affaires économique (...)
  • 19 CAOM, FM/ONTOM 22, Anziani au Bureau du tourisme, 29 décembre 1949 ; CAC, 940349/43, SITO, « L’écon (...)
  • 20 Sur le passé de Pouvanaa et le commencement de sa carrière, voir CAOM, FM/ SG/Océanie 136, Delavign (...)
  • 21 CAC, 950175/28, Manifestations politiques 1941-72/ Mai 1958, pétition « Émeutes à Tahiti », 15 mai (...)
  • 22 Sur la création de l’Office du tourisme, due pour l’essentiel à la fusion de deux groupes préexista (...)
  • 23 Sur les événements de 1958, voir CAC, 950175/28, Manifestations politiques 1941-72/Mai 1958, rappor (...)
  • 24 CAC, 950175/21, Documentation sur la Polynésie, 1945-1978/Visite ministérielle janvier 1974, « Chro (...)
  • 25 CAC, 950175/21, Documentation sur la Polynésie 1945-1971, Rapport « Territoire de la Polynésie-Fran (...)
  • 26 Au sujet de l’influence de Pouvanaa sur la culture polynésienne traditionnelle, voir Thompson & Adl (...)
  • 27 Sur l’hébergement hôtelier, CAOM, FM/ONTOM 23, G. de Noaillat, directeur, Office du tourisme de Pol (...)
  • 28 CAOM, FM/ONTOM 23, de Noaillat à Duvelle, 3 février 1961.
  • 29 CAC, 940349/43 Landry, directeur général de la SITO, note au ministre, 28 juillet 1961 ; sur les in (...)
  • 30 CAC, 950175/37, dossier « Notes et études sur la situation économique/Conférence économique », Note (...)
  • 31 CAOM, FM/ONTOM 22, G. de Noaillat, « Comment et pourquoi investir dans l’hôtellerie à Tahiti », cir (...)
  • 32 Sur les incendies d’hôtels, voir « Après l’incendie du Taaone : un style d’hôtel compromis à tout j (...)

3La politique du développement touristique en Polynésie-Française eut un rapport paradoxal au mythe de Tahiti. Sur un certain plan, le tourisme avait besoin du mythe comme d’un instrument commercial et chercha donc à le perpétuer. Ainsi que l’observa un fonctionnaire dans un rapport de 1957, le prestige global dont jouissait Tahiti à travers l’art et la littérature représentait une économie considérable dans les coûts publicitaires de lancement : sans avoir jamais eu de véritable industrie du tourisme, l’île pouvait déjà revendiquer le statut de destination touristique 16. Mais en même temps, le tourisme, en tant que nerf du développement, chercha à transformer profondément la société polynésienne. Les partisans de cet objectif présentèrent souvent le transport aérien à réaction et sa capacité d’accroître de façon exponentielle le nombre des visiteurs comme une clé pour l’avenir. Sans la construction d’un nouvel aéroport près de Papeete, écrivait un quotidien fin 1959, « Tahiti, avec sa population croissante et l’impossibilité pratique d’émigration, aurait été en butte à des problèmes économiques quasi insolubles », alors que l’aéroport pouvait en faire « un pays peuplé et prospère 17 ». Ces bonnes intentions n’empêchèrent pas les Polynésiens de soupçonner le tourisme d’être un projet des autorités coloniales et de l’élite demi, qui seraient les premiers à en tirer concrètement les bénéfices. Cette même élite manifestait pourtant une conscience claire du caractère foncièrement paradoxal du tourisme et une détermination
à éviter l’américanisation de style hawaiien, tout en cherchant à attirer dans le même temps les investissements et les touristes américains 18.
La rhétorique du développement touristique s’appuyait systématiquement sur des justifications d’ordre économique : le déclin du prix mondial du coprah, l’épuisement prochain des gisements de phosphate sur Makatea et l’incapacité résultante du territoire à financer son propre développement 19. Mais ces arguments économiques furent ternis par l’inquiétude diffuse née de la situation politique préoccupante qui, au lendemain même de la guerre, avait commencé à entrer régulièrement en ébullition. Les soucis des autorités françaises se focalisèrent sur ce qu’elles considéraient à la fin des années 1950 comme un mouvement autonomiste dangereux. Il connaissait une popularité grandissante et était dirigé par Pouvanaa a Oopa, ancien chef syndicaliste charismatique, protestant convaincu et métis issu de lignées tahitienne et danoise. Pouvanaa fut élu député de Polynésie à l’Assemblée nationale française de 1949, et son parti, le Rassemblement démocratique du peuple tahitien (RDPT), remporta une majorité de sièges à l’Assemblée territoriale de 1953 et 1957. Bien que traversé de clivages internes et manquant de programme cohérent, le RDPT cristallisa le ressentiment des Polynésiens envers l’administration française et des inégalités comme celles existant dans l’échelle des salaires entre employés français et autochtones 20.
En 1958, tandis que le territoire prenait plus simplement le nom de Polynésie-Française, la loi-cadre sur les territoires d’outre-mer institua un conseil de gouvernement recruté parmi les membres de l’Assemblée territoriale, mais laissant au gouverneur français une latitude considérable comme chef de l’exécutif. Parmi l’élite francophone, l’application de la loi-cadre en Polynésie provoqua des commentaires acerbes sur les capacités des hommes politiques « indigènes ». Initialement destinée à doter les colonies françaises d’Afrique d’une certaine autonomie, la loi-cadre, selon ces critiques, ne tenait aucun compte des spécificités territoriales. Une pétition virulente affirmait : « Tahiti n’a que faire de ministres, de directeurs, de chefs et d’attachés de cabinet, dont le recrutement local pose d’insolubles problèmes de compétence, et qui par ailleurs sont parfaitement inutiles 21. »
L’année 1958, au cours de laquelle les fonctionnaires français parvinrent finalement à triompher des rivalités locales et des résistances à la mise en place d’un office du tourisme tahitien, fut particulièrement agitée, commençant par des manifestations devant l’Assemblée territoriale et la résidence du gouverneur à la fin du mois d’avril, après l’adoption d’un impôt sur le revenu très impopulaire 22. En septembre, lors du référendum sur la constitution de la Ve République, 64 % des Polynésiens votèrent pour le maintien dans la communauté française. Le gouverneur Camille Bailly exploita ce résultat comme un désaveu de la majorité autonomiste et destitua les membres du Conseil gouvernemental de l’Assemblée. Quelques jours plus tard, après une nuit d’émeutes et l’explosion de plusieurs bombes incendiaires à Papeete, un détachement de policiers et de soldats encercla le domicile de Pouvanaa et l’arrêta avec six de ses associés. A l’automne 1959, un procès de dix jours se conclut pour lui par l’accusation de tentative d’homicide, d’incendie volontaire et de détention illégale d’armes à feu. Il fut condamné à huit ans d’emprisonnement doublés d’une exclusion de quinze ans du territoire 23.
Bien que le RDPT lui-même ne survécut pas aux pressions du début des années 1960, diverses tendances autonomistes, jusques et y compris des appels à l’indépendance, restèrent une force vive malgré l’absence du chef historique. L’attitude des autonomistes polynésiens peut être ainsi comparée à celle des gaullistes français pendant la période d’exil que s’imposa leur leader de 1947 à 1958. Sans accentuer à tort les analogies, on peut dire que Pouvanaa, parfois désigné par le terme maori metua (aîné), jouissait en Polynésie d’un prestige politique tout à fait comparable à celui de De Gaulle et pour des raisons identiques. Comme le Général, Pouvanaa était parfaitement capable de changer d’avis, mais la cohérence de sa rhétorique et de sa conduite le faisait paraître au-dessus de la mêlée, dans une posture générale de patriotisme et de résistance aux lois de l’étranger qui transcendait la politique (Panoff 1965 : 1463). Le nom même de Pouvanaa avait une aura équivalente à celui de De Gaulle, de sorte qu’en 1972 un nouveau parti prônant l’indépendance intégra le nom du metua dans le sien alors même que Pouvanaa ne souscrivait pas à son programme 24.
Il y a plus de trente ans, dans un ouvrage nullement favorable aux autorités françaises, deux politologues américains déclaraient que « l’incohérence caractérisant l’histoire de la Polynésie-Française ainsi que le manque de cohésion de son élite se sont fidèlement reflétés dans la composition et les activités de son Assemblée territoriale ». Les modes de procédure de cette Assemblée, poursuivaient-ils, « étaient apparemment calqués sur ceux du parlement français » (Thompson & Adloff 1971 : 58). Les analogies « de surface » entre les politiques polynésienne et métropolitaine allaient bien au-delà des procédures parlementaires et de l’antagonisme entre législatif et exécutif caractéristique de la Ve République. (Dans une certaine mesure, en effet, la Ve République évoquait bien plus à ses débuts un régime colonial d’ingérence de l’exécutif dans la sphère d’autorité du législatif qu’un système parlementaire classique [Berger 1974].) La succession presque vertigineuse des partis politiques et de leurs changements d’alliances en Polynésie imitait nettement le flux continu du régime des partis dans la Ve République. Ainsi, par exemple, l’Union tahitienne démocratique (UTD) fondée en 1957 pour unifier les forces anti-indépendantistes ne fut plus que des vestiges en 1962, quand sa majorité choisit de s’affilier au parti gaulliste de la métropole pour devenir l’Union tahitienne-UNR (UT-UNR). Avec le principal parti indépendantiste reconstitué en 1965 sous le nom de Pupu Here Aia Te Nunea Te Ora (Mouvement des patriotes, dit Te Ora), l’UT-UNR demeura des décennies durant l’une des forces majeures de la politique polynésienne. Cependant, tout comme dans la métropole où des hommes politiques francs-tireurs comme Jean-Pierre Chevènement avaient souvent créé ou investi leurs propres petits partis, des factions dissidentes offraient un éventail infini de recombinaisons et d’alliances. En mars 1967, par exemple, un centriste roulant sous les couleurs du Te Ea Api, le Parti de la nouvelle voie (ses opposants le baptisaient Te Ea Ati, la voie du malheur), reçut le soutien de l’UT-UNR pour battre le député du Te Ora au Parlement. A l’automne, le Te Ea Api s’allia toutefois au Te Ora pour former une majorité à l’Assemblée territoriale, où l’UT et les indépendantistes concluaient régulièrement des mariages de raison (Thompson & Adloff 1971 : 67-76). A une époque où les gouverneurs français recouraient de façon répétée à la dissolution ou au refus de convoquer l’Assemblée territoriale, cet écho des pratiques politiques françaises fait percevoir le « presque mais pas tout à fait » de l’imitation coloniale. Parfaitement aptes à se conduire de manière « politique », même si cela pouvait verser dans le politicien, les législateurs polynésiens rappelaient à leurs homologues français que, sous des apparences changeantes, ce qui les liait demeurait foncièrement identique.
La conception nativiste de l’identité polynésienne promue par le mouvement indépendantiste mettait en avant, du moins au niveau du discours, l’espèce de culture « traditionnelle » célébrée par le mythe occidental de Tahiti. Il reprenait ainsi l’un des thèmes initiaux de la rhétorique du développement touristique. Comme l’observe Dean MacCannell, « le tourisme promeut la restauration, la préservation et la re-création fictive d’attributs ethniques. En d’autres termes, le tourisme fonctionne à bien des égards comme les chefs des mouvements ethniques et peut en apparence évoquer leur attitude, à ceci près que l’énergie vient du dehors et non du dedans » (1992 : 159). Dans le contexte polynésien, la distinction dedans / dehors fait sens puisque, comme l’observa Michel Panoff, alors que la population entière était virtuellement « métissée », l’élite demi du milieu des années 1960 se référait encore à ses subordonnés sociaux comme à des « indigènes » (1444-1445). L’invocation du RDPT à la tradition ou à l’indigénité attira les électeurs socialement démunis dans le droit fil du discours du clergé protestant. Puisque le protestantisme avait depuis longtemps « intégré le folklore local », selon les termes d’un observateur français, les observances religieuses locales pouvaient elles-mêmes faire l’objet d’une attention ethnographique recherchant le même type d’automimétisme que celui pratiqué à l’intention des touristes 25. De fait, certaines sources littéraires françaises présentèrent les cultes protestants des îles comme des exemples de culture locale (de Caunes et Borderie 1957 : 71-72).
Pour les autorités françaises et l’élite tahitienne, l’intérêt du tourisme résidait non seulement dans sa promesse de relance économique et de création d’emplois mais aussi dans l’occasion qu’il offrait de célébrer et neutraliser tout à la fois, comme on inclut une fleur ou un insecte dans un bloc d’ambre, les valeurs culturelles censément traditionnelles formant le cœur de la rhétorique pouvaniste 26. Cette occasion s’étendit même à la construction hôtelière, clé de voûte du développement touristique en Polynésie-Française. Un rapport du directeur de l’office du tourisme mit en lumière le sérieux de la situation en février 1961, quelques mois avant l’inauguration de l’aéroport international de Faaa, près de Papeete. A cette époque, Tahiti ne disposait que de 200 chambres d’hôtel et la construction de 250 lits supplémentaires devait être achevée au mois de juillet. Avec 8 vols prévus par semaine, les îles avaient potentiellement à faire face à un afflux hebdomadaire de 1 000 personnes, alors qu’il n’y avait eu au total qu’un peu plus de 6 100 touristes en 1960 27.
Les fonctionnaires imputèrent la lenteur du développement hôtelier à l’attitude « antitouriste » de l’Assemblée territoriale, en relevant sa réticence persistante à financer l’office du tourisme sur les fonds territoriaux et sa préférence pour les investisseurs américains – dont certains à la réputation douteuse – plutôt que pour les banques et services français 28. Tandis que le bureau du gouverneur admettait la nécessité d’incitations fiscales pour les investissements domestiques et étrangers, le ministère parisien de l’Outre-mer, alarmé par l’afflux de capitaux américains, chercha à stimuler les investissements de la métropole « pour éviter d’avoir trop d’affaires à majorité étrangère 29 ». Les Français cherchèrent aussi plus largement à protéger « le patrimoine immobilier des Polynésiens et à conserver le caractère pittoresque et coloré du pays 30 ». Ils tenaient notamment à ce que les nouveaux projets hôteliers respectent les normes polynésiennes : une faible densité, des bungalows séparés dans un style « traditionnel » plutôt que des tours massives, une sensibilité au paysage et l’emploi de matériaux locaux comme le bambou 31. Pourtant, le coût foncier élevé – résultant du souci gouvernemental ancien de ne pas donner l’apparence d’accaparer les terres des indigènes polynésiens – ainsi que certains problèmes concrets comme la nature inflammable des matériaux locaux rendaient la conformité à ces normes onéreuse et difficile 32.

Couleur locale

  • 33 CAOM, FM/ONTOM 22, Guy Trémel, « La situation touristique à Tahiti », rapport dactylographié, juill (...)
  • 34 Sur la fondation de l’école hôtelière, voir Thompson & Adloff 1971: 172, et CAC, 940349/43, action (...)
  • 35 Stéréotypes : CAOM, FM/ONTOM 22, Trémel, « La situation touristique », juillet 1958 ; traits désiré (...)
  • 36 CAOM, FM/ONTOM 22, Romain de la Touche, Mémoire « L’avenir du tourisme en Polynésie française », ma (...)
  • 37 Sur l’infrastructure, voir CAOM, FM/ONTOM 23, Service du tourisme de Polynésie-Française, Rapport « (...)

4Se contenter de construire des chambres d’hôtels n’était évidemment pas suffisant pour lancer une industrie touristique et il fallait faire face à bien d’autres questions. Le service et les normes posaient ainsi un problème : un voyageur relatait en 1958 son triste séjour au Grand Hôtel de Papeete, l’un des rares de Tahiti, « qui n’a de grand que le nom et dont j’ai pu apprécier le manque de confort, les serviettes trouées et l’absence complète de service 33 ». Pour répondre au besoin criant de personnel qualifié, le gouvernement fonda en 1962 une école hôtelière, bien que son appellation comme « Centre d’apprentissage hôtelier » mette l’accent sur des compétences de bas niveau et l’attente dans un futur prévisible de cadres et dirigeants toujours en provenance d’Europe 34. Des différences de classes, délimitées par l’ethnicité ou la nationalité, marquaient également les attentes occidentales relatives au service qui ne s’accordaient pas toujours aux manières tahitiennes décontractées et spontanées célébrées par les mythes.
Comme l’observait le client mécontent du Grand Hôtel, les Européens voyaient généralement le Tahitien comme « indolent, oublieux, grand enfant, mais chacun apprécie toutefois sa gentillesse naturelle, son goût de l’hospitalité, son obligeance inlassable autant que la beauté et le charme de ses “vahinés” ». Mais ce « goût de l’hospitalité » restait au-dessous des normes de service dont un hôtelier né en France brossait ainsi les grands traits : « Politesse sans obséquiosité, tenue et propreté parfaites, langage soigné. Patience, tempérance, souci de l’ordre et de l’économie. Honnêteté absolue 35. »
Des travaux récents en sociologie du travail ont parfois caractérisé l’emploi dans le secteur touristique comme postindustriel, en ce qu’il fait de l’expérience intangible une marchandise et donne une prime aux interactions humaines plutôt qu’aux actes de routine. Mais Philip Crang a relevé que cette vision de l’emploi de service ne tient pas compte de son caractère ingrat, des nouvelles formes de surveillance managériale qu’il génère et, plus généralement, de « la reconstruction culturelle du lieu de travail comme scène » et du travail comme spectacle dans le domaine touristique (1997 : 137-141). Le problème à Tahiti résidait dans les spectacles multiples, et même les moi multiples, qu’exigeait le tourisme. Un observateur français exaltait les qualités « traditionnelles » des Polynésiens : « A cette gaieté et cette gentillesse de la population sont en effet dues l’aisance, la spontanéité des relations entre les autochtones et les étrangers, pour la bonne raison que jamais ces relations ne sont celles d’inférieur à supérieur 36. » Mais, dans l’économie touristique, ces qualités doivent aussi être données à voir et ne seraient pas bienvenues dans les nombreuses circonstances générant des relations sociales hiérarchisées, notamment quand une personne du cru « sert » un touriste.
Outre le service, les touristes avaient également besoin de divertissements et le territoire manquait de ce point de vue de toute infrastructure. Les routes étaient en piteux état, les transports publics au mieux informels et les panneaux de circulation rares et clairsemés. En 1960, un rapport gouvernemental mentionnait que l’ensemble du territoire ne pouvait se prévaloir que d’un seul bateau pour la pêche sportive 37, tandis qu’un autre rapport déplorait :

  • 38 CAC, 940349/43, rapport SITO « L’économie de la Polynésie-Française en 1961 », avril 1962.
  • 39 CAOM, FM/ONTOM 23, Poulet, secrétaire général, à Duvelle, 17 juin 1959.
  • 40 CAOM, FM/ONTOM 23, René Pailloux (homme d’affaires de Tahiti) à Duvelle, 2 septembre 1959, une lett (...)
  • 41 CAOM, FM/ONTOM 22, E. J. E. Lefort, « Le Tourisme à Tahiti… », 6-8 ; FM/ONTOM 23, Romain de La Touc (...)
  • 42 Par exemple, CAC, 940349/59, rapport « Polynésie-Française 1965 », septembre 1964, pp. 15-16.
  • 43 CAC, 940349/59, Mission interministérielle, « Rapport de mission », janvier 1967.
  • 44 CAC, 940349/59, Letourneux, « Vers la création », février 1971.
  • 45 Sur cette rupture avec le modèle influent de MacCannell, voir Crang 1997 : 148. Le concept de zones (...)

5Quand il pleut, la situation de nos touristes est simplement misérable ! Et, à Tahiti, il pleut quelquefois sans discontinuer pendant des semaines. Or, il semble que la plupart des hôtels n’aient rien prévu pour occuper la clientèle, contrainte par les intempéries à rester enfermée : bibliothèque, salon de musique ou de bridge, par exemple. Aucun, à ma connaissance, ne dispose de tables de ping-pong ou de golfs miniatures 38.
La Polynésie se devait pourtant d’offrir aux touristes autre chose que le canotage, le golf et les discothèques qu’ils pouvaient trouver partout ailleurs. Pour les fonctionnaires et les hommes politiques, rien n’était plus préoccupant que de savoir comment soutenir et présenter au mieux les arts, artisanats et spectacles traditionnels, notamment la danse, habituellement classés sous la rubrique « folklore ». La vue de Tahitiens tressant des paniers en feuilles de cocotier ou dansant au son de leurs tambours assurait aux Européens que le « paradis » existait toujours, même limité à la cartographie lentement émergente de routes et d’hôtels modernes. Avant même le développement du tourisme, les arts populaires polynésiens avaient adopté un calendrier occidental en ne se produisant annuellement que durant la semaine précédant et suivant le 14 Juillet. Les festivités attiraient à Papeete des insulaires de toute la Polynésie pour des compétitions de chant, de lancer de javelot et des courses de pirogues. D’autres pratiques « traditionnelles » comme la « pêche aux cailloux », consistant à attirer le poisson dans des baies peu profondes pour le tuer à coups de pierre, pouvaient également être organisées à la demande des touristes 39.
Les observateurs européens ne cessèrent de réclamer davantage de « couleur locale » dans ces festivals, pourtant dénués à l’évidence de spontanéité, tout en se disant préoccupés par l’ivrognerie et la débauche occasionnelle des participants, susceptibles de repousser les touristes 40. Tandis qu’au début certains avaient vu le développement touristique comme un facteur de renaissance des pratiques traditionnelles, l’attention s’était déplacée au milieu des années 1960 41. Les responsables du tourisme présentaient toujours de vastes projets pour préserver la culture locale, y compris la production artisanale, mais leur objectif premier était maintenant la satisfaction des clients 42. « Il est incontestable, affirmait ainsi un rapport de 1967, que le touriste attiré par le nom prestigieux de Tahiti vient chercher une réalité conforme à la légende – et qui ne doit pas, sous peine de déception, s’éloigner trop de l’image qu’il s’en est fait43. » Quelques années plus tard, un expert venu de la métropole exprima son opposition à l’idée d’un village folklorique « style Disneyland » non en raison de son caractère artificiel mais de ses limites spatiales. Il recommanda plutôt « de préserver les traditions, les arts, le folklore, le paysage, la construction sur toute l’étendue du territoire et faire ainsi de la Polynésie un vaste parc touristique et naturel 44 ». Bien qu’irréaliste, un tel projet prend implicitement en compte les dimensions spatiales de ce que Dean MacCannell (1989 : 91-102) appelle la « mise en scène de l’authentique » dans les établissements touristiques, en ce qu’il abolit de manière effective la distinction « avant » / « arrière » et naturalise le spectacle mimétique des travailleurs « indigènes » du tourisme 45.

La Polynésie à l’ère nucléaire

  • 46 On trouve cette formulation dans CAC, 940349/59, Service du tourisme, Plan 1966-1970, juin 1965 (da (...)
  • 47 Voir par exemple, CAC, 940349/43, SITO, « L’économie de la Polynésie-Française en 1961 », rapport, (...)
  • 48 « Enquête : Polynésie heureuse », Tamarii Tahiti, 21-27 mai 1963.
  • 49 Voir par exemple, CAC, 950175/40, Claude J. Bach, « Polynésie-Française : rapport d’enquête d’urban (...)
  • 50 CAOM, ONTOM 23, Noaillat, mémorandum, 28 janvier 1961.
  • 51 CAOM, ONTOM 23, de Noaillat à Duvelle, 28 mars 1961, faisant référence à un article hostile au tour (...)
  • 52 CAC, 940349/42, SITO, rapport d’activités pour 1962 -Polynésie, 30 novembre 1962 ; 940349/44, A.M. (...)
  • 53 CAC, 940349/59, ministère des DOM-TOM (?), rapport « Polynésie-Française 1965 », manuscrit dactylog (...)
  • 54 Georges Chaffard, « Les bases nucléaires du Pacifique : l’enfant gâté du Pacifique », L’Express, 6 (...)
  • 55 « Assemblée territoriale : le Centre d’expérimentation du Pacifique, positions », Tamarii Tahiti, 2 (...)
  • 56 « La conférence de presse de MM. Messmer et Palewsky », Tamarii Tahiti, 21 janvier 1964. Pierre Mes (...)
  • 57 Sur la rudesse des Tuamotu, voir Chabbert 1957, notamment la préface d’Anne Hervé-Boullaire ; sur l (...)
  • 58 « La conférence de presse de MM. Messmer et Palewsky », Tamarii Tahiti, 21 janvier 1964.
  • 59 Voir la longue correspondance dans CAC, 940349/43, notamment une lettre de Louis Jacquinot, ministr (...)
  • 60 CAC, 940349/59, « Polynésie-Française/Plan 1966-1970 », juin 1965 (?), 26.
  • 61 Jacques Isnard, « Tahiti à l’ère atomique. 1 : Une occupation militaire », Le Monde, 16 juillet 196 (...)
  • 62 Sur l’évolution de la situation politique, voir CAC, 950175/21, conseiller technique, ministère des (...)

6Les exhortations à sortir le tourisme polynésien « de son stade artisanal actuel pour entrer dans le stade industriel » restèrent pourtant rares dans les années 1960 46. La rhétorique dominante insistait plutôt sur la nécessité d’un développement touristique intelligent et mesuré, en manifestant une préoccupation réelle pour la population indigène et l’économie traditionnelle 47. La plupart des observateurs indépendants partageaient ce point de vue. Le réalisateur Claude Pinoteau, par exemple, déclarait en 1963 que « la vocation touristique de Tahiti n’est souhaitable que s’il reste le jardin respecté du monde », et il exprimait le souhait que « le confort moderne s’installe avec tact, respect de l’architecture polynésienne, discrétion 48 ». Le gouvernement considéra sérieusement la nécessité de gérer équitablement les possibilités économiques offertes par l’industrie et d’améliorer l’habitat et les conditions sanitaires dans la capitale en rapide expansion, alors même que Papeete n’était ni une destination touristique de pointe ni un foyer majeur de sentiment autonomiste 49. Mais une certaine morosité accompagnait cet esprit de développement, la nostalgie pour un monde en voie de disparition. Comme l’écrivait déjà, en 1961, Noaillat, directeur du bureau du tourisme de Tahiti : « Nous travaillons à adapter l’un des derniers paradis au progrès 50. »
Le rapport de Noaillat fit état du grand nombre de problèmes liés à la première phase d’essor touristique : l’inflation créée par l’insuffisance des denrées alimentaires, la hausse des loyers, la spéculation foncière et, dans le même temps, le rythme inégal des arrivées de touristes qui rendait incertain l’emploi salarié dans le secteur touristique. Le dysfonctionnement général et la perception de la menace d’instabilité sociale accrurent l’hostilité au tourisme dans l’Assemblée territoriale ainsi que chez les pasteurs protestants influents de l’île 51. Durant cette période, les statistiques concernant notamment le nombre de visiteurs demeuraient inférieures aux prévisions, puisque des obstacles locaux maintenaient l’irrégularité du développement touristique. Tandis que des fonctionnaires s’étaient inquiétés en 1961 du manque de chambres d’hôtel par rapport au nombre de vols aériens prévus, la capacité hôtelière fin 1962 excédait largement les arrivées de touristes pour s’inverser à nouveau en 1964 52. Tout en estimant ces à-coups parfaitement prévisibles, les planificateurs du gouvernement signalèrent tout de même que le territoire devait porter davantage attention à son infrastructure et à ses ressources touristiques s’il souhaitait attirer des visiteurs internationaux 53.
Dès 1964, l’économie polynésienne bénéficia toutefois d’une relance inattendue avec la construction, annoncée par le général de Gaulle fin 1962, du Centre d’expérimentation du Pacifique (CEP) pour les essais nucléaires français. Tout à la fois repli colonial (la France s’était livrée à ses premiers essais dans le Sahara) et manifestation de cette même modernité technologique qui avait apporté le tourisme de masse à Tahiti, le lancement des essais nucléaires fut accueilli de façon mitigée par les hommes politiques polynésiens. Furieux de l’absence de consultation de l’Assemblée territoriale et de l’ignorance hautaine du président vis-à-vis de leurs préoccupations – il leur avait assuré que les essais n’auraient lieu que si les vents soufflaient dans la bonne direction – les indépendantistes s’y opposèrent dans leur majorité 54. Mais les hommes politiques ne pouvaient ignorer la création d’emplois et l’amélioration des infrastructures suscitées par le CEP, qui établit sa principale base administrative à proximité du nouvel aéroport international de Faaa, près de Papeete 55.
Une flottille virtuelle de ministres en visite en Polynésie pour contrôler la construction insista sur la compatibilité des essais avec le développement touristique qu’ils s’engagèrent à poursuivre 56. Le site même des essais, l’atoll de Mururoa, se trouvait à plus de 1 000 kilomètres de Tahiti dans une région, l’archipel à population clairsemée des Tuamotu – destinée au tourisme seulement beaucoup plus tard –, et occupant l’espace culturel non d’un paradis mais d’un îlot désertique rude et isolé 57. Montrant pour une fois les États-Unis comme un exemple à suivre, les hommes politiques français observèrent que les essais américains dans le Pacifique n’avaient aucunement nui à l’économie touristique de Hawaii 58. En coulisse, le gouverneur et de hauts fonctionnaires du ministère de l’Outre-mer s’opposèrent vigoureusement au projet militaire de réquisitionner les hôtels nouvellement construits à Bora-Bora comme centre de repos pour le personnel du CEP ; ils eurent parfois gain de cause. Les objections portèrent explicitement sur les atteintes potentielles au développement touristique, compte tenu du nombre encore à peine suffisant de chambres d’hôtel et de la crainte qu’une large présence militaire ne décourage les touristes 59.
Le développement rapide induit par le CEP fit aussi naître des problèmes tels que l’inflation rampante, le déficit de logements et de sérieux embouteillages de la circulation rappelant ceux des débuts du tourisme quelques années auparavant 60. A l’époque des premiers essais en 1966, le journal Le Monde parla d’une « économie déséquilibrée ». L’article relevait qu’un tiers des cultivateurs polynésiens avaient abandonné le travail de la terre pour le CEP, perturbant la fragile économie agricole du territoire, pourtant cruciale pour l’approvisionnement alimentaire de l’industrie touristique. La réduction des essais en 1969 et 1971, qui impliquait aussi des réductions de personnel, fournit encore un argument supplémentaire en faveur du tourisme, présenté comme la seule industrie capable de prendre la relève du CEP 61. Il ne fait aucun doute que les fonctionnaires regardaient par-dessus leurs épaules les indépendantistes qui, renforcés après l’amnistie de Pouvanaa en 1968, bénéficiaient du soutien des antinucléaires 62.

« Pas aussi primitif que je pensais »

  • 63 CAC, 940349/60, Office de développement du tourisme, rapport d’activités 1971, mars 1972.
  • 64 Isnard, « Tahiti à l’ère atomique. 2 : Des touristes, pour quoi faire ? », Le Monde, 17-18 juillet (...)
  • 65 La reproduction de cette publicité et du projet commercial se trouvent en annexes CAC, 940349/60, O (...)
  • 66 CAC, 940349/59, Office de développement du tourisme, « Rapport sur les études des réactions de la c (...)
  • 67 Par exemple dans CAC, 940349/60, Office de développement du tourisme, rapport d’activités 1971, mar (...)
  • 68 Crang emprunte l’expression de « nostalgie impérialiste » à Rosaldo 1993.

7A court et à long terme, les essais nucléaires et les dysfonctionnements sociaux qu’ils provoquèrent ne firent qu’accentuer le paradoxe foncier consistant à commercialiser le « paradis » comme une marque touristique. Début 1970, le folklore polynésien enraciné dans les traditions populaires avait pratiquement disparu et les exigences des touristes à son sujet étaient de plus en plus difficiles à satisfaire. En 1971, la liste des activités touristiques à Tahiti incluait un concours de beauté, des courses de chevaux, une « journée de l’hibiscus » (avec dîner dansant) et une compétition de pêche en pleine mer. Mais le festival folklorique traditionnel de juillet souffrait de la vétusté de son équipement, de l’exiguïté de son site et par-dessus tout de la mesquinerie des prix décernés. Inéluctablement, les danses « folkloriques » étaient ainsi devenues une activité commerciale et les solutions préconisées par les fonctionnaires du tourisme, notamment une augmentation budgétaire et une meilleure organisation, constituaient une reconnaissance de cet état de fait 63. Les autorités touristiques applaudirent les efforts des propriétaires d’hôtels pour organiser des spectacles de danses tahitiennes afin de satisfaire leurs clients mais, dès 1966, Le Monde relatait que des touristes pouvaient passer tout leur temps dans un centre efficacement géré, de style vaguement tahitien, sans jamais faire l’expérience de la culture polynésienne 64.
Une campagne de publicité très professionnelle, lancée début 1970 par l’office du tourisme polynésien de Los Angeles et affichant des slogans comme Tahiti : You don’t visit it, You experience it (« On ne visite pas Tahiti, on l’éprouve ») et Tahiti is comfortable even when it’s primitive (« Même primitive, Tahiti est confortable »), accordait cependant une place prééminente aux chants et aux danses du most uninhibited people in
the world (« peuple le plus libéré du monde ») 65. On peut toutefois se demander sur quelles imaginations ces publicités pouvaient bien exercer leur pouvoir de séduction. Dans un sondage de 1967 concernant l’opinion des touristes sur douze destinations du Pacifique, Tahiti obtint un classement moyen pour « coutumes attrayantes » et « environnement exotique », mais ces deux aspects importaient beaucoup moins aux gens interrogés que les beautés naturelles et le climat, qui la situaient haut dans les sondages, tandis que l’hospitalité de la population la classait bien au-dessous de la moyenne 66. Tout aussi révélateur, parmi un choix de remarques individuelles n’entrant pas dans ces grandes catégories, les fonctionnaires français qui passèrent en revue les résultats de l’enquête rangèrent le commentaire « pays pas aussi primitif que je pensais » au nombre des avis négatifs, bien que l’absence de contexte ait pu tout aussi bien le faire interpréter positivement.
Cette petite expression de jugement bureaucratique suggère que, pour les Français au moins, le « paradis » n’était guère plus qu’un pis-aller, tout ce qui leur restait comme démarche commerciale quand les efforts déployés pour soutenir les divers traits de la culture polynésienne ne semblaient plus aboutir. Jusqu’au début des années 1970, les rapports sur le développement touristique mettent encore en avant de manière frappante la nécessité de préservation, non plus toutefois du folklore tahitien mais des beautés naturelles de Moorea et des lointaines îles de la Société 67. Il va de soi que le tourisme culturel, souvent simpliste et immanquablement artificiel, implique d’ordinaire, pour paraphraser Dean MacCannell (1989), le déploiement de capitaux excédentaires afin de convertir le travail d’un groupe en spectacle donné pour un deuxième groupe au profit d’un troisième. Pourtant, le tourisme à sensibilité culturelle et écologique, respectueux des droits et coutumes autochtones, semble encore préférable au développement aveugle et rapide entraîné par des changements technologiques tels que les essais nucléaires.
Ce que l’on a appelé le « colonialisme nucléaire » de la France (Danielsson & Danielsson 1986) constitue une cible facile de condamnation et ses conséquences sur le développement du tourisme ne comptent probablement guère au nombre de ses effets délétères les plus grands. Les attitudes des Polynésiens envers les essais nucléaires français comme envers le tourisme furent pourtant loin d’être homogènes. De manière analogue, les Polynésiens jouèrent eux-mêmes un rôle à la fois dans le rythme et la nature du développement touristique. Si les documents français décrivent ce rôle comme grandement obstructionniste ou au mieux vénal, il serait cependant erroné de faire une distinction trop stricte entre stratégies de survie et résistance active, car la limite n’a pas toujours été très claire. Le refus des Polynésiens de danser pour les touristes sans compensation adéquate suggère en effet, comme l’a soutenu Christopher Prendergast (1986 : 6-8), que le mimétisme, comme l’imitation, a le pouvoir de sonder les limites des représentations conventionnelles ; qu’il peut, en d’autres termes, devenir un lieu de résistance.
La rencontre avec le touriste, qui a lieu au carrefour du spectacle de l’authentique et du déroulement de la vie quotidienne, implique une négociation continuelle entre les touristes et ceux qui les servent, les divertissent ou les renseignent. Si cette négociation ne se tient pas toujours sur un pied d’égalité, les travailleurs du tourisme acquièrent des compétences particulières pour traiter avec les clients et peuvent, notamment en jouant à mettre le primitivisme en scène, se faire complices d’un imaginaire mutuellement partagé de « profit sans exploitation » (MacCannell 1992 : 28-31). Pourtant, l’étrange notion d’» ex-primitif » à laquelle recourt MacCannell pour désigner les travailleurs des établissements touristiques ne fait que développer différemment le mythe du primitivisme, ce que Crang décrit à juste titre comme une « réplique du récit “tragique” de l’authenticité perdue », une forme de « nostalgie impérialiste » fréquente dans les études sur le tourisme (1997 : 149) 68. Autour des années 1960, la Polynésie-Française n’avait pas de pure culture « indigène » à préserver. Dans ce contexte, comme les Polynésiens le savaient peut-être mieux que les Français, le mimétisme devait constituer la seule forme disponible de préservation, une forme en constante interaction avec les pratiques imitatives de la vie quotidienne. A l’instar du contact colonial et le recouvrant partiellement, la culture du tourisme apparaît autant chargée de possibilités d’imitation que d’ambiguïtés et de dangers.

Haut de page

Bibliographie

Aldrich R., 1992. The French Presence in the South Pacific, 1842-1940, Houndmills, Macmillan.

Baranowski S. & E. Furlough (dir.), 2001. Being Elsewhere. Tourism, consumer culture, and identity in modern Europe and North America, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Baré J.-F., 1987. Tahiti, les temps et les pouvoirs. Pour une anthropologie historique du Tahiti posteuropéen, Paris, Éditions de l’ORSTOM, Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération, coll. « Travaux et Documents ».

Barkan E. & R. Bush, 1995. « Introduction », in Barkan E. & R. Bush, Prehistories of the Future. The primitivist project and the culture of modernism, Stanford, Stanford University Press, pp. 1-19.

Berger S., 1974. The French Political System, New York, Random House.

Bertho Lavenir C., 1999. La Roue et le stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Éditions Odile Jacob, coll. « Le champ médiologique ».

Bhabha H., 1997 [1984]. « Of mimicry and man. The ambivalence of colonial discourse », in Cooper F. & A. L. Stoler (dir.), Tensions of Empire. Colonial cultures in a bourgeois world, Berkeley, Los Angeles et Londres, University of California Press, pp. 152-160.

Boyer M., 1999. Histoire du tourisme de masse, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », n° 3480.

Bullard A., 2000. Exile to Paradise. Savagery and civilization in Paris and the South Pacific, 1790-1800, Stanford, Stanford University Press.

Caunes G.de & B. Borderie, 1957. Tahiti ou la joie de vivre, Paris, Éditions Pierre Horay.

Chabbert C., 1957. Deux ans sur un atoll, Paris, René Julliard, coll. « Sciences et voyages ».

Chegaray J., 1972. Maeva, la petite Tahitienne, Paris, Éditions G.P., coll. « Rouge et Or en couleurs. L’enfant et l’univers ».

Clifford J., 1988. The Predicament of Culture. Twentieth-century ethnography, literature, and art, Cambridge (Mass.), Londres, Harvard University Press.

Craik J., 1997. « The culture of tourism », in Rojek C. & J. Urry, Touring Cultures. Transformations of travel and theory, Londres, Routledge, pp. 113-36.

Crang P., 1997. « Performing the tourist product », in Rojek C. & J. Urry, Touring Cultures. Transformations of travel and theory, Londres, Routledge, pp. 137-154.

Dagen P., 1998. Le Peintre, le poète, le sauvage. Les voies du primitivisme dans l’art français, Paris, Flammarion.

Danielsson B. & M.-T. Danielsson, 1986. Poisoned Reign. French nuclear colonialism in the Pacific, revised ed., Ringwood, Victoria and Harmondsworth, Middlesex, Penguin.

Errington S., 1998. The Death of Authentic Primitive Art and Other Tales of Progress, Berkeley, Los Angeles et Londres, University of California Press.

Furlough E., 1993. « Packaging pleasures. Club Méditerranée and French consumer culture, 1950-1968 », French Historical Studies, vol. XVIII, n° 1, pp. 65-81.

MacCannell D., 1989. The Tourist. A new theory of the leisure class, new ed., New York, Schocken.

1992. Empty Meeting Grounds. The tourist papers, Londres, New York, Routledge.

Mazière F., 1956. Teïva, enfant des Iles, Paris, Fernand Nathan, coll. « Enfants du Monde ».

1959. Hina, la petite Tahitienne, Paris, Hachette.

Meyer J., Tarrade J., Rey-Goldzeiguer A. & J. Thobie, 1991. Histoire de la France coloniale. Des origines à 1914, Paris, Armand Colin.

Miller D., 1991. « Primitive art and the necessity of primitivism to art », in Hiller S., The Myth of Primitivism, Londres, New York, Routledge, pp. 50-71.

Moorehead A., 2000 [1966]. The Fatal Impact. An account of the invasion of the South Pacific, 1767-1840, Londres, Penguin, coll. « Classic History ».

Newbury C., 1980. Tahiti Nui. Change and survival in French Polynesia, 1767-1945, Honolulu, University Press of Hawaii.

O’Reilly P. & R. Tessier, 1962. Tahitiens. Répertoire bio-bibliographique de la Polynésie-Française, Paris, musée de l’Homme, Publications de la Société des océanistes, n° 10.

Panoff M., 1965. « Tahiti ou le mythe de l’indépendance », Les Temps modernes, n° 225, pp. 1443-1471.

Perry G., 1993. « Primitivism and the “modern” », in Harrison C., Frascina F., & G. Perry, Primitivism, Cubism, Abstraction. The early twentieth century, New Haven et Londres, Yale University Press, coll. « Modern Art Practices and Debates », pp. 3-85.

Prendergast C., 1986. The Order of Mimesis. Balzac, Stendhal, Nerval, Flaubert, Cambridge, Cambridge University Press.

Price S., 1989. Primitive Art in Civilized Places, Chicago, Londres, University of Chicago Press.

Rhodes C., 1994. Primitivism and Modern Art, Londres, Thames and Hudson.

Rojek C.&J. Urry (dir.), 1997. Touring Cultures. Transformations of travel and theory, Londres, New York, Routledge.

Rosaldo R., 1993. Culture and Truth, Londres, New York, Routledge.

Sherman D., 2004. « Post-colonial chic. Fantasies of the French interior, 1955-1962 », Art History, t. XXV, n° 2.

Taussig M., 1993. Mimesis and Alterity. A particular history of the senses, Londres, New York, Routledge.

Thobie J., Meynier G., Coquery-Vidrovitch C. & C.-R. Ageron, 1991. Histoire de la France coloniale. 1914-1990, Paris, Armand Colin.

Thomas N., 1994. Colonialism’s Culture : Anthropology, travel, and government, Princeton, Princeton University Press.

Thompson V. & R. Adloff, 1971. The French Pacific Islands. French Polynesia and New Caledonia, Berkeley, Los Angeles et Londres, University of California Press.

Torgovnick M., 1990. Gone Primitive. Savage intellects, modern lives, Chicago, Londres, University of California Press.

Urry J., 1990. The Tourist Gaze, Londres, Sage.

1994. Consuming Places, Londres, New York, Routledge.

Haut de page

Notes

1 « Enquête : Polynésie heureuse », Tamarii Tahiti, 19 mars, 2 et 9 avril, 21 mai 1963.

2 CAOM, FM/SG/Océanie1 36, Delavignette, « Note sur la situation politique de l’Océanie française », 26 février 1951 ; CAC, 950175/28, Rapport d’Angamarre, gouverneur général honoraire, au ministre des DOM-TOM, 9 août 1958.

3 CAOM, FM/ONTOM 22, G. Trémel, « Situation du tourisme en Polynésie-Française, » juillet 1958.

4 CAOM, ONTOM 23, Poulet, secrétaire général du territoire à Duvelle, directeur, Office national du tourisme d’outre-mer, 4 juin 1959.

5 Tahiti, où se trouve la capitale territoriale Papeete, est la plus grande des îles de la Société, le plus compact et le plus peuplé des cinq archipels de Polynésie-Française, les autres étant les Marquises, les Tuamotu, les Australes, ou Tubuaï, et les Gambiers. Le nom de Tahiti est souvent utilisé de manière métonymique pour désigner les îles de la Société, sur lesquelles se concentrèrent les efforts touristiques en Polynésie-Française. Par commodité, j’emploie indifféremment les termes « Tahiti » et « Polynésie-Française » sauf dans les cas où il est pertinent de les distinguer.

6 Au nombre des études importantes sur le tourisme, voir notamment MacCannell 1989 et 1992, Urry 1990 et 1994, Rojek & Urry 1997, Bertho Lavenir 1999, Boyer 1999, Baranowski & Furlough 2001.

7 A titre d’exemple, la Polynésie-Française n’est que brièvement mentionnée dans Meyer, Tarrade, Rey-Goldzeiguer & Thobie 1991, et citée de façon sommaire dans l’étude de Thobie, Meynier, Coquery-Vidrovitch & Ageron 1991 qui lui fait suite. A l’exception d’Aldrich 1992, la plupart des monographies consacrées en totalité ou en grande partie à la Polynésie-Française et auxquelles je fais référence dans mon étude ne s’inscrivent pas dans la problématique du colonialisme français.

8 Voir Barkan & Bush 1995 pour des définitions utiles, Clifford 1988 : 189-214, Price 1989, Torgovnick 1990, Miller 1991, Perry 1993, Rhodes 1994, Dagen 1998, Errington 1998.

9 Sur le terme « primitif », voir mes remarques dans Sherman (2004).

10 Le Club le revendiqua plus précisément à propos de Moorea, une île plus petite à l’ouest de Tahiti, dans son bulletin Le Trident, n° 80 (janvier 1962), p. 12.

11 CAC, 950175/28, Manifestations politiques 1941-72/Mai 1958, texte imprimé du discours du gouverneur, avril 1958.

12 Au sujet du film Si Tahiti m’était conté, montré au Palais de Chaillot et plus tard en province, voir CAOM, FM/ONTOM 23, Charles Duvelle, directeur de l’ONTOM, au gouverneur des EFO, 28 février 1957.

13 « Tahiti à l’écran », Tamarii Tahiti, avril 1955.

14 Jacques Chegaray, « Les cinéastes découvrent Tahiti », Tamarii Tahiti, septembre 1958 ; « Une grande vedette à Tahiti », Les Nouvelles, 21 mai 1957, créditant le producteur de Tahiti, joie de vivre, Paul Decharme, d’attirer des cinéastes sur les îles. Sur le soutien pratique (l’hébergement des cinéastes en visite), CAOM, FM/ONTOM 23, G. de Noaillat, directeur, Office de tourisme de la Polynésie-Française, à Duvelle, 20 août 1960.

15 Le Nouveau Trident, n° 12, février 1965.

16 CAOM, FM/ONTOM 22, E. J. E. Lefort, « Le Tourisme à Tahiti : ses perspectives », manuscrit dactylographié, rapport 1957, 4.

17 « Le tourisme facteur clef de notre développement économique », Le Semeur, novembre 1959. Le Semeur était un mensuel catholique.

18 Voir CAOM, FM/ONTOM 22, gouverneur Anziani au Bureau du tourisme, direction des Affaires économiques, ministère de la France d’outre-mer, 29 décembre 1949, présentant les deux aspects du problème américain ; le père O’Reilly, « Tahitiens », Tamarii Tahiti, octobre-novembre 1957, contrastant l’» invasion » américaine d’Hawaii et l’étouffement de sa culture avec le succès de la France dans la préservation de la culture autochtone de Tahiti ; CAC, 940349/43 ; Landry, directeur général, Société immobilière et touristique outre-Mer (SITO), « Financement des opérations hôtelières en Polynésie-Française », note, 28 juillet 1961. 70 % des touristes en 1960 et 65 % en 1968 étaient américains.

19 CAOM, FM/ONTOM 22, Anziani au Bureau du tourisme, 29 décembre 1949 ; CAC, 940349/43, SITO, « L’économie de la Polynésie-Française en 1961 », rapport, 14 avril 1962 ; Thompson & Adloff 1971 : 86-87, 140-142.

20 Sur le passé de Pouvanaa et le commencement de sa carrière, voir CAOM, FM/ SG/Océanie 136, Delavignette, « Note sur la situation politique de l’Océanie française », 26 février 1951, et, plus généralement, O’Reilly & Teissier 1962 : 383-84 ; sur la première décennie du RDPT, Thompson & Adloff 1971 : 30-41.

21 CAC, 950175/28, Manifestations politiques 1941-72/ Mai 1958, pétition « Émeutes à Tahiti », 15 mai 1958.

22 Sur la création de l’Office du tourisme, due pour l’essentiel à la fusion de deux groupes préexistants, voir CAOM, FM/ONTOM 23, gouverneur Sicaud à Duvelle, directeur ONTOM, 9 décembre 1958 ; Office du tourisme de Polynésie-Française, procès-verbal, Assemblée constitutive et Conseil administratif, 18 février 1959.

23 Sur les événements de 1958, voir CAC, 950175/28, Manifestations politiques 1941-72/Mai 1958, rapport de Pierre Pouchan, adjudant-chef de la gendarmerie nationale, 2 mai 1958 ; « Arrestation du député Pouvanaa responsable d’incendies volontaires », Les Nouvelles (Papeete), 13 octobre 1958 ; « Après les arrestations du samedi 11 octobre 1958 », Les Nouvelles (Papeete), 16 octobre 1958 ; Thompson & Adloff 1971 : 44-47.

24 CAC, 950175/21, Documentation sur la Polynésie, 1945-1978/Visite ministérielle janvier 1974, « Chronologie des principaux événements survenus depuis le deuxième semestre 1957 ».

25 CAC, 950175/21, Documentation sur la Polynésie 1945-1971, Rapport « Territoire de la Polynésie-Française : Situation politique », 4 août 1973.

26 Au sujet de l’influence de Pouvanaa sur la culture polynésienne traditionnelle, voir Thompson & Adloff 1971 : 63. Les déclarations de Pouvanaa continuèrent à influencer la politique polynésienne, y compris durant son emprisonnement ; voir par exemple CAC, 940349/60, Bulletin de renseignements particuliers, 18 novembre 1968, juste avant l’amnistie et la libération de Pouvanaa.

27 Sur l’hébergement hôtelier, CAOM, FM/ONTOM 23, G. de Noaillat, directeur, Office du tourisme de Polynésie-Française, à Duvelle, 3 février 1961 ; sur les vols aériens et leur capacité, FM/ ONTOM 23, mémorandum de Noaillat, 28 janvier 1961 ; sur les arrivées de touristes, FM/ONTOM 22, Office du tourisme de Polynésie-Française, Statistique touristique 1960, 20 février 1961. Les chiffres ne prennent généralement pas en compte les visiteurs français en voyages organisés, comme ceux proposés par le Club Med, ni les voyageurs effectuant des croisières ; rapport FM/ ONTOM 23, « Situation du tourisme en Polynésie-Française », 5 février 1960, donne une estimation de 11 750 personnes en 1959, chiffres incluant ces deux catégories (évaluation ne concernant que les touristes français).

28 CAOM, FM/ONTOM 23, de Noaillat à Duvelle, 3 février 1961.

29 CAC, 940349/43 Landry, directeur général de la SITO, note au ministre, 28 juillet 1961 ; sur les incitations à investir, CAOM, FM/ONTOM 23, Poulet, secrétaire général, Gouvernement de Polynésie-Française, à Duvelle, 4 juin 1959.

30 CAC, 950175/37, dossier « Notes et études sur la situation économique/Conférence économique », Note, « Protection du “caractère tahitien” de la Polynésie », non daté mais vraisemblablement de 1960 d’après le contexte. Le mémorandum porte principalement sur le relâchement récent des restrictions concernant les droits de propriété des étrangers en Polynésie-Française et détaille les mesures provisoires visant à réinstaurer un contrôle gouvernemental sur les transactions de biens.

31 CAOM, FM/ONTOM 22, G. de Noaillat, « Comment et pourquoi investir dans l’hôtellerie à Tahiti », circulaire, 1960.

32 Sur les incendies d’hôtels, voir « Après l’incendie du Taaone : un style d’hôtel compromis à tout jamais », Tamarii Tahiti, 3 septembre 1963 ; le rapport, dans CAC, 940349/59, est celui de Jean Letourneux, « Vers la création d’une économie polynésienne à partir du tourisme », février 1971. Letourneux se réfère au style d’hôtels de construction française comme au « traditionnel palace d’une quelconque côte occidentale » et rapporte l’explication du gouverneur sur les coûts fonciers élevés.

33 CAOM, FM/ONTOM 22, Guy Trémel, « La situation touristique à Tahiti », rapport dactylographié, juillet 1958. Il jugea un peu mieux les hôtels plus éloignés du bord de mer.

34 Sur la fondation de l’école hôtelière, voir Thompson & Adloff 1971: 172, et CAC, 940349/43, action de la SITO dans les TOM, janvier 1963 ; sur les espoirs concernant les cadres, CAOM, FM/ONTOM 23, lettre, Pierre Maille (un propriétaire d’hôtel de Papeete) à Duvelle, janvier 1959, et CAC, 940349/59, Service du Tourisme de la Polynésie Française, Plan 1966-1970, juin 1965 (date présumée).

35 Stéréotypes : CAOM, FM/ONTOM 22, Trémel, « La situation touristique », juillet 1958 ; traits désirés : FM/ONTOM 23, Maille to Duvelle, janvier 1959.

36 CAOM, FM/ONTOM 22, Romain de la Touche, Mémoire « L’avenir du tourisme en Polynésie française », mai 1960, p. 57.

37 Sur l’infrastructure, voir CAOM, FM/ONTOM 23, Service du tourisme de Polynésie-Française, Rapport « Situation du tourisme en P.F. », 5 février 1960 ; CAC, 950175/40, Claude J. Bach, « Polynésie-Française : Rapport d’enquête concernant la création de centres touristiques », non daté mais remontant environ à 1961 d’après le contexte ; sur la pêche sportive : CAOM, FM/ONTOM 22, dossier « Équipement touristique : Pêche sportive, Club alpin français », document non daté « Pêche sportive ».

38 CAC, 940349/43, rapport SITO « L’économie de la Polynésie-Française en 1961 », avril 1962.

39 CAOM, FM/ONTOM 23, Poulet, secrétaire général, à Duvelle, 17 juin 1959.

40 CAOM, FM/ONTOM 23, René Pailloux (homme d’affaires de Tahiti) à Duvelle, 2 septembre 1959, une lettre et deux rapports sur les festivals de juillet.

41 CAOM, FM/ONTOM 22, E. J. E. Lefort, « Le Tourisme à Tahiti… », 6-8 ; FM/ONTOM 23, Romain de La Touche, mémoire, « L’avenir du tourisme en Polynésie-Française », 85 p., manuscrit dactylographié ronéotypé, 1960, incluant des commentaires sur la relation entre le tourisme et la culture autochtone ; par exemple : « Puisse le tourisme réussir, tout en donnant le coup de fouet nécessaire à l’amélioration de la production locale, à ne pas détruire ce qu’il y a de délicieux dans cette civilisation. »

42 Par exemple, CAC, 940349/59, rapport « Polynésie-Française 1965 », septembre 1964, pp. 15-16.

43 CAC, 940349/59, Mission interministérielle, « Rapport de mission », janvier 1967.

44 CAC, 940349/59, Letourneux, « Vers la création », février 1971.

45 Sur cette rupture avec le modèle influent de MacCannell, voir Crang 1997 : 148. Le concept de zones « avant » et « arrière » vient des travaux d’Erving Goffman.

46 On trouve cette formulation dans CAC, 940349/59, Service du tourisme, Plan 1966-1970, juin 1965 (date présumée), document préparant le Cinquième plan à cinq ans, un contexte intrinsèquement technocratique.

47 Voir par exemple, CAC, 940349/43, SITO, « L’économie de la Polynésie-Française en 1961 », rapport, 14 avril 1962 ; 940349/59, « Note au sujet de l’option “tourisme” », avril 1971.

48 « Enquête : Polynésie heureuse », Tamarii Tahiti, 21-27 mai 1963.

49 Voir par exemple, CAC, 950175/40, Claude J. Bach, « Polynésie-Française : rapport d’enquête d’urbanisme sur Papeete et sa... » [partie manquante sur le titre de la couverture], SCET Coopération, 13 février 1961. Sur la cartographie électorale de la Polynésie-Française à cette période, voir Thompson & Adloff 1971 : 39-47. Alfred Poroi, maire de longue date à Papeete, fut l’un des chefs de la lâche coalition de forces prônant la relation territoriale avec la France ; son propre parti était proche de l’UNR, celui des gaullistes, dans la métropole.

50 CAOM, ONTOM 23, Noaillat, mémorandum, 28 janvier 1961.

51 CAOM, ONTOM 23, de Noaillat à Duvelle, 28 mars 1961, faisant référence à un article hostile au tourisme dans un journal protestant ; sur l’hostilité de l’Assemblée, de Noaillat à Duvelle, 3 février 1961.

52 CAC, 940349/42, SITO, rapport d’activités pour 1962 -Polynésie, 30 novembre 1962 ; 940349/44, A.M. Ata (délégué de la SITO, Papeete), note « Polynésie : situation hôtelière », 30 octobre 1964.

53 CAC, 940349/59, ministère des DOM-TOM (?), rapport « Polynésie-Française 1965 », manuscrit dactylographié, 2 : « Le nom de Tahiti, aussi prestigieux soit-il, ne suffit plus pour attirer la masse des visiteurs étrangers. A prix de séjour égal, ces derniers sont tentés de dépenser leur argent dans des pays organisés et équipés pour l’accueil du touriste. »

54 Georges Chaffard, « Les bases nucléaires du Pacifique : l’enfant gâté du Pacifique », L’Express, 6 août 1964 ; voir aussi Thompson & Adloff 1971 : 52-53.

55 « Assemblée territoriale : le Centre d’expérimentation du Pacifique, positions », Tamarii Tahiti, 21 mai 1963 ; Thompson & Adloff 1971 : 53-56.

56 « La conférence de presse de MM. Messmer et Palewsky », Tamarii Tahiti, 21 janvier 1964. Pierre Messmer était ministre de la Défense, Gaston Palewsky ministre de la Science et de la Recherche, chargé de la responsabilité spéciale du programme nucléaire de la France. Le Premier ministre Georges Pompidou fit des déclarations similaires six mois plus tard au cours de sa visite.

57 Sur la rudesse des Tuamotu, voir Chabbert 1957, notamment la préface d’Anne Hervé-Boullaire ; sur le tourisme dans cet archipel plusieurs années plus tard, CAC, 940349/60, Office de développement du tourisme de la Polynésie-Française, rapport d’activités année 1971, mars 1972.

58 « La conférence de presse de MM. Messmer et Palewsky », Tamarii Tahiti, 21 janvier 1964.

59 Voir la longue correspondance dans CAC, 940349/43, notamment une lettre de Louis Jacquinot, ministre d’État chargé des départements et territoires d’outre-mer, au ministre des Armées (Délégation ministérielle pour l’armement), 27 mars 1963, et A. M. Ata (délégué de la SITO à Papeete), note à Monsieur le directeur général de la SITO, 21 janvier 1964.

60 CAC, 940349/59, « Polynésie-Française/Plan 1966-1970 », juin 1965 (?), 26.

61 Jacques Isnard, « Tahiti à l’ère atomique. 1 : Une occupation militaire », Le Monde, 16 juillet 1966 ; CAC, 940349/59, « Note au sujet de l’option “tourisme” », avril 1971. Il ne s’agissait pas d’une revendication nouvelle ; le document du planning de 1965 mentionné en note 68 avançait un argument analogue.

62 Sur l’évolution de la situation politique, voir CAC, 950175/21, conseiller technique, ministère des DOM-TOM, « Situation politique », 4 août 1973, et « Chronologie des principaux événements survenus depuis le deuxième semestre 1957 », décembre 1973. Le rapport d’août 1973 minimisait le sérieux du mouvement indépendantiste, mais quelques spécialistes pensent que la haute main de la France concernant le CEP, avec notamment la dissolution de deux groupes indépendantistes à l’automne 1963, stimula le soutien apporté aux autonomistes (voir Thompson & Adloff 1971 : 72-77). Quoi qu’il en soit, la première mesure d’autonomie ne fut pas effective avant 1977, et la pleine autonomie pas avant 1984.

63 CAC, 940349/60, Office de développement du tourisme, rapport d’activités 1971, mars 1972.

64 Isnard, « Tahiti à l’ère atomique. 2 : Des touristes, pour quoi faire ? », Le Monde, 17-18 juillet 1966.

65 La reproduction de cette publicité et du projet commercial se trouvent en annexes CAC, 940349/60, Office de développement du tourisme, Rapport d’activités 1971, mars 1972.

66 CAC, 940349/59, Office de développement du tourisme, « Rapport sur les études des réactions de la clientèle touristique faites durant l’année 1967 », résultats de l’enquête PATA sur les voyageurs à destination du Pacifique.

67 Par exemple dans CAC, 940349/60, Office de développement du tourisme, rapport d’activités 1971, mars 1972.

68 Crang emprunte l’expression de « nostalgie impérialiste » à Rosaldo 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sherman D. J., 2005, « Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971) », Terrain, n° 44, pp. 39-56.

Référence électronique

Daniel J. Sherman, « Paradis à vendre : tourisme et imitation en Polynésie-Française (1958-1971) », Terrain [En ligne], 44 | mars 2005, mis en ligne le 15 mars 2009, consulté le 25 mai 2017. URL : http://terrain.revues.org/2434 ; DOI : 10.4000/terrain.2434

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org