Navigation – Plan du site
Qu'est-ce qu'un événement ?

Les sciences sociales face à l’événement

Alban Bensa et Eric Fassin
p. 5-20

Résumés

Les sciences sociales ne font face à l’événement qu’avec hésitation : elles préfèrent les structures, et réduisent l’événement à ses contextes sociaux et à ses constructions médiatiques. En réaction, l’histoire du temps présent tente d’isoler le présent pour exacerber la présence de l’événement. Ce numéro veut montrer comment nos disciplines peuvent, avec Deleuze, considérer l’événement comme ligne de partage, ou rupture d’intelligibilité. Sans renoncer à l’étude des contextes et des constructions, elles renouent avec l’expérience des acteurs sociaux, faisant place au rôle des individus et à la réalité de l’action. Toutefois, leur approche diffère de la manière dont les acteurs créent des récits pour rendre compte de cette fracture du sens : sociologues, anthropologues et historiens confrontent les récits, sans confondre l’événement avec une origine. La signification de l’événement gagne ainsi à être appréhendée par la construction de séries pertinentes, comme le montre l’exemple du 11 septembre 2001.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour Jean Bazin. Le 12 décembre 2001.

Texte intégral

1Pour les sciences sociales, l’évènement pose problème. Elles l’ignorent le plus souvent. Ainsi, la description ethnographique privilégie la banalité quotidienne, ou s’attache à la répétition rituelle, tandis que, en miroir de l’ethnologie, l’anthropologie oublie volontiers la temporalité. Si la première appréhende la culture en son essence, la seconde préfère penser l’universalité dans son abstraction. Parallèlement, la sociologie s’interroge plus souvent sur des logiques générales, et non particulières, sur des structures, et non des fêlures. Alors que l’entretien et l’observation s’attachent implicitement au moment que découpe l’enquête, « la langue graphique des plans factoriels » et « la langue tabulaire du tableau croisé » (Passeron 1991) décrivent un espace social. Quant aux séries statistiques, elles marquent d’ordinaire des tendances, plutôt que des ruptures : lorsqu’elle s’interroge sur la temporalité, la sociologie prend pour objet la reproduction ou le changement, et non les mutations. Si l’anthropologie ou la sociologie ne s’écrivaient pas au présent, elles auraient spontanément recours à l’imparfait, et non au passé simple.

2Sur ce terrain, l’histoire semble justement mieux placée que ces deux disciplines. « L’historien aime l’événement », nous rappelle (et nous donne à sentir) Arlette Farge dans ce numéro. La chronique des événements passés ne constitue-t-elle pas sa matière première ? Sans doute. Encore faut-il bien voir qu’à partir du moment où l’histoire se constitue en science sociale, elle construit sa scientificité contre l’événement. Une telle défiance, l’enquête historiographique l’atteste, n’est pas si nouvelle qu’on pourrait le croire (Revel 2001). L’exemple des Annales reste toutefois significatif : ce projet intellectuel commence ainsi par combattre une histoire positiviste précisément disqualifiée comme « événementielle » (Noiriel 1998). Tout particulièrement pour les historiens qui brandissent l’étendard des sciences sociales, il convient dans un premier temps de réduire l’événement : la série dissout la singularité, le contexte absorbe la chronique.

3Certes, l’événement ne disparaît pas pour autant : on pourrait même dire que l’histoire le généralise. Tout peut être événement – et pas seulement les événements politiques de l’histoire « batailles-et-traités » ; comme l’écrivait Paul Veyne, à l’heure de la Nouvelle Histoire, « le non-événementiel, ce sont des événements non encore salués comme tels : histoire des terroirs, des mentalités, de la folie ou de la recherche de la sécurité à travers les âges. On appellera donc non-événementiel l’historicité dont nous n’avons pas conscience comme telle » (1978 [1971]). Il s’agit bien là, une fois encore, de réduire la singularité de l’événement en le démultipliant à l’infini : car si tout est événement, alors rien ne l’est vraiment, spécifiquement.

4Bref, l’événement ne va pas de soi pour les sciences sociales. D’autant moins sans doute qu’il paraît mieux se couler dans d’autres discours sur la société – à commencer par le journalisme et l’essayisme. Si les sciences sociales se montrent tellement silencieuses face à l’événement, c’est en effet, principalement, qu’il semble ressortir, avec l’actualité dans son ensemble, aux discours les plus loquaces, voire les plus bavards, en tout cas les moins scientifiques. Quand les médias ont à connaître surtout des événements, les sciences sociales les ignorent d’autant plus. Nos disciplines préféreront le plus souvent montrer que l’événement n’en est pas un : la nouveauté n’est pas si nouvelle, le surgissement s’inscrit dans une perspective historique, une tradition culturelle, une logique sociale. Une fois encore, on s’emploie à réduire la surprise de l’événement : ce qui se passe était inscrit dans le passé, immédiat ou lointain – tout était déjà joué. A posteriori, nous aurions pu prévoir l’événement…

L’événement et la modernité médiatique

5En réaction, l’histoire du temps présent entreprend de renverser le stigmate événementiel – au risque parfois de confondre l’événement avec sa manifestation spectaculaire. Un article classique de Pierre Nora sur « le retour de l’événement » (1974), qui fixe aussi le programme théorique d’une « histoire contemporaine », illustre bien ce parti pris. L’événement, rapport au temps, à l’histoire et à l’actualité, caractérise selon l’historien la modernité démocratique. « Son apparition paraît dater du dernier tiers du xixe siècle, explique-t-il d’entrée. Ainsi l’affaire Dreyfus constitue-t-elle peut-être, en France, la première irruption de l’événement moderne, le prototype de ces images d’Epinal sorties tout armées du ventre des sociétés industrielles et dont l’histoire contemporaine ne cessera plus de reproduire les exemplaires, à partir d’une matrice comparable. »

6Ce qui définit l’événement dans sa modernité, c’est qu’il n’existerait que par les mass media : « Dans nos sociétés contemporaines, c’est par eux et par eux seuls que l’événement nous frappe, et ne peut pas nous éviter. » La médiatisation ne se contenterait pas de relayer l’événement. Pour Pierre Nora, elle le constitue : « Presse, radio, images n’agissent pas seulement comme des moyens dont les événements seraient relativement indépendants, mais comme la condition même de leur existence. La publicité façonne leur propre production. Des événements capitaux peuvent avoir lieu sans qu’on en parle », concède l’historien. Mais « le fait qu’ils aient eu lieu ne les rend qu’historiques. Pour qu’il y ait événement, il faut qu’il soit connu ». Aussi l’événement existerait-il uniquement dans ce rapport au temps qui accompagne la médiatisation – celui de la modernité.

7On voit l’avantage de cette analyse : elle permet de cerner une caractéristique de l’événement moderne. Historiens, sociologues ou anthropologues, dès lors qu’ils travaillent sur le présent, savent bien qu’il est rarement possible d’isoler l’événement de sa médiatisation. Il n’est donc pas question ici de renverser la logique de Pierre Nora, pour opposer une profondeur (anthropologique) ou une (longue) durée au caractère superficiel ou éphémère de l’événement, réactivant ainsi le clivage entre l’école des Annales et l’histoire positiviste, ou bien entre l’histoire en tant que science sociale et l’histoire politique, pour opposer au « retour de l’événement » la permanence de la structure. L’affaire Dreyfus est un événement politique médiatisé ; en même temps, c’est aussi un basculement social, dans les pratiques non moins que dans les représentations.

8Pour autant, Pierre Nora risque dans son analyse de méconnaître la nature de l’événement : il le confine en effet dans la modernité, à partir d’une opposition entre les « sociétés paysannes » et notre « mondialisation » ; selon lui, « la modernité sécrète l’événement, à la différence des sociétés traditionnelles qui avaient plutôt tendance à le raréfier ». Mais refuser l’universalité à l’événement, n’est-ce pas s’exposer à l’ethnocentrisme ? Partout la mémoire, qu’elle soit orale ou graphique, implicitement ou même explicitement évoque en écho l’événement – ce choc qui, dans un passé plus ou moins lointain, posa les conditions à partir desquelles l’univers local devait se réorganiser. La migration, le regroupement de populations ou la famine, la guerre puis la paix, le renversement de pouvoir, la venue d’un personnage d’exception, l’invention d’un rituel central sont autant d’événements clés, démographiques et politiques, qui président à l’ordonnancement des situations, des pratiques et des représentations d’aujourd’hui, et sont inlassablement mis en récit. On dira donc plutôt que la médiatisation caractérise la modernité, et non l’événement lui-même : d’une part, l’événement n’a pas attendu la naissance des journaux ; d’autre part, il n’en fait pas toujours la une.

9Et si les sciences sociales approchaient l’événement à partir d’une double négation, à la fois en évitant de récuser l’événement pour cause de médiatisation, et en refusant à l’inverse de le définir par la médiatisation ? Pour être médiatique, le procès Papon, comme le montre ici Guillaume Mouralis, n’en est pas moins un événement : l’affaire médiatico-politico-judiciaire signale aussi un travail de recomposition dans « les rapports entre droit et société ». En premier lieu, pareille démarche demande bien de mettre en place des contextes d’interprétation : nos disciplines l’ont d’ailleurs toujours souligné, l’événement ne signifie pas dans un vide. Il convient donc de restituer les cadres dans lesquels il s’inscrit, et qui lui donnent sens à la fois pour les acteurs et pour les sociologues, anthropologues et historiens. En second lieu, il reste encore à montrer comment l’événement est effectivement construit, en particulier médiatiquement. L’événement ne se donne jamais dans sa vérité nue, il se manifeste – ce qui implique aussi qu’il est manifesté, c’est-à-dire qu’il résulte d’une production, voire d’une mise en scène : il n’existe pas en dehors de sa construction. Pour nécessaire qu’elle soit, cette double démarche ne suffit pas à faire de l’événement un objet de science sociale. C’est qu’elle navigue encore entre deux logiques de réduction. D’un côté, avec l’explicitation de l’implicite, l’événement aurait toujours déjà été là ; d’un autre côté, avec le dévoilement d’une fiction, il n’aurait jamais tout à fait été là. Reprenons ces deux logiques, pour tenter de les déjouer.

10D’une part, l’opération de contextualisation pourrait tendre à montrer que l’événement n’en est pas vraiment un : manifestant ce qui restait caché, tu ou invisible, l’apparition ne serait que la révélation de ce qui était déjà en place. Or, l’article d’Elisabeth Claverie dans ce numéro le montre bien : si la « partie mortelle » des événements yougoslaves se joue « de très longue date », néanmoins, il se produit quelque chose, un déplacement qui fait passer de la localité au site religieux, de Medjugorje à « Medjugorje ». Sinon, l’apparition disparaîtrait. D’autre part, symétriquement, l’approche en terme de construction risque de nier aussi la réalité propre de l’événement : en exposant combien il est le produit d’une invention, médiatique ou non, la déconstruction n’en laisserait rien en place. Or, le texte de Sophie Houdart le souligne parallèlement, « l’erreur consisterait à penser », devant l’invention médiatique de la mouche homosexuelle au Japon, « que l’événement ne correspond ici qu’à cette mise en public » : en réalité, les médias « rendent seulement possible son existence ». Car l’événement existe : par lui, « le mutant devient performant ».

Le temps de l’événement

11Pour éviter ce double écueil, la réduction par le contexte ou par la construction, il convient de restituer à l’événement sa spécificité temporelle : il manifeste à lui seul une rupture d’intelligibilité. L’évidence habituelle de la compréhension est soudain suspendue : à un moment donné, littéralement, on ne se comprend plus, on ne s’entend plus. Le sens devient incertain. Loin d’interpréter comme nous le faisons quotidiennement, sans y songer ou presque, tout à coup, nous ne sommes plus assurés de nos grilles de lecture. Tandis que nous vivons d’ordinaire dans le régime de ce qui va sans dire, nous voici plongés avec l’événement dans le régime extraordinaire de ce qui ne sait plus se dire, ou du moins n’en est plus si sûr.

12Afin de préciser cet argument, et de mieux appréhender le temps de cette rupture, on s’appuiera sur les analyses développées dans Logique du sens par Gilles Deleuze. Pour ce philosophe, « les événements sont idéaux ». En effet, « la distinction n’est pas entre deux sortes d’événements, elle est entre l’événement, par nature idéal, et son effectuation spatio-temporelle dans un état de choses. Entre l’événement et l’accident ». L’événement, ce n’est pas qu’il se passe quelque chose, quelque important que soit ce fait, mais plutôt que quelque chose se passe – un devenir. On n’est pas, comme pour l’accident, dans l’ordre des faits, mais des « incorporels » : l’infinitif, et non le substantif.

13Il ne faut donc pas confondre l’événement avec sa manifestation, comme le proposait Pierre Nora : la médiatisation n’est en effet que la matérialisation de l’événement, qui nous fait basculer dans le registre « corporel ». Ainsi, l’événement n’est pas défini par son importance médiatique : « Le mode de l’événement, c’est le problématique. Il ne faut pas dire qu’il y a des événements problématiques, mais que les événements concernent exclusivement les problèmes et en définissent les conditions. » Bref, « l’événement par lui-même est problématique et problématisant ». Avec l’événement, c’est l’intelligibilité qui fait problème – qui devient problématique, qui est problématisée. N’allons pas croire pourtant que la référence philosophique nous éloigne de l’histoire. Gilles Deleuze retrouve l’Affaire, et dans la même page, pour penser la singularité de l’événement, il cite Charles Péguy : « Il y a des points critiques de l’événement comme il y a des points critiques de température, des points de fusion, de congélation, d’ébullition, de condensation ; de coagulation ; de cristallisation. » Et de fait, l’analyse du philosophe renvoie non moins que chez l’historien à une représentation du temps.

14Pour Pierre Nora, médiatique dans son principe, l’événement est menacé de prolifération : « Nous sommes entrés dans le règne de l’inflation événementielle. » La démocratisation, c’est donc aussi l’« exhibitionnisme événementiel ». La modernité vit ainsi dans un « état de surinformation perpétuelle », autrement dit, « de sous-information chronique ». C’est aussi une vision de la temporalité moderne que propose l’historien. Avec la presse, le temps de l’événement, c’est le quotidien : « Les titres de France-Soir, par exemple, fabriquent à chaque édition des événements dont la plupart sont mort-nés. » Il ne s’agit donc même pas de hiérarchiser les événements, en fonction de leur importance, pour n’accorder ce nom qu’aux événements majeurs : selon Pierre Nora, il convient en effet de renoncer à parler « de pseudo-événements qui postuleraient le parasitage d’événements vrais par de faux événements. L’artifice – mais s’agit-il d’artifice ? – est la vérité du système ». L’événement, c’est alors l’incessant surgissement d’un présent « perpétuel » ou « chronique ».

15Pour Gilles Deleuze au contraire, on peut s’appuyer sur les stoïciens pour distinguer deux temporalités : « Le temps doit être saisi deux fois, de deux façons complémentaires, exclusives l’une de l’autre. » C’est l’opposition entre Chronos et Aiôn, qui structure tout son livre. « D’après Chronos, seul le présent existe dans le temps. Passé, présent et futur ne sont pas trois dimensions du temps ; seul le présent remplit le temps, le passé et le futur sont deux dimensions relatives au présent dans le temps. » Au contraire de ce présentisme, qu’on retrouve chez Pierre Nora, « d’après Aiôn », c’est-à-dire dans la perspective deleuzienne, le présent est relatif au passé et au futur : « C’est l’instant sans épaisseur et sans extension qui subdivise chaque présent en passé et futur. » Tandis que le présent de Chronos est « corporel », comme l’accident empirique qui se manifeste dans sa matérialité, Aiôn est le temps de l’événement « incorporel », qui n’existe que par sa signification : la discontinuité de l’événement ne saurait se penser comme éruption, ni comme explosion, mais plutôt comme rupture ou mutation. Le présent de l’événement n’existe que comme ligne de partage entre deux mondes, mutuellement inintelligibles – d’où la nécessité de l’interprétation que mettent en place les sciences sociales.

16Avec Aiôn, le temps de l’événement n’est donc plus le présent d’une origine indéfiniment répétée ou renouvelée ; c’est une ligne de fracture, voire un simple point qui n’a sens que comme frontière. Pour Pierre Nora, l’événement se démultipliait à l’infini : « Si un réflexe d’historien n’intervenait pas, ce ne serait, à la limite, qu’un bruit qui brouillerait l’intelligibilité de son propre discours. » Pour Gilles Deleuze, les événements peuvent certes être nombreux ; ces singularités n’ont toutefois de sens que dans les séries qu’elles définissent, en partageant le temps entre un passé et un futur : avant l’Affaire, après l’Affaire. A la fois révélateur et catalyseur, l’Affaire est – n’est que – la manifestation d’un basculement social, d’une rupture d’intelligibilité. Il s’agit bien d’une ligne de partage immatérielle, ou « incorporelle », et non d’un simple accident, d’une naissance dans la plénitude de sa présence.

L’événement vécu :le temps, l’action et l’individu

17Dès lors que l’événement est appréhendé comme ligne de partage, le travail des sciences sociales rejoint l’expérience des acteurs, du moins dans un premier moment. Au lieu, pour poser leur scientificité, de s’y opposer d’emblée en s’employant à réduire cette césure, nos disciplines renouent pour commencer avec la perception sociale de l’événement. Pour reprendre à leur compte une telle analyse, il leur faut porter une attention particulière aux modalités selon lesquelles l’événement s’impose à ceux qui le vivent. Sans entrer ici dans ce que devrait être une véritable phénoménologie de l’événement, il n’est pas inutile d’en pointer les contours les plus saillants, ne serait-ce que pour justifier les propositions théoriques reprises ensuite.

18La puissance séparatrice de tout événement est particulièrement bien mise en évidence par la lecture philosophique que propose Giorgio Agamben de l’œuvre de saint Paul (2000). Pour l’auteur des Epîtres, la résurrection de Jésus rééchelonne la temporalité : avant l’événement, prévaut, depuis la création, le temps des prophètes qui annoncent la venue du Messie (« temps profane auquel Paul se réfère en général par le terme chronos ») ; après l’événement, « la parole passe à l’apôtre, à l’envoyé du Messie, dont le temps n’est plus le futur mais le présent ». Et Paul de constater qu’à partir du Christ « le temps s’est contracté » (1 Cor 7, 29).

19Cette contraction du temps ne pourrait-elle pas, au-delà de la méditation paulinienne, caractériser tout événement qui induit dans la vie sociale cette étrange pliure à partir de laquelle plus rien n’est pareil ? Le changement de rythme qu’impose l’événement marque une nouvelle temporalité, qui altère les rapports au passé et à l’avenir. A partir de cette coupure, le champ de la mémoire et celui du possible sont rouverts par référence à de nouveaux principes d’intelligibilité. Parce qu’il pose à nouveaux frais la question du sens (de la loi, de la vie, de l’art, etc.), l’événement, pour ses contemporains, marque toujours le début d’une « ère nouvelle », celle qui s’engage en majuscule avec la Chute de l’Empire romain, la Colonisation européenne, ou la Découverte de ce qu’on appelle précisément « Nouveau Monde ». Avec la naissance du Christ ou du Prophète, comme avec la Révolution française, on le voit bien, c’est un nouveau rapport au temps qui s’impose – à commencer par l’instauration d’un calendrier nouveau.

20Ce n’est pas seulement dans le rapport au temps qu’avec l’événement les sciences sociales retrouvent d’abord l’expérience des acteurs : c’est l’action elle-même qui doit prendre place dans l’analyse (Bazin 2000). L’action qui fait advenir l’événement fend le glacis des routines. En allant au-delà même des transgressions envisageables, elle libère d’un coup au sein de la sphère publique un faisceau de possibles jusque-là impensables : un juge américain accusé de harcèlement ou une mouche nippone qualifiée d’homosexuelle, une apparition de la Vierge en terre communiste ou la mise en examen d’un ministre français, tous ces événements amorcent des langages sociaux, et sociologiques, neufs.

21Comme un précédent numéro de Terrain (1997) avait voulu le montrer, l’action fait le temps : des temporalités aussi diverses que celles qui président à la préparation d’un examen, à une incarcération ou à un monument historique sont le produit d’interventions spécifiques. De même, la temporalité ramassée de l’événement est l’effet d’une modalité particulière d’action. En porte-à-faux avec les paroles et gestes qui règlent habituellement la vie sociale, l’action inattendue, par sa violence même, fait de l’événement le point de bascule à partir duquel le monde et le temps semblent subitement devoir s’ordonner autrement. Le moment où un univers social se « convertit » en quelque sorte à l’événement sera ensuite inscrit à l’inventaire de l’histoire locale ou mondiale et des exploits de leurs héros.

22Car c’est aussi par la prise en compte de l’individu que l’analyse de l’événement retrouve l’expérience des acteurs. Mettre l’accent sur la temporalité revient en effet à centrer la réflexion sur le sujet individuel. Or, comme le suggère Gérard Lenclud, « une action est ce qu’accomplit un être humain, et non pas ce qui lui arrive » (1996). L’événement exprime ainsi deux singularités en miroir, la sienne et celle de l’individu qui le provoque. L’attention aux individus et à leurs actions n’implique pas de succomber à l’ethnométhodologie : l’individualité des acteurs et celle de l’événement poussent l’une et l’autre dans le terreau de la vie sociale. Les articles de ce numéro font d’ailleurs pivoter l’articulation entre l’événement et ses contextes autour d’individus particuliers (Bill Clinton ou Maurice Papon, Sadi Carnot ou satori) ; mais en même temps, ces acteurs sont traversés par des forces collectives qui les dépassent. Se tenir en ce point de la société et de l’histoire où tout à la fois j’agis et je suis agi est d’ailleurs une expérience intellectuelle et émotionnelle troublante. Comme Lénine prenant le pouvoir, on peut en être réduit à murmurer : « Es schwindelt » – « Ça donne le vertige » (Shub 1972). Aussi l’événement est-il vécu dans l’intensité, avec l’émotion qui résulte de la conversion réciproque de l’individuel et du collectif : des acteurs et des situations qui ne sont pas entièrement prédéterminés se révèlent à eux-mêmes et aux autres.

L’événement construit : culture, rite et structure

23Renouer ainsi, en un premier temps, avec le « point de vue indigène » n’implique nullement que les sciences sociales soient condamnées à prendre pour objet ou catégorie d’analyse la « culture ». En effet, cette notion ne doit sa survie théorique qu’au déni de la temporalité : elle est au principe de toutes les interprétations anhistoriques selon lesquelles des règles transcendantes aux pratiques définiraient un ordre symbolique contraignant. Or, au point de fusion historique où le présent dissout le passé et annonce un avenir nouveau, l’événement n’est plus pensable en termes de « contacts culturels ». C’est en tant qu’action qu’il faut le saisir, c’est-à-dire selon une logique de situation qui prenne en compte comment il montre et établit autre chose que ce à quoi chacun était encore habitué.

24Tout événement, modification sensible des rapports de force et de la configuration des possibles, est à la fois politique et épistémologique. D’un même élan renversant les tyrans, hybridant des champs de signification jusque-là distincts et bouleversant les conditions d’énonciation et le contenu des énoncés, un tel avènement ne saurait être réduit aux éléments d’une trame préexistante. Il convient au contraire de le comprendre comme une action qui arrache ses protagonistes à une situation, à un contexte, à une temporalité. Le respect de sa spécificité est donc incompatible avec toute interprétation qui prendrait encore pour référence ultime des pratiques la « culture ».

25L’action événementielle excède donc ce référent imaginaire de l’anthropologue. On le voit bien lorsqu’il essaie de fondre l’événement dans la culture, pour couler le nouveau dans l’ancien – ou bien à l’inverse afin de prolonger l’ancien dans le nouveau. Ainsi, selon Marshall Sahlins (1989), lorsque les Hawaïens accueillent le voyageur James Cook, le 17 janvier 1779, « le vieux système se projette dans ses formes nouvelles ». C’est un peu le vers d’André de Chénier (ou peut-être l’inverse ?) : « Sur des pensers nouveaux faisons des vers antiques. » En effet, en prenant le capitaine anglais pour le dieu Lono qu’ils étaient justement en train de fêter ce jour-là, les insulaires océaniens auraient évalué l’événement à l’aune de leurs propres catégories. Cette analyse célèbre a fait l’objet de discussions nombreuses, dont celle de Nicholas Thomas. Selon cet anthropologue, l’arrivée de Cook, au moment du first contact, n’aurait pas eu d’effet perturbateur pour les Hawaïens. D’où l’absence de novation : ce n’était encore pour eux qu’un non-événement. L’événement viendra plus tard, avec la colonisation proprement dite, ses violences missionnaires et mercantiles – mais « au bout de combien de temps ? » (Thomas 1998).

26On peut pourtant reprendre la question d’une autre manière. Sans doute est-il difficile de parler d’événement, si l’anthropologue (ou l’indigène) résorbe la rupture dans la culture pour apprivoiser l’étrangeté de la rencontre. L’expérience hawaïenne, mais sans doute aussi britannique, n’est-elle pas précisément dans cette incertitude du sens, et dans l’effort pour la surmonter – et non dans son résultat, c’est-à-dire la résolution par la culture qu’en proposent peut-être les indigènes, et en tout cas les anthropologues ? Avec la colonisation, les Hawaïens comprendront certes que les Blancs ne sont ni des dieux ni des Océaniens. Mais l’événement du first contact, n’est-ce pas ce trouble de l’intelligibilité que manifeste la perplexité des regards échangés ? Les insulaires du Pacifique, mais aussi les navigateurs européens, portent des couvre-chefs adornés de plumes rouges : mais qui sont donc, s’interrogent les uns, et sans doute aussi les autres qui leur font face, ces « emplumés » qui ne suivent pas la mode locale ?

27L’événement nous invite donc à reprendre d’une manière critique, plutôt qu’à les congédier tout à fait, des catégories telles que la culture – mais aussi d’autres concepts constitutifs de nos disciplines. Si l’on considère par exemple l’opposition entre le rite et l’événement, on est amené à la problématiser, plutôt qu’à la reconduire à l’identique. Le texte de Nicolas Mariot dans ce numéro montre bien comment on produit de l’événement à partir de la répétition : les voyages présidentiels se répètent ad nauseam, et pourtant le travail politique et médiatique les constitue chacun dans sa singularité. De même, l’historien Alain Boureau (1991) montre à la fois comment le rite peut devenir événement (« le rituel du dauphin dormant n’a ni antécédent ni suite »), et comment l’événement peut participer du rituel (si l’élection est toujours répétition, néanmoins « l’avènement et l’événement se rejoignent »).

28Ce paradoxe, on le retrouve avec l’opposition entre événement et structure. On l’a vu, les sciences sociales invoquent volontiers l’une contre l’autre, en miroir de l’expérience sociale, pour sa part vécue plutôt comme événement qu’articulée comme structure. Or, il ne convient pas plus de rabattre l’événement sur la structure qu’à l’inverse de l’identifier à un présent absolu. Les sciences sociales doivent revendiquer leur autonomie en se gardant de mimer tantôt le journalisme, par un présentisme haletant, tantôt les sciences dures, avec des métaphores géologiques. C’est l’alternative qu’il conviendrait de refuser, ou de reformuler, comme nous y invite Reinhart Koselleck (1990) : « Bien entendu, événement et structure renvoient l’un à l’autre. » Pour autant, cette approche dialectique ne conduit pas à annuler l’événement, dans un « amalgame » visant à effacer le « hiatus » entre les deux : « L’avant et l’après d’un événement conservent leur qualité temporelle propre qui ne se laisse jamais totalement réduire à ses conditions sur le long terme. Chaque événement donne naissance à la fois à plus et moins que ce qui est contenu dans ses données préalables : de là, sa nouveauté qui chaque fois nous surprend. » Bref, l’opposition de l’événement à la structure, tout comme au rite, demande à être problématisée.

Récit / série

29Si elles renouent avec l’expérience des acteurs, les sciences sociales ne la reprennent pas à leur compte – mais elles ne se définissent pas pour autant en prenant son contre-pied. Elles n’ont pas vocation à la nier ; mais pas plus à la confirmer. Elles la travaillent. On le voit bien dans le passage du récit à la série, c’est-à-dire de l’expérience de l’événement par les acteurs à sa mise en forme par les sciences sociales, de l’événement vécu à l’événement construit.

30Dans son surgissement même, l’événement est socialement perçu comme incomparable : il n’est à nul autre pareil. Il délivre une signification si neuve que son décryptage même constitue le nouveau paradigme. Sa violence, voire son absurdité apparente ne laissent muets les contemporains que le temps de son irruption. Mais, la première stupeur passée, les mots et les signes affluent, comme pour combler la béance du sens. De cet étonnement initial naît un régime de commentaires qui ne cessera qu’avec un autre événement venant bouleverser les conventions que les gloses sur le précédent ont peu à peu élaborées.

31Si, en amont, l’événement est coupé de toute ascendance, il engendre en aval une descendance innombrable. Des crises et des sorties de crise, de la refondation d’un ordre politique ou de l’arrivée des étrangers qui ont tout bouleversé, le souvenir est conservé, la mémoire élaborée, de génération en génération, dans des paysages, des objets, des généalogies, des récits, des commémorations. Car, comme le rappelle Paul Ricœur (2000), « l’événement, en son sens le plus primitif, est cela au sujet de quoi on témoigne. Il est l’emblème de toutes les choses passées (praeterita) ». Point d’événement donc sans récits, sans remontées vers la rupture initiale et, de là, redescentes jusqu’au narrateur. Ainsi, le temps contracté de l’événement accouche d’une logorrhée narrative qui, à travers chroniques, épopées et histoires diverses, énonce encore et encore ce par quoi l’époque nouvelle est advenue.

32Cette mise en récit qu’opèrent les acteurs diffère de la mise en série qu’effectuent les sciences sociales. En premier lieu, parce que nos disciplines sont amenées à intégrer dans leur analyse la multiplicité des discours sociaux, dans une pluralité de séries – autrement dit, elles rendent compte de récits antagonistes, sans pour autant trancher les contradictions. En effet, elles n’ont pas vocation à légitimer l’un plutôt que l’autre, mais à penser leurs relations. L’anthropologue n’est pas le griot de l’événement : il met en scène l’ensemble des griots pour mieux l’appréhender dans sa complexité.

33En second lieu, la série diffère du récit en ce qu’elle ne suppose pas une origine. Elle ne raconte pas une naissance : elle décrit une cassure. Elle ne suppose pas un début : elle organise une mise en perspective. En effet, l’événement ne renvoie pas à une rupture dans la réalité, mais, on l’a dit, dans l’intelligibilité. L’événement enclenche une nouvelle intelligibilité – autrement dit, il rend pensable une nouvelle série, qu’il inaugure, ou qu’il porte au jour celle qui s’était déjà engagée, sans qu’on s’en fût encore aperçu. Le départ de la série ne coïncide donc pas nécessairement avec l’événement : celui-ci, plus simplement, la rend visible, et lisible.

34Les sciences sociales revendiquent ainsi leur autonomie face à la médiatisation : elles définissent l’événement par la série où il s’inscrit. La tâche des sciences sociales n’est donc pas simplement de dire, avec ou plus souvent après d’autres commentateurs de l’actualité, si nous avons affaire à un événement : elles n’ont pas vocation à confirmer, non plus qu’à infirmer le sens commun. Qu’elles affirment l’évidence, ou qu’elles la nient, les sciences sociales n’apportent rien en propre. Il ne leur suffit donc pas de faire le constat de l’irruption spectaculaire de l’événement, non plus que de l’écarter ; encore faut-il en construire le sens. Dans la rupture, il leur faut analyser ce qui se rompt – ce qui se défait, ou ce qui se fait. Et c’est là que les sciences sociales apportent ce qui fait le plus défaut dans l’événement : une valeur ajoutée d’intelligibilité.

35Pour qu’émerge cette intelligibilité, il faut que le présent, loin de se manifester avec l’incandescence de l’instant, soit « historisé » – traversé par l’histoire (Bensa & Naepels 1998). L’événement, aussi incomparable soit-il, n’est pas un absolu : il doit être pensé comme une ligne de partage, ouvrant et fermant des séries à l’horizon de temporalités sociales multiples, qui ne se résument pas plus à l’épiphanie de l’instant qu’à la profondeur majestueuse de la longue durée. La pertinence de ces enchaînements temporels est définie par le fait que s’y jouent effectivement des situations. C’est pourquoi on ne retrouve la véritable temporalité de l’événement qu’à condition d’en parler au pluriel – la pluralité des séries où il s’inscrit, c’est-à-dire où nos disciplines l’inscrivent.

La mise en séries de l’événement

36De l’événement, les sciences sociales ne peuvent donc parler qu’à partir du moment où elles ont autre chose à en dire que l’évidence de sa manifestation. Proclamer simplement qu’on a affaire à des événements, c’est s’abstenir de les qualifier ; c’est sans doute pourquoi, en Algérie par exemple, on a pu évoquer, par euphémisme, les « événements », comme pour dire les choses sans rien en dire. Par contraste avec cette absence, voire ce refus d’analyse, la contribution spécifique des sciences sociales, c’est la construction des séries pertinentes, c’est-à-dire des séries dans lesquelles l’événement prend sens.

37Prenons un autre exemple, celui de ce qu’on a justement appelé, de la même manière, les « événements » de Nouvelle-Calédonie. Quand, le 18 novembre 1984, les nationalistes kanak s’opposent fermement aux élections territoriales (par des barrages routiers, avec des violences réelles et symboliques), la situation de type insurrectionnel qui s’installe en Nouvelle-Calédonie relève de l’événement : elle instaure un brutal changement de paradigme. Il va désormais falloir compter avec le mouvement indépendantiste, et cette exigence ouvre un abîme sous les pas des Calédoniens et de l’Etat français (Bensa 1995). Mais le premier vertige surmonté, on passe du questionnement sur le sens à la construction de ses significations, à travers des tentatives de mise en récits. Faut-il voir dans cette révolte kanak la reprise des confrontations qui marquèrent épisodiquement l’installation de la France en Nouvelle-Calédonie, de 1853 à 1917 ? Doit-on à l’inverse l’interpréter comme un retour de la tradition dans la modernité, la résurrection d’un vieux fond guerrier précolonial que l’influence occidentale n’aurait pas éradiqué ? Ou bien n’est-il pas plus crédible de voir dans ces événements l’aboutissement de la montée en puissance des exigences kanak de décolonisation telles qu’elles n’ont cessé de s’affirmer depuis vingt-cinq ans, dans la foulée des mouvements anticolonialistes de l’après-guerre (Tjibaou 1996) ? Les mises en récits découpent on le voit des temporalités à géométrie variable qui commandent l’élévation de la situation nouvelle au rang d’événement et déterminent le sens que chacun, selon ses options politiques souvent, veut lui donner. Le travail des sciences sociales, c’est alors la confrontation de ces séries contradictoires.

38L’exemple du 11 septembre 2001 est à cet égard tout aussi révélateur. La perspective médiatique reproduit à l’infini l’image vertigineuse de la collision : c’est l’évidence aveuglante de l’instant qui fait l’événement. Pour nos disciplines, il serait présomptueux de prétendre en réponse que l’attaque contre les tours jumelles et le Pentagone ne constitue pas un événement ; mais il ne suffira pas pour autant de dire doctement que nous avons affaire à un événement. Certes, l’évidence sociale du 11 septembre s’énonce simplement comme une date. Mieux : en anglais, ce ne sont que trois chiffres – 911, comme le numéro des urgences, pour appeler la police. En dépit de son abstraction, le nom dit bien l’émotion ; pour autant, il ne donne pas un sens. C’est aux sciences sociales qu’il incombe de dépasser la tautologie de l’évidence.

39Sommes-nous bien dans un registre policier, ou plutôt militaire ? L’incertitude est grande, encore aujourd’hui. Certains ont déclaré d’emblée que rien ne serait plus comme avant : comment le monde ne serait-il pas irrévocablement altéré par un tel événement ? Mais d’autres aussitôt leur répondaient : en êtes-vous si sûr ? L’actualité ne chasse-t-elle pas l’actualité ? Les affaires ne continuent-elles pas, même en temps de guerre ? Et la vie, après les cimetières ? A ce niveau de généralité, où la vérité confine à la banalité, les évidences se répondent en miroir. L’éclairage qu’apportent nos disciplines consiste à préciser ce qui débute, ou ce qui finit avec tel événement – les séries qui s’ouvrent, et celles qui se ferment. Autrement dit, les sciences sociales qualifient l’événement.

40On parlera ainsi, comme Eric Fassin dans ce numéro, d’événements sexuels, pour mieux comprendre comment certaines affaires semblent hésiter, de l’affaire Clarence Thomas au procès O.J. Simpson, entre des séries sexuelle et raciale – pour basculer ensuite, d’un côté ou de l’autre, quand les conditions d’intelligibilité s’établissent. L’exigence sociologique n’est ici que l’envers de l’hésitation sociale : n’est-ce pas précisément la rupture sociale d’intelligibilité qui définit l’événement ? Même quand chacun reconnaît l’événement, nul n’est certain de l’identifier. Ce qui caractérise l’événement, ce sont donc à la fois l’évidence d’une rupture et l’incertitude quant à sa signification. Et c’est ce double point de départ, ambigu et complexe, que prennent les sciences sociales pour parler de l’événement.

911

41Pour étayer ces analyses, examinons pour finir deux grilles d’interprétation du 11 septembre, et des lectures qui en résultent, parmi beaucoup d’autres possibles. En premier lieu, cet événement demande sans doute à être interprété en termes de relations internationales. On pourra montrer par exemple comment le fils a hérité du père, le second président Bush du premier. C’est en effet pendant la guerre du Golfe qu’Oussama Ben Laden bascule : le protégé des Etats-Unis s’apprête alors à devenir leur ennemi public numéro un. Le 11 septembre vient achever une série qui passe par d’autres attentats : dans les années 1990, le World Trade Center avait déjà été touché, mais aussi des soldats américains en Arabie saoudite, ainsi qu’un vaisseau et des ambassades des Etats-Unis en Afrique.

42On peut également faire remonter l’histoire un peu plus haut : il faut alors partir de la fin des années Carter, avec l’invasion de l’Afghanistan par l’Union soviétique, mais aussi la crise des otages américains à Téhéran. Les stratégies américaines dans la région sont alors redéfinies, qui impliquent des alliances (avec l’Arabie saoudite en particulier, mais aussi l’Irak), face à des ennemis (l’Iran non moins que l’Union soviétique), quitte à jouer un fondamentalisme contre l’autre. Le 11 septembre se comprend moins alors comme l’achèvement d’une série terroriste de l’après-guerre froide que comme le terme d’une série stratégique née de la guerre froide elle-même.

43Cette première grille de lecture, fondée sur les relations internationales, n’implique pourtant pas de percevoir l’événement uniquement comme une fin. Peut-être aussi venons-nous d’assister, comme le suggère Michel Feher (2001), au premier événement « postcolonial ». Dans la logique coloniale, les puissances impérialistes livrent bataille sur des terrains exotiques, souvent même par procuration, le tiers-monde fournissant la chair à canon. Dans la logique postcoloniale, loin d’être agis, les dominés deviennent acteurs, quitte à venir comme à New York livrer bataille, par un exotisme à rebours, au cœur de l’Occident. Les civils américains ne seraient que les pions d’une lutte régionale, dont nous croyions n’avoir que faire, entre des factions islamistes qui pour nous se confondaient toutes dans des pays que nous mélangions volontiers. Ne devient-il pas nécessaire, du jour au lendemain, de connaître les différents groupes, politiques et ethniques, qui divisent l’Afghanistan ? Soudain, la carte militaire de ce pays jusqu’alors peu médiatique devient aussi complexe et familière que la carte électorale américaine un an plus tôt : c’est le renversement postcolonial.

44Dans cette logique, on le voit, le 11 septembre n’apparaît plus seulement comme une fin, mais aussi comme un début : il ouvre peut-être – c’est la suite de l’histoire qui le dira – une nouvelle série, qu’on pourrait dire « postcoloniale ». Ou plutôt, c’est une nouvelle intelligibilité qui se met peut-être en place à cette occasion, portant au jour des séries qui pourraient bien s’être déjà amorcées tout en nous restant jusque-là invisibles : l’événement en serait alors, plus que le catalyseur, le révélateur.

45En second lieu, considérons une autre grille d’interprétation, et certaines lectures qu’elle permet de développer. Le 11 septembre tourne en effet, chacun le sent bien, une page dans l’histoire nationale américaine, et non pas seulement dans les relations internationales. Un point le montre clairement. De manière quelque peu paradoxale, c’est Bill Clinton qui avait parachevé l’œuvre de Ronald Reagan, en important le cœur de son idéologie chez les démocrates. Ce centriste qui devait mettre fin au Welfare « tel que nous le connaissons » ne déclarait-il pas : « l’ère du big government est finie » ? Tandis que la politique marquait une prédilection pour les valeurs morales, de la droite religieuse aux communautariens de gauche, le politique se jouait hors de la politique – qu’il s’agît des rapports ethniques ou sexuels, sous la forme du procès médiatisé, ou des rapports de classes, qu’aucun langage institutionnel ne permettait d’exprimer (Fassin 1998).

46Or, au lendemain des attaques, la reconstruction et la riposte transforment même des républicains, comme Rudolph Giuliani, maire de New York, et George W. Bush, président des Etats-Unis, en champions de la puissance publique. Quand se fait entendre l’écho de Pearl Harbor, c’est l’ombre de Franklin Roosevelt qui plane sur la nation. C’est bien dans ce contexte qu’il faut comprendre le regain nationaliste : le drapeau n’est plus l’emblème conservateur des années Reagan, elles-mêmes définies en réaction contre la génération du Vietnam. La signification du symbole change, puisqu’il renvoie moins aux valeurs morales des « guerres culturelles » des années 1980 qu’à des valeurs publiques, quand s’achève, du moins en fera-t-on l’hypothèse aujourd’hui, l’ère de l’Etat modeste : ne s’inquiète-t-on pas même de la privatisation des services de sécurité dans les aéroports ? Peut-être ne s’agit-il que d’une parenthèse ; mais peut-être aussi d’un tournant.

47Cette lecture en appelle une autre, qui est en quelque sorte son envers : sur la scène nationale, le 11 septembre marquerait, non pas une fin, mais un début. La revalorisation du domaine public ne se joue pas seulement dans le domaine économique, mais aussi dans un registre social. Le service public est incarné par tous ceux qui portent un uniforme : les policiers et les pompiers, qui apparaissent comme les héros véritables de la catastrophe, mais aussi les militaires sur le terrain, et même les postiers, victimes de l’anthrax. Les étudiants semblent rechercher aujourd’hui plus volontiers un emploi dans la CIA qu’auprès des banques privées. Et Wall Street a célébré sa réouverture en invitant symboliquement un pompier et un policier pour sonner la cloche…

48Bref, les employés du service public gagnent une légitimité nouvelle. On assiste donc, avec ce nouveau working-class hero, à l’émergence d’une représentation de classe différente. C’est une figure populaire nouvelle qu’auront peut-être fait naître les attentats, loin du yuppie et du homeless, de l’underclass et de la classe moyenne, à côté du peuple rural de Steinbeck ou urbain de Dos Passos. De manière quelque peu inattendue, le 11 septembre inaugure peut-être ainsi une série qu’on peut définir, à la différence des séries des années précédentes, ni en termes raciaux, ni en termes sexuels, mais en termes de classe. Sans doute la série « publique » peut-elle tourner court : l’évidence du sens, au contraire de l’évidence de l’événement, n’apparaît que rétrospectivement. Comme on le sait, c’est l’avenir qui le dira, en consacrant, ou en annulant, la pertinence des séries possibles : la série se lit mieux lorsque l’événement vient la clore, tandis que l’événement inaugural se laisse moins facilement déchiffrer sur le vif.

49Il convient donc, bien sûr, d’être prudent : les hypothèses qui précèdent n’ont de valeur qu’illustrative, et non démonstrative. Après tout, on commence à penser que la contamination par l’anthrax, qui semblait à l’évidence relever au lendemain des attentats de New York et Washington d’une logique internationale, s’inscrit plutôt dans une logique nationale – à moins que ne se croisent là quelque avatar droitier du savant fou Unabomber, déchet des années 1960, et l’héritage des laboratoires militaires de la guerre froide. Proposer ces quelques hypothèses de lecture, parmi bien d’autres, répétons-le, revient seulement à nous mettre en garde : sans doute peut-on dire que, par lui-même, l’événement est ; mais l’important est pour nous ce qu’il dit. Or, il ne signifie pas en dehors des séries qui lui donnent sens – par lesquelles nous lui donnons sens. C’est là que les sciences sociales peuvent dire plus et autre chose d’un événement médiatique que ce qui s’en dit dans les médias.

Haut de page

Bibliographie

Agamben G., 2000. Le temps qui reste, Paris, Rivages.

Bazin J., 2000. « Science des mœurs et description de l’action », Le Genre humain, n° 35, hiver-printemps : « Actualités du contemporain », pp. 33-58.

Bensa A., 1995. Chroniques kanak. L’ethnologie en marche, Paris, Peuples autochtones et développement & Survival International, « Ethnies-Documents », vol. 10, nos 18-19.

Bensa A. & M. Naepels, 1998. « Avant-propos », in Thomas N. (1989), Hors du temps. Histoire et évolutionnisme dans le discours anthropologique, Paris, Belin, pp. 5-6.

Boureau A., 1991. « L’historien et le stigmate de l’événement », Raisons pratiques, n° 2 : « L’événement en perspective », pp. 141-156.

Deleuze G., 1969. Logique du sens, Paris, Ed. de Minuit.

Fassin E., 1998. « Le politique hors de la politique. L’espace public du sens aux Etats-Unis », in Laïdi Z. (ss la dir. de), Géopolitique du sens, Paris, Desclée de Brouwer, pp. 123-141.

Feher M., 2001. « Robert Fisk’s Newspapers », Theory & Event (Special Symposium on September 11th), <http://muse.jhu.edu/journals/tae/>.

Koselleck R., 1990 (1979). Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Ed. de l’EHESS.

Lenclud G., 1996. « L’événement », communication orale au séminaire de Marcel Détienne, Paris, EPHE, 16 décembre.

Noiriel G., 1998. Qu’est-ce que l’histoire contemporaine ?, Paris, Hachette.

Nora P., 1974. « Le retour de l’événement », in Le Goff J. & P. Nora (ss la dir. de), Faire de l’histoire, vol. I : Nouveaux problèmes, Paris, Gallimard, pp. 210- 229.

Passeron J.-Cl., 1991. Le raisonnement sociologique, Paris, Nathan.

Revel J., 2001. « Retour sur l’événement : un itinéraire historiographique », in Fabiani J.-L. (ss la dir. de), Le goût de l’enquête. Pour J.-Cl. Passeron, Paris, L’Harmattan, pp. 95-118.

Ricœur P., 2000. La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil.

Sahlins M., 1989. Des îles dans l’histoire, Paris, Hautes Etudes/Gallimard/Le Seuil.

Shub D., 1972. Lénine, Paris, Gallimard.

Terrain, 1997, n° 29 : « Vivre le temps ».

Thomas N., 1998 (1989). Hors du temps. Histoire et évolutionnisme dans le discours anthropologique, Paris, Belin.

Tjibaou J.-M., 1996. La présence kanak, Paris, Odile Jacob, édition établie et présentée par Bensa A. & E. Wittersheim.

Veyne P., 1978 (1971). Comment on écrit l’histoire, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bensa A. & E. Fassin, 2002, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, pp. 5-20.

Référence électronique

Alban Bensa et Eric Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain [En ligne], 38 | mars 2002, mis en ligne le 06 mars 2007, consulté le 30 juillet 2016. URL : http://terrain.revues.org/1888 ; DOI : 10.4000/terrain.1888

Haut de page

Auteurs

Alban Bensa

Ecole des hautes études en sciences sociales, Genèses et transformations des mondes sociaux et Laboratoire de sciences sociales, Paris

Articles du même auteur

Eric Fassin

Ecole normale supérieure, Laboratoire de sciences sociales et Genèses et transformations des mondes sociaux, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Les éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo Ministère de la Culture
  • Revues.org