Navigation – Plan du site
image

La puanteur du ressuscité

Odeurs lazaréennes [portfolio]
Pierre-Olivier Dittmar
p. 172-187

Résumés

La puanteur de Lazare lors de sa résurrection par le Christ pose un problème à l’image dans la longue durée. Comment représenter une odeur ? Comment exprimer la fascination d’un corps élu par le Christ mais qui n’en demeure pas moins repoussant ? Les premières représentations occultent la question de l’odeur pour présenter Lazare comme un nouveau-né, un renaissant entouré de langes. La période médiévale accentue la dimension sensible de l’image et fait de la puanteur du mort-vivant, désormais doté d’une apparence cadavérique, un élément saillant de cette iconographie. Après une période d’occultation, cette figure se dissémine pour travailler l’image du zombie dans la culture pop et devenir un procédé d’autoreprésentation pour les artistes.

Haut de page

Texte intégral

1Étrange et problématique résurrection que celle de Lazare de Béthanie : le Christ laisse mourir un ami, le frère de Marthe et Marie, pour mieux le ressusciter. Mais ce qui s’annonce comme une manifestation de la puissance thaumaturgique de la divinité s’impose dans son ambivalence : lorsque le Christ arrive devant le cadavre, celui-ci pue, où pour le dire anachroniquement avec les mots de Marthe, « il fouette » (jam foetet). De façon exceptionnelle, le Christ pleure devant le tombeau, puis invite Lazare à sortir : « Et aussitôt sortit celui qui avait été mort, lié aux pieds et aux mains de bandelettes, et le visage enveloppé d’un suaire » (Évangile selon Jean, XI, 44).

  • 1 Jn. XI, 2 : « Marie était celle qui oignit le Seigneur de Parfum, et lui essuya les pieds avec ses (...)
  • 2 Jn. XI, 45. Voir aussi XII, 9 : les juifs viennent voir Lazare ressuscité.
  • 3 Jésus évoque dans premier temps le sommeil de Lazare, et non sa mort (Jn. XI,11).
  • 4 Jacobus de Voragine, Sermones aurei, Angustae Vindelicorum, 1760 [éd. Clutius], t. I, « De tempore (...)

2L’odeur du ressuscité intervient au sein d’un système sensoriel complexe où Lazare s’oppose à sa sœur, Marie « aux parfums », dont l’Évangile nous rappelle qu’elle oignit le corps du Christ1. L’ensemble du chapitre fait d’ailleurs un usage probatoire des sens, mettant en valeur la capacité de la vision à susciter l’adhésion : ceux « qui avaient vu ce que fit Jésus, crurent en lui2 » – ceci alors même que le visage de Lazare est décrit comme occulté par un suaire. Dans ce contexte, la puanteur du ressuscité fonctionne comme une garantie, preuve ultime et dégoûtante que Lazare est bien mort et non-assoupi comme on aurait pu le penser3, preuve aussi que le Christ a effectivement affronté la mort dans toute son horreur. Dans la tradition exégétique médiévale, qui verra dans la résurrection de Lazare une image de l’absolution des péchés donnée par le prêtre, le corps mort-vivant de ce ressuscité fait office de symptôme contradictoire, attestant à la fois des peines de l’enfer – un lieu décrit comme particulièrement fétide – qui attendent le pécheur, et dans le même temps de la puissance du geste rituel qui autorise une renaissance spirituelle. Les cris qui entourent cet épisode, l’effroi et les larmes du Christ renforcent encore la grandeur d’un geste qui se donne à voir et à penser comme étant particulièrement douloureux pour le Christ, mais aussi pour le prêtre qui rejoue rituellement cet épisode dans l’acte de l’absolution4.

3Dans sa relative simplicité, cet épisode évangélique pose une série de problèmes aux images pendant la période médiévale. Comment représenter une odeur ? Comment exprimer dans le même temps la répulsion et la fascination d’un corps élu par le Christ mais qui n’en demeure pas moins repoussant ?

4Les images paléochrétiennes de ce miracle occultent ces difficultés et représentent Lazare le visage découvert et indemne, le corps entièrement entouré de bandelettes, dans une position qui renforce l’analogie avec les langes d’un nouveau-né : elles s’inscrivent ainsi dans une rhétorique générale qui considérait la mort comme une seconde naissance → Fig. 1. Ces images entièrement positives ne conservent de Lazare que la sainteté et occultent sa part d’ombre, son odeur.

→ Fig. 1. Sarcophage paléochrétien, ive-ve siècle ?, musée du Vatican, Rome (détail montrant la résurrection de Lazare).

→ Fig. 1. Sarcophage paléochrétien, ive-ve siècle ?, musée du Vatican, Rome (détail montrant la résurrection de Lazare).

LICENCE CC-BY-NC-ND : FR. LAWRENCE LEW, O.P.

  • 5 Dominique Somda, 2006, « Odeur des morts et esprit de famille (Anôsy, Madagascar) », Terrain no 47 (...)
  • 6 Jean-Pierre Albert, Odeurs de sainteté. La mythologie chrétienne des aromates, Paris, éditions des (...)

5Représenter la puanteur du ressuscité pose un problème spécifique dans le contexte chrétien médiéval, où l’odeur des corps en décomposition fait l’objet d’un traitement moral particulièrement intense. En témoigne un récit fameux pendant toute la période médiévale, mis en image dans un recueil d’exempla du xive siècle → Fig. 2. L’enluminure montre non seulement la persistance de l’analogie entre le corps enterré et celui de l’enfant langé, mais aussi celle de la morale olfactive qui entoure la mort : un homme (en fait un ange sous une apparence humaine) découvre un corps dans la forêt et l’enterre sans être sensible à sa puanteur (contrairement au moine qui assiste à la scène) ; à l’inverse, l’ange doit se boucher le nez lorsqu’il croise trois beaux jeunes hommes à l’apparence délectable mais aux mœurs perverties. De fait, à la différence des Tanôsy du sud de Madagascar5, l’Occident médiéval ne cherche pas à convertir ou masquer la pourriture des cadavres, car sa nature est signifiante et constitue un premier signe du destin positif ou négatif de l’âme dans l’au-delà. On hume le corps pour mieux en saisir l’odeur, sachant que les meilleurs morts, notamment les saints, ne se décomposent pas et dégagent un parfum suave : l’odeur de sainteté6.

→ Fig. 2. Composition de la sainte écriture ou le Ci nous dit, Ms 26 – folio 221 verso, vers 1340, musée de Condé (détail).

→ Fig. 2. Composition de la sainte écriture ou le Ci nous dit, Ms 26 – folio 221 verso, vers 1340, musée de Condé (détail).

L’ange enterre un cadavre sans être gêné par la puanteur, mais se bouche le nez devant les hommes.

PHOTO © RMN-GRAND PALAIS (DOMAINE DE CHANTILLY) / RENÉ-GABRIEL OJÉDA.

6L’image d’un Lazare ressuscitant jeune, les yeux ouverts, son corps totalement masqué par un suaire/lange, se prolonge pendant toute la période médiévale ; pourtant, dès le vie siècle, la représentation de la scène est bouleversée par l’adjonction de témoins se bouchant le nez → Fig. 3-4 : une solution paradoxale qui dissocie la répulsion (incarnée par les témoins de la scène) et la fascination pour un corps qu’on tient à présenter comme indemne, les yeux grands ouverts. De façon significative, dans les images, le Christ n’est jamais sensible à l’odeur de son ami.

→ Fig. 3. Codex Purpureus Rossanensis, folio 1r, musée diocésain d’art sacré (Museo Diocesano), Rossano, vie siècle (détail).

→ Fig. 3. Codex Purpureus Rossanensis, folio 1r, musée diocésain d’art sacré (Museo Diocesano), Rossano, vie siècle (détail).

Marie vient oindre de parfum les pieds du Christ. Ce manuscrit présente la première occurrence d’une approche olfactive de la résurrection.

LICENCE CC-PD-MARK.

7Une telle opposition entre les deux Marie et la figure d’un Lazare langé, au visage découvert, se perpétue dans la longue durée, comme en témoigne encore l’œuvre du Duccio au début du xive siècle → Fig. 4.

→ Fig. 4. La résurrection de Lazare, Duccio di Buoninsegna, Kimbell Art Museum, Forth Worth, 1308-1311.

→ Fig. 4. La résurrection de Lazare, Duccio di Buoninsegna, Kimbell Art Museum, Forth Worth, 1308-1311.

Au début du xive siècle, la composition de Duccio reprend les mêmes éléments que celle du Codex Purpureus.

© HERITAGE IMAGE PARTNERSHIP LTD / ALAMY STOCK PHOTO.

  • 7 Jean-Claude Schmitt, Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, Gal (...)

8Dans les mêmes années, la représentation de cette scène par Giotto, réalisée en la chapelle de l’Arena de Padoue, fait rupture. Lazare y est représenté les traits cadavériques et le teint blafard ; l’odeur qu’il dégage affecte largement son entourage, au point que les deux sœurs se couvrent entièrement le visage – l’une se tournant vers la scène et l’autre s’en écartant → Fig. 5. La transformation de l’iconographie de Lazare a des conséquences dans de nombreux domaines : la formalisation du mort-vivant vient redessiner plusieurs limites ; elle contamine l’imaginaire des revenants, notamment via la figure de spectre de Samuel, et constitue un jalon dans l’iconographie du fantôme7.

  • 8 Damien Boquet & Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiév (...)
  • 9 « [...] scilicet cum oratione, cum clamore, cum sui conturbatione et cum lacrymarum effusione » (J (...)

9Cette image cadavérique d’un saint en devenir s’inscrit dans le cadre d’une théâtralisation de la mort à la fin de la période médiévale, également marquée par une attention nouvelle portée à l’expression des émotions8. À ce titre, l’émoi que provoque la résurrection de Lazare sur le Christ et son entourage, ce miracle qui intervient au milieu des cris et des larmes9 donne à son culte une nouvelle pertinence. Cet usage de la figure de Lazare pour ses vertus « émotives » se matérialise dans la flamboyante abbaye de la Trinité de Vendôme, qui fut élevée comme sanctuaire pour recueillir les saintes larmes versées par le Christ sur le corps de son ami ressuscité.

→ Fig. 5. La résurrection de Lazare, Giotto, chapelle de l’Arena, Padoue, 1303 (détail).

→ Fig. 5. La résurrection de Lazare, Giotto, chapelle de l’Arena, Padoue, 1303 (détail).

La version proposée par Giotto à Padoue hyperbolise les traits cadavériques et l’odeur de Lazare.

PHOTO : DR.

  • 10 Jean-Baptiste Thiers, Dissertation sur la Sainte larme de Vendôme, Paris, veuve de Claude Thiboust (...)
  • 11 Giovanni Careri, Caravage. La peinture en ses miroirs, Paris, Citadelles & Mazenod, 2015,
    p. 348-35 (...)

10Les dimensions olfactives et morbides perdent de leur importance à compter du concile de Trente (1563) : dès lors, le statut de relique des saintes larmes est contesté et la puanteur du ressuscité n’est plus que rarement évoquée en images10. Dans ce contexte, le tableau de Caravage conservé à Messine constitue un troublant renversement du code, car le peintre ne nie pas l’odeur ; il en fait le sujet paradoxal de son tableau, présentant un Lazare jeune, beau, renversé dans les bras de « Marie aux parfums », les deux visages se symétrisant autour d’un point constitué par la rencontre des deux nez11 → Fig. 6.

→ Fig. 6. La résurrection de Lazare, Michelangelo Merisi da Caravaggio dit Caravage, musée régional de Messine, 1609.

→ Fig. 6. La résurrection de Lazare, Michelangelo Merisi da Caravaggio dit Caravage, musée régional de Messine, 1609.

Le traitement de l’odeur de Lazare par Caravage est paradoxal : la sœur du défunt s’approche au plus près de la dépouille pour mieux la sentir.

PHOTO : THE YORCK PROJECT. ZENODOT VERLAGSGESELLSCHAFT MBH. GNU FREE DOCUMENTATION LICENSE.

  • 12 Vincent Paris, Zombies. Sociologie des morts-vivants. Essai, Montréal, éditions XYZ, 2013.

11La figure d’un Lazare morbide disparaît ensuite, puis ressuscite partiellement sous les traits du zombie moderne (en dépit de son étymologie haïtienne), ainsi que l’invente George A. Romero dans the Night of the Living Dead (1968). Cette figure caractérisée par l’animation ralentie d’un corps en perpétuelle décomposition et dotée d’un pouvoir de contamination se trouve au carrefour de nombreuses figures. Elle ne fait qu’un emprunt sélectif des caractéristiques de Lazare12 : l’odeur, élément fort peu cinématographique, n’accompagne pas ces nouveaux ressuscités. Bouclage du sens, cette iconographie du « zombie lent », influencée par Lazare, impacte en retour la représentation de ce dernier dans La dernière tentation du Christ de Martin Scorsese. Suivant le texte de Níkos Kazantzákis, Scorsese confère au ressuscité l’allure répugnante d’un mort-vivant et, à l’encontre de toute la tradition chrétienne, la puanteur de ce saint zombie est telle qu’elle pousse non seulement les femmes à disparaître sous leurs habits, mais le Christ lui-même à se boucher le nez → Fig. 7-8.

→ Fig. 7. La dernière tentation du Christ, film de Martin Scorsese, 1988 (capture d’écran).

→ Fig. 7. La dernière tentation du Christ, film de Martin Scorsese, 1988 (capture d’écran).

Contrairement à toute la tradition exégétique, le Christ de Scorsese est sensible à l’odeur du ressuscité.

© UNIVERSAL PICTURES.

→ Fig. 8. La dernière tentation du Christ, film de Martin Scorsese, 1988 (capture d’écran).

→ Fig. 8. La dernière tentation du Christ, film de Martin Scorsese, 1988 (capture d’écran).

Alors qu’il apparaît à visage découvert, Lazare oblige par son odeur les vivants à se voiler.

© UNIVERSAL PICTURES.

*

12Dans l’abondante littérature et iconographie exégétiques qui s’inspire de Lazare, deux types de focale méritent d’être distingués. Premier cas de figure, les documents peuvent inviter le lecteur ou le spectateur à se positionner en tant que témoin de la scène, et convoquer le système moral des odeurs pour mieux discriminer chrétiens et non-chrétiens dans leur capacité à (ne pas) sentir la puanteur charnelle du cadavre → Fig. 2. C’est ainsi que chez Aelbert van Ouwater, les juifs s’enfuient en se cachant le nez, alors que les chrétiens tombent en prière devant le ressuscité → Fig. 9. Dans ce type de dispositif, l’odeur est pour ainsi dire « dés-essentialisée » et ne témoigne pas tant de l’état du corps d’un mort que des vertus des nez de ceux qui l’approchent.

→ Fig. 9. La résurrection de Lazare, Aelbert van Ouwater, vers 1460.

→ Fig. 9. La résurrection de Lazare, Aelbert van Ouwater, vers 1460.

Une renaissance discriminante : alors que les juifs s’enfuient à cause de l’odeur du mort-vivant, les chrétiens sont insensibles à sa puanteur.

© GEMÄLDEGALERIE DER STAATLICHEN MUSEEN ZU BERLIN – PREUSSISCHER KULTURBESITZ. PHOTO © JÖRG P. ANDERS.

  • 13 Voir, par exemple, Jacobus de Voragine, Sermones aurei, Angustae Vindelicorum, 1760 [éd. Clutius], (...)

13Mais il existe aussi, et dans le même temps, un autre type d’exégèse visuelle qui invite tout un chacun à incarner directement la position du ressuscité ; le spectateur supposé pécheur est alors invité à voir dans cette image une métaphore de la nouvelle vie qu’offrent la pénitence et, au-delà, l’absolution13 – une renaissance à soi qui n’est jamais pensée comme immédiate ou facile. Les fresques de la petite chapelle Saint-Barthélemy de La-Salle-les-Alpes (vers 1522) présentent Lazare vêtu, non plus de bandelettes, mais d’une coule en bure qui lui recouvre le visage, dans une apparence vestimentaire qui le rapproche des pénitents.

  • 14 Pierre Citti, « Figures de Lazare. Théologies imaginaires fin de siècle », in Marie Blaise, Sylvie (...)

14Cette identification individuelle à Lazare qui insiste sur la douleur du travail de résurrection et se passe de la question de l’odeur connaît une grande fortune dans le domaine exégétique. Elle se prolonge – sous des formes ô combien différentes – dans les procédés d’appropriation de cette figure par les artistes14, notamment à la fin du xixe siècle où elle connaît un certain succès. Mais ici encore, dans une société devenue « odorophobe » (Howes 1986), l’odeur est totalement ignorée des artistes lazaréens.

  • 15 Au terme de ce portfolio, il m’est agréable de remercier Aline Debert, Marie-Anne Polo de Beaulieu (...)

15Quelques jours avant son décès en janvier 2016, David Bowie tourne le vidéoclip de sa chanson Lazarus, et reprend cette figure de l’auteur lazaréen avec une certaine aigreur existentielle → Fig. 10. Son corps se donne à voir comme dédoublé, apparaissant d’abord sous la forme de l’artiste ressuscité, dansant et écrivant dans une frénésie créatrice quelque peu ridicule ; mais de façon plus troublante, il apparaît aussi sur un lit, où Bowie en train de mourir interprète Bowie en train de ressusciter. Sans témoin donc sans odeur, c’est dans un face à face avec le spectateur que ce corps se présente dans ses derniers instants. Mais les vivants ne voient pas cet ultime regard, car renouant avec l’antique description de Lazare de Béthanie, le regard est masqué par des bandelettes, tenues par deux boutons dérisoires en guise de regard : le visage du mort-vivant ne peut se présenter qu’occulté15.

→ Fig. 10. Lazarus, vidéoclip de David Bowie, Johan Renck (dir.), janvier 2016 (capture d’écran).

→ Fig. 10. Lazarus, vidéoclip de David Bowie, Johan Renck (dir.), janvier 2016 (capture d’écran).

David Bowie en Lazare.

Haut de page

Notes

1 Jn. XI, 2 : « Marie était celle qui oignit le Seigneur de Parfum, et lui essuya les pieds avec ses cheveux ; et Lazare alors malade, était son frère ». À ce sujet, voir Jean-Pierre Albert, Le sang et le ciel. Les saintes mystiques dans le monde chrétien, Paris, Aubier, 1997.

2 Jn. XI, 45. Voir aussi XII, 9 : les juifs viennent voir Lazare ressuscité.

3 Jésus évoque dans premier temps le sommeil de Lazare, et non sa mort (Jn. XI,11).

4 Jacobus de Voragine, Sermones aurei, Angustae Vindelicorum, 1760 [éd. Clutius], t. I, « De tempore », p. 236a et p. 268b.

5 Dominique Somda, 2006, « Odeur des morts et esprit de famille (Anôsy, Madagascar) », Terrain no 47, p. 35-50. Disponible en ligne, terrain.revues.org/4240 [lien valide en juillet 2016].

6 Jean-Pierre Albert, Odeurs de sainteté. La mythologie chrétienne des aromates, Paris, éditions des l’École des hautes études en sciences sociales, 1990.

7 Jean-Claude Schmitt, Les revenants. Les vivants et les morts dans la société médiévale, Paris, Gallimard, 1994, p. 30-31.

8 Damien Boquet & Piroska Nagy, Sensible Moyen Âge. Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris, Le Seuil, 2015.

9 « [...] scilicet cum oratione, cum clamore, cum sui conturbatione et cum lacrymarum effusione » (Jacobus de Voragine, Sermones de tempore, Angustae Vindelicorum, 1760 [éd. Clutius], t. II, p. 492).

10 Jean-Baptiste Thiers, Dissertation sur la Sainte larme de Vendôme, Paris, veuve de Claude Thiboust et Pierre Esclassan, 1699.

11 Giovanni Careri, Caravage. La peinture en ses miroirs, Paris, Citadelles & Mazenod, 2015,
p. 348-353.

12 Vincent Paris, Zombies. Sociologie des morts-vivants. Essai, Montréal, éditions XYZ, 2013.

13 Voir, par exemple, Jacobus de Voragine, Sermones aurei, Angustae Vindelicorum, 1760 [éd. Clutius], t. I, « De tempore », p. 268b.

14 Pierre Citti, « Figures de Lazare. Théologies imaginaires fin de siècle », in Marie Blaise, Sylvie Triairi & Marie-Ève Thérenty (dir.), L’interview d’écrivain. Figures bibliques d’autorité, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2004. Disponible en ligne, books.openedition.org/pulm/328 [lien valide en juillet 2016].

15 Au terme de ce portfolio, il m’est agréable de remercier Aline Debert, Marie-Anne Polo de Beaulieu et Luc Ferrier pour leur aide sur ce dossier.

Haut de page

Table des illustrations

Titre → Fig. 1. Sarcophage paléochrétien, ive-ve siècle ?, musée du Vatican, Rome (détail montrant la résurrection de Lazare).
Crédits LICENCE CC-BY-NC-ND : FR. LAWRENCE LEW, O.P.
URL http://terrain.revues.org/docannexe/image/16050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre → Fig. 2. Composition de la sainte écriture ou le Ci nous dit, Ms 26 – folio 221 verso, vers 1340, musée de Condé (détail).
Légende L’ange enterre un cadavre sans être gêné par la puanteur, mais se bouche le nez devant les hommes.
Crédits PHOTO © RMN-GRAND PALAIS (DOMAINE DE CHANTILLY) / RENÉ-GABRIEL OJÉDA.
URL http://terrain.revues.org/docannexe/image/16050/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Titre → Fig. 3. Codex Purpureus Rossanensis, folio 1r, musée diocésain d’art sacré (Museo Diocesano), Rossano, vie siècle (détail).
Légende Marie vient oindre de parfum les pieds du Christ. Ce manuscrit présente la première occurrence d’une approche olfactive de la résurrection.
Crédits LICENCE CC-PD-MARK.
URL http://terrain.revues.org/docannexe/image/16050/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre → Fig. 4. La résurrection de Lazare, Duccio di Buoninsegna, Kimbell Art Museum, Forth Worth, 1308-1311.
Légende Au début du xive siècle, la composition de Duccio reprend les mêmes éléments que celle du Codex Purpureus.
URL http://terrain.revues.org/docannexe/image/16050/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3M
Titre → Fig. 5. La résurrection de Lazare, Giotto, chapelle de l’Arena, Padoue, 1303 (détail).
Légende La version proposée par Giotto à Padoue hyperbolise les traits cadavériques et l’odeur de Lazare.
Crédits PHOTO : DR.
URL http://terrain.revues.org/docannexe/image/16050/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre → Fig. 6. La résurrection de Lazare, Michelangelo Merisi da Caravaggio dit Caravage, musée régional de Messine, 1609.
Légende Le traitement de l’odeur de Lazare par Caravage est paradoxal : la sœur du défunt s’approche au plus près de la dépouille pour mieux la sentir.
Crédits PHOTO : THE YORCK PROJECT. ZENODOT VERLAGSGESELLSCHAFT MBH. GNU FREE DOCUMENTATION LICENSE.
URL http://terrain.revues.org/docannexe/image/16050/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre → Fig. 7. La dernière tentation du Christ, film de Martin Scorsese, 1988 (capture d’écran).
Légende Contrairement à toute la tradition exégétique, le Christ de Scorsese est sensible à l’odeur du ressuscité.
Crédits © UNIVERSAL PICTURES.
URL http://terrain.revues.org/docannexe/image/16050/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre → Fig. 8. La dernière tentation du Christ, film de Martin Scorsese, 1988 (capture d’écran).
Légende Alors qu’il apparaît à visage découvert, Lazare oblige par son odeur les vivants à se voiler.
Crédits © UNIVERSAL PICTURES.
URL http://terrain.revues.org/docannexe/image/16050/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre → Fig. 9. La résurrection de Lazare, Aelbert van Ouwater, vers 1460.
Légende Une renaissance discriminante : alors que les juifs s’enfuient à cause de l’odeur du mort-vivant, les chrétiens sont insensibles à sa puanteur.
Crédits © GEMÄLDEGALERIE DER STAATLICHEN MUSEEN ZU BERLIN – PREUSSISCHER KULTURBESITZ. PHOTO © JÖRG P. ANDERS.
URL http://terrain.revues.org/docannexe/image/16050/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2M
Titre → Fig. 10. Lazarus, vidéoclip de David Bowie, Johan Renck (dir.), janvier 2016 (capture d’écran).
Légende David Bowie en Lazare.
URL http://terrain.revues.org/docannexe/image/16050/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Olivier Dittmar, « La puanteur du ressuscité », Terrain, 66 | 2016, 172-187.

Référence électronique

Pierre-Olivier Dittmar, « La puanteur du ressuscité », Terrain [En ligne], 66 | octobre 2016, mis en ligne le 15 décembre 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://terrain.revues.org/16050 ; DOI : 10.4000/terrain.16050

Haut de page

Auteur

Pierre-Olivier Dittmar

École des hautes études en sciences sociales

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org