Skip to navigation – Site map
image

Pourquoi, mais pourquoi relancer Terrain ?

Édito
Vanessa Manceron and Emmanuel de Vienne
p. 2-3

Full text

1Terrain n’est vraiment pas une revue comme les autres. En septembre 2015, elle annonçait la fin d’une existence longue de 30 ans par un numéro qui érigeait la nostalgie en valeur positive. Gérard Lenclud, dans l’un des textes qui le clôturaient, expliquait en substance qu’une belle mort vaut mieux qu’une mauvaise immortalité. La nostalgie a toutefois ses limites et certains esprits irrésolus à tourner la page n’ont pas su s’y résoudre. Tout se terminait, croyait-on, sur un petit texte signé par la rédaction de la revue, qui a circulé dans les réseaux de recherche et plus largement ; certains journalistes s’étaient alors saisis de l’affaire pour déplorer la fin d’une belle aventure intellectuelle.

2Terrain quittait le giron du ministère de la Culture et de la Communication. Il fallait presque repartir de zéro pour trouver les sommes nécessaires à la parution d’une revue papier à laquelle nous tenions, pour des raisons de conservation, de diffusion du savoir, et – autant l’admettre – par un fétichisme assumé pour l’objet-livre. Le temps de la chrysalide pour une revue est un temps d’activité frénétique et a été, pour les anthropologues que nous sommes, une expérience ethnographique radicale. Il a fallu acquérir le langage propre à la cosmologie de la gestion de la recherche française, fait d’acronymes et de sigles jamais explicités, apprendre ses rituels démocratiques et ses organigrammes mouvants. C’est du CNRS (INSHS) qu’est parti le ferment de la renaissance. D’autres ont suivi, Paris Lumière, le ministère de la Culture, la FMSH. Ce sont nos puissances protectrices, à qui nous adressons notre reconnaissance, ainsi qu’à l’équipe rédactionnelle qui donne un second souffle à la revue et l’innerve avec générosité et enthousiasme.

3Un an s’est écoulé et Terrain annonce aujourd’hui sa renaissance. C’est donc qu’elle n’était pas morte, mais en cours de métamorphose. Sur le plan éditorial, Terrain reste fidèle à l’originalité qui avait fait son succès : l’ancrage dans l’empirie, le souci de décaler le regard, de déjouer les attentes, le refus du jargon. Mais on ne renaît jamais à l’identique à soi-même. Tenter la simple résurrection, c’était risquer une existence putréfiée comme celle de Lazare. Terrain fait donc peau neuve, en s’essayant au découplage du web et du papier. La revue papier semestrielle, richement illustrée, varie les formats autour d’un thème unique : article empirique ou théorique, portfolio, entretien, récit... La revue en ligne accueille de nouvelles rubriques et publie les articles l’un après l’autre, au fil de l’eau. « Glissements de terrain » explore les vertus de la fiction anthropologique ; « Terrains » offre une étude empirique fouillée d’un objet inattendu ; « Questions » délivre sous une forme condensée et accessible l’état du savoir anthropologique sur une question donnée ; « Portraits  » s’essaie au portrait anthropologique ou rend hommage à ceux qui ont fait ou font les sciences humaines. Au temps de l’édition papier, scandé par des numéros thématiques semestriels, Terrain propose parallèlement l’expérience nouvelle d’une revue en temps continu.

4Lecteur historique de Terrain, que cette lecture t’apporte un peu de réconfort, et toi, jeune lecteur qui nous lis sur écran, sache que ces mots sont imprimés sur un papier Olin Smooth extra blanc de 120 grammes. Il est doux au toucher et n’abîme pas l’œil.

Top of page

References

Bibliographical reference

Vanessa Manceron and Emmanuel de Vienne, « Pourquoi, mais pourquoi relancer Terrain ? », Terrain, 66 | 2016, 2-3.

Electronic reference

Vanessa Manceron and Emmanuel de Vienne, « Pourquoi, mais pourquoi relancer Terrain ? », Terrain [Online], 66 | October 2016, Online since 15 December 2016, connection on 30 April 2017. URL : http://terrain.revues.org/15924

Top of page

About the authors

Vanessa Manceron

Rédacteurs en chef

By this author

Emmanuel de Vienne

Rédacteurs en chef

By this author

Top of page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org