Navigation – Plan du site
Virus

L’alarme d’Antigone

Les chimères des chasseurs de virus
The alarm of Antigone
Frédéric Keck
p. 3-19

Résumés

Cet article retrace la controverse qui eut lieu en 2011-2013 autour de la mutation du virus de grippe H5N1, le rendant transmissible entre mammifères. Cette controverse portait sur des questions de biosécurité, en invoquant la possibilité d’un usage terroriste ou d’une échappée accidentelle du virus mutant. En suivant la perspective d’un de ses acteurs principaux, Ron Fouchier, professeur de virologie au centre médical Érasme de Rotterdam, l’article montre qu’il s’agit pour les virologues d’anticiper en laboratoire les mutations des virus dans la nature, et interroge les critiques internes au monde des « chasseurs de virus » au sujet de leurs stratégies de communication.

Haut de page

Texte intégral

1Pourquoi faut-il construire de grands consortiums regroupant une quinzaine de laboratoires pour comprendre des microbes comme les virus (Calvert 2013) ? Comment l’anthropologue, doté de la seule méthode ethnographique, peut-il enquêter sur ces relations entre des « grands êtres » et des « petits êtres » (Houdart 2013)? Qu’est-ce qui se donne à voir et à entendre dans ces arènes où les scientifiques semblent d’abord occupés à entretenir leurs réseaux et à gérer de l’argent public ?

2Le projet « Antigone » (Anticipating the Global Onset of New Epidemics) a été financé à hauteur de douze millions d’euros par la Commission européenne pour une période allant de 2011 à 2016. Rassemblant une quinzaine de laboratoires de microbiologie européens (notamment en Allemagne, Espagne, France, Grande-Bretagne, Grèce), il est piloté par Thijs Kuiken au centre médical Érasme de Rotterdam. Le but de ce projet est de comprendre les mécanismes par lesquels les agents pathogènes franchissent les barrières entre espèces pour devenir pandémiques dans la population humaine (Kuiken et al. 2006). J’ai été impliqué dans ce projet en tant qu’anthropologue afin d’analyser les comportements sociaux qui favorisent ces émergences, en particulier les transformations dans les relations entre humains et animaux.

3Depuis une trentaine d’années en effet, suite aux premiers cas de sida et d’Ebola dont on fait remonter la transmission aux contacts avec des singes en Afrique (Quanmen 2012), des recherches scientifiques importantes ont porté sur les « maladies infectieuses émergentes », et en particulier sur les « zoonoses », qui passent des animaux aux humains avec des conséquences imprévisibles pour ces derniers. Ces émergences microbiologiques s’accompagnent le plus souvent de crises sanitaires : comme la létalité d’un nouveau micro-organisme pathogène est imprévisible, il faut agir en urgence pour le contenir dans son « réservoir animal ». Les microbiologistes cherchent donc à anticiper les mutations des virus et des bactéries pour donner l’alarme dès qu’elles passent les barrières d’espèce.

  • 1 1 Commensal : micro-organisme qui est l’hôte habituel d’un organisme sans lui causer de dommage (di (...)

4Le projet Antigone a été soutenu par la Commission européenne à la suite de la crise sanitaire causée en mai 2011 par une bactérie résistante aux antibiotiques (eceh 0104:h4) qui a intoxiqué plus de trois mille personnes en Allemagne, dont quarante-trois décédèrent (Keck 2012). Cette bactérie était présente sur les graines germées vendues dans les magasins « bio » – ce qui conduisit les autorités sanitaires allemandes à accuser à tort les concombres d’origine espagnole. L’enquête révéla ensuite que ces graines germées avaient été cultivées en Égypte à proximité d’élevages bovins (Frank et al. 2011). On peut donc supposer que les bactéries eceh 0104:h4 ont muté dans la panse des bovins pour résister à la pression sélective des antibiotiques, massivement utilisés dans l’élevage industriel, avant de se transmettre aux hommes par les graines germées. Le séquençage de la bactérie réalisé en juin par le Beijing Genomics Institute, à Shenzhen en Chine, montra que la bactérie eceh 0104:h4 était une « chimère », c’est-à-dire qu’elle résultait d’un transfert de gènes entre une bactérie à forte virulence (capable de se répliquer rapidement) et une bactérie à forte toxicité (produisant une grande quantité de protéines toxiques pour le corps humain). Cette hypothèse, qui combine étrangement le souvenir de la « vache folle » avec les images du Printemps arabe, explique qu’une bactérie ordinairement présente dans le tube digestif de façon commensale1 devienne, par un transfert d’information génétique, un pathogène tueur extraordinaire. Le projet Antigone conduit ainsi à poser une question fondamentale pour la microbiologie : comment les bactéries et les virus acquièrent-ils cette double caractéristique de contagiosité et de létalité qui a produit les grandes pandémies ? Remarquons que l’on parle de virulence dans le cas des bactéries pour décrire leur contagiosité, et de toxicité pour décrire leur létalité –  mais les virologues et les bactériologues ne s’accordent nullement sur le sens qu’ils donnent à ces termes. Il existe en effet une différence essentielle entre le virus et la bactérie : le premier infecte nécessairement un hôte pour se reproduire, alors que la seconde ne parasite des commensaux qu’occasionnellement. Les nouveaux moyens de séquençage génétique à haut-débit d’échantillons bactériens ou viraux permettent de contourner cette difficulté en étudiant de grandes quantités d’échantillons pour déterminer les conditions dans lesquelles le bruit ordinaire des mutations fait place au chaos de l’infection.

5On comprend alors pourquoi de grands consortiums sont nécessaires pour suivre ces êtres microscopiques. Une grande pluralité de laboratoires permet à la fois de toucher les autorités sanitaires des différents pays, de rassembler des échantillons de différentes populations, de mutualiser des équipements et des modes de raisonnement variables, et surtout d’anticiper la prochaine crise sanitaire avec des méthodes déjà disponibles. Il ne s’agit plus de montrer que c’est le même microbe qui se réplique à travers les cellules dans des lieux aussi divers que des fermes ou des laboratoires, des cuisines européennes ou des enclos égyptiens (Latour 2001). Il faut en outre cartographier l’ensemble de ces mutations pour suivre les seuils autour desquels elles créent des chimères, dont on pourra décrire le profil génétique avant qu’elles ne prennent leur visage de tueuses pandémiques. De même que le personnage antique d’Antigone oppose à la loi des hommes le sentiment intérieur des parentés naturelles (Butler 2000), le projet moderne Antigone donne l’alerte en deçà des politiques de santé publique, et révèle nos parentés contrariées avec les microbes. Il est impossible de décrire l’ensemble des travaux menés par le consortium Antigone, ni même de donner une idée de la cartographie des pathogènes à laquelle il aboutit, puisque ce projet est encore en cours. Dans cet article, je retracerai une controverse qui a secoué le laboratoire pilote de ce consortium, le centre médical Érasme, en lui donnant un retentissement public. Je tenterai de décrire cette discussion « de l’intérieur », telle qu’elle est perçue par les biologistes engagés, pour comprendre en quoi ce « sentiment des parentés naturelles » échappe aux lois humaines de la politique. L’analyse de controverse qui va suivre doit donc permettre de saisir ce que révèle une ethnographie des virologues.

Les métamorphoses de la grippe

6Parmi les maladies animales qui peuvent se transmettre aux humains (ou zoonoses), la grippe aviaire est sans doute celle qui a fait l’objet du plus grand investissement depuis une trentaine d’années : du fait de son importance pour la santé publique, elle a servi de modèle aux recherches sur les autres pathogènes émergents. Depuis les travaux de l’école de microbiologie australienne dans les années 1950, on sait que le virus de grippe est composé d’un arn entouré d’une capside dont les protéines de surface, l’hémagglutinine et la neuraminidase, commandent l’entrée et la sortie du virus dans et hors de la cellule (Kolata 2005). Du fait que les virus de grippe n’ont qu’un seul brin d’arn segmenté (et non, comme d’autres virus, un double brin, qui corrige les erreurs de réplication, ou un brin d’adn qui s’insère dans l’adn des cellules), ils se répliquent avec un fort taux de mutations. Cette capacité transformative est accrue par le fait que les virus de grippe se développent de façon asymptomatique chez les oiseaux aquatiques, considérés de ce fait comme leur « réservoir animal ». Puisque les virus de grippe ne passent pas ordinairement des oiseaux aux humains, dont les voies respiratoires sont trop différentes, on a longtemps considéré qu’il leur fallait passer par le véhicule intermédiaire du porc, qui possède dans ses voies respiratoires les récepteurs des virus « humain » et « aviaire ». En février 1997, un nouveau virus de grippe aviaire est apparu à Hong Kong, qui infecta à la fois les volailles domestiques et les humains sans être détecté sur les porcs. Appelé h5n1 (du fait de la configuration de son hémagglutinine et de sa neuraminidase), il se caractérisait par sa forte létalité (deux tiers des personnes qui en étaient infectées mouraient), ce qu’on peut expliquer par le fait que les porcs ne jouaient plus le rôle atténuateur d’intermédiaire (Peiris, De Jong & Guan 2007). Mais il ne passait pas facilement d’homme à homme, malgré quelques cas de clusters (cas groupés) en Indonésie. Cette forte létalité conduisit les microbiologistes de Hong Kong à donner l’alerte sur la capacité de ce virus à muter pour devenir contagieux d’homme à homme, et à l’éradiquer dans son réservoir animal en abattant massivement les volailles infectées (Keck 2010). Au cours des années suivantes, d’autres virus de grippe aviaire apparurent chez les humains en Chine (h9n2 en 1999, h7n9 en 2013), mais ils n’atteignirent jamais la létalité du h5n1.

7En avril 2009, l’Organisation mondiale de la santé (oms) annonça l’émergence d’un nouveau virus de grippe dans un village mexicain de la province de Veracruz, à proximité d’un élevage industriel de porcs. Mais la nouvelle souche d’origine porcine se diffusa de façon très rapide d’homme à homme sur plusieurs continents, conduisant l’oms à déclarer le 11 juin ce virus pandémique, et à déclencher une vaste campagne de vaccination. Le nouveau virus fut appelé h1n1 en raison de sa forte proximité génétique avec le virus h1n1 qui a causé la pandémie de « grippe espagnole » en 1918, tuant entre vingt et cinquante millions de personnes. Pour expliquer que ce virus soit devenu saisonnier, on a inféré qu’il s’était échappé d’un laboratoire soviétique en 1977 et s’était réassorti avec un autre virus circulant chez les porcs (Zimmer & Burke 2009). On a également supposé que les personnes nées entre 1918 et 1957, date d’apparition du nouveau virus pandémique h2n2, auraient conservé une mémoire immunitaire du virus h1n1, ce qui expliquerait la relativement faible létalité du virus pandémique de 2009. Les campagnes de vaccination massive se heurtèrent ainsi à la résistance des populations, surtout en Europe, car les effets secondaires des vaccins pouvaient paraître plus dangereux que le virus lui-même. Après cet échec relatif, les autorités sanitaires nationales et internationales se désinvestirent des recherches sur la grippe – un phénomène que les médias anglophones ont expliqué par la bird flu fatigue, au sens d’une lassitude du public face à ceux qui « crient au loup », mais que les microbiologistes eux-mêmes décrivent comme une « complaisance » (complacency). Ceux-ci continuaient donc à donner l’alerte : que se passerait- il si le virus de grippe aviaire h5n1, très létal mais peu contagieux, se recombinait avec un virus de grippe porcine h1n1, très contagieux mais peu létal ? À défaut de découvrir une telle « chimère » dans la nature, les microbiologistes le fabriquèrent en laboratoire.

Usages terroristes potentiels du virus de grippe aviaire mutant

8En septembre 2011, Ron A. M. Fouchier, professeur de microbiologie au centre médical Érasme, annonça, lors d’une réunion du groupe de travail européen sur la grippe à Malte, qu’il avait fabriqué un virus de grippe aviaire transmissible par voie aérienne entre mammifères. Le mammifère en question était le furet, qui sert de modèle expérimental pour la grippe car il est, avec l’homme, le seul mammifère à éternuer quand il est infecté. Fouchier avait inséré dans le virus h5n1 trois nucléotides qui avaient été identifiés dans le h1n1 comme favorisant la transmissibilité, puis il avait infecté un furet avec ce mutant. Il avait ensuite prélevé des échantillons nasaux sur ce furet qu’il avait transférés à un autre furet, répétant dix fois la même opération dite de « passaging ». Au bout de la dixième génération, le virus h5n1 s’était adapté à l’organisme du mammifère, de telle sorte que deux furets mis dans deux cages adjacentes se transmettaient le virus h5n1 par simple voie aérienne.

9Fouchier déclara également que ces résultats convergeaient avec ceux qui avaient été obtenus par le biologiste Yoshi Kawaoka, de l’université de Tokyo. Kawaoka avait modifié génétiquement le virus h5n1 pour y introduire des mutations lui permettant d’entrer dans les cellules humaines, puis il avait réassorti ce virus h5n1 modifié avec le virus h1n1 qui circulait chez les humains en 2009. Le virus obtenu devenait alors transmissible par voie aérienne entre furets. Ce que Fouchier avait fait « naturellement » au laboratoire, en utilisant le furet comme outil de mutation du virus, Kawaoka l’avait réalisé « artificiellement », en réassortissant directement les virus entre eux. Mais leurs conclusions étaient similaires : il n’y avait que quatre ou cinq nucléotides séparant le virus h5n1 « sauvage », infectieux mais peu contagieux, d’un virus h5n1 « mutant », à la fois infectieux et contagieux. Fouchier et Kawaoka avaient soumis respectivement deux articles aux revues Science et Nature pour publier ces avancées scientifiques.

10En octobre 2011, les Instituts nationaux de la santé des États-Unis (National Institutes of Health, nih), qui avaient en partie financé les recherches de Fouchier et Kawaoka, demandèrent aux revues Science et Nature à examiner les articles sur le « h5n1 mutant » avant leur publication. Un Comité scientifique national sur la biosécurité (National Science Advisory Board on Biosecurity, nsabb) existe en effet à l’intérieur du nih pour fournir des conseils sur les usages militaires potentiels des agents biologiques manipulés à des fins de recherche scientifique (dual-use). Le 20 décembre, le rapport de ce comité fut publié dans la revue Nature : il recommandait de « ne pas inclure [dans les articles sur le h5n1 mutant] les détails méthodologiques ou autres qui favoriseraient la reproduction de ces expérimentations par ceux qui chercheraient à faire du mal [those who would seek to do harm] ». Qui était visé derrière une telle suspicion ? Depuis les attaques du 11 septembre 2001 et l’épisode consécutif des « lettres à l’anthrax », l’administration fédérale américaine mettait en garde contre le bioterrorisme (Guillemin 2005), c’est-à-dire la dissémination des armes biologiques des laboratoires de l’ex-urss vers les pays du Moyen-Orient. L’expérience de Fouchier et Kawaoka rappelait une expérimentation similaire qui avait suscité les mêmes controverses. En octobre 2005, une équipe de microbiologistes conduite par Jeffery Taubenberger annonça dans la revue Science qu’elle avait réussi à reconstruire en laboratoire le virus de la « grippe espagnole » h1n1 à partir des séquences génétiques prélevées sur des tissus humains de soldats conservés à l’Institut des forces armées et d’autres tissus extraits du corps d’une femme inuit en Alaska (Tumpey et al. 2005). Cette recherche menée sur dix ans avait pour but de découvrir les gènes expliquant la létalité exceptionnelle de ce virus. Si ce but ne fut pas atteint, la réussite technologique fut par ailleurs saluée par la plupart des microbiologistes (Kolata 2005). La technique de « génétique renversée » avait en effet été adaptée à la recherche sur la grippe dans les années 1980 par Peter Palese à l’École médicale du Mont-Sinai à New York. Elle permettrait de convertir l’information génétique en matériau viral, qui était réinjecté dans des œufs de poules pour se répliquer de manière vivante (Caduff 2012). Mais une campagne de critiques avait déjà été lancée par le Washington Post en avril 2005. La revue Science fut contactée par le Département de la santé du gouvernement fédéral américain alors que l’article décrivant cette recherche était déjà sous presse. Le nsabb fut consulté en urgence, et donna un avis favorable à la publication, en demandant que soit ajoutée une note expliquant le but général de la recherche. Un des virus les plus dangereux de la planète avait été reconstruit pour fabriquer un vaccin à partir de l’information génétique qu’il contient. Le modèle du virus de la variole est ainsi conservé dans deux laboratoires au monde, alors qu’il a été officiellement éradiqué de la population humaine en 1976, pour les mêmes raisons : un vaccin doit être fabriqué au cas où des terroristes parviendraient à utiliser ce virus comme une arme biologique (Saluzzo 2004). En 2011, cependant, le nsabb fut moins magnanime. La recherche semblait davantage échapper au cadre national : alors que le virus h1n1 de 1918 avait atteint le territoire national et que la recherche était dirigée par des citoyens américains sur des corps américains, le virus h5n1 n’était jamais entré aux États-Unis et la recherche était menée par des scientifiques hollandais et japonais à partir de souches circulant chez des porcs mexicains et des oiseaux chinois. Le nsabb recommanda de publier les résultats sans donner les procédures de fabrication du virus h5n1 mutant. Le biologiste autrichien Peter Palese, qui avait recréé le virus de la grippe espagnole, et dont le laboratoire avait transmis les fonds du nih à Ron Fouchier pour ses recherches sur la grippe aviaire, vint soutenir celui-ci dans la revue Nature : « Publier ces expériences sans les détails est une sorte de censure, et va contre la science, le progrès et la santé publique » (Palese 2012).

11La controverse divisa bientôt le nih. L’immunologiste Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses (National Institute of Allergy and Infectious Diseases, niaid), publia un éditorial dans le Washington Post avec le directeur du nih et le directeur du Centre de recherche sur les vaccins pour appuyer la publication intégrale des articles de Fouchier et Kawaoka au nom de la santé publique, en soulignant la nécessité de se préparer à une nouvelle pandémie à l’aide de vaccins adaptés. En réponse, l’épidémiologiste Michael Osterholm, directeur d’un des centres de recherche du nih sur la grippe et membre du nsabb, affirma que la santé publique ne pouvait bénéficier de recherches aussi sophistiquées et incertaines, et qu’il serait hasardeux de fabriquer des vaccins à l’avance tant que le virus pandémique ne serait pas effectivement apparu.

12En février 2012, l’oms organisa une réunion fermée à Genève pour discuter de l’intérêt des recherches de Fouchier et Kawaoka. L’oms était prise à partie depuis les polémiques sur la distribution des vaccins contre le h5n1 en Indonésie, en 2006, et la campagne mondiale de vaccination contre le h1n1, en 2009. La réunion était dirigée par Margaret Chan –  directrice générale de l’oms depuis 2007 –, qui avait géré l’émergence du virus h5n1 en tant que directrice de la Santé à Hong Kong en 1997. Les participants affirmèrent en majorité que ces recherches ne présentaient pas de danger d’utilisation à des fins terroristes. Fouchier déclara lors de cette réunion que ses recherches pourraient bénéficier à la vaccination en Indonésie, dont les experts collaboraient régulièrement avec le centre médical Érasme.

13À la suite de cette réunion à l’oms, le nsabb accepta en mars la publication intégrale des articles, à condition que les mesures de biosécurité adoptées pendant l’expérimentation soient bien précisées. Il était notamment important de préciser que les expérimentations avaient été conduites en laboratoire à niveau 3 de biosécurité (bsl3), réservé aux virus les plus pathogènes, et ne pouvaient aisément être reproduites dans une grotte ou un garage. Une autre information essentielle fut communiquée : les furets infectés par le virus mutant n’étaient pas morts ; en devenant plus transmissible, le virus h5n1 était devenu moins létal. Loin de montrer l’inutilité de cette expérimentation, cette précision encourageait d’autres recherches en vue d’expliquer un tel transfert de propriétés. L’article de Kawaoka parut dans Nature en mai 2012 et celui de Fouchier dans Science en juin 2012.

Évaluation des risques biotechnologiques du « gain of function »

14La controverse ne s’arrête pas là, cependant. Fouchier et Kawaoka proposèrent d’appliquer un moratoire d’un an sur les recherches de ce type. Ils prirent modèle sur la conférence d’Asilomar en 1975, au terme de laquelle un certain nombre de biologistes décidèrent de suspendre les expérimentations sur l’adn recombinant pour éviter que des bactéries génétiquement modifiées n’entrent dans l’environnement –  ouvrant ainsi un large débat sur les risques biotechnologiques. De fait, la controverse autour des travaux de Fouchier et Kawaoka porta ensuite non plus sur l’usage potentiel des virus mutants par des terroristes, mais sur leur échappée accidentelle des laboratoires. Elle ne se formula plus en termes de censure d’information sensible mais d’évaluation des risques biotechnologiques : le risque d’apparition du virus mutant dans la nature était-il supérieur au risque d’échappée accidentelle des laboratoires ? Si l’on ne peut quantifier le risque d’usage terroriste des virus mutants, qui reste largement imaginaire, on peut en revanche dresser la liste des fuites accidentelles (le h1n1 en 1977, la variole en 1978, le sras en 2004) et en conclure que le nombre de cas est trop grand pour justifier la création de virus pandémiques en laboratoire. Il fallait donc mettre en balance les risques « naturels » d’émergence du h5n1 mutant et les risques « artificiels » de son échappée des laboratoires où il avait été fabriqué.

15C’est ce que firent Marc Lipsitch et Alison P. Galvani, épidémiologistes aux écoles de santé publique des universités de Harvard et de Yale, en se réclamant d’un article du code Nuremberg disant que « le degré de risque pris ne doit jamais excéder celui qui est déterminé par l’importance humanitaire du problème résolu par l’expérimentation » (Lipsitch & Galvani 2014 : 2). Pour mettre en doute la sûreté des recherches menées par Fouchier et Kawaoka, Lipsitch et Galvani citaient un rapport de janvier 2013 montrant qu’aux États-Unis, entre 2004 et 2010, la proportion d’accidents en bsl3, par laboratoire et par an, était de 0,2 %, ce qui signifie que des pathogènes mutants étudiés dans dix laboratoires sur dix ans auraient 20 % de chance d’en échapper. Leur démonstration mettait par ailleurs en cause deux des arguments avancés par Fouchier et Kawaoka pour justifier leur recherche. Selon Lipsitch et Galvani, il est impossible de détecter à l’avance des mutations pandémiques dans le réservoir animal, du fait de la complexité des émergences virales, et on ne peut pas plus fabriquer à l’avance des vaccins pandémiques à partir d’une souche fabriquée en laboratoire. Les deux épidémiologistes recommandèrent donc des méthodes plus sûres et plus conformes à la santé publique, visant à surveiller les virus circulant déjà chez les humains et à développer des modèles de vaccins universels protégeant contre tous les virus de grippe. Ils contestaient la stratégie d’anticipation des épidémies au niveau animal, considérée comme une fausse alarme. Ils concluaient : « La surveillance actuelle est probablement inadéquate pour détecter une souche pandémique émergente avant qu’il soit trop tard, quelles que soient les alertes que l’expérimentation sur des pathogènes potentiellement pandémiques peut générer à propos de mutations inquiétantes » (ibid. : 3). En décembre 2013, cinquante-six scientifiques, dont trois prix Nobel, adressèrent une lettre à la Commission européenne reprenant cette argumentation.

16La discussion portait alors sur une notion qui n’avait pas été centrale jusque-là : celle de gain of function. On désigne par cette expression des recherches qui améliorent les capacités des agents biologiques en laboratoires, sur le modèle des bactéries génétiquement modifiées discutées lors de la conférence d’Asilomar. Fouchier et Kawaoka ont bien ajouté au virus h5n1 une propriété, la transmissibilité entre mammifères, de la même façon qu’une entreprise comme Monsanto peut modifier génétiquement des graines de maïs pour leur ajouter une résistance contre certains types d’insectes. On est ici dans l’imaginaire de la manipulation en laboratoire à des fins de performance, justifiant les critiques adressées à Fouchier et Kawaoka selon lesquelles ils auraient donné l’alarme pour attirer des financements vers des recherches technologiques coûteuses et inutiles. On comprend alors que Lipsitch et Galvani interrogent l’» éthique » de ces chercheurs, au-delà de la simple évaluation des risques : non seulement les virus seraient dangereux, mais en plus ils voudraient les améliorer (enhance) pour renforcer un prétendu pouvoir d’anticipation. La défense de Fouchier et Kawaoka a consisté alors à assumer le terme « gain of function » en montrant que cette procédure est courante en biologie expérimentale, et même à proposer d’appliquer cette technique à d’autres virus de grippe. Ce terme est en effet couramment utilisé dans le vocabulaire des recherches sur les drogues et les vaccins. La plupart du temps, l’expérimentation vise à faire perdre des fonctions à un agent pathogène pour déclencher une réaction immunitaire appropriée (on parle alors de « loss of function »), mais dans certains cas, comme pour le virus de la dengue qui produit des mécanismes d’augmentation de la réponse immunitaire en cas d’exposition à plusieurs souches, on peut faire acquérir une fonction au pathogène pour provoquer une réponse immunitaire visant plusieurs souches à la fois. Les virologistes ont donc fait en sorte que le terme « acquisition de fonction » perde ses connotations négatives – pourquoi rendre un virus plus viral ? –  pour indiquer positivement l’anticipation des émergences virales.

17Dans un article signé par une vingtaine de spécialistes de la grippe, dont ils sont les deux premiers auteurs, publié par Science en août 2013, Fouchier et Kawaoka proposent d’appliquer cette méthode au virus de grippe aviaire h7n9 qui vient de se transmettre aux hommes dans la région de Shanghai, tuant quarante trois personnes sur les cent trente cas rapportés. Alors que le virus a disparu de la population humaine – les marchés aux volailles ont été nettoyés, et la saison hivernale est passée – , il s’agit pour eux d’anticiper la réémergence de ce virus avec de nouvelles propriétés, notamment du fait de la résistance aux médicaments utilisés contre la première vague. Leur argument vise directement celui des épidémiologistes :

Normalement, les études épidémiologiques et la caractérisation des virus à partir des échantillons prélevés sur le terrain sont utilisées pour informer les décisions politiques en ce qui concerne les réponses de santé publique à une pandémie potentielle. Cependant, les méthodes classiques de traçage épidémiologique ne donnent pas aux autorités de santé publique le temps nécessaire pour répondre de façon efficace et limiter les effets d’une pandémie. Afin de fournir des informations qui puissent assister les activités de surveillance –  et ainsi de rendre possible le lancement d’une politique de santé publique préparant une pandémie –, les expériences de gain of function ont une importance critique. (Fouchier, Kawaoka et al. 2013.)

18L’argument est clair : l’épidémiologie aura toujours un temps de retard par rapport à la virologie, parce que celle-ci peut visualiser les mutations des virus en laboratoire, et lancer l’alerte lorsque les mutations anticipées en laboratoire apparaissent dans la nature.

Anthropologie de la biosécurité et ethnographie de l’incertitude

19Comment des anthropologues peuvent-ils analyser une telle controverse ? Il ne s’agit pas de participer à sa reformulation, car les termes employés –  mauvaise intention des bioterroristes contre bonne intention des microbiologistes, risques naturels d’émergence du virus contre risque artificiel de son échappée accidentelle – reposent sur des distinctions peu claires, qui appartiennent à l’équipement ontologique des sciences de la vie mais qu’on ne peut reprendre comme telles en sciences sociales. Dans un article séminal publié dans Anthropology today, Paul Rabinow propose de prendre pour objet d’enquête le dispositif contemporain de biosécurité, c’est-à-dire l’ensemble des normes visant à sécuriser la circulation du matériel vivant, qui se sont imposées dans le discours public aux États-Unis puis dans le reste du monde après le 11 septembre 2001, et dont l’articulation commence avec la guerre froide (Collier, Lakoff & Rabinow 2004). Cet article a suscité un débat sur la possibilité même d’une anthropologie qui s’approche des pratiques et des savoirs de ces experts sans partager leurs discours alarmistes sur la biosécurité (Langlitz & Helmreich 2005). Il a aussi impulsé un certain nombre de travaux ethnographiques, dont les résultats éclairaient de façons diverses la controverse sur le virus de grippe aviaire mutant. Comme cette controverse mettait en scène l’ensemble des acteurs globaux du monde de la biosécurité, elle permettait également de faire saillir les enjeux d’une anthropologie de la biosécurité.

20Paul Rabinow a lui-même mené des travaux sur la biologie synthétique dans le cadre du projet SynBerc financé à partir de 2011 par la Fondation américaine pour la science (National Science Foundation), dont il était un des « investigateurs principaux » chargé des questions éthiques. Ce projet avait pour but d’appliquer les principes de l’ingénierie à la biologie, notamment en fabriquant des bactéries capables de produire de l’artémisine, une molécule utilisée dans le traitement du paludisme. Il s’agissait pour Rabinow de formuler les questions éthiques d’une façon qui puisse faire l’objet d’une collaboration entre sciences biologiques et sciences sociales (Bonneuil & Joly 2013 : 89). La biosécurité étant considérée comme un problème central pour les biologistes de synthèse –  à la différence d’autres problèmes, telle l’égalité d’accès au marché de l’artémisine –, l’anthropologue en formulait la « problématisation » à partir des pratiques et des savoirs des experts. Mais cette élaboration a été jugée trop descriptive par les organisateurs du projet, qui en ont exclu l’anthropologue au profit d’approches plus directement normatives. Une telle issue révèle les difficultés d’une observation participante lorsque les enjeux financiers sont élevés et que les publications des anthropologues sont évaluées par les biologistes qui les financent.

21Gaymon Bennett, qui a rédigé avec Paul Rabinow un récit de cette collaboration (Rabinow & Bennett 2012), en a tiré les conséquences dans une analyse de la controverse du virus de grippe aviaire mutant (Bennett 2014). Selon Bennett, les discussions sur l’» usage dual », c’est-à-dire sur l’utilisation potentielle du virus mutant par des terroristes, révèlent une difficulté des scientifiques à concevoir le mal dans le monde, et non seulement dans leur intériorité. En supposant que les scientifiques ne veulent pas mal faire, mais que seuls les terroristes ont de mauvaises intentions, l’argumentation en jeu refuse de poser les problèmes éthiques dans le monde, et s’en remet à une évaluation des risques. D’après Bennett, l’anthropologie ne doit donc pas participer à cette évaluation des risques mais réfléchir au rapport de l’action humaine à l’incertitude des événements futurs. Il écrit :

Malgré des discours de toutes parts sur les risques, ce qui était vraiment en jeu dans l’affaire du h5n1, c’était une compétition entre les attributions du danger et les modes d’intervention qui leur seraient appropriés (ou non). Dans cette mesure, le diagnostic autrefois posé par Mary Douglas sur les rapports entre risque et tabou reste valide : les dangers sont associés à des blâmes pour générer de la certitude – sur le type de problèmes qui doit nous inquiéter.

22La figure du mauvais scientifique mise en scène par la controverse sur la biosécurité détourne le débat public à la fois des pratiques réelles des scientifiques –  donc de l’incertitude des objets qu’ils fabriquent – et d’autres types de problèmes et d’incertitude – comme l’égalité d’accès aux vaccins contre la grippe.

23Andrew Lakoff arrive à un diagnostic comparable, en partant non de l’intention des scientifiques mais de la réception par le public : quel type de public, à la fois ignorant, menaçant et vulnérable, émerge de cette controverse ? Lakoff (2008) a en effet étudié les changements causés au niveau mondial dans les politiques de santé publique, et surtout dans leurs liens avec l’industrie pharmaceutique, par l’impératif de « se préparer » à une catastrophe imminente. Il distingue une politique de santé publique orientée par un principe de prévention, c’est-à-dire par une accumulation de savoirs chiffrés qui permet de calculer des probabilités, et une autre orientée par un principe de préparation (preparedness), c’est-à-dire par la nécessité d’imaginer une catastrophe comme si elle était déjà réalisée pour en limiter les effets. Le conflit entre les épidémiologistes et les virologues dans la controverse sur le h5n1 mutant révèle donc le contraste entre « deux régimes de santé publique » qui s’étaient alliés jusque-là pour alerter sur la grippe pandémique (Lakoff 2010) :

Plutôt qu’un conflit entre la science et le public, ou entre la production de savoir et les exigences de sécurité, cette controverse peut être vue comme un conflit entre experts au sujet des différentes conceptualisations d’une situation incertaine, mise en scène sur le terrain de l’évaluation des risques. Dans le déroulement de la controverse, une fracture est devenue évidente dans les alliances existantes entre les scientifiques et les autorités de santé publique autour de la menace de la grippe aviaire. (Lakoff 2012 : 458.)

24Bennett et Lakoff s’accordent sur le fait que le discours normatif sur les risques doit être dépassé pour s’intéresser au rôle de l’incertitude dans les pratiques scientifiques. Mais ils ne mettent pas en lumière ces pratiques, soit parce que l’accès au terrain leur a été refusé, comme Bennett, soit parce qu’ils travaillent dans une perspective plus généalogique, comme Lakoff. Une véritable ethnographie des pratiques de biosécurité des experts de la grippe a cependant été entreprise par Carlo Caduff, qui a suivi à New York le travail de Peter Palese, acteur important dans l’affaire du h5n1 mutant. Caduff part de l’écart entre la circulation de l’information génétique et la sécurisation du matériel viral pour analyser la sémiotique du discours sur les risques biotechnologiques. Selon lui, c’est la possibilité de répéter une expérimentation dans des conditions de biosécurité définies qui en assure la signification biologique :

L’itérabilité est la condition générale qui a rendu possible la décontextualisation de l’information des corps microbiens. Mais elle a en même temps rendu la recontextualisation de ces corps nécessaire, sur un plan autant biologique que politique – c’est-à-dire biopolitique. L’articulation, la contestation et la négociation des exigences de sécurité qui ont été établies au cours des dernières années prend aujourd’hui place dans […] une biologie relationnelle. (Caduff 2012 : 346.)

25Cette position scientifique, formulée dans le vocabulaire de l’anthropologie post-structuraliste, éclaire la position politique de Palese au cours de la controverse du h5n1 mutant. En 2012, Palese a soutenu Fouchier et Kawaoka contre la « censure » du nsabb au nom de la nécessité de répliquer leurs expériences, puisqu’il avait lui-même été menacé d’une telle censure lorsqu’il avait reconstitué le virus de la grippe espagnole avec Taubenberger au début des années 2000. Pourtant, entre 2005 et 2009, Palese fut un des plus ardents critiques de l’alarme déclenchée par les microbiologistes au sujet de la grippe aviaire, en considérant que les mutations du h5n1 en Asie n’étaient pas plus signifiantes que celles qui se produisent en permanence dans le reste du monde. Caduff adopte ce point de vue lorsque, dans un article récemment paru dans Current Anthropology, il décrit les spécialistes de la grippe comme des « prophètes » (Caduff 2014). Ce terme anthropologiquement chargé désigne, dans son analyse, la capacité à transformer les incertitudes sur les mutations virales observées dans le laboratoire en certitudes par l’annonce d’un futur catastrophique. Dans cette perspective, la scène des experts de la grippe peut être décrite comme une compétition entre prophètes : même si Palese joue le plus souvent le rôle de contreprophète, il est d’accord avec les autres prophètes sur les règles par lesquelles on lance une prophétie, et qui divergent radicalement des normes de la santé publique formulées en termes de risque.

26Le rôle de l’anthropologue, selon Caduff, est de décrire ce champ de pratiques sous-jacentes au jeu des prophéties et contre-prophéties, et aux normes de biosécurité qui l’encadrent.

27Si je partage entièrement cette position, je suis en désaccord sur le terme « prophète » qui suppose un saut de la raison à la foi, du présent vers le futur, dans lequel s’instaure une position critique de type démystificatrice (Boltanski 1990). Les recherches que j’ai menées avec les spécialistes de la grippe à Hong Kong et à Rotterdam m’ont au contraire conduit à les comparer à des chamanes, c’est-à-dire à étudier les sauts qu’ils font dans l’imaginaire entre les espèces animales, afin de comprendre de l’intérieur de cet imaginaire quels sont les bons sauts et les mauvais sauts. Il s’agit donc de faire une critique interne de ce monde, et non externe, fût-ce, comme le fait Caduff, en prenant la position d’un expert de la grippe à la fois interne et externe à ce monde. Je m’appuie ainsi sur l’anthropologie du chamanisme sibérien, lorsqu’elle montre que les incertitudes dans la chasse des non-humains par les humains peuvent être « simulées » et « préparées » (Hamayon 2013). S’il est étonnant de voir le vocabulaire de la biosécurité apparaître dans une ethnographie du chamanisme, c’est qu’il s’agit dans les deux cas de décrire ce que fait la fiction dans les relations entre humains et non-humains. Puisque la plupart des critiques des recherches sur le h5n1 mutant portent sur le caractère fictif des résultats produits en laboratoire, je m’appuierai sur cette ethnographie de la fiction chamanique pour décrire ce que font les virologues.

« Red herring » : critiques et simulations d’une fausse alarme

28La controverse sur le virus h5n1 mutant peut se résumer en une question simple : qu’est-ce que Fouchier et Kawaoka ont fait de mal ? Laissant de côté le cas de Kawaoka, qui demanderait une ethnographie complexe des réseaux scientifiques qu’il a tissés entre Tokyo, Genève, le Viêtnam et les États-Unis, je traiterai ici de la controverse telle qu’elle est discutée à l’intérieur du réseau européen Antigone, dont Fouchier est un des membres.

29Ron Fouchier se présente surtout comme un spécialiste de l’expérimentation animale. Lorsqu’il révéla en septembre 2011 à Malte ses recherches sur le h5n1 mutant, il déclara : « J’ai fait quelque chose de très stupide. » Cette phrase, qui attira la suspicion des autorités internationales sur la sécurité de ses recherches, résulte d’une confusion avec le néerlandais, où « stupide » se dit par le même mot que « simple ». Fouchier voulait seulement préciser qu’il avait utilisé une technique plus simple que Kawaoka en faisant passer le virus h5n1 mutant par dix générations du furet, au lieu d’y introduire les gènes du virus h1n1. Fouchier avait conçu des cages dans lesquelles les furets peuvent se transmettre les virus par voie aérienne sans se toucher, et il cherchait des moyens d’adapter ces cages à des cochons ou à des volailles. Il se plaignait de l’élévation des prix des furets de laboratoire, due à un double facteur : les éleveurs de furets (situés notamment en Scandinavie, en Chine et aux États-Unis) les réservent au commerce de la fourrure, et les normes de biosécurité qui permettent de produire des furets séronégatifs (c’est-à-dire n’ayant jamais été en contact avec des pathogènes) sont très exigeantes.

30Une autre expression impliquait les animaux dans la discussion sur les méthodes de Fouchier : red herring (littéralement : hareng rouge). L’Oxford English Dictionary la définit comme une erreur logique qui détourne ou distrait l’attention de problèmes importants. Cette signification viendrait de l’usage de harengs fumés pour mener les chiens vers de mauvaises directions quand ils chassent. L’expression avait été employée lors de la controverse sur le h5n1 mutant par Jeremy Farrar (Hsu 2012), qui dirigea l’unité de recherche clinique de l’université d’Oxford à Hô Chi Minh-Ville puis le Wellcome Trust en Grande-Bretagne, et qui fut membre du conseil d’orientation scientifique du projet Antigone à ses débuts. Farrar, qui avait construit sa réputation sur l’étude des virus de grippe au Viêtnam, voulait par ce biais faire entendre que la recherche sur le virus h5n1 mutant détournait les financements consacrés à la « chasse aux virus » vers des cibles imaginaires. L’expression fut reprise par les virologues parce qu’elle ressemblait à Red Alarm, le titre d’un jeu vidéo qui simule une alerte à la catastrophe.

31L’irruption de ces harengs dans une discussion qui avait jusque-là mobilisé des furets, des porcs et des volailles indique la façon dont pouvait se formuler une critique dans le monde des spécialistes des virus de grippe. Il ne s’agissait pas de mettre en avant le caractère dangereux de ces recherches en termes de biosécurité, ni d’en évaluer les risques et les bénéfices au regard de la santé publique, mais de savoir si les moyens financiers massivement investis dans ces recherches étaient orientés vers les bonnes cibles. Si le but de ces recherches était bien de capturer des virus de grippe potentiellement dangereux au moyen des corps animaux par lesquels ils passent, avait-on utilisé les bons leurres en fabriquant un virus mutant sur des furets de laboratoire (Keck 2013) ? Le terme « chasseurs de microbes » a été forgé en 1926 par le biologiste américain d’origine hollandaise Paul De Kruif (1926). Il décrit sur un mode héroïque les découvertes des savants qui, depuis Anton von Leeuwenhoek au xviie siècle, ont penché le microscope vers le monde des petits êtres invisibles à l’œil nu pour expliquer et soigner les grandes maladies de l’humanité. Il fut repris dans les années 1990 et appliqué aux recherches sur les maladies infectieuses émergentes, lorsque les biologistes partaient dans les forêts africaines ou amazoniennes ou dans les marchés aux animaux asiatiques pour y découvrir de nouveaux microbes qui menaceraient d’infecter les humains (McCormick, Fischer-Hoch & Horvitz 1996 ; Perrey 2012). Le « chasseur de virus » le plus visible et le plus controversé aujourd’hui est Nathan Wolfe, qui, après avoir étudié plusieurs virus émergents en Afrique sub-saharienne, a créé en 2007 un groupe nommé Global Viral Forecasting Initiative pour détecter à l’avance ces émergences au niveau mondial. Il décrit ainsi son travail :

Chasser ces événements [hunt down these events] – les premiers moments de la naissance d’une nouvelle pandémie – et les comprendre pour les arrêter avant qu’ils n’atteignent le niveau mondial. (Wolfe 2011 : 3.)

32Le laboratoire de virologie du centre Érasme à Rotterdam est dirigé depuis 1993 par Albert Osterhaus, décrit comme un des plus grands « chasseurs de virus » (Honigsbaum 2005). De formation vétérinaire, Osterhaus a commencé par étudier les virus des phoques et des dauphins de mer du Nord, avant de construire un vaste réseau de partenaires en Indochine et en Indonésie pour suivre les mutations des virus de grippe. Il fut l’un des premiers à signaler en Europe les « catastrophes causées par les franchissements de barrières d’espèces » après la « crise de la vache folle » (Osterhaus 2001), et appliqua les principes de Koch au virus du sras en 2003. Il soutint fortement la campagne de vaccination contre le h1n1 en 2009, en concevant et diffusant des jeux numériques permettant de simuler le développement d’une pandémie en fonction des interventions appliquées par le joueur, et fut très critiqué pour ses liens avec l’oms et avec l’entreprise pharmaceutique Viroclinics. Chasseur de virus, Osterhaus est aussi un chasseur de fonds et de têtes, puisqu’il a fait passer son laboratoire à Rotterdam de trente à deux cents chercheurs en jouant sur une multiplicité de réseaux. Dans cette perspective, la faute de Fouchier peut apparaître comme celle d’un mauvais chasseur – de ces chasseurs qui élèvent des animaux sauvages en cage pour simuler leur libération, sans passer par tout l’apprentissage que requiert la connaissance des virus dans leur écologie. Alors qu’Osterhaus est passé maître dans l’art de la communication, pour attirer les financements permettant de se préparer aux pandémies par la recherche virologique, Fouchier a peut-être lancé un leurre en entraînant son laboratoire vers une fausse piste : un « hareng rouge » plutôt qu’une vraie alarme. L’erreur logique de Fouchier a consisté à faire passer pour un vrai signe de franchissement de barrières d’espèces dans la nature ce qui n’était qu’une simulation de signal en laboratoire. Elle devient alors faute morale lorsqu’elle s’accompagne d’un manque de précaution dans la communication sur les mesures de biosécurité par lesquelles ces jeux avec les virus sont encadrés.

33Pour se défendre, Fouchier s’appuya sur le travail de simulation que menait alors Derek Smith à l’université de Cambridge. Ce virologue a mis en place une équipe de mathématiciens et d’informaticiens dans le cadre du département de zoologie pour modéliser l’apparition naturelle du virus h5n1 mutant (Russell et al. 2012).

34Puisqu’il y a seulement cinq nucléotides qui séparent le h5n1 « mutant » du h5n1 « sauvage », quelle est la probabilité, demande-t-il, que ces cinq nucléotides apparaissent en une seule fois, ou bien les uns après les autres au cours d’une série de mutations ? Et quel serait l’effet de ces mutations en série sur un organisme humain ? Le logiciel conçu par Smith et son équipe vise à surveiller l’ensemble des virus h5n1 qui apparaissent chez les oiseaux pour lancer l’alerte lorsque l’un d’entre eux présente une, deux, trois, quatre ou cinq de ces nucléotides. Il s’accompagne d’hypothèses cliniques sur la réaction de l’organisme humain à chacune de ces mutations, de façon à pouvoir établir pour chaque nucléotide un nombre de morts potentiels – et ainsi fournir une véritable évaluation du risque d’émergence de h5n1 « dans la nature ».

35Une telle réponse est une stratégie habituelle des chasseurs en régime chamanique : puisque la chasse risque d’être décevante, voire calamiteuse, il faut la simuler dans un espace virtuel pour en prévoir les effets. Elle donne lieu cependant à un autre type de critique entre virologistes : peut-on vraiment comparer le h5n1 mutant au h5n1 sauvage ? S’agit-il d’une « quasi-espèce » de virus en compétition avec d’autres « espèces » dans un organisme (Domingo et al. 2006), ou bien faut-il plutôt parler de mélange viral (viral mixture) dans lequel apparaissent des mutations ? Selon Smith, le virus h5n1 mutant était déjà présent à l’état infinitésimal dans tous les cas humains de h5n1 déjà identifiés ; il reste donc à savoir avec quelle charge virale devient transmissible entre humains ou entre furets –  par exemple quand une mère éternue sur son enfant en situation immunitaire compromise. Cette question – un virus constitue-t-il une espèce ou une population, en fonction des réponses immunitaires de son hôte ? –  est une des plus difficiles auxquelles se confronte la virologie. L’incertitude sur le comportement du virus quand il franchit la barrière d’espèce est ainsi transférée sur le mode d’existence du virus lui-même, c’est-à-dire sur le type d’espèce vivante qu’il constitue quand il infecte un organisme. En créant une chimère technologique, les inventeurs du h5n1 mutant prétendent avoir levé le problème du franchissement des barrières d’espèces, mais ils l’ont seulement déplacé à un autre niveau ontologique : celui de la simulation des populations virales.

Conclusion

36Lorsque Lucien Lévy-Bruhl s’interrogeait sur le statut des énoncés apparemment contradictoires comme « Les Bororo sont des Arara » par lesquels les hommes s’identifient à des oiseaux, il refusait d’en faire une simple erreur logique, à la manière de James G. Frazer et Edward B. Tylor, pour y voir l’effet d’une faute morale que les hommes s’efforcent de déplacer du niveau visible ou naturel au niveau invisible ou surnaturel (Keck 2008). J’ai voulu reprendre le même type d’interrogation dans le domaine de la biosécurité, où des énoncés tels que « les hommes sont malades comme les oiseaux, ou comme les porcs, ou comme les furets » mettent en scène des ontologies sous-jacentes, non sur le mode de la manipulation des imaginaires par des scientifiques mal intentionnés, mais sur le mode de l’accusation pour une faute morale qui reste à localiser.

37L’identification d’une chimère technologique comme le virus h5n1 mutant – à la fois aviaire, porcin et furet, à la fois contagieux et létal –  a déroulé une controverse dans laquelle les attributs contradictoires de ces virus émergents sont incessamment déplacés, condensés, simulés, remémorés (Severi 2007), faisant l’objet de lapsus ou d’énoncés ambigus, dont Ron Fouchier, personnage central de cette dispute, semble spécialiste. En reprenant l’expression métaphorique de « chasseurs de virus », il ne s’agissait donc pas de dire que les virologues sont « comme » des chasseurs d’animaux, ou que nos peurs contemporaines s’enracinent dans un fonds de peurs archaïques à l’égard des animaux sauvages qui se vengent de leur domestication. Il s’agissait plutôt d’étudier les conditions dans lesquelles ces énoncés ambigus réussissent à l’intérieur d’une communauté donnée, dans un jeu incessant de critiques qui engage à la fois des réputations, des financements et des modes d’existence. La capacité à « faire croire » à un signal d’alarme implique donc une stratégie de communication dans l’expérimentation elle-même, et non seulement dans les étapes ultérieures de diffusion auprès du public.

38Quelle peut être la contribution des anthropologues à ces grands consortiums au sein desquels les virologues proposent de cartographier les virus émergents avant qu’ils ne franchissent les barrières entre animaux et humains ? Sans doute cette contribution consiste-t-elle à analyser les « comportements sociaux » qui favorisent ces émergences ; mais en partant du niveau des relations entre humains et animaux où ces comportements sont immédiatement signifiants, on découvre aussi d’autres modes de relations et de significations, dans lesquels le travail des microbiologistes ajoute des propriétés ontologiques nouvelles. Si l’activité des virologues contemporains peut être comparée à celle des chamanes des sociétés de chasseurs, en ce qu’elle simule les sauts d’espèces pour préparer à des catastrophes possibles, la tâche des anthropologues n’est pas seulement de les aider à mieux chasser, mais aussi de distinguer cette activité des rationalités pastorales qui, en se formulant en termes de santé publique, aplatissent cette multiplicité ontologique de relations entre hommes, animaux et microbes sur le seul plan de l’évaluation des risques. Il se joue peut-être ici une nouvelle version du drame qui oppose Antigone et Créon.

Haut de page

Bibliographie

Bennett gaymon, 2014
« The malicious and the uncertain. biosecurity, self-justification, and the arts of living », in Paul Rabinow & Limor Samimian-Darash (dir.), Modes of uncertainty. Anthropological cases, Chicago, University of Chicago Press.

Berns kenneth i. et al., 2012
« Adaptations of the avian flu virus are a cause for concern », Nature, vol. 482, p. 153-154. Disponible en ligne, http://www.nature.com/ nature/journal/v482/n7384/full/482153a.html [lien valide en octobre 2014].

Boltanski luc, 1990
« La dénonciation publique », in L’Amour et la justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métailié, coll. « Leçons de choses », p. 255-296.

Bonneuil christophe & pierre-benoît Joly, 2013
Sciences, techniques et sociétés, Paris, La Découverte, coll. « Repères », série « Sociologie ».

Butler judith, 2000
Antigone’s claim. Kinship between life & death, New York, Columbia University Press, coll. « Wellek Library lecture series at the University of California, Irvine ».

Caduff carlo, 2012
« The semiotics of security. Infectious disease research and the biopolitics of informational bodies in the United States », Cultural Anthropology, vol. 27, n° 2, p. 333-357.

Caduff carlo, 2014
« Pandemic prophecy, or how to have faith in reason », Current Anthropology, vol. 55, n° 3, p. 296-315.

Calvert jane, 2013
« Systems biology, big science and grand challenges », BioSocieties, vol. 8, p. 466-479.

Cohen jon & david Malakoff, 2012
« NSABB members react to request for second look at h5n1 papers », Science [en ligne], http://news.sciencemag.org/2012/03/nsabbmembers- react-request-second-look-h5n1- flu-studies [lien valide en octobre 2014].

Collier stephen j., Lakoff andrew & paul Rabinow, 2004
« Biosecurity. Towards an anthropology of the contemporary », Anthropology today, vol. 20, n° 5, p. 3-7.

De Kruif paul, 1926
Microbe hunters, New York, Harcourt Brace & Co.

Domingo esteban et al., 2006
« Viruses as quasispecies. Biological implications », Current Topics in microbiological immunology, vol. 299, p. 51-82.

Fauci anthony s., Nabel gary & francis Collins, 2011 (30 décembre)
« A flu virus risk worth taking », Washington Post. Disponible en ligne, http://www. washingtonpost.com/opinions/a-flu-virusrisk- worth-taking/2011/12/30/gIQAM9sNRP_ story.html [lien valide en octobre 2014].

Fouchier ron a. m., Kawaoka yoshihiro et al.,
2013 « Gain-of-function experiments on H7N9 », Science, vol. 341, n° 6146, p. 612-613.

Frank christina et al., 2011
« Epidemic profile of shiga-toxin-producing Escherichia coli O104:H4 outbreak in Germany preliminary report », New England Journal of Medicine, vol. 365, p. 1771-1780. Disponible en ligne, http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/ NEJMoa1106483 [lien valide en octobre 2014].

Guillemin jeanne, 2005
Biological Weapons. From the invention of state-sponsored programs to contemporary bioterrorism, New York, Columbia University Press.

Hamayon roberte, 2013
Jouer. Étude anthropologique à partir d’exemples sibériens, Paris, La Découverte, coll. « Bibliothèque du MAUSS ».

Herfst sander et al., 2012
« Airborne transmission of influenza A/ h5n1 virus between ferrets », Science, vol. 336, n° 6088, p. 1534-1541. Disponible en ligne, http://www.sciencemag.org/ content/336/6088/1534.full [lien valide en octobre 2014].

Honigsbaum mark, 2005 (26 mai)
« Flying Dutchman mans the species barrier », The Guardian. Disponible en ligne, http://www. theguardian.com/society/2005/may/26/ birdflu.science [lien valide en octobre 2014].

Houdart sophie, 2007
La Cour des miracles. Ethnologie d’un laboratoire japonais, Paris, CNRS éditions.

Houdart sophie, 2013
L’Universel à vue d’œil, Paris, Pétra, coll. « Anthropologiques ».

Hsu christine, 2012 (8 février)
« Critics. Airborne flu research important, but not for vaccine purposes », Medical Daily [en ligne], http://www.medicaldaily.com/criticsairborne- flu-research-important-not-vaccinepurposes- 239758 [lien valide en octobre 2014].

Imai masaki et al., 2012
« Experimental adaptation of an influenza H5 HA confers respiratory droplet transmission to a H5 HA / H1N1 virus in ferrets », Nature, vol. 486, n° 7503, p. 420-428. Disponible en ligne, http://www.nature.com/nature/journal/v486/ n7403/full/nature10831.html [lien valide en octobre 2014].

Keck frédéric, 2008
Lucien Lévy-Bruhl. Entre philosophie et anthropologie. Contradiction et participation, Paris, CNRS éditions.

Keck frédéric, 2010
« Une sentinelle sanitaire aux frontières du vivant. Les experts de la grippe aviaire à Hong Kong », Terrain, n° 54, « Catastrophes », p. 26-41.

Keck frédéric, 2012
« Des virus émergents aux bactéries résistantes. Une crise sanitaire et ses effets », Médecine / Sciences, n° 28, « Un monde grippé », p. 543-546.

Keck frédéric, 2013
« Sentinelles leurrées et “signaux coûteux” », in Hélène Artaud (dir.), Leurrer la nature, actes de colloque (Paris, 25-26 janvier 2012), Paris, L’Herne, coll. « Cahiers d’anthropologie sociale », p. 121-128.

Kolata gina bari, 2005
Flu. The story of the great influenza pandemic and the search for the virus that caused it, New York, Simon & Schuster.

Kuiken thijs et al., 2006
« Host species barriers to influenza virus infections », Science, vol. 312, n° 5772, p. 394-397. Disponible en ligne, http://www. sciencemag.org/content/312/5772/394.full [lien valide en octobre 2014].

Lakoff andrew, 2008
« The generic biothreat, or how we became unprepared », Cultural Anthropology, vol. 23, n° 3, p. 399-428.

Lakoff andrew, 2010
« Two regimes of global health », Humanity. An international journal of human rights, humanitarianism, and development, vol. 1, n° 1, p. 59-79.

Lakoff andrew, 2012
« The risks of preparedness. Mutant bird flu », Public Culture, vol. 24, n° 3, p. 457-464.

Langlitz nicolas & stephen Helmreich, 2005
« Biosecurity today. A response to Helmreich », Anthropology Today, vol. 21, n° 6, p. 20-21.

Latour bruno, 2001 [1984]
Pasteur. Guerre et paix des microbes, suivi de Irréductions, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte poche », série « Sciences humaines et sociales ».

Lipsitch marc & alison p. Galvani, 2014
« Ethical alternatives to experiments with novel potential pandemic pathogens », PLoS medicine, vol. 11, n° 5 [en ligne], http://www.plosmedicine.org/article/ info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal. pmed.1001646#pmed.1001646-World1 [lien valide en octobre 2014].

McCormick joseph b., Fischer-Hoch susan & leslie alan Horvitz, 1996
The Virus hunters. Dispatchers from the Frontline, Londres, Bloomsbury.

Osterhaus albert, 2001
« Catastrophes after crossing species barriers », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, vol. 356, p. 791-793.

Osterholm michael & nicholas Kelley, 2012
« Mammalian-transmissible h5n1 influenza. Facts and perspective », mBio, vol. 3, n° 2 [en ligne], http://mbio.asm.org/content/3/2/ e00045-12.full [lien valide en octobre 2014].

Palese peter, 2012
« Don’t censor life-saving science », Nature, vol. 481, n° 7380, p. 115. Disponible en ligne, http://www.nature.com/news/don-tcensor- life-saving-science-1.9777 [lien valide en octobre 2014].

Peiris joseph malik sriyal, De Jong menno d. & yi Guan, 2007
« Avian influenza virus (h5n1). A threat to human health », Clinical Microbiology Review, vol. 20, n° 2, p. 243-267. Disponible en ligne, http://cmr.asm.org/content/20/2/243. full?sid=b5066fbf-53a8-4060-a190- c6e3e75e944e [lien valide en octobre 2014].

Perrey christophe, 2012
Un ethnologue chez les chasseurs de virus. Enquête en Guyane française, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales ».

Quanmen david, 2012
Spillover. Animal infections and the next human pandemic, New York, W. W. Norton & Company.

Rabinow paul & gaymon Bennett, 2012
Designing human practices. An experiment with synthetic biology, Chicago, The University of Chicago Press.

Russell colin et al., 2012
« The potential for respiratory droplettransmissible A / h5n1 Influenza virus to evolve in a mammalian host », Science, vol. 336, n° 6088, p. 1541-1547. Disponible en ligne, http://www.sciencemag.org/ content/336/6088/1541.full [lien valide en octobre 2014].

Saluzzo jean-françois, 2004
La Variole, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? ».

Severi carlo, 2007
Le Principe de la chimère. Une anthropologie de la mémoire, Paris, Éditions Rue d’Ulm / musée du quai Branly, coll. « Aesthetica », série « Anthropologie ».

Tétart gilles & didier Torny, 2009
« “Ça tue parfois mais ce n’est pas dangereux.” Injonction institutionnelle et mobilisation scientifique autour d’un pathogène émergent, Bacillus cereus », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 3, n° 1, « Retour sur la notion d’objet-frontière », p. 73-102. Disponible en ligne, http://www.cairn.info/ revue-anthropologie-des-connaissances- 2009-1-page-73.htm [lien valide en octobre 2014].

Tumpey terrence et al., 2005
« Characterization of the reconstructed 1918 Spanish influenza pandemic virus », Science, vol. 310, n° 5745, p. 77-80.

Wain Hobson simon, 2013
« h5n1 viral-engineering dangers will not go away », Nature, vol. 495, n° 7442, p. 411. Disponible en ligne, http://www.nature.com/ news/h5n1-viral-engineering-dangerswill- not-go-away-1.12677 [lien valide en octobre 2014].

Webster robert et al., 1992
« Evolution and ecology of influenza A viruses », Microbiological and Molecular Biology reviews, vol. 56, n° 1, p. 152-179. Disponible en ligne, http://mmbr.asm.org/content/56/1/152.full. pdf+html [lien valide en octobre 2014].

Wolfe nathan, 2011
The Viral Storm. The dawn of a new pandemic age, New York, St Martin’s Griffin.

Zimmer shanta m. & donald s. Burke, 2009
« Historical perspective. Emergence of influenza A (H1N1) viruses », The New England Journal of medicine, vol. 361, n° 3, p. 279-283. Disponible en ligne, http://www.nejm.org/ doi/full/10.1056/NEJMra0904322 [lien valide en octobre 2014].

Haut de page

Notes

1 1 Commensal : micro-organisme qui est l’hôte habituel d’un organisme sans lui causer de dommage (dictionnaire Larousse en ligne).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Keck Frédéric, 2015, « L’alarme d’Antigone. Les chimères des chasseurs de virus », Terrain, n° 64, pp. 3-19.

Référence électronique

Frédéric Keck, « L’alarme d’Antigone », Terrain [En ligne], 64 | mars 2015, mis en ligne le 13 mars 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://terrain.revues.org/15750 ; DOI : 10.4000/terrain.15750

Haut de page

Auteur

Frédéric Keck

Musée du quai Branly

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org