Navigation – Plan du site
Virus

Dr Popp et la disquette Sida

Sociologie d’une affaire hacker
Dr Popp and the Aids floppy disk. Sociology of a hacking scandal
Antonio A. Casilli
p. 14-31

Résumés

En 1989 éclate l’affaire de la « disquette Sida », l’un des premiers scandales internationaux dans l’histoire du piratage informatique. En s’appuyant sur une enquête qui sollicite les protagonistes de l’affaire et restitue autant la réaction médiatique que la scène de l’activisme technologique de l’époque, ce texte explore les liens entre imaginaires du corps, savoirs médicaux et conflictualité politique – et montre dans quelle mesure notre compréhension actuelle du rôle socialisant des technologies numériques a été façonnée par la notion de viralité élaborée à la fin du XXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été initialement publié le 7 décembre 2009 sur le blog de recherche Bodyspacesociety. D’ (...)

1Un savant fou. Un virus mortel. Du sexe. Des gadgets électroniques à la mode. Tous les ingrédients pour un grand feuilleton sont réunis. En 1989, éclate l’affaire de la « disquette Sida », l’un des premiers scandales internationaux portant sur des pratiques informatiques à risque qui désormais constituent notre quotidien : spam, logiciels malveillants, information scientifique non contrôlée1.

  • 2 L’expression « usage informatique autonome » désigne l’emploi libre d’outils informatiques et télém (...)

2Aujourd’hui presque complètement oubliée, elle reste un épisode dont les significations culturelles et politiques sont multiples. Tout d’abord, cette affaire restitue les jeux de forces qui, tout au long des dernières décennies, ont fait de la viralité l’une des formes prééminentes d’agrégation des sociabilités numériques, ainsi que le principe structurant de leur appropriation marchande (Van Loon 2002 ; Parikka 2007). Mais elle mérite aussi d’être analysée pour comprendre l’approche actuelle des usages informatiques autonomes2 (autonomous computing) : ces pratiques d’appropriation, de détournement, de « reprise individuelle» ou à des fins citoyennes des dispositifs technologiques, composent une galaxie d’usages qui ont atteint une grande visibilité dans le débat public. De Wikileaks à Anonymous, des petits « téléchargements illégaux » entre amis aux phénomènes de désobéissance civile de masse coordonnés par les réseaux, ils accompagnent les transformations sociales des dernières années.

  • 3 Le patronyme n’a pas été modifié, toutes les informations à son propos rapportées ici étant déjà du (...)

3Les rebondissements judiciaires multiples de cette affaire ont rendu difficile la tâche de retracer les témoignages des protagonistes et d’en déceler les motivations. Le compte rendu que j’en propose ici est basé sur une enquête de terrain conduite entre l’Europe et les États-Unis en 2004 et 2005. Les interviews utilisées –avec des médecins, des experts de la police britannique et des médiactivistes– sont chaque fois indiquées comme telles. J’ai à plusieurs reprises sollicité un entretien avec le personnage principal de cette histoire, Joseph Lewis Popp3, mais mes tentatives n’ont pas rencontré de succès (voir le post-scriptum à la fin de ce texte).

Une affaire pour Scotland Yard

  • 4 Pour une analyse technique de la disquette, de son logiciel et de son cheval de Troie, voir l’artic (...)

4Considérons d’abord l’histoire telle qu’elle se déroula officiellement. Entre le 7 et le 11 décembre 1989, la Ketema & Associates, une société fantôme basée à Londres, déclenche l’envoi en nombre de vingt-six mille enveloppes, chacune contenant une disquette de « renseignements introductifs sur le sida ». Spam électronique avant la lettre, ce déluge de plis non sollicités prend pour cibles des particuliers et des associations de patients situées surtout au Royaume-Uni, mais aussi dans d’autres pays européens et africains. La disquette permet, une fois insérée dans un ordinateur, d’accéder à « un logiciel interactif pour l’éducation à la prévention de l’affection appelée sida ». Les messages affichés sur l’écran prétendent que les renseignements contenus dans le logiciel peuvent « sauver la vie » de son usager, lequel est encouragé à le « partager [...] avec d’autres personnes afin qu’elles puissent en bénéficier également »4 (S. N. 1989). Le programme administre un simple questionnaire (âge, sexe, antécédents médicaux, pratiques sexuelles, etc.), puis dispense des conseils pour limiter la prise de risque (diminution du nombre de partenaires sexuels, prophylaxie). Alarmiste, l’application veut évidemment toucher un public tout-venant, comme le démontrent certains des messages à la fin du questionnaire : « Danger : vous êtes averti que votre risque de contracter le sida est tellement important qu’il dépasse le barème des probabilités » ; « Achetez des préservatifs aujourd’hui même, en sortant de votre bureau » ; « Insistez avec votre partenaire sexuel sur la nécessité d’être mutuellement fidèles dans votre relation » (ibid.). D’autres recommandations se concentrent sur le changement d’habitudes de vie qui – selon les connaissances médicales de l’époque – étaient regardées comme des pratiques non safe (contact avec les larmes, baisers sur la bouche, etc.).

5Mais les expéditeurs inconnus ont aussi glissé dans la disquette un autre logiciel, du type « cheval de Troie » (trojan horse) – une application qui s’installe subrepticement dans le système informatique en y exécutant des tâches à l’insu du possesseur. En l’occurrence, celui-ci est conçu pour rester latent pendant une période correspondant à quatre-vingt-dix redémarrages de l’ordinateur hôte. Cette période écoulée, le logiciel sature le disque dur, crypte la totalité des fichiers présents et affiche un message qui invite l’usager à payer une redevance annuelle de 189 dollars pour continuer à utiliser la disquette. Parmi les destinataires, certains ne tardent pas à comprendre qu’ils sont tombés dans un piège. Nombre d’utilisateurs découvrent la présence du logiciel parasite et, dans le moment de panique qui suit cette découverte, endommagent involontairement leur ordinateur en formatant la mémoire ou, pire, en enlevant des composantes « contaminées » pour tenter de réparer les dégâts apparemment provoqués par la disquette.

6C’est à cet instant que les enquêteurs de la Computer Crime Unit de New Scotland Yard entament une investigation criminelle contre les expéditeurs des disquettes. Promptement mobilisée, la presse anglaise crie au « virus électronique ». En fait, techniquement ce trojan n’est pas un virus. Il est plutôt un logiciel gestionnaire d’installation, comme l’explique Jim Bates, l’informaticien auquel Scotland Yard confie l’audit de la disquette afin de trouver les traces de ses auteurs. Au cours d’un entretien téléphonique, il affirme :

Mon souvenir est qu’en réalité il y avait deux logiciels dans la disquette – et en l’occurrence ce fait devint très important. L’un était une base de données interactive [sous forme de questionnaire, NdA] sur le sida. Sur ce dernier, la police sollicita l’avis d’experts en recherche médicale, et ils parvinrent à la conclusion qu’il était exact, relativement à jour, avec des informations très spécifiques dont on avait eu connaissance très récemment. Ce programme-là était inoffensif en soi. [...]. C’était un logiciel parfaitement normal, mais il avait été modifié pour ne fonctionner que sur des ordinateurs qui avaient déjà le trojan. [...] Le cheval de Troie n’était pas un virus. Un virus est un programme ayant la capacité de se reproduire en infectant d’autres fichiers, tandis que celui-là ne se reproduisait pas. À un certain moment, quelqu’un employa le mot « virus », mais c’était, je dirais, de la « licence journalistique ». (Entretien de l’auteur avec Jim Bates, Leicester, Royaume-Uni, 4 avril 2005.)

7Ces « licences journalistiques » de la presse peuvent être tenues pour responsables de l’hystérie médiatique qui s’ensuit. La démarche consistant à accompagner un logiciel d’un gestionnaire proposant un abonnement et empêchant le fonctionnement en cas d’abus – aujourd’hui communément adoptée par les concepteurs de software – est tout à fait inusitée pour l’époque. Bates reconnaît que, pour le concepteur de la disquette, il se serait agi vraisemblablement d’« une façon plutôt excessive de protéger son droit d’auteur » (ibid.).

8Scotland Yard interprète les envois comme une tentative de fraude à l’échelle internationale. Un certain nombre d’indices viennent à l’aide des enquêteurs dans leur chasse au criminel. D’abord, les adresses postales des destinataires, dont la plus grande partie provient d’une liste d’abonnés du magazine anglais PC business world – régulièrement achetée par la société Ketema & Associates. Plus inquiétante est la provenance du reste des adresses, puisqu’elles correspondent à la liste des participants à la 4e Conférence internationale sur le sida, organisée l’année précédente à Stockholm par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le soupçon de l’implication d’un réseau criminel qui aurait soustrait les adresses à l’OMS pour ensuite les remettre aux pirates informatiques entraîne aussitôt l’intervention d’Interpol.

La presse s’en mêle

  • 5 La recherche textuelle a été effectuée sur les archives du service de presse LexisNexis en se focal (...)

9Les médias ne laissent pas échapper cette nouvelle intrigue qui contient tous les ingrédients d’un bon scoop : la soif d’argent, une enquête policière, une mystérieuse menace informatique – et la maladie vedette de la décennie. Bien sûr, la couverture médiatique reprend le fil narratif déroulé dans la presse généraliste au cours des années précédentes, qui avait progressivement associé une « sémantique de la viralité » aux usages informatiques. Une reconnaissance sur un corpus de 654 articles et fils de presse parus entre les 1er janvier 1985 et 1989 dans des publications internationales de langue anglaise donne un aperçu du changement de registre des associations métaphoriques que les journalistes ont pratiquées dans leurs récits5. Avant 1988, les métaphores les plus communément empruntées sont de nature militaire : les hackers « attaquent » (attack) et « envahissent » (invade) les systèmes informatiques des entreprises pour les « espionner » (spy) ou parfois y installer des « bombes logiques » (logic bombs), des logiciels exploitant des « vulnérabilités » (vulnerabilities) ou bien des failles de « sécurité » (security). Aussi les médias privilégient des histoires dans lesquelles les malfaiteurs sont des jeunes adeptes de « jeux de guerre » (wargamers) et les victimes, typiquement, des agences militaires et de sécurité nationale.

  • 6 « La direction devrait utiliser les professionnels de la sécurité comme ils utiliseraient un profes (...)
  • 7 Le premier article scientifique consacré aux virus informatiques contenant la définition classique (...)

10Vers 1988, cette terminologie martiale est rapidement abandonnée en faveur d’autres tournures métaphoriques. Dans les entreprises, les risques de « santé des informations » commencèrent à être connectés à ceux de la santé des employés. L’expert en sécurité est alors comparé à un médecin6. C’est dans ces mêmes années que s’impose la dénomination « virus» pour désigner des logiciels qui ont la capacité de modifier d’autres logiciels – dont l’existence est d’ailleurs attestée dès les années19707. Les programmes malveillants sont décrits comme des « maladies » (illnesses) qui bousculent l’état normal de « santé » (healthiness) du micro- ordinateur, qui requièrent la « médicalisation» (doctoring) et l’administration de « médicaments » (medicines) dont les noms commerciaux ne laissent pas de place à l’imagination : « Généraliste des données» (Data Physician), « Contrepoison» (Antidote), « Vaccin antigrippal » (Flushot) – et même « Panacée » (Panacea) (Rosenberg 1988). En 1988, le lien rhétorique entre sida et virus informatiques est, lui aussi, vite établi. Le coup d’envoi est donné par ce bref communiqué de l’agence Associated Press :

Les virus informatiques sont les équivalents high-tech des virus biologiques. Tout comme un virus biologique détériore les cellules vivantes et cause des maladies, les virus des ordinateurs sont des logiciels parasites qui envahissent les processeurs de données et s’autoreproduisent afin de perturber le fonctionnement normal des machines. Les virus biologiques sont des pièces de code héréditaire qui s’emparent des mécanismes d’une cellule vivante et les poussent à produire des milliers de duplicata du virus original, infectant ainsi plusieurs cellules jusqu’à provoquer des maladies comme le sida, qui détraque les cellules préposées à la défense du corps contre les infections. (AP 1988.)

11La phobie des virus informatiques montre donc une continuité culturelle grandissante avec les peurs entourant le corps. Les mêmes terminologies et les mêmes structures discursives s’affichent autant dans les débats sur la virulence électronique que dans ceux sur la promiscuité sexuelle, la prophylaxie, les mesures de sécurité visant à empêcher la propagation du sida. La densité des peurs concernant le contact entre les corps se fait miroir du noyau de craintes à propos de la connexion entre les ordinateurs. Organique ou électronique, les deux types de communication se trouvent inscrits dans un cadre biomédical de virulence : le VIH, tout comme les logiciels malveillants « peuvent atteindre n’importe qui ».

La PC Cyborg Corporation ?

  • 8 Dans ce dernier cas, il s’agissait bel et bien d’intoxication : aucune adresse américaine n’avait é (...)

12Dans la presse, les pertes prétendument subies par les banques et les entreprises touchées –qui dès cette époque sont évaluées à six millions de livres – pâlissent face à la vraie catastrophe : la crise de santé publique potentiellement déclenchée par le trojan. Parmi une avalanche d’informations non vérifiées, le journal anglais The Guardian annonce que « certaines disquettes ont été envoyées à des laboratoires de recherche médicale » (Large 1989), mais sans préciser lesquels ni si elles ont provoqué des dégâts. L’australien The Advertiser entre dans le détail, en signalant que le Terrence Higgins Trust, une organisation charitable londonienne pour la lutte contre le sida, aurait été « touchée par des centaines d’exemplaires » (Murche 1989). Plus inquiet, The Washington Times parle d’un nombre imprécisé d’hôpitaux en Europe dont le système informatique aurait été atteint, faisant craindre des risques dans la prise en charge des malades. Heureusement, une « alerte lancée par les chercheurs dans le domaine de la lutte contre le sida aurait évité aux États-Unis de subir des dégâts importants8 » (Richman 1989). Au cours d’une conférence de presse, deux scientifiques du centre de recherche sur le sida de l’université de Bologne manifestent leur désarroi bien au-delà des limites du crédible, en déclarant avoir perdu « les résultats de dix ans de recherche ».

  • 9 « À ce que j’ai compris, la police avait effectivement envoyé de l’argent, envoyé un chèque à cette (...)

13Entre-temps, l’enquête internationale se poursuit, mais sans résultats appréciables. Les investigations menées sur la société fantôme Ketema & Associates portent précipitamment à exclure l’implication de M. Ketema, un citoyen kenyan, et de ses associés. Une autre piste mène encore plus loin – en Amérique centrale. L’adresse à laquelle les usagers de la disquette victimes du cheval de Troie sont censés envoyer leur argent est située au Panamá. Elle correspond au siège d’une société dont le nom semble directement issu d’un récit de science-fiction : PC Cyborg Corporation. Mais la piste panamienne ne peut être suivie pour des raisons de politique internationale : le pays centraméricain est envahi par l’armée étasunienne le 20 décembre 1989, dans le cadre d’une opération militaire visant à renverser le régime du général Noriega9.

14Ce n’est que par pur hasard que les autorités en viennent à interpeller le premier et seul suspect de cette affaire. En fouillant les bagages d’un passager en transit entre le Kenya et les États-Unis, la police de l’aéroport Schiphol d’Amsterdam saisit un tampon de la société PC Cyborg. Le propriétaire de la valise, le citoyen américain Joseph Popp, a attiré l’attention des autorités aéroportuaires par son comportement, décrit comme un « état de folie aiguë » : pendant les contrôles de routine il n’avait cessé de crier et d’écrire partout que quelqu’un était en train de l’empoisonner. Les autorités néerlandaises n’ayant aucun élément pour arrêter le suspect, il est laissé libre de poursuivre son voyage vers les États-Unis où, en plein délire, il passe les semaines suivantes renvoyé d’un service de santé mentale à l’autre. Jusqu’au 2 février 1990, date à laquelle le FBI fait irruption dans sa maison près de Cleveland pour l’arrêter.

Le mystérieux Dr Popp

  • 10 Signant l’aboutissement de deux ans de travaux conjoints d’anthropologues, de statisticiens, de bio (...)

15Extradé vers le Royaume-Uni, Joseph Popp est incarcéré dans la prison de Brixton. Les pièces à conviction retenues contre lui s’accumulent. Popp est anthropologue et zoologue de formation. Il a obtenu un doctorat de l’université de Harvard en 1979, et a travaillé pour le service Flying Doctors de la Fondation africaine pour la recherche médicale (AMREF). Il est ensuite devenu conseiller auprès de l’OMS pour le développement de systèmes informatiques de prévention du sida. Au moment de son interpellation à l’aéroport d’Amsterdam, il revient du Kenya (le pays d’origine de M. Ketema), où il a animé un colloque de l’OMS dans le cadre du Programme global sur le sida, à l’occasion du lancement du logiciel Epimodel. Ce dernier est un nouveau logiciel d’expertise épidémiologique pour l’évaluation de l’impact démographique du VIH10.

16Selon les autorités britanniques, Epimodel, ou un fac-similé de ce dernier, a vraisemblablement fourni la structure de base pour la conception du questionnaire contenu dans la disquette. Jim Bates corrobore cette hypothèse :

Je suppose que c’était Epimodel – que c’était évidemment le programme original. Incontestablement, d’ailleurs. [...] Le vrai logiciel Sida était très formalisé, un logiciel bien présenté et adroitement structuré, ce qui laissait penser que l’auteur avait une formation professionnelle. Alors que [...] le logiciel de Popp, et par cela je veux dire le trojan d’installation même, affichait l’apparence d’un code informel, concocté en bricolant en vrac et modifié selon l’occasion. C’était vraiment une programmation par tentatives et erreurs. [...] J’ai pensé que, quel que soit celui qui avait écrit le vrai logiciel Sida, ce n’était pas la même personne qui avait écrit le trojan. (Entretien avec Jim Bates.)

17Popp aurait apparemment plagié le code du premier logiciel et il y aurait ensuite joint un cheval de Troie fait maison. Cette dernière « application malveillante » (malicious code) aurait été l’œuvre de l’anthropologue, comme le prouve un fichier électronique repéré dans un bureau de l’OMS à Genève, contenant un journal de recherche (research diary) crypté, détaillant les phases de sa conception. La clé de chiffrement, découverte encore une fois par Bates, est le nom complet de Popp :

J’ai appelé la Computer Crime Unit et j’ai dit : « J’ai une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle. — Quelle est la mauvaise nouvelle ?, ils ont dit. — Bien, je crois que vous vous êtes trompés sur son nom complet. Il s’appelle Dr Joseph Lewis Andrew Popp Jr. III... — Et quelle est la bonne nouvelle ? — La bonne nouvelle est que ce nom est le mot de passe ! » (Entretien avec Jim Bates.)

18Face à cet édifice de preuves, Popp avoue son forfait et les enquêteurs peuvent boucler le dossier, encore que ni à cet instant ni au cours des actions en justice montées contre l’anthropologue on ne puisse aboutir à un débat contradictoire capable d’éclaircir les mobiles de l’opération « disquette Sida » – ou même la présence d’autres complices et le rôle joué par l’OMS. À la suite d’épisodes psychotiques de plus en plus aigus (en prison, il commence à porter des préservatifs sur le nez afin de se « protéger contre les contaminations »), en 1991, Joseph Popp est déclaré « public disgrace » par la loi anglaise, ce qui entraîne son « inaptitude à figurer convenablement dans un tribunal de Sa Majesté». Il est extradé encore une fois aux États-Unis, la cour de Cleveland laisse tomber le chef d’accusation de « chantage international » (international blackmail) en partant du principe que l’État de l’Ohio ne reconnaît que le crime de « rançonnage » (racket). La seule condamnation que Popp essuiera sera prononcée par contumace par le tribunal italien de Bologne, en 1993.

L’instrumentalisation politique

19Toutefois, le but déclaré des enquêteurs du Yard et des magistrats britanniques n’a jamais été de livrer le responsable (voire les responsables) à la justice – plutôt de précipiter la ratification d’une législation répressive spécifique pour le crime de piratage informatique. Dans la foulée de l’affaire de la disquette Sida, le projet de loi contre la « manipulation de documents informatiques » du député tory Michael Colvin est adopté le 29 août 1990, sous le nom « Computer Misuse Act ». Peu importe si la réalité des faits a été « agrémentée à la sauce hacker » pour faire passer dans la presse l’affaire d’un virus qui n’est pas un virus, l’histoire d’un fou solitaire qui est peut-être accompagné d’un nombre non précisé de complices, et pour évoquer des dégâts chiffrés en millions qui se réduisent finalement à quelques centaines de livres.

20D’ailleurs, ce n’est pas pour ses conséquences sur le plan juridico-légal que l’affaire de la disquette Sida reste importante après un quart de siècle. Son intérêt tient à sa signification culturelle dans le cadre du débat sur le corps et les nouvelles technologies à la fin des années 1980.

  • 11 Les administrateurs du système du Memorial Sloan-Kettering Cancer Center de New York City détectère (...)

21Pour ce qui est d’abord des significations imposées par les médias, la disquette Sida, en tant que récit de virus informatique, est initialement présentée comme une énième allégorie de l’assaut mené par les acteurs de la subversion informatique contre les institutions biomédicales. Dans les années 1980, les hackers aiment attaquer les hôpitaux. C’est du moins ce que soutient la presse généraliste, décidément sous influence de l’industrie naissante des systèmes de sécurité informatique. Peu importe si, de toute la décennie, le seul cas confirmé de hacking visant un établissement médical a été l’« affaire des 414s », qui a conduit en 1983 à l’arrestation des membres d’un collectif de Milwaukee (dont le code téléphonique était 414) après qu’ils se furent infiltrés dans le réseau du centre de recherche sur le cancer Sloan-Kettering du Memorial Hospital de New York11. L’ombre menaçante de la disquette Sida fait prendre aux prouesses des farceurs informatiques une signification toute nouvelle. Bien que, dans ce cas et dans tous ceux qui suivront jusqu’à la fin de la décennie, le danger effectif pour le corps médical se révèle limité, l’activité informatique incontrôlée est désormais perçue comme un danger de santé publique. Les hackers ne sont pas seulement des saboteurs : ils jouent les apprentis sorciers avec des technologies qui peuvent déclencher une apocalypse sanitaire.

  • 12 « Popp, qui a déjà travaillé pour l’Organisation mondiale de la santé en Afrique [...] a longtemps (...)

22Ce qui explique pourquoi, dès le début de cette affaire, les médias entreprennent de déplacer cette singulière histoire de piratage informatique de la rubrique « technologie » à la rubrique « santé », en annonçant les ravages provoqués par le trojan dans les établissements sanitaires et dans les centres de recherche médicale. Après l’arrestation de Joseph Popp, c’est en insistant sur les qualifications médicales de ce dernier que le danger sanitaire est souligné. Immanquablement affublé de son titre de « docteur », il est mis en scène en tant qu’homme de sciences entièrement dévoué à ses « études sur le sida »12. Ses collaborations avec l’OMS et les fondations humanitaires africaines ne seraient qu’un écran de fumée. Le portrait que les médias en dressent n’est pas celui d’un simple escroc : « Dr Popp » rime avec savant fou, travaillant dans la solitude à son plan maléfique. On cherche à raconter l’histoire d’un médecin et d’un « virus mortel» (deadly virus), on augmente la tension narrative – en superposant dangers physiques et dangers technologiques, menaces sur le corps et menaces sur les machines à communiquer.

Informatique et subversion

  • 13 « Dans un communiqué publié par Kilroy, Popp a déclaré : “ La seule raison de ce projet était d’uti (...)

23Mais cette affaire n’est pas une histoire comme les autres. La narration médiatique glisse, comme un virus elle mute. Une première variation sur le thème du savant fou est introduite quand Popp commence à être décrit dans les chroniques comme un thérapeute hétérodoxe, un hérétique qui cherche à guérir à l’aide des ordinateurs. Une dépêche de l’agence Associated Press du 2 février 1990 le définit comme « un conseiller médico-informatique » (a medical computer consultant) (AP 1990a). Plutôt qu’un médecin soignant, il serait un praticien qui fait de la prévention (AIDS education), ou alors le spécialiste d’une nouvelle forme de « guérison par le biais de l’information » (Pane 1990). Peu à peu, la presse se rend compte que le point de force du personnage de Popp ne réside pas dans sa qualification rassurante de médecin, mais dans ses compétences obscures d’informaticien. Subséquemment les quotidiens reviennent sur leurs pas pour affirmer que « l’affaire n’a rien à voir avec la médecine, et tout à voir avec les ordinateurs» (McDougall 1991). Tandis que le savant fou se change en informaticien subversif, il perd son titre de docteur et est considéré comme un expert en ordinateurs en révolte contre l’establishment biomédical et l’OMS. Sa « frustration » à l’égard de la recherche scientifique sur le syndrome d’immunodéficience aurait sublimé sa « fascination » pour le sujet dans un complot diabolique (Connor 1991). Pour la première fois, les médias semblent saisir dans l’histoire de Popp les profondes implications pour la culture du numérique. Ce qu’on peut lire désormais en filigrane dans les pages de la presse est que tout dommage que Popp aurait pu infliger au monde de la recherche médicale, n’aurait eu pour but que d’encourager un modèle alternatif de recherche dans le domaine de la santé publique. L’anthropologue lui-même, par le biais de son avocat américain, se pose alors en adversaire de l’OMS et de la recherche officielle en déclarant que son intention est de lever des fonds pour la recherche indépendante et les associations luttant contre le sida13. S’abandonnant à ses penchants paranoïaques, il aime se faire passer pour un réfractaire âprement en désaccord avec les dirigeants de l’agence des Nations unies, pris au piège d’une intrigue internationale digne d’un film d’Alfred Hitchcock, montée contre lui pour l’empêcher de mener à bien ses recherches :

Le Dr Popp assura [au psychiatre nommé par la cour, Dr Kathryn Burns] qu’il ne croyait plus qu’il était espionné par les services secrets internationaux, mais il était encore convaincu de l’existence d’un complot impliquant les gouvernements de pays du tiers monde, l’Organisation mondiale de la santé et des membres du cartel sud-américain de la drogue, visant à empêcher la diffusion de la recherche sur le sida. Il expliqua que les gouvernements du tiers monde n’éduquaient pas leurs populations à propos du sida parce que cela était une méthode efficace pour tenir sous contrôle la croissance de la population. L’Organisation mondiale de la santé refusait d’assumer une position sur le sida par crainte d’avoir provoqué la maladie en Afrique avec des vaccins contre la petite vérole infectés. Et que le cartel de la drogue ne voulait pas que ses consommateurs sachent que l’usage de drogues par voie intraveineuse exposait à un risque car cela aurait nui aux affaires. (Evans 1993.)

  • 14 Irven DeVore, l’un des partisans de la théorie de la sélection de parentèle connue sous le nom « so (...)

24Au-delà de ces allégations – d’autant plus fâcheuses qu’elles ne sont pas vérifiables –, l’évocation de la « diffusion de la recherche médicale sur le sida » peut être regardée comme la clé pour comprendre le mobile du plan de Popp. Justement, la disquette se veut un outil de propagation de l’information basée sur les micro-ordinateurs personnels. La constatation à laquelle les enquêteurs et les magistrats ne savent pas se tenir concerne précisément les circonstances et les sujets visés par cette dissémination. Popp ne peut pas être défini comme un hacker ou comme un médiactiviste. Son extranéité aux tendances politiques de la communauté des pirates informatiques est évidente. La modalité de diffusion de la disquette Sida (l’envoi par courrier) ne correspond pas non plus à une démarche d’informaticien antagoniste. Même si le nom donné à sa société PC Cyborg Corporation pourrait être un clin d’œil au célèbre « Cyborg manifesto » de Donna J. Haraway (1985a), publié quelques années auparavant dans l’obscure Socialist Review, il serait hors de question d’attribuer à l’américanissime Popp des sympathies marxistes. Lui et Haraway se trouvent évidemment dans deux camps adverses, leur seul point de contact, pour ainsi dire, étant Irven DeVore, mentor de l’anthropologue et cible polémique de la féministe américaine14. Si le fait d’avoir appelé « PC Cyborg Corporation » sa société panamienne doit être interprété comme un clin d’œil, il s’agit certainement d’une allusion sarcastique aux théories contenues dans le manifeste d’Haraway.

Le stéthoscope et la souris

  • 15 Pour un approfondissement de la relation entre médecins et patients depuis les années 1980, axée au (...)

25À ce stade, il est intéressant de signaler que toute l’affaire de la disquette Sida s’inscrit dans une ambiance culturelle caractérisée par des controverses scientifiques et par des conflits sociaux visant à éroder le monopole de la normation biomédicale sur le corps. Dans les années 1980, la dialectique entre le stéthoscope et la souris – entre la médecine institutionnelle et la culture du numérique – est encore alimentée par la méfiance et l’incompréhension réciproque des médecins et des patients-usagers des technologies de l’information et de la communication15. L’histoire de Popp, malgré ses rebondissements grotesques, se situe dans le droit fil de la critique de la modernité médicale par des communautés et des réseaux de militants pour les droits des malades du sida, qui se manifestent sur la scène publique dans les mêmes années.

  • 16 Pour une définition de la notion de complexe médico-industriel, voir Attac (2003).

26S’il est vrai que le cas de Popp « n’a rien à voir avec la médecine et tout à voir avec les ordinateurs», il faut ajouter que les ordinateurs ont, en cette fin de décennie, de plus en plus à voir avec la médecine, dans la mesure où ils se retrouvent au centre d’une prise de conscience civile des enjeux de la corporéité face aux risques de santé publique. Dans le scénario médiatique qui s’élabore après la découverte de la disquette, Popp se retrouve, malgré lui, à jouer le rôle du promoteur d’une guerre épistémique opposant les instances du complexe médico-industriel16 (qui cherchent à soigner le corps via des thérapies médicales et pharmacologiques) à un mouvement naissant de passionnés d’ordinateurs qui pensent pouvoir soigner par le biais d’un logiciel. À ce sujet, le texte même du logiciel contenu dans la disquette Sida est par trop explicite :

  • 17 Les italiques sont dans le texte d’origine.

Sincèrement, nous nous demandons pourquoi il n’y a pas plus de logiciels pour l’éducation à la santé comme celui-ci. Les ordinateurs peuvent être des armes redoutables dans le combat de l’humanité contre la maladie. [...] Les ordinateurs peuvent accomplir des choses vraiment extraordinaires. Tout est question de bonne programmation. Le sida étant une si grande menace pour la vie humaine, nous avons fait de notre mieux pour rendre ce logiciel accessible et efficace17. (s. n. 1989.)

27Popp – ou du moins l’anonyme rédacteur du texte – met incontestablement le doigt sur la plaie. « Pourquoi n’y a-t-il pas plus de logiciels pour l’éducation à la santé comme celui-ci ? » C’est qu’en 1989, au moment où l’affaire de la disquette Sida éclate, la méfiance de la profession médicale à l’égard des nouvelles technologies informatiques bat encore son plein. En juillet de la même année, le lancement du réseau télématique canadien MediLink est salué par la presse comme un échec annoncé : « La plupart des docteurs sont des analphabètes en informatique [...]. Plus de 70 % des médecins généralistes n’ont pas d’ordinateurs dans leur cabinet » (Carlisle 1989). En Europe, les fiches informatisées ne sont utilisées que par un médecin sur sept. Les praticiens anglais poussent leur opposition à l’informatisation jusqu’à refuser l’offre promotionnelle d’ordinateurs gratuits (Berman 1987). L’enthousiasme de la profession médicale pour la « santé électronique » (e-health) est long à venir (Rippen & Risk 2000).

Entre activisme anti-sida et informatique autonome

  • 18 La locution a été créée à la fin des années 1980 par le collectif d’artistes Critical Art Ensemble (...)

28Mais Joseph L. Popp n’est pas le seul à penser que les politiques de santé publique, l’activité clinique et la recherche biomédicale peuvent tirer profit des usages informatiques. Les premières années de la lutte contre le sida sont aussi les années de la création de réseaux et de collectifs militants pour la prévention et la prise en charge thérapeutique via les ordinateurs. Les ressorts de la micro-informatique et de la télématique désormais florissantes servent à consolider les liens entre particuliers, patients, praticiens plus ou moins hétérodoxes, qui échangent des renseignements et organisent des actions publiques. Un important mouvement social de contestation de la médecine institutionnelle, au sein duquel est attestée l’utilisation massive de micro-ordinateurs, se met en place et prend rapidement une dimension transnationale. Grâce à la télématique, au cœur de ces « réseaux de désobéissance civile électronique »18, un ensemble de revendications et de conflits politiques jusque-là dispersés peut se composer dans une ébauche d’action unitaire.

29Dans ces initiatives antagonistes, la légalité n’est pas toujours d’application stricte. Les milieux de passionnés d’ordinateurs soutiennent la création d’associations clandestines d’acheteurs (underground buyers’ clubs) se procurant des médicaments hors marché (Schwartz 1993). Ils divulguent des informations médicales en dépit des lois sur la protection de la propriété intellectuelle. Derrière des initiatives fondatrices, se cachent des pionniers des communautés télématiques. John S. James, le créateur du bulletin d’information AIDS treatment news de San Francisco, a été l’animateur de la première communauté électronique virtuelle, CommuniTree (Stone 1991). Autre exemple illustre, le directeur du centre de documentation électronique Critical Path, Kiyoshi Kuromiya, est une personnalité historique du milieu des activistes électroniques de Philadelphie. Dans un échange de courriers électroniques, John S. James décrit ce demi-monde de hackers bénévoles en esquissant le portrait de son compagnon de route :

  • 19 Littéralement « système de bulletins électroniques », un bulletin board system (BBS) est un réseau (...)

Kiyoshi [...] se promenait avec un ordinateur dans une petite mallette et il l’ouvrait pendant les assemblées, et il faisait des trucs où il montrait des données aux gens et tout ça. [Il] convainquit de nombreuses personnes d’utiliser des ordinateurs au tout début, et il fut un activiste de la lutte contre le sida, tout comme un activiste pour de nombreuses autres causes. [...] Beaucoup d’histoires circulent sur son compte. L’une avait affaire avec le sida – et il y était impliqué –, c’était qu’il y avait une publication mensuelle pour médecins appelée AIDS clinical care réalisée par le New England Journal of medicine. Kiyoshi avait pris les numéros de cette revue et avait mis les articles en ligne dans sa BBS19. La revue protesta et il fut obligé de les retirer. À la place, il laissa un message qui disait : « Des informations qui auraient pu sauver des vies ont été supprimées à cause de l’insistance du corps médical. » (Entretien de l’auteur avec John S. James, Philadelphie, États-Unis, 23 avril 2005.)

  • 20 Il ne s’agit que d’un educated guess basé sur le fait que dans les années 1980 Popp se rendait asse (...)

30De manière plus ou moins légale, une profusion de forums et de bases de données en ligne s’offre aux malades du sida et à leurs proches. Plusieurs messageries électroniques – telles AIDS Info, Newsbase Computer ou le Gay and Lesbian Electronic Access Network– mettent à disposition de leur public des articles sur la prévention et les nouveaux traitements. Le congrès de l’OMS de Stockholm de 1988 – le même qui avait fourni une bonne partie des adresses de la liste de diffusion pour l’envoi des enveloppes contenant la disquette Sida – est suivi sur ordinateur par des usagers disséminés partout dans le monde (James 1988). Sur le modèle du Saint Silicon Hospital – service télématique de consultation médicale libre pour patients et praticiens créé en 1984 à Cleveland, ville natale de Joseph L. Popp, lequel a été très probablement en contact avec celui-ci20 –, en Europe et au Japon naissent des services bénévoles de médecine par le biais de réseaux de modems (Grundner & Garrett 1986 ; Ikegami 1997).

  • 21 Pour une restitution de la controverse sur les essais cliniques de la FDA, ainsi que de l’usage de (...)

31Surtout, les réseaux de désobéissance civile électronique excellent dans la coordination politique des groupes de défense des malades. Dans la controverse sur les essais cliniques de la Food and Drug Administration (FDA, la haute autorité américaine autorisant la mise sur le marché de nouveaux médicaments), ils dirigent une importante campagne pour la déréglementation des essais cliniques des nouveaux traitements contre le sida. Entamée en 1987, celle-ci aboutit à l’assouplissement des protocoles en double aveugle qui avaient, jusque-là, constitué une procédure standard pour la recherche médicale internationale21. Grâce à la micro-informatique des années 1980, partout les malades du sida prennent la parole et interpellent directement les responsables de la santé publique. La culture du numérique aide à promouvoir des pratiques thérapeutiques alternatives et des savoirs critiques envers la biomédecine contemporaine. La philosophie qui anime les réseaux communautaires de désobéissance est celle du « malade agissant » qui se sert des réseaux télématiques comme de ses maîtres-outils. Une nouvelle subjectivité politique ambitionne de questionner le pouvoir clinique et ses modalités de pensée hiérarchisées, afin de se réapproprier le corps dans un but de participation directe à la vie sociale.

32En arrière-plan de l’action des réseaux d’activistes pour les droits des séropositifs, on aperçoit un désir de « porter la contestation » au sein même de la vision médicale du corps. Les collectifs de micro-informaticiens ont pour but de distribuer le pouvoir de soin et d’entretien du corps en multipliant le nombre des sujets légitimés à se prononcer sur les modalités de sa prise en charge.

Un « cybercriminel » dans l’air du temps

33Une fois qu’on l’a positionnée plus précisément par rapport aux usages et aux mouvements sociaux de son époque, l’action de Popp commence à prendre une signification fort différente. La disquette Sida devient, dans cette perspective, une tentative (certes illégale, mais sans doute pas criminelle) d’injecter une visée politique dans les usages informatiques autonomes. Non plus l’acte isolé d’un savant fou motivé par la convoitise et l’envie de destruction, mais un projet – peut-être surréellement lucide – de bâtir une action civile économiquement soutenable (d’où la « contribution » de 189 dollars imposée aux usagers), à l’intérieur de laquelle des particuliers et des associations, assistés par les ordinateurs, auraient pu accomplir un geste de prise de conscience et de changement social dans le domaine de la santé publique. La disquette de Popp ressemble plutôt à une grande opération de sensibilisation publique.

34Popp est peut-être un aventurier et un mégalomane, mais il faut aussi situer son action par rapport aux programmes de sensibilisation internationale de l’époque. Cette histoire peut dès lors s’inscrire dans le cadre plus vaste des équilibres économiques et politiques réglant les orientations internationales de la recherche dans le domaine médical. Dans les mêmes années, face aux retards de la recherche sur les vaccins anti-VIH ou des traitements contre le syndrome, les dispositifs internationaux de promotion de la communication et de la coopération sur le sida (tel le sommet des ministres de la Santé tenu à Londres en janvier 1988) insistent amplement sur la nécessité d’une information adressée au grand public. Dès janvier 1987, dans le cadre de la campagne gouvernementale anglaise « Don’t die of ignorance », et de son équivalent français « Le sida ne passera pas par moi », des millions de prospectus informatifs sont envoyés à des particuliers. Cela peut vraisemblablement avoir inspiré Popp, lequel commence à cette date– selon la reconstruction des enquêteurs – à ourdir son plan.

35Après son arrestation, Popp ne cesse de soutenir que son plan « incommode » va à l’encontre des lignes directrices établies par l’OMS. Il déclare être victime d’un coup monté par les dirigeants de l’institution, de plus en plus asservie aux intérêts des grandes industries pharmaceutiques. Assurément il s’agit d’un délire paranoïaque, mais, comme souvent, il recèle un fond de vérité. Début 1988, l’OMS a changé de direction : le Japonais Hiroshi Nakajima, ex-directeur de recherches chez Hoffmann-La Roche et candidat des lobbies pharmaceutiques, l’a emporté sur le candidat proposé par Halfdan Mahler, le directeur général sortant. Du jour au lendemain, l’OMS abandonne son ambitieux programme en faveur de la réduction du nombre de médicaments utilisés dans le traitement de pathologies dans les pays du tiers monde (Essential Drug Program). La première action de la nouvelle direction est de relancer le Special Program on AIDS (SPA), désormais rebaptisé Global Program on AIDS (GPA). Parmi ses priorités les plus pressantes figure une évaluation épidémiologique initiale dans les pays affiliés au programme, suivie de la mise en place de mesures publiques aptes à limiter la transmission sexuelle, sanguine et périnatale. Le logiciel Epimodel (sur lequel – rappelons-le – le questionnaire contenu dans la disquette Sida a très probablement été calqué) est mis en place à cet instant (OMS 1987).

36Dans ce contexte, l’affaire de la disquette Sida – si vraiment elle est de la responsabilité d’un seul homme – prend l’allure d’un geste très en ligne avec la philosophie hacker : le détournement de la part d’un « lanceur d’alertes » (whistleblower) d’un outil technologique (Epimodel) conçu dans le cadre d’un programme voulu et appuyé par les multinationales pharmaceutiques. Le fait de répandre auprès d’un public tout-venant un outil d’autoévaluation et de prévention aurait pu être un coup porté à la logique funeste consistant à proposer une solution chimique pour tout risque médical. À en croire Popp, les bénéfices de l’opération auraient pu servir à stimuler la recherche indépendante et les groupes de support. Vingt-cinq ans plus tard, après trois extraditions, deux non-lieux en justice et une condamnation par contumace, il ne nous est pas donné de savoir si l’opération « disquette Sida » aurait authentiquement pu avoir des retombées sur le monde de la recherche médicale.

Post-scriptum

  • 22 La base de données bibliographiques WorldCat ne s’y trompe pas, puisqu’elle donne pour lieu d’éditi (...)

37En 1991, suite au classement de l’affaire de la disquette Sida par la justice étasunienne, Joseph L. Popp s’installe auprès de sa sœur dans la petite ville de Lake Jackson, au Texas. Là, il coule une existence tranquille et effacée, jusqu’en 2000, année de la parution de son traité Popular Evolution. Life Lessons from anthropology. Le livre, fort probablement publié à compte auteur, a été officiellement imprimé par Man and Nature Press, dont le siège serait à Cambridge (Massachusetts)22. C’est non loin de là, à Oneonta, dans l’État de New York, que Popp refait surface peu après. Par le biais du journal local, The Daily Star, j’obtiens en mai 2005 l’adresse e-mail de l’anthropologue, et sollicite un entretien. Après un bref échange de courriers électroniques, par lequel je lui communique la teneur de mes questions et l’utilisation espérée des informations collectées, l’entretien est annulé. Plus ou moins à la même période, Popp se consacre à la construction d’un « musée des papillons », le Joseph L. Popp Butterfly Conservatory. Il n’assistera jamais à son inauguration : le 27 juin 2006, il meurt dans un accident de la route. Il avait 55 ans.

Haut de page

Bibliographie

Ap, 1988 (3 novembre)

[communiqué] « Computer viruses are high-tech counterparts of biological viruses », New York, Associated Press.

Ap, 1990a (2 février)

[communiqué] « Man held on “AIDS” disc charge », New York, Associated Press.

Ap, 1990b (4 février)

[communiqué] « Man accused of computer extortion says he was set up », New York, Associated Press.

Attac [Salomon Jean-Pierre], 2003

Le Complexe médico-industriel, Paris, Éditions Mille et une nuits, coll. « Les petits libres ».

Berman Caroline, 1987 (6 août)

« Doctoring the data », The Guardian.

Brasier Mary, 1990 (3 février)

« No bail in virus blackmail case », The Guardian.

Casilli Antonio A., 2009

« Le stéthoscope et la souris. Savoirs médicaux et imaginaires numériques du corps », Esprit, « Homo numericus », n° 353, p. 175-188.

Casilli Antonio A., 2010

« A history of virulence. The body and computer culture in the 1980s », Body and Society, vol. 16, n° 4, p. 1-31.

Carlisle Tamsin, 1989 (28 juillet) « Diagnosing data-processing disease », The Financial Post.

Chin James & Stephen K. Lwanga, 1991

« Estimation and projection of Adult AIDS cases. A simple epidemiological model », Bulletin of the World Health Organization, vol. 69, n° 4, p. 399-406. Disponible en ligne, http://www. ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2393240/ [lien valide en novembre 2014].

Cohen Frederick B., 1987 [1986]

« Computer viruses. Theory and experiments », Computers and Security, vol. 6, n° 1, p. 22-35. Disponible en ligne, http://web.eecs.umich. edu/~aprakash/eecs588/handouts/cohen- viruses.html [lien valide en octobre 2014].

Connor Steve, 1991 (1er décembre)

« Doctor Popp and the Trojan horse », The Independent.

Critical Art Ensemble, 1996

Electronic civil disobedience and other unpopular ideas, Brooklyn, Autonomedia/Critical Art Ensemble, coll. « New autonomy series ».

Di Corinto Arturo & Tommaso Tozzi, 2002

Hacktivism. La libertà nelle maglie della rete, Rome, Manifestolibri, coll. « Indagini ».

Dyer-Witheford Nick, 1994

« Autonomist Marxism and the information society », Capital & Class, n° 52, p. 85-125. Disponible en ligne, http://www.cseweb.org.uk/pdfs/CC52/CC52 _05_Witherford.pdf [lien valide en novembre 2014].

Evans Christopher, 1993 (18 avril)

« Mind games. Aids, extortion and the computer crime of the century », The Plain Dealer.

Grundner Thomas W. & Robert E. Garrett, 1986

« Interactive medical telecomputing. An alternative approach to community health education », New England Journal of medicine, vol. 314, n° 15, p. 982-985.

Haraway Donna J., 1985a

« Manifesto for cyborgs. Science, technology and socialist feminism in the 1980s », Socialist Review, n° 80, p. 65-108.

Haraway Donna J., 1985b

« Primatology is politics by other means. A woman’s place in the jungle », in Peter D. Asquith & Philip Kitcher (dir.), Proceedings of the 1984 Biennial Meeting of the Philosophy of Science Association, vol. 2, Symposia and invited papers, East Lansing, Philosophy of Science Association, p. 77-118.

Haraway Donna J., 1988


« Remodeling the human way of life : Sherwood Washburn and physical anthropology », in George W. Stocking Jr (dir.), Bones, bodies, behavior. Essays in biological anthropology, Madison, University of Wisconsin Press, coll. « History of anthropology », p. 206-259.

Ikegami Chizuko, 1997


« HIV prevention and community-based organizations in Japan », Journal of acquired immune deficiency syndromes & human retrovirology, vol. 14, suppl. 2, p. S51-S57. Disponible en ligne, http://journals.lww.com/jaids/Fulltext/1997/00002/HIV_Prevention_and_Community_Based_Organizations.10. aspx# [lien valide en novembre 2014].

James John S., 1988 (20 mai)


« AIDS computer conference from stockholm », AIDS treatment news, vol. 57.

Large Peter, 1989 (14 décembre)


« Virus attack on city computers foiled », The Guardian.

Mcdougall Rosamund, 1991 (1er novembre)

« Technology. Attack of the killer viruses », The Banker.

Mungo Paul & Bryan Clough, 1992

Approaching zero. The extraordinary underworld of hackers, phreakers, virus writers, and keyboard criminals, New-York, Random House.

Murche John, 1989 (15 décembre)


« Rogue disks hit computers », The Advertiser.

OMS, 1987


« Rapport de la consultation sur les voyages internationaux et l’infection VIH, Genève, 2-3 mars 1987 », Genève, Organisation mondiale de la santé.

Pane Patricia J., 1990 (12 février)


« Man arrested in AIDS disk blackmail scheme », InfoWorld, vol. 12, n° 7.

Parikka Jussi, 2007


Digital Contagions. A media archaeology of computer viruses, New York, Peter Lang, coll. « Digital formations ».

Richman Sheldon, 1989 (20 décembre)

« Common sense helps in virus battle », The Washington Times.

Rippen Helga & Ahmad Risk, 2000


« The Washington code of e-Health ethics and other ethical codes », Journal of Medical Internet research, vol. 2, n° 2 [en ligne], www.jmir.org/2000/2/e9/
[lien valide en novembre 2014].

Rosenberg Ronald, 1988 (6 décembre)


« Wired and vulnerable », The Boston Globe.

Schwartz John, 1993 (26 mai)


« FDA issues warning about AIDS drugs from buyers clubs », The Washington Post.
Disponible en ligne, http://www.highbeam.com/ doc/1P2-948181.html
[lien valide en novembre 2014].

S. N. [Popp Joseph L. ?], 1989


« AIDS information introductory disk », Panamá City, PC Cyborg Corporation.

Stone Allucquére Rosanne [Sandy], 1991


« Will the real body please stand up ? Boundary stories about virtual cultures », in Michael Benedikt (dir.), Cyberspace. First steps, Cambridge (États-Unis), MIT Press, p. 81-118.

Treischler Paula A., 1991


« How to have theory in an epidemic.
The evolution of AIDS treatment activism », in Constance Penley & Andrew Ross (dir.), Technoculture, Minneapolis, University of Minnesota Press, coll. « Cultural politics », p. 57-106.

Van Loon Joost, 2002


Risk and Technological culture. Towards a sociology of virulence, New-York, Routledge, coll. « International library of sociology ».

Wilder Clinton, 1988 (21 novembre)

« Cashing in on virus anxieties », ComputerWorld.

Wilding Edward, 1992


« Popp goes the weasel », Virus Bulletin, vol. 4, n° 1, p. 2.

Haut de page

Notes

1 Ce texte a été initialement publié le 7 décembre 2009 sur le blog de recherche Bodyspacesociety. D’amples extraits de cette analyse ont déjà fait l’objet de publications dans les revues Body and Society (Casilli 2010) et Esprit (Casilli 2009).

2 L’expression « usage informatique autonome » désigne l’emploi libre d’outils informatiques et télématiques. Elle recouvre, pour les propos de ce texte, autant le hacking que les activités de production et de distribution de logiciels et de contenus open (libres) et free (gratuits). Elle est inspirée de la notion de « technologie autonome » (autonomous technology) introduite par Dyer-Witheford (1994) et Di Corinto & Tozzi (2002).

3 Le patronyme n’a pas été modifié, toutes les informations à son propos rapportées ici étant déjà du domaine public au moment de la rédaction de cet article.

4 Pour une analyse technique de la disquette, de son logiciel et de son cheval de Troie, voir l’article en ligne d’Alan Solomon, Barry Nielson & Simon Meldrum, « Information about the AIDS diskette trojan » : www.megasecurity.org/Trojaninfo/Aidstech.doc [lien valide en novembre 2014].

5 La recherche textuelle a été effectuée sur les archives du service de presse LexisNexis en se focalisant sur les principales publications internationales et en employant les mots-clés hacker, computer crime, hacking. Pour un approfondissement, voir aussi Casilli (2010).

6 « La direction devrait utiliser les professionnels de la sécurité comme ils utiliseraient un professionnel de la santé en cas de menace de maladie grave », estime l’expert en sécurité et en management Everett Johnson, interviewé par Clinton Wilder (1988).

7 Le premier article scientifique consacré aux virus informatiques contenant la définition classique que nous venons de proposer est celui de Frederick B. Cohen (1987).

8 Dans ce dernier cas, il s’agissait bel et bien d’intoxication : aucune adresse américaine n’avait été visée par les envois et le contrat de licence de la disquette interdisait formellement la distribution et l’utilisation du logiciel Sida sur le territoire des États-Unis (S. N. 1989 ; Mungo & Clough 1992).

9 « À ce que j’ai compris, la police avait effectivement envoyé de l’argent, envoyé un chèque à cette boîte postale au Panamá, et ils espéraient découvrir qui allait véritablement l’encaisser [...]. Malheureusement, au même moment, les Américains étaient en train de se payer une petite aventure au Panamá, ce qui a en quelque sorte jeté un pavé dans la mare... si bien qu’ils ne sont pas parvenus à le tracer de cette manière. » (Entretien avec Jim Bates.)

10 Signant l’aboutissement de deux ans de travaux conjoints d’anthropologues, de statisticiens, de biologistes et d’informaticiens, Epimodel fut présenté en 1989. Grâce à des simulations numériques permettant d’effectuer des projections sur les risques de développement du sida dans des macro-agrégats de population, il facilitait la mise en place de politiques locales de limitation du risque sanitaire (Chin & Lwanga 1991).

11 Les administrateurs du système du Memorial Sloan-Kettering Cancer Center de New York City détectèrent aussitôt une activité informatique non autorisée dans une zone du réseau ayant affaire avec les traitements radiothérapiques, mais réussirent à résoudre le problème en envoyant un message demandant aux hackers d’arrêter leurs « bouffonneries » – ce qu’ils firent immédiatement. Aucun dégât ne fut provoqué dans le système. En fait le programme et la machine hackés par les 414s n’avaient strictement rien à voir avec le traitement des patients.

12 « Popp, qui a déjà travaillé pour l’Organisation mondiale de la santé en Afrique [...] a longtemps étudié le virus du sida »(Brasier 1990).

13 « Dans un communiqué publié par Kilroy, Popp a déclaré : “ La seule raison de ce projet était d’utiliser des ordinateurs pour fournir une éducation en matière de santé pour les personnes à travers le monde, pour lutter contre l’épidémie mondiale de sida. Je n’ai jamais tiré un profit de cela, et je n’ai jamais voulu en tirer” » (AP 1990b). « Ses avocats aux États-Unis ont insisté sur le fait que Popp avait l’intention de faire don des “recettes” de son projet de recherche sur le sida– Popp était, paraît-il, fasciné par le virus » (Wilding 1992 :2).

14 Irven DeVore, l’un des partisans de la théorie de la sélection de parentèle connue sous le nom « sociobiology », avait été directeur de thèse de Joseph L. Popp. Il avait aussi été le porteur du projet Harvard Masai Mara Baboon Research au Kenya, dont Popp fut directeur de terrain jusqu’en 1981. Un an encore avant que l’affaire de la disquette Sida n’éclate, Haraway avait attaqué par écrit l’école de Sherwood Washburn, dont DeVore et Popp faisaient partie (Haraway 1988). Elle accusait les « sociobiologistes » de légitimer –à travers des notions telles que « mâle dominant » ou « compétition agressive » – les schémas patriarcaux et capitalistes. Si, comme le clame le titre d’un autre de ses articles, la « primatologie est la continuation de la politique par d’autres moyens » (Haraway 1985b), alors DeVore était de fait un sérieux adversaire politique d’Haraway.

15 Pour un approfondissement de la relation entre médecins et patients depuis les années 1980, axée autour des usages numériques, voir Casilli (2009).

16 Pour une définition de la notion de complexe médico-industriel, voir Attac (2003).

17 Les italiques sont dans le texte d’origine.

18 La locution a été créée à la fin des années 1980 par le collectif d’artistes Critical Art Ensemble à l’occasion d’un projet commun avec Act Up (Critical Art Ensemble 1996).

19 Littéralement « système de bulletins électroniques », un bulletin board system (BBS) est un réseau pré-Internet permettant d’échanger des messages, des fichiers et de stocker des données. Élaboré à partir de la fin des années 1970, le maillage mondial des BBS est devenu obsolète dans la première moitié des années 1990. (Note de la rédaction.)

20 Il ne s’agit que d’un educated guess basé sur le fait que dans les années 1980 Popp se rendait assez régulièrement à Cleveland où habitaient ses parents.

21 Pour une restitution de la controverse sur les essais cliniques de la FDA, ainsi que de l’usage de technologies électroniques dans des buts politiquement progressistes dans le cadre des revendications pour la mise en place d’un système d’« essais communautaires », voir Casilli (2009) et Treischler (1991).

22 La base de données bibliographiques WorldCat ne s’y trompe pas, puisqu’elle donne pour lieu d’édition de l’ouvrage la ville de Lake Jackson. Il est à noter que Joseph L. Popp fait encore paraître en 2004, sous couvert de la même maison d’(auto)édition, un livre intitulé Popp’s Concordance to Darwin’s “On the origin of species”. (Note de la rédaction.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Casilli Antonio A., 2015, « Virus », Terrain, n° 64, pp. 14-31.

Référence électronique

Antonio A. Casilli, « Dr Popp et la disquette Sida », Terrain [En ligne], 64 | mars 2015, mis en ligne le 13 mars 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://terrain.revues.org/15578 ; DOI : 10.4000/terrain.15578

Haut de page

Auteur

Antonio A. Casilli

Télécom ParisTech, i3 (institut interdisciplinaire de l’innovation) / EHESS, IIAC-CEM (Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, Centre Edgar-Morin)

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org