Navigation – Plan du site

Revue de presse du numéro 58

Texte intégral

1   

Le Monde, 20-21 mai 2012

2« Terrain, revue publiée par la Maison des sciences de l’homme et le ministère de la culture, présente un des meilleurs panoramas de la diversité de l’anthropologie contemporaine. Bien illustrée, accessible à la fois en version papier et en ligne dans une mise en page claire et agréable, c’est à la fois une revue savante et une publication culturelle, offrant à chaque numéro une réflexion générale sur un thème précis. La dernière livraison porte sur une question classique des sciences sociales : la coopération. Dans le cadre de la théorie darwinienne, qui fait de la concurrence entre les vivants le moteur de l’évolution, la coopération est une énigme qu’il faut expliquer. Pourquoi, au lieu de viser sa propre survie, l’individu contribue-t-il à l’activité d’un groupe ? […] »

L’Ecologiste, juillet-septembre 2012

3« La coopération ? Une réalité qui est un défi « à la théorie de l’évolution arc-boutée sur la notion de compétition entre les individus et la théorie économique de calculateurs égoïstes voués à la maximisation de leurs intérêts » commente Joël Candau dans l’introduction au riche dossier de la revue biannuelle Terrain. Cette réalité, on la retrouve notamment chez les peuples traditionnels. Dans un article de l’anthropologue Monique Jeudy-Ballini sur la coopération chez le peuple Sulka en Mélanésie, un peuple d’horticulteurs, elle montre que la reconnaissance sociale est liée au partage de nourriture. Le don de la nourriture ne procure de gratification que s’il porte sur des aliments provenant d’un travail coopératif dans les jardins et non d’activités exercées en solitaire […] Un article du philosophe québécois Benoît Dubreuil examine les conditions où la coopération peut fonctionner dans nos sociétés modernes. Si elle semble émerger naturellement des petits groupes sociaux, il est beaucoup plus difficile de la faire surgir dans des grandes organisations dont le problème est la perte de contact entre les individus. Dans l’anonymat des grands groupes, l’homme est moins sensible à la désapprobation des autres, des immenses richesses qui s’accumulent peuvent être détournées. Donc pour la coopération : small is beautiful ! »

Sciences humaines, mai 2012

4« […] On trouvera, à l’appui de ces réflexions, de belles et surprenantes illustrations de ce que signifie « coopérer » en Nouvelle-Guinée, dans les réseaux scientifiques, chez les Naxalites de l’Inde actuelle, chez les primates supérieurs, enfin entre hommes et scarabées. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Revue de presse du numéro 58 », Terrain [En ligne], 58 | mars 2012, mis en ligne le 01 novembre 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://terrain.revues.org/15018

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org