Navigation – Plan du site
Repères

Isac Chiva (1925-2012)

Christian Bromberger et Françoise Zonabend
p. 168-171

Texte intégral

  • 1 Ces mots sont de Christine Laurière dans sa présentation du fonds d’archives que Chiva a confié au (...)
  • 2 Alexandra Laignel-Lavastine, « Le pogrom de Iasi de juin 1941 : un témoignage » (entretien avec Isa (...)

1Avec Isac Chiva, décédé le 30 avril 2012, c’est « une personnalité majeure de la scène anthropologique française1 » qui disparaît. Ethnologue, spécialiste du monde rural européen, rien ne le prédestinait pourtant à occuper une telle place. « Chiva » (comme nous l’appelions et nous adressions familièrement à lui) avait en effet suivi un parcours peu ordinaire pour arriver là. Né le 7 septembre 1925 à Jassy en Roumanie dans une famille juive de la petite bourgeoisie commerçante, il est obligé, dès 1935, avec l’avènement au pouvoir des organisations nationalistes d’extrême droite, fascistes et antisémites, d’interrompre le cours normal de ses études. La situation de la communauté juive ne fait qu’empirer en raison de l’alliance, lors de la dernière guerre, de la Roumanie avec l’Allemagne et de l’entrée des troupes allemandes dans le pays. Les 28 et 30 juin 1941, Chiva, alors âgé de seize ans, vit l’horreur d’une des plus sauvages tueries de masse perpétrées au début de la Deuxième Guerre mondiale. Il survit par miracle, mais ce pogrom, ce massacre des juifs de sa ville natale dont il fut le témoin terrorisé et impuissant, le marque à vie avec une intensité telle qu’il ne pourra relater lui-même ses souvenirs par écrit. Ce n’est qu’au soir de sa vie qu’il confiera à Alexandra Laignel-Lavastine son histoire et son témoignage dans un entretien publié dans Les Temps modernes en 20032.

2À la fin de la guerre, il entreprend des études d’ingénieur à Bucarest, mais très vite, en 1947, il décide de fuir la Roumanie alors que la chape d’un autre régime totalitaire commence à s’abattre sur le pays. Au terme d’un périple risqué, il gagne Paris en 1948, il vit alors de « petits boulots » tout en décidant de suivre des études en sciences sociales. Il s’inscrit à la Sorbonne où il obtient une licence libre de sociologie. À l’époque – et ce sera encore longtemps le cas – il n’existe pas de cursus propre d’ethnologie. Toutefois, il intègre le Centre de formation à la recherche ethnologique qui vient d’être créé, où il a comme professeur Marcel Maget. Recruté au cnrs en 1951, il est affecté au Laboratoire d’ethnographie française – rattaché au musée national des Arts et Traditions populaires (mnatp) – que dirigeait Marcel Maget, qui devint son directeur au cnrs. Claude Lévi-Strauss le « parraine ». Il mène alors des recherches dans un village de Touraine, en Sologne (où il contribue à la création d’un musée à Romorantin) et en Corse.

  • 3 In Françoise Zonabend (dir.), Le Laboratoire d’anthropologie sociale. 50 ans d’histoire 1960-2010, (...)

3Les années 1959-1960 constituent un tournant dans sa vie professionnelle. La recherche aux atp lui semblait trop orientée vers le seul inventaire des objets ou des traits sociaux, aussi en 1959 écrit-il à Lucien Febvre, président de la 6e section de l’École pratique des hautes études (ephe), pour lui proposer de développer un axe de recherche orienté vers une ethnologie des archaïsmes. C’est Fernand Braudel qui lui répondra en lui demandant d’organiser un colloque sur l’assolement triennal en Europe, au terme duquel sera créée la revue Études rurales il prendra la direction éditoriale. Il quitte alors le cnrs et entre comme chef de travaux à l’ephe (qui deviendra l’École des hautes études en sciences sociales). En 1960, Claude Lévi-Strauss, qui lui avait d’ailleurs proposé dès 1955 de mener une enquête à Marcoule sur les répercussions sociales et matérielles de l’installation d’une centrale nucléaire, est nommé au Collège de France et lui demande d’être à ses côtés pour fonder le Laboratoire d’anthropologie sociale (las), dont l’organisation et la gestion occupent Chiva en tant que directeur adjoint, jusqu’en 1982, quand Lévi-Strauss prend sa retraite. Cette charge représente un volet capital de ses activités. Dans une lettre de janvier 2003, Claude Lévi-Strauss soulignait l’importance du rôle de Chiva dans la mise en œuvre du las : « Je ne me serais jamais lancé dans l’aventure du laboratoire, lui écrivait-il, si je ne vous avais su prêt à m’accompagner3. » Outre l’administration technique et scientifique du laboratoire, Chiva assurait, selon ses propres termes, la « médiation » entre les chercheurs et Claude Lévi-Strauss. Mais c’est aussi à partir du laboratoire que Chiva poursuivit ses propres travaux, dirigea la revue Études rurales et coordonna des recherches auxquelles il participait, telles les grandes recherches rurales sur la France que furent le Châtillonnais ou les Baronnies des Pyrénées.

4Cependant, la principale direction de sa vie professionnelle est consacrée au « ruralisme ». Élu directeur d’études à l’ehess en 1970, il intitule sa chaire « Ethnologie des sociétés paysannes » et son séminaire devient rapidement un haut lieu de formation de jeunes ethnologues ruralistes. Mais son activité de « ruraliste » ne se cantonne pas à l’enseignement et à la recherche (dans ce dernier domaine, il a quelques thèmes de prédilection : l’organisation familiale et les systèmes d’héritage, les marchés, l’architecture rurale, le parcellaire, le paysage…), il contribue à organiser institutionnellement ce secteur, créant en 1973 l’Association des ruralistes français ; plus tard, il propose, dans un rapport qui lui avait été demandé par le ministre de la Culture, une série de mesures pour la protection du patrimoine rural. Cet intérêt pour les sociétés rurales françaises et, plus généralement, pour une « ethnologie du proche » amène Chiva à siéger dans le groupe de travail qui préfigure la Mission et le Conseil du patrimoine ethnologique, créés en 1980 au ministère de la Culture. Dans ce cadre, Chiva, en tant que membre puis président du Conseil du patrimoine de 1984 à 1989, définira, inspirera une politique d’ethnologie de la France.

5Avec Chiva, ces années 1980 constituèrent un des âges d’or de l’ethnologie de la France, pendant lequel il fut le chef d’orchestre, l’animateur des débats. Des programmes de recherche furent lancés, qui permirent à une génération de jeunes ethnologues de se faire la main, une revue (Terrain !) fut créée, des colloques furent organisés. Parmi ceux-ci, une mention particulière doit être faite des colloques franco-allemands (plus exactement franco-germanophones) auxquels Chiva prit une part déterminante. Il s’agissait de construire, ou plutôt de déconstruire et de reconstruire une ethnologie européenne, mais aussi de s’interroger sur l’histoire, pas toujours glorieuse, de nos disciplines. Chez Chiva, les projets de développement de l’ethnologie de la France et de l’Europe s’accompagnaient en effet toujours d’un retour réflexif et critique sur le passé de ces spécialisations si sensibles à l’air du temps

6Mais, pour tenir le rôle important qui fut le sien, il ne suffisait pas d’être un bon organisateur, un enseignant consciencieux et un chercheur aguerri. Il fallait savoir écouter, lire avec attention et sympathie, accueillir les plus jeunes, se montrer disponible même à l’inconnu et au sans-grade, s’intéresser aux autres, en puisant chez eux ce qu’il y a de meilleur, savoir aussi s’ouvrir aux autres disciplines (la sociologie, l’histoire, la géographie, l’agronomie, le droit), aux autres institutions aux coutumes si différentes.

7L’hospitalité et la convivialité étaient les marques de cette générosité, de cette ouverture d’esprit, de ce goût pour le débat. Pour tenir le rôle qui fut le sien, il fallait une personnalité chaleureuse, une sensibilité aux aspects les plus divers de la vie qui permettait les échanges intellectuels et le partage des émotions. Chiva était amateur de saveurs – il cuisinait lui-même fort bien –, de paysages, de belles maisons rurales, mais aussi de littérature (il admirait, entre autres, les poèmes de son ami Paul Celan), de peinture, y compris d’œuvres d’avant-garde.

  • 4 Isac Chiva, « L’affaire Eugénie Goldstern. L’histoire d’une non-histoire », Revue des sciences soci (...)

8La trajectoire de Chiva fut extraordinaire et exemplaire. Juif roumain, ayant fui son pays d’origine dans les circonstances que l’on a évoquées, Chiva est devenu un des meilleurs connaisseurs de l’ethnologie de la France, de ses coutumes, de ses paysages, de ses usages. Peu de régions, peu de thèmes ont échappé à sa curiosité. Il fut, au terme de ce cheminement, président du Conseil du patrimoine ethnologique, grand prix du Patrimoine (en 1994). Cet itinéraire illustre ce que peut être, ce que doit être une nation ouverte, une idée qu’il défendait et incarnait. Il nous montre qu’Ernest Renan avait raison contre Friedrich Schlegel. Au moment où certains prônent le repli, l’exclusion, la vie et l’oeuvre de Chiva témoignent de manière éloquente de la pertinence d’une conception républicaine de la nation. On comprend, au regard de ce parcours, qu’une figure majeure de l’ethnologie de l’Europe, Eugénie Goldstern, ait spécialement intéressé Chiva au soir de sa vie. Née à Odessa, formée à Vienne, Eugénie Goldstern mena une remarquable recherche doctorale à Bessans, en Haute-Maurienne ; ce n’est qu’après avoir « err[é] d’un enseignement à l’autre, entre l’Autriche et la Suisse et, après maintes difficultés administratives et des ennuis de santé, [qu’]elle soutiendra sa thèse à l’université de Fribourg en 19224 ». Eugénie Goldstern, auteure d’une œuvre considérable sur l’arc alpin, sera exterminée à Sobibor en 1942. Chiva ne retrouvait-il pas dans ce destin tragique des échos des horreurs auxquelles il avait échappé ?

9Par ses talents d’organisateur, de formateur, d’éditeur, par ses intuitions et ses orientations scientifiques, par ses qualités d’animateur du débat intellectuel, Isac Chiva aura fortement marqué de son empreinte la scène anthropologique de la seconde moitié du xxe siècle. Qu’il soit remercié de tout ce qu’il nous a apporté et appris.

Haut de page

Bibliographie

Quelques publications d’Isac Chiva

1958

Les Communautés rurales. Problèmes, méthodes, exemples de la recherche, Paris, Unesco, coll. « R apports et documents de sciences sociales ».

1963

« Social organization, traditional economy and customary law in Corsica », in Pitt-Rivers (dir.), Mediterranean Countrymen. Essays in the social anthropology of the Mediterranean, Paris/La Haye, Mouton, coll. « Maison des sciences de l’homme. Recherches méditerranéennes », série « Études », pp. 97-112.

1970

« Imagination collective et inconnu », in Maranda & Jean Pouillon (dir.), Échanges et Communications. Mélanges offerts à Claude Lévi-Strauss à l’occasion de son soixantième anniversaire, Paris/La Haye, Mouton, coll. « Studies in general anthropology », pp. 162-168.

dir. avec joseph Goy, 1981-1985

Les Baronnies des Pyrénées. Anthropologie et histoire, permanences et changements, Paris, Éditions de l’ehess, 2 vol.

dir. avec utz Jeggle, 1987

Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme/ministère de la Culture et de la Communication, coll. « Collection d’ethnologie de la France ».

1990

« Le patrimoine ethnologique : l’exemple de la France », Encyclopaedia Universalis, vol. 24, « Symposium », pp. 229-241.

1992

« Les monographies de village et le développement », in De village en village. Espaces communautaires et développement, Paris/Genève, puf/iued, coll. « Cahiers de l’Institut universitaire d’études du développement », pp. 15-46.

dir. avec klaus Beitl & christian Bromberger, 1997

Mots et choses de l’ethnographie de la France. Regards allemands et autrichiens sur la France rurale dans les années 30, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Haut de page

Notes

1 Ces mots sont de Christine Laurière dans sa présentation du fonds d’archives que Chiva a confié au Laboratoire d’anthropologie sociale

(las, Fonds Isac Chiva, fic ).

2 Alexandra Laignel-Lavastine, « Le pogrom de Iasi de juin 1941 : un témoignage » (entretien avec Isac Chiva), Les Temps modernes, n° 623, avril 2003, pp. 7-20. Chiva donne une version orale de ce témoignage dans un film réalisé à l’initiative de la Mission du patrimoine ethnologique, Isac Chiva. L’ethnologie en héritage (production La Huit, 2006).

3 In Françoise Zonabend (dir.), Le Laboratoire d’anthropologie sociale. 50 ans d’histoire 1960-2010, Paris, Collège de France, 2010, p. 3.

4 Isac Chiva, « L’affaire Eugénie Goldstern. L’histoire d’une non-histoire », Revue des sciences sociales, n° 31, 2003, p. 154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bromberger C.,2012, « Isac Chiva) », Terrain, n 59, pp.168-171.

Référence électronique

Christian Bromberger et Françoise Zonabend, « Isac Chiva (1925-2012) », Terrain [En ligne], 59 | septembre 2012, mis en ligne le 28 septembre 2012, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://terrain.revues.org/15017 ; DOI : 10.4000/terrain.15017

Haut de page

Auteurs

Christian Bromberger

Aix-Marseille université, Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Françoise Zonabend

École des hautes études en sciences sociales, laboratoire d’anthropologie sociale, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Les éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo Ministère de la Culture
  • Revues.org