Navigation – Plan du site
L'objet livre

Le synthétique sacré

Réflexions sur les aspects matériels des textes juifs orthodoxes
Jeremy Stolow
p. 120-137

Résumés

ArtScroll, une maison d’édition juive orthodoxe de premier plan située à New York, est un cas d’école pour étudier la dimension matérielle des pratiques éditoriales concernant les textes religieux. Cet essai explore l’« agentivité matérielle» des publications phares d’ArtScroll que sont les livres de prières, les bibles et les livres de cuisine, en montrant de quelle manière ces artéfacts jouent un rôle actif dans les différents cercles de la vie sociale juive, de la prière publique à l’exposition domestique du travail dans la cuisine. En s’intéressant au rôle des couvertures de livres, des matériaux de reliure et des icônes graphiques dans la constitution de l’agentivité matérielle d’ArtScroll, cet essai explore la façon dont ces éléments contribuent à définir des schémas de performance rituelle et de styles de vie des utilisateurs, ainsi que leur rôle dans les affrontements portant sur l’identité institutionnelle et les enjeux politiques liés à la question de l’authenticité juive. En examinant la réalité de la répartition des actions entre personnes et livres, l’analyse proposée nuance l’image stéréotypée des juifs comme « peuple du Livre » et remet en cause les affirmations péremptoires sur le textocentrisme juif.

Haut de page

Texte intégral

1Les juifs sont souvent considérés comme le « peuple du Livre » par excellence, en raison de la primauté qu’ils accordent à l’écriture, à la lecture et à l’interprétation des textes. Cette intimité avec les textes est le fondement d’un lien horizontal, mais également de relations verticales entre laïcs et autorités religieuses, et entre le peuple et Dieu. Les textes que sont la Torah – le recueil fondateur de l’alliance de Dieu avec le peuple juif –, les œuvres liturgiques, les codes de la loi, les commentaires philosophiques et éthiques, les récits historiques, et bien d’autres écrits, ont joué un rôle important dans l’histoire juive. On les regarde notamment comme les fondements de l’ordre politique et de l’autorité religieuse ; ils dictent les conduites quotidiennes publiques et privées, de l’école au lieu de culte, du lieu de travail à la maison. Pour toutes ces raisons, les juifs forment une « communauté textocentrique » (Halbertal 1997).

2Précisons que le textocentrisme juif a toujours connu des déclinaisons particulières, en lien avec la période historique, la localisation géographique, les contextes institutionnels et culturels, mais aussi avec les différences de genre, d’âge, le degré d’alphabétisation, le type d’éducation, le niveau de vie de tous ceux qui participent à la vie des textes, qu’ils soient auteurs ou lecteurs, autorités religieuses ou fidèles, ou qu’ils aient d’autres usages encore des textes selon leur environnement social propre.

3Le textocentrisme juif a connu de nombreuses variantes au cours du temps. Aujourd’hui encore, des courants sociaux concurrents s’arrogent la légitimité de le définir. Parallèlement, des juifs – animés d’intérêt divers, de capacités et de disponibilités différentes – ont expérimenté, reproduit et même fait advenir le textocentrisme à leur manière, parfois difficile à remarquer parmi les débats houleux entre virtuoses du texte.

4Ajoutons que le textocentrisme implique toujours davantage que la production et l’interprétation du contenu textuel. En tant que surface sémantique de signes, chaque texte est matérialisé d’une façon particulière qui tout à la fois rend possible et circonscrit la mise en œuvre de son « centrisme ». Dans l’histoire des textes juifs, la matérialisation a connu des formes aussi différentes que les pratiques autorisées de mémorisation et de récitation publique (la communication des textes oraux), les techniques d’inscription des textes sur la pierre, le cuir ou le papier, la constitution, à partir des inscriptions sur papier, de rouleaux, puis de codex, et, bien plus tard, de livres imprimés, enfin, plus récemment, la numérisation. L’histoire textuelle juive ne comprend donc pas seulement un corpus canonique de textes sacrés, ou une somme de textes culturellement codés comme « juifs », mais aussi un ensemble de techniques évolutives pour manier cette matière textuelle première, la conserver, la faire circuler et en avoir l’usage.

5Le rouleau de la Torah illustre la façon dont la matérialité d’un texte juif donne forme à son caractère central. Depuis l’Antiquité, ce rouleau est soumis à des règles de production complexes : il doit être réalisé à partir du cuir d’un animal purifié rituellement, écrit uniquement avec une encre obtenue selon une recette agréée et au moyen d’instruments d’écriture autorisés. De plus, il ne peut être travaillé que par un scribe professionnel certifié (un sofer), qui doit se purifier chaque jour dans un bain rituel avant de commencer à écrire. La conservation des rouleaux de la Torah, leur exposition, leur transport, leur ouverture et leur fermeture, leur réparation et même leur « enterrement » une fois qu’ils ne sont plus utilisés obéissent également à des règles précises. Ce qui rend la Torah repérable comme texte juif, légitime culturellement, et utilisable selon les modalités religieuses d’authentification et de contrôle prévues, ne se résume pas à un contenu textuel et à son interprétation. L’interaction avec les textes n’est pas seulement intellectuelle ; elle est aussi incarnée. Pour le dire plus simplement, sans leur incarnation matérielle, il n’y aurait pas de textes et, par conséquent, pas de textocentrisme.

6Dans sa discussion sur le textocentrisme juif, notre essai part donc du principe que les textes ne sont pas vecteurs d’information passifs, et que l’examen des pratiques textocentrées ne doit pas se limiter aux activités que sont l’écriture et la lecture. Les textes doivent certes être appréhendés comme des supports d’information, mais – et c’est ce que je vais tenter de démontrer dans les pages qui suivent – ils doivent également être considérés comme des éléments matériels et durables qui s’inscrivent dans un ensemble de pratiques, de compétences et d’agentivités, et conduisent êtres humains et entités non-humaines à interagir dans des processus complexes de collaboration et d’échange. Dans les termes de la théorie de l’acteur-réseau, on estime que les textes n’ont une vie sociale qu’à travers des procédés d’interaction répétés et organisés en réseau entre acteurs humains, documents écrits, techniques d’inscription, systèmes de circulation et environnements construits pour la lecture. Non qu’il faille minimiser l’importance de l’agent humain dans la production, la consommation et l’utilisation habituelle de la matière textuelle. Il s’agit plutôt de souligner que les termes « agentivité » et « action » renvoient à une large étendue de relations et d’événements générateurs de transformations, dont beaucoup ne nécessitent pas le recours à la notion de sujet humain intentionnel. Les textes matériels et leurs utilisateurs peuvent donc avec pertinence être définis tels les membres d’une série de dyades qui découlent les unes des autres – auteur / texte, éditeur / livre, libraire / bien, bibliothèque / bibliothécaire, texte / lecteur, ou artéfact / utilisateur. Ces dyades existent seulement, pour reprendre les mots de Bruno Latour, dans leur forme « hybride », créée dans et à travers les procédés de délégation et de coordination de compétences pratiques et de forces productives nécessaires à toutes sortes d’actions qui se rapportent à la matière textuelle (Latour 1999 : 176-198 ; Cooren 2004).

  • 1 Pour un aperçu de cette maison d’édition et des ouvrages qu’elle propose – plus de 1 500 titres à c (...)

7Afin de mieux comprendre les conditions matérielles du textocentrisme dans la vie sociale, cet essai examinera une sélection de protocoles régissant les performances religieuses, et de supports physiques qui soustendent un corpus particulier de textes juifs. Les exemples discutés ici renvoient aux œuvres imprimées par les éditions ArtScroll, une maison d’édition juive orthodoxe de premier plan installée à Brooklyn (État de New York), qui, par sa croissance récente, est aujourd’hui l’une des plus grandes maisons d’édition de textes juifs au monde1. ArtScroll se présente comme un pourvoyeur de livres « authentiques » et « magnifiquement conçus » destinés aux pratiquants pieux, aux fidèles de la loi juive, aux étudiants et à d’autres cercles de lecteurs. Il se définit comme « un éditeur de la Torah indépendant », sans lien avec une institution officielle, bien que son orientation soit clairement et strictement orthodoxe. Son succès dans l’univers de l’édition juive est fulgurant. Au cours de son existence relativement brève, cette maison est passée rapidement du statut d’établissement local – une maison d’édition de Brooklyn s’adressant à des secteurs spécifiques de la communauté juive orthodoxe de Brooklyn – à celui de pourvoyeur national, puis mondial de textes juifs. Cette réussite reflète en grande partie l’acuité de la maison, qui a su tirer profit des lacunes du marché éditorial juif : ArtScroll a notamment su identifier une demande longtemps restée inassouvie pour des œuvres liturgiques bilingues, de la part des communautés juives ashkénazes anglophones d’Amérique du Nord – majoritaires démographiquement dans le monde juif, et constituant ainsi son plus grand marché.

8Mais en réalité, ArtScroll a su cultiver une clientèle qui s’étend bien au-delà de la communauté juive orthodoxe à laquelle ses éditeurs, ses auteurs et ses soutiens appartiennent à l’origine. À présent, les lecteurs et les utilisateurs des livres ArtScroll forment un ensemble à la diversité surprenante, caractérisé par des affiliations institutionnelles différentes, un degré de pratique religieuse quotidienne variable, et une maîtrise inégale de la littérature juive canonique. À l’instar de certaines maisons d’édition protestantes évangéliques – ses collègues dans le monde de l’édition – ArtScroll produit non seulement des bibles et des textes religieux au sens strict, mais s’attache également à une large gamme de genres littéraires qui inclut des ouvrages d’histoire populaire, des biographies, des mémoires, des romans d’aventure, de la psychologie populaire, des livres de développement personnel, ainsi que des livres de recettes, tous écrits dans une perspective juive ultra-orthodoxe assumée. Cette diversité a permis à ArtScroll de conquérir plusieurs publics à la fois : la maison d’édition donne la possibilité à des lecteurs orthodoxes d’accéder à de nouvelles sphères d’intérêt sans craindre d’y rencontrer quelque chose de « néfaste », tout en fournissant à des lecteurs juifs non-orthodoxes, délibérément ou non, un accès au monde juif ultra-orthodoxe, à ses préceptes, à sa connaissance et à ses prétentions à l’authenticité juive, par l’intermédiaire des textes.

9En raison peut être de son succès économique et de sa popularité croissante, cette maison d’édition n’a pas été épargnée par la controverse. ArtScroll prétend être un simple intermédiaire diffusant la sagesse contenue dans la Torah. La mission qu’elle s’est fixée consiste à remplacer les représentations « impropres », « distordues » et pour tout dire illégitimes du savoir, des pratiques rituelles et de l’imaginaire historique juifs par des traductions, des commentaires et des interprétations du canon juif « plus fiables ». Aux yeux des rabbins qui soutiennent ArtScroll, des auteurs régulièrement publiés, des défenseurs et des milliers de clients enthousiastes, les livres ArtScroll sont des outils indispensables pour permettre aux juifs pieux de renouer avec une tradition religieuse authentique, pour garantir une interprétation « correcte », des pratiques « correctes », un point de vue moral « correct » et dans des contextes institutionnels rituels aussi bien que quotidiens. D’après les nombreux détracteurs de la maison d’édition, en revanche, l’intervention croissante d’ArtScroll dans différents domaines éditoriaux représente l’ascension dangereuse d’une forme d’orthodoxie de plus en plus intolérante et assumée, également appelée judaïsme ultra-orthodoxe, fondamentalisme juif ou haredisme. Cette forme d’orthodoxie promeut une interprétation rigoureuse de la loi juive et la soumission à une élite rabbinique étroitement définie, dont les positions font autorité. La diffusion des livres ArtScroll, aussi bien au sein du monde juif orthodoxe qu’au dehors, dénote ainsi ce que ses critiques – parmi lesquels les juifs orthodoxes soi-disant « modernes » ou « modérés », les juifs Massorti, les juifs réformés et les auteurs laïques – considèrent comme une offensive ultra-orthodoxe contre une tradition juive qui aurait toujours mis en avant les facultés autonomes de la raison, le pluralisme et une acculturation éclairée. De ce point de vue, les livres ArtScroll sont l’incarnation d’une dangereuse dérive vers une allégeance scrupuleuse, une rigueur herméneutique et une obéissance aveugle à la lettre du texte.

10Ces appréciations contrastées sont particulièrement palpables dans les institutions communales juives que sont les synagogues, les écoles, les maisons de quartier (community centers) et les bibliothèques, où la seule présence d’un livre le consacre comme partie prenante de la culture juive « officielle », que cette présence soit perçue favorablement ou non. Dans les synagogues et les communautés de fidèles, les exemplaires du Siddour (le principal livre de prières de la liturgie juive), du Chumash (le Pentateuque) et du Talmud (le commentaire des textes législatifs et religieux) constituent le cœur de la vie locale, à côté du rouleau de la Torah. À travers leur usage habituel lors des rites officiels, mais aussi dans le cadre de l’étude individuelle, ces œuvres sont pour chaque communauté un moyen de se reproduire dans le temps et l’espace, en suivant les rythmes du calendrier religieux et grâce aux liens tissés avec d’autres communautés qui, ailleurs, s’appuient sur les mêmes livres. Ces modalités d’interaction collective avec les textes sont le produit d’une très longue histoire liturgique juive : des pratiques locales différentes reposant sur la mémorisation et la récitation orale sont devenues par sédimentation des versions « officielles » fixées ensuite sous une forme écrite (Reif 1993 : 122-151). Dans le monde juif anglophone, dominé par les Ashkénazes, cette tendance à l’uniformisation et à l’inscription dans un texte figé s’est trouvée grandement amplifiée par l’introduction des techniques de reproduction mécanisées et la circulation des textes rituels sous forme de supports imprimés. À la fin du xixe siècle, ce phénomène était déjà articulé autour de relations relativement stables entre le marché du livre hébraïque et des instances rabbiniques concurrentes au sein des communautés juives orthodoxes, Massorti, réformées et reconstructionnistes, instances dirigeantes dotées, quant à elles, d’une autorité symbolique.

11Dans ce champ consolidé, structuré par les relations entre institutions, communautés locales et utilisateurs individuels des textes liturgiques juifs, ArtScroll est un acteur relativement récent. Pourtant, la maison d’édition a eu une influence non seulement dans le monde juif orthodoxe anglophone, dans lequel elle a gagné une place prépondérante, mais aussi, et de plus en plus, hors de cette enclave orthodoxe parmi un nombre croissant de communautés juives, Massorti ou autres. Celles-ci ont contribué à faire du principal livre de prières juives, le Siddour intégral dans la version proposée par ArtScroll (Scherman & Zlotowitz 1985), ce que l’on peut indéniablement considérer comme le texte liturgique le mieux vendu de l’histoire de l’édition juive. Cet immense succès n’a eu d’autre effet que d’aviver les critiques formulées par les détracteurs de l’éditeur, et d’accroître leur sentiment de désarroi face à l’influence grandissante du judaïsme ultra-orthodoxe.

  • 2 « Scroll »est ici employé pour sa valeur polysémique. Il signifie « rouleau [de parchemin], manuscr (...)

12Ces positions dissonantes sur les effets et l’importance des livres ArtScroll attestent de préoccupations plus générales sur le textocentrisme juif. Partout où les livres ArtScroll font leur apparition et manifestent leur présence – comme porteurs d’un contenu discursif, mais aussi comme biens insérés dans des relations marchandes et comme objets matériels –, ils soulèvent des questions sur la façon dont le textocentrisme est constitué, reconstitué, normalisé mais aussi interrogé par ces processus itératifs, dans certaines enceintes de la vie sociale juive contemporaine. De ce point de vue, il importe de garder en tête le lien qui donne au lectorat étendu d’ArtScroll sa cohésion : aux stratégies marketing habiles de l’éditeur s’ajoute un large consensus sur ce qui fait de ces livres des produits « supérieurs ». Cette « supériorité » repose autant sur l’affirmation de la valeur incontestable des moyens mis en œuvre pour fabriquer les livres ArtScroll que sur leur capacité à offrir au lecteur des indications et des explications sur la pratique rituelle et la connaissance juives avec un niveau de détail et une clarté d’expression inégalés. C’est le signe incontestable de l’habileté de cette maison que d’avoir réussi à se présenter comme un pourvoyeur de livres agréables visuellement mais néanmoins sérieux sur le plan religieux – un message que le choix même du nom, « ArtScroll2 », souligne avec force. Dans le domaine de la fabrication de livres, régulièrement hanté par le spectre de l’idolâtrie et la méfiance séculaire des juifs à l’égard des images sacrées soupçonnées d’être des « substituts trompeurs » où le spectateur confond le divin avec sa simple représentation (Halbertal & Margalit 1992), il incombe à tous les éditeurs juifs orthodoxes de concevoir leurs livres d’une manière qui ne soit pas seulement acceptable du point de vue religieux (c’est-à-dire qui ne viole aucune loi concernant la fabrication des images), mais qui soit aussi capable d’utiliser des signes visuels manifestant la dignité de la littérature religieuse juive. Dans un contexte marqué par ces préoccupations culturelles, ArtScroll fait figure de pionnier en incorporant dans ses livres des agencements inédits – dans le respect des conventions esthétiques en vigueur dans l’édition juive orthodoxe – tout en continuant à revendiquer pour le contenu discursif du texte le statut d’autorité unique, incontestée et authentiquement traditionnelle.

13Les textes liturgiques d’ArtScroll sont souvent mis en avant précisément pour ces aspects : leurs laudateurs en soulignent les innovations typographiques, les mises en page, et même les choix de couverture « révolutionnaires », qui sont autant de preuves d’une maîtrise technique remarquable, à la hauteur de l’austérité et de la grandeur des livres sacrés. Le site de vente en ligne Amazon.com donne à voir les éloges du « bel agencement » des livres ArtScroll, et des témoignages sur leur admirable clarté. Ainsi de ce commentaire sur le Siddour intégral d’ArtScroll (Scherman & Zlotowitz 1985), posté par un admirateur anonyme :

  • 3 Voir le site internet www.amazon.com/gp/product/customer-reviews/089906650X/ (consultéen avril 2012 (...)

Comme pour tous les autres produits ArtScroll, la typographie de ce Siddour est magnifique. L’hébreu et l’araméen se lisent aisément. Les services hebdomadaires, mensuels et saisonniers supplémentaires ressortent sur un fond ombré. Les mouvements à effectuer lors du service sont clairement indiqués. Les marqueurs des sections de prière importantes sont en gras. Différentes tailles de police sont utilisées pour rendre avec précision la façon dont les lettres sont représentées dans les rouleaux de la Torah […]. Les mots clés et les lettres sont indexés en hébreu sur la page en anglais, elle-même en regard de la page en hébreu, de sorte que même ceux qui ne parlent pas couramment hébreu peuvent facilement suivre les prières. […] La typographie à elle seule suffit à faire de ce Siddour un livre qui vaut la peine d’être acheté3.

14Le Siddour intégral d’ArtScroll est ainsi susceptible d’être évalué selon divers critères esthétiques et principes régissant l’œuvre religieuse, parmi lesquels la beauté, la lisibilité et le soin de la présentation. Ces traits de « supériorité » sont également supposés garantir au lecteur l’expérience d’un contact avec le divin par une prière plus fiable et donc plus « authentique ». Les livres ArtScroll ont ainsi fait leur apparition et sont devenus partie intégrante d’une façon d’être au monde selon un vaste ensemble de règles d’action. Nombre de ces règles se rapportent au discours : le style scripturaliste, l’insertion d’instructions concernant le « bon ordre » des mouvements du corps pendant la récitation de la prière, ou l’élaboration de commentaires censés offrir l’interprétation « traditionnelle » de passages ambigus ou difficiles. Mais, comme l’indique le commentateur anonyme d’Amazon.com, d’autres facteurs interviennent. Les livres ArtScroll se distinguent par leur apparence – typographie, mise en page, insertion d’illustrations, de schémas, de photographies, de cartes, d’index, choix des matériaux utilisés pour la reliure et la couverture des livres à l’initiative de l’éditeur : autant d’éléments grâce auxquels ArtScroll fait figure d’innovateur dans le champ de l’édition de textes juifs. Ces éléments de conception méritent notre attention : ils relèvent d’un régime visuel et tactile qui donne aux lecteurs la possibilité et l’injonction de privilégier certaines façons de sentir la présence divine véritable, et donc de s’en remettre aux autorités rabbiniques ultra-orthodoxes qui se tiennent derrière le texte matériel.

Discipliner l’œil

15Laissons de côté les nombreuses questions ayant trait au contenu discursif des livres ArtScroll, et considérons l’organisation visuelle du texte. À travers des éléments graphiques comme la police et la mise en page, les ouvrages constituent un lieu d’interaction qui permet et suggère au lecteur de circuler dans le texte d’une façon particulière. Lorsque les typographes construisent les pages d’un texte, il leur appartient de prendre des décisions sur l’espacement, l’alignement, la taille ou la forme des lettres. La conception globale repose sur une stratégie de l’éditeur visant à obtenir un ensemble d’effets cognitifs et esthétiques. De telles décisions sont particulièrement complexes dans le cas de livres qui doivent agencer différents textes sur la même page : or c’est l’une des caractéristiques bien connue des livres de prière bilingues (hébreu-anglais) proposés par ArtScroll, et des œuvres qui s’y rapportent. Comme l’a fait valoir Stephen Lubell (1993), les textes bilingues impliquent des décisions sur la façon de traduire des éléments lexicaux et syntaxiques d’une langue dans une autre, décisions qui sont ensuite transformées en stratégies de typographie et de mise en page destinées à aider le lecteur à passer le plus facilement possible du texte d’origine à sa traduction. À cet égard, le choix de mise en page bilingue du Siddour intégral d’ArtScroll (Scherman 1985) exprime les décisions prises par l’éditeur sur la façon dont un tel texte « a besoin » d’être organisé visuellement afin d’être lu facilement et correctement. Ces choix ont une importance toute particulière dans le contexte d’une pratique publique et rituelle, où les livres de prière ne sont pas simplement lus mais récités à voix haute : la mise en page des textes dicte et encadre le champ des actions possibles.

16Naturellement, les livres de prière bilingues d’ArtScroll sont loin d’être les seuls ouvrages juifs donnant à voir plus d’un texte sur une page. En réalité, nombre d’écrits juifs canoniques sont connus pour articuler différents textes, comme certains passages bibliques ou commentaires (mais aussi des commentaires de commentaires), qui peuvent inclure plusieurs langues. L’exemple le plus connu en est le Talmud, qui aide – encourage même – l’œil attentif à se déplacer dans d’innombrables directions, multipliant les interprétations possibles de la signification d’un texte. Ces choix de mise en page ont une longue histoire qui remonte à l’aube de l’édition hébraïque, voire plus loin à l’âge des manuscrits, lorsque furent établies de nombreuses conventions indiquant comment disposer les traductions des textes hébreux sacrés en ayant recours à des colonnes se faisant face, à des pages en regard l’une de l’autre ou à des interlignes (Greenspoon 2003 ; Reif 1993).

17Les livres de prière qui contiennent des traductions interlinéaires de l’hébreu dans une langue vernaculaire, tel l’anglais, représentent un défi pour les éditeurs : les choix de mise en page sont très éclairants sur les suppositions qu’un éditeur fait concernant les besoins, les capacités et les désirs de ses lecteurs. La raison en est que les textes interlinéaires s’adressent à des lecteurs considérés comme capables de prononcer le texte hébreu original sans avoir recours à une transcription en caractères latins, mais ayant besoin d’une traduction pour comprendre la signification du texte. Les livres de prière interlinéaires sont conçus pour aider les locuteurs dont la langue maternelle n’est pas l’hébreu à participer aux récitations publiques du texte durant le service à la synagogue. Les directeurs d’ArtScroll, les rabbins Nosson Scherman et Meir Zlotowitz, décrivent les questions de conception soulevées par l’interlinéarité dans la préface de leur première publication interlinéaire, Tehillim, le livre des Psaumes :

Même une personne parlant couramment hébreu se trouvera souvent confrontée à un mot ou une phrase qui ne lui est pas familière. Se référer à une colonne adjacente ou à une page en regard pour avoir la traduction résoudra le problème, mais souvent au prix d’une perte de concentration. Dès lors que l’esprit se détourne du texte hébreu pour se concentrer sur la traduction anglaise, il peut s’avérer difficile de revenir à la phrase exacte de la prière. La fois suivante, le fidèle peut décider de passer outre la traduction afin de continuer sans interruption. Le résultat en est une fréquente, si ce n’est constante, lutte entre le désir de compréhension et le besoin d’une récitation ininterrompue, particulièrement lorsque la prière se fait avec les autres fidèles. (Davis 2001 : ix.)

18Comme le notent ensuite Scherman et Zlotowitz, les dangers inhérents à cette « lutte » sont exacerbés dans le cas des traductions interlinéaires de l’hébreu – qui se lit de droite à gauche – à des langues vernaculaires comme l’anglais – qui se lit dans la direction opposée. Selon leurs termes, « l’œil est dérouté, semblable, pour ainsi dire, à un Américain en Angleterre qui s’apprête à traverser et regarde instinctivement à gauche, alors que les voitures arrivent à toute allure sur sa droite » (Davis 2001 : x). À travers les métaphores expressives de l’œil en déroute et des voitures trop rapides, les directeurs d’ArtScroll reconnaissent un problème persistant durant la très longue histoire des livres de prière bilingues, notamment ceux comportant des traductions interlinéaires. Mais ces images ont aussi pour fonction de préparer l’annonce de la solution novatrice proposée par ArtScroll :

Pour rendre ce recours à l’interlinéarité pratique et fonctionnel, il fallait trouver une solution au problème d’orientation droite-gauche […]. Après chaque mot ou phrase anglaise, un crochet angulaire [arrow]peu gênant indique à l’œil la direction suivie par le texte hébreu. Nous avons testé cet outil et nous nous sommes aperçus qu’il résout admirablement bien le problème. Ces crochets angulaires permettent à l’œil du lecteur de continuer à avancer dans la direction donnée par le texte hébreu, sans interférer avec sa lecture de l’anglais. (Ibid. :x.)

19À l’image de panneaux de signalisation bien conçus et disposés au bon endroit, le signe graphique d’ArtScroll – le « crochet angulaire » – est ici présentée comme un moyen efficace de résoudre les tensions entre contraintes temporelles de l’exercice rituel collectif, désir d’intelligibilité et exigence d’attention concertée. Dans le catalogue de l’éditeur, l’introduction du crochet angulaire dans les traductions interlinéaires est décrite comme « une façon révolutionnaire d’ajouter sens et compréhension à la prière » :

Vous avez à tout moment la traduction sous les yeux ; rien ne vient troubler votre concentration ; vous savez toujours où vous vous trouvez dans le texte hébreu ; vous ne prenez jamais de retard par rapport aux autres fidèles ; vous savez toujours quel est le terme anglais qui correspond au terme hébreu ; vous n’éprouvez jamais de frustration devant « ce mot mystérieux ». (ArtScroll 2006 : 42.)

20Sur le site internet d’ArtScroll, le pouvoir qu’a le crochet angulaire d’« éduquer l’œil » est encore davantage mis en valeur. Les clients potentiels sont invités à considérer la page d’une prière en hébreu accompagnée de sa traduction interlinéaire anglaise à titre d’exemple, de façon à juger par eux-mêmes du fonctionnement de cette technique :

Lisez. Récitez. Priez. Comprenez les mots – et leur enchaînement. Quel mouvement votre œil a-t-il dû faire pour regarder la traduction ? Aucun ! Combien de temps cela vous a-t-il pris pour trouver la traduction ? Aucun ! Y a-t-il eu interférence avec votre concentration ? Non, elle s’en est trouvée améliorée ! La compréhension vous pénètre progressivement pendant la prière. La grande difficulté de ce type de solution est qu’il faut lire l’hébreu de droite à gauche, et l’anglais de gauche à droite. Comment éviter à l’œil de s’égarer dans les deux directions et d’être en proie à la confusion ? Revenez à la page. Les crochets angulaires orientent discrètement votre œil dans la bonne direction. Cette méthode est testée, elle a fait l’objet d’un dépôt de brevet, et elle marche ! Mais la syntaxe de l’hébreu et celle de l’anglais diffèrent. Les phrases ne risquent-elles pas parfois d’être incompréhensibles ? C’est là qu’interviennent les compétences des éditeurs. C’est là que surgit la compréhension. Partout où cela est nécessaire, le commentaire explique l’enchaînement du verset. En outre, le commentaire remplit le rôle attendu d’un commentaire proposé par ArtScroll : il explique et clarifie. Essayez dès à présent ce nouveau Tehillim. Vous vous sentirez transporté !

21Le signe graphique choisi par ArtScroll est ainsi destiné à compenser les lacunes (présumées) du lecteur, qui ne peut lire le texte hébreu original sans se reporter à une traduction en langue vernaculaire. À la différence du Talmud qui, nous l’avons vu, est également conçu pour articuler différents textes sur une seule page afin de permettre une étude minutieuse de la loi juive dans la durée, la mise en page du livre de prière ArtScroll est destinée à rendre toute la richesse de la signification du texte dans les limites temporelles brèves qu’impose la récitation. Dans ce contexte de performance religieuse, le crochet angulaire répond à un désir présumé du lecteur de comprendre ce qu’il ou elle est en train de dire au moment de la récitation à voix haute. Grâce à ce signe, la signification du texte peut maintenant « vous pénétrer progressivement pendant la prière », et le risque que le lecteur ou la lectrice « éprouve de la frustration face à ce mot mystérieux » ou échoue à « suivre » et « prenne du retard par rapport aux autres fidèles » s’en trouve réduit. Le crochet angulaire sur la page et l’œil du lecteur s’unissent pour former un nouvel acteur hybride, capable de se concentrer sur le sens sans prendre de retard ni s’écarter du rythme imposé par le rituel.

  • 4 Pour une analyse plus approfondie de la façon dont les livres ArtScroll s’écartent manifestement de (...)

22En résumé, le crochet angulaire interlinéaire est bien plus qu’un dispositif prothétique. Il n’aide pas seulement le lecteur à suivre le rituel, il contribue à transformer la pratique rituelle elle-même. En offrant à celui qui prend part au rituel une façon de coordonner et d’articuler « une compréhension plus profonde » à « une performance correcte », il renforce les attentes liées à l’expérience du rituel : les actions mises en œuvre peuvent et doivent « avoir du sens » pour celles et ceux qui participent à leur exécution. Le crochet angulaire fait donc écho aux instructions écrites et aux procédures régissant les modes de communication que l’on trouve au niveau sémantique du texte, et fonctionne ainsi comme un outil garantissant une plus grande intelligibilité et un consentement mieux informé : des objectifs qui n’étaient ni recensés, et encore moins affirmés, dans la longue histoire des discussions sur les objectifs religieux de la prière et de la pratique rituelle4. De ce point de vue, le crochet angulaire d’ArtScroll illustre le désir qu’ont les éditeurs de répondre aux préoccupations et aux inquiétudes relatives à l’organisation des rituels collectifs à notre époque, qui se distingue des périodes précédentes par le développement simultané de compétences dont le niveau augmente sans cesse tandis que les capacités de concentration s’effritent, et que les engagements individuels risquent de devenir toujours plus passagers.

Fonctions cachées

23Le signe graphique d’ArtScroll, située à la surface du texte et venant enseigner à l’œil une lecture bilingue et bidirectionnelle, est explicitement présentée par l’éditeur comme un « outil » (son invention a même été brevetée). Mais c’est seulement le plus célèbre des nombreux outils que l’on trouve dans les livres ArtScroll. Prenons l’exemple du livre de recettes de Susie Fishbein (2003), Kosher by Design (« Casher illustré »), l’un des titres d’ArtScroll les plus vendus, notamment en raison des nombreuses photographies aux couleurs vives sur papier glacé représentant le « plat parfait ». Kosher by Design ’enorgueillit de sa reliure métallique à spirales plastifiées, attachée à une couverture rigide qui lui permet d’être ouvert et fermé sans forcer – un dispositif matériel que l’éditeur décrit comme « une reliure métallique cachée ». Nous avons là un nouvel exemple d’agentivité non-discursive qui contribue à la constitution des réseaux d’action à l’intérieur desquels le textocentrisme se matérialise.

24Les reliures à spirales sont des procédés appréciés dans les imprimeries, surtout chez les éditeurs spécialisés dans les petits tirages ou la publication assistée par ordinateur (pao), comme les livres de recettes publiés à compte d’auteur par des associations caritatives locales ou des auteurs individuels. Dans les imprimeries qui tirent en très petites quantités, l’absence d’économies d’échelle interdit l’utilisation de reliures plus onéreuses et rend plus probable l’utilisation de reliures à spirales bon marché. En tant que telles, les reliures à spirales signalent non seulement une technique accessible financièrement, mais aussi un aspect informel (lorsqu’il ne s’agit pas d’un manque de professionnalisme…). D’un autre côté, les reliures à spirales sont considérées comme le meilleur choix pour les livres qui doivent être posés à plat pour être consultés : une priorité dans la cuisine, lorsqu’on a les mains prises par le maniement des ustensiles et des ingrédients. Mais la « reliure métallique dissimulée » d’ArtScroll suggère quelque chose de différent encore. Elle allie la fonctionnalité de la reliure à spirales à l’apparence plus sérieuse d’un livre relié selon les méthodes traditionnelles. Les livres reliés traditionnellement – dont les pages sont cousues ou collées au niveau de la tranche, et maintenues ensemble par un support cartonné rigide recouvert de cuir, de tissu ou de bougran – ne restent pas ouverts aisément, à moins de forcer sur la tranche, ce qui peut les endommager : ils se prêtent davantage, par leur conception, au rangement sur une étagère et à la consultation ponctuelle. Lorsqu’un tel livre est posé sur une étagère, son titre, écrit verticalement le long de la tranche, se lit facilement, à l’inverse des livres reliés par une spirale qui ne peuvent afficher leur titre, et qui, pire encore, se signalent comme produits « inférieurs » par leur reliure « bon marché ». Mais en cachant la reliure, en faisant passer l’ouvrage pour un livre avec une reliure rigide « normale », Kosher by Design nt à conserver la fonctionnalité de la reliure métallique sans sacrifier l’aspect « haut de gamme » convoité du livre relié traditionnel.

25En ce sens, la reliure métallique dissimulée de Kosher by Design ègre une double fonctionnalité du livre : être utilisé et être montré. La reliure métallique, plus solide que le modèle plastique, permet de l’ouvrir et de le fermer fréquemment, de parcourir ses pages ou de le mettre en appui sur un plan de travail ; la couverture rigide est conçue pour attirer l’attention sur le livre comme objet de contemplation esthétique lorsqu’il repose fermé sur une table ou est rangé comme un objet de valeur, à côté des autres livres, sur une étagère. Cette double fonctionnalité entremêle différents espaces sociaux et pratiques habituelles qui coexistent dans la sphère domestique : les espaces de travail et les espaces d’exposition. La dimension « cachée » de la reliure de Kosher by Design rappelle la façon caractéristique dont ces techniques remplissent leur office : c’est précisément en se faisant oublier qu’elles atteignent leur objectif. Autrement dit, la reliure du livre ne peut être réduite à une simple manifestation extérieure, une dimension superflue et externe. La reliure fabrique l’intérieur du livre non seulement au sens où elle maintient littéralement les pages de texte ensemble, et ce d’une façon très différente d’un classeur à anneaux, d’une boîte à recettes ou d’un répertoire de recettes en ligne, mais aussi parce que les contraintes matérielles et les conditions de possibilité qu’elle impose délimitent l’étendue des interactions possibles avec cet intérieur.

Le synthétique sacré

26La couverture d’un livre a une signification non seulement parce qu’elle assemble physiquement les pages et permet différentes modalités d’interaction textuelle dans des lieux spécifiques, mais aussi parce qu’elle constitue ce que l’on peut appeler « un mode de communication au niveau de la surface ». Le livre fermé, même s’il n’est jamais ouvert, possède des possibilités de communication et d’action matérialisées sur sa surface la plus extérieure. Il importe dans cette perspective de différencier les livres ArtScroll en fonction de leurs tailles, de leurs types de reliure et de leurs couvertures, chaque type de livre étant conçu pour souligner des fonctions et des usages qui lui sont propres, et pour attirer des catégories de clientèle distinctes. Le catalogue va des livres de poche commercialisés en guise d’« éditions de voyage » à des volumes plus conséquents reliés en cuir travaillé à la main. Ces derniers sont les modèles les plus haut de gamme et sont clairement destinés à une consommation ostentatoire. Leur couverture même contribue à leur conférer une sorte d’aura religieuse. Considérons une publicité du catalogue ArtScroll pour une série de livres de prière dont la couverture est réalisée en « cuir de Jérusalem » («Yerushalayim») :

Un cuir raffiné au riche parfum, une sensation somptueuse au toucher grâce à un savoir-faire humain donnent à vos volumes en cuir de Jérusalem une distinction qui n’appartient qu’à eux. Ce présent sans égal sera utilisé et chéri pour toujours ; son aura antique exprime un sens de la tradition et de la chaleur humaine. L’emblème authentique d’ArtScroll y est gravé en relief et les pages de garde, conçues spécialement pour cette œuvre, attestent d’une valeur exceptionnelle et authentique tant à l’intérieur qu’à l’extérieur ; les reliures renforcées, de qualité supérieure, en cuir de Jérusalem authentique, sont immortelles. Elles expriment avec élégance une permanence et une importance qui siéent à toutes les occasions autant qu’à votre bibliothèque personnelle. (ArtScroll 2006 : 22.)

27Il est frappant de constater que l’association de l’aura antique, de l’élégance, de la permanence et de l’importance est ici exprimée à travers une présentation matérielle du livre : la texture de ses reliures, son « riche parfum ». En sollicitant la vue, le toucher, l’odorat même, qui relèvent des sensations, la couverture en cuir contribue à garantir que le texte se trouvant à l’intérieur est « immortel » et d’une « valeur exceptionnelle et authentique ».

28L’utilisation de matériaux onéreux pour la reliure, comme le cuir, a longtemps été considérée comme un marqueur de distinction et d’élégance, convoquant un ensemble de connotations qui n’ont que peu de rapport avec le fait que ces livres soient effectivement lus. Même produites à une très grande échelle, les couvertures de cuir établissent une continuité avec l’imprimerie religieuse, laquelle remonte aux débuts du livre imprimé, au xve siècle, sinon plus loin, à l’arrivée du codex médiéval. Comme Paul Gutjahr l’a montré à propos de la production de bibles dans l’Amérique du xixe siècle, l’un des changements significatifs dans la fabrication de livres, à partir des années 1830, fut l’introduction de nouvelles techniques et de nouvelles capacités de production pour les reliures en tissu, qui permirent aux livres d’être produits et vendus à des coûts nettement plus bas (Gutjahr 1999 : 14-15 ; Walker 1984). Cependant, bien après que les reliures en tissu eurent commencé à dominer tous les secteurs du marché du livre, les bibles continuèrent à être très largement reliées avec du cuir. D’après Gutjahr, la permanence des reliures en cuir indique le souci qu’avaient les éditeurs de réaffirmer le lien à caractère culturel établi depuis longtemps entre le contenu de la Bible et sa couverture. Des techniques de reliure en cuir, en relief et ouvragée, qui remontaient à la nuit des temps, servirent à distinguer les textes religieux de leurs pendants laïques, soulignant le caractère « immortel » du texte qui s’y trouvait contenu. Les reliures de cuir jouèrent également un rôle important dans la création d’environnements matériels contribuant à l’édification spirituelle et à la vertu morale, et dépassant les différences sociales entre sphères publique et privée. Ce fut particulièrement le cas dans le salon bourgeois victorien où la coutume était d’exposer une bible somptueuse, à reliure de cuir, comme pièce maîtresse éminente parmi les meubles du parloir disposés avec soin, cette bible ayant pour fonction de rappeler sans cesse aux membres de la famille comme à leurs invités le caractère éternel de la parole divine (Gutjahr 1999 : 44-46).

29De manière similaire, les volumes à reliure de cuir proposés par ArtScroll se réfèrent à une tradition « classique » de production artisanale ; celle-ci donne aux œuvres religieuses une existence matérielle qui rappelle l’apparence et l’effet tactile ordinairement associés aux objets précieux. Dans une publicité pour une édition limitée du Chumash d’ArtScroll, vendu au détail au prix de 750 dollars, ces associations sont exprimées avec une force encore plus grande. Cette édition spéciale est présentée non seulement comme une luxueuse et magnifique acquisition et, pour tout dire, une « œuvre d’art », mais également comme un « héritage », doté de la capacité à rattacher son propriétaire à une tradition ancestrale. Par l’inscription de son propre nom sur une page dédiée, le livre met directement son propriétaire (et ses descendants) en présence et sous la pleine autorité du directeur d’ArtScroll, le rabbin Scherman, investit de l’autorité du savoir juif orthodoxe et du monopole qu’il prétend exercer sur l’authenticité juive. En tant qu’édition limitée et produit fait sur mesure, le livre forme et fédère autour de lui une communauté fermée de lecteurs. Les liens qui donnent à la sociabilité entrepreneuriale, au mariage et à la vie domestique leur cohésion sont ici forgés grâce au livre lui-même : « Un cadeau d’entreprise, un geste particulier en l’honneur d’une union […] le rehaussement d’une maison magnifique. »

30Pour la plupart des clients cependant, les éditions spéciales proposées par ArtScroll sont vendues à des prix prohibitifs ; il leur faut donc chercher d’autres moyens d’atteindre des résultats comparables. Il est essentiel de relever que la grande majorité des livres ArtScroll, les centaines de milliers de livres de prière, de bibles, de traités du Talmud, ainsi que les autres œuvres qui circulent dans les espaces publics anglophones contemporains, ne sont pas reliés en cuir mais dans une matière qui en est un substitut synthétique : à une couche de base en fibre s’ajoute une couche de polyuréthane. Ce substitut est appelé familièrement « cuirette » ou « cuir synthétique ». Les produits en cuir synthétique sont doux et agréables au toucher, résistants aux éraflures, aux températures extrêmes, aux huiles et aux graisses. Ils offrent l’apparence et l’effet tactile du cuir « traditionnel » à un coût bien inférieur, avec l’avantage supplémentaire d’une plus grande longévité et d’une plus grande uniformité entre les produits. L’utilisation de reliures en cuir synthétique est ainsi liée à un principe de démocratisation : la production de livres robustes à des prix abordables, et d’une collection accessible, qui peut encore fournir l’apparence et la sensation couramment associées à l’aspect austère, empreint de dignité et conforme aux œuvres de valeur de la littérature religieuse.

31Faisant écho à l’aura pleine de dignité du cuir authentique, les volumes d’ArtScroll reliés en cuir synthétique fonctionnent comme ce que David Chidester (2005) a proposé de nommer, dans un contexte différent, les « faux authentiques ». La majorité des propriétaires de livres ArtScroll ne pensent pas être en possession d’objets imprimés réellement reliés en cuir ; ce stratagème aisément repérable n’ôte cependant pas à ces livres leur capacité à générer de la confiance et à provoquer chez ceux qui les utilisent le sérieux et la solennité liées à la possession et à l’utilisation d’œuvres juives canoniques. Je propose de les nommer œuvres en « synthétique sacré ». En tant qu’artéfacts matériels destinés à communiquer une authenticité religieuse à ceux qui les utilisent, ils se situent à une intersection délicate, entre le traditionnel et le moderne, entre les exigences concurrentes de la production industrielle et de l’esthétique artisanale.

Accessoires de lecture

32Tout comme l’écrit ne peut exister hors de l’incarnation matérielle qu’est la surface qui le porte, ni hors des moyens qui permettent de tenir ensemble de nombreuses surfaces, le livre imprimé, comme catégorie particulière d’objet écrit, ne peut exister hors des réseaux formés par les lieux et les procédés techniques qui lui sont propres. Ces réseaux comprennent et mettent en relation les espaces où se déroulent les activités de conservation, de lecture à des fins personnelles, ou de récitation publique des livres, et où les utilisateurs compétents doivent agencer les livres avec les équipements complémentaires que sont les étagères, les systèmes d’indexation et de consultation, les présentoirs, et les sources de lumière artificielle. De ce point de vue, il est très instructif de relever que la marque déposée ArtScroll est étroitement liée non seulement à des catégories spécifiques de lecteurs et de lieux de lecture, mais aussi à un nombre de technologies connexes aux livres, très prisées, que l’on peut appeler « accessoires de lecture ». Bien que ces accessoires soient produits par des entreprises différentes et ne puissent être considérés comme des produits ArtScroll au sens strict, ils occupent néanmoins une place de choix dans les magasins et les sites de commerce en ligne juifs orthodoxes, et jusque dans le catalogue ArtScroll, où ils sont présentés comme des outils pratiques destinés à compléter la panoplie du client juif orthodoxe avisé. Leur proximité avec ArtScroll suggère une synergie importante entre le pouvoir des livres ArtScroll, objets imprimés de valeur, et la fonctionnalité des technologies connexes conçues, entre autres, pour faciliter et améliorer l’expérience de lecture, et pour étendre les pratiques de lecture à de nouvelles temporalités et de nouveaux espaces. Deux de ces technologies méritent une attention particulière : la KosherLamp™, un éclairage artificiel à utiliser pendant Shabbat, et le SeferMate™, une version pliante et portative du pupitre couramment utilisé dans les yeshivot – les centres d’étude de la religion – pour lire et étudier les textes religieux, et connue dans les cercles ultra-orthodoxes sous son nom yiddish, shtender.

  • 5 La lampe a été inventée par le rabbin torontois Shmuel Veffer, en réponse, dit-on, à une demande de (...)

33La KosherLamp est une création de Kosher Innovations, une entreprise de Toronto fondée en 2004 qui se présente comme « un fabricant et un distributeur spécialisé dans les produits innovants à destination des juifs observant la Torah ». Cet objet est conçu pour permettre une plus grande utilisation de la lumière artificielle dans l’espace domestique dans le respect des lois du Shabbat, qui interdisent le recours à l’électricité5. La KosherLamp qui a la forme d’une lanterne et contient une ampoule allumée disposée dans un cylindre coulissant qui, lorsqu’il est tourné à gauche ou à droite, permet à son utilisateur d’éclairer ou d’obscurcir une pièce sans accomplir l’acte interdit qui consiste à initier un circuit électrique en appuyant sur un bouton ou en tournant un interrupteur.

34La principale fonction de la KosherLamp est donc de repousser les frontières temporelles et spatiales des activités de lecture, en transformant des environnements peu propices à la lecture pendant Shabbat en des endroits où il est à nouveau possible de lire. Le SeferMate est un pupitre portatif qui peut être replié dans une petite mallette, destinée à transporter et à maintenir un exemplaire ouvert d’un volume du Talmud. Bien que le SeferMate ne soit pas directement produit par ArtScroll, ses liens avec la maison d’édition sont indéniables : ses dimensions sont faites sur mesure pour les éditions du Talmud proposées par ArtScroll, comme le précise la littérature marketing qui présente le produit. Lorsqu’il sert de support à un volume du Talmud ArtScroll, tout le SeferMate transforme différentes surfaces horizontales en autant d’espaces d’étude possibles : une table de dîner, un plan de travail, un bureau dans une chambre d’hôtel, et ainsi de suite. De cette façon, il accroît spectaculairement le caractère transportable du Talmud, multipliant ainsi les occasions pour le lecteur d’ouvrir et de lire des livres ArtScroll dans des endroits nouveaux et jusqu’alors peu pratiques ou inaccessibles.

  • 6 Cité par Michael Kress (2004).
  • 7 Cité par David Gordon (2008).
  • 8 Citation extraite du site internet de Kosher Innovations.

35Les accessoires comme la KosherLamp ou le SeferMate remplissent une série d’objectifs pratiques : faciliter le transport, ranger, consulter et lire des livres dans le temps et dans l’espace. Selon le rabbin Shmuel Veffer, inventeur de la KosherLamp, « notre société aime à inventer des choses pratiques. Et rendre les choses plus faciles à utiliser et plus pratiques selon les termes de la loi juive, pourquoi pas ?6 » Comme objets autorisés, estampillés du sceau de l’approbation d’illustres autorités rabbiniques orthodoxes, la KosherLamp ou le SeferMate rendent possible la coïncidence entre la matérialité du livre et le contenu discursif du texte. En aidant les gens, pour reprendre les mots du rabbin Veffer, à « mieux se sentir face à l’engagement qu’ils prennent de pratiquer la loi juive7 », ils rendent concrets les contraintes légales, les protocoles esthétiques et les habitudes quotidiennes centrales dans la vie juive orthodoxe, dans les environnements et les circonstances locales où les significations religieuses sont inscrites, déchiffrées, illustrées matériellement, autorisées et réalisées. Il semble que même le plus mondain des accessoires ait le pouvoir de contribuer à manifester une aura sacrée, à en croire le rabbin Veffer : « Chaque fois que je tourne le cylindre de la KosherLamp, c’est une manière de penser à Dieu différente de lorsque j’active un interrupteur durant la semaine8. »

Matérialiser l’authenticité

36Reliures et couvertures de livres, polices, choix de mise en page et accessoires de lecture illustrent quelques-unes des façons ingénieuses qui ont permis à ArtScroll d’attacher son nom à des avancées technologiques et stylistiques plus générales dans le domaine de la production et de la circulation d’objets imprimés religieux juifs, tout en affirmant l’identification de la maison à une tradition artisanale de fabrication des livres qui incarne « de manière authentique » l’écriture juive sacrée. Chacune des inventions de conception considérées dans cet essai contribue aux dimensions symboliques, esthétiques, cognitives et performatives qui servent d’intermédiaires dans l’interaction entre clients, lecteurs, auditeurs et autres utilisateurs du texte, que ce soit dans le contexte d’un rituel public, d’une tâche dans la cuisine, d’une lecture privée, ou dans la conservation ou l’exposition de livres dans l’environnement domestique. À travers l’étude des livres édités par ArtScroll, nous sommes en mesure d’apprécier comment ces livres possèdent une agentivité non seulement textuelle mais aussi matérielles, par la façon dont ils forment et mettent en mouvement les réseaux d’action, les imaginaires, les économies du désir, et les hiérarchies du pouvoir symbolique qui font advenir le textocentrisme dans la vie sociale juive contemporaine. En reconnaissant l’agentivité matérielle des livres ArtScroll, nous ajoutons des éléments nouveaux à la caractérisation du judaïsme ultra-orthodoxe au sein de la culture juive contemporaine. Il n’est désormais plus possible de soutenir que la force du textocentrisme repose exclusivement sur le pouvoir de la signification linguistique ou sur l’autorité charismatique d’interprètes experts. Le textocentrisme doit également être compris comme une relation qui s’exprime dans les stimuli sensoriels, les affects et les souvenirs incarnés qui confèrent aux livres une présence quotidienne, que ce soit en les recensant dans notre champ de vision, en les touchant, en les parcourant ou dans la discipline qui consiste à les lire avec application dans des lieux et à des moments définis.

37Comme le suggère l’analyse qui précède, les livres ArtScroll s’imposent dans la vie de ceux qui les utilisent non seulement parce qu’ils sont conçus intelligemment, de façon à être facilement accessibles et d’utilisation fiable – tenant en cela leurs promesses de clarté interprétative, de maniabilité et de confort d’utilisation –, mais aussi parce qu’ils portent en eux-mêmes les signes matériels d’une authenticité, vecteurs et supports de communication du pouvoir de l’autorité rabbinique ultra-orthodoxe. La forme matérielle et le contenu écrit travaillent de concert à la création d’œuvres « classiques », parmi lesquelles les livres ArtScroll incarnent une version autoritaire de la tradition juive, ainsi que des pièces de collection inestimables. À travers leur apparence, leur toucher et même leur odeur, ces objets renvoient à un univers d’« objets perdus », associés aux techniques artisanales de fabrication des livres venues d’un passé préindustriel édenique. En reconnaissant que les livres ArtScroll sont conçus de façon à avoir l’apparence et l’effet tactile « supposés » des livres sacrés, les utilisateurs de ces livres se placent eux-mêmes dans une relation temporelle dans laquelle le « texte sacré » et la « tradition authentique » se situent au sommet de l’ordre cosmique et descendent ensuite dans le temps et l’espace déchus qui sont ceux des lecteurs et des utilisateurs de ces livres. Les auteurs et les éditeurs des livres ArtScroll se trouvent ainsi confirmés dans leur présentation d’eux-mêmes en tant que légataires uniques d’une tradition juive authentique, en produisant des livres qui relaient l’autorité des élites rabbiniques ultra-orthodoxes contemporaines dans une forme à la mesure de cette tradition telle qu’on l’imagine.

38En même temps, parce que les livres ArtScroll sont fabriqués de façon industrielle pour une production de masse, leur « authenticité » est pétrie de contradictions ; elle est analogue à la relation tendue qui caractérise aujourd’hui la position des autorités rabbiniques ultra-orthodoxes par rapport à la traduction juive. Les juifs ultra-orthodoxes contemporains sont présentés et se présentent eux-mêmes souvent comme un vestige culturel : comme les seuls héritiers et les derniers gardiens de la foi véritable et de l’obéissance aux lois divines. Mais au même moment, l’enclave ultraorthodoxe se trouve contrainte d’inventer des normes légales et des codes de conduite pour légitimer sa pratique culturelle et relever le défi de « rester orthodoxe » dans le contexte de la vie quotidienne moderne. Dans une position homologue, les livres ArtScroll se réapproprient la tradition artisanale de fabrication des livres associée à l’expérience authentique du textocentrisme juif d’autrefois, tout en la transformant. Par des « améliorations révolutionnaires » – de meilleures illustrations et de meilleures mises en page, des reliures plus solides, des couvertures (en cuir synthétique) moins onéreuses – la maison d’édition n’a cessé de « mettre à jour » la forme matérielle de la littérature juive sacrée, tout en clamant avoir préservé l’esthétique du livre traditionnel. Là aussi, nous pouvons en tirer des enseignements : comment l’exercice de l’autorité religieuse « scripturaliste » se situe à la croisée de l’innovation et de la préservation, et comment les incarnations matérielles de la vie juive ultra-orthodoxe font le lien entre les images des époques et des lieux du passé, et le type de public qu’elles prétendent constituer aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

ArtScroll, 2006

The ArtScroll Complete Catalogue, Brooklyn, ArtScroll/Mesorah Publications.

Bell catherine, 1992

Ritual Theory, Ritual Practice, Oxford, Oxford University Press.

Chidester david, 2005

Authentic Fakes. Religion and American Popular Culture, Berkeley, University of California Press.

Cooren françois, 2004

« Textual agency: how texts do things in organizational settings », Organization, vol. 11, n° 3, pp. 373-393. Disponible en ligne, http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.201.825&rep=rep1&type=pdf [consulté en avril 2012].

Davis menachem, 2001

The Schottenstein Edition Tehillim. The Book of Psalms, with an Interlinear Translation, Brooklyn, Mesorah Publications.

Fishbein susie & john Uher, 2003

Kosher by Design. Picture Perfect Food for the Holidays and Every Day, Brooklyn, Mesorah Publications.

Gordon david, 2008 (8 mai)

« Inventions make it easier to live halachically », The Canadian Jewish News. Disponible en ligne, http://www.cjnews.com/node/81036 [consulté en avril 2012].

Greenspoon leonard j., 2003

« Jewish Bible Translation », in . Barton (dir.), The Biblical World, vol. 2, Londres / New York, Routledge, pp. 397-412.

Gutjahr paul c., 1999

An American Bible. A History of the Good Book in the United States, 1777-1880, Stanford, Stanford University Press.

Halbertal moshe, 1997

People of the Book. Canon, Meaning, and Authority, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press.

Halbertal moshe & avishai Margalit, 1992

Idolatry, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press.

Kress michael, 2004 (27 novembre)

« Lighter duty. New devices help modern Jews observe ancient Sabbath laws », Dallas Morning News. Disponible en ligne, http://michaelkress. com/id14.html [consulté en avril 2012].

Latour bruno, 1999

Pandora’s Hope. Essays on the Reality of Science Studies, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press.

Lubell stephen, 1993

« Bilingualism in the Hebrew text », Visible Language, vol. 27, n° 1-2, pp. 162-204.

Reif stefan, 1993

Judaism and Hebrew Prayer. New Perspectives on Jewish Liturgical History, Cambridge (Royaume Uni), Cambridge University Press.

Scherman nosson & meir Zlotowitz, 1985

The Complete ArtScroll Siddur. Weekday, Sabbath, Festival. A New Translation and Anthologized Commentary, Brooklyn, Mesorah Publications.

Stolow jeremy, 2010

Orthodox by Design. Judaism, Print Politics, and the ArtScroll Revolution, Berkeley, University of California Press.

Wach joachim, 1968

Understanding and Believing. Essays, Michigan, University of Michigan Press.

Walker edward, 1984

« The art of bookbinding. Its rise and progress », in M. Nixon, Edward McLean (dir.), Bookbinding, New Castle, Oak Knoll Books.

Haut de page

Notes

1 Pour un aperçu de cette maison d’édition et des ouvrages qu’elle propose – plus de 1 500 titres à ce jour –, voir le site internet www.artscroll.com. J’ai présenté ailleurs (Stolow 2010) de manière détaillée l’impact d’ArtScroll dans l’espace du judaïsme contemporain, à travers l’analyse des conditions institutionnelles et commerciales de son succès, la lecture précise de certaines des œuvres qu’elle publie, et l’étude extensive de la réception des livres d’ArtScroll parmi divers publics et en différents contextes d’utilisation.

2 « Scroll »est ici employé pour sa valeur polysémique. Il signifie « rouleau [de parchemin], manuscrit », mais aussi « enjolivement, arabesque, cartouche [encadrant un titre] », et renvoie également au défilement d’un texte. (Note de la rédaction.)

3 Voir le site internet www.amazon.com/gp/product/customer-reviews/089906650X/ (consultéen avril 2012).

4 Pour une analyse plus approfondie de la façon dont les livres ArtScroll s’écartent manifestement des façons de voir « habituelles » dans les communautés juives en faisant de la compréhension un prérequis pour participer aux rituels, voir Stolow (2010 : 111-120). Plus généralement, les modalités de participation aux rituels religieux et les modalités d’expérimentation de ces rituels ont rarement été envisagées comme dépendant de l’intelligibilité discursive. Les spécialistes ont bien plus souvent qualifié l’expérience émotionnelle du rituel de mystérieuse, voire impénétrable. Voir par exemple Bell (1992) ou Wach (1968).

5 La lampe a été inventée par le rabbin torontois Shmuel Veffer, en réponse, dit-on, à une demande de sa femme, « d’accrocher une sorte de lumière dans la chambre afin qu’elle puisse lire durant Shabbat ». Cette citation est extraite du site du fabricant de lampes, Kosher Innovations : www.kosherimage.com/news.html (consulté en avril 2012).

6 Cité par Michael Kress (2004).

7 Cité par David Gordon (2008).

8 Citation extraite du site internet de Kosher Innovations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stolow J., 2012, « Le synthétique sacré. Réflexions sur les aspects matériels des textes juifs orthodoxes », Terrain, n 59, pp.120-137.

Référence électronique

Jeremy Stolow, « Le synthétique sacré », Terrain [En ligne], 59 | septembre 2012, mis en ligne le 28 septembre 2012, consulté le 20 août 2014. URL : http://terrain.revues.org/14994 ; DOI : 10.4000/terrain.14994

Haut de page

Auteur

Jeremy Stolow

Université Concordia (Montréal, Québec, Canada)

Haut de page

Droits d’auteur

© Terrain

Haut de page
  • Logo Les éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo Ministère de la Culture
  • Revues.org