Navigation – Plan du site
L'objet livre

Quand le livre devient relique

Les textes tibétains entre culture bouddhique et transformations technologiques*
Hildegard Diemberger
p. 18-39

Résumés

L’idée bouddhiste selon laquelle les textes sont des reliques, et leur distribution un « acte méritoire », a fortement pesé dans l’invention de l’imprimerie en Chine sous la dynastie Tang, au viie siècle, et plus tard dans la diffusion de cette découverte au sein de l’Empire mongol. Au xve siècle, c’est la même idée qui sous-tend ce que l’on pourrait sans doute décrire comme une « révolution de l’imprimerie » au Tibet. S’appuyant sur le plus ancien imprimé du Tibet central qui soit parvenu jusqu’à nous, et qui n’a été que récemment mis au jour, le présent article s’attache à montrer comment certaines attitudes à l’égard des livres, ancrées dans des traits culturels spécifiques, ont pu avoir une incidence sur les technologies utilisées pour la production, et la reproduction, de ces mêmes livres, et influencer la façon d’aborder de tels objets textuels – une influence qui perdure de nos jours.

Haut de page

Texte intégral

traduit de l’anglais par Frédéric Sarter

* Le présent article reprend les résultats préliminaires du projet « Transforming technologies and Buddhist book culture: the introduction of printing and digital text reproduction in Tibetan societies », financé par le British Arts and Humanities Research Council, basé à l’université de Cambridge et à la British Library.

  • 1 On considère que l’écriture tibétaine a été élaborée au viiesiècle à partir d’un alphabet en usage (...)
  • 2 Le pothi (pustaka sanskrit) est vraisemblablement le format le plus répandu parmi les livres sacré (...)
  • 3 En réalité, tous les livres ne sont pas sacrés, mais un sentiment très largement partagé accorde à (...)

1Recopiés à la main ou bien imprimés par xylographie sur des papiers fabriqués à partir de l’écorce ou des racines de plantes des contreforts de l’Himalaya et du plateau tibétain, les livres sacrés tibétains sont le reflet d’une longue et riche tradition textuelle1. La plupart se présentent sous la forme d’une liasse de feuillets non reliés, imitant les feuilles de palmier sur lesquelles les textes bouddhiques recopiés en sanskrit étaient jadis importés depuis l’Inde par les érudits et les pèlerins bouddhistes. Ce format particulier est connu sous le nom « pothi »2. Certains pothi richement enluminés et recopiés à l’aide d’encres précieuses (à base d’or, d’argent ou de gemmes) sur un papier de couleur sombre, d’autres, plus ordinaires, sont écrits à l’encre noire (à base de suie) sur un papier plus ou moins blanc ayant tendance à noircir avec l’âge. Quoique tous soient perçus comme sacrés, certains le sont plus que d’autres3. Généralement enveloppés dans un linge spécifique, portant le même nom que la robe monastique (namsa) et fermé par des cordelettes appelées « ceintures » (kura), les livres tibétains, « invités » (chedren) à se déplacer d’un lieu à l’autre comme s’il s’agissait de personnages de haut rang, sont étroitement liés au culte bouddhiste des reliques (Diemberger, à paraître).

  • 4 Par exemple, la lecture des textes de la « Perfection de la sagesse » (Prajnaparamitasutra) et d’a (...)
  • 5 En se fondant notamment sur les travaux d’Alfred Gell (1998) au sujet de l’art et de l’agentivité.
  • 6 La notion de « mérite » oriente une part essentielle de la vie privée et sociale bouddhique. Elle (...)
  • 7 L’idée d’un « commencement du dharma », chokyi unye (chos kyi dbu brgnyad), est souvent liée au my (...)

2En tant que « symboles/supports de la parole » (sung ten), ils incarnent la parole du Bouddha et des maîtres qui ont prolongé ses actions après son passage au Nirvana, aux côtés des statues et des peintures, « symboles/supports du corps » (ku ten), et des reliques véritables enchâssées dans les stupas, « symboles/supports de l’esprit » (thug ten). Leur lecture à voix haute les active. De cette façon, les livres sont partie intégrante des pratiques rituelles visant à maîtriser la force de bénédiction contenue dans la « parole » du Bouddha et des maîtres bouddhiques4. Ils ne sont donc pas regardés comme de simples moyens de transmission d’un message : on les pense capables d’agir sur les êtres vivants et leur environnement. Cette particularité incite à les étudier à la lumière des théories de l’« agentivité non humaine5 ». En tant qu’objets rituels, leur manipulation requiert le respect de certains protocoles. Ils sont doués du pouvoir de bénir (les personnes et les lieux) et délivrent parfois à ceux qui s’en approchent un puissant message moral. De la même façon que produire ou restaurer des livres est une activité génératrice de mérite6, détruire ou négliger des livres représente une faillite morale. En tant qu’objets sacrés, les livres ont joué un rôle central dans l’historiographie tibétaine, à tel point que la légende d’un livre tombant du ciel sur les toits du palais royal est vue comme l’aube de l’histoire tibétaine bouddhiste7. Cependant, en dépit d’éléments de continuité courant sur une période de plus de mille cinq cents ans, les livres tibétains ont subi des transformations technologiques majeures. Comment les différentes façons dont les bouddhistes regardent et comprennent les livres ont-elles influé sur la forme matérielle de ces derniers, depuis l’introduction de la xylographie jusqu’aux technologies numériques ? Dans quelle mesure ces innovations peuvent-elles être vues comme les agents d’une évolution sociale et culturelle, et dans quelle mesure peut-on comparer celle-ci à ce qu’on nomme « révolution de l’imprimerie » dans l’Europe des débuts de la modernité ?

3Je tenterai de répondre à ces questions en examinant un texte imprimé tibétain récemment découvert, daté de 1407, et en prenant en compte les études récentes sur le « livre » à travers les cultures et les époques historiques, études encouragées à la fois par une prise de conscience renouvelée de la dimension matérielle du livre à mesure que celui-ci est de plus en plus souvent remplacé par ses substituts numériques, et par les recherches qui ont vu le jour dans le sillage des travaux novateurs d’Elizabeth Eisenstein sur la « révolution de l’imprimerie » (Eisenstein 1979, 1983 ; Alcorn Baron, Lindquist & Shevlin 2007)

Les livres comme reliques et leur diffusion comme « activité méritoire »

4Même si différentes approches autochtones du sacré viennent s’y superposer (Diemberger, à paraître), la façon dont les livres tibétains sont généralement traités est gouvernée par des attitudes qui s’enracinent dans les formes du sacré élaborées dans l’Inde bouddhiste ancienne (Berkwitz, Schober & Brown 2009). Si on en croit les récits (et le narratif) bouddhistes, l’idée que les livres incarnent la parole du Bouddha nous ramène à l’instant même de sa mort (même si, en réalité, les écritures à proprement parler n’ont été produites que plusieurs siècles après) :

Alors le Bhagvan s’adressa au vénérable Ananda : Il se peut, Ananda, que certains d’entre vous viennent à penser : la parole du Maître appartient au passé ; nous n’avons pas d’enseignant. La Doctrine et la Discipline, Ananda, que je vous ai apprises et que je vous ai enjoints de suivre, ce sont elles qui seront votre maître lorsque je serai parti. (Extrait du Mahaparinibbannasutta, traduit en français d’après la traduction anglaise de H. Clarke Warren.)

  • 8 La « Perfection de la sagesse » (Prajnaparamitasutra) est un ensemble de textes qui a joué un rôle (...)

5Le corpus littéraire de la « Perfection de la sagesse8 » a développé ce thème, encourageant ce qui allait devenir un véritable culte du livre :

Lorsque, grâce au pouvoir fortifiant du Tathagata, cela a été bien écrit, en lettres bien nettes, dans un grand livre, ce dernier doit être honoré, révéré, adoré et vénéré, avec des fleurs, de l’encens, des parfums, des couronnes, des onguents, des poudres aromatiques, des bandelettes de tissu, des parasols, des bannières, des cloches, des drapeaux, et des rangées de lampes tout autour, et par de multiples formes de vénération […]. Chacun doit savoir que ces êtres vivent dans la présence du Tathagata qui entendra cette perfection de sagesse, s’en saisira, l’étudiera, la répétera et l’écrira, et qui l’honorera, la révérera, l’adorera et la vénérera. (Conze 1973 : 299-300.)

  • 9 Cakravartin (« souverain du monde ») était l’expression pour désigner un souverain bouddhiste parf (...)

6Cette vision, que reflète la reproduction de volumes d’écritures somptueusement ornés, au Tibet comme dans d’autres contrées bouddhistes, remonte à l’Inde bouddhiste du ier ou du iie siècle ap. J.-C. Dans la littérature du Mahayana, où la « Perfection de la sagesse » et les textes connexes tiennent une place centrale, on a pu observer une fusion, ou une combinaison, du culte des reliques et de celui du livre. Les textes pouvaient donc être regardés comme des reliques, objets de vénération au même titre que les restes corporels du Bouddha (ou de ceux qui ont mis en œuvre sa vision), et placés eux aussi dans des stupas. Les actes rituels s’appliquant à ces textes pouvaient dès lors être démultipliés. Ils impliquaient également les puissants – princes, seigneurs –, qui devaient se conformer au modèle du souverain bouddhiste, Açoka le cakravartin9, en distribuant les reliques.

  • 10 L’impératrice Wu Zetian (624-705) fut la seule femme dans l’histoire chinoise à porter le titre d’ (...)

7Cette perception du texte comme relique, en conjonction avec les pratiques bouddhistes visant à progresser en mérite, a pu être reliée au développement des premières formes d’imprimerie en Chine, en Corée et au Japon (Schopen 2005 : 309-311 ; Strong 2004). Dans son ouvrage The Woman who Discovered Printing, Timothy Barrett (2008) décrit comment la très controversée impératrice de Chine, Wu, au terme d’une vie qui ne manquait pas de sujets d’expiation10, avait ordonné l’impression et la diffusion de cent mille exemplaires d’un texte rituel, le « Grand sortilège de la lumière pure et sans tache ». En cherchant à sa manière à gagner en mérite et à réactualiser l’idéal du cakravartin pour fonder sa propre dynastie (Zhou), l’impératrice a probablement contribué à la découverte de l’imprimerie dès la fin du viie siècle. Il se peut qu’une perception similaire du livre en tant que relique, artéfact et objet rituel ait servi de base à la production des premiers textes imprimés tibétains. Au Tibet (sous le nom par, qui signifie littéralement « image, effigie ») comme en d’autres pays bouddhistes, la production d’imprimés xylographiques fait son apparition au milieu d’un ensemble de pratiques rituelles apparentées : des reliques corporelles, des dents par exemple, sont estampées dans de l’argile et distribuées en tant qu’objets dépositaires d’une bénédiction ; des cendres mêlées à de l’argile sont moulées en forme d’effigies saintes et deviennent des objets rituels (tsa tsa) ; le sang de lamas décédés est mélangé à l’encre utilisée pour recopier leurs propres textes, transformant ces derniers en reliques ; etc.

  • 11 Kurtis Schaeffer (2009) mentionne un imprimé de 1153 découvert à Kharakhoto. À propos des imprimés (...)
  • 12 Celui-ci a été découvert l’an dernier par un collègue tibétain, Gyutog Dawa, parmi des textes de B (...)
  • 13 Urgyenpa (1230-1309) fut l’un des adeptes éminents de l’école Kagyu du bouddhisme tibétain, partic (...)

8L’imprimerie était appréciée parmi les peuples bouddhistes le long de la route de la soie. Chez eux, les éditions imprimées des textes bouddhistes ne faisaient pas seulement partie intégrante des activités du souverain pour gagner en mérite, elles étaient également des cadeaux de valeur à échanger dans le cadre des relations diplomatiques entre entités politiques – tels l’empire tangoute et l’empire Song (Dunnell 1996). Ainsi, les xylographes tibétains les plus anciens conservés à ce jour ne proviennent pas du Tibet même : il s’agit d’imprimés du xiie siècle produits par les Tangoutes11 et de textes tibétains imprimés à Pékin aux xiiie et xive siècles par Khublai Khan et ses successeurs (connus sous le nom « imprimés du Hor »). Certains de ces imprimés sont parvenus jusqu’au Tibet central, où les chercheurs tibétains découvrent depuis peu de plus en plus d’exemplaires survivants (Shes rab bzang po 2009 : 41-50). Même si on trouve la brève mention d’un imprimé produit au Tibet dès 1207 (Van Der Kuijp 2010 : 441 sq.), un texte imprimé à Shekar en 140712 demeure à ce jour l’imprimé le plus ancien produit au Tibet qui soit parvenu jusqu’à nous. Il précède de quelques années l’édition imprimée des œuvres de Tsongkhapa (1357-1419) réalisée vers la fin de sa vie, jusqu’ici communément reconnue comme le livre le plus ancien imprimé au Tibet (Ehrhard 2000 : 11 ; Jackson 1990 : 107 sq.). Il n’est pas impossible qu’à l’avenir apparaissent des imprimés produits au Tibet dès les xiiie et xive siècles, tels ceux qu’on rapporte traditionnellement avoir été imprimés par Urgyenpa13. Sous réserve qu’ils aient réellement été produits, il est probable que ces imprimés furent rares et clairsemés, bien moins courants que ceux importés de Pékin.

  • 14 La contribution de l’imprimerie à l’émergence d’un monachisme de masse reste à étudier.

9Par contraste, l’imprimerie s’est répandue au xve siècle avec une remarquable rapidité, si bien qu’en quelques décennies à peine la publication d’imprimés bouddhistes devint une des activités méritoires majeures, aussi bien pour les souverains qu’au sein de réseaux informels laïcs et monastiques. Moyen nouveau, et bientôt crucial, pour les souverains d’obtenir mérite religieux et prestige politique, cette innovation eut de vastes conséquences sur la formation monastique14, en favorisant la diffusion et la mise en commun d’idées relatives au Tibet et à son histoire.

Un indice d’une « révolution de l’imprimerie » au Tibet ?

10Quoiqu’au Tibet l’imprimerie n’ait jamais supplanté la production continue de manuscrits, elle est à considérer comme une innovation majeure parmi les technologies de la communication. Comme ce fut le cas en Europe avec les premières techniques d’imprimerie, elle s’inscrit à la fois en continuité et en rupture au sein de la culture scripturaire. Il reste toutefois difficile de mesurer précisément l’ampleur et l’impact de cette innovation sur la seule base des matériaux dont nous disposons. C’est pourquoi, partant de l’étude préliminaire du plus ancien livre imprimé qui nous soit parvenu du Tibet central, je vais ici, plutôt que de tirer des conclusions définitives, suggérer quelques pistes à explorer.

  • 15 Durant la période Sakya-Yuan et peu après, le Tibet était, selon le modèle mongol, subdivisé en tr (...)

11Imprimé en 1407 à l’initiative de son fils Situ Lhatsenkyab afin de commémorer la disparition de Situ Chokyi Rinchen, souverain du Lato du Sud15, cet ouvrage reproduit un commentaire de l’Abhisamaya-alankara (« Ornement des claires réalisations ») par Haribhadra, intitulé « Le commentaire qui clarifie le sens » (‘Grel ba don gsal ba). Il s’agissait d’un texte populaire largement répandu développant et détaillant la « Perfection de la sagesse », rédigé au viiie siècle par un disciple de Santaraksita, savant indien connu pour avoir introduit le bouddhisme au Tibet. Ce texte est resté l’un des piliers du cursus d’apprentissage des moines tibétains (Dreyfus 2003 : 174-182). L’édition imprimée, réalisée au format pothi, se compose de quatre-vingt-dix feuillets (dont quelques-uns manquent à l’exemplaire qui a survécu), et conserve de nombreuses caractéristiques matérielles propres aux volumes manuscrits.

  • 16 « Skeuomorphe » qualifie un objet ou un motif créé à partir d’un modèle ancien dont il conserve de (...)

12Le plus frappant de ces traits consiste en deux anneaux imprimés au beau milieu du texte, qui simulent les anneaux que l’on peut trouver dans les manuscrits tibétains plus anciens – eux-mêmes imitant les manuscrits en feuilles de palme grâce auxquels l’enseignement bouddhiste avait voyagé de l’Inde au Tibet : les feuilles étaient attachées par des cordelettes passant à travers deux trous parfois ornés de cerclages décoratifs. Les plus vieux manuscrits en papier présentent de tels orifices qui servaient réellement à relier les feuillets au moyen de cordelettes. Quoique ce système soit rapidement devenu obsolète, des anneaux skeuomorphes16 ornementaux lui ont succédé. Ils donnaient aux manuscrits un parfum d’authenticité et d’autorité. Les ouvrages imprimés dotés de ces cercles sont cependant extrêmement rares. Ils ne sont pas sans rappeler certains des premiers incunables européens qui conservaient quelques traits propres aux éditions manuscrites.

13L’ample colophon de l’ouvrage, imprimé à Shekar, célèbre la terre du Lato du Sud et son souverain. Ce faisant, il livre quelques détails relatifs à sa propre production. Après une longue description des festivités qui ont marqué l’achèvement de l’ouvrage, le colophon se termine sur ces mots :

  • 17 « Gro zhun », soit approximativement le mois d’août.

Signes de bons auspices, des guirlandes de fleur pleuvaient [du ciel]. De belles jeunes filles chantaient mélodieusement : « Il n’y a pas d’obstacle au bonheur de la myriarchie ! » La gloire s’élevait au milieu du festin ; plus haut que la montagne de l’orgueil se tenait le plus pur des souverains humains. Ceci était devenu le véritable nombril de cette terre d’abondance. De même l’ouvrage d’imprimerie qui avait répandu des centaines de milliers de textes comme rais de lumière éclipsait-il le soleil. Quel que soit le pouvoir par lequel les doctrines du Bouddha pouvaient élever les êtres et les tirer de la platitude, tel était le pouvoir du souverain des régions du Sud, riche des actions des rois ancestraux du temps passé. Depuis le palais de Shekar, ce « Commentaire qui clarifie le sens » comme le soleil et la lune, [un texte] que l’on dit propre à convertir tous et chacun, a été imprimé l’année femelle du cochon de feu (1407), durant le mois de Sravana17, grâce aux efforts du fonctionnaire Jobo Gyadar. Qu’il se répande en toutes directions, en tous temps, et en toutes occasions.

14Un court manuscrit intitulé « Grandes lignes de l’édition imprimée du Court commentaire qui clarifie le sens réalisée par le Grand Situ Lhatsenkyab » (Ta si tu lha btsan skyabs kyi ‘grel chung don gsal par du bsgrubs pa’i dkar chag tshigs bcad la) comporte le même texte, complété par une phrase qui explique que ces « grandes lignes » font partie des œuvres complètes du grand maître Jigdrel, Victorieux dans toutes les Directions, autrement dit Bodong Chogle Namgyal (1376-1451). Ce jeune abbé du monastère de Shekar était le précepteur spirituel de la famille régnante du Lato du Sud. De ce fait, il fut impliqué dans l’entreprise d’impression du texte. Il devint au cours des décennies suivantes l’un des esprits universels les plus prolifiques de toute l’histoire du Tibet.

15Sans doute, cette véritable « feuille de mission » ou « déclaration d’intention » décrivant la production de l’édition imprimée entend-elle réaliser le dessein exprimé dans les derniers versets de la « Perfection de la sagesse ». Grâce à la nouvelle technologie, le projet est cependant réalisé sous une forme qui n’a pas de précédent. Plus frappant encore : cette édition imprimée rompt avec la tradition par laquelle les souverains accroissaient leur mérite en faisant réaliser des copies manuscrites somptueusement ornées de la « Perfection de la sagesse » et d’autres textes canoniques appréciés, destinées à devenir des objets rituels. Dans le cas de l’édition imprimée, ce qui semble s’imposer et venir désormais au premier plan, c’est un mode d’engagement avec le contenu même du texte, et par extension l’utilisation de celui-ci dans le cadre d’activités d’enseignement et d’apprentissage impliquant de très nombreuses personnes – quand bien même l’entreprise est louée en des termes qui empruntent à la tradition rituelle, évoquant par exemple le nombre hautement symbolique de cent mille. Les personnes impliquées dans cette entreprise éditoriale, attachées à réaliser des aspirations anciennes – accroître ses mérites par la reproduction de livres –, ont ainsi ouvert une brèche, emprunté de nouveaux chemins. Un même objet, le texte imprimé, était à même de susciter diverses attitudes interconnectées parmi les personnes impliquées. Ces attitudes variaient sans doute en fonction du statut, des compétences et de la position de chacun. Pour certains, il devait s’agir d’un objet rituel produit dans le cadre d’une activité méritoire en l’honneur d’un défunt ; pour d’autres, il devait s’agir avant tout d’un dispositif visant à rehausser le prestige du souverain ; pour d’autres encore, il s’agissait en premier lieu du support d’un message qui devait être distribué et rendu accessible à une échelle jamais vue. Pour mieux comprendre le contexte de cette entreprise pionnière, il est temps de présenter brièvement les principaux personnages impliqués.

Un souverain fervent, un fils dévoué à son père, un maître spirituel inventif

  • 18 Sur cette notion de choyon (mchod yon), voir David Seyfort Ruegg (1995).
  • 19 Situ Chokyi Rinchen était le fils, peut-être illégitime, de Ponchen Donyo Palsang, mort dans les a (...)
  • 20 Apporter un tel soutien total aux moines n’était pas un engagement minime, aussi l’« Histoire de S (...)
  • 21 L’idée d’une majesté intérieure et d’une majesté extérieure interconnectées repose sur l’ancienne (...)
  • 22 Ce récit du xvesiècle est rapporté dans l’« Histoire de Shekar » (Shel dkar chos ‘byung :folio 8v° (...)

16Il convient de replacer l’entreprise d’impression du « Commentaire qui clarifie le sens » dans son contexte, caractérisé par la fragmentation politique et par une grande inventivité culturelle. Au début du xive siècle, le Tibet était sous la domination « Sakya-Yuan », soit la combinaison d’un pouvoir impérial mongol et d’une direction spirituelle tibétaine selon le modèle de la relation « prêtre / patron », ou plus exactement « précepteur /donateur18 ». Le contrôle politique était exercé au Tibet par une autorité locale appelée Sakya Ponchen, du nom de son siège, la ville de Sakya au sud du Tibet. Avec la chute de la domination impériale Sakya-Yuan en 1368, le pouvoir unificateur disparut. Bien que plus ou moins maîtrisé par le Phagmodrupa qui avait renversé l’ancien régime, le Tibet devint une arène où des entités politiques rivales tentaient de prendre le contrôle l’une de l’autre. Ce qui constituait les treize myriarchies du Tibet sous le régime Sakya-Yuan forma la base d’un jeu de pouvoirs entièrement nouveau (Everding & Dzongphugpa 2006 : 93). Le Lato du Nord et le Lato du Sud étaient deux de ces myriarchies. Elles avaient évolué en entités politiques autonomes dont les relations mutuelles faisaient alterner conflits et alliances par le mariage. Monté sur le trône du Lato du Sud dans des circonstances aventureuses, Situ Chokyi Rinchen19 sut jouer habilement d’une série de décisions innovantes pour offrir à sa contrée une période de grande prospérité : il accorda des réductions d’impôts aux personnes possédant de nombreuses têtes de bétail, ce qui contribua à développer considérablement la richesse pastorale ; il fit bâtir de nouveaux systèmes d’irrigation, garantissant d’abondantes réserves de grain ; et fit ouvrir cols et voies de passage dans toutes les directions afin de développer les échanges commerciaux. L’opulence du pays bénéficia à l’établissement et à l’extension de sites bouddhistes20 (ibid. : 102) parmi lesquels le plus important était le monastère Shekar Chode, fondé en 1385 sous la direction du grand traducteur Dragpa Gyaltsen (1352-1405) – qui fonda peu après un shedra (bshad grwa), une école de philosophie pour la formation des moines. L’opulence matérielle du territoire qu’il gouvernait ainsi que les actions qu’il avait accomplies pour faire avancer la doctrine bouddhiste valurent au règne de Situ Chokyi Rinchen d’être qualifié de majesté « intérieure » et « extérieure »21. Célébré comme héros du récit épique « Les treize actes du Situ22 », Situ Chokyi Rinchen fut un dharmaraja plus accomplis.

  • 23 Sur les « deux lois », c’est-à-dire le système de règles religieuses et séculières, voir Ruegg (19 (...)
  • 24 L’expression tibétaine « tsen dzinpa (mtshan ‘dzin pa) » peut être rendue par : « doté des attribu (...)

17Posant en héritier et parfois en concurrent des anciens empereurs tibétains, Khublai Khan (1215-1294) avait été le parfait parangon du dharmaraja, gouvernant selon les « deux lois23 ». Il est devenu une source d’inspiration pour les souverains locaux qui, longtemps après sa mort, essayaient encore de l’imiter. L’empereur mongol et sa famille avaient su exploiter et développer les traditions des peuples qu’ils avaient intégrés à leur empire. Ces traditions incluaient le bouddhisme tibétain et l’imprimerie. Dans le colophon du « Commentaire qui clarifie le sens » imprimé de 1407, on glorifie Situ Chokyi Rinchen, « joyau de la couronne pour tous » revêtu des attributs24 dharmaraja Khan – s’étant fait le champion du bouddhisme tibétain, ce dernier en avait assuré la promotion de bien des façons, y compris en faisant imprimer des textes tibétains.

18Situ Lhatsenkyab monta sur le trône du Lato du Sud en 1402, à la mort de son père. L’« Histoire de Shekar » (Shel dkar chos ‘byung) ainsi que les biographies des maîtres spirituels de cette période le décrivent doté d’un très grand charisme et bouddhiste très fervent. Il joua un rôle de protecteur et de mécène pour Bodong Chogle Namgyal, figure clef de l’imprimerie dans cette région et à cette période, et pour Thangtong Gyalpo, autre grand érudit qui doit notamment sa célébrité d’innovateur aux ponts suspendus faits de chaînes de fer qu’il jeta au-dessus de la rivière Tsangpo (Brahmapoutre), et dont les biographies les plus anciennes ont été produites et imprimées vers la fin du xve et le début du xvie siècle (Stearns 2007). En prenant la succession de son père, Lhatsenkyab acceptait de rivaliser avec un héritage prestigieux. L’entreprise d’impression de 1407 était certainement liée à des activités d’accumulation de mérites qui devaient commémorer sa mort et glorifier son pays. Il se peut qu’elle ait eu d’autres ambitions encore. Un passage du colophon affirme ainsi :

De façon à parachever les aspirations spirituelles du dharmaraja Rinchen par une aspiration spirituelle de grand mérite, le roi Lhatsen[kyab], qui est comme le roi des dieux, a fait imprimer en son honneur une écriture excellente […], les centaines de milliers de textes imprimés comme des rayons de lumière ont été diffusés à profusion, rayonnant parmi les jardins de lotus des écoles de dharma, qui se voient ainsi dotées des ailes de l’autorité scripturale et du raisonnement. (Folio 89v°.)

19Accumuler du mérite en faveur d’une personne décédée n’avait rien de neuf au sein d’une société bouddhiste, mais la façon dont cela s’est fait à cette occasion était sans doute assez nouvelle, au moins dans le contexte local. Propager la doctrine signifiait en effet, dans ce cas précis, distribuer réellement, à une échelle inédite, des écritures destinées à servir d’outils d’enseignement. Or, cette approche n’allait pas rester la seule prérogative des souverains et des congrégations monastiques, elle allait gagner la société dans une plus large mesure grâce aux yogins conduisaient des groupes hétérogènes de disciples.

  • 25 Ceci était considéré comme une période de temps exceptionnellement longue pour l’impression d’un s (...)
  • 26 Lhatsun Rinchen Namgyal, disciple et biographe de Tsangnyon Heruka, rapporte que Naropa était appa (...)

20Lorsque le « yogin » Tsangnyon Heruka décida de produire (de 1488 à 149525) au Lato du Sud des éditions imprimées de la biographie et des chants de Milarepa, le mystique des xie-xiie siècles, il s’engageait de façon délibérée dans une entreprise nouvelle, pour laquelle il lui avait d’ailleurs fallu recevoir les encouragements du maître spirituel indien Naropa26. Après avoir rassemblé le corpus de textes, après avoir réuni les personnes aptes à superviser la découpe du bois des blocs d’imprimerie, les scribes et les graveurs, il mena ce travail à bien et le fit largement distribuer :

De nombreux exemplaires furent imprimés. À trois ou quatre reprises il fit la distribution des exemplaires au Dbus-Gtsang [Tibet central], et il diffusa abondamment les Chants la Vie toutes les directions, telles que Mnga’ ris, Lho et Byang [Gungthang, Lato du Sud et Lato du Nord]. Les propensions de ceux qui avaient un parfait karma ’éveillèrent, et il s’efforcèrent de pratiquer d’une façon résolue. Pour ceux qui n’avaient pas la foi, ce fut cause d’avoir la foi ; et ceux qui avaient la foi furent conduits sur la voie, et même en parvenant aux oreilles des gens de moindre fortune [ceux qui avaient le moins de disposition intérieure et d’opportunité pratique], un germe parfait fut semé. En bref, rien que par cela la doctrine bouddhiste se répandit plus avant encore, et des êtres innombrables virent s’accomplir leurs finalités. (Cité par Stearns 1985 : 69-70.)

21Cette large diffusion est l’une des nouveautés liées à l’essor de l’imprimerie tibétaine (Ehrhard 2000 : 17). Cette innovation associée à l’action de Tsangnyon Heruka met en évidence l’aspect précurseur de l’entreprise menée dès 1407 par Bodong Chogle Namgyal – même si, selon toute probabilité, on devrait lui découvrir des précédents à l’avenir.

  • 27 Il s’agit d’un lignage par les neveux (on gyu) dont Pang Lotsawa est à l’origine, qui s’est poursu (...)
  • 28 Cette région acquit au xviesiècle une importance particulière dans le domaine de l’imprimerie (voi (...)
  • 29 L’un d’eux figure parmi l’anthologie des œuvres de Bodong Chogle Namgyal (Bo dong pan chen & Nizam (...)

22Ce maître spirituel était né dans une zone pastorale du nord-est de Shekar. Il appartenait à une lignée spirituelle de tout premier rang dans la région27. Sa familiarité avec les techniques d’imprimerie s’explique autant par sa fréquentation du monastère de Sakya que par ses origines : à l’instar de ses éminents prédécesseurs, son lieu de naissance, Surtsho, n’était guère éloigné de la terre natale d’Urgyenpa28, le lama qui contribua de façon centrale à la production, au xiiie siècle, d’imprimés tibétains à la cour des Yuan29 et qui importa peut-être cette pratique dans sa propre patrie. Quoi qu’il en soit, Bodong Chogle Namgyal s’empara de ces techniques novatrices et entreprit de les exploiter dès lors qu’il devint abbé du monastère de Shekar – succédant en 1402 à son oncle Dragpa Gyaltsen, qui l’avait fondé avec le soutien de Situ Chokyi Rinchen.

  • 30 Voir aussi James Dewar et Peng Hwa Ang (2007 : 372).

23La commémoration de la mort du souverain était une excellente occasion, dans la mesure où la production de « symboles du corps, de la parole et de l’esprit [de Bouddha] » constituait l’une des façons convenues d’accumuler des mérites en faveur du défunt. Bodong Chogle Namgyal, en produisant des livres, des « symboles de la parole » (sung ten), et en augmentant leur diffusion, suivait ainsi la tradition d’une manière novatrice, ou, pour reprendre la formule d’Elizabeth Eisenstein, « ouvrait des voies nouvelles dans l’acte même d’accomplir des buts anciens » (Eisenstein 1979 : 693)30. La date de 1407 semble d’ailleurs quelque peu tardive pour une opération normale de deuil (Situ Chokyi Rinchen est mort en 1402). C’est peut-être là l’indice d’une entreprise différente, qui suggère une évolution des coutumes sociales et culturelles.

24On peut imaginer que Bodong Chogle Namgyal, inspiré par son oncle (Shek dkar chos ‘byung : folio 43b), ait manipulé le protocole rituel visant à produire des mérites en faveur du souverain défunt de façon à poursuivre une vision plus large : promouvoir une rencontre à plus grande échelle, et plus en profondeur, avec la doctrine bouddhiste à travers une meilleure étude des écritures par la communauté monastique. Il était doté d’un puissant esprit d’innovation dans tous les champs de la connaissance, était au fait des activités d’imprimerie qui s’organisaient en Chine, et s’était réellement pris de passion pour les arts et les métiers artisanaux. De plus, il pouvait compter sur les talents de sculpteurs sur bois d’un nombre de plus en plus important d’artisans newari (et leurs élèves tibétains) qui s’établissaient dans la région depuis le xiiie siècle. Il se peut donc que, de façon novatrice, il se soit appuyé sur sa relation avec le souverain pour soutenir l’école de philosophie fraîchement fondée et mettre en place le programme d’études des moines. Le choix du texte retenu pour l’impression suggère fortement un tel usage. En outre, nous avons à présent connaissance d’autres textes, dédiés à l’étude du tantra, imprimés à Shekar sous son égide en 1410 (des exemplaires viennent tout juste de refaire surface grâce aux efforts de chercheurs tibétains, et il se peut bien sûr qu’il en ait existé d’autres, perdus au fil des siècles). Un éclairage complémentaire sur la figure de Bodong Chogle Namgyal et sur sa façon novatrice de rejouer la relation entre le souverain et le précepteur spirituel nous vient du royaume de Gungthang, qui nous donne des indices sur la façon dont la « révolution » de l’imprimerie a pu débuter.

L’accumulation de mérites des souverains de Gungthang et sa métamorphose

  • 31 « La généalogie royale de Gungthang » est une source du xviiiesiècle compilée par l’historien tibé (...)
  • 32 Elle fut reconnue comme la première nSamding Dorje Phagmo, initiatrice de la lignée de réincarnati (...)
  • 33 Biographie de Chokyi Dronma, feuillet 62v°.

25« La généalogie royale de Gungthang » (Gung thang rgyal rabs31) dresse, dans un ordre à peu près chronologique, la liste des souverains du royaume de Gungthang et dépeint leurs actions. La production de volumes bouddhistes en tant que « symboles de la parole » (sung ten) y revient fréquemment, aux côtés de la réalisation de statues, de peintures, de temples et de sanctuaires, en tant qu’activité visant à produire des mérites, tout particulièrement après le décès d’un membre de la famille. Jusqu’au règne de Thri Lhawang Gyaltsen (1419-1464), il s’agissait d’exemplaires manuscrits, parfois somptueusement enluminés, recopiés à l’encre dorée sur un papier bleu sombre. La chronique signale qu’avec l’avènement de Thri Lhawang Gyaltsen, l’impression de textes bouddhistes fait pour la première fois son apparition en tant qu’activité essentielle pour gagner en mérite. Les textes qu’il fait imprimer sont les enseignements de Bodong Chogle Namgyal, dont il a été protecteur et mécène. L’illustre fille de Thri Lhawang Gyaltsen, Chokyi Dronma (1422-1455)32, était l’une des disciples de ce maître. Elle supervisa l’édition de manuels imprimés d’après les séances d’enseignement public qu’il conduisait33. Après un bref mariage malheureux au sein de la famille régnante du Lato du Sud (qui fit d’elle la belle-fille de Situ Lhatsenkyab, commanditaire et mécène de l’entreprise d’imprimerie de 1407 décrite plus haut), elle se fit moniale et, tout au long de sa vie ambulante, s’attacha à enseigner la lecture à ses consœurs.

  • 34 Voir Diemberger (2007).

26On peut supposer que Bodong Chogle Namgyal tout comme Chokyi Dronma s’efforçaient de réaliser, de façon créative, leur vision d’une renaissance de l’ancienne civilisation bouddhiste. Cela les amenait à faire parfois des choix audacieux. La promotion de l’imprimerie vient en effet s’ajouter à des formes nouvelles de peinture, de métallurgie, à des tentatives pour développer un réseau de canaux, tandis que Chokyi Dronma encourageait la création de danses rituelles incluant des femmes, et soutenait la pleine ordination de ces dernières34.

27Ce moment particulier marquait aussi le début d’une période où se développèrent des formes plus populaires de pratique religieuse, venues de la base et favorisées par l’accès de plus en plus large aux textes imprimés (Ehrhard 2004 : 149). Les opérations d’imprimerie menées par Thri Lhawang Gyaltsen et sa fille Chokyi Dronma furent poursuivies par les souverains de Gungthang, aboutissant à la production d’un vaste corpus qui comprend notamment la biographie et les chants de Milarepa, l’un des plus célèbres classiques de la littérature tibétaine.

  • 35 Les rois de Gungthang ont financé plusieurs éditions imprimées de cet ouvrage. Pour une discussion (...)
  • 36 Nepal Research Centre, Kathmandu, microfilm AT 167/5-168/1.

28Dans le même temps, l’impression d’ouvrages tels que le Mani bka’ ‘bum35– un texte traditionnellement attribué au premier empereur du Tibet, Songtsen Gampo (mort en 649) – contribua à accompagner la diffusion de l’héritage impérial tibétain d’une sorte de sentiment, de conscience protonationale (Dreyfus 1994 : 205-218). Ce texte joua en effet un rôle central dans la promotion du culte du bodhisattva , protecteur du Tibet dont l’empereur Songtsen Gampo et le dalaï-lama à sa suite sont considérés comme des émanations. Le texte, qui a émergé entre le xiie et le xiiie siècle, acquit une pertinence particulière dans le contexte politique du xive siècle, alors que le Tibet se trouvait sous le contrôle plutôt lâche des hiérarques de Phagmodrupa, qui, à l’instar de nombreux souverains locaux tels les rois de Gungthang, encourageaient la redécouverte des racines tibétaines. Ce texte a donc contribué de façon substantielle à modeler un ensemble de souvenirs historiques partagés qui allaient sous-tendre une « identité collective […] annonciatrice du nationalisme moderne au Tibet » (ibid. : 205). Il est probable que la xylographie ait joué un rôle moteur propre à consolider cette vision, même si sa part reste en deçà de celle qu’a pu prendre la presse à imprimer dans l’histoire européenne telle que l’analysent Marshall McLuhan et à sa suite Elizabeth Eisenstein et Benedict Anderson. Ce n’est sans doute pas une coïncidence si le colophon d’un des textes imprimés de Gungthang, du début du xvie siècle, se clôt sur une invocation pour la bonne fortune du Tibet36.

29De fait, ce qui s’est produit au Lato du Sud et au Gungthang n’est pas unique. Les souverains de Phagmodrupa, les seigneurs de Gyantse et Yasang s’engagèrent en d’autres régions du Tibet dans des entreprises similaires, produisant des éditions imprimées qui ne tardèrent pas à s’établir comme des classiques du cursus monastique (au premier rang d’entre elles figure le Lam rim Tsonkhapa) et de l’historiographie tibétaine. Si bien qu’au début du xvie siècle, les imprimeries étaient fort nombreuses au Tibet. Il reste cependant nécessaire d’approfondir les recherches concernant la circulation réelle des livres imprimés afin de déterminer à quel point la nouvelle accessibilité de ces ouvrages a effectivement élargi leur lectorat.

Rivalités entre protecteurs, culture religieuse et… une simple question de papier

30Le nouveau contexte politique qui suivit la chute de la domination Sakya- Yuan sur le Tibet était marqué par la concurrence entre de petites entités. Les souverains locaux cherchaient à imiter les dharmarajas la période impériale tibétaine et les empereurs Yuan, rivalisant les uns avec les autres pour gagner en mérite – avec pour effet d’engendrer de grandes réussites culturelles et artistiques. Khubilai Khan ayant été un grand partisan et promoteur de l’imprimerie, cette activité trouva rapidement sa place dans le paysage. Un autre facteur peut-être déterminant quant au rythme et aux modalités de cette sorte de « révolution de l’imprimerie » fut la prospérité économique apportée par l’ouverture de nouvelles routes commerciales et par l’infrastructure de communication mise en place par la domination impériale Sakya-Yuan : il y avait désormais davantage de richesses, davantage de mécènes et de lecteurs potentiels. Aussi l’imprimerie n’est-elle pas restée la seule prérogative de souverains dévots et ambitieux, mais est-elle rapidement devenue une activité à laquelle se livraient des réseaux informels laïcs aussi bien que monastiques (les colophons comprennent en ce cas de longues listes de personnes issues de différents milieux, avec leur donation respective). Le mécénat des souverains et les fonds apportés par des gens ordinaires n’étaient jamais que différentes manifestations d’un même principe : accumuler des mérites au moyen de donations. Les livres étaient en cela de puissants agents au sein des réseaux liant les personnes aux objets sacrés.

31Par ailleurs, la xylographie rendait possible une sorte de système d’« impression à la demande » : contrairement à la presse à imprimer, il n’était pas nécessaire pour la mettre en œuvre d’atteindre d’emblée un certain tirage. Ainsi, aucune pression économique n’entraînait la création d’un marché spécifique du livre : bien au contraire, la diffusion des livres, même partie prenante des réseaux commerciaux, demeurait liée à la moralité de l’accumulation des mérites, selon laquelle des objets ou des services religieux étaient prodigués en échange de « dons ». Un marché du livre finit sans doute par émerger – même s’il reste pour le moment difficile de le démontrer –, mais il est probable que la nature sacrée du livre a considérablement ralenti la transformation de ce dernier en simple marchandise.

  • 37 Outre Stellera chamaejasme différentes espèces de daphné, on utilisait (surtout au Bhoutan et dans (...)
  • 38 Ce point fait en ce moment même l’objet d’une étude dans le cadre du projet « Transforming technol (...)

32Un point important en lien avec l’expansion des réseaux commerciaux – en direction des vallées himalayennes, particulièrement – appelle une exploration approfondie : la fourniture de papier. Les livres tibétains sont produits sur du papier fabriqué localement, essentiellement à partir de l’écorce des buissons de daphné qui poussent sur les marges du plateau tibétain, ou à partir des racines de Stellera chamaejasme, qui pousse en haute altitude37. L’écorce de daphné semble donner des résultats plus réguliers et être plus facile à transformer pour produire du papier en grande quantité, mais elle doit la plupart du temps être importée. Les racines de Stellera chamaejasme, disponibles sur le plateau, sont plus vénéneuses et de ce fait repoussent davantage les insectes, mais leur transformation demande davantage de travail et le papier obtenu est beaucoup plus souple. Comme me l’a indiqué au Tibet un ancien moine aujourd’hui spécialisé dans la papeterie, le meilleur papier d’imprimerie est une combinaison des deux : le premier matériau apporte la régularité du grain tandis que le second garantit la résistance aux insectes. Il est évident que la mise en œuvre de l’imprimerie implique la disponibilité d’une quantité considérable de papier. Reste à savoir comment les réseaux de mécénat ont pu se procurer ces matériaux (auxquels il faut ajouter le bois des blocs de gravure, à l’époque insuffisamment présent sur le plateau), soit localement, soit au moyen d’échanges commerciaux à longue distance38.

33Ayant des origines italiennes, j’ai ressenti, en me penchant sur cette période de l’histoire tibétaine, une étrange familiarité avec son absence de pouvoir hégémonique : cette situation évoque inévitablement les grands accomplissements artistiques et culturels de l’Italie de la Renaissance, marquée par sa fragmentation politique, par des souverainetés rivales se posant en mécènes et protecteurs des arts, et par l’imbrication entre le pouvoir laïc des seigneurs et le pouvoir du clergé. Ce rapprochement est sans doute fantaisiste, mais il conduit à se demander où et comment une innovation se produit. En outre, les considérations touchant la mise en place de la filière économique du papier – ce matériau indissociable de la production culturelle de la Renaissance – sont susceptibles d’alimenter notre réflexion comparatiste.

L’innovation technologique au xxie siècle

  • 39 Sur l’utilisation des caractères d’imprimerie mobiles au Tibet, voir Jo De Baerdemaeker (2009).

34Le fait d’attribuer à la reproduction des livres une fonction de production de mérite a déterminé les formes prises par le mécénat et l’innovation technologique dans le Tibet du xve siècle. La production de manuscrits et la xylographie sont ainsi restées les modes dominants de reproduction des textes jusqu’au xxe siècle. Même si des impressions typographiques tibétaines ont commencé à être adoptées dans certaines régions vers 1738, leur usage est demeuré marginal jusqu’aux changements politiques et culturels radicaux qui ont suivi l’annexion du Tibet par la République populaire de Chine39. Plus tard, durant la Révolution culturelle, les livres sacrés ont été, en tant que symboles de l’ordre social ancien, la cible de destructions. Nombre d’entre eux ont cependant été sauvegardés, soit par chance, soit parce qu’ils ont été cachés. De nos jours, des siècles après les premiers projets d’imprimerie, les livres bouddhistes semblent capables de mobiliser des réseaux de Tibétains (mais pas seulement) autour de la restauration des collections de textes réchappés de la Révolution culturelle, conservés dans des bibliothèques monacales, des sanctuaires, des grottes ou des maisons particulières. Ces actions procèdent d’un sentiment moral qui évoque le comportement traditionnel envers les livres sacrés : les livres en désordre ou négligés exercent une pression morale sur le croyant pour l’amener à remédier à cette situation, tandis que les livres restaurés et reproduits accordent des mérites. Ces activités sont souvent soutenues et financées par des sponsors (des commerçants tibétains, mais aussi de riches hommes d’affaires ou des cadres chinois non tibétains) qui voient dans le sauvetage et la reproduction de ces textes une importante source de mérites. Pour mener à bien cette tâche, ils encouragent l’utilisation et le développement des technologies informatiques.

35On est tenté d’esquisser un parallèle entre ces deux périodes d’innovation au sein de la culture tibétaine du livre, comme cela a déjà été suggéré pour d’autres contextes à travers le monde (Alcorn Baron, Lindquist & Shevlin 2007 : 9). Dans les nouvelles formes d’entrepreneuriat bouddhiste tout comme dans certaines entreprises de catalogage et de numérisation des textes financées par l’État – et qui peuvent éventuellement faire fonction d’interface avec ces réseaux informels –, on perçoit l’écho des anciennes relations qui liaient les donateurs à leurs précepteurs spirituels, tant du fait de leur sensibilité aux livres en tant qu’artéfacts sacrés que du fait de leur empressement à adopter l’innovation – au moins à certains moments, et souvent en ayant à surmonter des controverses.

  • 40 Les projets concernant la numérisation des matériaux tibétains ont vu leur nombre exploser à trave (...)
  • 41 L’idée d’une « diffusion ultérieure du bouddhisme » après la fin de la Révolution culturelle a été (...)

36Le cosmopolitisme bouddhiste ancien, avec sa perception omniprésente des textes comme reliques, a posé les fondations du développement et de l’adoption des technologies de l’imprimerie dans de nombreux pays d’Asie. Ce même type d’attitude est demeuré un trait culturel majeur de la société tibétaine à travers les siècles. Sur cette toile de fond, la façon dont les Tibétains recourent aujourd’hui aux technologies numériques pour aider à la préservation de leurs textes sacrés et en faciliter l’accès peut être vue comme étant ancrée dans l’état d’esprit selon lequel il est possible d’utiliser une technologie nouvelle pour se conformer plus efficacement à un comportement attendu et culturellement codifié. Ceci pourrait expliquer pourquoi ces innovations ont été si volontiers adoptées, au Tibet comme ailleurs40. La reproduction de textes, par scannage ou par saisie manuelle, est une activité génératrice de mérite égale au sauvetage des livres et à leur remise en état : se soucier de la parole du Bouddha et propager celle-ci est aujourd’hui, tout comme aux temps anciens, un acte de mérite. Le recours aux technologies numériques est devenu l’un des agents de ce qui est parfois appelé la « diffusion ultérieure du bouddhisme41 ».

37La « moralité du livre » paraît être une importante force motrice à l’œuvre derrière les réseaux consacrés à la recherche, à la restauration et à la réimpression de livres anciens, qui ont récemment émergé en diverses régions tibétaines de Chine (mais aussi dans les pays himalayens et parmi la diaspora tibétaine), et qui impliquent des personnes d’origine et de motivation variées. Pour certains, gagner en mérite en sponsorisant la reproduction d’un ou plusieurs volumes relève en grande partie d’une pratique rituelle qui n’a pas nécessairement de lien avec l’accès réel au contenu ; d’autres tiennent au contraire la profonde connaissance des écritures pour une part centrale de leur mission. Tout comme ce fut le cas au début du xve siècle, ces attitudes peuvent coexister et se conforter l’une l’autre. De nos jours, elles s’associent volontiers à la conception laïque de la préservation du patrimoine culturel promue par le gouvernement.

38Parmi les organisations privées issues de la base qui se sont engagées dans le sauvetage et la reproduction des livres au Tibet, l’Institut de recherche Paltseg, établi à Lhassa, est la plus représentative et la plus couronnée de succès. L’Institut a réalisé le catalogue de la bibliothèque du monastère de Drepung. Il a mis au jour le seul manuscrit tibétain connu à ce jour pour la période impériale (vie-ixe siècle) et a retrouvé et publié de nombreux matériaux en tibétain qu’on croyait perdus. Ses membres fondateurs sont des moines, d’anciens moines et des érudits laïcs. Tous sont attachés à former d’autres personnes, en particulier sur les sites où ils mènent leurs opérations de sauvetage de livres. Ils ont travaillé dans différents monastères, explorant des masses de feuillets en désordre, faisant le tri entre volumes complets et incomplets, reconstituant les volumes, les enveloppant dans un tissu protecteur, la « robe » : ce faisant, ils retrouvent des façons vieilles de plusieurs siècles de manipuler les artéfacts littéraires. Mais pour se donner les moyens de reproduire les ouvrages les plus précieux et de lister de façon systématique et exhaustive les fonds de collections, l’équipe emploie aussi des scanners, des logiciels de reconnaissance de caractères et des disques durs.

  • 42 Voir le site internet : http://www.ngakmang.com [consulté en mai 2012].

39L’institut de recherche Paltseg a mis en place un atelier spécialisé à Lhassa où est effectuée depuis quelques années la part du travail de numérisation et de catalogage informatique qui n’est pas faite dans les monastères. Les textes les plus importants sont saisis à la main et préparés pour la réimpression. Afin d’éviter les erreurs, un système de double entrée a été établi : un même texte est tapé deux fois par deux dactylographes différents puis comparé électroniquement. Le processus éditorial suit une méthode qui rappelle les instructions données par l’illustre érudit tibétain du canon bouddhiste, Buton, dans une lettre du xive siècle adressée à ses compagnons (Schaeffer 2009 : 14 sq.). Les employés lisent à voix haute ou chantent les textes qu’ils éditent sur l’écran, à la façon des moines dans les salles d’étude des monastères. Les personnes qui travaillent à l’atelier d’édition numérique sont principalement de jeunes étudiants qui ont quitté l’université. On trouve aussi quelques moines et nonnes. En plus de posséder d’autres centres au Tibet, l’Institut Paltseg est en lien avec des initiatives similaires au Sechuan et au Qinghai, où un réseau a vu le jour sous le nom d’Institut Ngak Mang42. Installé à Rebkong et Xining, cette organisation s’est consacrée à la réimpression de textes tibétains, à la promotion de la recherche sur la culture bouddhiste tibétaine ainsi qu’à la formation de praticiens tantriques laïcs, sous la direction d’un prêtre qui est également journaliste au Quotidien du Qinghai.

  • 43 Les sites internet ont récemment acquis une importance croissante, particulièrement à travers de v (...)

40Il ne fait aucun doute que les technologies numériques ont apporté une contribution majeure à la préservation et à la diffusion de textes tibétains rares. Dans certains cas, le produit final est un livre conventionnel, dans d’autres il s’agit d’un fichier stocké sur cd, sur disque dur, ou accessible sur Internet43. Dans quelle mesure les objets numériques conservent-ils les traits rituels dont sont parés les livres d’origine ? C’est là une question intéressante et ouverte, qui ne peut trouver de réponse que contextuelle. Il m’est arrivé de voir un cd enveloppé dans la « robe » qui caractérise les livres, posé sur un autel ou distribué comme cadeau sacré avec une écharpe blanche cérémonielle. Ces cd peuvent aussi être regardés comme des moulins à prières qui génèrent des mérites en tournant à des vitesses inédites. Je n’en ai toutefois encore jamais vu portés en procession autour des champs pour bénir ces derniers…

41Les technologies numériques ont rendu plus facile la constitution de réseaux transnationaux en rapport avec les ressources tibétaines. L’un des développements récents les plus significatifs est la possibilité de faire revenir dans les monastères des copies numériques de textes importants hébergés dans des bibliothèques ou des institutions académiques à travers le monde. Le Tibet Buddhist Resource Centre (tbrc) en est un exemple : il s’agit d’un projet de numérisation basé à New York qui ne s’adresse pas seulement aux universitaires et au monde académique, mais s’attache également à mettre à disposition de monastères et de communautés locales en Mongolie et au Tibet une bibliothèque complète de sources tibétaines stockée sur disque dur. Autre exemple : les copies numériques de textes rares conservés à la British Library récemment confiées à plusieurs monastères au Tibet. Les réseaux qui sont nés autour de certains livres et de certaines collections d’ouvrages ont permis de mettre en relation des universitaires et des institutions bouddhistes, des savants et des praticiens par-delà les divisions entre religieux et séculier, et désormais à un niveau global.

Conclusion

42Examinant les livres tibétains en tant qu’artéfacts et objets rituels, j’ai montré l’existence d’un lien intime entre leur signification à multiples niveaux et leur matérialité. Explorer sous cet angle certaines des questions soulevées par les travaux d’Elizabeth Eisenstein sur la « révolution de l’imprimerie » ouvre toute une série de nouvelles perspectives en ce qui concerne l’innovation des technologies de communication dans le contexte de l’histoire culturelle tibétaine (à la fois par similarité et par contraste). Par ailleurs, un regard interculturel sur le livre en tant qu’objet pourrait bien contribuer à une meilleure compréhension des processus d’innovation technologique et permettre de replacer l’histoire du livre en Europe dans un contexte plus large. Il apparaît fructueux de regarder au-delà de la « presse à imprimer » en tant qu’invention européenne provoquant une rupture avec le monde des manuscrits, de dépasser ainsi l’opposition rigide entre culture scripturale et culture de l’imprimé, et de se concentrer plutôt sur « un examen exhaustif de chaque transmission textuelle dans son contexte spécifique » (Chartier 2007 : 400).

43Roger Chartier (ibid. : 400) suggère qu’« il serait désastreux de partir du principe que la typographie serait nettement supérieure à la xylographie », puisque des cultures de l’imprimé montrant des traits comparables à ceux de l’Europe se sont développées en dehors de l’Europe (en Chine par exemple), tandis que la xylographie a continué a joué un rôle important, quoique secondaire, en Occident. Un regard transculturel sur l’importance et la signification du livre en tant qu’objet, sous ses multiples formats, pourrait s’inscrire dans le contexte plus large de ce que Roger Chartier nomme la « révolution du codex » – moins connue et moins étudiée que la « révolution de l’imprimerie » mais qui a sans nul doute donné leur forme à nombre de pratiques toujours actuelles liées au livre. Enfin, esquisser une analogie entre la révolution de l’imprimerie et la révolution numérique pourrait nous aider à examiner, d’une façon spécifique à chaque culture, le processus d’innovation technologique lié à l’adoption de nouveaux moyens de transmission du texte ou des images. Explorer sous cet angle les matériaux tibétains pourrait ajouter de nouvelles pièces à ce puzzle global.

44Tout comme on observe un lien étroit entre le christianisme et le développement de nouvelles techniques de communication dans l’Europe au début des Temps modernes, j’ai pu démontrer qu’il existait et qu’il subsiste un lien étroit entre le bouddhisme et l’imprimerie, un lien qui dans ce cas précis passe par les exigences de l’accumulation de mérite. Ces exigences peuvent en venir à favoriser des processus de réplication de façon à maximiser le mérite, processus qui correspondent bien à l’activité de production de livres et d’impression. J’ai aussi montré qu’une approche culturellement spécifique du livre comme artéfact et objet rituel doué d’un pouvoir spirituel pouvait sous-tendre la façon dont les nouvelles technologies sont adoptées, parfois en donnant un nouveau cadre à la matérialité du livre et en élargissant les formes traditionnelles de socialité qui y sont associées.

Haut de page

Bibliographie

Alcorn Baron sabrina, Lindquist eric n. & eleanor f. Shevlin, 2007

Agent of Change. Print Culture Studies after Elizabeth L. Eisenstein, Boston, University of Massachusetts Press.

Barrett timothy hugh, 2008

The Woman who Discovered Printing, New Haven / Londres, Yale University Press.

Berkwitz stephen c., Schober juliane & claudia Brown, 2009

Buddhist Manuscript Cultures. Knowledge, Ritual, and Art, Londres, Routledge.

Bo dong Pan chen & nizam t. Kazi, 1969-1981

Encyclopedia Tibetica. The collected works of Bo-dong pan-chen Phyogs-las-rnam-rgyal, New Delhi, Tibet House, coll. « Tibet House Library publications series », 137 vol.

Chartier roger, 2007

« The printing revolution: a reappraisal », in Alcorn Baron, Eric N. Lindquist & Eleanor F. Shevlin (dir.), Agent of Change. Print Culture Studies after Elizabeth L. Eisenstein, Amherst/Boston, University of Massachusetts Press, pp. 397-408.

Conze edward, 1973

The Perfection of Wisdom in Eight Thousand Lines and Its Verse Summary, San Francisco, Four Seasons Foundation, coll. « Wheel series ».

Clemente michela, 2007

« Colophons as sources. Historical information from some Brag dkar rta so xylographies », Rivista di studi sudasiatici, vol. 2, pp. 121-158. Disponible en ligne, http://www.fupress.net/index.php/rss/article/view/2461 [consulté en avril 2012].

De Baerdemaeker jo, 2009

« Tibetan typeforms. An historical and visual analysis of Tibetan typefaces from their inception in 1738 to 2009 », mémoire de PhD soutenu à l’université de Reading (Royaume-Uni).

Dewar James A. & Peng Hwa Ang, 2007

« The cultural consequences of printing and the Internet », in Alcorn Baron, Eric N. Lindquist & Eleanor F. Shevlin (dir.), Agent of Change. Print Culture Studies after Elizabeth L. Eisenstein, Amherst/Boston, University of Massachusetts Press, pp. 365-377.

Dreyfus georges b. j., 1994

« Proto-nationalism in Tibet », in Kværne (dir.), Tibetan Studies. Proceedings of the 6th Seminar of the International Association for Tibetan Studies, Fagernes, 1992, vol. 1, Oslo, The Institute for Comparative Research in Human Culture, coll. « Institute for Comparative Research occasional papers », pp. 205-218.

Dreyfus georges b. j., 2003

The Sound of Two Hands Clapping. The Education of a Tibetan Buddhist Monk, Berkeley, University of California Press.

Diemberger hildegard, 2007

When a Woman Becomes a Religious Dynasty. The Samding Dorje Phagmo of Tibet, New York, Columbia University Press.

Diemberger hildegard & stephen Hugh-Jones, à paraître

« Sacred books in a digital age. A cross cultural look from the heart of Asia to South America », in Leach & Lee Wilson (dir.), Subversion, Conversion, Development. Public Interests in Technologies, actes du colloque organisé à Cambridge University (24-26 avril 2008), Boston, The mit Press.

Diemberger hildegard, à paraître

« Holy Books as ritual objects and vessels of teaching in the era of the “spread of the doctrine (bstan pa yang dar)” », in Buffetrille (dir.), Rituals of the Tibetan World in a Changing Context, actes du colloque « Transformation des rituels dans l’aire tibétaine à l’époque contemporaine » organisé au Collège de France (Paris, 8-9 novembre 2007), Leyde, Brill Academic Publishers, coll. « Brill’s Tibetan Studies Library ».

Dunnell ruth w., 1996

The Great State of White and High. Buddhism and State Formation in Eleventh-Century Xia, Honolulu, University of Hawai Press.

Ehrhard franz-karl, 2000

Early Buddhist Block-Prints from Mang-yul Gung-thang, Lumbini, Lumbini International Research Institute, coll. « Monograph series ».

Ehrhard franz-karl, 2004

Die Statue und der Tempel des Arya Va-ti bzang-po. ein Beitrag zu Geschichte und Geographie des tibetischen Buddhismus,Wiesbaden, Dr. Ludwig Reichert Verlag, coll. « Contributions to Tibetan studies ».

Ehrhard franz-karl, 2010

« Editing and publishing the master’s writings. The early years of rGod tshang ras chen (1482-1559) », in Chayet, Cristina Sherrer-Schaub, Françoise Robin & Jean-Luc Achard (dir.), Édition, éditions. L’écrit au Tibet, évolution et devenir, actes du colloque à l’École normale supérieure (29-31 mai 2008), Munich, Indus Verlag, coll. « Collectanea Himalayica », pp. 129-162.

Eisenstein elizabeth l., 1979

The Printing Press as an Agent of Change. Communications and Cultural Transformations in Early-Modern Europe, Cambridge (Royaume-Uni), Cambridge University Press.

Eisenstein elizabeth l., 1983

The Printing Revolution in Early Modern Europe, Cambridge (Royaume-Uni), Cambridge University Press.

Everding karl-heinz, 2000

Das Königreich Mang yul Gung Thang. Königtum und Herrschaftsgewalt im Tibet des 13.-17. Jahrhundert. Die Chronik Gung thang rgyal rabs. Edition und Übersetzung, Bonn, vgh Wissenschaftsverlag.

Everding karl-heinz & dawa dargyay Dzongphugpa, 2006

Das Tibetische Fürstentum La stod lHo (um 1265-1642). Die Geschichte der Herrschaftsbildung nebst einer Edition der Chronik Shel dkar chos‘byung, Wiesbaden, Dr. Ludwig Reichert Verlag, coll. « Contributions to Tibetan studies ».

Gell alfred, 1998

Art and Agency. An Anthropological Theory, Oxford, Clarendon Press.

Helman-Wazny agnieszka & sam van Schaik, 2012

« Witness for Tibetan craftmanship. Bringing together paper analysis, palaeography and codicology in the examination of the earliest Tibetan manuscripts », Archaeometry. Prépublication en ligne, http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/ j.1475-4754.2012.00687.x/abstract [consulté en juin 2012]

Jackson david, 1990

« The earliest printing of Tsong-kha-pa’s works. The old dGa’-ldan editions », in Epstein & Richard F. Sherburne (dir.), Reflections on Tibetan Culture. Essays in Memory of Turrel V. Wylie, Lampeter, The Edwin Mellen Press, coll. « Studies in Asian thought and religion ».

Kapstein matthew t., 2000

The Tibetan Assimilation of Buddhism. Conversion, Contestation and Memory, Oxford/New York, Oxford University Press.

Ruegg david seyfort, 1995

Ordre spirituel et temporel dans la pensée bouddhique de l’Inde et du Tibet. Quatre conférences au Collège de France, Paris, De Boccard, coll. « Publications de l’Institut de civilisation indienne ».

Ruegg david seyfort, 2004

« Introductory remarks on the spiritual and temporal orders », in Cüppers (dir.), The Relationship Between Religion and State (chos srid zung ‘brel), actes du séminaire éponyme (Lumbini, Népal, mars 2000), Lumbini International Research Institute, coll. « liri seminar proceedings series ».

Schaeffer kurtis r., 2009

The Culture of the Book in Tibet, New York, Columbia University Press.

Schopen gregory, 2005

Figments and Fragments of Mahayana Buddhism in India. More Collected Papers, Honolulu, University of Hawai Press, coll. « Studies in the Buddhist traditions ».

Shen weirong, 2010

« Reconstructing the history of Buddhism in Central Eurasia (11th centuries). An interdisciplinary and multilingual approach to the Khara Khoto texts », in Chayet, Cristina Sherrer-Schaub, Françoise Robin & Jean-Luc Achard (dir.), Édition, éditions. L’écrit au Tibet, évolution et devenir, actes du colloque à l’École normale supérieure (29-31 mai 2008), Munich, Indus Verlag, coll. « Collectanea Himalayica », pp. 337-362.

Shes rab bzang po, 2009

« Zangwen “yuan ban” kao », Zhongguo zangxue, vol. 1, pp. 41-50.

Stearns cyrus, 2007

Tangtong Gyalpo. King of the Empty Plain. The Tibetan Iron-Bridge Builder Tangtong Gyalpo, Ithaca, Snow Lion Publications, coll. « Tsadra Foundation series ».

Stearns maruta, 1985

« The life of Gtsang-smyon Heruka. A study in Divine Madness », mémoire de maîtrise soutenue à l’université de Washington.

Strong john s., 2004

Relics of the Buddha, Princeton, Princeton University Press, coll. « Buddhisms ».

Terrone antonio, 2010

« Cyberspace revelations. Tibetan treasures, information technology, and the transnational reader », in Chayet, Cristina Sherrer- Schaub, Françoise Robin & Jean-Luc Achard (dir.), Édition, éditions. L’écrit au Tibet, évolution et devenir, actes du colloque à l’École normale supérieure (29-31 mai 2008), Munich, Indus Verlag, coll. « Collectanea Himalayica ».

Trier jesper, 1972

Ancient Paper of Nepal. Results of Ethno-Technological Field Work on Its Manufacture, Uses and History. With Technical Analyses of Bast, Paper and Manuscripts, Copenhague, Gyldendal, coll. « Jysk Arkæologisk Selskabs skrifter ».

Van Der Kuijp leonhard w. j., 2010

« Faulty transmissions. Some notes on Tibetan textual criticism and the impact of xylography », in Chayet, Cristina Sherrer-Schaub, Françoise Robin & Jean-Luc Achard (dir.), Édition, éditions. L’écrit au Tibet, évolution et devenir, actes du colloque à l’École normale supérieure (29-31 mai 2008), Munich, Indus Verlag, coll. « Collectanea Himalayica », pp. 441-464.

Warren henry clarke, 1985 [1896]

Buddhism in Translations, New York, Atheneum.

Amoghasiddhi ‘Jigs med ‘ba ngs, 1990

Bo dong pan chen gyi rnam thar [Biographie de Bodong Chogle Namgyal], Lhassa, Bod ljongs bod yig dpe rnying dpe skrun khang.

Bo dong Pan chen, 2009

« Ta si tu lha btsan skyabs kyi ‘grel chung don gsal par du bsgrubs pa’i dkar chag tshigs bcad la », Bo dong phyogs las rnam rgyalgyi gsung ‘bum gsar snyed skor, vol.4, n° 3, p. 303.

dPal ‘chi med grub pa [?], [xve siècle]

Ye shes mkha’ ‘gro bsod names ‘dren gyi sku skyes gsum pa rje btsun ma chos kyi sgron ma’i rnam thar » [Biographie de Chokyi Dronma], manuscript.

Gyur med bde chen, 1982

Thang rgyal rnam thar [Biographie de Thangtong Gyalpo], Chengdu, Si khron mi rigs dpe skrun khang.

Jampa tsundru, 2010

Bod shog gi bzo grwa myur skyobs dang ‘phel rgyas skor [« On Tibetan paper production »], Pékin, Mi rigs dpe bskrun khang.

Kah tog Rig ‘dzin Tshe dba ng nor bu, 1990

Gung thang rgyal rabs,in Bod kyi lo rgyus deb ther khag lnga [Généalogie royale du Gungthang], Lhassa, Bod ljongs bod yig dpe rnying dpe skrun.

Lha Btsun Rin Chen Rnam Rgyal, [1473-1557]

Grub thob gtsang pa smyon pa’i rnam thar dad pa’i spu long g.yo ba [Biographie de Tsang nyon Heruka], xylographie produite à Trakar Taso, conservée à l’isiao Library Rome (Tucci Tibetan Fund).

Pasang Wangdu & h. Diemberger, 1996

Shel dkar chos ‘byung. History of the White Christal, Vienne, Verlag Der Osterreichischen, coll. « Tibet: land and culture ».

rGyang ‘khor Tshe phun, 2009

« Snye mo khul gyi srol rgyun lag shes las shog bu’i bzo rtsal skor gleng ba », in Bod kyi dmangs khrod rig gnas skor gyi dpyad gleng, Lhassa, Bod ljong bod yig dpe rnying dpe skrun khang.

Tashi Tsering, 1993

« bSam sdings rdo rje phag mo sku phreng rim byong gyi mtshan dang ‘khrungs gshegs kyi lo khams star chags su ‘god thabs sngon ‘gro’i zhib ‘jug mdor bsdud », in g.Yu mtsho, vol. 1, pp. 20-53.

Haut de page

Notes

1 On considère que l’écriture tibétaine a été élaborée au viiesiècle à partir d’un alphabet en usage dans le nord de l’Inde à cette époque. La période de l’empire tibétain (vieixesiècle), également appelée période de « première diffusion du bouddhisme », a connu une importante production de manuscrits alimentée par l’introduction du bouddhisme et par les pratiques administratives (Helman-Wazny & van Schaik 2012). Seul un très petit nombre d’exemplaires nous sont cependant parvenus. La plupart des livres dont nous disposons aujourd’hui remontent à la « seconde diffusion du bouddhisme » (xexiiiesiècle) et aux périodes historiques ultérieures.

2 Le pothi (pustaka sanskrit) est vraisemblablement le format le plus répandu parmi les livres sacrés tibétains. Il a cependant existé une production de livres reliés, proches du codex, pour les textes rituels, les manuels et les almanachs. Quelques volumes ont occasionnellement été réalisés en leporello (livre s’ouvrant comme un accordéon). À la suite de l’annexion du Tibet par la République populaire de Chine en 1951, et du processus de modernisation rapide qui a suivi, la production de codex imprimés à l’aide des caractères typographiques mobiles, ou des dérivés plus récents de cette technologie, est devenue prédominante. Dans cet article, toutefois, je ne m’intéresserai pas à ce processus, non plus qu’à l’interface entre les différents formats de livres.

3 En réalité, tous les livres ne sont pas sacrés, mais un sentiment très largement partagé accorde à l’écriture tibétaine une dimension sacrée inhérente (on constate bien sûr des différences considérables d’attitude selon les contextes urbains et ruraux, et selon les milieux intellectuels). En principe, les écritures bouddhistes sont plus sacrées que les textes qui se préoccupent des affaires temporelles. Toutefois, dans la mesure où le bouddhisme fournissait un cadre général pour toute forme de connaissance, et où la langue tibétaine elle-même était perçue comme sacrée, le respect qui s’y attache est conféré aux livres en général. Le support aussi peut jouer en ceci qu’un texte bouddhiste au format pothi peut être regardé comme plus sacré qu’un codex du même texte. Les choses ont considérablement évolué depuis les années 1950, mais ces attitudes tendent à se manifester encore à travers le respect que les Tibétains accordent aux livres dans leur langue, quel qu’en soit le format.

4 Par exemple, la lecture des textes de la « Perfection de la sagesse » (Prajnaparamitasutra) et d’autres écritures canoniques est une pratique rituelle courante au sein des foyers tibétains. Dans ces occasions, un groupe de moines est invité à venir lire le(s) texte(s). Un certain nombre de feuillets d’un même livre sont répartis entre les moines, qui lisent en même temps différentes portions du texte. Le pouvoir de bénédiction de cette opération repose davantage dans le fait de faire lire le texte que dans la compréhension effective de son contenu.

5 En se fondant notamment sur les travaux d’Alfred Gell (1998) au sujet de l’art et de l’agentivité.

6 La notion de « mérite » oriente une part essentielle de la vie privée et sociale bouddhique. Elle s’inscrit dans l’économie générale du cycle karmique. Les « actes méritoires » proposés à la piété des fidèles sont attachés à la personne du Bouddha et à l’aide apportée à la communauté monastique, et sont indexés sur l’éminence de l’entité qui en bénéficie. Ils consistent à financer la construction d’un monastère, à entrer soi-même dans les ordres, à aider un fils qui entre dans les ordres, à entretenir quotidiennement des moines, à observer les préceptes religieux, etc. (Note de la rédaction.)

7 L’idée d’un « commencement du dharma », chokyi unye (chos kyi dbu brgnyad), est souvent liée au mythe, mentionné dans de nombreux récits historiques, selon lequel les premiers livres tibétains (ou, dans certaines versions, les premiers caractères d’écriture) seraient tombés du ciel sur le palais royal de Yumbu Lagang. Le roi tibétain de l’époque, ne sachant qu’en faire, s’est contenté de les vénérer tels des objets sacrés, et a tiré bénéfice de cette pratique. Ses descendants auraient inventé l’écriture tibétaine pour traduire ces livres en tibétain.

8 La « Perfection de la sagesse » (Prajnaparamitasutra) est un ensemble de textes qui a joué un rôle particulièrement important dans le développement du bouddhisme Mahayana. Il met l’accent sur une voie collective vers l’illumination, destinée à embrasser à terme tous les êtres vivants.

9 Cakravartin (« souverain du monde ») était l’expression pour désigner un souverain bouddhiste parfait qui gouvernait son territoire en s’appuyant sur la doctrine bouddhiste et en se conformant à ses principes.

10 L’impératrice Wu Zetian (624-705) fut la seule femme dans l’histoire chinoise à porter le titre d’impératrice régnante. Concubine, épouse et mère d’empereurs, les historiens confucéens jettent sur elle un regard très critique, la décrivant comme impitoyable dans ses tentatives de s’emparer du pouvoir, allant parfois jusqu’à avancer qu’elle aurait banni et assassiné ses propres fils.

11 Kurtis Schaeffer (2009) mentionne un imprimé de 1153 découvert à Kharakhoto. À propos des imprimés tibétains produits par les Tangoutes, voir aussi Shen Weirong (2010 : 337 sq.).

12 Celui-ci a été découvert l’an dernier par un collègue tibétain, Gyutog Dawa, parmi des textes de Bodongpa qui ont été transférés de Shekar à Nyemo au xviiesiècle.

13 Urgyenpa (1230-1309) fut l’un des adeptes éminents de l’école Kagyu du bouddhisme tibétain, particulièrement renommé pour sa connaissance du tantra Kalacakra. Né dans une zone située entre le Lato du Sud et Gungthang, il étudia auprès du second Karmapa et reconnut le troisième Karmapa comme sa réincarnation. Au cours de ses nombreux voyages, il visita la cour des Yuan où il prit part à l’impression de textes tibétains.

14 La contribution de l’imprimerie à l’émergence d’un monachisme de masse reste à étudier.

15 Durant la période Sakya-Yuan et peu après, le Tibet était, selon le modèle mongol, subdivisé en treize « myriarchies » (littéralement « unités de 10 000 »). Le Lato du Sud (La stod lho, parfois appelé lHo phyogs), au sud-ouest du Tibet, est l’une d’entre elles. Il correspond à l’actuel comté de Dingri dans la préfecture de Shigatse, au nord du mont Everest.

16 « Skeuomorphe » qualifie un objet ou un motif créé à partir d’un modèle ancien dont il conserve des caractéristiques formelles que le nouvel usage ne justifie plus. (Note de la rédaction.)

17 « Gro zhun », soit approximativement le mois d’août.

18 Sur cette notion de choyon (mchod yon), voir David Seyfort Ruegg (1995).

19 Situ Chokyi Rinchen était le fils, peut-être illégitime, de Ponchen Donyo Palsang, mort dans les années 1330 au cours de son voyage vers la Chine (Everding & Dzongphugpa 2006 : 96). Il accéda au pouvoir dans des circonstances très instables, dont le souverain du Lato du Nord profita pour envahir le Lato du Sud. Situ Chokyi Rinchen fut alors fait prisonnier – puis sauvé de la mort par une intervention divine. Après avoir épousé la fille de celui qui l’avait fait captif, il fut renvoyé au Lato du Sud pour gouverner. Il y établit sa nouvelle capitale à Shekar.

20 Apporter un tel soutien total aux moines n’était pas un engagement minime, aussi l’« Histoire de Shekar » (Shel dkar chos ‘byung :folio 33r°-v°) détaille la nourriture et autres fournitures régulièrement procurées aux monastères.

21 L’idée d’une majesté intérieure et d’une majesté extérieure interconnectées repose sur l’ancienne notion politique tibétaine de ngathang (mnga’ thang) : « majesté » mais aussi « pouvoir », « puissance », « domination ». On trouve déjà cette notion liée aux cultes des ancêtres et du territoire dans les sources d’époque dynastique (vieixesiècle). Recouverte par l’idéal bouddhiste du dharmaraja par la pertinence dans le champ politique des activités productrices de mérite, cette notion se vit reformulée et recadrée à la lumière de la règle des « deux lois » organisant la relation entre précepteur spirituel et donateur temporel.

22 Ce récit du xvesiècle est rapporté dans l’« Histoire de Shekar » (Shel dkar chos ‘byung :folio 8v°-34v°).

23 Sur les « deux lois », c’est-à-dire le système de règles religieuses et séculières, voir Ruegg (1995).

24 L’expression tibétaine « tsen dzinpa (mtshan ‘dzin pa) » peut être rendue par : « doté des attributs (ou caractéristiques) ».

25 Ceci était considéré comme une période de temps exceptionnellement longue pour l’impression d’un seul ouvrage (Ehrhard 2000 : 17).

26 Lhatsun Rinchen Namgyal, disciple et biographe de Tsangnyon Heruka, rapporte que Naropa était apparu en vision à ce dernier pour lui indiquer où trouver les mécènes de son projet.

27 Il s’agit d’un lignage par les neveux (on gyu) dont Pang Lotsawa est à l’origine, qui s’est poursuivi avec Changchub Tsemo et Dragpa Gyaltsen. Tous sont nés à Surtsho.

28 Cette région acquit au xviesiècle une importance particulière dans le domaine de l’imprimerie (voir Ehrhard 2010 : 29 sq.).

29 L’un d’eux figure parmi l’anthologie des œuvres de Bodong Chogle Namgyal (Bo dong pan chen & Nizam T. Kazi 1969-1981 : vol. 116).

30 Voir aussi James Dewar et Peng Hwa Ang (2007 : 372).

31 « La généalogie royale de Gungthang » est une source du xviiiesiècle compilée par l’historien tibétain Rigdzin Tshewang Norbu (1698-1755) à partir de sources antérieures. L’ouvrage est la chronique de la fondation de ce royaume par les descendants de l’ancienne lignée impériale tibétaine jusqu’à sa chute sous le coup de l’occupation du roi Tsang en 1620. Pour une traduction en allemand et une discussion de cette source, voir Karl-Heinz Everding (2000).

32 Elle fut reconnue comme la première nSamding Dorje Phagmo, initiatrice de la lignée de réincarnation féminine la plus connue au Tibet. Voir Diemberger (2007), Tashi Tsering (1993).

33 Biographie de Chokyi Dronma, feuillet 62v°.

34 Voir Diemberger (2007).

35 Les rois de Gungthang ont financé plusieurs éditions imprimées de cet ouvrage. Pour une discussion de ces imprimés anciens produits au Gungthang, voir Ehrhard (2000 : 15). Les éditions imprimées au Gungthang ont beaucoup voyagé, devenant parfois le modèle d’éditions ultérieures comme celle produite au Bhoutan au xviiesiècle (Kapstein 2000 : 260). Une remarquable version du XVIe siècle produite par la maison royale de Gungthang est conservée à la bibliothèque de l’université de Cambridge.

36 Nepal Research Centre, Kathmandu, microfilm AT 167/5-168/1.

37 Outre Stellera chamaejasme différentes espèces de daphné, on utilisait (surtout au Bhoutan et dans les régions basses) pour la production de papier l’écorce d’Edgeworthia, appartenant à la même famille des Thymelaeaceæ, ainsi que les racines d’autres plantes poussant sur le plateau (Helman- Wazny & van Schaik 2012). Pour un exposé exemplaire et toujours valide de la production de papier dans l’Himalaya, voir Jesper Trier (1972) ; sur la production de papier tiré de Stellera chamaejasme, voir rGyang ‘khor Tshe phun (2009) ; pour une description du processus de fabrication du papier tibétain, voir Jampa Tsundru (2010).

38 Ce point fait en ce moment même l’objet d’une étude dans le cadre du projet « Transforming technologies and Buddhist book culture » mentionné en ouverture de cet article et auquel ce dernier prend part.

39 Sur l’utilisation des caractères d’imprimerie mobiles au Tibet, voir Jo De Baerdemaeker (2009).

40 Les projets concernant la numérisation des matériaux tibétains ont vu leur nombre exploser à travers le monde bouddhiste tibétain, non seulement en Chine mais aussi en Inde, au Bhoutan, au Népal ainsi qu’en Europe et en Amérique.

41 L’idée d’une « diffusion ultérieure du bouddhisme » après la fin de la Révolution culturelle a été formulée à dessein pour donner l’impression d’une continuité avec les deux vagues précédentes d’expansion du bouddhisme décrites par l’historiographie tibétaine (du vieau ixesiècle et du xeau xviiiesiècle).

42 Voir le site internet : http://www.ngakmang.com [consulté en mai 2012].

43 Les sites internet ont récemment acquis une importance croissante, particulièrement à travers de véritables « révélateurs de trésors », des personnages charismatiques comme le lama Urgyen Kusum Lingpa, un maître spirituel qui a su rassembler autour de lui un large « campement religieux ». Ces sites sont souvent populaires auprès des Tibétains et des Chinois qui ont ainsi la possibilité d’accéder aux textes rituels et aux récits des vies de leurs maîtres, tout en trouvant réponse à d’autres besoins (Terrone 2010 : 381).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diemberger H., 2012, « Quand le livre devient relique. Les textes tibétains entre culture bouddhique et transformations technologiques », Terrain, n 59, pp.18-39.

Référence électronique

Hildegard Diemberger, « Quand le livre devient relique », Terrain [En ligne], 59 | septembre 2012, mis en ligne le 28 septembre 2012, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://terrain.revues.org/14916 ; DOI : 10.4000/terrain.14916

Haut de page

Auteur

Hildegard Diemberger

Mongolia and Inner Asia Studies Unit, Université de Cambridge (Royaume-Uni)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Les éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo Ministère de la Culture
  • Revues.org