Navigation – Plan du site
Pourquoi coopérer

Nanosciences et nanotechnologies : une coopération modèle ?

Expériences et sens politique des scientifiques
Morgan Jouvenet
p. 44-63

Résumés

Les nanosciences et nanotechnologies (ns/t) constituent aujourd’hui un domaine d’activité scientifique dans lequel les dynamiques coopératives sont très fortes, et mêlent aussi bien les disciplines que les logiques académiques et industrielles. À partir d’une enquête réalisée dans des laboratoires de physique au cœur du développement des ns/t à Grenoble, cet article témoigne de la variété des formes et des enjeux associés aux coopérations dans le réseau des acteurs de la recherche. En suivant les physiciens, on voit qu’ils appréhendent ces coopérations non seulement d’un point de vue individuel et scientifique, mais aussi relativement à des enjeux collectifs et politiques. Le contexte de l’enquête, présenté au début de l’article, explique leur insistance sur ces derniers, et incite à interroger les orientations conceptuelles dominantes en matière de sociologie des réseaux « sociotechniques », et en particulier celles qui ont été associées à la théorie de l’acteur-réseau.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce morcellement a fait l’objet de critiques dès la fin du xixe siècle (voir les railleries contre l (...)
  • 2 C’est pourquoi « apprendre à gérer la confiance qu’on accorde à autrui est aussi essentiel, dans le (...)
  • 3 Ces modèles très discutés font des interdépendances fortes entre mondes académique et industriel (e (...)

1L’histoire des sciences au xxe siècle révèle une dynamique de spécialisation des activités de plus en plus poussée, sans équivalent ailleurs dans le monde du travail (Ziman 1987 : 1). Ce processus n’a pas été sans effet sur les formes d’interaction des chercheurs, qu’elles ressortent à la logique de la compétition ou à celle de la coopération. Il est par exemple évident que le haut degré de spécialisation des scientifiques peut s’avérer problématique lorsqu’il s’agit de comparer la qualité de leurs productions. Cette difficulté est l’un des facteurs qui expliquent le recours croissant à des indicateurs bibliométriques pour les évaluer et les hiérarchiser. Mais il est aussi évident que l’intensification de la spécialisation des scientifiques – dans les sciences de la nature, surtout – a fait considérablement évoluer les enjeux et les formes de la coopération dans le monde de la recherche (Hagstrom 1964). Si les individus chercheurs sont désormais condamnés à « savoir presque tout sur presque rien » (pour paraphraser le titre de John Ziman)1, leurs réussites dépendent pour une bonne part de leur capacité à s’associer dans des projets collaboratifs2. L’articulation de diverses spécialités est en effet plus que jamais nécessaire pour rendre compte de la complexité des objets naturels aux frontières de la connaissance actuelle (Klein 1996). L’avènement de la « big science » (Galison & Hevly 1992) a pu symboliser cette évolution. Soulignant la dimension collective de la production des connaissances (Shapin 1995), les science studies ont fait grand cas de cette dynamique de coopération intra- et interdisciplinaire. Mais elles ont en outre montré que les avancées – et le crédit – des scientifiques dépendent aussi de collaborations dépassant le monde académique, de coopérations motivées par des buts qui ne sont pas « purement » scientifiques (Hård & Jamison 2005 ; Latour 2010 ; Shapin 2010). De nombreux travaux ont notamment analysé l’accentuation de l’ouverture des réseaux de la recherche publique par rapport au monde industriel, lors des dernières décennies. Ces analyses ont trouvé une forme à succès dans les modèles du « mode 2 » de la production des connaissances (Gibbons et al. 1994 ; Nowotny, Scott & Gibbons 2001) ou de la « triple hélice » (Etzkowitz & Leydesdorff 1997, 2000)3.

2Les nanosciences et nanotechnologies (ns/t) apparaissent aujourd’hui comme un domaine emblématique d’une science fondée sur des dynamiques coopératives très fortes, qui mêlent aussi bien les disciplines classiques (physique, biologie, chimie…) que les logiques académiques et industrielles. Sa remarquable effervescence s’explique par la rencontre d’acteurs aux intérêts très divers autour d’objets de taille nanométrique et de phénomènes caractéristiques de cette échelle (1 nanomètre équivaut à 10-9 mètre). De ce point de vue, le « nanomonde » (Pautrat 2002 ; Moret 2006 ; Benoît Browaeys 2009) offre un terrain particulièrement fertile pour s’interroger sur les pratiques collaboratives actuelles des scientifiques.

3La dynamique de coopération (voire de « convergence ») caractéristique des ns/t a été étudiée à l’échelle macrosociale, notamment en s’appuyant sur des statistiques concernant les brevets, les publications ou les financements des projets (voir Meyer & Leydesdorff 2007 ; Shapira & Wang 2010). Les « études de laboratoires » (Knorr Cetina 1995), au plus près des interactions qui animent les espaces de travail des chercheurs œuvrant dans le domaine des ns/t, sont plus rares. Elles fournissent pourtant un moyen d’enrichir la compréhension des formes et des enjeux de la coopération scientifique dans un espace marqué par l’hétérogénéité des acteurs. L’ambition de cet article est précisément d’apporter cet éclairage complémentaire, à partir d’une enquête menée dans des laboratoires de physique. Les données recueillies « au ras du sol » (selon la fameuse expression de Jacques Revel dans Levi 1989) permettent en effet de rendre compte de la manière dont des scientifiques figurant parmi les acteurs du développement des ns/t conçoivent et expérimentent diverses pratiques collaboratives. Cet article propose donc une autre version des dynamiques d’association, qui tente de restituer la pluralité des dimensions dans lesquelles les physiciens les appréhendent. Il présente un bref panorama de la variété des formes et motifs de la coopération, et fait la part belle au sens que leur donnent les chercheurs. Il expose enfin quelques éléments de discussion ouverts par cette perspective, notamment en regard des orientations conceptuelles de la théorie de l’acteur-réseau (ou Actor Network Theory, ant) de Bruno Latour et Michel Callon. Mais avant cela, il est nécessaire de donner un aperçu de la situation dans laquelle travaillent les physiciens rencontrés lors de l’enquête, pour cerner les enjeux, pour eux, des opportunités de coopération.

Un champ nouveau pour la coopération scientifique

4L’intérêt politique, économique et médiatique se manifestant dans de nombreux pays pour le potentiel d’innovation scientifique et technologique des ns/t donne aux acteurs de la recherche publique concernés une nouvelle occasion de faire valoir leur rôle dans l’» économie de la connaissance » et la culture contemporaines (Shapin 2008). « La technologie de notre vingtième siècle est fantastique, mais pâlit quand on la compare à ce qui sera possible lorsque nous apprendrons à construire des choses au niveau ultime de contrôle, un atome à la fois », affirme Richard Smalley, prix Nobel de chimie (cité dans Kahn 2006 : 118). Les aspects spectaculaires de la manipulation de la matière à l’échelle atomique nourrissent une mythologie et une iconographie déjà bien vivaces (voir par exemple Kahn 2006), mises en scène dans des scénarios très débattus (Benoît Browaeys 2009 ; Pièces et Main d’œuvre 2008). La prégnance des ns/t dans les agendas politiques et médiatiques s’explique aussi par les retombées économiques espérées par les industriels capables d’intégrer à leurs produits des nanostructures, voire des nanomécanismes améliorant sensiblement leurs qualités (cea 2005). Elles peuvent ainsi « affecter l’ensemble des secteurs de production depuis l’agriculture jusqu’à l’industrie aéronautique ou automobile, en passant par la pharmacie et la médecine. [Leur] impact sur la production peut être comparé à celui de la machine à vapeur lors de la révolution industrielle » (Bensaude-Vincent 2004 : 33 ; voir aussi Klein 2011 ; Vinck 2009).

  • 4 Cité dans Les Défis du cea, n° hors-série, septembre 2005, p. 20. cea : Commissariat à l’énergie at (...)
  • 5 Voir le texte d’introduction du présent volume.

5La « nano-hype » (Berube 2005) se nourrit également de la dynamique de convergence associée aux ns/t. Physiciens, biologistes, chimistes et ingénieurs partagent désormais une échelle de travail – et donc des instruments et des objets communs (Marcovich & Shinn 2010), qui démultiplient les opportunités collaboratives. Les ns/t sont promues comme un espace-carrefour truffé d’« objets-frontières » (Star & Griesemer 1989), où règnent l’interdisciplinarité et l’« hybridation » des équipes de travail. Elles incarnent aussi l’idée, relativement répandue aujourd’hui parmi les acteurs scientifiques et politiques (voir Crease 2008), que l’» aventure de la science » est plus fructueuse à la périphérie des disciplines que dans leurs noyaux. « Aujourd’hui, les percées se font plus à l’interface entre les disciplines qu’à l’intérieur d’une discipline », avance Jean Therme, directeur du cea Grenoble et principal promoteur local des ns/t4. La rencontre d’acteurs très divers autour des objets et phénomènes typiques du « nanomonde » entraîne ainsi une dynamique de convergence, une course aux coopérations « ouvertes » (au sens défini par Joël Candau5) d’une force inédite dans le monde scientifique et prémonitoire de ses formes futures. Les ns/t représenteraient de ce point de vue une « onde de choc » (Fogelberg & Glimell 2003), voire une « nouvelle Renaissance » scientifique (Johansson 2003), un « changement de régime de la connaissance scientifique » (Bensaude-Vincent 2009) portant des innovations organisationnelles appelées à se diffuser dans d’autres secteurs. « Les physiciens d’un certain âge jettent parfois un regard désapprobateur sur les nanolaboratoires, où des physiciens, des chimistes et des biologistes font cause commune avec des ingénieurs électriciens ou chimistes. Une nouvelle génération d’ingénieurs-chercheurs est en quête de nouveaux procédés – nouvelles formes de circuiterie, de modification du vivant […]. Nos vieilles catégories sont-elles mises en difficulté ? Sans doute. Tant mieux. Des expérimentations sont en cours » (Galison 2006 : 34).

  • 6 Sur la politique menée en faveur des ns/t à Grenoble et les recompositions institutionnelles qu’ell (...)
  • 7 Principalement menée entre 2005 et 2007, cette enquête a permis de recueillir les propos de cherche (...)

6La France est l’un des nombreux pays qui ont fait des ns/t un domaine d’investissement prioritaire, et la « politique de l’innovation » hexagonale (Larédo & Mustar 2001) y déploie un arsenal incitatif orienté vers le « transfert » des connaissances scientifiques dans des prototypes ou des procédés industriels. Grenoble est l’un des pôles scientifiques et technologiques français où les ns/t sont le mieux représentées. La traditionnelle entente des élites locales en faveur des « technosciences » (Pestre 1990 ; Ballu 2006) a trouvé là matière à renouveler son engagement (Vinck 2010), et les scientifiques grenoblois ont vu apparaître ces dernières années une série de dispositifs destinés à favoriser le développement des ns/t. En 2005 et 2006, Minalogic (un pôle de compétitivité dédié à « l’infiniment petit, l’infiniment utile ») et Minatec (« le premier pôle européen pour les micro- et nanotechnologies », « un hub pour l’éducation, la recherche et l’industrie ») ont été créés pour encourager les dialogues interdisciplinaires et les contacts entre laboratoires publics et industriels, ainsi qu’un Réseau thématique de recherche avancée (« Nanosciences aux limites de la nanoélectronique »). Ces dispositifs, concrétisant le pari sur le mélange des disciplines et des cultures, ont recomposé le paysage local dans le sens d’un effacement des frontières traditionnelles, au profit de groupes de travail temporaires, « par projets », etc. dédiés aux ns/t6. Les sept laboratoires de physique dans lesquels s’est déroulée l’enquête exploitée ici sont situés au cœur du « polygone scientifique » grenoblois7. Ce sont des acteurs de la recherche « fondamentale » telle qu’elle est définie et pratiquée au Commissariat à l’énergie atomique (cea), qui les héberge. Par l’intermédiaire de leurs chercheurs, aux employeurs divers, ils entretiennent toutefois des liens étroits avec le cnrs, l’université Joseph-Fourier et les écoles d’ingénieurs locales. Leurs activités s’intègrent parfaitement dans le domaine des ns/t. Parmi ces laboratoires, quatre sont spécialisés dans l’étude d’un matériau (tel le silicium) ou d’une classe de phénomènes (tel le magnétisme), observés à l’échelle nanométrique ; les trois autres développent des outils et des compétences spécifiques pour l’exploration de la matière à cette échelle (microscopes, rayonnements X et synchrotron). On y réalise par exemple des expériences sur les « boîtes quantiques » (qui piègent des photons), sur la croissance et l’» auto-organisation » des nanotubes de carbone, ou sur le magnétisme de surfaces nanostructurées. Ces thématiques doivent évidemment beaucoup à la cohabitation de ces laboratoires, sur le site du cea Grenoble, avec des laboratoires de recherche appliquée (ceux-ci entretenant à leur tour d’étroites relations avec les industriels locaux, en particulier ceux des secteurs électronique et informatique).

Saisir la variété des coopérations dans les laboratoires

  • 8 L’ouvrage de Shrum, Genuth et Chompalov (2007 : 114-118, notamment) montre la « très grande variété (...)

7Dans ces laboratoires, les chercheurs découpent spontanément leur activité en « projets » (le terme apparaît comme une unité de mesure de l’activité). Leurs journées, leurs années, sont scandées par la référence à des projets visant à produire des données sur un sujet ou un instrument particuliers, selon des temporalités variables. Les échéances et les rythmes de travail peuvent varier, mais chacun d’entre eux présente un rassemblement d’acteurs original. Chacun marque aussi l’engagement des individus dans divers réseaux, plus ou moins stabilisés, et aux ressources diverses. En d’autres mots, il est aisé de constater que, dans les laboratoires, le lexique du projet et du réseau s’impose avec une évidence certaine. L’ubiquité de ce lexique ne doit cependant pas conduire à gommer la diversité des situations de travail et des expériences personnelles – et notamment des coopérations – qu’il recouvre. L’enquête dans les laboratoires montre qu’on peut au contraire exploiter les discussions et les observations réalisées in situ pour dépasser l’uniformité qui ressort au niveau de description le plus général (et abstrait). En se rapprochant des espaces de travail, on perçoit que les coopérations prennent des formes et reposent sur des motifs très divers8.

8Pour commencer, on peut distinguer les coopérations selon leurs buts, tels qu’ils sont évoqués par les physiciens des laboratoires concernés par l’enquête. Les rapprochements entre chercheurs peuvent être commandés par une volonté d’intégration des connaissances. Celle-ci peut être intra- ou interdisciplinaire, et vise à articuler les points de vue sur un objet ou un phénomène, afin d’améliorer sa compréhension. C’est le cas lorsque chimistes et physiciens s’associent en vue d’apporter une réponse plus solide à des interrogations sur la croissance des nanofils. Les exemples cités lors des entretiens révèlent l’importance des croisements disciplinaires dans les ns/t.

  • 9 Dans le texte, les citations sont identifiées par une lettre signalant le statut de leur locuteur ( (...)

Les nanosciences, c’est par définition multidisciplinaire […]. Si on veut faire des travaux scientifiques vraiment de haut niveau, il faut quand même être très spécialisé, mais en même temps il faut avoir ce volet multidisciplinaire. C’est obligé. (M27) 9.

La plus grande partie de l’innovation, maintenant, elle est apportée par des mélanges de cultures. C’est ce qu’on fait par exemple en mariant la chimie, la biologie ou le magnétisme avec l’électronique : faire fonctionner ensemble des molécules d’adn par exemple, avec des puces électroniques. (C23.)

9La coopération peut aussi prendre la forme d’un soutien technique : un chercheur (ou une équipe) va chercher à collaborer avec un expert capable soit de fabriquer une pièce essentielle du puzzle (un échantillon, classiquement), soit de contrôler plus précisément l’usage d’un instrument, ou encore de concevoir la simulation numérique d’une « manip » difficile. Objets ou données circulent dans un sens ou dans l’autre, suivant les projets.

J’ai fait des échantillons pour des collègues coréens [qui] vont faire leur techno dessus, de l’électronique quantique en microcavité […]. Il est même question qu’ils viennent faire leurs manips ici, parce qu’ils ne peuvent pas faire de manips en froid. Ils ne peuvent pas faire de manips à – 4 kelvin. […] En retour, ensuite... il est question que je fasse certaines manips sur les échantillons qu’ils vont fabriquer […]. Ils disposent d’une techno qu’on n’a pas, qu’on ne maîtrise pas [, qui consiste à] contacter électriquement des cristaux photoniques […]. Parce qu’en plus, ils ont la possibilité de faire la modélisation du phénomène, donc avec des équations, machin... Et à partir de [cette modélisation], ils disent : « Ça serait bien de faire telle structure en épitaxie, et ensuite qu’on la processe, qu’on fasse la techno dessus pour voir, justement, si ça marche ou pas. » […] Ils nous demandent [ensuite] si on est intéressés pour leur faire leur matériau de base. Après, on dit : « Oui et puis ça serait bien peut-être que… », qu’on voie pour faire telle ou telle manip que eux n’ont pas là-bas. (D4.)

10Dans tous ces cas, le perfectionnement de la connaissance et/ou de la méthode scientifique est le principal motif de la coopération. Sa réussite se traduit sur le plan des publications, et dépend notamment de la qualité de la communication entre chercheurs de différentes spécialités ou disciplines au sein de la « trading zone » (Galison 1997 : 781-844) dessinée par le projet scientifique.

11Dans d’autres cas, ce sont des opérations de « transfert » qui constituent le fondement même du projet. Certaines coopérations consistent à traduire des savoirs et des savoir-faire scientifiques en prototypes à caractère industriel, avec l’ambition de déposer des brevets commercialement exploitables. Les physiciens rencontrés pour l’enquête sont familiers de ce type de projets, pour lesquels ils travaillent le plus souvent avec les ingénieurs des laboratoires de recherche appliquée voisins (dépendants également du cea). Un physicien peut ainsi avoir l’idée d’utiliser les résultats obtenus dans des expériences de physique fondamentale pour concevoir des capteurs de gaz intéressant l’industrie automobile, et faire appel à des collègues disposant du savoir-faire pour produire des prototypes brevetables et pouvant faire l’objet de démonstration devant des industriels. Dans l’autre sens, les ingénieurs s’adressent aux physiciens pour qu’ils les aident à dépasser les limites des dispositifs et des procédés techniques connus (à « faire sauter un verrou technologique ») en s’appuyant sur leurs savoirs et instruments les plus avancés. C’est par exemple ce qui explique que des fils de cuivre, chers aux industriels de la microélectronique, puissent se retrouver au cœur d’un projet (une étude de microdiffraction) occupant pendant plusieurs mois des membres des laboratoires de physique fondamentale travaillant à l’European Synchrotron Radiation Facility.

On transfère petit à petit nos connaissances à nos collègues [d’un laboratoire de recherche appliquée]. Il y a des gens chez eux qui viennent travailler sur nos manips, et qui éventuellement remontent la manip chez eux, qui viennent apprendre des choses qu’on a apprises, nous, en thèse. (L2.)

Les chercheurs [d’un laboratoire de recherche appliquée] viennent chercher de l’expertise, de la capacité d’écoute, sur les problématiques de nature physique […]. Par exemple, ils prennent un échantillon collé, ils le chauffent à 300 °C et là, pas de bol, il se met en boule… Ils ne comprennent pas. Alors ils viennent nous voir. (L21.)

12Enfin, l’objet de la coopération peut être principalement défini par un souci de transmettre des savoir-faire, pour diffuser une technique ou une théorie et ainsi étendre le réseau ou la cohésion de sa communauté d’utilisateurs. C’est le cas dans certains projets européens auxquels participent les physiciens du cea : ils doivent y intégrer des équipes issues de pays nouveaux venus dans l’espace européen de la recherche (« Le but n’est pas seulement de faire le travail, mais aussi d’établir des liens entre Européens » [M27]). À une autre échelle, des laboratoires s’échangent des personnels afin de transférer un savoir-faire d’une équipe à l’autre, et renforcer ainsi des liens de coopération. Un doctorant peut par exemple effectuer un stage de quelques jours ou semaines dans un autre laboratoire, afin d’apprendre à se servir d’un instrument et diffuser ensuite ses connaissances dans son laboratoire d’origine.

13On le voit, les coopérations reposent aussi sur le rôle de catalyseurs joué par certains objets ou instruments. Les sociologues des sciences sont nombreux à avoir décrit ce rôle, notamment en s’intéressant aux « objets-frontières » (Star & Griesemer 1989) ou aux « objets intermédiaires » (Vinck 1999). En matière de ns/t, les propriétés des nanotubes de carbone justifient des coopérations entre chimistes et physiciens, aussi bien qu’entre scientifiques et industriels. Mais les chercheurs citent bien d’autres nano-objets jouant un rôle similaire.

Les nanoparticules, c’est un moyen de marier plus facilement les propriétés des solides

– des semi-conducteurs ou des matériaux magnétiques

– et les propriétés des polymères.

Faire de l’électronique sur substrat souple, par exemple. Sur ce point-là, on en est au tout début, et il y a probablement des retombées extrêmement importantes. (L21.)

Dans dix ans ou quinze ans, on pourra compter le nombre d’atomes qu’il y a à l’intérieur des transistors… Et c’est quoi ça, sinon une grosse molécule ? (L24.)

  • 10 Sur les effets de ces instruments politiques dans les laboratoires, voir Jouvenet (2011) et Barrier (...)

14De même, certaines coopérations peuvent être facilitées par les instruments que les physiciens du cea partagent avec des collègues d’autres disciplines ou avec des ingénieurs sur des « plateformes » communes (Hubert 2009). C’est du reste tout le sens de la création de Minatec, qui décline les vertus du partage des lieux jusque dans sa conception architecturale (une « rue centrale » est censée favoriser les rencontres aussi spontanées que fructueuses entre chercheurs). À Grenoble, ces dispositifs matériels sont doublés par des dispositifs organisationnels ou managériaux conçus pour inciter les chercheurs à des coopérations ouvertes – et les soutiens sont d’autant plus forts que les coopérations sont ouvertes, comme le montre l’exemple du projet prioritaire « Chimtronic », mêlant physique, chimie et ingénierie électronique. « Il n’y a probablement pas de meilleure façon d’inciter les chercheurs à repenser leurs relations de travail qu’en créant une nouvelle catégorie de financement dans laquelle concourir » (Shrum, Genuth & Chompalov 2007 : 30). C’est précisément la fonction du pôle de compétitivité Minalogic, qui redouble, au niveau local, la valorisation politique des dispositions collaboratives par les agences de financement nationales et européennes « sur projet »10. « On est poussé à mener des collaborations avec des labos extérieurs », raconte un physicien (C14). Et le chef du département englobant les laboratoires concernés par l’enquête rappelle à tout le monde, lors d’une assemblée générale, les fortes attentes locales portant sur le mélange de la recherche « fondamentale » et « appliquée ».

Il faut aussi travailler avec le monde qui nous entoure, et on essaye de faire ça bien et de ne pas se fâcher avec trop de gens, [notamment] avec nos collègues de la [recherche appliquée], nos partenaires de choc […]. Il va falloir mélanger les cultures, inventer de nouvelles façons de travailler et d’interagir. (Mt12.)

  • 11 La marge de manœuvre laissée aux chercheurs lors de leurs « manips » est un sujet sensible qui dist (...)

15Ce résumé des modalités et enjeux des coopérations pratiquées par les physiciens montre aussi que les formes d’interactions entre collaborateurs peuvent être très différentes d’un projet à l’autre. On distingue ces coopérations suivant la tonalité, la qualité des relations dans les collectifs ou/et réseaux de collectifs qu’elles dessinent. Leur déroulement et les expériences auxquelles elles sont associées par les scientifiques dépendent notamment du degré de proximité entre chercheurs. Cette proximité est envisagée sur un axe disciplinaire (entre spécialités) et pluridisciplinaire, mais aussi sur celui qui relie la recherche fondamentale à la recherche appliquée. L’engagement des chercheurs s’inscrit parfois dans des collectifs soudés, ou qui partagent au moins un certain nombre d’attentes pratiques, de valeurs professionnelles, etc., et donc une certaine familiarité. Mais il peut aussi s’inscrire dans des groupes marqués par d’importants conflits, ou par des difficultés de communication et de coordination plus sourdes (relatives par exemple à la gestion des instruments)11.

  • 12 La tradition grenobloise d’» élus d’origine scientifique » n’est pas uniformément profitable aux ch (...)

16Comme par réaction à l’omniprésence des discours (des) officiels sur le « tissu sans coutures » et à la promotion de l’» effacement des frontières » du territoire de l’innovation, les physiciens du cea ont beaucoup insisté sur ces difficultés, qui marquent les relations entre les équipes de la recherche fondamentale (ou « basique ») et celles de la recherche appliquée. Cette insistance s’explique aussi par la dissymétrie qui caractérise souvent, selon eux, ces relations dans l’écosystème scientifique et technique grenoblois, dans lequel les laboratoires liés aux industriels de la microélectronique disposent d’importants moyens12. Les coopérations avec ces derniers offrent accès à des ressources (matérielles, humaines, financières) déterminantes, mais les physiciens « fondamentaux » les associent à une perte de contrôle sur d’importants paramètres de leur activité : répartition des tâches, organisation du temps de travail, gestion des instruments, etc. (Jouvenet 2007, 2009). Les structures comme Minatec ou Minalogic sont dès lors plutôt associées par les chercheurs à des opportunités de coopération asymétrique.

Certains équipements [sur lesquels je travaille] appartiennent [à un gros laboratoire de recherche appliquée]. Et les mecs, ils n’arrêtent pas de nous faire croire que c’est notre équipement… Non ! […] Donc, s’ils veulent le faire travailler en trois‑huit et le donner aux équipes machin, ben nous on pourra dire quoi ? […] Ils peuvent couper le robinet […]. On nous dit : on va mettre A et B ensemble, ça va être fantastique. […] Mais ce n’est pas le cas si A est supérieur à B : B va être inclus dans A. C’est un peu ça qui va se passer selon moi. (C9.)

Les pôles de compétitivité, c’est des gadgets, je pense […]. C’est pour « labéliser les projets de recherche »… Mais c’est essentiellement du D [développement] et non du R [recherche]. (C29.)

[Depuis que je suis sur la plateforme commune,] j’essaye de faire en sorte qu’on soit acteur. […] Le but c’est de garder un bout de la manette, et surtout d’être au courant de ce qui se fait, d’avoir un poids sur les décisions. Moi je ne veux pas qu’on nous embête sur notre façon de travailler et notre… notre but de travail. (L26.)

  • 13 De la même façon, « il y a toujours eu des problèmes entre le cea et le cnrs » parce que le premier (...)

[Le rapprochement avec la recherche appliquée], je n’ai pas peur que ça me donne plus de boulot… C’est [plutôt] que demain on va me dire de bosser sur tel composant. Et si je trouve un truc marrant au passage, je me dirai : « Ah ! ben tiens, j’ai vu ça ! Ça va être génial, on va faire des papiers terribles », et que le mec il me fasse : « Ah ! Mais non, nous ce qui nous intéresse c’est nos rapports avec [un industriel local], qui nous donne tant d’argent par an »13. (C16.)

  • 14 Ils distinguent les quatre types suivants : « Inter-language trading zone (high collaboration, high (...)
  • 15 Les collaborations scientifiques de grande taille étudiées par Wesley Shrum, Joel Genuth et Ivan Ch (...)

17Ces observations incitent à suivre Harry Collins et ses coauteurs lorsqu’ils préconisent d’affiner le modèle des trading zones de Peter Galison en fournissant une grille pour les différencier, d’une part sur un axe vertical qui va de la coercition à la collaboration, d’autre part sur un axe horizontal mesurant l’homogénéité ou l’hétérogénéité des participants – ce qui revient à les « politiser », à préciser les formes de pouvoir qui s’y exercent (Collins, Evans & Gorman 2007 : notamment 664, fig. 2). On voit en effet que les dispositifs interactionnels et les formes d’engagement des chercheurs varient considérablement lorsqu’on passe de l’un des types de trading zones qu’ils identifient à un autre14. Chaque projet est donc vécu différemment, suivant les enjeux politiques et symboliques qui lui sont attribués par les individus qu’il rassemble, et selon le degré de symétrie des relations qu’ils entretiennent – sachant que le principe de « démocratie quasi athénienne » qui caractérise les collaborations du domaine de la physique des particules, pourtant souvent pris comme modèle, « est l’exception et non la règle » en matière de collaboration scientifique (voir Shrum, Genuth & Chompalov 2007 : 115, 194, 199-200). Le pouvoir de décision s’y exerce de manière très variable, et le prestige des différentes spécialités ou disciplines contribue encore à déterminer la dynamique des interactions. De ce point de vue, l’enchantement de certains physiciens ayant le sentiment de vivre une « révolution scientifique » en coopérant avec des chimistes autour de « nano-roues », par exemple, contraste avec le dépit ou la résignation d’autres chercheurs des mêmes laboratoires de physique, qui ont l’impression de participer à un projet pour « faire la techno » dans la perspective de publications prestigieuses mais qu’ils ne signeront pas, ou bien pour « remplir les étagères » des laboratoires de recherche appliquée d’idées que leurs ingénieurs exploiteront (peut-être) plus tard. L’enquête dans les laboratoires permet ainsi de préciser non seulement comment et par qui l’impératif de coopération est défini (la « construction sociale de la nécessité collaborative », ibid. : 203-204)15, mais aussi de saisir le sens qui lui est donné in situ, par les scientifiques.

Sens et expérience des coopérations

18Les chercheurs rencontrés dans les laboratoires du cea Grenoble ont clairement le sentiment d’évoluer dans un monde organisé « par projets » et « en réseau ». De leur point de vue, ces projets sont bien « des systèmes de connexion à géométrie variable, des propositions de réseaux en émergence qui s’étendent et se transforment » (Callon 1999 : 43). La prégnance de cette grille de lecture réticulaire est liée aux contraintes que la spécialisation extrême de ses acteurs fait peser sur l’activité scientifique. Mais ils y voient aussi l’influence de politiques scientifiques récentes, qui ont promu la mobilité individuelle et la fluidité des collectifs aux dépens des structures traditionnelles organisant la recherche publique (les organismes de recherche et les laboratoires). En réalité, ce n’est pas le lexique du « projet » et du « réseau » qui est nouveau pour les scientifiques, mais plutôt le « degré de son institutionnalisation et les attentes qui lui sont attachées » (Henkel 2005 : 160). Ces attentes sont spécialement élevées en matière de ns/t, et l’activité des physiciens rencontrés montre que les « coopérations ouvertes » constituent bien un moteur de l’innovation dans ce domaine.

  • 16 De même, Hemlin et Rasmussen (2006 : 190-193) avancent que l’instabilité accrue du monde scientifiq (...)

19Certains observateurs se focalisent sur cette fluidité et cette ouverture pour penser le dynamisme dans le monde scientifique, comme le fait la théorie de l’acteur-réseau, ou le modèle du « mode 2 » de la production des connaissances (Gibbons et al. 1994 ; Nowotny, Scott & Gibbons 2001). Pari méthodologique ou constat empirique, l’effacement des frontières (entre organisations, entre disciplines…) du tableau analytique donne au monde scientifique l’apparence d’un « tissu sans coutures », un univers dans lequel « la construction et déconstruction continue de groupes, causée par la circulation sans fin des connaissances et des acteurs » semble antagoniste de l’existence de communautés stables, « avec une identité commune, des compétences partagées, [etc.] » (Shinn 2005 : 744). Il est cependant difficile de suivre cette voie « anti-différenciationniste » (Shinn & Ragouet 2005) quand on écoute et observe les physiciens du cea Grenoble au travail. Leur expérience des coopérations et le sens qu’ils leur donnent font grand cas des différences d’ordre technique, cognitif ou culturel qui marquent les confrontations entre équipes. Rien ne laisse penser en tout cas que les frontières entre physiciens et biologistes, entre expérimentalistes ou simulateurs, ou entre scientifiques et ingénieurs, par exemple, ont été dissoutes ou seraient en cours de dissolution. Ce serait plutôt l’inverse, puisque nombre d’entre eux associent la multiplication et la diversification de leurs coopérations à une révélation de ces différences culturelles – notamment à travers le « choc culturel » éprouvé au contact de la recherche appliquée16.

Il y a un conflit permanent. […] C’est un conflit où les cultures se heurtent […]. La temporalité n’est vraiment pas la même, et donc les cultures sont différentes. Mais aussi les besoins, et donc il y a un choc. Structurellement, il y a un choc ! […] [En recherche fondamentale,] on estime qu’on doit créer de la connaissance. […] Donc c’est essentiellement à l’initiative des chercheurs, la recherche à court terme, voire à moyen terme. Et on évalue a posteriori. En recherche appliquée, c’est tout l’inverse parce que un industriel a besoin – ou on sait qu’il y a besoin pour un industriel – de trouver un composant qui est plus performant. (L15.)

Chercher à comprendre l’origine des phénomènes plutôt que de chercher à réussir quelque chose qui puisse être vendu : c’est pas du tout la même culture. (C12.)

L’analogie que j’ai souvent employée, c’est de dire que [les laboratoires de recherche appliquée] c’est une chaîne de fabrication de voitures, et que nous on y arrivait pour fabriquer un truc, un mouton à cinq pattes, une voiture à roulettes ou à pédales […]. L’engagement n’est pas le même. Il faut une organisation industrielle pour faire des voitures ou faire des plaques de silicium industrielles. Et il faut un petit atelier, un petit établi pour faire ce que nous on veut faire. (C14.)

Il y a des façons de travailler, des conceptions de la bonne façon de travailler qui ne sont pas les mêmes. C’est-à-dire une idée très managériale : ils ont des managers, et puis des ingénieurs, et puis des techniciens, et puis chacun garde sa case, et puis on fait le bilan, on dit à l’un ce qu’il doit faire […]. On n’a pas les mêmes publics, on est plus dans un monde académique, et eux dans un monde industriel [ce qui explique qu’]ils marchent avec des indicateurs : tant d’échantillons par mois, tant par semaine… Tout est mesuré. Quand ils parlent, ils parlent en indicateurs […], et ils suivent leur température comme ça. (L26.)

[En recherche appliquée], c’est une ambiance un peu plus industrielle, un peu plus formelle. Surtout, c’est pas la même raison de se lever le matin. (C16.)

  • 17 Cette remarque va à l’encontre de l’« instantisme » qui caractérise selon Shinn et Ragouet (2005 : (...)
  • 18 J’emploie le terme « écologie » au sens du jeu d’interactions qui met aux prises, sur un même terri (...)
  • 19 En parlant d’un équipement très puissant, obtenu grâce au « mariage » de son laboratoire avec un au (...)

20Les différences relevées par les chercheurs sont moins d’ordre disciplinaire qu’organisationnel. Elles portent sur des manières de concevoir et de pratiquer la recherche. Dans leurs discours, elles marquent l’existence de collectifs professionnels (« nous ») dépassant la collection d’individus concernés par tel ou tel projet. Leurs engagements – au sens fort du « commitment » (voir Becker 1960) – professionnels sont pensés en lien avec de tels collectifs, et il est donc dommageable de le réduire à un face-à-face individu-réseau, tant les acteurs envisagent aussi leurs coopérations sur le plan écologique et dans le temps long des interactions entre diverses communautés de professionnels des sciences et techniques17. Le sens donné aux rapprochements entre équipes et laboratoires, et les modes d’engagement des physiciens dans les projets communs, dépendent manifestement de leur évaluation de ce qui se joue sur ce plan. L’expérience des coopérations et la façon de les mener est rapportée à un contexte plus global, au-delà de l’efficacité (scientifique, technique, réputationnelle…) à court terme du projet. Cela est apparu clairement lorsque certains laboratoires de physique du pôle « fondamental » ont été invités à rejoindre les équipes de la recherche appliquée dans les nouveaux espaces de Minatec. Les concertations et prises de positions observées à ce moment-là dans le polygone scientifique ont révélé la dépendance des dispositions aux rapprochements par rapport à une perception écologique18 de leurs enjeux. Les physiciens liés à ces projets ont certainement pensé à l’acquisition de nouvelles ressources (instrumentales, notamment), voire à leur influence positive sur leur carrière19. Mais ils ont aussi envisagé leur éventuel enrôlement dans un cadre plus large, celui des rapports entre laboratoires et départements (du cea, du cnrs, etc.), et, plus généralement encore, celui des « communautés » professionnelles en présence (Jouvenet à paraître).

21Les scientifiques affirment qu’ils sont attachés à des communautés professionnelles à la culture particulière, et qu’ils peuvent estimer menacée. Il n’échappe ainsi à personne que la coopération entre équipes de la recherche appliquée et de la recherche fondamentale a, dans le contexte local, des enjeux autant symboliques et politiques que scientifiques et techniques. Il ne s’agit pas simplement d’ajustements structurels ou de mobilité individuelle. Les projets coopératifs ont des vertus, mais ils posent aussi des problèmes, et les physiciens s’interrogent d’autant plus sur leurs engagements que ces projets rassemblent des communautés aux cultures différentes – des partenaires « différemment câblés », selon leur expression – et aux ressources inégales dans l’écosystème politico-scientifique local. La réussite du projet Minatec, dit un chef de laboratoire, c’est une affaire « de moyens, mais aussi de culture » (L2).

22Si les laboratoires sont des « centres de calcul » dédiés à la production des faits scientifiques (Latour 1989), les observations réalisées à Grenoble montrent que ce sont aussi des forums animés par un travail politique, au sens où ses acteurs s’attachent à « établir ou critiquer la légitimité des pouvoirs » (officiels et officieux) qui gouvernent leurs univers professionnels (Dodier 2003 : 19-25). Et, dans cette perspective, le problème des coopérations et de leur cadre, tel qu’il est conçu par les scientifiques interrogés pour l’enquête, est celui de l’invasion du territoire d’un groupe professionnel (ou de la corrosion de sa culture, de l’assimilation de ses collectifs) par un autre, plus puissant. Cette imagerie nourrit la sociabilité et les distinctions individuelles locales, et s’est exprimée de manière frappante dans les entretiens :

Moi, je ne veux pas qu’on soit bouffé. (L26.)

On se demande quand est-ce que la microélectronique va nous bouffer. Et si elle nous bouffe, elle bouffe ses provisions pour l’hiver. (Ct19.)

[Dans Minatec,] on va être aussi amenés à partager des bâtiments avec… avec des bulldozers. Il ne faudra pas se faire bouffer […]. On collabore avec Satan [rires]… c’est-à-dire [le centre de recherche appliquée]. On n’a pas bien le choix. Mais l’ancienne génération – je peux encore nous classer dans les jeunes – est très marquée par la recherche fondamentale, la figure du savant. Et c’est vrai qu’on glisse… on glisse vers l’appliqué […]. On peut se faire phagocyter […], se faire manger, sur des choses très concrètes. (C14.)

  • 20 D’autres études récentes l’ont montré, sur des terrains proches : voir Park Doing (2009 : 103), qui (...)

23La tonalité et la prépondérance de cette imagerie indiquent que la prolifération des dispositifs réticulaires et la généralisation de leur lexique ne périme pas la force de l’attachement à des identités collectives20. Elles activent (ou réactivent) l’attachement à une communauté scientifique et révèlent sa constitution interne. Marcel Mauss rapporte, commentant Aristote, « que trois jours après sa prise, une partie de la ville [de Babylone] ne s’en était pas encore aperçue » du fait d’une « solidarité lâche ». Ces sociétés, écrit-il, peuvent « se laisser amputer, malmener, voire décapiter ; elles ne sont très sensibles ni à leurs frontières, ni à leur organisation intérieure […] elles ne sont ni vertébrées, ni fortement conscientes ; elles ne sentent pas de peine à être privées même de leurs traits politiques » (Mauss 1969 : 582). Ce n’est pas le cas des physiciens interrogés ici, qui manifestent leur souci de protéger les attributs identitaires (organisationnels, culturels) de leur communauté professionnelle :

Depuis trois ans, on travaille beaucoup avec les gens de la technologie. On sent le besoin de… Il y a une dynamique qui s’est créée. Mais je pense que c’est bien qu’on garde notre identité. (L5.)

Le scientifique comme acteur politique

  • 21 Ce scientifique relie ses idées sur « “les sujets de recherche”, “les thèses”, “les laboratoires”, (...)
  • 22 On peut trouver l’inspiration de cette tendance à l’abstraction chez Gabriel Tarde. « Aucun autre s (...)

24Les opportunités de coopérations ne manquent pas pour les physiciens du polygone scientifique grenoblois. L’inscription de leurs activités dans le domaine des ns/t intensifie les incitations à se projeter dans de nouveaux réseaux d’acteurs. Dans ce paysage, l’intérêt à la mobilité est clairement établi – il est même souligné par les pouvoirs politiques et administratifs locaux. En phase avec cette dynamique, le modèle analytique de l’ant permet de saisir les mouvements des individus chercheurs, et le pouvoir qu’ils peuvent acquérir en « intéressant » et « enrôlant » d’autres acteurs (et « actants ») dans leurs réseaux. L’ant fournit de ce point de vue un « quadrillage » ou un « crayon » (Latour 2006b : 191, 208) permettant de suivre la croissance de leur capital de pouvoir. Mais le pari d’un modèle analytique est aussi un gambit : il s’appuie sur un coup théorique initial qui implique un sacrifice, qui a un coût. Ce qu’il révèle du monde social, il le paye sur un autre plan (Abbott 2004 : 175 notamment). Michel Callon a du reste remarqué que « le modèle de la traduction élargie », auquel on peut rattacher l’ant, avait peu contribué à l’analyse des « formes organisationnelles et procédurales accompagnant ou entravant le déploiement des réseaux de traduction », autrement dit des « rapports entre politique, économie et technosciences » (Callon 2006 : 250-251). Les données recueillies au cea Grenoble conduisent ainsi à tempérer l’utilitarisme attaché à la figure du scientifique dans les sociologies des sciences contemporaines insistant sur la fluidité des réseaux et des projets. Il paraît difficile de réduire les engagements des « nano »-physiciens grenoblois à un calcul de maximisation de leur crédibilité (au sens double de Latour & Woolgar 1996 : 206, 209) individuelle. Aucun d’entre eux ne peut être rapproché du fameux « portrait d’un biologiste en capitaliste sauvage » (Latour 1996 : 100-129), qui révèle un scientifique « prêt à déplacer à tout instant l’ensemble de ses valeurs pour les réinvestir là où […] leur rentabilité est plus élevée »21 : suivre les acteurs des dynamiques coopératives au cœur du développement des ns/t à Grenoble incite à souligner l’abstraction de ce modèle de l’acteur scientifique22.

  • 23 Pour Hobbes, « chaque homme est un quantum de pouvoir » (Pierre Manent cité dans Descombes et al. 2 (...)
  • 24 Au début de l’Éthique à Nicomaque, Aristote « nous dit que l’art politique est, en un sens […], l’a (...)
  • 25 Le diagramme de Mary Douglas (1992), utilisé par Vincent Descombes pour éclairer le rejet par les u (...)

25La focalisation sur les déplacements et les intérêts individuels a tendance à évacuer du tableau une autre logique d’interaction et de mobilisation des scientifiques. Cette logique est aussi politique, cette fois non plus au sens « des revendications de pouvoir » des individus (Thomas Hobbes23), mais au sens « architectonique » (Aristote24) d’une réflexion sur les façons d’organiser et de combiner les forces de recherche, c’est-à-dire sur les conditions sociales du cosmopolitisme propre aux pôles scientifiques. C’est dans le cadre de ce type de réflexion que les acteurs interrogés à Grenoble expriment leur sensibilité vis-à-vis d’identités et de cultures collectives qu’ils estiment menacées25.

  • 26 De la même manière, la réaction des simples « fantassins de la science » de l’inra à l’exposition d (...)
  • 27 Prendre en compte cette capacité à raisonner politiquement, c’est aussi souligner la différence des (...)

26Récemment, Bruno Latour a placé au cœur de son projet (de philosophie) politique l’étude des façons de s’associer de groupes aux « cosmogrammes » différents. Sa conception du « cosmopolitisme » vaut cependant pour des communautés bien plus vastes que celles évoquées ici. Quand il parle d’une « négociation entre les cultures », passant par la définition des « choses auxquelles nous tenons […] et sans quoi nous ne serions plus les héritiers de notre tradition », il s’agit d’une « négociation planétaire intelligente », par exemple entre l’Occident et le reste du monde (ou entre « Bush et Ben Laden »), dans le cadre « multinaturaliste » défini par Philippe Descola (2005) (Latour 2003 : 9, 12, 13, 16, 59). Si les scientifiques figurent parmi les acteurs de la recherche d’un « modus vivendi, un mode de vie commun », ils le sont cependant en tant que « porte-parole » des non-humains, de la nature. En cela, ils se distinguent des « porte-parole » des humains que sont les représentants politiques (Latour 2010 : 122-123, 168, 171 ; voir aussi Latour 1995 : 56, 59). À l’échelle de l’enquête exploitée ici, cette division du travail paraît trop radicale, produisant encore une figure incomplète du scientifique au travail. Leur capacité à raisonner politiquement (au sens employé dans Descombes et al. 2008), semble tout aussi déterminante que leur calcul de crédit pour saisir la logique des associations et des déplacements dans le réseau des laboratoires locaux26. Il ne faut donc pas considérer chacun de ces acteurs scientifiques comme « un sujet théorique [qui] peut, en principe, être monomaniaque (n’avoir qu’une idée dominante) » (ibid. : 199-200), définie par exemple par ses perspectives de carrière, autrement dit d’accumulation de crédits personnels. Les observations et entretiens réalisés à Grenoble indiquent qu’il convient plutôt de lui attribuer « une identité pratique [qui] lui impose d’introduire un ordre dans les fins qu’il poursuit ». Car son inscription dans la cité « lui donne déjà deux fins, celle d’un acteur particulier (par exemple recteur [ou chercheur]) et celle d’un citoyen », capable de détacher ses raisonnements de l’échelle de mesure des performances professionnelles, de considérer ses engagements professionnels dans une perspective plus large27.

27Simon Schaffer (2003 : 34) distingue trois « ordres sociaux idéaux » ayant permis de dessiner jusqu’à présent la figure du scientifique : « le marché, lorsque les vertus de la compétition et des récompenses scientifiques sont accentuées ; l’agora, quand les scientifiques sont vus comme engagés dans une expression libre et démocratique ; ou l’atelier, quand les savoir-faire pratiques des scientifiques sont mis en avant ». À côté des deux autres, le modèle de l’« agora » paraît à la fois délaissé et dépassé : le but de cet article est aussi de montrer l’intérêt de relever les investissements empiriques des science studies à la fois sur les recompositions internes au monde scientifique, et sur la façon dont il s’inscrit dans la vie de la Cité.

Haut de page

Bibliographie

Abbott andrew, 2004

Methods of Discovery. Heuristics for the Social Sciences, New York/Londres, W. W. Norton & Co.

Ballu yves, 2006

De Mélusine à Minatec. 1956-2006 : 50 ans d’histoires du ceng devenu cea Grenoble, Veuvey, éditions Le Dauphiné libéré.

Barrier julien, 2011

« La science en projets : financements sur projet, autonomie professionnelle et transformations du travail des chercheurs académiques », Sociologie du travail, vol. 53, n° 4, pp. 515-536

Becker howard s., 1960

« Notes on the concept of commitment », The American Journal of Sociology, vol. 66, nº 1, pp. 32-40.

BenoÎt Browaeys dorothée, 2009

Le Meilleur des nanomondes, Paris, Buchet-Chastel.

Bensaude-Vincent bernadette, 2004

Se libérer de la matière ? Fantasmes autour des nouvelles technologies, actes de la conférence-débat organisée par le groupe Sciences en questions (Paris, inra, 27 mai 2004), Paris, inra éditions, coll. « Sciences en questions ».

Bensaude-Vincent bernadette, 2009

Les Vertiges de la technoscience. Façonner le monde atome par atome, Paris, La Découverte, coll. « Science et société ».

Berube david m., 2005

Nano-Hype. The Truth Behind the Nanotechnology Buzz, Amherst (New York), Prometheus Books.

Blanckaert claude, 2006

« La discipline en perspective. Le système des disciplines à l’heure du spécialisme (xixe-xxe siècles) », in Jean Boutier, Jean-Claude Passeron & Jacques Revel (dir.), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, Éditions de l’ehess, coll. « Enquête », pp. 117-148.

Callon michel, 1999

« Le réseau comme forme émergente et comme modalité de coordination. Le cas des interactions stratégiques entre firmes industrielles et laboratoires académiques », in Michel Callon, Patrick Cohendet, Nicolas Curien et al., Réseau et Coordination, Paris, Economica, coll. « Innovation », pp. 13-64.

Callon michel, 2006 [1995]

« Quatre modèles pour décrire la dynamique de la science », in Madeleine Akrich, Michel Callon & Bruno Latour (dir.), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des mines, coll. « Sciences sociales », pp. 201-251.

Callon michel & bruno Latour, 2006 [1981]

« Le grand Léviathan s’apprivoise-t-il ? », in Madeleine Akrich, Michel Callon & Bruno Latour (dir.), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des mines, coll. « Sciences sociales », pp. 11-32.

CE A, 2005

Clefs cea, nº 52, « Le nanomonde, de la science aux applications ». Disponible en ligne, http://www.cea.fr/recherche_fondamentale/le_nanomonde_de_la_science_aux_applications [consulté en octobre 2011].

Cefaï daniel, 2010

« Circonscrire le site d’enquête : un nœud de réseaux et de processus », in (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’ehess, coll. « En temps & lieux », pp. 219-237.

Collins harry, Evans robert & mike Gorman, 2007

« Trading zones and interactional expertise », Studies in History and Philosophy of Science, vol. 38, nº 4, pp. 657-666.

Crease robert p., 2008

« Life at the frontier », Physics World, vol. 21, nº 10, pp. 45-48.

Descola philippe, 2005

Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées ».

Descombes vincent, 2007

Le Raisonnement de l’ours. Et autres essais de philosophie pratique, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La couleur des idées ».

Descombes vincent, 2009

« L’identité collective d’un corps enseignant », Revue du mauss, nº 33, « L’Université en crise. Mort ou résurrection ? », pp. 343-362.

Descombes vincentet al., 2008

Philosophie du jugement politique. Débat avec Vincent Descombes, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points », série « Essais ».

Dodier nicolas, 1995

Les Hommes et les machines. La conscience collective dans les sociétés technicisées, Paris, Métailié, coll. « Leçons de choses ».

Dodier nicolas, 2003

Leçons politiques de l’épidémie de sida, Paris, Éditions de l’ehess, coll. « Cas de figure ».

Doing Park, 2009

Velvet Revolution at the Synchrotron. Biology, Physics, and Change in Science, Cambridge (usa), The mit Press, coll « Inside Technology ».

Douglas mary, 1992

Risk and Blame. Essays in Cultural Theory, Londres, Routledge.

Etzkowitz henry & loet Leydesdorff(dir.), 1997

Universities and the Global Knowledge Economy. A Triple Helix of University-Industry- Government Relations, Londres, Pinter.

Etzkowitz henry & loet Leydesdorff, 2000

« The dynamics of innovation. From National System and “Mode 2” to a Triple Helix of university-industry-government relations », Research Policy, vol. 29, n° 2, pp. 109-123.

Fogelberg hans & hans Glimell, 2003

Bringing Visibility to the Invisible. Towards a Social Understanding of Nanotechnology, Göteborg, Göteborg Universitet, coll. « sts Research Reports ». Disponible en ligne, http://www.sts.gu.se/digitalAssets/1002/1002495_sts_report_6.pdf [consulté en octobre 2011].

Galison peter, 1997

Image and Logic. A Material Culture of Microphysics, Chicago, The University of Chicago Press.

Galison peter, 2006

« Les métamorphoses de l’expérience », La Recherche, nº 400, pp. 32-34.

Galison peter & bruce Hevly(dir.), 1992

Big Science. The Growth of Large-Scale Research, Stanford, Stanford University Press.

Gibbons michaelet al., 1994

The New Production of Knowledge. The Dynamics of Science and Research in Contemporary Societies, Londres, Sage Publications.

Grossetti michel, 1995

Science, industrie et territoire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Socio-logiques ».

Hag strom warren o., 1964

« Traditional and modern forms of scientific teamwork », Administrative Science Quarterly, vol. 9, nº 3, pp. 241-263.

Hård mikael & andrew Jamison, 2005

Hubris and Hybrid. A Cultural History of Technology and Science, New York, Routledge.

Hemlin sven & søren barbelo Rasmussen, 2006

« The shift in academic quality control », Science, Technology, & Human Values, vol. 31, nº 2, pp. 173-198.

Henkel mary, 2005

« Academic identity and autonomy in a changing policy environment », Higher Education, vol. 49, nº 1-2, pp. 155-176.

Hubert matthieu, 2009

« Les plates-formes pour la recherche en nanotechnologies. Politiques scientifiques et pratiques de laboratoire à l’épreuve de l’organisation du travail expérimental », thèse de sociologie, Grenoble universités.

Hubert matthieu, Jouvenet morgan & dominique Vinck, à paraître

« Politique “de l’innovation” et transformations des mondes scientifiques. Le pari des nanosciences et nanotechnologies à Grenoble », in Jérôme Aust & Cécile Crespy (dir.), Les Mutations des politiques de recherche : entre état, marché et professions, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Hughes everett c., 1961

« Tarde’s Psychologie économique: an unknown classic by a forgotten sociologist », American Journal of Sociology, vol. 66, nº 6, pp. 553-559.

Johansson mikael, 2003

« “Plenty of room at the bottom.” Towards an anthropology of nanosciences », Anthropology Today, vol. 19, nº 6, pp. 3-6.

Jouvenet morgan, 2007

« La culture du “bricolage” instrumental et l’organisation du travail scientifique. Enquête dans un centre de recherches en nanosciences », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 1, nº 2, pp. 189-219. Disponible en ligne, http://www.cairn.info/revue-anthropologiedes- connaissances-2007-2-page-189.htm [consulté en octobre 2011].

Jouvenet morgan, 2009

« Le “nanomonde” vu de l’intérieur. Le travail scientifique, ses évolutions et ses représentations dans le laboratoire », in Béatrice Appay & Steve Jefferys (dir.), Restructurations, précarisation, valeurs, Toulouse, Octarès éditions, coll. « Le travail en débats », série « Colloques & congrès », pp. 193-205.

Jouvenet morgan, 2011

« Profession scientifique et instruments politiques. L’impact du financement “sur projet” dans des laboratoires de nanosciences », Sociologie du travail, vol. 53, nº 2, pp. 234-252.

Jouvenet morgan, à paraître

« Boundary work in “nano” networks. Integrative processes and cultural heterogeneity in a French science and technology hub », Social Science Information.

Kahn jennifer, 2006

« Nano’s big future », National Geographic Magazine, vol. 209, nº 6, pp. 98-119. Disponible en ligne, http://science.nationalgeographic.com/science/space/universe/nanotechnology.html [consulté en octobre 2011].

Klein étienne, 2011

Le Small Bang des nanotechnologies, Paris, Odile Jacob, coll. « Penser la société ».

Klein julie thompson, 1996

Crossing Boundaries. Knowledge, Disciplinarities, and Interdisciplinarities, Charlottesville, The University Press of Virginia, coll. « Knowledge, disciplinary and beyond ».

Knorr Cetina karin, 1995

« Laboratory studies. The cultural approach to the study of science », in Sheila Jasanoff, Gerald E. Markle, James C. Peterson & Trevor Pinch (dir.), Handbook of Science and Technology Studies, Thousand Oaks (Californie), Sage Publications, pp. 140-166.

Larédo philippe & philippe Mustar, 2001

« French research and innovation policy: two decades of transformation », in (dir.), Research and Innovation Policies in the New Global Economy. An International Comparative Analysis, Cheltenham, Edward Elgar Publishing, coll. « New horizons in the economics of innovation », pp. 447-496.

Latour bruno, 1989

La Science en action, Paris, Gallimard, coll. « Textes à l’appui », série « Anthropologie des sciences et des techniques ».

Latour bruno, 1995

Le Métier de chercheur. Regard d’un anthropologue, actes de la conférence-débat à l’inra (Paris, 22 septembre 1994), Paris, inra éditions, coll. « Sciences en questions ».

Latour bruno, 1996

Petites Leçons de sociologie des sciences, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points », série « Sciences ».

Latour bruno, 2003

Un monde pluriel mais commun. Entretiens avec François Ewald, La Tour-d’Aigues/Paris, Éditions de l’Aube/Radio France, coll. « Monde en cours. Intervention », série « vo ».

Latour bruno, 2006a [1995]

« Le Prince : machines et machinations », in Madeleine Akrich, Michel Callon & Bruno Latour (dir.), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des mines, coll. « Sciences sociales », pp. 87-107.

Latour bruno, 2006b

Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, coll. « Armillaire ».

Latour bruno, 2010

Cogitamus. Six lettres sur les humanités scientifiques, Paris, La Découverte.

Latour bruno & steve Woolga r, 1996 [1979]

La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte-poche », série « Sciences humaines et sociales ».

Levi giovanni, 1989

Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires ».

Marcovich anne & terry Shinn, 2010

« The cognitive, instrumental and institutional origins of nanoscale research. The place of biology », in Martin Carrier & Alfred Nordmann (dir.), Science in the Context of Application, Dordrecht, Springer Verlag, coll. « Boston studies in the philosophy of science », pp. 221-242.

Mauss marcel, 1969

ŒUVRES, vol. 3, Cohésion sociale et divisions de la sociologie, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

Meyer martin & loet Leydesdorff(dir.), 2007

Scientometrics, vol. 70, n° 3, « Special issue on nanotechnology ».

Moret roger, 2006

Nanomonde. Des nanosciences aux nanotechnologies, Paris, cnrs éditions, coll. « Nature des sciences ».

Nowotny Helga , Scott peter & michael Gibbons, 2001

Re-Thinking Science. Knowledge and the Public in an Age of Uncertainty, Cambridge/Oxford, Polity Press/Blackwell Publishers.

Pautrat jean-louis, 2002

Demain le nanomonde. Voyage au cœur du minuscule, Paris, Fayard, coll. « Le temps des sciences ».

Pestre dominique, 1990

Louis Néel, le magnétisme et Grenoble. Récit de la création d’un empire physicien dans la province française, 1940-1965, Paris, cnrs éditions, coll. « Cahiers pour l’histoire du cnrs ».

Pestre dominique, 2006

Introduction aux science studies, Paris, La Découverte, coll. « Repères (Maspero) », série « Sociologie ».

Pièces et Main d’œuvre, 2008

Aujourd’hui le nanomonde. Nanotechnologies, un projet de société totalitaire, Montreuil, L’Échappée, coll. « Négatif ».

Schaffer simon, 2003

« What is science? », in John Krige & Dominique Pestre (dir.), Companion to Science in the Twentieth Century, Londres/ New York, Routledge, coll. « Routledge world reference », pp. 27-41.

Shapin steven, 1995

« Here and everywhere. Sociology of scientific knowledge », Annual Review of Sociology, vol. 21, pp. 289-321.

Shapin steven, 2008

« Science and the modern world », in Edward J. Hackett, Olga Amsterdamska, Michael Lynch & Judy Wajcman (dir.), The Handbook of Science and Technology Studies, Cambridge (usa), The mit Press, pp. 433-448.

Shapin steven, 2010

Never Pure. Historical Studies of Science as if It Was Produced by People with Bodies, Situated in Time, Space, Culture, and Society, and Struggling for Credibility and Authority, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Shapira philip & jue Wang, 2010

« Follow the Money », Nature, vol. 468, pp. 627-628.

Shinn terry, 2005

« New sources of radical innovation. Research-technologies, transversality and distributed learning in a post-industrial order », Social Science Information, vol. 44, nº 4, pp. 731-764.

Shinn terry & pascal Ragouet, 2005

Controverses sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’activité scientifique, Paris, Raisons d’Agir, coll. « Cours et travaux ».

Shrum wesley, Genuth joel & ivan Chompalov, 2007

Structures of Scientific Collaboration, Cambridge (usa), The mit Press, coll. « Inside technology ».

Star susan l. & james r. Griesemer, 1989

« Institutional ecology, “translation” and boundary objects. Amateurs and professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology, 1907-1939 », Social Studies of Science, vol. 19, nº 3, pp. 387-420.

Vinck dominique, 1999

« Les objets intermédiaires dans les réseaux de coopération scientifique. Contribution à la prise en compte des objets dans les dynamiques sociales », Revue française de sociologie, vol. 40, nº 2, pp. 385-414.

Vinck dominique, 2009

Les Nanotechnologies, Paris, Le Cavalier bleu éditions, coll. « Idées reçues ».

Vinck dominique, 2010

« The “enterprise of science”. Construction and reconstruction of social capital around nano R&D », International Journal of Nanotechnology, vol. 7, nº 2-3, pp. 121-136.

Vinck dominique, Hubert matthieu, Jouvenet morga n & gloria Zarama, 2006

« Culture de la différence et pratiques de l’articulation entre chercheurs en micro- et nanotechnologies », in Jean-Philippe Leresche, Martin Benninghoff, Fabienne Crettaz von Roten & Martina Merz (dir.), La Fabrique des sciences. Des institutions aux pratiques, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, pp. 147-163.

Ziman john m., 1987

Knowing Everything About Nothing. Specialization and Change in Research Careers, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 Ce morcellement a fait l’objet de critiques dès la fin du xixe siècle (voir les railleries contre les « spécialistes » dans Hedda Gabler d’Henrik Ibsen, pièce créée en 1891, ou ce personnage « raseur comme un savant qui ne voit rien au-delà de sa spécialité », dans La Prisonnière de Proust). Claude Blanckaert (2006 : 125-127) présente un florilège des critiques de l’époque « contre l’esprit de détail ».

2 C’est pourquoi « apprendre à gérer la confiance qu’on accorde à autrui est aussi essentiel, dans les sciences, que l’apprentissage de la critique et de la défiance » (Pestre 2006 : 24).

3 Ces modèles très discutés font des interdépendances fortes entre mondes académique et industriel (en particulier), voire de l’hybridation de leurs valeurs, une caractéristique distinguant la production de la science contemporaine de celle des époques précédentes.

4 Cité dans Les Défis du cea, n° hors-série, septembre 2005, p. 20. cea : Commissariat à l’énergie atomique.

5 Voir le texte d’introduction du présent volume.

6 Sur la politique menée en faveur des ns/t à Grenoble et les recompositions institutionnelles qu’elle a provoquées, voir Hubert, Jouvenet & Vinck (à paraître).

7 Principalement menée entre 2005 et 2007, cette enquête a permis de recueillir les propos de chercheurs, techniciens et managers locaux des deux sexes, à des stades très divers de leurs carrières, au cours de trente-sept entretiens (d’une durée moyenne d’une heure et demie, la plupart enregistrés). Ma présence régulière dans leurs locaux a aussi nourri des carnets de terrain compilant de nombreuses observations réalisées autour des « manips », à la cantine, près de la machine à café, lors d’assemblées générales, de réunions et de séminaires (que j’ai parfois contribué à animer), ou bien à l’occasion de manifestations publiques concernant les ns/t. Les documents produits par les chercheurs en direction de leurs pairs ou d’un public plus large ont aussi été exploités pour l’enquête (en partie financée par l’Agence nationale de la recherche : projet Lodysenano, n° anr-06-blan-0341). Elle a enfin bénéficié de mes échanges sur place avec Matthieu Hubert, Séverine Louvel, Dominique Vinck et Gloria Zarama. Je tiens à remercier chaleureusement ces collègues, ainsi que les physiciens avec qui j’ai eu le plaisir et l’avantage de dialoguer au cea. Mes remerciements vont aussi à Arnaud Saint-Martin et aux évaluateurs anonymes sollicités par Terrain, pour leur lecture de ce texte.

8 L’ouvrage de Shrum, Genuth et Chompalov (2007 : 114-118, notamment) montre la « très grande variété organisationnelle » des coopérations scientifiques, même pour des spécialités très proches. Dominique Vinck (1999) témoigne aussi de la diversité des formes de la coopération scientifique, à partir d’une enquête sur cent vingt-et-un réseaux de recherche.

9 Dans le texte, les citations sont identifiées par une lettre signalant le statut de leur locuteur (D : doctorant ; C : chercheur ; L : chef de laboratoire ; M : manager d’un grade plus élevé que L), associée au numéro de l’entretien ou (quand précédé de « t ») du carnet de terrain dont elles sont extraites.

10 Sur les effets de ces instruments politiques dans les laboratoires, voir Jouvenet (2011) et Barrier (2011).

11 La marge de manœuvre laissée aux chercheurs lors de leurs « manips » est un sujet sensible qui distingue assez nettement les laboratoires les uns des autres. Les laboratoires dans lesquels s’est déroulée l’enquête sont caractérisés par une pratique assumée du bricolage des instruments. « [Le laboratoire,] c’est un endroit où tu dois pouvoir bricoler de la physique […]. “Bricolage” au sens noble, au sens “atelier” […]. Mon laboratoire, aujourd’hui, je cherche à le faire fonctionner comme un atelier de nanosciences et nanotechnologie » (L28). Un physicien fournit un exemple éloquent de cette innovation matérielle : « Sur le bâti d’épitaxie que j’utilise, il y a des caches – qui sont de simples volets mécaniques – qui viennent obturer les sources de flux d’atomes, de manière à pouvoir changer la nature des atomes qui arrivent sur le cristal… donc très souvent au cours de la croissance d’un échantillon. Et commercialement, ces caches sont manœuvrés par un moteur électrique, qui n’a pas toujours une grande fiabilité ou rapidité d’intervention. Donc il y a quelques années, on a mis à la poubelle tout ce système commercial […] pour mettre au point tout un système de commande de ces petits volets par des moteurs pneumatiques, avec toute l’électronique qui va derrière – le tout piloté par un ordinateur. Et ce qui fait que maintenant, quand on souhaite interrompre le flux d’un type d’atomes qui arrive sur le cristal, et en faire arriver un autre, on a une réponse extrêmement fiable, et extrêmement rapide » (C20). Sur cette culture du « bricolage », voir aussi Jouvenet (2007).

12 La tradition grenobloise d’» élus d’origine scientifique » n’est pas uniformément profitable aux chercheurs. Elle privilégie plutôt « ceux qui sont issus de la recherche appliquée ou du monde des ingénieurs » que « des spécialistes de disciplines fondamentales » (Grossetti 1995 : 238).

13 De la même façon, « il y a toujours eu des problèmes entre le cea et le cnrs » parce que le premier « a toujours eu beaucoup plus de moyens ». « Dans les labos communs, quand on voulait démarrer un nouveau truc, [la question était :] “Combien tu mets dans la corbeille de la mariée ?”… Et puis il y [en] a un qui mettait un pavé, et l’autre qui mettait un petit caillou. Alors évidemment, celui qui avait mis le pavé, il pensait qu’il avait droit à plus que l’autre […] à plus d’accès » (C8).

14 Ils distinguent les quatre types suivants : « Inter-language trading zone (high collaboration, high homogeneity) », « Subversive trading zone (high coercion, high homogeneity) », « Enforced trading zone (high coercion, high heterogeneity) », « Fractionated trading zone (high collaboration, high heterogeneity) ». Les deux axes mentionnés plus haut doivent aussi permettre de caractériser l’évolution d’une trading zone dans le temps (Collins, Evans & Gorman 2007 : 665).

15 Les collaborations scientifiques de grande taille étudiées par Wesley Shrum, Joel Genuth et Ivan Chompalov ont, d’après leur terminologie, une origine « sociale » (logique interdisciplinaire) ou « politique » (acquisition de ressources). Leur diversité concerne de même les motivations des chercheurs : désir d’apprentissage, souci carriériste, pression hiérarchique… Efficaces ou non, elles font naître des amitiés ou des inimitiés. Elles ont enfin un impact collectif, pouvant altérer « le moral des communautés scientifiques » (Shrum, Genuth & Chompalov 2007 : 207-209).

16 De même, Hemlin et Rasmussen (2006 : 190-193) avancent que l’instabilité accrue du monde scientifique favorise le questionnement des chercheurs sur « leurs propres valeurs et pratiques ».

17 Cette remarque va à l’encontre de l’« instantisme » qui caractérise selon Shinn et Ragouet (2005 : 120) une bonne partie de la « nouvelle sociologie des sciences », dans le sens où elle invite à inscrire les pratiques individuelles dans le temps long de ces évolutions écologiques. Mais elle ne contredit pas pour autant le privilège méthodologique accordé à « ce dont l’acteur est conscient et qu’il manifeste ici et maintenant » – puisqu’il s’agit justement de suivre l’importance qu’il accorde à divers collectifs dans les explications qu’il donne de ses actions (voir aussi Vinck, Hubert, Jouvenet & Zarama 2006). Ici, « le rapport entre le site local, à petite échelle, et à court terme, et les processus de l’environnement global, […] sur de vastes territoires ou dans la longue durée, n’est pas simplement postulé comme une détermination du “micro” par le “macro” ou de la “situation” par la “structure” : il est explicité par l’enquête de terrain » (Cefaï 2010 : 233).

18 J’emploie le terme « écologie » au sens du jeu d’interactions qui met aux prises, sur un même territoire, différents groupes d’acteurs. Cette acception sociologique commune est associée à l’héritage de l’école de Chicago (Everett C. Hughes, Howard S. Becker…), et a par la suite stimulé de nombreux travaux de sociologie des professions (tels ceux de Andrew Abbott) ou de sociologie des sciences (tels ceux de Susan Leigh Star).

19 En parlant d’un équipement très puissant, obtenu grâce au « mariage » de son laboratoire avec un autre, œuvrant dans un domaine plus appliqué, un chercheur reconnaît que « c’est absolument certain qu’on aurait jamais, jamais pu l’acheter si on était resté chacun dans notre coin. [Ce mariage], c’est une communauté d’intérêts » (L21). Un autre chef de laboratoire évoque l’intérêt de collaborer avec un important centre de recherche appliquée : « On espère aussi un soutien. C’est-à-dire que si eux ils disent que ce qu’on fait est bien, peut-être que l’on peut imaginer que… bon, qu’on soutienne nos activités. Et effectivement, on a eu une mutation récente, d’un de nos collègues qui est arrivé il y a moins d’un an » (L7).

20 D’autres études récentes l’ont montré, sur des terrains proches : voir Park Doing (2009 : 103), qui inscrit la référence à des identités collectives dans la « chorégraphie technique et politique » à laquelle se livrent deux communautés scientifiques, autour d’un anneau synchrotron.

21 Ce scientifique relie ses idées sur « “les sujets de recherche”, “les thèses”, “les laboratoires”, “les concepts”, “les carrières” […] dans un cycle dont il calcule la rentabilité globale » (Latour 1996 : 102-103). Bruno Latour (2006a) fonde l’auteur de ce type d’» ingénierie hétérogène » sur une lecture du Prince de Machiavel (« Façonnez votre entourage de sorte que, quoi que fassent ou pensent les acteurs humains ou non humains, ils soient tenus en bride, ou mieux, vous aident à conforter votre position en rendant le monde plus sûr, plus prévisible et plus profitable pour vous »).

22 On peut trouver l’inspiration de cette tendance à l’abstraction chez Gabriel Tarde. « Aucun autre sociologue […] n’a mis autant l’accent sur le processus et si peu sur le contenu des interactions sociales » (Hughes 1961). Il a aussi rêvé (dans Fragment d’histoire future, paru en 1904) d’une société sans frontières internes, sans divers « esprits de corps » entravant les chaînes d’associations (d’imitation) et la contagion des (bonnes) idées d’un individu à l’autre.

23 Pour Hobbes, « chaque homme est un quantum de pouvoir » (Pierre Manent cité dans Descombes et al. 2008 : 264). On peut dire la même chose de Latour, pour qui « les revendications politiques » sont « des revendications de pouvoir » (ibid.). L’accent mis dans l’ant sur le désir de puissance, un « nietzschéisme jubilant » confinant à la désinvolture politique (Dodier 1995 : 3, 32-37), a été souvent critiqué : voir Shinn & Ragouet (2005). L’influence de Hobbes sur l’ant est explicité dans Callon & Latour (2006).

24 Au début de l’Éthique à Nicomaque, Aristote « nous dit que l’art politique est, en un sens […], l’art suprême parce qu’il est “architectonique” ». C’est cet art en effet « qui assigne aux autres leur juste place dans la cité, conformément à leur importance et à leur fonction dans l’ensemble » et éclaire la distribution des énergies collectives et honneurs publics (Descombes et al. 2008 : 41).

25 Le diagramme de Mary Douglas (1992), utilisé par Vincent Descombes pour éclairer le rejet par les universitaires de la culture du management, s’applique aussi bien ici. Réfléchissant sur les formes de liens sociaux (et leurs « cosmologies » associées), Douglas établit l’antagonisme suivant : un monde où « triomphe la forme sociale du contrat » interindividuel, et dont la « morale » indique que « les gens qui l’emportent sont ceux qui arrivent à former autour de leur personne les plus puissantes coalitions ou les réseaux d’influence les plus efficaces », versus un monde ordonné en divers statuts, où l’» on célèbre l’unité du groupe (face au monde extérieur), […] la sagesse de sa différenciation interne » – notamment à travers la réactivation « du sentiment puissant de faire partie de quelque chose qui vaut par soi-même, bref l’identité collective » (Descombes 2009 : 358-361).

26 De la même manière, la réaction des simples « fantassins de la science » de l’inra à l’exposition des thèses de Bruno Latour (2003 : 63 sq.), et notamment à sa description du « capitalisme scientifique » expliquant les belles carrières (ibid. : 32-39), témoigne de la propension des chercheurs à discuter de la politique scientifique nationale et de ses instruments – et donc à sortir de la réflexion sur tel individu ou tel projet. « Je ne crois pas dur comme fer à la notion de capital scientifique ; j’ai présenté cela comme un moyen, comme un argument, de la même façon que les économistes utilisent ces petits modèles du marché qui leur permettent de rendre compte de tel ou tel comportement », lit-on dans une de ces réponses (ibid. : 76).

27 Prendre en compte cette capacité à raisonner politiquement, c’est aussi souligner la différence des modes d’engagement des « acteurs » humains et des « actants » non humains dans les réseaux sociotechniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jouvenet M., 2012, « Nanosciences et nanotechnologies : une coopération modèle ? Expériences et sens politique des scientifiques », Terrain, n° 58, pp. 44-63.

Référence électronique

Morgan Jouvenet, « Nanosciences et nanotechnologies : une coopération modèle ? », Terrain [En ligne], 58 | mars 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://terrain.revues.org/14645 ; DOI : 10.4000/terrain.14645

Haut de page

Auteur

Morgan Jouvenet

cnrs / université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, laboratoire Printemps

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org