Navigation – Plan du site
Travailler à l'usine

« Tout ce qui ferait fuir un âne… »

L’amour du métier chez les électriciens du bâtiment
Philippe Erikson
p. 69-78

Résumés

A partir d’une enquête de terrain menée en région parisienne et en Lorraine, l’auteur s’interroge sur les représentations du travail chez les électriciens du bâtiment. Il en ressort que l’activité professionnelle marque fortement les membres de ce corps d’état, y compris en dehors de leurs heures de travail. Cependant, la satisfaction que procure (ou non) le travail dépend moins de la nature des gestes accomplis que de considérations liées à la construction des identités collectives (sentiment d’appartenance à un corps d’état prestigieux, élite du BTP) et au sentiment de disposer ou non de la maîtrise de son temps.

Haut de page

Texte intégral

1 «Anything an ass will turn his back to » (« tout ce qui ferait fuir un âne ») : cette définition du travail, entendue lors d’une enquête de terrain dans l’industrie de transformation du kaolin aux Etats-Unis, reflète à merveille l’ambiguïté fondamentale des représentations associées au labeur dans le monde occidental. Caractérisé par sa pénibilité – il fait fuir –, le travail n’en demeure pas moins une valeur essentielle, source de fierté et de reconnaissance identitaire. Au tripalium étymologique qui gît en amont de la notion répond, en aval, le signe du salut et la source de satisfactions qu’on peut y déceler, le travail étant parfois quasiment érigé au rang des beaux-arts (Kassapi 2001). Voilà pourquoi ceux qui s’en détournent sont… des ânes ! Pour savourer pleinement la définition proposée en incipit, sans doute faudrait-il également commenter les connotations annexes que véhicule l’image d’un ass qui fait demi-tour. Dans les pages qui suivent, on s’intéressera cependant moins au postérieur des équidés qu’aux rapports complexes qu’entretiennent les représentations du travail et la construction des identités collectives en Ile-de-France et en Lorraine, chez les électriciens du bâtiment d’une grande entreprise d’ingénierie électrique. La réflexion s’appuiera sur des matériaux ethnographiques recueillis au cours de quatre mois d’observation participante réalisée pour un cabinet de consultants au milieu des années 1990. On s’efforcera de montrer que la population étudiée trouve dans le travail qu’elle accomplit une source de satisfactions d’ordre quasiment esthétique et des repères identitaires qui compensent dans une large mesure la fatigue endurée à la tâche.

La passion du métier

2Les électriciens dont j’ai eu le privilège de partager brièvement l’activité professionnelle étaient, dans leur grande majorité, rudes à la peine et intéressés par ce qu’ils faisaient. Bien entendu, Franciliens et Lorrains affichaient des attitudes assez contrastées, en particulier dans leur manière de se définir par rapport à leur condition sociale. Les Lorrains assumaient pleinement, voire revendiquaient, le statut et l’appellation d’» ouvriers ». Les Parisiens, au contraire, la trouvaient péjorative et la récusaient donc, préférant se définir comme « compagnons » ou « monteurs électriciens ». Ce contraste se manifestait également dans la gestion des apparences. Dans l’Est, le port du casque et du bleu de travail allait de soi et un vêtement taché était souvent arboré, non sans fierté, comme un signe d’acharnement au labeur. (Ce qui n’empêchait évidemment pas de récriminer contre la pénibilité. Un de nos informateurs racontait, non sans humour, qu’à force de l’entendre se plaindre de l’insalubrité de ses conditions de travail son jeune fils avait répondu, lorsque la maîtresse l’avait interrogé sur la profession de son père : « Mon papa, le métier qu’il fait, c’est un sale boulot ! ») En Lorraine, personne n’aurait songé à se changer pour aller chercher du pain à l’heure du déjeuner. En région parisienne, en revanche, on évitait autant que possible de porter des tenues de travail en dehors des heures réglementaires. J’ai même connu un compagnon qui, à la traditionnelle boîte à outils métallique, préférait l’attaché-case en cuir ! Les Franciliens portaient volontiers une chemise par-dessus le tee-shirt réglementaire ou un blouson d’aviateur en guise de veste de bleu. Lors d’une discussion de réfectoire portant sur la possibilité ou non de séduire des employées de la banque où il assurait la maintenance électrique, un monteur victime de ce « blues du bleu » concluait, désabusé : « T’imagines, nous en bleu, elles en tailleur 1… »

3A la réflexion, ces différences en disent plus sur l’environnement extérieur – urbain ici, industriel là – que sur les attitudes profondes des électriciens, caractérisées dans les deux cas par une même volonté de se fondre dans le paysage local. En outre, les différences dans la présentation de soi ne sauraient dissimuler l’existence, dans les deux populations étudiées, de nombreux points communs, à commencer par une même valorisation de son activité professionnelle. Une des meilleures preuves de cet attachement au métier ressort de la régularité avec laquelle les tâches du jour font les frais de la conversation entre électriciens à l’heure du déjeuner. Loin de vouloir dissocier périodes de travail et temps de repos, comme c’est souvent le cas dans les cantines où on jette l’opprobre sur ceux qui vous « bassinent les oreilles à parler boulot 2 », mes informateurs avaient souvent des discussions passionnées sur des sujets techniques, ou lisaient des revues spécialisées à l’heure de la pause plutôt que de se réfugier dans L’Équipe ou le journal local. Ce sont certes des anecdotes plus ludiques que techniques que l’on commente en priorité à l’heure du casse-croûte, par exemple l’histoire de ces pannes répétées dans un laboratoire pharmaceutique, restées inexplicables jusqu’au jour où l’on s’aperçut qu’un singe s’amusait à appuyer systématiquement sur le bouton d’arrêt d’urgence à travers les barreaux de sa cage. Cependant, les sujets sérieux n’étaient pas exclus pour autant et, même lorsque la conversation portait sur des thèmes sans rapport aucun avec l’électricité, l’identité professionnelle n’en transparaissait pas moins dans les choix terminologiques. Les filaments de patate douce confits que j’avais un jour rapportés d’un supermarché asiatique furent ainsi décrits comme « ta bouffe avec une gaine isolante », et même des aliments moins enclins à susciter l’ironie, comme de simples tagliatelles, ont pu être qualifiés de « pâtes semi-conductrices ».

4Même lorsque le sujet de la conversation semble l’en éloigner le plus, le métier reprend toujours le dessus. Du retour triomphal d’un footballeur après un bref séjour en hôpital psychiatrique, on a dit : « Il s’est reconnecté, il a retrouvé les bons branchements » et, plus généralement, j’ai été frappé par la récurrence d’expressions comme : « Il est nul sur tout le réseau », « Il a pété les plombs », « Il va nous péter un câble », « Il a un fusible qu’a sauté », « Il est vraiment trop con, ses parents ont dû le déconnecter à l’âge de 2 ans », etc. Certes, le rendement métaphorique de l’électricité est immense dans le parler « mécanomorphe » des francophones en général, constituant un répertoire dans lequel puise l’ensemble de la société (Guettony 1989 : 226-228). Force est donc d’admettre que les électriciens n’en ont pas le monopole. Cependant, dans quel autre corps de métier parlerait-on des pratiques homosexuelles en évoquant le caractère « hermaphrodite » des prises informatiques d’IBM ? A quel autre endroit plaisanterait-on sur les joies supposées de l’autofellation en disant : « Tu boucles le circuit, comme ça le jus passera en continu » ?

5On relèvera au passage que l’image inconsciente du courant électrique comme équivalent symbolique du sperme, sous-jacente à cette plaisanterie, semble assez répandue dans la culture des électriciens et explique sans doute pourquoi une attitude « virile » sur un chantier consiste à éviter la réception passive des « coups de bourre », mais certainement pas à vouloir « s’énergiser » en mettant les doigts dans les prises. « Il n’y a que les maçons qui font ça », m’a-t-on dit un jour.

6Ghasarian (1999), à partir d’une enquête réalisée chez d’autres électriciens du bâtiment, a finement analysé la fonction de contrôle social exercée par le rire, agissant dans ce milieu comme un véritable « code intersubjectif régulateur ». « Ya volt ? » demande-t-on en contrefaisant un accent germanique pour savoir si le courant passe bien dans une installation, mais aussi pour s’assurer que le collègue a bien été vérifier son bon fonctionnement. L’humour est omniprésent au travail mais, réciproquement, le travail constitue une source d’humour apparemment intarissable. En outre, non contentes de déteindre sur leurs conversations avec les collègues, les tâches qu’effectuent quotidiennement les électriciens se répercutent aussi dans leur vie privée, au niveau de la décoration intérieure ou des activités de loisir, par exemple. Si les cordonniers ont la réputation d’être mal chaussés, il semble en revanche que mes informateurs, dans le cadre de leur domicile privé, exploitent pleinement le potentiel esthétique et pratique de la fée électricité 3. Certains poussent même le raffinement jusqu’à perfectionner le système électrique de leur véhicule personnel, qui pour y installer un interrupteur caché en guise d’antivol, qui pour y rajouter tel ou tel accessoire souvent plus ludique que pratique tels des gyrophares qui s’allument quand on fait marche arrière, une sirène d’alarme reliée au réservoir d’essence ou encore une prise de courant à l’arrière destinée à alimenter en 12 volts du matériel de camping.

Travail-loisir : une frontière floue

7L’adage voulant qu’on ne soit jamais si bien servi que par soi-même s’applique sans aucun doute aux électriciens, qui exploitent volontiers leurs compétences à des fins personnelles. Que de fois m’a-t-on fait miroiter, entre autres avantages que pouvait procurer une formation à ce métier, le leitmotiv : « ça peut servir chez soi », « Tu verras, bientôt tu pourras installer des appliques halogènes et tout ça chez toi ». Dans ce contexte, ramener quelques-uns de ses outils pour travailler à la maison le week-end ne présente rien d’extraordinaire. Me voyant en train de rapporter une tamponneuse au magasin pour la ranger un vendredi soir, on me demanda, croyant que je l’avais empruntée pour des travaux pratiques à domicile, ce que je comptais bricoler chez moi le samedi et le dimanche 4. La distinction entre le temps privé et le temps salarié est certes, personne ne s’en étonnera, tout à fait radicale. Les plaintes rituelles qui ponctuent inéluctablement le cycle hebdomadaire dans le monde du travail ont bien sûr cours ici comme partout ailleurs 5. Le concept de repos hebdomadaire occupe une place tout à fait primordiale dans l’organisation du temps et dans l’imaginaire des sociétés occidentales et sans doute n’est-il pas indifférent qu’il trouve un écho, sinon un fondement dans les textes sacrés des trois principales religions monothéistes. Les formules stéréotypées (« ça va comme un lundi ! », « ça va ? c’est lundi ! », « On est vendredi, faut y aller doucement pour pas que le week-end arrive trop brutalement », etc.) ont d’ailleurs quelque chose de la litanie… Pour un observateur extérieur, il est cependant frappant de constater que les tâches que les électriciens accomplissent (apparemment avec plaisir) en fin de semaine sont très similaires à celles dont ils trouvent légitime de se lamenter d’avoir à accomplir du lundi au vendredi.

8L’analyse d’un de ces nombreux incidents humoristiques qui égayent la vie des chantiers illustre bien ce flou. Un compagnon lusophone déclara un jour qu’il comptait passer le week-end à « arranger sa cousine », voulant dire qu’il comptait poser des éléments dans sa cuisine. Un collègue malicieux s’est alors empressé de proposer son assistance pour cette tâche alléchante. La plaisanterie était réussie parce qu’elle jouait sur le lapsus phonologique, certes, mais aussi parce que bricoler le week-end est perçu comme une activité de détente tout à fait ordinaire, rendant d’autant plus crédible l’hypothèse que l’aide était offerte sérieusement. Il s’agissait pourtant de se livrer à une activité quasiment identique à celle pratiquée tout au long de la semaine écoulée : la pose de fermes destinées à supporter des boîtiers…

9Le fait qu’une large partie du matériel – grâce à un système de prime d’outillage dont nul ne se plaint dans l’entreprise où j’ai travaillé – soit la propriété de chaque monteur contribue sans doute à renforcer ce lien entre la sphère professionnelle et la sphère privée. Quoi qu’il en soit, la référence au domicile particulier revient constamment dans les discussions relatives au travail. Un des apprentis que j’ai eu l’occasion de rencontrer m’a impressionné par le grand degré d’autonomie auquel il était déjà parvenu dans son travail avant même d’obtenir son CAP. Son tuteur, tandis qu’il partait travailler ailleurs avec moi, lui confiait déjà le soin de former et diriger une équipe composée d’un stagiaire et d’un intérimaire, arrivés tous deux le jour même. Lorsque je lui ai demandé, un peu plus tard, en combien de temps il estimait être parvenu à un tel stade d’indépendance, il me répondit en substance : « Au bout d’un an, je crois que j’aurais déjà été capable d’installer un pavillon tout seul. » Sa formation était certes loin d’être achevée, mais une étape essentielle avait été franchie.

10La possibilité de réutiliser ses qualités professionnelles à des fins personnelles est donc hautement valorisée, constituant un critère important d’évaluation de la compétence technique de chacun. Paradoxalement, cette attitude n’empêche toutefois pas de considérer d’un très mauvais œil l’obligation de se livrer sur un chantier à des activités suffisamment peu nobles pour relever, précisément, du simple « bricolage ». Les tâches manuelles, par contraste avec les activités qui exigent une plus grande technicité, sont en effet assez mal vues, pour ne pas dire perçues comme symboliquement dégradantes. On les estime pour leur éventuelle utilité domestique, voire pour la diversion qu’elles apportent. Toutefois, on les exerce en rechignant, comme si l’on dérogeait en s’y adonnant. Pour décrier les électriciens du secteur public, les employés d’EDF – stigmatisés (mais aussi jalousés) en raison de leur statut de fonctionnaires –, on dit qu’ils circulent toujours par équipes de quatre : « Un qui travaille, un qui bricole et deux qui jardinent. »

11A mi-chemin entre le travail et le loisir, le bricolage apporte donc de réelles satisfactions, mais elles n’en sont pas moins perçues comme indignes d’un véritable électricien, dont la noblesse provient des gestes plus techniques qu’il est amené à accomplir. A cet égard, la tâche la plus valorisée consiste sans nul doute à raccorder du câble. Un compagnon m’avoua un jour, presque à contrecœur, que, le prestige dût-il en prendre un coup, c’était quand même plus agréable d’avoir à faire des activités diversifiées (relevant du bricolage), plutôt que de câbler des armoires toute la journée. Mais il conclut malgré tout en regrettant de ne pas être amené à câbler plus souvent : « Avec l’évolution actuelle du métier, on a parfois l’impression de n’être plus que des manœuvres ! »

12Paradoxalement, la majorité des monteurs préfère travailler sur des gros chantiers industriels plutôt qu’en appartement ou en pavillon (surtout dans des logements occupés). Ils se réjouissent que les tâches de ce genre soient très rarement effectuées par leur entreprise, le discours typique à cet égard (sans doute influencé par celui des cadres) consistant à répéter qu’il vaut mieux laisser de telles bricoles à des petits artisans, une « grosse boîte » comme la leur ayant trop de frais généraux pour s’y retrouver financièrement. On voit ainsi qu’un même ensemble de tâches peut être tantôt envisagé comme agréable et valorisant, tantôt au contraire comme ingrat et humiliant, selon qu’on s’y adonne chez soi ou pour le compte de son employeur, selon que l’on se le réapproprie ou qu’on l’aliène 6. Vérité en deçà du seuil du foyer, erreur au-delà…

L’identité professionnelle : source de fierté menacée

13La satisfaction au travail n’a donc qu’assez peu de rapport avec la nature du geste accompli au cours de l’activité professionnelle. Elle découle également de la fierté inhérente au sentiment – présent aussi bien chez les Lorrains que chez les Franciliens – d’appartenir à une sorte d’élite du BTP. Les autres corps d’état ont sans doute un point de vue différent sur la question, mais, pour les électriciens que j’ai fréquentés, il ne faisait aucun doute que la haute technicité de leur métier les plaçait tout en haut d’une échelle hiérarchique, au bas de laquelle se trouvent ceux qui exercent des activités plus « manuelles ». En témoignent des expressions comme : « On peut faire un serrurier d’un électricien, mais pas l’inverse » (quasiment un dicton), ou des énoncés comme : « Un mécanicien, c’est un électricien raté, ou un manœuvre qui a réussi. » On m’a dit que les pédagogues du CFAI (Centre de formation des apprentis de l’industrie) menaçaient les jeunes électriciens trop dissipés d’un tonitruant : « Vous finirez tous maçons. » L’anecdote en dit assez long sur le stéréotype d’une hiérarchisation imaginaire des métiers de la construction 7.

14De l’avis général, les électriciens ont le métier le moins salissant, le moins éprouvant physiquement, le plus stimulant, en somme le plus « technique » de tout le BTP. A ce titre, ils déplorent la simplification croissante des tâches qu’ils sont amenés à effectuer et craignent plus que toute chose d’être ravalés au rang de portefaix. Le sentiment qu’une perte de technicité frappe l’ensemble des métiers est une caractéristique générale dans ce secteur d’activité, pour ne pas dire dans l’ensemble des professions faiblement rémunérées. Le « prêt-à-poser » gagne de plus en plus de terrain et l’importance du « tour de main » acquis sur le tas semble s’amoindrir de jour en jour. Les plombiers disposent aujourd’hui de tuyaux qui peuvent s’assembler sans grande difficulté ; les maçons, n’ayant plus guère l’occasion de le faire, sont de moins en moins nombreux à être capables de coffrer des escaliers, etc. Chez les électriciens, la plainte stéréotypée concerne en priorité la question du câblage des armoires. Cet acte technique, considéré dans la profession comme un des plus délicats, devient de plus en plus rare. Les armoires électriques, de nos jours, sont de plus en plus souvent livrées « toutes prêtes à être raccordées ». En dépit d’une grande fierté professionnelle, tous sont conscients qu’une bonne partie de leur travail consiste en réalité à accomplir des tâches somme toute triviales, n’exigeant aucune compétence exceptionnelle : percer des cloisons, poser du chemin de dalle, tirer du câble, etc. Les morceaux de choix, comme le câblage des armoires, se font rares, et rares aussi ceux qui ne le déplorent pas, craignant la déqualification professionnelle (et la dégradation concomitante du statut) qui risque de s’ensuivre 8.

15Ce sentiment de stagnation des compétences est déjà présent chez les apprentis, qui s’accordent à dire qu’ils manient surtout le burin et le marteau alors qu’on les a formés à tout autre chose à l’école. Lorsqu’on aborda cette question un jour à l’heure du déjeuner, tout le monde semblait avoir vécu cela et riait du fait qu’avoir de l’expérience sous cette forme était indispensable pour une embauche ultérieure ! Un jeune stagiaire d’un lycée professionnel, dépité de ne se voir assigner que des tâches subalternes, prévoyait déjà, en ne plaisantant qu’à moitié, d’étoffer son rapport de stage avec de savants calculs de force rendant compte de l’inclinaison du burin. (On lui fit peu après câbler une armoire, à son grand soulagement.)

16Règne donc le sentiment frustrant qu’une certaine menace pèserait sur l’avenir du métier, ou du moins sur le prestige qui lui est inhérent. Certaines tâches, en particulier le raccordement qui passe pour l’acte qualifiant par excellence, semblent valorisées moins pour leur difficulté inhérente que par ce qu’elles ont d’emblématique de la condition d’électricien. Or le sentiment général est celui d’une raréfaction de telles marques de sa distinction : « Quand on est électricien, il faut savoir tout faire. Ce n’est pas souvent qu’on raccorde du câble… » Le jour où l’ethnologue eut l’occasion de raccorder quelques câbles (sans même s’apercevoir de l’enjeu symbolique inhérent à cette tâche, somme toute assez simple du point de vue des gestes qu’elle implique), le fait a été annoncé à la ronde, au réfectoire. Visiblement, on considérait que j’avais franchi un pas important dans le cadre de mon apprentissage et le compagnon qui m’avait permis de le faire en tirait également quelque gloire. Ne m’avait-il pas laissé une responsabilité qu’auraient peut-être détournée à leur profit d’autres électriciens moins scrupuleux, en particulier ceux des entreprises concurrentes, que l’on accuse parfois de raccorder eux-mêmes les montages de leurs subalternes…

17L’impression d’une perte de prestige au niveau de la profession en général s’accompagne bien souvent, au niveau individuel, d’un sentiment que les tâches que l’on accomplit n’ont aucun rapport avec sa qualification. Beaucoup estiment disposer d’un potentiel nettement sous-exploité, tant pour des raisons structurelles (évolution du métier, conjoncture économique, etc.), que pour ce que l’on estime être une certaine mauvaise volonté de la part des cadres de l’entreprise, qui refusent d’embaucher des manœuvres pour soulager les monteurs des parties les plus ingrates de leurs tâches. Plusieurs monteurs m’ont signalé que dans certains pays (l’Allemagne et l’Italie ont été citées) l’électricien ne s’occupait que de l’électricité, d’autres corps d’état (ont été mentionnés les maçons, ainsi que les serruriers) se chargeant de la préparation du terrain (passage des câbles). Pour beaucoup, cette référence à un ailleurs où l’herbe serait plus verte était évoquée comme preuve de l’ignominie des tâches déqualifiantes qu’ils étaient pour leur part obligés d’accomplir.

18De tous les métiers manuels, celui d’électricien est donc sans doute l’un des très rares où le niveau de compétence (réel ou imaginé) est perçu comme incomparablement supérieur à celui exigé pour la performance quotidienne ; un des rares métiers manuels où, pour ce qui est des critères d’auto-évaluation, le savoir sous-jacent l’emporte sur le savoir-faire effectif. Paradoxalement, cette dissociation croissante entre le prestige qui vous est accordé et l’exercice des activités concrètes censées le légitimer aboutit à une situation d’égalitarisme extrême dans le partage du statut.

Stratégies de revalorisation de l’image de soi

19L’élitisme des électriciens est en effet tout sauf restrictif. En raison sans doute de la raréfaction des gestes exigeant réellement une grande compétence technique, l’attribution de prestige semble en effet reposer sur un postulat de technicité généralisée, comme si travailler avec des électriciens suffisait à vous intégrer à ce groupe, à vous conférer d’emblée l’intégralité des privilèges symboliques qui s’y attachent. L’accueil réservé à l’ethnologue sur les chantiers en témoigne.

20Très régulièrement, lorsque j’essayais d’expliquer ma démarche de chercheur sur les divers chantiers où cette étude m’a mené, on coupait court à ma tentative en me répondant quelque chose comme : « Ethnologue, d’accord, mais ta spécialité c’est quoi, courant fort ou courant faible ? » Dans le feu de l’action, un chef de chantier officiellement prévenu et parfaitement conscient de ma qualité de chercheur s’exclama : « T’es bien électricien, toi ? » (phrase prononcée au moment d’expliquer à mon compagnon de travail du jour la disposition d’un circuit d’alimentation que l’on devait déconnecter). Un de mes collègues temporaires, à qui je demandais quel métier exerçait son fils, me répondit : « Il est électricien, comme nous. » Quelques minutes auparavant, ce même informateur m’avait pourtant recommandé de bien faire figurer dans mon rapport la pénibilité du travail que l’on était en train d’effectuer (passer du câble dans d’étroits et poussiéreux faux plafonds), montrant bien par là que l’usage du nous inclusif ne découlait aucunement d’une méconnaissance quelconque de ma situation réelle.

21Confronté à la pénurie des actes symboliques, une des stratégies défensives mises en œuvre consiste à faire comme si le seul fait d’y être suffisait pour en être, c’est-à-dire pour bénéficier du prestige « théorique » toujours inhérent au métier, même si ce n’est plus que par atavisme. Pour bénéficier du statut d’électricien, et donc pour jouir d’un prestige qu’on ne se privera pas de qualifier de « potentiel », il suffit en somme de travailler pour l’entreprise, et ce quoi qu’on y fasse – y compris de la basse besogne ou de l’ethnologie. Sans doute faut-il en déduire que la technicité qui fait la fierté du métier paraît aujourd’hui tellement ténue qu’on en gratifie d’emblée le moindre « étranger ». Les intérimaires, par exemple, ne semblent guère devoir faire leurs preuves pour être considérés d’emblée comme des pairs. De là découle sans doute l’absence de clivages marqués entre monteurs de statuts fort différents, phénomène d’autant plus remarquable que l’esprit de corps (l’attachement à son entreprise) était très développé chez les gens dont j’ai eu le plaisir de partager brièvement les activités quotidiennes.

22Une autre stratégie parfois employée par les monteurs électriciens pour redorer le blason de leur métier était d’en cultiver ce qu’on pourrait appeler la dimension « esthétique », en mettant l’accent sur la qualité de la prestation fournie. Dans l’entreprise où mes observations ont été effectuées, cet intérêt pour la beauté se traduisait entre autres par le fait d’utiliser l’adjectif « électrique » pour qualifier ce qui paraît tout à la fois efficace et élégant. D’une solution particulièrement astucieuse à un problème de câblage, on me dit par exemple une fois : « Faire comme ça, c’est mieux, c’est plus… électrique. »

23Un autre jour, quelqu’un prit la peine de m’emmener visiter un minuscule local technique à seule fin de m’y montrer un travail considéré comme particulièrement remarquable : un chemin de câble où se trouvaient des torons (un paquet de fils électriques) tellement bien alignés qu’ils « faisaient la fierté de l’entreprise ». Ayant eu l’occasion d’effectuer, avec beaucoup moins de bonheur, des tâches similaires, j’étais à même d’apprécier la réelle beauté de ce site touristique d’un genre peu commun. Nous sommes alors restés encore quelques secondes à contempler ce monument, jusqu’à ce qu’un autre compagnon présent sur les lieux nous ramène à la triviale réalité, s’exclamant : « Toute cette biffe ! », utilisant un terme d’argot, emprunté au registre de la chiffonnerie, qui désigne toutes les petites choses que l’on peut récupérer sur un chantier afin d’en tirer un profit plus ou moins honnête. (Une pratique courante chez les électriciens consiste à mettre en commun les chutes de câble ramassées tout au long d’un chantier pour les revendre à un ferrailleur une fois les travaux achevés. Bien que le prix du cuivre soit relativement bas, on obtient généralement au moins de quoi arroser dignement le repas de clôture.)

24Un électricien féru d’art, à l’occasion d’un travail effectué dans les services culturels d’une banque, me dit un jour que lui aussi aimait tout ce qui est beau, comme tout ce qui était dans ces bureaux où nous intervenions. Les beaux tableaux, les beaux objets, les beaux paysages, les beaux corps et, à la réflexion, certaines installations électriques aussi, qui peuvent être très belles, surtout quand elles sont compliquées… A l’évidence, « tout ce qui rebute les ânes » ne constitue guère une définition suffisante du concept de travail. D’innombrables autres facteurs entrent également en ligne de compte : la quête du statut, la fierté, la solidarité, les valeurs esthétiques, le plaisir de rire ensemble, y compris de ses peines… Il y a le geste, sans doute, mais aussi, au-delà de son immédiateté, tout ce qui y mène et tout ce à quoi il aboutit. Tout ce qui justifie, en somme, que l’on retourne toujours à son bât, avec l’entêtement caractéristique des humains.

Haut de page

Bibliographie

Algave E.M. & J. Boulard, 1882. La lumière électrique. Son histoire, sa production et son emploi, Paris, Firmin Didot.

Daphy E. & M.-Fr. Raveyre, 1989. « “Nous on est du métier” : à propos des représentations du travail », in Segalen M. (ss la dir. de), Anthropologie sociale et ethnologie de la France, Paris/Louvain, Peeters, pp. 657-686.

Desjours Chr., 1994. « Entre souffrance et ré-appropriation : le sens du travail », Politis, n° 7, pp. 19-24.

Di Ciaula T., 1982. Tuta blu (Bleu de travail), Lyon/Arles, Federop & Actes Sud.

Erikson Ph., 1997. « Métal et métabolisme dans la sidérurgie française », in Galinier J. & R. Jamous (ss la dir. de), Penser et agir par substituts. Le corps en perspective, Nanterre, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, pp. 109-123.

Ghasarian Chr., 1999. « La “vanne” et la “pression”. Ethnographie d’un chantier de la région de Marseille », Ethnologie française, vol. 29, n° 4, pp. 599-605.

Guettony M. (de), 1989. « L’homme machine. Vision mécanomorphe de l’homme, vision anthropomorphe de la machine », in Beffa M.-L. & R. Hamayon (ss la dir. de), Les figures du corps, Nanterre, Publications du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, pp. 221-242.

Kassapi A., 2001. « L’art de travailler au fond de la mine. Enquête à Kassandra en Grèce du Nord », Ethnologie française, vol. 31, n° 3, pp. 423-430.

Sugita K., 1993. « Une journée d’une ouvrière japonaise : de l’abstrait au concret », in Pétonnet C. & Y. Delaporte (ss la dir. de), Ferveurs contemporaines, textes d’anthropologie urbaine offerts à Jacques Gutwirth, Paris, L’Harmattan, pp. 225-242.

Weber Fl., 1989. Le travail à côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, Inra/Ehess.

Haut de page

Notes

1. Daphy & Raveyre (1989 : 658) rapportent que, dans le monde de l’industrie mécanique, les moulistes, considérés comme l’élite de la profession, symbolisent cette excellence par le port d’une blouse bleue. Emblème des techniciens, celle-ci les différencie des « simples » mécaniciens, astreints pour leur part au port du bleu. On aurait tort de sous-estimer les enjeux symboliques de telles distinctions vestimentaires. Di Ciaula (1982) relate de manière poignante le dépit des ouvriers de chez Fiat dont, pour de triviales raisons budgétaires, l’obtention d’un diplôme dans le cadre de la formation continue avait cessé d’être récompensée par l’accès au port de la blouse blanche…
2. Sugita (1993 : 235) contraste par exemple l’attitude d’un groupe d’ouvrières de Nagano avec celle de leurs homologues d’Angers : au contraire des Angevines pour qui « c’est mal considéré » d’évoquer le travail à table, les Japonaises en parlent volontiers à l’heure du déjeuner.
3. Ce qui n’est pas sans évoquer l’omniprésence du fer dans les éléments de décoration et le mobilier des intérieurs des sidérurgistes, par exemple (Erikson 1997).
4. En réalité, mon week-end devait être consacré à un énorme paquet de copies d’étudiants que j’avais entreposé dans le vestiaire, ce qui incita le chef d’équipe à s’exclamer : « ça fait seulement trois jours qu’il bosse avec nous et il ramène déjà deux cents copies à corriger ! »
5. Ceux des Indiens d’Amazonie que je connais qui ont récemment adopté le principe du repos dominical ont un discours tout autre, même si certains des mes amis chacobo estiment qu’il est inutile d’aller chasser le dimanche puisque les animaux ne sortent guère ce jour-là !
6. On trouvera une description très fine des diverses stratégies entraînées par cette différence entre « travail aliéné » et « travail pour soi » dans l’ouvrage de Florence Weber (1989). Voir aussi Desjours (1994).
7. Curieusement, ces clichés ne sont pas incompatibles avec des discours présentant par ailleurs le métier de maçon comme extrêmement complexe. On admire par exemple ceux qui savent monter un escalier en colimaçon, chacun sachant faire la part du trait d’humour et celle de la réalité.
8. Pour sauver le prestige et l’intérêt du métier, reste heureusement l’informatique, dont l’apparition ces dernières années a réintroduit une certaine complexité qui commençait à faire cruellement défaut pour ceux qui en étaient demandeurs.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erikson P., 2002, « "Tout ce qui ferait fuir un âne…" L’amour du métier chez les électriciens du bâtiment », Terrain, n° 39, pp. 69-78.

Référence électronique

Philippe Erikson, « « Tout ce qui ferait fuir un âne… » », Terrain [En ligne], 39 | septembre 2002, mis en ligne le 20 décembre 2007, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://terrain.revues.org/1433 ; DOI : 10.4000/terrain.1433

Haut de page

Auteur

Philippe Erikson

Université Paris X-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org