Navigation – Plan du site
Repères

La Nouvelle Droite et les Indo-Européens

Une anthropologie d’extrême droite
Stéphane François
p. 136-151

Résumés

La question indo-européenne passionne l’extrême droite occidentale depuis l’après-guerre, et passionne en particulier la Nouvelle Droite. Les différentes tendances de celle-ci n’entendaient pas l’abandonner malgré le discrédit et la suspicion qu’ont connus ces études à la suite de l’avènement de l’Allemagne nazie et de ses études raciologiques. Dès lors, il importait surtout pour ces extrêmes droites d’élaborer de nouveaux discours reprenant leurs vieilles thèses, telles celles élaborées par Hans F. K. Günther. Nous verrons comment celles-ci ont renouvelé leurs références afin d’échapper aux accusations de racisme et de nordicisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le nordicisme, apparu durant la seconde moitié du xixe siècle, prône la préférence raciale pour l’é (...)

1Malgré le discrédit et la suspicion engendrés par l’avènement de l’Allemagne nazie, qui y avait fait le lit de ses théories raciales, les études indo-européennes ont continué, après la Seconde Guerre mondiale, de passionner l’extrême droite occidentale. Ses différentes tendances n’ont eu de cesse d’élaborer de nouveaux discours, reprenant leurs vieilles thèses anthropologiques – telle celle de l’autochtonie des Indo-Européens et de leur origine circumpolaire – en y apportant des références inédites, moins connotées, afin d’échapper aux accusations de racisme et de nordicisme1.

2En France, dans les années 1960 et 1970, la principale structure qui s’intéressa à cette anthropologie nordiciste fut le Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (grece), également connu sous le nom « Nouvelle Droite ». Nous nous attacherons ici à analyser l’apport de la Nouvelle Droite au renouvellement doctrinal du nordicisme de l’extrême droite (Crépon 2006 ; Crépon & Mosbah-Natanson 2008). Il est important de garder en mémoire qu’un certain nombre de thèmes développés par la Nouvelle Droite ont été repris, traduits, radicalisés et réutilisés par des groupuscules refusant par ailleurs en grande partie sa vision du monde. Quoi qu’il en soit, le nordicisme reste une importante et constante référence dans les milieux allant des néo-droitiers aux néonazis en passant par la mouvance identitaire. Les idées grécistes se sont ainsi diffusées par la circulation des dissidents de la Nouvelle Droite d’un groupuscule à un autre. De fait, le nordicisme est encore défendu par certains néo-droitiers, surtout ceux devenus proches du courant identitaire (François 2007, 2009).

  • 2 Du fait de sa longévité (il a été fondé à Nice durant l’hiver 1967-1968), le grece a connu plusieur (...)

3Le grece2 a certes, sur ce sujet, influencé plus ou moins directement l’ensemble des diverses tendances de l’extrême droite, mais pas seulement. Pierre-André Taguieff (1994 : viii) insiste « sur un processus souvent observé en histoire des idées : les représentations et les arguments forgés par le grece dans les années soixante-dix lui ont progressivement échappé, étant repris, retraduits et exploités par des mouvements politiques rejetant l’essentiel de sa «vision du monde». Il s’agit donc d’éviter d’attribuer au grece les avatars idéologiques et politiques de certaines composantes de son discours, et plus particulièrement de son discours des années soixante-dix ».

4Enfin, avant d’aller plus loin, il est utile de rappeler, à la suite de Maurice Olender (1989 : 35), que le fait d’accompagner un auteur ou un courant de pensée « ne signifie ni accord avec elle, ni une adhésion ». Il est important en outre de préciser que ce texte s’appuie à la fois sur une étude de la littérature raciologique des milieux de la droite radicale française, et sur une enquête, concrétisée par des entretiens, effectuée auprès de militants ou d’ex-militants de la tendance néo-droitière, ainsi qu’auprès de membres des différentes tendances de ces milieux (identitaires, nationalistes-révolutionnaires, traditionalistes d’extrême droite, néonazis). L’ethnologie est un art de la rencontre et de l’étonnement. Un étonnement qui apparaît lorsqu’on est confronté à l’Autre – en l’occurrence des militants de la droite radicale. Ceux-ci ont élaboré une culture parallèle fondée sur le refus du primat de l’Université dans l’élaboration des différents champs normatifs de leurs connaissances. Leurs auteurs contribuent à l’élaboration d’une subculture, c’est-à-dire une culture minoritaire ou marginale dotée de ses propres normes. L’un de leurs discours, qui sous-tend leur cosmologie, leur « vision du monde », porte sur l’anthropologie raciale. C’est ce discours que nous étudierons dans cet article.

L’apport de Jean Haudry

5En France donc, la Nouvelle Droite est le lieu principal de la relance des études indo-européennes, notamment grâce aux travaux de Jean Haudry. La personnalité contestée de cet universitaire entache cependant ces études d’arrière-pensées idéologiques. Un volume de la collection « Que sais-je ? » paru en 1981, consacré par Jean Haudry aux Indo-Europйens, est à l’origine de cette suspicion : les dernières pages sont clairement empreintes de raciologie nordiciste (Taguieff 1984 : 53).

6Jean Haudry, professeur à l’université Jean-Moulin Lyon-III (dont il fut doyen), devint en 1976 directeur d’études de grammaire comparée des langues indo-européennes à la IVe section de l’École pratique des hautes études. Il est connu pour avoir créé, au début des années 1980 à Lyon-III, l’Institut d’études indo-européennes, qui publie la revue Йtudes indo-europйennes. Cette dernière était administrativement dépendante de l’université jusqu’au début des années 2000. À la suite d’une violente controverse sur l’orientation idéologique de ses principaux animateurs – tous proches de la Nouvelle Droite, et dont certains étaient en outre liés au milieu négationniste (Rousso 2004) –, la revue est devenue une publication savante indépendante.

  • 3 Fondée en 1995, Terre et Peuple est une association communautaire, ethnonationaliste et régionalist (...)

7Jean Haudry est en effet un vieux militant d’extrême droite. Après en avoir été l’un des cadres, il quitte le grece au milieu des années 1980 pour rejoindre le Front national. À la fin des années 1990, il se sépare du fn pour fonder avec Pierre Vial et Jean Mabire, tous deux également anciens grécistes, le groupuscule identitaire Terre et Peuple3, dont il est encore actuellement vice-président. Son engagement politique transparaît dans sa vision des Indo-Européens. Plusieurs de ses hypothèses sont marquées d’influences intellectuelles raciologiques d’inspiration nordiciste. Si Haudry s’inspire ouvertement des thèses du raciologue allemand, Hans F. K. Günther, lui et ses disciples – à l’exception, au cours des années 1970, de Georges Vacher de Lapouge – ne se réfèrent quasiment pas aux représentants français de l’anthropologie raciale tel George Montandon. Haudry (1987) tente de démontrer, par l’étude de la cosmogonie originelle des Indo-Européens, l’origine géographique circumpolaire de ces derniers – théorie très largement mise à mal par Bernard Sergent (1990).

Les thèses de Hans F. K. Günther

8Hans F. K. Günther (1891-1968) est connu pour avoir été le principal théoricien des idées nordicistes au cours des années 1920, et l’un des principaux raciologues du IIIe Reich. Nommé par les nazis, en 1930, professeur d’« anthroposociologie » à l’université d’Iéna, il adhéra au nsdap en 1932 et obtint, après l’accession des nazis aux pleins pouvoirs, un poste important à l’université de Berlin. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages d’anthropologie physique – autrement dit d’anthropologie raciale – sur les races européennes, à travers lesquels il soutint l’existence de traits psychologiques propres aux « races européennes » (Conte & Essner 1995 ; Günther 2006). Cette approche psychologisante a été reprise par les militants de la Nouvelle Droite, en vue notamment de définir une « mentalité indo-européenne » – entreprise raillée par Sergent (1982).

  • 4 Joseph Arthur de Gobineau (1816-1882), diplomate et écrivain français, est resté célèbre pour son E (...)
  • 5 Alfred Rosenberg (1893-1946) fréquenta dès 1918 la Société de Thulé (à la fois société secrète et g (...)
  • 6 Richard Walther Darré (1895-1953), cadre important du parti nazi, créa en 1931 le Bureau de la race (...)
  • 7 Heinrich Luitpold Himmler (1900-1945), chef de la ss du nsdap puis des polices allemandes du iiie R (...)

9La doctrine de Günther était simpliste : gobiniste4, il condamnait le métissage généralisé des Européens comme une source de danger social, et considérait la race nordique de l’aryen authentique en état de siège. Proche des néopaïens, il affirmait que le premier responsable du métissage était le christianisme, qui avait proclamé l’égalité de tous les hommes à l’image de Dieu (Labussière 2005 : 48). Ses thèses, quand bien même elles choquèrent certains nazis, fournirent une partie du credo racial du iiie Reich. C’est ainsi que Hans F. K. Günther fut soutenu par Alfred Rosenberg5, qui le décora en 1941, par Richard Walther Darré6 et par Heinrich Himmler7.

La transmission des thèses güntheriennes

10Le passage des idées « güntheriennes » aux militants contemporains s’est fait durant les années 1950 et 1960 à travers la création de liens entre les militants des différentes générations. Nouvelle Йcole, la revue théorique de la Nouvelle Droite, fera part du décès en 1968 de Günther. Ce dernier fait toujours autorité parmi les divers milieux d’extrême droite, qui rééditent fréquemment ses ouvrages. Pierre-André Taguieff (1981) a montré comment ses idées furent véhiculées par la Northern League, fondée en 1957 à Londres sur l’initiative d’un anthropologue racial britannique, Roger Pearson, dont firent partie Hans F. K. Günther et Alain de Benoist, l’idéologue majeur de la Nouvelle Droite. Longtemps, un nombre significatif de membres du comité de patronage de Nouvelle Йcole furent membres de cette Ligue nordique. Le but de celle-ci était d’« unir les intérêts, l’amitié et la solidarité de toutes les nations teutoniques ». Selon Taguieff, « la Ligue Nordique est assurément une résurgence des nombreuses associations se réclamant de l’idéal indo-germanique, aryen ou nordique, apparues en Allemagne dans le contexte dessiné par la littérature vцlkisch » (ibid. : 11-12).

11D’autres canaux sont encore perceptibles, au sein du comité de patronage de Nouvelle Йcole, dans la transmission de cette anthropologie raciale. Dans les années 1970, cette revue était « fermement mariée à la tradition de la science de la race et de la politique de la race [et mélangeait] les vieilles traditions de la science de la race (incluant Günther et autres théoriciens nazis) avec celle des héritiers actuels de Galton » (Billig 1981 :125). On trouvait effectivement dans le comité de la revue, à côté d’universitaires respectables, d’anciens ss (Franz Altheim), des anthropologues nazis (Ilse Schwidestzki, Bertil J. Lundman, Hans F. K. Günther jusqu’à son décès), des racistes ségrégationnistes américains (Henry E. Garrett, Wesley C. George, Robert E. Kuttner), des théoriciens racistes (Robert Gayre of Gayre and Nigg, Johannes D. J. Hofmeyr, Jacques de Mahieu), etc. Ces personnes disparurent du comité à mesure des évolutions doctrinales d’Alain de Benoist mais n’en restèrent pas moins des références pour le reste de l’extrême droite, en particulier pour sa mouvance identitaire.

La Nouvelle Droite et les revues d’anthropologie raciale

12La Nouvelle Droite entretint jusque dans les années 1980 des liens avec une revue allemande ouvertement nordiciste et racialiste, Neue Anthropologie, dont Alain de Benoist fut membre du comité de rédaction. Cette dernière est l’une des grandes revues de la « science raciale » avec Nouvelle Йcole et The Mankind Quarterly, fondé par Robert Gayre of Gayre and Nigg. Neue Anthropologie est éditée par Jürgen Rieger, un avocat spécialisé dans la défense de néonazis, disciple de Günther et membre de la Northern League. Cette revue cultiva dans les années 1970 des relations avec les milieux néonazis, dont certains firent partie de son comité scientifique, et avec les milieux négationnistes liés au Suisse Gaston Amaudruz. Elle tenta de redonner une légitimité au racisme en déculpabilisant l’anthropologie nordiciste, en particulier celle qui fut en vigueur sous le IIIe Reich.

  • 8 Les Identitaires refusent l’État-nation au profit d’une confédération de régions aux identités fort (...)

13Cette anthropologie raciale se diffusa au sein des différentes tendances de l’extrême droite. Ainsi, les Identitaires8 défendent l’idée güntherienne d’une existence de « races » européennes aux types physiques distincts. Pierre Vial (2000 : 233), alors responsable du grece, affirme en 1981 que « d’un point de vue anthropologique, la population française est composée de «Méditerranéens», d’«Alpins» et de «Subnordiques» ».

La tentative de récupération de Georges Dumézil

  • 9 La Nouvelle Droite, en admettant que l’hérédité ne détermine pas les faits culturels mais condition (...)

14Au cours de son glissement idéologique du biologique vers le culturel9, c’est-à-dire à la fin des années 1970, la Nouvelle Droite tenta d’annexer les travaux de Georges Dumézil. Elle découvrit l’œuvre du grand historien des religions à la fin des années 1960, et entreprit de l’utiliser avec la volonté de prouver à la fois l’origine indo-européenne commune des peuples européens contemporains, et de montrer l’existence d’une mentalité spécifique aux Indo-Européens, foncièrement païenne. À cette époque, le grece affirmait l’existence d’une « culture indo-européenne » disparue, fondée notamment sur le prométhéisme, la force et la virilité. Cette culture était également, selon eux, d’une grande tolérance métaphysique.

15Alors qu’il avait accepté de figurer dans le comité de patronage de Nouvelle Йcole en 1972, Georges Dumézil en sortit en 1973, sans s’expliquer ni sur les raisons de son entrée, ni sur celles de sa sortie. Un numéro spécial de la revue lui sera toutefois consacré, qui sera ensuite publié sous forme de livre sous la direction de Jean-Claude Rivière (1979). Cette publication aurait contribué à soutenir sa candidature à l’Académie française, puisque le grece envoya, sur les conseils de Jean Mistler, le secrétaire perpétuel de l’Académie, un exemplaire de cet ouvrage à chaque membre de l’institution. Si Dumézil fut proche de certains néo-droitiers, tel Alain de Benoist, il fut cependant agacé par la récupération et les généralisations hâtives de ses travaux, d’autant plus qu’il les retouchait sans cesse.

Une anthropologie raciale des Indo-Européens

16À l’origine, le concept « indo-européen » est un concept linguistique. Celui-ci renvoie à la langue reconstruite à partir de la comparaison des langues dites indo-européennes, apparues pour la plupart au paléolithique. Par glissement progressif, ce concept linguistique s’est enrichi d’un aspect ethnique : à chaque langue correspond une culture archéologique et un peuple. L’archéologue pangermaniste Gustaf Kossinna (1858-1931) postulait l’équation « culture archéologique = ethnie ». Cette équation est encore sujette à de vives discussions dans les milieux scientifiques. Son principe a néanmoins été repris par Jean Haudry, et plus largement par les néo-droitiers.

  • 10 Sur l’origine des Indo-Européens et les débats qui en découlent, nous renvoyons le lecteur vers les (...)

17À partir de ce postulat, la Nouvelle Droite, et par extension l’extrême droite,  émit l’hypothèse selon laquelle les Indo-Européens, ethnie à l’origine de la majorité des langues européennes et élément important de la civilisation européenne, seraient le peuple indigène de l’Europe, qui se serait ensuite implanté dans la péninsule indienne ainsi qu’en Iran. L’autochtonie des Indo-Européens a été défendue en 1983 par l’archéologue allemand Lothar Kilian, l’une des références néo-droitières sur ce sujet. Celui-ci estime que les premiers Indo-Européens peuvent être identifiés à la culture néolithique des gobelets en entonnoir des régions côtières de la mer du Nord (Kilian 2000). Les néo-droitiers présupposent donc l’existence d’un peuple indo-européen dès la préhistoire10.

Le retour du « mythe aryen »

  • 11 Dans la Bible, Japhet, Sem et Cham sont les trois fils de Noé et représentent symboliquement les tr (...)

18Dans une certaine mesure, les néo-droitiers, à travers l’idée de l’origine européenne des Indo-Européens, réactivent le « mythe aryen ». Selon Léon Poliakov (1987), ce mythe serait apparu en Europe durant la première moitié du xviiie siècle. Le philosophe Gottfried Wilhelm Leibniz faisait déjà une distinction entre les langues « sémitiques » et les langues « japhétiques11 », qui seront qualifiées par la suite d’« indo-européennes ». L’indomanie de l’époque aida à l’étude comparée de différentes langues. Voltaire était persuadé que l’Inde avait été la source des sciences, et que les Grecs s’en étaient inspirés, tandis que Johann G. von Herder voyait en l’Inde l’origine et la clé de l’histoire humaine. L’Europe était alors traversée par un grand mouvement de délégitimation des antiquités gréco-latines en tant que culture suprême.

19Cependant, si ces auteurs se référaient à la civilisation indienne, ils le faisaient dans une optique particulière : au xixe siècle, « la grande majorité des indianistes allemands professait que plus l’Inde était ancienne (donc, moins elle était indienne), plus elle était respectable. Pour beaucoup d’entre eux, les études védiques étaient le complément ou la condition même des études germaniques » (Fussman 1996 : 8). Cette analyse se développera au cours des xixe et xxe siècles, s’enrichissant au fur et à mesure d’aspects raciologiques et racistes : « Le passage de l’indo-européen aux Indo-Européens puis aux Aryens, du linguistique au biologique puis au racial, correspond bien à l’apparition d’une nouvelle forme de déterminisme à l’œuvre dans la construction identitaire » (Thiesse 2001 : 180). Ce déterminisme fut tellement fort au début du xxe siècle que certains anthropologues purent écrire que les Indo-Européens étaient détenteurs d’une « mentalité » propre qui définirait l’esprit européen : héroïsme, tripartition sociale et mentale, esprit libertaire, etc. (Gregor 1961 ; Kühl 2002 ; Reynaud Paligot 2007).

L’origine circumpolaire des Indo-Européens

20La Nouvelle Droite, suivie par la droite radicale occidentale, reprend cette raciologie pangermaniste, en particulier les spéculations sur l’origine circumpolaire des Indo-Européens. Cette théorie date elle aussi du xviiie siècle et précède donc sa formulation nationaliste. Elle fut énoncée pour la première fois par l’astronome et mystique français Jean-Sylvain Bailly (1736-1793). Celui-ci avait essayé de démontrer l’origine polaire de l’Atlantide, centre primitif de la civilisation, voire berceau de l’humanité. Selon Bailly, les Européens seraient les héritiers les plus directs des Atlantes polaires. De fait, la théorie polaire est une part importante des corpus ésotériques occidentaux depuis la fin du xviiie siècle. Ces auteurs reprennent la très ancienne tradition d’analyse de poèmes des différents peuples indo-européens antiques ayant pour thème ou faisant allusion à un foyer septentrional où les jours et les nuits dureraient six mois, où l’étoile polaire se lèverait au zénith, etc. Ils mettent ainsi en évidence un motif mythologique prouvant l’existence d’un foyer indo-européen originel, situé dans la région circumpolaire. Cependant, la référence au « Nord » est avant tout un mythème qui s’analyse en fonction du symbolisme cosmique des anciens Européens.

  • 12 Soit la période tardiglaciaire, ou Würm IV, de 18 000 à 11 650 ans BP (Before Present, c’est-à-dire (...)
  • 13 Les Aryens sont des populations indoiraniennes. Soucieux de relier l’histoire de leur « race » à ce (...)

21Pour éviter de mettre en avant des références trop connotées, tels Kossinna, Vacher de Lapouge ou Günther, les militants de la Nouvelle Droite citent des auteurs tombés en désuétude. Ils redécouvrent progressivement les spéculations ésotériques, en particulier celles de l’« École de la Tradition » (René Guénon, Julius Evola, Alain Daniélou, etc.). Ainsi reprennent-ils, à la fin des années 1970, les thèses élaborées au début du xxe siècle par le nationaliste indien, membre du parti du Congrès, Bâl Gangâdhar Tilak (1979). Tilak a lui-même utilisé des sources universitaires occidentales marquées par l’anthropologie raciale (dont William Warren, John Rhys et Max Müller). Par l’étude des Veda et de la position des étoiles à l’époque védique, ce théoricien du renouveau hindouiste est arrivé à la conclusion que les textes sacrés évoquent une région et une période précises : le cercle arctique d’avant la dernière glaciation12. Il concluait fort logiquement que les Aryens13 étaient eux aussi originaires de cette zone géographique, et les identifiait implicitement aux Hyperboréens. Les thèses de Tilak furent discréditées par les spécialistes de la question, mais furent défendues par l’éminent orientaliste Jean Filliozat (1962), ce qui permit leur diffusion universitaire.

La récupération des thèses de Tilak

22Les thèses de Tilak furent vulgarisées à l’occasion de la réédition de son livre en 1980 par la revue néo-droitière Йlйments. L’article que la revue consacre à Tilak insiste sur la fréquence des références à un Nord mythique dans les cosmogonies des peuples indo-européens :

La plupart des passages [des Veda] laissés inexpliqués par les autres spécialistes peuvent l’être d’une manière satisfaisante et cohérente lorsque l’on se place du point de vue d’un observateur situé à l’intérieur du cercle arctique, en notant toutes les caractéristiques de cette zone : absence de lever et de coucher des étoiles, longue nuit, suivie d’une longue aube, puis de jours et de nuits ordinaires, long crépuscule et à nouveau longue nuit, rotation complète des astres de gauche à droite, importance de la Grande Ourse qui se trouve toujours au zénith de l’observateur, lever du soleil au Sud après la longue nuit. (Rémy 1980 : 54.)

23Ces idées ont ensuite été diffusées dans les milieux universitaires par Jean Haudry :

L’étude des traditions confirmée par l’interprétation de certains termes, comme la notion, rare dans les langues du monde, de « ciel du jour », indo-européen *dyew–, et l’absence tout aussi exceptionnelle, d’une désignation du « ciel », et surtout l’équivalence entre termes relatifs au jour de vingt-quatre heures et termes relatifs à l’année (la notion d’« aurore(s) de l’année ») conduisent à chercher l’origine de cette part de la tradition indo-européenne bien plus loin vers le nord que ne le font les archéologues, Kilian inclus. (Haudry 2001 : 20.)

24On l’a vu, la théorie polaire est un thème classique des spéculations mystico-intellectuelles occidentales depuis la fin du xviiie siècle. Outre Bailly, l’ésotériste français Antoine Fabre d’Olivet (1767-1825) soutint à partir de 1824 l’idée selon laquelle les Hyperboréens mythiques étaient les ancêtres de la race blanche, qui auraient émigré par la suite en Europe où ils s’implantèrent définitivement (Godwin 2000). Mais l’auteur le plus influent à ce sujet fut le poète et critique romantique Karl Wilhelm Friedrich von Schlegel (1772-1829). Celui-ci affirma en 1803 que tout, sans exception, trouve son origine en Inde. Il ajoutait que la connaissance de la civilisation indienne permettrait à l’Europe, déstabilisée par l’expérience révolutionnaire, à la fois de se régénérer, de retrouver ses racines et de vaincre ses tendances matérialistes.

Le nordicisme des ésotéristes occidentaux

  • 14 Les mouvements völkisch sont apparus en Allemagne durant la seconde moitié du xixe siècle. La racin (...)

25Le nordicisme des ésotéristes se manifesta de deux façons. La première transmission fut opérée par la Société théosophique, fondée en 1875 par l’occultiste russe Helena Petrovna Blavatsky qui a aussi beaucoup écrit sur l’Hyperborée et les Hyperboréens. Son principal apport fut de mélanger son nordicisme avec un corpus théorique occultiste orientalisant. Ce positionnement de la Société théosophique entre Orient et Occident lui permit de diffuser l’hindouisme et le bouddhisme de manière socialement significative en Occident. Elle élabora en outre un système complexe de races et de sous-races qui fit des Hyperboréens l’une des races mères de sa cosmologie. Dans ses propres textes décousus, qui étaient en fait des compilations d’ouvrages scientifiques et ésotériques contemporains, Blavatsky affirmait que les Hyperboréens constituaient la seconde race mère de notre cycle, ayant dû fuir le pôle à la suite d’une glaciation. La cinquième race mère, les Aryens, apparue en Asie, en serait les descendants et inaugurerait une restauration spirituelle. Ses spéculations ésotérico-raciales ont beaucoup influencé les auteurs racistes, néo-païens et nordicistes de la mouvance vцlkisch14 (Goodrick-Clarke 2004). La Société théosophique connut en effet un succès considérable dans le monde germanophone de la fin du xixe siècle.

26La seconde transmission se fit par le biais de Tilak. Celui-ci influença l’ésotériste français René Guénon (1886-1951), qui lui-même influença l’ésotériste d’extrême droite italien Julius Evola (1898-1974) (Lippi 1998). Guénon considérait que l’origine de la « Tradition primordiale » était hyperboréenne, mais cette théorie était chez lui dépourvue de racisme, il qualifiait ainsi d’« illusion classique » le mythe de l’origine aryenne des civilisations. Cet ésotériste était persuadé que la tradition hyperboréenne était la plus ancienne de l’humanité et qu’elle avait rayonné sur les différentes civilisations à partir du pôle. En ce sens, la « Tradition primordiale » guénonienne n’est ni occidentale, ni orientale mais nordique, car venant du pôle Nord.

27L’idée guénonienne fut radicalisée par Evola, référence importante de la Nouvelle Droite (François, à paraître), dans une optique nettement raciologique et nordiciste, cet auteur étant influencé par les thèses vцlkisch de Günther et de ses amis. Julius Evola (2000) développa donc l’idée selon laquelle le foyer originel, la « contrée primordiale » à partir de laquelle rayonna la « Tradition primordiale », se situait à proximité du pôle Nord (au sens géographique et symbolique du terme). L’abandon de ces terres par ses habitants (Hyperboréens ou Atlantes, les deux termes étant dans son esprit synonymes) aurait entraîné une émigration de la zone atlantique nord vers le Sud, puis de l’Occident vers l’Orient.

Le racisme évolien

28Selon Evola, chaque étape d’éloignement du pôle fut cause de métissage et de perte de la supériorité raciale et spirituelle. Le racisme nordique trouve ainsi chez Evola une variante culturaliste et traditionaliste d’insipration gobinienne, la race étant identifiée à un type spirituel, lui-même lié à un type mental ou culturel : le terme « race » renvoie, chez lui, à la « qualité » d’une personne « racée ». La doctrine évolienne de la race doit conduire à autre chose qu’elle-même, ne pouvant en aucune façon avoir valeur de fondement. Le racisme biologique n’est donc, dans la perspective évolienne, que la dernière version du naturalisme moderne. Pour Julius Evola, le racisme zoologique n’est qu’un aspect particulièrement grossier du règne de la quantité. D’ailleurs, il considérait la pensée vцlkisch comme une « involution ». Malgré ces propos, Evola fut proche successivement, ou conjointement, des milieux vцlkisch, en particulier de ceux autour de Hermann Wirth, ésotérisant (Evola répandra ses idées en Italie), et de ceux autour de Günther, nordiciste.

29L’esprit primordial septentrional aurait donc été vaincu par l’esprit méridional, dépersonnalisant, socialitaire et fataliste. Celui-ci s’exprimerait notamment dans le christianisme : Evola considérait que l’avènement du christianisme avait enclenché un processus de dévirilisation du spirituel en provoquant la victoire de la « Lumière du Sud », une spiritualité lunaire, féminine et matriarcale, sur la « Lumière du Nord », solaire, virile, guerrière, royale et patriarcale. En outre, Evola, à l’instar de Guénon, voyait dans l’Orient un monde encore ouvert à la transcendance, en opposition à l’Occident qui lui serait devenu fermé.

La convergence des nordicismes

  • 15 Le nom « Thulé » a désigné successivement plusieurs lieux réels et/ou imaginaires. Ce fut d’abord u (...)

30Cette synchronicité de thèses nordicistes, dans des contextes aussi différents que l’anthropologie et l’ésotérisme, a permis la formulation à la fin du xixe siècle d’une synthèse racialo-occultiste qui associait aux spéculations relevant de l’anthropologie raciale les thèses ésotériques hyperboréennes. Cette thèse faisait de Hyperborée/Thulé15, non seulement le berceau de la tradition ésotérique primordiale, mais aussi celui de la race blanche. Cette synthèse donna naissance, au début du xxe siècle, à un discours raciologico-ésotérique antichrétien, voire néo-païen, dont on peut suivre la généalogie tout au long du siècle jusqu’à Jean Haudry et ses amis.

  • 16 En butte à l’hostilité d’Alfred Rosenberg et publiquement désavoué par Adolf Hitler, Herman Wirth d (...)

31Après la Première Guerre mondiale, la théorie de l’origine hyperboréenne des Aryens survit chez les auteurs vцlkisch, notamment chez un philologue germano-néerlandais, Herman Wirth, membre du parti nazi dès 1925, qui sera en contact avec Julius Evola. Wirth est l’auteur en 1928 de l’ouvrage Der Aufgang der Menscheit (« La naissance du genre humain »), dans lequel il développe l’idée que ce qui a rendu le pôle impropre à la vie et forcé les Hyperboréens à migrer en Europe est un décalage des pôles. Wirth sera, à partir de 1935, directeur de l’institut ss Ahnenerbe (« Héritage ancestral »), qu’il fonda avec Himmler et Darré16, tous deux partisans de la localisation nordique de l’Atlantide (Vidal-Naquet 2005). La particularité des recherches de Wirth était d’affirmer l’autonomie des origines de la race germanique par rapport aux thèses proche-orientales, de permettre de manifester une supériorité à la fois raciale et intellectuelle qui ne devait rien aux religions abrahamiques.

32L’idée de la localisation nordique de l’Atlantide sera reprise après la Seconde Guerre mondiale par un pasteur nazi, Jürgen Spanuth (1954, 1971, 1977), qui identifia l’île d’Heligoland en mer du Nord à l’Atlantide, et feignit d’avoir lui-même découvert cette idée (Vidal-Naquet 2005). Cette thèse eut d’autant plus de succès que son caractère nazi tendit par la suite à disparaître de son œuvre et à se fondre dans la masse des spéculations formulées par les adeptes de l’« histoire mystérieuse », elle-même née du succès du Matin des magiciens de Louis Pauwels et Jacques Bergier, publié en 1960. La thèse de Spanuth fut en effet largement vulgarisée et propagée au début des années 1970 par la collection « Bibliothèque de l’irrationnel », dirigée par Louis Pauwels aux éditions Cultures, Art, Loisirs, qui faisait alors la part belle à l’« archéologie mystérieuse » (Stoczkowski 1999 ; François 2008).

Le renouveau des thèses ésotérico-politiques

33La Nouvelle Droite reprend à son compte le thème ésotérico-politique de l’origine hyperboréenne des Indo-Européens. Celui-ci est notamment développé par le journaliste et écrivain Jean Mabire, l’un des premiers promoteurs du néo-paganisme politique français, dans un essai d’« histoire mystérieuse » intitulé Thulй. Le soleil retrouvй des Hyperborйens. Mabire (1977) y reprend les spéculations sur l’origine polaire des peuples nordiques, ainsi que les développements de Spanuth. Il y défend l’idée de préserver la pureté de la race blanche : l’un des chapitres s’intitule « Le vrai secret de Thulé reste la conservation du sang ». Il y fait aussi profession de foi antichrétienne. Certains compagnons idéologiques de Mabire reprendront les idées de Tilak, qu’ils mélangeront aux thèses nordicistes et à l’ésotérisme formulé par Julius Evola, permettant la construction de nouveaux discours nordicistes minimisant les références nazies. Ces thèses furent défendues par Alain de Benoist, en 1977 notamment, dans l’ouvrage Vu de Droite : « Après la parution d’Atlantis, Jürgen Spanuth a reçu plus de 16 000 lettres de lecteurs, parmi lesquels beaucoup de savants. Beaucoup estiment qu’il a ouvert une piste sérieuse » (Benoist 2001 : 40).

  • 17 Le svastika est un symbole que l’on retrouve dans de nombreuses civilisations anciennes, de l’Europ (...)

34Parallèlement, des auteurs d’extrême droite, influencés par cette synthèse, entreprennent de soutenir des positions proches des thèses raciologiques du xixe siècle. Bernard Marillier est un des exemples les plus significatifs de ce type de position. Marillier est un disciple identitaire de Julius Evola. Dans un ouvrage consacré à la symbolique du svastika17 envisagée d’un point de vue évolien (Marillier 1997),  il reprend l’idée vцlkisch de l’origine polaire de ce symbole – en omettant de préciser qu’il s’agit de l’un des signes les plus fréquents, avec la roue solaire et la croix équilatérale, mais aussi qu’il s’agit d’un symbole profane d’utilisation courante au début du xxe siècle (Cluet 2004) –, et adopte également la thèse de l’origine circumpolaire des Indo-Européens. Marillier voit dans le svastika le symbole d’« une race-souche primordiale et, au-delà, d’une humanité originelle blanche vivant en contact direct avec le pur Principe divin » (Marillier 1997 : 75), et relaie l’idée évolienne d’une « race » primordiale boréale, « aryenne », qui aurait fui le cercle polaire au moment de sa glaciation, à l’ère paléolithique. Ce « peuple » primordial, en quittant son environnement originel, aurait transmis sa sagesse aux autres peuples. Marillier soutient enfin l’idée gobinienne d’une dégénérescence par le métissage.

35À la suite des anthropologues raciaux de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle (Vacher de Lapouge, Günther, Ripley, Grant, etc.), Marillier associe la noblesse et la race nordique :

Les textes profanes nous donnent souvent la description du modèle racial du « vrai chevalier » : grand, élancé, blanc de peau, corps bien découplé, visage gracieux et régulier, cheveux blonds ondulés (symbole des forces psychiques émanées de Dieu, de la chaleur spirituelle, et beauté royale), à l’image du roi David toujours représenté blond roux et surtout du Christ à la chevelure d’un blond lumineux à l’exemple des dieux ouraniens païens. Même si cette beauté, d’origine nordique, est restée un idéal servant de référence symbolique, elle n’en a pas moins correspondu, du moins à l’origine de la chevalerie, directement issue d’un substrat racial nordico-germanique, à une réalité ethnique qui s’est conservée dans les hautes couches de l’ordre chevaleresque (empereurs, rois, princes et barons), comme en témoignent encore de nos jours certains éléments non dégénérés des familles nobles françaises et européennes, beauté et noblesse étant liées. (Marillier 1998 : 36-37.)

La concrétisation de ces thèses

36Les milieux que nous avons étudiés prônent l’« affirmation ethnique ». Ils considèrent que les différences culturelles sont fondées biologiquement, et que leur mélange ne peut être qu’une source de décadence. Selon eux, la « race indo-européenne » est menacée par un certain nombre de périls – un « ethnocide », selon une expression empruntée à l’anthropologue Robert Jaulin –, parmi lesquels se trouvent l’islamisme, l’immigration perçue comme une colonisation ethnique de l’Europe, le métissage et l’impérialisme anti-européen des Américains. La solution résiderait alors dans une défense de l’identité raciale, une « ethnopolitique » à l’échelle de la race blanche. Ils souhaitent faire appel à la « conscience ethnique » des Européens, c’est-à-dire à la supposée conscience individuelle et collective de ces derniers. Il s’agit de défendre les identités biologique et culturelle des Européens, condition indispensable au maintien de la race blanche dans l’histoire des civilisations.

  • 18 Parmi les participants de ce colloque « Défense de l’Eurosibérie », organisé par Tierra y Pueblo, l (...)
  • 19 La conférence était organisée par le journal russe de tendance néo-païenne Ateheu. La déclaration f (...)

37Concrètement, cette ethnopolitique se manifeste par la promotion d’un grand ensemble européen « blanc » de Brest à Vladivostok, qui s’attache à développer une conscience ethnique. Elle tente de mettre en place une synergie européenne, qui pourrait ensuite s’étendre aux défenseurs non européens de la « race blanche ». C’est ainsi que différents groupuscules se sont réunis en Espagne en novembre 2005 pour un colloque intitulé « En defensa de Eurosiberia18 », tandis qu’une conférence internationale sur « L’avenir du monde blanc » était organisée du 8 au 10 juin 2006 à Moscou19. À l’issue de cette dernière, un « Appel de Moscou » entraîna la création du réseau identitaire Conseil des peuples d’origine européenne, qui donna à son tour naissance à la Coordination identitaire européenne (cie) qui regroupe des groupuscules allemands, autrichiens, espagnols, flamands, français, italiens, portugais, russes, serbes, wallons et québécois. Ce conseil prétend remplacer l’Organisation des Nations unies (onu) par l’Organisation des Nations identitaires (oni).

38Les diverses thèses archéologiques, linguistiques, philologiques, biologiques, raciales que nous venons de voir ont été réfutées par les spécialistes de ces domaines. Ainsi, Bernard Sergent (2005) refuse de parler de race en ce qui concerne les Indo-Européens. Il parle à leur sujet d’une « synthèse ethnique entre au moins des populations préhistoriques locales, c’est-à-dire dont les racines remontent entre autres, sur place, jusqu’aux temps paléolithiques et, par ailleurs, des immigrants porteurs d’une langue indo-européenne dont l’imposition au pays et l’évolution locale aboutirent aux langues historiquement attestées » (Sergent 2005 : 18). De fait, les spécialistes condamnent l’assimilation des Indo-Européens à un groupe racial déterminé, assimilation abusive fréquente dans les milieux d’extrême droite et largement diffusée par Hans F. K. Günther et ses disciples, dont Jean Haudry.

39L’originalité des auteurs ici évoqués est d’offrir une synthèse : reprenant les idées de Tilak, les mélangeant aux thèses racialistes nordicistes de Günther, à la mythologie comparée de Dumézil et à l’ésotérisme formulé par Evola, en minimisant les références à des auteurs nazis sans pour autant les rejeter, ils sont à même d’élaborer une nouvelle anthropologie nordiciste.

Haut de page

Bibliographie

Adams douglas q. & james patrick Mallory(dir.), 1997

Encyclopedia of Indo-European Culture, Londres /Chicago, Fitzroy Dearborn.

Benoist alain (de), 2001 [1977]

Vu de droite. Anthologie critique des idées contemporaines, Paris, Le Labyrinthe.

Billig michael, 1981

L’Internationale raciste. De la psychologie à la science des races, Paris, Maspero, coll. « Petite collection Maspero ».

Cluet marc (dir.), 2004

La Fascination de l’Inde en Allemagne 1800-1933, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Études germaniques ».

Conte édouard & cornelia Essner, 1995

La Quête de la race. Une anthropologie du nazisme, Paris, Hachette, coll. « Histoire des gens ».

Crépon sylvain, 2006

« Anti-utilitarisme et déterminisme identitaire. Le cas de l’extrême droite contemporaine », Revue du mauss, n° 27, « De l’anti-utilitarisme. Anniversaire, bilan et controverses », pp. 240-251.

Crépon sylvain & sébastien Mosbah-Natanson (dir.), 2008

Les Sciences sociales au prisme de l’extrême droite, Paris, L’Harmattan, coll. « Cahiers politiques ».

Evola julius, 2000 [1937]

Le Mystère du Graal et l’idée impériale gibeline, Paris, Éditions traditionnelles.

Filliozat jean, 1962

« Notes d’astronomie ancienne de l’Iran et de l’Inde », Journal asiatique, n° 250, pp. 325-347.

François stéphane, 2007

« L’extrême droite "folkiste" et l’antisémitisme », Le Banquet, n° 24, pp.255-269..

François stéphane, 2008

Le Nazisme revisité. L’occultisme contre l’histoire, Paris, Berg international.

François stéphane, 2009

« Réflexions sur le mouvement «Identitaire» », Fragments sur les temps présents. Disponible en ligne, http://tempspresents.wordpress.com/2009/03/03/ [consulté en janvier 2010].

François stéphane, à paraître Les Intempestifs. Étude d’un courant traditionaliste, Milan, Archè.

Fussman gérard, 1996

« Préface », in Michel Hulin & Christine Pflieger-Maillard (dir.), L’Inde inspiratrice. Réception de L’Inde en France et en Allemagne (xixe et xxe siècles), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Faustus/Études germaniques ».

Godwin joscelyn, 2000 [1993]

Arktos. Le mythe du Pôle dans les sciences, le symbolisme et l’idéologie nazie, Milan, Archè.

Goodrick-Clarke nicholas, 2004 [1985]

The Occult Roots of Nazism. Secret Aryan Cults and Their Influence on Nazi Ideology, Londres, I.B. Tauris & Co, coll. « Tauris Parke Paperbacks ».

Gregor a. james, 1961

« Nordicism Revisited », Phylon, vol. 22, n° 4, pp. 351-360. Disponible en ligne, http://dienekes.awardspace.com/texts/nordicism_revisited.pdf [consulté en décembre 2010].

Günther hans f. k., 2006 [1929]

Les Peuples de l’Europe, Chevaigne, Les éditions du Lore.

Günther hans f. k., 1987a [1934]

Religiosité indo-européenne, Puiseaux, Pardès.

Günther hans f. k., 1987b [1966]

Platon, eugéniste et vitaliste, Puiseaux, Pardès.

Günther hans f. k., 1990 [1969]

Mon témoignage sur Adolf Hitler, Puiseaux, Pardès.

Haudry jean, 1981

Les Indo-Européens, Paris, puf, coll. « Que sais-je ? ».

Haudry jean, 1987

La Religion cosmique des Indo-Européens, Milan/Paris, Archè/Les Belles Lettres, coll. « Études indo-européennes ».

Haudry jean, 2001

« Dharma. Entretien avec Jean Haudry », Antaïos, nº 16, pp. 17-22.

Kilian lothar, 2000 [1983]

De l’origine des Indo-Européens, Paris, Le Labyrinthe.

Kühl stefan, 2002

The Nazi Connection. Eugenics, American Racism, and German National Socialism, Oxford, Oxford University Press.

Labussière jean, 2005

Nationalisme allemand et christianisme, 1890-1940, Paris, Connaissances et savoirs.

Lippi jean-paul, 1998

Julius Evola, métaphysicien et penseur politique. Essai d’analyse structurale, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « Les dossiers H ».

Mabire jean, 1977

Thulé. Le soleil retrouvé des Hyperboréens, Paris, Robert Laffont, coll. « Les énigmes de l’Univers ».

Mallory james patrick, 1989

In Search of the Indo-Europeans. Language, Archeology, Myth, Londres, Thames & Hudson.

Marillier bernard, 1997

Le Svastika, Puiseaux, Pardès, coll. « Bibliothèque des symboles ».

Marillier bernard, 1998

Chevalerie, Puiseaux, Pardès, coll. « B.a.-ba ».

Olender maurice, 1983

« Au sujet des Indo-Européens », Archives des sciences sociales des religions, n° 55, vol. 2, pp. 163-167.

Olender maurice, 1989

Les Langues du Paradis. Aryens et Sémites, un couple providentiel, Paris, Gallimard/Éditions du Seuil, coll. « Hautes études ».

Poliakov léon, 1987

Le Mythe aryen. Essai sur les sources du racisme et des nationalismes, Bruxelles, Complexe, coll. « Historiques ».

Rémy jean, 1980

« Du Septentrion à l’Indus », Éléments, nº 36, pp. 53-54.

Renfrew colin, 1987

Archaeology and Language. The Puzzle of Indo-European Origins, Londres, Jonathan Cape.

Reynaud Paligot carole, 2007

Races, racisme et antiracisme dans les années 1930, Paris, puf, coll. « Sciences, histoire et société ».

Rivière jean-claude (dir.), 1979

Georges Dumézil : à la découverte des Indo-Européens, Paris, Copernic, coll. « Maîtres à penser ».

Rousso henry (dir.), 2004

Le Dossier Lyon-III. Le rapport sur le racisme et le négationnisme à l’université Jean-Moulin [réalisé à la demande du ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche], Paris, Fayard.

Sergent bernard, 1982

« Penser et mal penser les Indo-Européens », Annales. Économies, sociétés, civilisations, vol. 37, n° 4, pp. 669-681.

Sergent bernard, 1990

« La religion cosmique des Indo-Européens (note critique) », Annales. Économies, sociétés, civilisations, vol. 45, n° 4, pp. 941-949.

Sergent bernard, 2005 [1995]

Les Indo-Européens. Histoire, langues, mythes, Paris, Payot & Rivages.

Spanuth jürgen, 1954

L’Atlantide retrouvée ?, Paris, Plon.

Spanuth jürgen, 1971 [1965]

L’Énigme de l’Atlantide, Montreuil, La Vie claire.

Spanuth jürgen, 1977

Le Secret de l’Atlantide, l’empire englouti de la mer du Nord, Paris, Éditions Copernic, coll. « Réalisme fantastique ».

Stoczkowski wiktor, 1999

Des Hommes, des dieux et des extraterrestres. Ethnologie d’une croyance moderne, Paris, Flammarion.

Taguieff pierre-andré, 1981

« L’héritage nazi. Des nouvelles droites européennes à la littérature niant le génocide », Les Nouveaux Cahiers, nº 64, pp. 3-22.

Taguieff pierre-andré, 1984

« La stratégie culturelle de la «Nouvelle Droite» en France (1968-1983) », in Antoine Spire (dir.), Vous avez dit fascismes ?, Paris, Éditions Montalba, pp. 13-52.

Taguieff pierre-andré, 1994

Sur la Nouvelle Droite. Jalons d’une analyse critique, Paris, Descartes et Cie.

Thiesse anne-marie, 2001

La Création des identités nationales. Europe xviiie-xxe siècle, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Point », série « Histoire ».

Tilak bâl gangâdhar, 1979 [1903]

Origine polaire de la tradition védique. Nouvelles clés pour l’interprétation de nombreux textes et légendes védiques, Milan, Archè, coll. « Bibliothèque de l’Unicorne. La tradition, textes et études ».

Vial pierre, 2000

Une Terre, un Peuple, Saint-Jean-des-Vignes, Les Éditions de la forêt.

Vidal-Naquet pierre, 2005

L’Atlantide. Petite histoire d’un mythe platonicien, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Histoire ».

Haut de page

Notes

1 Le nordicisme, apparu durant la seconde moitié du xixe siècle, prône la préférence raciale pour l’élément nordique-teutonique au sein de la race blanche. Ses théoriciens (Gustaf Kossinna, Karl Penka, Hans F. K. Günther et, plus près de nous, Jean Haudry) postulent l’origine circumpolaire de cette race (Haudry 1981, 1987). Toutefois, la notion de « race nordique » n’apparaît qu’en 1900 sous la plume de Joseph Deniker. Son principal théoricien et vulgarisateur fut le raciologue allemand Günther (1891-1968), que nous étudierons plus loin, qui influença un grand nombre de raciologues dans les années 1930. Son œuvre est régulièrement rééditée en France par des éditeurs d’extrême droite (Günther 1987a, 1987b, 1990, 2006).

2 Du fait de sa longévité (il a été fondé à Nice durant l’hiver 1967-1968), le grece a connu plusieurs évolutions, voire plusieurs renouvellements doctrinaux, dont certains ne sont pas toujours perceptibles de prime abord. Nous pouvons distinguer cinq thèmes importants, tantôt concomitants, tantôt successifs : premièrement, la dénonciation de l’héritage judéo-chrétien et de son avatar, les droits de l’homme ; deuxièmement, la critique de l’« utopie égalitaire », un thème central des années 1970 ; troisièmement, l’éloge du paganisme considéré comme la véritable religion des Européens avec pour corollaire la référence, fondatrice et normative, à l’« héritage indo-européen » ; quatrièmement, la critique de l’économisme, de la vision marchande du monde et de l’utilitarisme libéral, thème déjà présent dans les années 1970 mais qui devient majeur et se radicalise à partir de la décennie suivante ; cinquièmement, l’ethnodifférentialisme radical, qui apparaît dans la seconde moitié des années 1970 et qui évolue dans les années 1990 vers un relativisme culturel inspiré de Claude Lévi‑Strauss. Les membres du grece se sont, eux aussi, régulièrement renouvelés avec le temps. Parmi les plus connus figurent Alain de Benoist, Dominique Venner, Pierre Vial, Jean Varenne, Jean Haudry, Guillaume Faye, Robert Steuckers, Jean Mabire et Jean-Claude Valla. Ses principales publications sont les revues Éléments et Nouvelle École. À partir de la seconde moitié des années 1980, à la suite du départ vers le Front national de nombre de ses cadres de premier plan (Vial, Haudry, Varenne, Mabire…), le grece n’a cessé de décliner. Il a aujourd’hui quasiment disparu, se résumant presque exclusivement à la personne de son principal animateur, l’intellectuel Alain de Benoist.

3 Fondée en 1995, Terre et Peuple est une association communautaire, ethnonationaliste et régionaliste prônant un combat culturel et identitaire. Elle édite une revue éponyme, anime une maison d’édition (les Éditions de la forêt) et propose des activités culturelles (conférences et promenades culturelles) ainsi que des colloques politiques annuels dont la thématique tourne autour de l’idée de la préservation de l’ethnoculture européenne. Depuis le début des années 2000, Terre et Peuple met en œuvre une stratégie de synergie avec des associations européennes proches de ses idéaux ethnonationalistes. Terre et Peuple a ainsi ouvert des antennes en Belgique, en Espagne, en Italie et en Allemagne.

4 Joseph Arthur de Gobineau (1816-1882), diplomate et écrivain français, est resté célèbre pour son Essai sur l’inégalité des races humaines (1853-1855), considéré comme une pierre de touche de la pensée racialiste. (Note de l’éditeur.)

5 Alfred Rosenberg (1893-1946) fréquenta dès 1918 la Société de Thulé (à la fois société secrète et groupe d’études ethnologiques). Il s’y rallia aux doctrines raciales de Dietrich Ackart, qui lui présenta Adolf Hitler. Fervent partisan du national-socialisme, Rosenberg devint l’idéologue du parti, publiant notamment Le Mythe du vingtième siècle (1930), où il expose ses théories raciales et antichrétiennes. (Note de l’éditeur.)

6 Richard Walther Darré (1895-1953), cadre important du parti nazi, créa en 1931 le Bureau de la race et du peuplement (Rasse- und Siedlungshauptamt ou rusha). Il y développa une théorie de la race et de l’espace qui fournit le support idéologique de la politique d’expansion du IIIe Reich, et participa à l’élaboration des thèses eugénistes nazies. Général ss, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation du Reich, il est l’un des principaux théoriciens de l’idéologie Blut und Boden (« Le sang et le sol »). (Note de l’éditeur.)

7 Heinrich Luitpold Himmler (1900-1945), chef de la ss du nsdap puis des polices allemandes du iiie Reich, mit en œuvre la « Solution finale » : attaché aux idées du « sang pur » et de la suprématie aryenne, il organisa et dirigea la persécution et l’extermination des « races inférieures » et des « dégénérés » au moyen des camps de concentration et d’extermination qu’il conçut avec son adjoint Reinhard Heydrich. (Note de l’éditeur.)

8 Les Identitaires refusent l’État-nation au profit d’une confédération de régions aux identités fortes, s’inscrivant dans un « nationalisme impérial grand européen ». Les Identitaires sont particulièrement tributaires des écrits de l’écrivain identitaire, régionaliste et néo-droitier Jean Mabire (1927-2006), lui-même très lié aux militants régionalistes d’extrême droite normands et bretons, tel le collaborationniste Olier Mordrel (1901-1985).

9 La Nouvelle Droite, en admettant que l’hérédité ne détermine pas les faits culturels mais conditionne la capacité à adopter telle culture plutôt q’une autre, ouvrit la voie à l’évolution du grece vers le différentialisme – qui coïncide par ailleurs au glissement du grece, durant les années 1980, vers le holisme, sous l’influence des textes de Louis Dumont. Les grécistes, dont Alain de Benoist, furent ainsi convaincus que les facteurs culturels sont à long terme plus importants que les facteurs biologiques.

10 Sur l’origine des Indo-Européens et les débats qui en découlent, nous renvoyons le lecteur vers les études de Colin Renfrew (1987), James Patrick Mallory (1989 ; Adams & Mallory 1997) et Bernard Sergent (2005).

11 Dans la Bible, Japhet, Sem et Cham sont les trois fils de Noé et représentent symboliquement les trois groupes humains qui, selon les Israélites, composaient l’humanité : les peuples d’Europe – notamment les Grecs, les Romains –, les Sémites et les Africains.

12 Soit la période tardiglaciaire, ou Würm IV, de 18 000 à 11 650 ans BP (Before Present, c’est-à-dire avant 1950, année de référence pour la datation au Carbone 14). (Note de l’éditeur.)

13 Les Aryens sont des populations indoiraniennes. Soucieux de relier l’histoire de leur « race » à celle d’un groupe racial ou social censé être supérieur, les nazis ont revendiqué une « aryanité » dénuée de tout fondement scientifique.

14 Les mouvements völkisch sont apparus en Allemagne durant la seconde moitié du xixe siècle. La racine « Volk » signifie « peuple », mais le terme « völkisch » va au-delà du sens des expressions « populaire » ou « nation ». Il implique un aspect communautaire, culturel et organique marqué. Les völkischern désiraient rétablir la pureté raciale et culturelle originelles du peuple allemand. Ce courant bigarré, irrationaliste, puisait ses références dans le romantisme, dans l’occultisme, dans les premières doctrines « alternatives », et enfin dans les doctrines racistes.

15 Le nom « Thulé » a désigné successivement plusieurs lieux réels et/ou imaginaires. Ce fut d’abord une terre découverte par l’explorateur Pythéas au ive siècle av. J.-C., et que l’on identifie parfois à la Scandinavie ou à l’Islande. Pour les Romains, Thulé désignait la limite septentrionale du monde connu. Thulé est également l’ancien nom de la ville de Qaanaaq, dans le nord-ouest du Groenland, où pour la première fois furent trouvés des traces archéologiques des ancêtres des Inuits canadiens. Par métonymie, on nomma « culture de Thulé » cette culture préhistorique. (Note de l’éditeur.)

16 En butte à l’hostilité d’Alfred Rosenberg et publiquement désavoué par Adolf Hitler, Herman Wirth dut renoncer à ses fonctions dès 1937. (Note de l’éditeur.)

17 Le svastika est un symbole que l’on retrouve dans de nombreuses civilisations anciennes, de l’Europe à l’Océanie : il représentait souvent le soleil ou l’éternité. Il a été adopté par le parti national-socialiste, qui a changé ce signe populaire en insigne de l’aryanisme. Ce détournement est lié à celui du terme « aryen » (du sanskrit arya, « noble ») dans l’idéologie nazie.

18 Parmi les participants de ce colloque « Défense de l’Eurosibérie », organisé par Tierra y Pueblo, la section espagnole de Terre et Peuple : le nationaliste révolutionnaire italien Gabriel Adinolfi (rédacteur en chef de la revue Orion et grand nostalgique de Benito Mussolini), les Allemands Pierre Krebs (animateur du Thule Seminar) et Andreas Molau (rédacteur en chef de Deutsche Stimme), l’Espagnol Ernesto Mila (responsable de Tierra y pueblo).

19 La conférence était organisée par le journal russe de tendance néo-païenne Ateheu. La déclaration finale, ou « Appel de Moscou », a été signée par l’Allemand Pierre Krebs (Thule Seminar), par le Breton Yann-Ber Tillenon, par l’Espagnol Enrique Ravello (Tierra y Pueblo), par les Français Guillaume Faye et Pierre Vial (Terre et Peuple), par le Grec Lephterios Ballas (Arma), par les Russes Vladimir Ardeyev, Anatoli Ivanov (Synergies européennes) et Pavel Tulaev (Ateheu), et enfin par l’Ukrainien Galina Lozko.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François S., « La Nouvelle Droite et les Indo-Européens. Une anthropologie d’extrême droite », Terrain, n° 56, pp. 136-151.

Référence électronique

Stéphane François, « La Nouvelle Droite et les Indo-Européens », Terrain [En ligne], 56 | mars 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://terrain.revues.org/14232 ; DOI : 10.4000/terrain.14232

Haut de page

Auteur

Stéphane François

Université de Strasbourg, Laboratoire cultures

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org