Navigation – Plan du site
Catastrophes

Une sentinelle sanitaire aux frontières du vivant*

Les experts de la grippe aviaire à Hong Kong
Frédéric Keck
p. 26-41

Résumés

Cet article retrace l’histoire d’un groupe d’experts qui ont lancé l’alerte sur les pandémies grippales à partir de la surveillance des oiseaux et des humains à Hong Kong. Il montre pourquoi ce lieu a pu servir de sentinelle pour les pandémies à venir, à partir de la perception d’une mutation catastrophique du virus grippal dans la population aviaire. Il suit les différentes crises à travers lesquelles l’alerte locale a pu donner lieu à une mobilisation globale, en impliquant des niveaux croissants d’autorité sanitaire. Il conclut sur la notion de frontières de la biosécurité, lieu à la fois biologique et social, naturel et politique, où des catastrophes apparaissent et où une temporalité dynamique s’ouvre à l’action collective.

Haut de page

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Chine
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir l’article de Sandrine Revet dans le présent volume.

1La récente mobilisation des autorités sanitaires internationales autour de la pandémie de grippe A (H1N1) a donné lieu à des controverses sur la réalité de la menace à laquelle il faudrait se préparer. Pourtant, le retour historique sur l’origine de ce dispositif de sécurité sanitaire, à Hong Kong en 1997, permet de constater que c’est bien en réponse à une catastrophe qu’il s’est constitué. Je prends ici la notion de catastrophe comme le doublement d’une menace naturelle par une menace politique produisant une recomposition du système des acteurs1. Si Hong Kong s’est mobilisé contre la grippe aviaire en 1997, c’est parce que la menace d’un nouveau virus H5N1 passant des oiseaux aux humains s’accompagnait de celle qui était liée à la rétrocession à la Chine, soupçonnée de ne pas garantir la sécurité sanitaire de ses citoyens. Une telle catastrophe a donné lieu à la mise en place d’un dispositif de surveillance durable, qui s’est élargi avec le temps du local au global.

  • 2 L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (inserm) a ainsi mis en place un réseau (...)

2Pour caractériser ce dispositif, je recourrai au terme « sentinelle sanitaire », souvent employé par les acteurs de la surveillance2. La notion de sentinelle ne désigne pas seulement des « lanceurs d’alerte » capables de faire remonter des signes de danger pour élaborer une vigilance généralisée (Chateauraynaud & Torny 1999). Elle désigne aussi un collectif aux frontières du vivant, dépistant dans une espèce animale un agent infectieux ou toxique transmissible à une autre espèce (Gramaglia & Sampaio da Silva 2009). Je montrerai que c’est la capacité des experts en microbiologie de l’université de Hong Kong à se situer sur cette frontière, dans l’écologie singulière du sud de la Chine, qui leur a permis de jouer le rôle de sentinelle sanitaire pour le reste du monde. Je définirai ainsi une sentinelle sanitaire comme un collectif associant une menace locale à une frontière naturelle de manière à l’articuler à d’autres frontières politiques dans un dispositif de sécurité global. Une telle définition oblige à lier de façon fine la pluralité des échelles à travers lesquelles une menace locale se transforme éventuellement en risque global, mais aussi à suivre de près le mouvement par lequel une catastrophe naturelle est susceptible de devenir un scandale politique.

  • 3 Margaret Chan, directrice de l’oms (dont le siège est à Genève), médecin de formation, géra le foye (...)

3La lutte contre les « maladies infectieuses émergentes », comme la grippe aviaire ou la maladie de la vache folle, oblige en effet à se tenir au lieu où de nouveaux agents infectieux franchissent la barrière des espèces (Gessain & Manuguerra 2006). Une telle frontière naturelle ne peut faire l’objet d’une élaboration scientifique et politique que si elle est mise en rapport avec d’autres frontières : au niveau scientifique entre des médecins et des vétérinaires ; au niveau gouvernemental entre le Département de la santé et celui de l’agriculture ; au niveau international, entre des instances en charge de la santé humaine (comme l’Organisation mondiale de la santé, oms) et d’autres en charge de la santé animale (comme l’Organisation mondiale de la santé animale, oie)3. Si les rapports entre ces instances prennent apparemment la forme du conflit, opposant le principe de précaution à l’égard des humains aux questions économiques soulevées par l’élevage des animaux (Keck 2009), la prise en charge des maladies infectieuses émergentes aux frontières du vivant produit de nouvelles formes de collaboration, dans des réseaux qui élargissent la définition des entités naturelles pertinentes pour l’action politique. Les questions qui orienteront ma présentation de ce collectif sont donc celles-ci : quelle conception de la nature est produite par un tel dispositif serrant le vivant au plus près des frontières entre espèces ? En quoi la catastrophe de la grippe aviaire en 1997 à Hong Kong a-t-elle transformé durablement le travail biopolitique des sciences de la nature ? L’approche adoptée ici se situe donc au croisement de l’histoire des sciences, de la sociologie des risques et de l’anthropologie de la nature.

L’inscription des pandémies passées dans une nature catastrophique

4L’annonce d’une catastrophe à venir s’appuie sur la mémoire des catastrophes passées. L’équipe de microbiologistes qui a détecté le virus H5N1 en 1997 et lancé l’alerte à la pandémie s’est constituée au croisement de deux mémoires : celle, globale, de la circulation des virus, et celle, locale, de leur émergence dans une écologie singulière. Ces mémoires sont portées par deux experts australiens qui ont joué un rôle central dans la mise en place de la sentinelle hongkongaise : Robert Webster et Kennedy F. Shortridge. Si le premier est souvent présenté comme le « pape de l’Influenza » (Greger 2006 : 31), le second est son « empereur » : tous deux se partagent le pouvoir spirituel et temporel de la gestion de la grippe à Hong Kong avant 1997.

  • 4 Cette école a été fondée dans les années 1930 par Sir Frank Macfarlane Burnet pour dépister les vir (...)
  • 5 La biosécurité des laboratoires est graduée sur une échelle allant de 1 à 4 en fonction de la dange (...)
  • 6 Le virus de la grippe a été découvert en 1933 par Christopher Andrews et Wilson Smith, qui réussire (...)

5Né en Nouvelle-Zélande, formé à l’École australienne de virologie4, Webster a construit un laboratoire à l’hôpital St. Jude de Memphis (Tennessee), où il a stocké les diverses souches de grippe apparues au cours du xxe siècle. La constitution d’un tel site suppose à la fois une curiosité d’explorateur, capable de dénicher les formes les plus étranges du virus aux quatre coins de la planète, et des précautions militaires, car les souches manipulées peuvent être très dangereuses. Il fait partie de ces laboratoires de haute sécurité5qui sont autant le concentré des évolutions virales de la planète qu’un lieu de projection des mutations possibles. Le virus de la grippe fascine Webster, car, n’étant constitué que d’arn et non d’adn (comme le virus de la variole, ou comme une cellule de type bactérien), il peut muter indéfiniment sans correction des erreurs de réplication6. « Quand on commence à penser qu’on a compris ce qu’il peut faire, il en sort un autre de son chapeau. C’est l’un des agents infectieux les plus malins. Il a tout un répertoire de tours » (Webster, cité dans Drexler 2002 : 175). Webster a communiqué cette fascination aux grandes autorités sanitaires, tels le cdc ou l’oms, pour lesquelles il travaille comme consultant.

  • 7 Les nombres indiquent l’ordre dans lequel les virus ont été détectés. Le virus H1N1 est donc le pre (...)

6La grippe est une maladie ordinaire qui se transmet par contact et se manifeste par de la fièvre et de la toux, et qui parfois se combine avec d’autres maladies chez des personnes immunodéprimées (ce qui explique qu’elle tue entre deux cent mille et cinq cent mille personnes chaque année). Cependant, elle est capable de devenir bien plus dangereuse lorsqu’elle adopte une nouvelle forme et prend au dépourvu les défenses immunitaires humaines. Parmi ces formes mutantes émergentes, Robert Webster concentre son attention sur celle qui a causé la plus grande pandémie du siècle : la grippe « espagnole » de 1918, qui a tué entre vingt et cinquante millions de personnes. Si tous les virus de grippe sont composés d’hémagglutinine (H), qui permet d’entrer dans la cellule, et de neuraminidase (N), qui permet d’en sortir après réplication, celui-ci, appelé H1N17, détruisait systématiquement les organismes dans lesquels il se multipliait. Apparu au cours d’une guerre qui vit les premiers usages militaires des armes bactériologiques, un tel virus, qui détruisait l’hôte assurant sa réplication, avait quelque chose de monstrueux.

7Pour expliquer cette double catastrophe de la guerre et de la pandémie, Webster a mis en lumière les détours de la nature. Découvrant dans les années 1960 que les oiseaux migrateurs aquatiques portaient le virus de la grippe de façon asymptomatique, puisque celui-ci reste dans leurs voies digestives sans remonter dans les voies respiratoires, il proposa l’hypothèse selon laquelle ces oiseaux forment le « réservoir animal » de la grippe (Webby & Webster 2003 : 1519). Une telle hypothèse signifie que le virus déploie librement toutes ses possibilités de mutation dans la diversité des espèces aviaires avant de passer à l’homme en bout de chaîne, celui-ci jouant alors, dans tous les sens du terme, le rôle de dead end (cul-de-sac) épidémiologique. Comment le virus peut-il passer entre deux organismes si différents ? Webster montre que les arn de deux virus distincts peuvent échanger des segments lorsqu’ils se rencontrent dans un organisme contenant des récepteurs pour ces deux virus (processus appelé « réassortiment »). C’est le cas du porc, dont les voies respiratoires sont proches à la fois de celles des hommes et de celles des oiseaux, et qui joue donc le rôle d’« hôte intermédiaire » (mixing vessel). Webster donne ainsi, sous l’impératif d’éviter la répétition de la pandémie de 1918, un nouvel élan à la biologie évolutionniste, en éclairant tout un spectre zoologique par les mutations du virus. Dans cette démarche, l’homme est simultanément au centre, puisque c’est de sa crainte de la pandémie que naît la recherche virologique, et décentré, puisqu’il n’est plus qu’une des issues pour un processus zoonotique aléatoire.

  • 8 « — Why did you move to Hong Kong ? — This goes right back to my childhood and a series of events t (...)
  • 9 Des foyers de grippe équine apparurent en Mongolie en 1993, puis en Australie et au Japon en 2007. (...)

8Kennedy F. Shortridge donne à cette hypothèse globale une application locale. Né en Australie, il a reçu par la mémoire familiale le souvenir de la grippe espagnole. « Des charrettes tirées par des chevaux remplies de piles de cadavres circulaient à travers la petite ville de Queensland. […] Les histoires saisissantes de ma mère à propos des effets dévastateurs de la pandémie sont restées en moi depuis mes premières années. Ce qui a commencé comme un intérêt m’a mené à chercher le pourquoi et le comment des pandémies de grippe à travers les oiseaux et les animaux » (Greger 2006 : XI). Il est recruté en 1972 au Département de microbiologie de l’université de Hong Kong, qui vient de se séparer du Département de pathologie. Avec l’ambition de « devancer une pandémie de grippe »8, il y met en place une surveillance des fermes et des marchés avec des vétérinaires du Département de l’agriculture pour comprendre pourquoi les grandes pandémies du siècle sont apparues en Chine. Si le point de départ de celle de 1918 est encore discuté, car la guerre en a rendu la déclaration confuse, il est avéré que les pandémies de 1957 et de 1968, qui ont tué entre un et cinq millions de personnes, ont émergé dans le sud de la Chine avant de se transmettre au reste du globe. Depuis la colonisation anglaise, en 1842, Hong Kong est l’un des lieux où les Européens étudient les « maladies tropicales », à la fois pour s’en prémunir sur place et pour éviter leur diffusion dans les métropoles (Carroll 2007). Shortridge élargit cette préoccupation coloniale à la santé animale en s’appuyant sur deux institutions hongkongaises. La première est le Jockey Club, la plus riche association dans une ville où les paris hippiques sont les seuls jeux d’argent autorisés : Shortridge obtient du Jockey Club la fermeture des jeux pendant un mois, en 1992, suite à la découverte d’un foyer de grippe équine (Powell, Watkins, Li & Shortridge 1995). La seconde est la ferme Kadoorie, du nom d’une des plus riches familles de Hong Kong, qui a enseigné aux populations immigrées l’élevage avicole « scientifique » : la ferme Kadoorie a dû faire face régulièrement à la maladie de Newcastle, qui tue massivement les volailles sans se transmettre aux humains (Higgins & Shortridge 1988). Dans les deux cas, l’expertise acquise par Shortridge lui permet de faire profiter la Chine puis le reste du monde des compétences acquises à Hong Kong dans la gestion des foyers de maladies animales9.

9C’est donc en alliant médecine coloniale et science vétérinaire que Kennedy F. Shortridge explique pourquoi l’écologie particulière du sud de la Chine en fait l’« épicentre » des pandémies. Dans cette région, les cultivateurs de riz ont traditionnellement domestiqué les canards pour débarrasser leurs champs des parasites, et élevé des porcs à proximité pour leur litière et leur viande, en sorte que les hommes vivent en permanence au contact d’une grande diversité d’animaux. « Du fait de sa population dense et de ses fermes intensives, la région du sud de la Chine adjacente à Hong Kong est le lieu idéal pour des événements tels que l’échange de virus entre des espèces » (Shortridge & Stuart-Harris 1982 : 812). La régularité des pandémies, qui associe une conception cyclique de l’histoire à un horizon catastrophiste, vient donc de leur inscription dans une nature domestiquée, dont la permanence n’a rien de rassurant : « Chaque année nous rapproche de la prochaine pandémie » (Shortridge 1995 : 1211).

Le premier foyer de grippe aviaire en 1997, une confirmation du scénario catastrophe

10Au mois de mai 1997, un garçon de trois ans décède d’un nouveau virus. Les tests en laboratoire permettent d’identifier ce dernier au virus qui a tué cinq mille poulets dans deux fermes au mois de mars précédent. Le virus, appelé H5N1, circulait jusque-là chez les oiseaux sans toucher les humains. Le séquençage génétique, facilité par la méthode pcr ( polymerase chain reaction) (Rabinow 1996), rapproche ainsi des événements qui n’ont apparemment rien à voir : sous la différence des espèces visibles, il repère la permanence d’un agent invisible bien structuré. C’est en 1997 également que Jeffrey Taubenberger établit pour la première fois, à partir de cadavres congelés dans les glaces du Grand Nord, la séquence génétique du virus H1N1 responsable de la pandémie de 1918. Cherchant à expliquer la mutation catastrophique par un gène particulier, il doit se résoudre à constater sa ressemblance avec les autres virus de la grippe (Kolata 2005).

  • 10 On parle alors d’« antigenic drift » au lieu d’« antigenic shift », de « faille », donc, au lieu de (...)

11L’hypothèse de Webster et de Shortridge apparaît alors pertinente : la virulence extraordinaire de certains virus grippaux tient moins à des déterminations génétiques qu’au passage d’une espèce animale à une autre dans des conditions écologiques singulières. De fait, les alertes se sont multipliées au cours des vingt dernières années concernant des agents infectieux capables de passer la « barrière d’espèce » (hiv, prion, Nipah…), au moment même où les grandes maladies infectieuses de l’histoire humaine (variole, poliomyélite…) sont sur le point d’être éradiquées (Osterhaus 2001). Le virus H5N1 apparu à Hong Kong en mai 1997 serait le premier virus de grippe connu à passer directement des oiseaux aux humains. Au lieu de se réassortir par l’intermédiaire du porc, il muterait de façon à entrer directement dans les cellules humaines10. Aussi sa réapparition en novembre et décembre de la même année chez dix-huit personnes, dont sept meurent (deux d’entre elles, en outre, possèdent des liens de filiation), déclenche- t-elle la panique des autorités sanitaires : Keiji Fukuda, médecin au cdc, se rend à Hong Kong pour ramener des échantillons à l’oms.

12Kennedy F. Shortridge, en s’appuyant sur des équipes internationales, relance alors la surveillance des marchés, ces lieux où quotidiennement plusieurs dizaines de milliers de poulets venus de Chine entrent en contact avec les humains. « Nous avons vu un oiseau qui se tenait là, en train de picorer sa nourriture, puis basculer doucement, tomber lentement, jusqu’à ce qu’il repose sur le côté, apparemment mort. Le sang coulait de son cloaque. […] Quand j’ai vu ces oiseaux mourir ainsi, cela m’a vraiment rappelé ce qui a dû se passer pour la pandémie de 1918. Je me dis : “Mon Dieu ! Et si ce virus sortait de ce marché et se répandait ailleurs ?” » (Kolata 2005 : 239). L’observation des symptômes prend le pas sur l’analyse génétique, et permet de lancer l’alerte : « Nous avions la pression du monde sur Hong Kong. »

13Deux stratégies sont alors possibles pour éviter la pandémie. La fabrication d’un vaccin semble une priorité pour un virus qui risque de se propager dans une population humaine non immunisée : elle consiste à développer une souche atténuée du même virus et à l’inoculer aux humains pour qu’ils produisent des défenses immunitaires. Mais les souches vaccinales sont d’habitude cultivées dans des embryons de poulet, et celle-ci les tue trop rapidement. Une technologie nouvelle sur culture cellulaire permet de produire les vaccins artificiellement par recombinaison génétique du virus, mais elle est encore imparfaite.

  • 11 C’est Margaret Chan, alors directrice de la Santé à Hong Kong, qui doit prendre cette décision souv (...)

14Il reste alors à éradiquer le virus où il est endémique : chez les oiseaux domestiques. Le 28 décembre, le gouvernement de Tung Chee-Wah, récemment nommé après la rétrocession de Hong Kong à la Chine, annonce qu’il va faire abattre un million et demi de poulets dans les fermes et sur les marchés11. Les fonctionnaires du Département de l’agriculture doivent effectuer cette tâche en trois jours. Les oiseaux sont tués au gaz carbonique et enterrés. Il est prévu que les fermiers et les marchands reçoivent une compensation de trente dollars de Hong Kong (trois euros) pour chaque poulet abattu. Les moines bouddhistes organisent une prière d’une semaine pour les âmes des oiseaux supprimés. Kennedy F. Shortridge, après avoir longuement expliqué aux médias les raisons de cette décision inouïe, affirme qu’après cette « politique d’abattage controversée », « il est raisonnable de croire que cette intervention a évité qu’un début de pandémie ne devienne une pandémie réelle » (Shortridge, Peiris & Guan 2003 : 72s).

15Ces deux stratégies, vaccination et abattage, ne peuvent donc suffire à elles seules : l’une, respectueuse des procédés de la nature, est techniquement irréalisable ; l’autre est économiquement coûteuse et moralement inacceptable parce qu’elle constitue une intervention trop massive de l’État. Une troisième solution est alors envisageable : étendre la surveillance à tous les virus de grippe qui peuvent apparaître dans la population aviaire du sud de la Chine. De fait, le virus H5N1 de 1997 est bientôt découvert dans un élevage d’oies du Guangdong, la province limitrophe, tandis qu’un nouveau virus H9N2, d’origine aviaire, est identifié à Hong Kong en 1999.

  • 12 Je conserve la présentation usuelle de leurs deux noms. Le nom complet du premier est Joseph Sriyal (...)

16C’est pour procéder à cette surveillance que Robert Webster fait venir en renfort au Département de microbiologie de Hong Kong deux de ses étudiants : Malik Peiris et Yi Guan12. L’article qu’ils publient en 2003 avec Kennedy F. Shortridge montre l’inflexion qu’ils donnent à son approche : « Les études sur l’écologie de l’influenza conduites à Hong Kong depuis les années 1970, pour lesquelles cette région a fonctionné comme un poste de sentinelle pour la grippe, ont indiqué qu’il serait possible, pour la première fois, de faire de la préparation à la grippe au niveau du terrain aviaire » (Shortridge, Peiris & Guan 2003 : 70s). Le vocabulaire de la préparation est ici emprunté à la logique militaire : il implique de se tenir prêt à une attaque que l’on sait imminente en évaluant les points de vulnérabilité dans les ressources disponibles pour limiter les effets destructeurs (Lakoff 2008). Dans cette perspective, ce n’est plus la nature qui est responsable, du fait de conditions écologiques particulières, de l’apparition d’un virus pandémique : ce sont les hommes qui empêchent d’en surveiller les mutations. Dans la guerre contre les virus, le coupable n’est pas tant le virus lui-même, puisque ses détours empêchent de l’éradiquer, que les gouvernements qui favorisent sa propagation parmi les animaux. Cette inflexion a été provoquée par la crise du sras, au cours de laquelle les microbiologistes de l’université de Hong Kong ont acquis un nouveau rôle politique.

La crise du sras et le nouveau rôle politique des microbiologistes

  • 13 La chambre d’hôtel du docteur Li Jianlun portait étrangement le numéro 911.

17Le 21 février 2003, un médecin chinois, le docteur Li Jianlun, ayant traité une étrange maladie respiratoire à Canton, rend visite à sa famille à Hong Kong et infecte une dizaine de personnes dans les couloirs de l’hôtel où il réside. Dans les jours qui suivent, la même maladie est déclarée à Hanoï, à Singapour, à Pékin, à Toronto. Au moment où les États-Unis s’apprêtent à envahir l’Irak, qu’ils soupçonnent de préparer des armes biologiques, l’Asie doit mener une guerre contre le sras (syndrome respiratoire aigu sévère), dont Hong Kong est considéré comme le « ground zero »13(mille huit cents patients déclarés, trois cents morts). Mais alors que la guerre en Irak décrédibilise les Nations unies, le sras donne un rôle central à l’Organisation mondiale de la santé. Lorsque l’oms demande au gouvernement chinois des informations sur la mystérieuse épidémie qui a commencé en novembre 2002 dans le Guangdong, celui-ci refuse de transmettre les échantillons prélevés sur les malades, et déclare que la « pneumonie atypique » est due à une bactérie. L’oms se tourne alors à nouveau vers les scientifiques de Hong Kong afin d’obtenir des informations sur ce nouveau virus.

18Pour ces derniers, il est clair que l’épidémie du Guangdong confirme les prédictions d’une menace de grippe aviaire. De fait, le 20 février 2003, deux personnes d’une même famille qui revenaient d’une visite dans la province chinoise du Fujian sont tombées malades de la grippe aviaire : c’est la première fois depuis 1997 que le H5N1 est dépisté sur des humains, et sa virulence est confirmée par la mort d’un des patients. Aussi est-il logique de tester les premiers patients au H5N1 ; mais comme ce test se révèle négatif, l’équipe de microbiologistes perd deux semaines au cours desquelles elle doit acquérir de nouveaux échantillons et de nouvelles méthodes. La découverte finale du virus du sras sera le fruit d’une singulière forme de collaboration. Le directeur du Département de microbiologie, Kwok-Ying Yuen, obtient des autorités sanitaires cantonaises et hongkongaises de nouveaux échantillons de tissu humain affecté par le sras. Le 21 mars, Malik Peiris parvient avec son équipe à identifier un coronavirus et à le cultiver sur des lignées cellulaires : le 8 avril, il publie dans The Lancet un article qui fait référence. Si la recherche du virus du sras a animé une concurrence entre de nombreuses équipes dans le monde, souvent dotées d’outils biotechnologiques puissants (à Singapour ou à Atlanta), l’équipe de Hong Kong est la première, du fait de sa proximité avec le foyer de la maladie et de son insertion dans la communauté scientifique globale, à identifier le virus avec des méthodes virologiques traditionnelles. Yi Guan franchit la frontière chinoise en avril pour dépister les origines animales du virus. Sur les marchés qu’il a souvent inspectés avec Shortridge, il découvre des anticorps du sras sur des employés et sur des civettes masquées, de petits rongeurs vendus pour leur vertu traditionnellement curative (Moutou 2007). Les civettes sont abattues et les marchés traditionnels fermés.

19La crise du sras confirme donc la prévision d’une pandémie de grippe aviaire non pas directement, car ce n’est pas le virus H5N1 qui a causé cette épidémie, mais indirectement, puisque les modes de raisonnement appliqués à la grippe aviaire ont été transférés sur le sras : les nouveaux virus émergent dans un réservoir animal en produisant des effets catastrophiques chez les humains. En retour, la crise du sras donne une légitimité politique aux moyens scientifiques que réclament les experts de la grippe aviaire : il faut établir la transparence sur les conditions d’émergence des nouveaux virus, de façon à limiter la pandémie avant qu’elle produise des effets catastrophiques. C’est ce que reconnaît le gouvernement chinois de Hu Jintao récemment promu par le XVIIe congrès du Parti communiste : le 20 avril, le ministre chinois de la Santé et le maire de Pékin sont limogés pour avoir caché les cas de sras dans la capitale, ce qui met fin à plusieurs mois de rumeurs et d’accusations (Kleinman & Watson 2006). Mais si le nouveau ministre de la Santé pratique une forme de « transparence » (touming) sur les maladies respiratoires infectieuses, le ministère de l’Agriculture transmet beaucoup plus difficilement les informations sur les signes précurseurs de ces maladies chez les animaux – d’autant plus que la Chine a fait de l’intensification de l’élevage une de ses priorités.

  • 14 C’est un des leitmotive de la littérature sur les virus émergents et le bioterrorisme au lendemain (...)

20Dans une de leurs publications de référence au lendemain de la crise du sras, Yi Guan et Malik Peiris ont cette phrase étonnante : « Dans le contexte des préoccupations croissantes au sujet des menaces bioterroristes, le sras nous rappelle que “la nature” reste la plus grande de toutes les menaces bioterroristes » (Peiris & Guan 2004 : 1078). Une telle déclaration a d’abord pour but de détourner vers la recherche sur les maladies infectieuses émergentes (sras, H5N1) les fonds consacrés par les agences internationales à la lutte contre le bioterrorisme (anthrax, variole)14. Mais elle a aussi pour effet de politiser la nature en désignant un responsable des maladies infectieuses émergentes : la Chine apparaît en effet comme un « État voyou », puisque non seulement elle produit des virus émergents par sa politique d’élevage intensif, mais elle refuse de travailler avec les réseaux de surveillance internationaux pour en endiguer les menaces.

Trois points de vue sur une zoonose

  • 15 « C’est à cause du sras que les morts [une famille indonésienne tombée malade après avoir mangé du (...)

21Par sa rapidité spectaculaire, la crise du sras a permis de rendre crédible le spectre d’une pandémie annoncée depuis des années par les experts de la grippe aviaire15. Si Hong Kong ne détecte plus de cas humains de H5N1, ceux-ci apparaissent dans de nombreux pays d’Asie du Sud (Vietnam, Cambodge, Thaïlande, Indonésie) puis d’Afrique (Nigeria, Égypte), tandis que l’Europe voit se multiplier les cas animaux entre 2005 et 2006. Cette internationalisation de la grippe aviaire permet aux experts de l’université de Hong Kong de généraliser les leçons apprises sur la frontière chinoise. Tout se passe alors comme si les trois experts se partageaient les tâches permettant de comprendre comment la « nature » devient « bioterroriste » : Peiris analyse les mécanismes de la « terreur biologique » ; Guan, les stratégies du virus dans la nature ; et Yuen, les moyens d’articuler nature et politique dans un dispositif durable.

22Malik Peiris, découvreur du virus du sras, étudie comment un organisme humain réagit à une maladie d’origine animale. Après ses études de médecine à l’université d’Oxford, il est revenu dans son pays natal, le Sri Lanka, pour établir avec des vétérinaires un dispositif de surveillance de l’encéphalite japonaise dans les troupeaux de cochons, avant de rejoindre l’équipe mise en place par Shortridge et Webster. Devenu le directeur scientifique du centre Pasteur de l’université de Hong Kong en 2006, il a orienté ses recherches vers les interactions entre les cellules humaines et ces nouveaux agents infectieux, qu’il étudie en laboratoire. Il est aussi consultant régulier auprès de l’oms pour les pandémies de grippe, et dirige des équipes de surveillance des oiseaux sauvages à Hong Kong. Ses étudiants louent sa rigueur, son attention et sa capacité de travail.

  • 16 Cette notion – qui évoque des termes militaires comme « Tempête du désert » mais fait aussi écho à (...)
  • 17 Propos recueillis par l’auteur. Cette prise de position darwinienne peut également se comprendre da (...)
  • 18 Des recherches portent sur l’usage de la médecine chinoise traditionnelle dans le rétablissement de (...)

23Selon Peiris, l’extrême virulence de ces virus d’origine animale tiendrait à un phénomène de « tempête de cytokine »16 : le système immunitaire, face à un virus inconnu, surréagit en envoyant des messages d’alerte excessifs (Peiris, de Jong & Guan, 2007). C’est là un singulier renversement de l’approche virologique par le détour de l’immunologie : l’aspect catastrophique de la grippe aviaire chez les humains ne tient pas à la nature du virus lui-même mais au fait qu’il n’est pas à sa place. De même que Hong Kong a sans doute plus souffert de la réaction internationale à l’épidémie de sras que de l’épidémie elle-même, de même l’organisme humain meurt de la surréaction à un virus qui se trouve là par hasard. « Quand je dis que la nature est une menace bioterroriste, je ne dis pas qu’elle a une intentionnalité, je dis seulement que la force aveugle de l’évolution a beaucoup plus de pouvoir qu’une quelconque sophistication des capacités humaines au même moment. Si vous voulez créer un virus qui fait tout ce que le virus du sras a fait, avoir une mortalité substantielle et se transmettre d’homme à homme, il n’aurait pas eu autant de succès que la nature. Cela ne signifie pas que la nature a une mauvaise intention mais qu’elle essaie toutes les opportunités17. » Dès lors, pour se protéger de ces agents infectieux, il faut intervenir sur toutes leurs « voies de passage », depuis l’entrée dans la cellule jusqu’à sa sortie, de façon à limiter l’impact des signaux catastrophiques envoyés par l’organisme. Il faut donc remettre l’homme à la bonne place dans la nature18. Peiris reprend cette conception à René Dubos, biologiste pasteurien français émigré aux États-Unis, selon lequel « la nature se venge » des transformations que les humains lui font subir. Dubos est en effet l’un des premiers théoriciens de l’émergence de nouveaux virus comme conséquence de transformations écologiques (Dubos 1968 ; Cooper 2006). La catastrophe pandémique est donc une catastrophe écologique : elle signale une rupture dans la longue « coévolution » des hommes et des microbes.

  • 19 Cette université, de même que le Département de microbiologie de l’université de Hong Kong, est sou (...)
  • 20 Entretien avec Yi Guan.

24En prenant le point de vue des humains et des transformations qu’ils imposent à leur environnement, Malik Peiris a relégué son collègue Yi Guan au point de vue des animaux en tant qu’ils annoncent les maladies à venir. Né dans le Jiangxi, formé en tant que médecin à l’hôpital du Peuple de Pékin puis à l’université de Shantou par Shortridge19, Guan a quitté la Chine en 1989 pour rejoindre l’équipe de Robert Webster, avant de revenir en 1997 à l’université de Hong Kong en vue de lutter contre le « virus tueur ». La découverte du virus du sras par Peiris a fait perdre à Guan son principal atout : la possibilité d’aller en Chine pour ramener des échantillons humains des nouvelles maladies. « Nous n’avons pas trouvé de virus dans ses échantillons. Et puisque notre recherche impliquait des virus humains, et non animaux, ce n’était pas le domaine de Yi [Guan]. C’était une question pour le côté humain » (Peiris, cité dans Greenfeld 2006 : 287). Yi Guan transfère donc sur le sras les compétences en virologie animale apprises avec Shortridge. « Alors qu’on pouvait faire des diagnostics en laboratoire pour la grippe aviaire, le sras était une boîte noire. Les deux virus venaient des animaux, l’un des animaux domestiques, le H5N1, l’autre des animaux sauvages, le sras. Les deux sont des maladies écologiques. Elles fournissent des exemples typiques de la façon dont des maladies animales peuvent être transmises aux humains20. »

25Yi Guan s’appuie sur l’analyse génétique des séquences virales issues de la surveillance, qui permettent de rattacher les virus de grippe apparus au cours des vingt dernières années à un « plus vieil ancêtre commun » sur des « arbres phylogénétiques » (Duan et al. 2008). Ce travail collectif est à l’origine des deux grandes découvertes qui ont suivi la crise du sras. D’une part, les coronavirus se développent à l’état endémique dans la population des chauves-souris du sud de la Chine, du fait de la diversité des espèces de cet animal et de sa capacité à passer d’un environnement à un autre (Vijaykrishna, Smith et al. 2007). D’autre part, le virus H5N1 a diffusé de la Chine dans deux directions : vers l’Europe par la région du lac Qinghai, où de nombreux oiseaux migrateurs ont été trouvés morts en avril 2005 (Chen et al. 2005), et vers l’Indonésie par la frontière de la Chine et du Vietnam, lieu de contrebande de volailles mais aussi de vaccination massive (Wang et al. 2008). La somme d’informations amassée par cette équipe lui permet de voir dans les virus animaux les signes des erreurs des humains, précurseurs de nouvelles catastrophes. « Travailler avec Yi Guan, dit l’un de ses étudiants, c’est comme donner des coups dans la Muraille de Chine : chaque séquence de virus est un signe que le mur va tomber. »

  • 21 Entretien avec Yi Guan.

26Aussi ce travail se heurte-t-il à la résistance des autorités chinoises. Yi Guan fit en 2002 au China Daily cette déclaration radicale : « Je crois que nous devons nous débarrasser des fermes, des marchés aux poulets et de l’importation des poulets vivants » (Davis 2006 : 65). Ses tentatives de prélèvements sur les marchés furent dès lors systématiquement bloquées, et son laboratoire du Shantou régulièrement fermé. « Si quelqu’un veut se suicider, on ne peut pas l’en empêcher, commente-t-il. Ils sont en train de sacrifier la science en Chine. Moi je suis engagé envers la vérité. Ce qui m’intéresse, ce ne sont pas les conférences internationales, c’est le travail que je fais avec mon équipe dans le laboratoire et sur le terrain. C’est un travail à plein temps, et un sale travail. Et ça me tue21. ».

  • 22 Entretien avec Kwok-Yung Yuen.

27La coordination entre les approches de Malik Peiris et de Yi Guan est assurée par le directeur du Département de microbiologie, Kwok-Yung Yuen. Né à Hong Kong, travaillant d’abord comme chirurgien pour la police criminelle, Yuen a dirigé plusieurs des comités d’experts gouvernementaux mis en place après le sras (Centre for Food Safety, Centre for Health Protection), et il intervient souvent dans les médias. « En tant que chef d’équipe, je dois avoir une vision de ce qui va se passer dans les dix prochaines années. En 1997, nous avons eu le premier foyer de grippe A (H5N1) à Hong Kong. Après des enquêtes de terrain et une recherche à travers la littérature scientifique, j’ai développé une vision selon laquelle les maladies infectieuses émergentes et la résistance microbienne venant des animaux seraient importantes pour les dix à vingt ans qui viennent22. » Dans un esprit de coopération avec les autorités de Pékin, il propose des mesures graduées qui puissent être appliquées en tenant compte des différences de développement dans les lieux où le virus H5N1 apparaît. « Théoriquement, la stratégie optimale serait d’interdire toutes les espèces d’animaux vivants dans les marchés et de renforcer l’abattage centralisé. Cependant, changer la culture d’un groupe ethnique qui s’est établie depuis des milliers d’années n’est pas une tâche facile. Par conséquent, des mesures transitionnelles moins drastiques doivent être cherchées » (Woo, Lau & Yuen 2006 : 405). La « biosécurité » désigne à ses yeux l’ensemble des mesures permettant de limiter le passage du virus des animaux aux humains : séparation entre les fermes, usage de filets contre les oiseaux sauvages, nettoyage des chaussures et revêtement d’un équipement spécial pour les fermiers, imposition d’un jour d’arrêt par semaine sur les marchés, interdiction de garder les poulets vivants à la fin de la journée… À travers les réseaux que cet expert déploie au sein des élites hongkongaises, la norme internationale de la biosécurité s’adapte aux conditions locales, et la catastrophe pandémique entre progressivement dans la vie quotidienne des Hongkongais, selon un processus de civilisation des mœurs. Il n’y a plus séparation entre Hong Kong et la Chine, entre les humains et les animaux, mais un ensemble de mesures graduelles qui assurent progressivement leur coexistence harmonieuse.

Conclusion : les frontières de la biosécurité

28Dans la revue Anthropology Today, Paul Rabinow et ses collègues demandent : « Quelles formes d’analyse politique, de réflexion morale et de pratiques technoscientifiques sont mobilisées par les acteurs (scientifiques, politiciens et planificateurs) dans la modélisation et la mise en opération de quelque chose appelé biosécurité ? » (Collier, Lakoff & Rabinow 2004). Le présent article est une tentative de répondre à cette question. L’argument défendu ici est que la formation d’un nouveau dispositif global appelé « biosécurité », au lendemain du 11-Septembre et en réponse aux craintes suscitées par le bioterrorisme, ne consiste pas seulement en l’émergence de nouvelles formes de vie dans les régimes de sécurité préexistants. Pour que cette émergence ait lieu et pour qu’elle produise une recomposition des systèmes en place, il faut que des acteurs se portent aux frontières de la nature pour les articuler avec d’autres frontières politiques. Il ne suffit donc pas que de nouveaux risques soient identifiés et évalués : il faut que des catastrophes surgissent, qui redéfinissent la réalité en jeu dans le monde social, et qui ouvrent une nouvelle temporalité dynamique.

29Nous avons vu en effet comment le phénomène du franchissement de la barrière entre espèces, qui a pu se produire dans beaucoup d’autres lieux, a suscité à Hong Kong une intense mobilisation dans un contexte très particulier : celui du retour de l’ancienne colonie britannique dans la Chine, dont le régime écologique et politique était alors en pleine transformation. Le Département de microbiologie de l’université de Hong Kong est un collectif de chercheurs, d’origine européenne puis asiatique, qui a articulé cette frontière invisible de la barrière entre espèces avec un ensemble de frontières politiquement signifiantes : entre médecins du Département de la santé et vétérinaires du Département de l’agriculture à l’occasion de l’abattage d’un million et demi de poulets en réponse aux cas humains de H5N1 en 1997 ; entre l’oms et le gouvernement chinois à l’occasion de la crise du sras en 2003 ; entre l’oms et les instances en charge de la surveillance des oiseaux lors de la diffusion de la panzootie de H5N1 après 2005. La pandémie actuelle du virus H1N1 entraînera sans doute une recomposition de ces frontières, avec l’introduction d’acteurs en charge de l’agriculture et de la santé sur le continent nord-américain. L’imposition de normes de biosécurité en Chine, fût-ce à travers la forme « harmonieuse » donnée par le professeur Yuen, ne doit donc pas masquer l’intense travail de recomposition du corps politique sur plusieurs échelles aux frontières du vivant dans cette région, qui joue le rôle de sentinelle sanitaire pour le reste du monde.

  • 23 Sur les États-Unis, voir Collier & Lakoff (2008). Sur la France, voir Manceron (2008). Sur Israël, (...)

30La notion de biosécurité doit donc être réouverte pour dégager la tension qui la constitue entre un régime de sécurité global et une pluralité de formes de vie locales. La formule énigmatique proposée par Yi Guan et Malik Peiris en 2003 permet de mieux poser la question : comment la « nature » a-t-elle pu être perçue comme une « menace bioterroriste » ? Une telle question ne peut donner lieu aux mêmes réponses aux États-Unis ou en France, en Israël ou en Égypte, car les acteurs impliqués ne sont pas les mêmes, pas plus que les différentes conceptions de la nature dont ils sont porteurs23. À Hong Kong, il faudrait rajouter aux microbiologistes, vétérinaires et médecins, dont il a été principalement question ici, d’autres acteurs : des éleveurs de poulets traversant la frontière chinoise, des observateurs d’oiseaux défendant un parc naturel, des moines bouddhistes priant pour l’âme des volailles abattues, des distributeurs et des consommateurs reprenant les normes internationales du « bio ». Le franchissement des barrières entre espèces est un phénomène intéressant pour une anthropologie fondamentale, non seulement parce qu’il permet d’étudier la montée en généralité d’une frontière biologique invisible à des formes politiques de plus en plus grandes, mais aussi parce qu’il met en rapport, horizontalement, des conceptions différentes de la nature. C’est seulement à condition de déplier cette carte des acteurs de la grippe aviaire que la « nature bioterroriste » deviendra une « nature pacifiée ».

31#Notes Asterisques#

32* Ce texte a été écrit suite à une année de recherche au cours de laquelle j’ai bénéficié du double accueil du centre Pasteur de l’université de Hong Kong et du Centre d’étude français sur la Chine contemporaine, ainsi que du soutien de la Fondation Fyssen. Je remercie ces trois institutions, ainsi que Carlo Caduff, Claude Detrez, Jean-Michel Garcia et Vanessa Manceron pour leurs remarques sur cet article.

Haut de page

Bibliographie

Abraham thomas, 2007

Twenty-First Century Plague. The Story of sars(with a new Preface on avian flu), Hong Kong, Hong Kong University Press.

Anderson warwick, 2002

The Cultivation of Whiteness. Science, Health and Racial Destiny in Australia, Melbourne, Melbourne University Press.

Carroll john m., 2007

A Concise History of Hong Kong, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers.

Chateauraynaud francis & didier Torny, 1999

Les Sombres Précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’ehess , coll. « Recherches d’histoire et de sciences sociale ».

Chen honglinet al., 2005

« Avian flu: H5N1 virus outbreak in migratory waterfowl », Nature, vol. 436, n° 7048, pp. 191-192.

Collier stephen j. & andrew Lakoff(dir.),

2008 Biosecurity Interventions. Global Health and Security in Question, New York, Columbia University Press, coll. « A Columbia / ssrc Book ».

Collier stephen j., Lakoff andrew & paul Rabinow, 2004

« Biosecurity. Towards an anthropology of the contemporary », Anthropology Today, vol. 20, n° 5, pp. 3-7.

Cooper melinda, 2006

« Pre-empting emergence. The biological turn in the war on terror », Theory, Culture & Society, vol. 23, n° 4, pp. 113-135.

Davis mike, 2006

The Monster at our Door. The Global Threat of Avian Flu, New York, Henry Holt and Company.

Drexler madeline, 2002

Secret Agents. The Menace of Emerging Infections, Washington, Joseph Henry Press.

Duan lianet al., 2008

« The development and genetic diversity of H5N1 influenza virus in China, 1996-2006 », Virology, vol. 380, n° 2, pp. 243-254.

Dubos rené jules, 1968

Man, Medicine and Environment, Londres, Pall Mall Press.

Etheridge elisabeth, 1992

Sentinel for Health. A History of the Centers for Disease Control, Berkeley, University of California Press.

Fintz matthieu & sylla Thierno Youla, 2007

« Les guerres de la grippe aviaire en Égypte. Le traitement médiatique d’un virus émergent, janvier-mai 2006 », Égypte / Monde arabe, troisième série, n°4, « Figures de la santé en Égypte », pp. 269-302. Disponible en ligne, http://ema.revues.org/index1780.html [consulté en novembre 2009].

Gessain antoine & jean-claude Manuguerra, 2006

Les Virus émergents, Paris, puf , coll. « Que sais-je ? ».

Gramaglia christelle & delaine Sampaio da Silva,2009 [à paraître]

« De la difficulté de “faire parler” les rivières. L’enrôlement d’organismes sentinelles (Corbicula fluminae) pour évaluer la qualité des eaux du Lot », in Sophie Houdart & Olivier Thiéry (dir.), Penser la société et faire des sciences sociales au risque des non-humains, Paris, La Découverte.

Greger michael, 2006

Bird Flu. A Virus of our Own Hatching, New York, Lantern Books.

Greenfeld karl taro, 2006

China Syndrome. The True Story of the 21st Century’s First Great Epidemic, New York, Harper Collins.

Guillemin jeanne, 2005

Biological Weapons. From the Invention of State-Sponsored Programs to Contemporary Bioterrorism, New York, Columbia University Press.

Higgins d. a. & kennedy f. Shortridge, 1988

« Newcastle disease in tropical and developing countries », in Dennis J. Alexander (dir.), Newcastle Disease, Norwell (Massachusetts), Kluwer Academic Publishers, coll. « Developments in veterinary virology », pp. 273-317

Keck frédéric, 2009

« Conflits d’experts. Les zoonoses, entre santé animale et santé humaine », Ethnologie française, vol. 39, n° 1, « Les animaux de la discorde », pp. 79-88.

Kleinman arthur & james l. Watson(dir.), 2006

sars in China. Prelude to Pandemics?, Stanford, Stanford University Press.

Kolata gina, 2005

Flu. The Story of the Great Influenza Pandemic of 1918 and the Search for the Virus That Caused it, New York, Simon & Schuster.

Lakoff andrew, 2008

« Pour qu’un désastre ne tourne pas à la catastrophe : jusqu’où sommes-nous prêts ? », Esprit, n° 343, « Le temps des catastrophes », pp. 104-111.

Leung ping-chung, 2006

« The efficacy of Chinese medicine for sars: A review of important publications from China during the crisis », in Paul A. Tambyah & Ping-Chung Leung, Bird Flu. A Rising Pandemic in Asia and Beyond?, Singapour, World Scientific Publishing Co, pp. 147-166.

Li ka-shing, Guan yiet al., 2004

« Genesis of a highly pathogenic and potentially pandemic H5N1 influenza virus in eastern Asia », Nature, vol. 430, n° 6996, pp. 209-212.

Manceron vanessa, 2008

« Les oiseaux de l’infortune et la géographie sanitaire. La Dombes et la grippe aviaire », Terrain, n° 51, « Religion et politique », pp. 161-173.

Moutou françois, 2007

La Vengeance de la civette masquée, Paris, Le Pommier.

Osterhaus albert, 2001

« Catastrophes after crossing species barriers », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, série « B : Biological sciences », vol. 356, pp. 791-793.

Peiris joseph sriyal malik & yi Guan, 2004

« Confronting sars : a view from Hong Kong », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, série « B : Biological sciences », vol. 359, pp. 1075-1079.

Peiris joseph sriyal malik, de Jong menno d. & yi Guan, 2007

« Avian influenza virus (H5N1): a threat to human health », Clinical Microbiology Reviews, vol. 20, n° 2, pp. 243-267.

Powell d. g., Watkins k. l., Li p. h. & kennedy f. Shortridge, 1995

« Outbreak of equine influenza among horses in Hong Kong during 1992 », The Veterinary Record, vol. 136, n° 21, pp. 531-536

Rabinow paul, 1996

Making pc r. A Story of Biotechnology, Chicago, The University of Chicago Press.

Salomon rachelle, Hoffmann erich & robert g.Webster, 2007

« Inhibition of the cytokine response does not protect against lethal H5N1 influenza infection », pnas (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America), vol. 104, n° 30, pp. 12479-12481. Disponible en ligne, http://www.pnas. org/content/104/30/12479.full [consulté en novembre 2009].

Samimian-Darash limor, 2009

« A pre-event configuration for biological threats: preparedness and the constitution of biosecurity events », American Ethnologist, vol. 36, n° 3, pp. 478-491.

Sexton christopher, 1991

The Seeds of Time. The Life of Sir Macfarlane Burnet, Oxford, Oxford University Press.

Shortridge kennedyf., 1995

« The next pandemic influenza virus? », The Lancet, vol. 346, n° 8984, pp. 1210-1211.

Shortridge kennedy f. & charles herbert Stuart-Harris, 1982

« An influenza epicentre? », The Lancet, vol. 320, n° 8302, pp. 812-813.

Shortridge kennedy f., Peiris joseph sriyal malik & yi Guan, 2003

« The next influenza pandemic: lessons from Hong Kong », Journal of Applied Microbiology, vol. 94, supplément n° 1, pp. 70-79.

Vijaykrishna dhanasekaran, Smith gavin j. d.et al., 2007

« E volutionary insights into the ecology of coronaviruses », Journal of Virology, vol. 81, n° 8, pp. 4012-4020. Disponible en ligne, http://jvi.asm.org/cgi/ content/full/81/8/4012?maxtoshow=& hits =10&hits =10&resultformat =&fulltex t=phylogenetic&searchid=1&firsti ndex= 1510&resourcetype=hwfig [consulté en novembre 2009].

Wang j.et al., 2008

« Identification of the progenitors of Indonesian and Vietnamese avian influenza A (H5N1). Viruses from Southern China », Journal of Virology, vol. 82, n° 7, pp. 3405-3414. Disponible en ligne, http://jvi.asm.org/ cgi/content/full/82/7/3405?maxtoshow =&hits =10&hits=10&resultformat =&fullte xt=boldface&searchid=1&firsti ndex=1260 &resourcetype=hwfig [consulté en novembre 2009].

Webby richard j. & robert g.Webster, 2003

« Are we ready for pandemic influenza ? », Science, vol. 302, n° 3650, pp. 1519-1522.

Woo patrick cy, Lau susanna k. p. & kwok-yung Yuen, 2006

« Infectious diseases emerging from Chinese wet-markets: zoonotic origins of severe respiratory viral infections », Current Opinion in Infectious Diseases, vol. 19, n° 5, pp. 401-407.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article de Sandrine Revet dans le présent volume.

2 L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (inserm) a ainsi mis en place un réseau baptisé « Sentinelles » pour recueillir les données épidémiologiques fournies par les médecins libéraux (www.sentiweb.org). Aux États-Unis, le Center for Disease Control and Prevention (cdc) a été conçu dans les années 1950 comme une sentinelle contre le paludisme, avant d’être élargi à toutes les maladies transmissibles (Etheridge 1992).

3 Margaret Chan, directrice de l’oms (dont le siège est à Genève), médecin de formation, géra le foyer de grippe aviaire au Département de la santé de Hong Kong en 1997, et dut démissionner après la crise du sras en 2003. Bernard Vallat, directeur général de l’oie (dont le siège est à Paris), vétérinaire de formation, a pris en charge les conséquences de la grippe aviaire pour l’élevage mondial après 2005.

4 Cette école a été fondée dans les années 1930 par Sir Frank Macfarlane Burnet pour dépister les virus émergents dans le Pacifique, l’Australie jouant le rôle de terrain d’expérimentation pour les chercheurs d’origine européenne. À ce sujet, voir Christopher Sexton (1991) et Warwick Anderson (2002).

5 La biosécurité des laboratoires est graduée sur une échelle allant de 1 à 4 en fonction de la dangerosité des virus manipulés.

6 Le virus de la grippe a été découvert en 1933 par Christopher Andrews et Wilson Smith, qui réussirent à l’inoculer à un furet. Invisible au microscope optique, il ne devint visible au microscope électronique qu’en 1943.

7 Les nombres indiquent l’ordre dans lequel les virus ont été détectés. Le virus H1N1 est donc le premier virus de grippe recensé depuis la création de la virologie.

8 « — Why did you move to Hong Kong ? — This goes right back to my childhood and a series of events that took me to Hong Kong to “get ahead of an influenza pandemic”. By “getting ahead” was meant to try to detect the virus in humans at the start of a pandemic, make a vaccine and distribute globally as was then the case with the Hong Kong flu virus of 1968. » (Entretien avec Kennedy F. Shortridge.)

9 Des foyers de grippe équine apparurent en Mongolie en 1993, puis en Australie et au Japon en 2007. Cette maladie, causée par les virus H7N7 ou H3N8, d’origine aviaire, fut découverte en 1872 lors de la « grande épizootie américaine ». Elle est due à l’élevage stabulaire des chevaux mais n’est pas transmissible aux humains. Les épreuves équestres des jeux Olympiques de Pékin eurent lieu à Hong Kong pour des raisons sanitaires.

10 On parle alors d’« antigenic drift » au lieu d’« antigenic shift », de « faille », donc, au lieu de « déplacement ».

11 C’est Margaret Chan, alors directrice de la Santé à Hong Kong, qui doit prendre cette décision souveraine. Lorsque ses conseillers lui demandèrent ce qu’elle ferait si l’abattage ne marchait pas, elle aurait répondu : « Alors vous tuerez tous les canards ! » Et lorsqu’on envisageait l’inefficacité de cette seconde mesure : « Alors vous n’aurez plus qu’à me tuer ! »

12 Je conserve la présentation usuelle de leurs deux noms. Le nom complet du premier est Joseph Sriyal Malik Peiris. Le patronyme chinois du second est Guan Yi.

13 La chambre d’hôtel du docteur Li Jianlun portait étrangement le numéro 911.

14 C’est un des leitmotive de la littérature sur les virus émergents et le bioterrorisme au lendemain du 11-Septembre : « The most menacing bioterrorist is Mother Nature herself » (Drexler 2002 : 18) ; « Nature’s ongoing experiments with H5N1 Influenza in Asia and H7N7 in Europe may be the greatest bioterror threat of all » (Webby & Webster 2003 : 1522). Voir à ce sujet Jeanne Guillemin (2005).

15 « C’est à cause du sras que les morts [une famille indonésienne tombée malade après avoir mangé du poulet] dans un village tel que Kulu Sembilang ont été vus comme des événements méritant une attention globale. Le sras a rendu les gens conscients des terribles conséquences humaines et économiques que les maladies infectieuses pouvaient imposer au monde moderne » (Abraham 2007 : I).

16 Cette notion – qui évoque des termes militaires comme « Tempête du désert » mais fait aussi écho à la menace des typhons dans cette région d’Asie du Sud – est très contestée par les virologistes, et notamment par Robert Webster (Salomon, Hoffmann & Webster 2007).

17 Propos recueillis par l’auteur. Cette prise de position darwinienne peut également se comprendre dans le cadre d’un débat sur le retour du créationnisme au sein des écoles protestantes de Hong Kong.

18 Des recherches portent sur l’usage de la médecine chinoise traditionnelle dans le rétablissement de l’équilibre biologique après cette rencontre catastrophique avec un virus étranger (Leung 2006). Mais si elles constatent l’efficacité de cette médecine à long terme, elles ne peuvent pas en expliquer biologiquement les mécanismes – ce que la biomédecine occidentale fait à court terme.

19 Cette université, de même que le Département de microbiologie de l’université de Hong Kong, est soutenue par Li Ka Shing, un riche homme d’affaires hongkongais.

20 Entretien avec Yi Guan.

21 Entretien avec Yi Guan.

22 Entretien avec Kwok-Yung Yuen.

23 Sur les États-Unis, voir Collier & Lakoff (2008). Sur la France, voir Manceron (2008). Sur Israël, voir Samimian-Darash (2009). Sur l’Égypte, voir Fintz & Thierno Youla (2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Keck F., 2010, « Une sentinelle sanitaire aux frontières du vivant. Les experts de la grippe aviaire à Hong Kong », Terrain, n° 54, pp. 26-41.

Référence électronique

Frédéric Keck, « Une sentinelle sanitaire aux frontières du vivant* », Terrain [En ligne], 54 | mars 2010, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://terrain.revues.org/13928 ; DOI : 10.4000/terrain.13928

Haut de page

Auteur

Frédéric Keck

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org