Navigation – Plan du site
Catastrophes

Catastrophes et ordre du monde

Nicolas Journet
p. 4-9

Entrées d’index

Lieu d'étude :

Monde
Haut de page

Texte intégral

1Voici ce qu’écrivait un éditorialiste de renom en 2006 :

La calotte glaciaire fond sous l’effet du réchauffement planétaire, les réserves d’eau s’épuisent, un raz-de-marée dévaste les côtes asiatiques […]. Les animaux trompent la confiance placée en eux, les vaches sont saisies de folie, les volatiles attrapent la grippe, les tiques s’acharnent sur les promeneurs en forêt, des chiens agressifs sèment l’effroi.

2L’homme, peut-on ajouter, n’est pas en reste : Tchernobyl, Bhopal, Seveso sont là pour témoigner de l’accumulation des déséquilibres que font peser sur les sociétés et leurs milieux les industries les plus avancées.

3« Ce type de commentaire, écrit François Walter (2008), rend caducs tous les diagnostics qui s’évertueraient à trouver dans la société occidentale, à partir des Lumières, un mouvement unique conduisant à la rationalisation croissante des processus de gestion des risques. » Ce constat, établi du point de vue de l’historien, rejoint les conclusions de Mary Douglas (1986), qui, il y a plus de vingt ans, soulignait l’impuissance des experts prévisionnistes à faire accepter par l’opinion leurs conceptions objectivistes des menaces. Elle montrait que la proposition du type « Le risque annuel lié au fait de résider près d’une centrale nucléaire est équivalent à celui de rouler trois mille kilomètres en voiture » n’avait aucune chance d’être acceptée, parce qu’elle négligeait de distinguer entre un risque chronique et une menace catastrophique. L’auteur soulignait aussi l’incidence permanente des arguments de justice sociale et morale sur l’identification des dangers réels ou supposés liés à la plupart des activités humaines. Enfin, Mary Douglas préconisait qu’une approche nouvelle, capable d’embrasser toutes ces dimensions du problème, ouvre la porte à une anthropologie du risque. C’est, de plus en plus souvent, par l’étude rapprochée des phénomènes humains ou naturels catastrophiques que s’opère aujourd’hui ce déploiement.

Fléaux bibliques et forces de la nature

4De nos jours encore, de nombreux travaux d’historiens opposent le traitement théologicobiblique des désastres et sa version naturaliste et causale comme deux épistémologies rivales, l’une ancienne, l’autre moderne. Point de bascule de l’une à l’autre : le xviiie siècle, incarné par l’insistance avec laquelle les philosophes des Lumières se sont penchés sur le cas du séisme de Lisbonne (1755), moquant le fatalisme leibnizien et la naïveté des pénitents face au châtiment divin. Nul doute qu’il y ait eu dans les écrits de Voltaire et de Diderot l’intention d’aiguiser une querelle contre l’emprise de la bigoterie et de la superstition. Mais la notion même de « risque naturel » ne fut pas de leur invention, et ne surgit pas ainsi, tel un diable de sa boîte. Comme en témoignent les documents analysés dans ce dossier de Terrain par Grégory Quenet (pages 10-25), des savoirs locaux concernant la prévention des inondations, des glissements de terrain et des orages existaient depuis le Moyen Âge. Les conséquences des séismes – figures mêmes du fléau dénué de cause naturelle visible – faisaient l’objet d’observations au début du xviie siècle, qui témoignent d’une conception technicienne de la lutte contre le bras de Dieu. L’historien placé devant ces évidences est alors tenté par une autre lecture de l’histoire des idées : plus qu’à la dynamique de l’esprit de science, c’est à la montée de la prise en charge étatique des dangers que l’on doit la naturalisation et la laïcisation des catastrophes. « La succession des paradigmes, écrit Grégory Quenet, ne s’appuie que sur la partie émergée de l’iceberg, la sphère publique et les objets conceptualisés. Lorsque naissent au xixe siècle les concepts de risque, de responsabilité, de pollution, les évolutions ont déjà eu lieu sur le terrain. »

5Épurées, aux yeux des experts, de toute intervention divine ou surnaturelle, les catastrophes mettent donc face à face l’homme et la nature, pour, dans un premier temps au moins, les opposer. « Au xixe siècle, la nature apparaît comme un ensemble de forces et de phénomènes dont la science s’efforce de comprendre les mécanismes et la technique d’en proposer la maîtrise » (Walter 2008 : 21). Les notions modernes de menace, de risque, de vulnérabilité, de résilience, mettent en place des acteurs dont les rôles semblent bien définis : d’un côté, une nature opaque et machinale, de l’autre l’homme éclairé, seul capable d’évaluer une menace, de la prévenir en s’en tenant à l’écart, et si elle s’actualise, d’en minimiser les conséquences par une action efficace. Mais en va-t-il ainsi dans les faits ?

Comment penser les causes des catastrophes ?

6Les désastres naturels en particulier affirment d’autant mieux leur qualité de catastrophe qu’ils sont massifs et exceptionnels. En tant que moments vécus, ils laissent les rescapés sans voix, ni mots capables de les décrire. Mais tous les travaux d’observation directe montrent que la catastrophe, sitôt reconnue, devient objet de discours qui dépassent de loin la simple description. Ceux-ci posent des attendus, des causes proches ou lointaines, et puisent dans différents registres du jugement les moyens de lui donner un sens. Événements s’il en est, même vécus comme uniques, les grands désastres, en raison de leur vide de sens initial, se comportent en réalité comme des « puits de causalités », attirant à eux des logiques capables de les transformer en faits attendus.

7La lecture du cyclone de Nargis, qui s’abattit sur la basse Birmanie en mai 2008, illustre la diversité des registres mobilisés dans ce sens par une opinion médusée face à la violence du phénomène (voir Bénédicte Brac de la Perrière, pages 66-79). Interprété par le bouddhisme orthodoxe, le désastre est une sanction karmique de la mauvaiseté du régime militaire, ou encore de celle des pêcheurs du delta tueurs de poissons. En clé de bouddhisme ésotérique, il résulte de la colère des forces naturelles face à la corruption des moines et de la société moderne.

8Le glissement de terrain survenu au Venezuela en décembre 1999 (voir Sandrine Revet, pages 42-55) donne aux autorités catholiques l’occasion de produire des lectures politiques de la catastrophe, via la main punitive de Dieu : l’argument est d’autant plus recevable que, ce même jour, un référendum convoqué par le président Chavez lui conférait des pouvoirs accrus. En déclenchant le déluge, le ciel avait voté « non ». Certes éloignées des scénarios opaques du risque et de la prévision, ces imputations vengeresses ne sont pourtant pas réservées à la sphère du surnaturel : l’idée que la Nature, elle aussi, se venge des atteintes que lui portent les hommes et leur comportement frivole est omniprésente. Elle participe de ce discours teinté d’animisme que l’écologisme moderne non seulement tolère, mais encourage.

9Et ce n’est pas tout. La recherche d’un agent biologique et des voies qu’il emprunte pour se diffuser est la tâche de l’épidémiologie scientifique. Mais en trouver la source, l’identifier et circonscrire ses modes de contagion ne mettent pas un terme aux spéculations des esprits les plus rationnels. Il subsiste une telle part d’incertitude dans la survenue et l’ampleur d’une épidémie que les experts eux-mêmes sont amenés à la combler avec une dose d’animisme. L’incroyable polymorphisme des virus à grippe (H5N1, H1N1…) relève-t-il d’une malice telle qu’on puisse les qualifier de « menace bioterroriste » ? Ce sont pourtant là les propos de plusieurs « papes de l’influenza », spécialistes de ses foyers asiatiques (voir Frédéric Keck, pages 26-41).

10Une telle mixité argumentaire invite à faire tomber les barrières entre ce que serait une approche purement épistémique – « ancienne » contre « moderne » – des catastrophes et une lecture plus pragmatique, s’interrogeant sur les effets visés par de telles imputations. L’analyse des désastres passés, comme celle des menaces à venir, est aussi un levier argumentatif susceptible d’intervenir sur des terrains politiques, moraux et scientifiques, et de distinguer un ennemi d’un ami dans le champ d’une controverse.

Ce que font les catastrophes

11Prendre pour objet d’étude les catastrophes ne signifie pas que l’on ne s’intéresse qu’aux menaces qu’elles représentent. Périodiquement, des désastres ont lieu et entrent dans l’histoire au même titre que d’autres événements. L’histoire n’est cependant pas aussi accueillante aux phénomènes naturels qu’elle peut l’être aux guerres, aux révolutions, aux crises énergétiques et aux krachs. Un séisme, par exemple, même mis en récit et en images, et laissant des cicatrices derrière lui, peut n’entraîner d’abord qu’une réaction de dénégation – son effacement par la reconstruction et une forme d’oubli rapide –, décrite par Gaëlle Clavandier (2004) dans son ouvrage sur la mort collective. En tant qu’ils sont des fléaux, selon Grégory Quenet, les désastres sont des événements historiques « incomplets », sortis tout droits du répertoire répétitif des causes naturelles (Quenet 2009).

12Parallèlement, la recherche d’un sens à leur donner ou – selon une optique technicienne – d’un enseignement à en tirer milite activement pour que l’événement, dans sa globalité, ses causes comme ses conséquences, ait un avant et un après, un « plus jamais ça » ou un « rien ne sera plus comme avant ». Or, l’allure que peut prendre cette morale de l’histoire est étroitement dépendante d’un terrain social et culturel préexistant et peut adopter des formes très singulières. Après le tremblement de terre qui détruisit la ville de Charleston (Caroline du Sud) en 1886, une campagne de presse dénonça la paresse des Noirs, qui ne pensaient qu’à prier au lieu de se remettre au travail. Le désastre offrait l’occasion à une presse raciste de conforter son jugement et de faire passer un message disciplinaire à des masses laborieuses un peu trop portées au prophétisme. Nicolas Larchet (pages 80-99), dans un contexte plus récent mais géographiquement proche, montre comment les séquelles du cyclone Katrina offrent aux autorités – via des associations de secours aux sinistrés – l’opportunité d’une campagne de transformation de leurs habitudes alimentaires. Son peu de succès, compréhensible, vérifie l’idée qu’il existe de bonnes et de moins bonnes victimes. Le cyclone dévastateur, après avoir été le doigt révélateur d’un vice, devient le levier d’une réforme des mœurs.

13Les catastrophes qui entrent dans l’histoire ne le font pas sans un bagage interprétatif ; dès lors, le jugement moral en est rarement absent. Derrière le sinistré – objet des premiers secours –, c’est à la victime que sont destinées les réparations non strictement prévues dans le contrat assurantiel. La postérité d’une catastrophe demande qu’on en fasse le procès et, à cet égard, la démarche s’applique quelle que soit la nature des agents de l’attrition. Même s’il est absurde de demander des comptes à la nature, il est toujours concevable d’atténuer sa responsabilité : les victimes peuvent être reconnues, quelque part, coupables, ou bien encore un troisième agent (l’État, l’architecte, les autorités locales, les secours) est déclaré défaillant. Le glissement de terrain du Venezuela étudié par Sandrine Revet révèle, sur ce plan, des argumentations concurrentes : celles qui montrent du doigt les habitants des quartiers autoconstruits emportés par le flot, taxés d’irresponsabilité voire d’irrespect de la nature, et celles qui accusent le gouvernement régional de négligences diverses. De manière plus discriminatoire, on a vu des médias faire, après le tsunami de 2004, la distinction parmi les sinistrés entre les touristes oisifs et profiteurs et les locaux, victimes de plein droit d’une certaine incurie mondiale.

14Ces démarches normatives s’appliquent a fortiori aux crimes collectifs et conditionnent leur reconnaissance ou leur dénégation. La Shoah a eu, au milieu du xxe siècle, le rôle décisif dans la caractérisation du crime absolu et imprescriptible, le génocide, dont la déclinaison en crime contre l’humanité témoigne de la difficulté d’application à l’identique. Pourtant, des faits extrêmement proches, au point d’en faire partie, la persécution et les crimes commis contre les Tziganes d’Allemagne et du reste de l’Europe, n’accèdent que difficilement à une reconnaissance, ne serait-ce que mémorielle. Les navrantes péripéties vécues par Bernhardt Reinhard, rapportées par Michael Stewart (voir pages 100-121), montrent que les imputations de responsabilités – qui sont au cœur du jugement – ne s’inspirent pas que de l’examen des faits, mais puisent volontiers dans des imaginaires collectifs défavorables, en l’occurrence, aux Tziganes. Un mode d’existence présumé nuisible peut, même aux yeux d’experts administratifs, jouer le rôle d’élément à charge contre une communauté victime d’un crime de masse pourtant attesté.

15L’étude de la gouvernance des désastres révèle à quel point le déploiement moderne d’une problématique technique du risque reste sous la dépendance, comme le soulignait Mary Douglas, de jugements normatifs, voire de schèmes sociaux et d’horizons d’attente concernant l’ordre du monde. Il est facile de rappeler ici combien, dans l’affaire de la menace annoncée de l’encéphalopathie spongiforme bovine, la transgression carnivore a pu servir d’accusation courante contre le modernisme agricole. Le sociologue Ulrich Beck (2001), constatant la montée d’un alarmisme moderne, a montré combien l’artificialisme des sociétés industrielles occupait, en l’absence constatée tant d’une justice divine que d’une nature hostile, la place d’accusé principal, aussi bien dans le discours expert que dans l’opinion publique. On peut y ajouter, au vu de ce dossier, que la gouvernance par le risque ne constitue pas seulement un outil expert, mais la mise en place d’un dispositif de distribution globale des responsabilités face aux désastres à venir, attribuant à notre mode de vie moderne la cause même d’une catastrophe annoncée. Aussi chacun d’entre nous, et pas seulement certains acteurs privilégiés, est-il invité à participer, dans ses gestes quotidiens, à la prévention d’un risque planétaire.

Haut de page

Bibliographie

Beck ulrich, 2001 [1986]

La Société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, coll.» Alto ».

Clavandier gaëlle, 2004

La Mort collective. Pour une sociologie des catastrophes, CNRS éditions, coll. « CNRS Sociologie ».

Douglas mary, 1986

Risk Acceptability Accordingto the Social Sciences, Londres, Routledge and Kegan Paul.

Quenet gregory, 2009

« La catastrophe naturelle, l’événement et l’historien : une histoire ambiguë », in Luc Buchet, Catherine Rigeade, Isabelle Séguy & Michel Signoli (dir.), Vers une anthropologie des catastrophes, actes des 9es Journées anthropologiques de Valbonne (22-24 mai 2007), Antibes / Paris, Éditions APDCA / INED, pp. 65-76.

Walter françois, 2008

Catastrophes. Une histoire culturelle, xvie-xxie siècle, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L’univers historique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Journet N., 2010, « Catastrophes et ordre du monde », Terrain, n° 54, pp. 4-10.

Référence électronique

Nicolas Journet, « Catastrophes et ordre du monde », Terrain [En ligne], 54 | mars 2010, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://terrain.revues.org/13916

Haut de page

Auteur

Nicolas Journet

Équipe de recherche en ethnologie amérindienne, Villejuif

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo Université Paris Lumière
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Université Paris Ouest
  • Logo MAE - Maison Archéologie Ethnologie
  • Logo FMSH-Diffusion
  • Revues.org